Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nos ancêtres les pharaons...

 | 
Gérard Coudougnan

Chapitre V. Religions

Texte intégral

1 - La religion égyptienne antique

1Les égyptologues sont très partagés au sujet de la nature de la religion égyptienne. Tous reconnaissent son caractère polythéiste mais alors que certains (Breasted, Maspero) voient dans celui-ci l’essence des croyances égyptiennes antiques, d’autres (Daumas, Erman, Morenz, Sauneron) évoquent l’existence d’un noyau monothéiste caché derrière la multiplicité des divinités. Ainsi Serge Sauneron écrivait :

  • 1 G. POSENER, S. SAUNERON, J. YOYOTTE, Dictionnaire de la civilisation égyptienne, Paris, F. Hazan, 1 (...)

« ... Les indices sont nombreux qui montrent que les croyances religieuses étaient infiniment plus unifiées, dans l’esprit des Égyptiens, que ne le laisserait supposer l’infinie diversité des formes et des noms divins. D’abord, et depuis une époque très ancienne, se décèle une tendance constante à réunir en une seule divinité les noms et les fonctions de deux ou trois dieux initialement différents. C’est déjà montrer que l’âme égyptienne, loin de se satisfaire d’un foisonnement d’entités religieuses ayant chacune sa fonction définie, tend à considérer que toutes les fonctions divines doivent se trouver réunies dans la personne du dieu principal de chaque nome. Les dieux des capitales, loin de se juxtaposer en une équipe complémentaire, comme les dieux de l’Olympe par exemple tendent chacun pour son compte à l’universalité »1.

2Cette discussion se retrouve dans les manuels scolaires égyptiens. Il importe d’en définir les motifs et les enjeux afin de mettre en évidence les diverses orientations des auteurs.

3Un égyptologue non-égyptien peut prendre par rapport à ce sujet la distance nécessaire à une approche « objective ». Ses sentiments nationaux n’entrent pas en considération. Il peut éloigner du débat ses convictions religieuses. Son avis, s’il est publié, ne sera dans son pays critiqué par aucune Église, aucun parti.

4Un égyptologue égyptien, chargé de rédiger un manuel est, sur ce point plus que sur tous les autres, soumis à de fortes influences. S’il parle en tant que musulman, il doit voir et exposer la religion antique comme totalement impie. Cette myriade de divinités ne peut être jugée autrement par un croyant convaincu de l’unicité de Dieu et qui répète au moins cinq fois par jour « il n’est pas d’autre divinité que Dieu ». La condamnation du polythéisme préislamique de l’Arabie par Muhammad s’appliquera naturellement aussi à ces dieux.

5Mais, d’autre part, il importe de donner aux enfants une image glorieuse de leur passé. Ne peut-on craindre qu’ils se moquent ou qu’ils méprisent des païens idolâtres ? Il faut donc, pour montrer la supériorité des Égyptiens assimiler la religion antique à une forme de monothéisme. L’élève admettra facilement que ses ancêtres si glorieux, qui étaient par ailleurs convaincus de l’existence d’une vie après la mort, ne pouvaient être ignorants ni impies au point de ne pas adorer un seul dieu. Mais une telle version peut valoir à l’auteur des remarques des autorités religieuses : certains auteurs habiles sauront établir un subtil compromis. Akhenaton et sa réforme religieuse imposant le culte d’un dieu unique est un thème moins risqué qui est donc abordé et développé par la totalité des manuels.

6Une exception cependant : PREP 60 A le passe sous silence et se distingue également par une présentation de la religion antique comme un polythéisme pur :

« Les Égyptiens s’imaginaient leurs divinités sous la forme d’animaux ou d’oiseaux, ils croyaient que la divinité habitait le corps de ces créatures. (...)
Les rites des Égyptiens se rapprochaient de ce que nous appelons aujourd’hui la magie. De là vient l’importance des fêtes religieuses et de la classe des prêtres. »

7Le texte est clair : le terme de « magie » qui renvoie pour un musulman au monde démoniaque, suffit à anéantir la valeur des croyances antiques. L’expression « la classe des prêtres », le silence sur Akhenaton, ainsi que le ton général de l’ouvrage laisseraient penser que l’on a plutôt affaire à un esprit matérialiste qu’à un esprit religieux strict.

8C’est un avis opposé que l’on trouve dans une majorité de manuels. Ainsi lit-on dans PREP 60 B :

« LA RELIGION
1° L’Égyptien craint Dieu. Les anciens Égyptiens croyaient à l’existence d’une divinité unique, dominant leurs actions, leurs pensées et leur en demandant des comptes. C’est pourquoi ils craignaient sa punition et ils la suppliaient de toujours les guider dans la bonne voie.
2° La multiplicité des idoles. Il y a 6000 ans, chaque tribu avait son idole particulière que l’on estimait protectrice contre le mal et porteuse de bien. Quand vint l’époque du roi Ménès qui fit entrer sous son pouvoir toutes les tribus vivant dans les provinces de l’Égypte, toutes les provinces furent unies dans la foi. Elles différaient seulement dans l’établissement des symboles représentants la divinité unique et ses attributs divins. Ses noms se multiplièrent avec la multiplicité des provinces, ainsi était-elle appelée Aton dans la ville de ’Ayn Chams, Ptah à Memphis, Thot à Achmunayn, Amon à Thèbes, Horus à Louxor et Khnoum à Aswan.
3° La doctrine du monothéïsme. Ces multiples idoles n’étaient pas adorées pour elles-mêmes mais étaient considérés comme des symboles de la divinité unique, aux noms nombreux, aux attributs multiples et tout ceci constituait les éléments de l’Adoré-de-tous et du Créateur-de-toute-chose.
4° Le culte des animaux Les anciens Égyptiens adoraient certains animaux. Ces animaux n’étaient pas sacrés en eux-mêmes mais ils étaient les symboles des qualités par lesquelles ils croyaient que la divinité les avait caractérisés. Quand le pays s’affaiblit, à l’époque tardive, les gens s’éloignèrent de leur religion. Après avoir été - à l’origine - de simples symboles de la divinité, ces symboles en devinrent l’essence. Us furent adorés pour eux-mêmes et pris comme divinités à la place de Dieu. Quand Us mouraient, Us étaient enterrés avec un faste éclatant.
5° L’immortalité de l’âme Les anciens Égyptiens croyaient que l’homme, au moment de sa mort, passait dans un autre monde dans lequel il menait une autre vie. Ils croyaient que cet autre monde était meilleur que la vie terrestre et c’est pour cela qu’ils s’intéressaient aux sujets religieux et à la construction de leur sépulture. »

9Le titre du premier paragraphe indique d’entrée le sens de l’approche : la crainte envers Dieu est présentée comme l’une des qualités de l’ancien Égyptien. C’est aussi l’une des qualités du Musulman ; la traduction littérale du mot « Islam » n’est-elle pas résignation, soumission ? Les caractéristiques de la divinité décrite sont fort proches de celles du Dieu des Musulmans, omniprésent, omniscient, omnipotent. L’expression utilisée à la fin du paragraphe (« la bonne voie ») est réservée aux sujets religieux, indiquant la voie sur laquelle le Musulman supplie Dieu de le guider.

10L’unicité de la divinité antique est affirmée d’emblée comme un fait indiscutable. Vient ensuite une justification, dont l’argumentation historique est intéressante. Les élèves ont en effet retenu- le premier chapitre s’y est longuement attardé -que Ménès fut l’unificateur de l’Égypte. Il suffit donc à l’auteur d’en faire implicitement son unificateur religieux. On peut alors présenter les dieux locaux comme autant d’aspects du Dieu unique. Cette présentation est faite sur un ton tellement affirmatif et sûr que l’on a l’impression que les auteurs ont pu lire dans la conscience de leurs ancêtres. Or la religiosité personnelle de l’ancien Égyptien est quasiment méconnue. On pourra comparer ce texte avec celui, tout en nuances, de Serge Sauneron cité plus haut. Le dernier paragraphe, dont l’idée d’ensemble (croyance en l’au-delà) ne peut être mise en doute clôt l’exposé sur une note plus sûre.

11Un manuel de secondaire (SEC A) reprend des idées semblables en les développant plus longuement :

« La vérité est que les Égyptiens ne vénéraient pas les animaux pour ce qu’ils étaient mais qu’ils visualisaient en eux la force de Dieu représentée dans des êtres plus faibles.
(...) Comme tant d’autres peuples de la terre et malgré leur foi profonde, les Égyptiens croyaient en la magie. »

12Dans ce premier extrait, l’explication donnée au culte des animaux est la même que dans le texte précédent et l’on admet couramment que l’on adorait les animaux en tant que réceptacles de la puissance divine. Les pratiques magiques ne sont toutefois pas passées sous silence. Le fait que les Égyptiens n’aient pas été le seul peuple à connaître ce travers, constitue peut-être une excuse. On peut voir également une excuse, un souci de justification, dans un passage consacré aux divinités égyptiennes, où on lit à propos du culte du soleil :

« Quel péché commettaient-ils en voyant Dieu dans le soleil ? Le prophète Abraham avait observé la lune et l’avait presque adorée, il avait observé le soleil et l’avait presque adoré. Et Abraham était prophète, Dieu l’aimait, l’avait instruit et il était dans le droit chemin. »

13Les jugements sur les ancêtres se fondent sur la tradition religieuse monothéiste, Abraham étant un prophète commun aux religions, juive, chrétienne, musulmane. Mais, tout comme ceux de PREP 60 B, les auteurs de SEC A vont aller plus loin dans leur présentation d’un « monothéisme égyptien » :

« L’élévation vers le monothéisme
Les Égyptiens se tournèrent particulièrement vers le monothéisme. Ils avaient la certitude que Dieu était unique et que nul ne lui était associé mais ils ne déclarèrent pas cela en une seule fois car ils étaient fidèles au passé et chaque province défendait avec acharnement sa divinité, lai réservant beaucoup de sa fidélité malgré les progrès de la connaissance.
Les Égyptiens passèrent dans leur vie religieuse [et comme eux beaucoup de peuples) par trois phases :

- la phase de la multiplicité (des divinités...)

- la phase de la prépondérance (de certaines d’entre elles...)

- la phase du monothéisme, stade de la maturité complète de la pensée politique et sociale.
Les gens tendirent vers le monothéisme en toute chose et s’orientèrent vers un dieu unique n’ayant pas d’associé. Ce penchant se manifesta dans le bouleversement religieux qu’accomplit Akhenaton, l’un des rois de la
xviiie dynastie. Akhenaton croyait à un dieu unique n’ayant pas d’associé, ayant créé l’univers et tout ce qu’il renferme. Il le voyait dans le disque solaire envoyant ses rayons aux peuples de la terre, leur apportant la lumière et la vie. Il ne le symbolisa pas autrement que par cette image, il n’en sculpta pas d’idole et ne lui ajouta ni compagnon, ni enfant. »

Deux idées directrices guident ce texte. La première montre le monothéisme des Égyptiens comme une notion qu’ils n’osèrent affirmer de peur de bousculer les traditions. Il est tout à fait exact que la tradition et même le culte du passé revêtaient en Égypte une importance capitale. S’il est judicieux d’y faire allusion pourquoi l’oublier à propos d’Akhenaton ? C’est en partie cet attachement au passé qui est responsable de l’échec du pharaon réformateur. Car, et nombreux sont les manuels qui oublient de le signaler - certains le niant même -la réforme d’Akhenaton échoua. Parmi les raisons de cet échec figure la difficulté de faire admettre un changement aussi radical.

  • 2 G. POSENER, S.SAUNERON, J. YOYOTTE, op. cit.
  • 3 Cf. par exemple p.

14« Comment le paysan pouvait-il renier le dieu de sa ville, et la nation briser avec une tradition multiforme où tous, corps et âmes, trouvaient leur compte ? » écrit à ce propos Jean Yoyotte2. Les textes des manuels ont souvent une tendance que l’on peut juger excessive à assimiler le peuple égyptien tout entier à Akhenaton3.

15La seconde explication tente de dégager une évolution chronologique : les origines, époque aux dieux multiples sont ainsi suivies d’une époque où certains dieux prennent une importance particulière. L’aboutissement est le monothéisme. L’auteur voit ainsi une évolution, un sens à l’histoire religieuse qu’il expose dans une sorte de « spiritualisme dialectique » dont la fin ultime fut l’accession au monothéisme. Cette « élévation vers le monothéisme » va de pair avec « les progrès de la connaissance » sans que l’on puisse discerner lequel des deux éléments est, pour l’auteur, moteur. L’étape finale dépasse largement le simple domaine religieux puisqu’elle est présentée comme « le stade de la maturité complète de la pensée politique et sociale » rejoignant ainsi la conception musulmane selon laquelle religion, politique et société sont intimement liées. La présentation de la doctrine d’Akhenaton est, elle aussi, fortement influencée par la religion (musulmane) des auteurs. La formule « dieu unique n’ayant pas d’associé » répétée trois fois en quelques lignes est celle qu’utilisent les Musulmans dans leur profession de foi, se démarquant à la fois des cultes polythéiste de l’Arabie antéislamique et du dogme trinitaire du Christianisme. Cette foi profonde en l’unicité de Dieu se retrouve dans la dernière phrase (« ne lui ajouta ni compagnon ni enfant ») marquant la différenciation entre le nouveau dieu unique et les autres, le plus souvent groupés en triades ou encore entre ce dieu et celui des Chrétiens, les Musulmans ne considérant par le Christ comme fils de Dieu. L’absence d’idoles sculptées doit également rapprocher le dieu d’Akhenaton de celui des Musulmans qui interdit les représentations figurées.

16Un seul manuel (SEC B) aborde la question du monothéisme égyptien de façon réellement historique, en s’appuyant sur des textes de l’époque. Sa présentation de la question, claire et mesurée est la plus proche des sources :

« Les Égyptiens croyaient-ils en l’unicité de Dieu ?
Malgré le nombre tellement grand des divinités, les Égyptiens ont parfois fait mention de dévotion envers une divinité unique ayant une force supérieure à leurs divinités. On déduit cela des expressions qu’ils ont gravées sur les pierres ou les pyramides :

1-Dieu grand a créé toute chose lui-même,

2-Dieu est le créateur des âmes dans les ombres, il est l’éternité et demeure pour toujours,

3-La divinité sacrée qui n’a pas d’associé : mention de certains rois des Ve et VIe dynasties, appliquée à la divinité du soleil,

4-La divinité qui a chassé toutes, les autres, les mène au fouet, les tue et mange leur chair : citation du règne d’Ounas.

Cependant, de cet, expressions et exemples, on ne déduit pas que les anciens Égyptiens croyaient en l’unicité de Dieu car la majorité d’entre eux adoraient certains animaux. Malgré cela on peut dire que le soleil occupait la place la plus élevée parmi les divinités. »

17Multitude des divinités et phrases révélant une sensibilité monothéiste : le « mystère » de la religion égyptienne est ici abordé loin des thèmes partisans, nationaux ou religieux.

18Ce sont des thèmes que le manuel de M. Gamal al-Din Mukhtar (de PREP 60 C à PREP 84) ménage habilement, dans une présentation qui varie peu en un quart de siècle. Le débat y est placé sur un point qui permet à la fois de ne pas froisser les susceptibilités religieuses et de montrer les Égyptiens sous un jour favorable. Plutôt que de se lancer dans la discussion monothéisme / polythéisme, l’auteur met l’accent sur l’importance de la religion :

« La réflexion de l’homme se porta, avant toute chose, sur les forces contrôlant l’univers - comment le créèrent-elles ? Comment régissent-elles les créatures ? - ainsi que sur l’interprétation des phénomènes naturels, des caractères des êtres, sur la mort et ce qu’il y a derrière elle. Le résultat de tout cela fut l’apparition des croyances religieuses qui sont une chose indispensable dans la vie de l’homme, sans lesquelles il ne peut vivre. De même, la religion et la civilisation sont liées. La plupart des civilisations furent créées et progressèrent sous la bannière de la religion. C’est pourquoi il était absolument nécessaire que nous parlions des croyances religieuses des Égyptiens et de leurs idées concernant la résurrection, le jugement dernier et l’au-delà, pour faciliter la compréhension des faits de leur civilisation. »

19Cette description de l’apparition des croyances religieuses peut - dans ses deux premières phrases - paraître assez matérialiste. Les phrases suivantes montrent que telle n’est pas l’option de l’auteur qui présentait seulement une religion non révélée. Il écrit avec sa foi en un Dieu qui s’est révélé aux hommes : les croyances antérieures à la révélation peuvent être présentées comme des réponses aux questions de l’Homme face à l’Univers. Soulignant la nécessité des croyances religieuses qu’il relie au progrès des civilisations, il montre la place de choix qu’ont occupé les anciens Égyptiens en ce domaine : l’existence des croyances est pour lui plus importante que leur nature. Il peut donc présenter sa vision strictement polythéiste de la religion égyptienne :

« Le plus important à noter à propos de la religion des Égyptiens est peut-être la multitude des divinités. Elle provient de ce que l’Égypte était, au début de son histoire, divisée en petites principautés qui subsistèrent après l’unification du pays, sous la forme des provinces composant le royaume égyptien. Chaque province garda sa divinité locale particulière autour de laquelle se groupaient les gens, se réfugiant auprès d’elle dans les moments difficiles. Ainsi nous trouvons une province adorant le faucon, animal qui forçait l’admiration des gens par sa force sur les oiseaux et par son vol au plus haut des deux, d’où le choix de cet animal pour symboliser le soleil. Une autre province adorait la vache, bonne et généreuse du lait qu’elle offre et on la symbolisa par le ciel, qui offre à la terre l’eau des pluies. »

20Ce texte mentionne, sans commentaires, la diversité des dieux. Il est suivi du récit de la légende osirienne, dont une phrase mérite commentaire :

« Horus affronta Seth et Dieu lui fit emporter une victoire éclatante. »

  • 4 Le mot arabe utilisé est « Allah », « Dieu » des religions monothéistes, distinct de « ilah », « di (...)

21Pourquoi mêler Dieu4 au combat d’Horus (descendant légitime d’Osiris) et de Seth (usurpateur et assassin d’Osiris) ? Sa mention indique d’abord la divinité bienfaisante : Horus. Faut-il voir d’autres conséquences à cette intervention de Dieu dans le récit d’une légende antique ? Il paraît à la fois raisonnable et suffisant de la relier à l’habitude manifestée par l’auteur de faire intervenir la main de Dieu dans l’histoire de l’Égypte.

22Ce dernier exposé de la religion égyptienne est le seul aujourd’hui en cours dans les manuels historiques. Sa modération, son adaptation aux contingences religieuses et nationalistes ont pu aider à ce maintien au fil des ans.

2 - L’Égypte chrétienne

23L’Égypte est l’un des pays qui fut le plus précocement touché par le christianisme. Selon la tradition, c’est en effet Saint Marc l’évangéliste qui vint lui-même prêcher la nouvelle doctrine à Alexandrie. Cette ville devint un foyer de diffusion du christianisme vers tout le pays et un foyer d’intenses discussions doctrinales. C’est en Égypte qu’apparurent le monachisme et l’érémitisme comme formes de vie chrétienne. Les persécutions, et surtout celle menée par Dioclétien en 284, firent dans le pays un grand nombre de victimes. Séparée de Rome et de Constantinople depuis le concile de Chalcédoine (451), l’Église d’Égypte subit les vicissitudes imposées par l’Empire jusqu’à l’arrivée des Arabes musulmans en 642. Les Chrétiens se virent alors accorder le statut de « protégés », avec ses avantages et ses servitudes et beaucoup se convertirent à l’Islam.

  • 5 Cf. Dossier du CEDEJ n° 1-1985, Luc BARBULESCO, Les Chrétiens égyptiens d’aujourd’hui.

24Les Coptes forment aujourd’hui une importante minorité religieuse ; leur évaluation numérique varie entre trois et huit millions, chiffres suscitant de nombreuses polémiques. A l’intérieur de cette minorité, la transmission des spécificités religieuses et culturelles fait figure de nécessité face au prosélytisme musulman ambiant. La famille, le catéchisme et le cours de religion chrétienne (assuré en théorie dans toute classe comprenant plus de 15 % d’élèves chrétiens) sont les vecteurs essentiels de cette éducation5.

25Dans ce contexte, il est intéressant d’examiner la place qu’accordent les manuels nationaux à l’histoire de l’Égypte chrétienne et la façon dont ils présentent ces quelques siècles.

26Le programme du cycle secondaire n’incluant pas la religion chrétienne, on doit se limiter aux manuels des cycles primaire et préparatoire.

27L’évolution de la longueur du chapitre consacré à ce sujet est différente dans les deux cycles. En Primaire, un chapitre complet évoque la vie du Christ, la diffusion de son message et la séparation de l’Église d’Alexandrie, de 1955 jusqu’à une année située entre 1965 et 1968. Le christianisme ne réapparaît qu’en 1974, depuis, quelques lignes résument à grands traits son histoire jusqu’à l’arrivée des Musulmans en Égypte. En Préparatoire, le chapitre sur le Christianisme est présent dans tous les manuels. Il est cependant plus développé dans les manuels axés sur l’Égypte que dans ceux consacrés au « monde arabe antique ».

28Dans les anciens manuels du cycle primaire (PRIM 55 à PRIM 65) la vie du Christ est racontée aux élèves. Voici celle de PRIM 63/64 qui est tout à fait représentative de l’ensemble des biographies du Christ publiées dans les manuels d’histoire égyptiens :

« Il y a 1964 ans, naissait le Messie, Jésus fils de Marie (à lui le salut) dans un village appelé Bethléem, situé au sud de Jérusalem en Palestine, région alors sous la domination romaine. Quand le gouverneur romain apprit la nouvelle de sa naissance par les miracles qui apparurent alors, il prit peur et ordonna de tuer tous les enfants âgés de moins de deux ans parmi ceux qui habitaient Bethléem ou les villages voisins. C’est pourquoi Marie pensa à s’enfuir avec son fils Jésus en Égypte pour s’y installer jusqu’à ce que le massacre des enfants prenne fin. Marie resta deux ans en Égypte, pendant lesquels elle alla à Mattariyya, au vieux Caire et à Asyut. Quand elle apprit l’arrêt du massacre, elle retourna à son village d’origine nommé Nazareth, au nord de Jérusalem, actuellement situé dans la zone de Palestine qu’a usurpée Israël. Le Messie et sa mère, Marie, s’installèrent à Nazareth. Il y fut élevé par des maîtres juifs, il étudia la Torah, livre saint des Juifs, et apprit dans son enfance le métier de menuisier. Il était un exemple supérieur dans la perfection de sa moralité, son comportement avec les gens et sa bonté pour les pauvres. Le Messie est appelé « le Nazaréen » et les Chrétiens sont appelés « Nazaréens » en relation avec la ville de Nazareth.
Quand le Messie atteignit l’âge de 30 ans, il commença à diffuser son message qui est une invitation à adorer un seul Dieu et à abandonner l’idolâtrie, à l’amour du bien, à répondre à l’offense par la douceur. Certains Juifs, certains Romains crurent en son message. Le Messie choisit douze élèves parmi ses fidèles disciples qui avaient été les premiers à croire en lui. Il les fit venir auprès d’eux et leur enseigna les fondements de la religion chrétienne ; ils le suivaient où qu’il se rendît. On les appelle « les Apôtres », qui aidèrent par la suite à la diffusion du christianisme. Il apparut une série de miracles du Messie, tels que la guérison des malades et la résurrection des morts avec la permission de Dieu.
Mais les Juifs le détestaient et lui résistèrent. Les Romains le détestaient aussi car les Chrétiens refusaient d’adorer l’empereur romain comme une divinité et les Romains voulaient qu’ils s’inclinent devant ses statues. Le Messie, les Apôtres et les Chrétiens rencontrèrent les premiers une violente persécution de la part des Juifs et des dirigeants romains.
Après que le Messie ait été élevé jusqu’aux cieux en 34, les Apôtres continuèrent à diffuser son message. »

29Il faut noter que ce récit de la vie du Messie est inspiré du Coran alors que les illustrations qui l’accompagnent semblent avoir pour auteur un Chrétien.

30Tout comme dans le Coran, le Messie est dénommé ’Aysa, alors que les Arabes chrétiens l’appellent Yasu’. De même, l’absence totale de Joseph est à relier avec la vision coranique selon laquelle Marie s’isola totalement lorsque l’ange Gabriel (Jibril) vint la visiter. Le Coran ne mentionne pas Joseph, seuls quelques exégètes le signalent, voyant en lui un cousin de Marie. Joseph est par contre présent, portant même une auréole sur les illustrations, ce qui laisse à penser qu’elles sont l’œuvre d’un Chrétien.

31La mention de la fuite en Égypte (absente du Coran) peut être interprétée comme une fidélité à la tradition nationale. Les étapes (Mattariyya, le vieux Caire, Asyut) sont à rattacher à la tradition égyptienne (copte et musulmane) qui voit dans de nombreux sites d’Égypte des haltes de la Sainte Famille en exil.

32Jésus lui-même est décrit comme un vrai musulman, « sa moralité, son comportement avec les gens et sa bonté pour les pauvres » sont conformes à son image coranique :

« Je suis un serviteur de Dieu : il m’a remis l’Écriture et a fait de moi un prophète. Il m’a rendu béni où je me trouve.
Il m’a recommandé la prière et l’aumône tant que je vivrai, et la piété filiale pour ma mère. Il ne m’a rendu ni oppresseur, ni mauvais. »
Paroles de ’Aysa (Jésus) dans le Coran -
(Sourate XIX - versets 30-33).

  • 6 J. JOMIER, Les grands thèmes du Coran, Paris, Le Centurion, 1978.

33Les miracles du Messie, cités par tous les manuels ont une grande importance pour les musulmans. Ainsi J. Jomier écrit-il6 :

« Un musulman du peuple me disait qu’à la mosquée, lorsque le prédicateur parle de Jésus, c’est la plupart du temps pour souligner ses miracles. »

34C’est un aspect surnaturel de l’existence de Jésus qui oppose le plus Chrétiens et Musulmans : la fin de sa vie terrestre. Le texte du manuel traduit exprime la conception musulmane : « le Messie a été élevé jusqu’aux Cieux », faisant écho au Coran :

« Nous (Dieu) les (infidèles) avons maudits pour avoir dit ’Nous avons tué le Messie, Jésus fils de Marie, l’apôtre d’Allah !’ alors qu’ils ne l’ont ni tué ni crucifié, mais que son sosie a été substitué à leurs yeux. »
(Sourate IV - verset 156).

35Pour les Musulmans, Jésus n’est donc pas mort, ce qui constitue une différence doctrinale fondamentale par rapport au Christianisme. Notons à propos de l’attitude de ses contemporains une expression : « la fourberie des Juifs », PREP 60/65 B.

  • 7 Rapport sur les livres scolaires en langue arabe imposés aux écoles par le ministère de l’Enseignem (...)

36On peut caractériser la représentation de la vie de Jésus donnée par les manuels égyptiens comme étant musulmane dans sa conception générale et égyptienne par certains détails. La lecture d’un tel texte doit troubler un enfant chrétien gui n’y retrouvera pas les enseignements de sa religion. Il n’y trouvera rien non plus de choquant, qui lui permette de s’opposer à ce texte. On retrouve ici une tendance, dénoncée par les enseignants chrétiens, à présenter de façon souvent voilée la vision musulmane comme seule valable et seule existante7. La vie de Jésus entraine beaucoup trop de conséquences religieuses pour que son récit puisse être limité à un plan historique ; les manuels témoignent en cela de l’importance de la question religieuse en Égypte.

37Après la vie du Christ, les manuels s’intéressent à l’arrivée du Christianisme en Égypte. Saint Marc est cité par tous les livres ainsi que quelques martyrs coptes, victimes des dures persécutions infligées par les empereurs. Le monachisme est vu par la plupart des manuels comme une fuite face à ces persécutions, présentation qui occulte totalement la richesse spirituelle présentée de telles expériences. La séparation de l’Église copte est comme une suite aux persécutions romaines et une preuve d’originalité, d’indépendance par rapport à l’empire romain. La plupart des manuels enchaînent ensuite directement sur un passage à la gloire de la « libération » musulmane de l’Égypte par les troupes de ’Amr Ibn al-Aç, ainsi PREP 84 :

« Au moment où les Romains exerçaient la plus violente des persécutions sur ceux dont la foi n’était pas conforme à la doctrine religieuse officielle de l’Empire, une force arabe nouvelle s’était constituée au cœur de la péninsule arabique. C’est que Muhammad fils de ’Abd Allah al-Hachami avait atteint l’âge de 40 ans (en 611 ap. J.C.) et l’esprit descendit sur lui à la Mecque, annonciateur d’une nouvelle religion, la religion islamique. Le prophète (à lai bénédiction et salut) apporta le message et combattit pour lai sous l’étendard islamique jusqu’à ce qu’il gagne chez tous les Arabes de la péninsule comme gagnèrent ses successeurs dans la diffusion de la foi islamique dans les pays voisins.
’Amr Ibn al-Aç avança jusqu’en Égypte commandant des armées d’Arabes musulmans et les Égyptiens les accueillirent et les aidèrent contre les Romains jusqu’à leur expulsion de la patrie en 642. L’Égypte entama alors une page nouvelle de son histoire, comme elle avait lutté jusqu’à verser son sang pour défendre le Christianisme, elle porta l’étendard islamique et participa pour la plus grande part à la construction de la civilisation arabe jusqu’à devenir le cœur du monde islamique et le centre de rayonnement de la civilisation arabe. »

  • 8 L’Égypte semble avoir été en majorité chrétienne jusqu’au xe siècle.

38Il doit être assez frustrant pour un Copte de constater la rapidité avec laquelle est traitée l’histoire de l’Égypte chrétienne et comment sont éludés des faits qui concernèrent, des siècles durant, la majorité de son peuple8. L’Islam se voit comme l’élément final venant parfaire la révélation monothéiste, rendant caduc et inférieur tout ce qu’il l’a précédé. Les manuels se doivent de suivre cette doctrine qui est celle de la majorité de la population. L’image de la « page nouvelle » que tourne l’Égypte avec l’Islam va tout-à-fait dans ce sens, oubliant les quelques millions de Coptes attardés sur la page précédente.

  • 9 G. KEPEL, Le Prophète et Pharaon, Paris, La Découverte, 1984, p. 115.

39En guise de conclusion, le fait suivant, rapporté par Gilles Kepel9 dans son livre « Le Prophète et Pharaon » met en évidence l’actualité et la portée du problème.

  • 10 Mensuel de l’Association des Frères Musulmans.

« En comparant le manuel d’histoire de sixième primaire (âge des élèves : 12 ans) entre 1975 et 1976, ’Al-Da’wa’10 remarque que la deuxième édition fait la part trop belle aux lieux de pèlerinage chrétiens au Moyen Orient par rapport aux lieux saints musulmans. Elle met cela en rapport avec le fait que la rédaction de la deuxième édition est due à un chrétien et un musulman alors que la première était le fruit des efforts de trois musulmans et un seul chrétien. Qui plus est, il est honteux de faire apprendre aux enfants, dont la majorité sont musulmans, que le sépulcre du Christ se trouve à Jérusalem : telle est en effet la conception chrétienne, mais non musulmane. »

40On trouve dans le rapport de ces faits beaucoup de similitudes avec les réflexions inspirées par la lecture des chapitres consacrés au christianisme.

*

Notes

1 G. POSENER, S. SAUNERON, J. YOYOTTE, Dictionnaire de la civilisation égyptienne, Paris, F. Hazan, 1970.

2 G. POSENER, S.SAUNERON, J. YOYOTTE, op. cit.

3 Cf. par exemple p.

4 Le mot arabe utilisé est « Allah », « Dieu » des religions monothéistes, distinct de « ilah », « dieu », « divinité ».

5 Cf. Dossier du CEDEJ n° 1-1985, Luc BARBULESCO, Les Chrétiens égyptiens d’aujourd’hui.

6 J. JOMIER, Les grands thèmes du Coran, Paris, Le Centurion, 1978.

7 Rapport sur les livres scolaires en langue arabe imposés aux écoles par le ministère de l’Enseignement, Anonyme, Le Caire, 1960.

8 L’Égypte semble avoir été en majorité chrétienne jusqu’au xe siècle.

9 G. KEPEL, Le Prophète et Pharaon, Paris, La Découverte, 1984, p. 115.

10 Mensuel de l’Association des Frères Musulmans.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540