Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nos ancêtres les pharaons...

 | 
Gérard Coudougnan

Chapitre IV. La dignité retrouvée ; grandeur des ancêtres

Texte intégral

1Les introductions des manuels présentent toutes l’idée - développée dans le cours du livre - selon laquelle la patrie a dans le passé réalisé les œuvres les plus grandioses. Il a déjà été montré que le terme « patrie » renvoyait soit à l’Égypte soit au monde arabe selon les ouvrages et les époques considérées.

2La grandeur des ancêtres est d’abord présentée à propos des débuts de leur civilisation : les auteurs exposent les raisons du succès passé non sans en tirer des leçons pour le présent et pour l’avenir. Leur organisation étatique et principalement le roi et l’armée jouent un rôle majeur dans la persistance et l’extension des premiers succès, extension qui sera l’occasion d’affirmer la prépondérance des ancêtres sur les autres peuples ainsi que celle de la nation sur les peuples qui la menacent à l’époque contemporaine.

1 - Les raisons du succès :

A - L’effort

« L’Égypte n’est pas seulement un don du Nil (...), l’Égypte est le don de l’intelligence de bon peuple, de son activité, de ses efforts, de son assiduité, de ion unité. »

3Cette phrase (introduction de PREP 57) résume à elle seule la présentation des débuts de la civilisation égyptienne. S’opposant à la formule d’Hérodote « L’Égypte est un don du Nil » qui oublie de mentionner les hommes, les auteurs s’attachent à montrer leur rôle pionnier et capital dans tous les domaines, même s’ils reconnaissent l’importance des éléments naturels :

« L’Égypte a une position excellente, par laquelle elle se distingue des autres pays de la terre. Elle est le lieu de jonction des deux plus anciens continents du monde, l’Afrique et l’Asie, que Dieu pourvut dès leurs débuts des meilleures ressources naturelles, et - deuxième bienfait - des chefs d’œuvres de la pensée auxquels parvint l’esprit humain. Il leur attribua également les messages célestes bénis. »
« La nature a donné à l’Égypte un climat tempéré, un soleil étincelant, des vents qui ne sont ni des tempêtes ni de trop faibles brises, tout cela encourageant la vigueur de l’homme et l’augmentation de sa puissance de travail. » « La nature n’a pas privé l’Égypte de minéraux. »

4Ces quelques extraits de PREP 84 montrent un pays chéri de Dieu et de la nature, qui le placent dès le départ au-dessus des autres.

5Le travail de l’homme sera lui aussi un travail supérieur. Aussi après avoir énoncé les éléments favorables, s’empresse-t-on d’en diminuer la portée pour mettre en valeur le rôle de l’homme :

« Le fait est que la nature n’a pas comblé outre mesure ce pays de ses bienfaits, mais que nos ancêtres ont déployé tous leurs efforts pour venir à bout des difficultés et des obstacles et qu’ils ont dépensé beaucoup d’énergie pour lutter contre les forces de la nature déchaînée qui les entourait et pour résoudre les problèmes auxquels ils faisaient face.
La civilisation fut le fruit de sacrifices énormes qu’ils offrirent pour faire de leur pays un lieu favorable à la vie et au séjour permanent, pour eux et pour nous après eux. »
(PREP 84)

6L’action de ces pionniers est décrite d’une façon à peu près similaire par l’ensemble des manuels. Le terme le plus fréquemment cité est « l’effort ». Le mot arabe employé est jihad terme riche en connotations puisqu’il signifie à la fois « effort, application » et « guerre sainte contre les infidèles ». On voit le parti que les auteurs peuvent tirer de ce sens très large qui permet d’assimiler l’effort d’un peuple à son action en vue de réaliser les desseins divins.

7Viennent ensuite la réflexion, la religion, l’organisation étatique, les lois et les principes moraux. Il est facile de voir en ces termes les souhaits des rédacteurs ; invitant leurs jeunes lecteurs à l’effort et à la réflexion en pratiquant la religion et en respectant l’organisation étatique, les lois morales, religieuses et civiles, en vertu du principe selon lequel « les facteurs qui ont aidé nos ancêtres à devancer les nations du monde sont toujours présents et ont peu changé. » (PREP 84)

B - L’unité nationale

8L’action commune des ancêtres est présentée comme l’un des principes constitutifs de la nation. A l’époque du nationalisme arabe dominant, cette action commune revêt la forme d’échanges commerciaux et culturels nombreux et permanent depuis les temps les plus anciens entre les « régions de la grande patrie arabe » (cf. introduction de PREP 60 C).

9Avant 1959, et depuis le début des années soixante-dix, le nationalisme égyptien permet aux auteurs d’évoquer plus en détails les combats communs du peuple égyptien sans se soucier de l’inscrire comme on le fit, souvent avec difficultés, entre 1959 et 1970 dans un contexte général « arabe ». En témoignent ces deux passages datant respectivement de 1957 et 1984 :

« Tu as appris de l’exposé qui précède que l’Égypte a atteint ce niveau élevé de progrès, de civilisation et de souveraineté en restant toujours à l’ombre de l’unité et de la coopération entre le peuple, le gouvernement et l’armée. Tu as aussi appris que la faiblesse touchait parfois l’Égypte en raison de la division intérieure, de l’appropriation par les étrangers des ressources du pays ou leur utilisation dans l’armée du pays.
Et de toutes ces leçons nous tirons une exhortation : l’unité est toujours une force et une gloire pour la nation. Elle ne se réalise que par le sacrifice de tous les citoyens et par leur coopération en vue du bien public, si chacun sacrifie tout ce qu’il possède, même sa vie. La nation est au-dessus de tout. »
(PREP 57)
« Tu sais que l’Égypte compte parmi les plus anciens foyers de civilisation dans le monde, si ce n’est pas le plus ancien de tous. Et l’union du peuple sous l’autorité d’un gouvernement fort, telle que nous la voyons aujourd’hui est en vérité le fruit d’une longue histoire remontant à des milliers d’années. Le peuple égyptien fut l’un des premiers peuples du monde à connaitre la signification de l’unité et le premier peuple qui fut capable de lutter pour réaliser l’union nationale et n’a cessé de la conserver durant des milliers d’années. » (PREP 84)

  • 1 Cf. par exemple pp. 41 à 43.

10L’unité nationale est par ailleurs le thème majeur du chapitre consacré à l’unification de l’Égypte1. Ces appels à l’unité de la patrie n’ont pas pour motif principal d’éventuels risques de division nationale. Le ton beaucoup plus dramatique du premier texte laisse penser que c’est face à une situation nouvelle difficile que la cohésion du peuple est rendue indispensable. En 1957, le régime issu du coup d’État des « Officiers libres » n’a que 5 ans d’existence et vient de traverser la crise de Suez au cours de laquelle Israël a occupé pendant plus de quatre mois (4 novembre 1956/13 mars 1957) une partie du territoire égyptien (est du Sinaï). Un tel contexte exige, comme dans les difficultés du passé, une cohésion nationale sans faille.

C - Le système étatique

11En même temps que sur l’unité les auteurs insistent sur l’importance d’un gouvernement central fort :

« La division en villes et villages indépendants n’était pas une chose naturelle. » (PREP 68)

12Cet argument rappelle celui de PREP 60 C qui décrivait la division entre l’Égypte et la Syrie comme une « chose non naturelle ».

« Ce roi (Ménès, unificateur de l’Égypte) réussit aux environs de 3200 av. J.C. ce pour quoi il avait combattu, la réalisation de l’unité politique du pays et d’un gouvernement central fort pour l’Égypte. Dès lors l’histoire des origines de la civilisation égyptienne commença à se clarifier dans son rôle de lutte, de fondation, de construction. » (PREP 57)

13Tout en vantant les précurseurs qui œuvrèrent en faveur d’un gouvernement central puissant présenté comme le résultat d’efforts acharnés et le gage des succès à venir, on justifie le régime égyptien contemporain.

14Dans la présentation du système étatique de l’Antiquité, le roi et l’armée méritent une étude particulière.

Le roi :

15« J’ai tué Pharaon » s’écria Khalid al-Islambuli le 6 octobre 1981 après avoir abattu Sadate. Le mot « pharaon » est en effet pour les Égyptiens une insulte, synonyme de tyran. Pour un peuple en majorité musulman et dont le Coran constitue une base culturelle fondamentale, l’image de Pharaon dans le « Livre » revêt une importance particulière :

Nous avons envoyé Moïse
avec nos Signes et une autorité incontestable
à Pharaon et à ses conseillers
mais ceux-ci obéirent à Pharaon
bien que l’ordre de Pharaon fût injuste.
Le jour de la Résurrection,
il marchera en tête de son peuple
et il le conduira au Feu
comme on conduit un troupeau à l’abreuvoir.
Quel détestable abreuvoir !
(Sourate X - versets 96, 97, 98)

Pharaon, qui était hautain, parmi les impies.
(Sourate XLIV - verset 31)

Pharaon dit :
« Si tu adoptes un autre dieu que moi
je te ferai mettre en prison. »
(Sourate XXVI - verset 99)

Pharaon dit :
« O vous les chefs du peuple !
Je ne vous connais pas d’autre dieu que moi-même. »
(Sourate XXVIII - verset 38)

16(Les autres citations contiennent toutes la même idée d’un roi impie et orgueilleux).

17La Bible véhicule la même image du despote égyptien.

18Si les imprécations des deux livres saints ne s’adressent qu’à un seul pharaon, celui gui affronta Moïse, l’image de ce tyran impie s’est étendue à tous ceux qui portèrent son titre.

19Les auteurs de manuels, sans faire d’allusions directes à la représentation biblique et coranique du roi, vont s’attacher à en construire une autre, à la fois plus conforme à la réalité historique et soucieuse de montrer le personnage sous un jour beaucoup moins antipathique. Pour cela, ils s’efforcent d’abord de minimiser, de relativiser la prétention de Pharaon à la divinité, notion particulièrement impie aux yeux d’un musulman.

« Les Égyptiens ne connaissaient pas le système parlementaire mais ils adoptèrent l’idée du roi sacré, aussi Pharaon était-il le représentant de Dieu sur cette terre, gouvernant et organisant les affaires du royaume au nom de son Seigneur. Les Égyptiens ne se distinguèrent pas en cela des autres pays du monde, c’est au contraire une chose qui dominait les pays du monde connu dans l’Antiquité, au Moyen Age et plus tard. » (PREP 57/84)

  • 2 Notons qu’entre 57 et 84, la comparaison a été « forcée ». En 57, on lisait « Pharaon était le repr (...)

20La royauté égyptienne est décrite de façon à minimiser les accusations du Coran. Le pharaon est montré comme le représentant (calife) de Dieu [Allah2] gouvernant « au nom de son Seigneur » (un impie gouvernerait biamrihi, en son nom propre, en tirant son pouvoir de lui-même). Une fois ces principes posés, on souligne qu’ils n’ont rien d’exceptionnel.

21Pharaon est également décrit comme un personnage soucieux du bien et des intérêts de son peuple :

« Compte tenu de l’importance, de l’agriculture dans la vie de l’Égypte, Pharaon s’intéressait à l’érection des digues et au creusement des canaux, ainsi qu’à l’aide à apporter aux paysans afin de résoudre leurs problèmes. » (PREP 60 C)
« Le pharaon lui-même prenait la direction des projets destinés au bien-être du pays comme le creusement des canaux, l’érection des digues, la surveillance des travaux des mines et des carrières tout comme il veillait à avoir lui-même en main la direction de l’armée pour défendre le pays. » (PREP 60 B)

22Les manuels de primaire s’attachent pour leur part à la figure d’Amenemhat III dont ils font l’exemple type du « bon roi » soucieux des questions agricoles :

« Amenemhat III fut un roi juste s’intéressant aux affaires des paysans. Il bâtit un nilomètre au nord du Soudan, à la hauteur des forteresses de semna et de kamsa afin de connaître la hauteur des eaux du Nil et de ses crues annuelles, ceci pour établir les impôts des paysans sans léser quiconque. C’est pourquoi son règne est connu pour avoir été l’âge d’or du paysan. » (PRIM 74/84)

23Même si cette idée d’impôts alignés sur le niveau des crues est très répandue, elle ne repose sur aucun document antique. Sa mention à propos d’Amenemhat III confirme la volonté d’accentuer les vertus de ce roi qui semble avoir, dès l’Antiquité, joui d’une telle amplification de ses mérites.

24Pharaon est même montré comme un personnage proche de son peuple :

« Malgré la vénération du peuple pour son roi, Pharaon ne s’isolait pas de son peuple. Il aimait au contraire être en contact avec lui et montrait pour ses sujets sollicitude et bonté. » (PREP 60 B)

  • 3 Cf. DV, p 424.

25Ceci contribue à détruire l’image du monarque hautain et isolé contenue dans le Coran. Mais les « bons rois » sont aussi de courageux guerriers. Il n’y a pour s’en convaincre qu’à relire le chapitre consacré à Ramsès II traduit en première partie (cf. p. : 31 à 33). Cette présentation du roi et de la bataille qui l’opposa aux Hittites dans la plaine de Qadesh est tout à fait représentative des descriptions des faits données par tous les manuels. La version exposée est conforme au texte égyptien antique relatant le combat. A ce sujet Drioton écrivait3 :

« Le récit du combat nous a été conservée dans un morceau littéraire et poétique, connu sous le nom de Poème de Pentaour, et qui est malheureusement dénué de toute valeur historique. D’après ce texte, le roi absolument seul au milieu de ses ennemis réussit, grâce à sa valeur personnelle et à l’appui d’Amon, à mettre en fuite les 2 500 chars qui l’entouraient, ainsi que la nombreuse infanterie des alliés. La vérité est certainement moins fantastique. Ramsès II grâce à son courage personnel et à son ascendant sur ses troupes, put rallier les armées d’Amon et de Ré, et, redressant, non sans mérite, une situation critique, repoussa les alliés, et transforma ainsi ce qui aurait pu être une lourde défaite en une victoire relative. »

26Ainsi, les auteurs de manuels ont-ils préféré écarter une critique du texte qui aurait pu atteindre le prestige du roi d’Égypte.

L’armée

27Le roi n’est cependant pas envisagé comme un élément isolé ; l’armée occupe un chapitre entier de PREP 57/59, PREP 60 C-84. En voici les extraits les plus significatifs :

« L’armée égyptienne antique a rempli des pages de l’Histoire de son œuvre glorieuse, tant à l’extérieur qu’à l’intérieur. Malgré la prédilection de l’Égypte pour la paix, elle réalisa l’unité des provinces du pays, protégea ses frontières des ambitieux, libéra la nation des usurpateurs et mata les révoltes, principalement dans le sud. Quant à l’extérieur, elle travailla à relier certaines provinces de la patrie arabe dans une unité solide, comme elle diffusa la culture et la civilisation égyptiennes dans les zones africaine et asiatique et dans les dés de la Méditerranée. Le soldat égyptien écrivit pour sa patrie des pages d’or dans le livre de l’héroïsme et de la gloire. Il endura les épreuves dans le but d’aider son pays à s’élever, il accomplit son devoir avec courage et défia la mort. Ainsi le paysan égyptien, pacifique par nature, se transformait lorsque l’appel à la guerre était prononcé en un brave soldat, construisant avec son sang la gloire de la patrie et l’offrant en sacrifice pour elle. (...) Ainsi l’Égypte construisit sa patrie immortelle et édifia sa gloire antique par la force de son armée et le courage de ses soldats. La force et la grandeur de l’Égypte demeurèrent pendant toute l’histoire pharaonique un contrat d’union avec la force de l’armée et son autorité. » (PREP 60 C - 84)

28Un tel propos tient à la fois de la glorification des ancêtres et de la leçon pour le présent. Il est difficile de ne pas relier l’insistance sur le rôle de l’armée à la révolution de 1952, œuvre d’un groupe d’officiers et à l’état de guerre avec Israël. Une transposition facile permettrait à l’enseignant de montrer que, comme dans l’Antiquité, l’armée veille sur la nation tant à l’intérieur qu’à l’extérieur et que l’élève, en cas de guerre ne saurait agir autrement que ses ancêtres. Parmi les lecteurs de ce texte rédigé en 1960, nombreux sont ceux qui ont participé aux guerres de 1967 et 1973.

29Notons également la disparition de l’armée entre 1957 et 1984 dans les deux passages fort proches traduits dans la rubrique consacrée à l’unité nationale. En 1957, on mentionne « l’unité et la coopération entre le peuple, le gouvernement et l’armée. » En 1984, on lit « l’union du peuple sous l’autorité d’un gouvernement fort »... on peut voir ici un signe de la « démilitarisation » du régime nassérien qui reposait à ses débuts sur un conseil de militaires et s’est progressivement ouvert aux civils, qui occupent la majorité des hauts postes sous Sadate et Moubarak.

30Dans le domaine des hauts faits militaires, l’expulsion des Hyksôs, asiatiques ayant envahi l’Égypte au xvie siècle avant J.C. permet aux auteurs d’accentuer encore leur ton nationaliste.

2 - L’expulsion des hyksos : la première guerre de libération nationale

  • 4 Cf. DV, Paris, 1938.

31Cette époque est l’une des plus troubles de l’histoire de l’Égypte. Drioton4 la résume ainsi :

« L’Égypte, d’abord gouvernée par des rois faibles, est bientôt morcelée puis affaiblie par une invasion étrangère, et, enfin, libérée par une poignée de roitelets thébains. »

  • 5 Cf. Chapitre I, a.

32Tous les manuels, à l’exception de PRIM 715, même ceux qui sont censés n’aborder que des éléments de civilisation, s’arrêtent sur « la guerre de libération nationale ». Si les versions qu’ils en donnent divergent considérablement, le ton et les buts sont en fait bien proches.

33Tous les livres sont d’accord : les Hyksôs ont pénétré en Égypte à la suite d’un affaiblissement du pouvoir royal, que confirment les sources historiques. De ces sources, aucun manuel ne fait état ; c’est pourtant à un texte précis qu’ils se réfèrent pour décrire l’invasion des Hyksôs. Tous adoptent la version donnée par Josèphe (qui la dit être une citation textuelle de Manéthon). Selon ce passage :

  • 6 Josèphe, cité par DV.

« des hommes d’une race inconnue, venue de l’Orient eurent l’audace d’envahir notre pays, et, sans difficulté ni combat, s’en emparèrent de vive force"6.

  • 7 SAVE GODERBERGH, JEA 37 (1951), pp. 53-71, Cambridge Ancient History.
  • 8 Pour rester dans la logique des manuels, cf. Chapitre III.
  • 9 Josèphe, cité par DV.

34Les manuels reproduisent en grand nombre cette phrase sans en citer l’auteur ni ajouter critiques ou précisions. Cette « race inconnue » pose encore des problèmes aujourd’hui, mais on s’accorde à penser7 que ces Hyksôs sont des Sémites refoulés par l’irruption des Aryens au début du IIe millénaire av. J.C. On conçoit que les manuels, en majorité soucieux de mettre en avant « l’unité de la patrie arabe antique » aient écarté une discussion de laquelle il aurait pu ressortir que les envahisseurs de l’Égypte furent des frères de race, conformément à l’idée selon laquelle8 tous les habitants de cette région étaient originaires de la Péninsule Arabe. D’ailleurs Josèphe lui-même ajoute que « certains considèrent les Hyksôs comme des Arabes »9, phrase qui n’apparaît évidemment pas dans les manuels.

35Tous les manuels décrivent l’invasion de ces Asiatiques comme rapide et inopinée. On a plutôt tendance aujourd’hui à préférer l’hypothèse d’une invasion lente et progressive, par infiltrations. Dans cette invasion on admet que le char militaire - inconnu jusqu’alors des Égyptiens - n’ait joué qu’un rôle tardif et secondaire. Or, tous les manuels présentent l’utilisation de cet instrument comme un élément décisif du succès des Hyksôs : peut-être faut-il y voir la volonté d’excuser, de minimiser la défaite égyptienne en lui donnant une origine strictement matérielle : ainsi le courage et l’honneur des combattants ne sont pas en cause.

36Ce dessin vient illustrer dans plusieurs ouvrages cette version. Il est évident que l’on a cherché à accentuer l’aspect misérable et barbare de cette horde de gueux envahissant l’Égypte. Où sont donc les chars de guerre qui auraient pu donner de la prestance à leurs conducteurs ?

37Le combat des Égyptiens contre les Hyksôs est désigné par le terme jihad : les Égyptiens sont en un seul mot désignés comme étant investis d’une mission divine contre des ennemis impies.

  • 10 Papyrus Sallier I ( = British Museum 10185) traduction dans Lefebvre, Romans et contes égyptiens, p (...)

38Ce combat a été mené successivement par trois princes thébains : Séqénenré, Kamès et Ahmosis. La momie du premier a été retrouvée : elle porte à sa tête une blessure qui confirmerait le texte du papyrus relatant un conflit entre Séqénenré et le roi Hyksôs10.

  • 11 The Carnavon Tablet n° 1, in JEA III, (1916), pp. 95-110.

39La photo de cette momie est, dans PREP 57/59 accompagnée de la légende suivante : « Momie de Séquénenré, le premier héros égyptien mort en martyr pour la liberté, frappé à la tête d’un coup mortel par les ennemis ». Il est le premier à être érigé en héros, ses successeurs le sont bien davantage. Le premier, Kamès, est connu par une tablette11 qui rapporte les faits suivants :

  • Kamès réunit ses courtisans et leur fait part de sa décision de chasser les Asiatiques d’Égypte,

  • les courtisans disent s’accommoder de la situation, estimant le résultat de la guerre bien incertain,

  • Kamès persiste et part en guerre.

40Il faut souligner qu’un seul des manuels consultés mentionne l’attitude peu nationaliste des courtisans et leur refus de s’associer au combat contre l’occupant étranger. Bien plus, le manuel de primaire utilisé depuis 1974 déforme les faits tels qu’ils sont rapportés par les sources historiques pour présenter la version suivante :

  • 12 L’expression idiomatique utilisée pour ce « que faire ? » est la même que celle qui a cours dans le (...)

Les princes de la province allèrent à Thèbes offrir ce qu’ils avaient comme soldats et comme argent. Kamès, le prince de Thèbes se dressa et leur fit un discours enthousiaste : « Que faite ?12 Ces ennemis orgueilleux nous humilient et humilient notre patrie sacrée, nous menacent et oppressent notre peuple. »
Alors tous répondirent :
« Nous n’avons devant nous qu’une seule voie, la guerre, la guerre pour libérer la patrie ! »

41Ainsi les courtisans récalcitrants sont-ils présentés comme d’ardents défenseurs de la patrie !

  • 13 Cet ajout n’est pas le fait de M. Mukhtar mais des services de rédaction et de contrôle des manuels (...)

42Tous les manuels utilisent le même vocabulaire pour décrire les hauts faits de l’armée, du peuple et de son roi. Ahmôsis, successeur de Kamès et restaurateur de l’indépendance nationale est le « héros de la libération ». Les soldats sont « braves et courageux », « ils meurent en martyrs pour la patrie » faisant preuve de « patience et d’abnégation », qualités bien coraniques de ceux qui mènent le jihad. « Dieu leur donna la victoire sous l’autorité d’Ahmôsis » écrit M. Gamal al-Din Mukhtar (PREP 1965/1984) un paragraphe étant ajouté13 après 1973 (PREP 1974/19084) :

« Cette situation importante représente notre situation actuelle et l’histoire militaire fera une longue halte pour analyser et étudier la guerre du 6 octobre 1973, lorsque les forces armées égyptiennes purent prendre d’assaut le canal de Suez et détruire la ligne Barlev, les lumières d’une aube nouvelle apparaissant ainsi sur le sol arabe et les défilés de la victoire égyptienne avançant dans nos rues. L’époque du retard et de la défaite prit fin, il était désormais possible de répondre à Israël qui se vantait de ce qu’elle avait vaincu en 6 jours. L’Égypte a réalisé la victoire en 6 heures grâce à ses hommes héroïques qui façonnèrent l’héroïsme sur le sol du Sinaï. »

43Ainsi est fait un rapprochement entre un fait antique et un fait récent, d’actualité pourrait-on dire. Quel est le sens de ce rapprochement ? Il peut être double. Il permet d’abord de réactualiser l’histoire ancienne pour mieux faire sentir aux élèves l’importance de l’expulsion des Hyksôs. En comparant l’occupation étrangère antique et celle, contemporaine, du Sinaï et de la zone du canal si durement frappée par la guerre d’usure israélo-égyptienne, les élèves peuvent avoir une vivante et dramatique image de ce que représente cette situation. Mais, et c’est là le point le plus important, la démarche peut être opérée dans l’autre sens donnant ainsi à la « victoire » du 6 octobre toutes les assurances, tous les bénéfices de celle d’Ahmôsis.

44Tout comme la propagande officielle, l’auteur concentre son regard sur le 6 octobre et par un parallèle avec l’expulsion des Hyksôs participe au mythe national : la guerre d’octobre 1973 est une victoire égyptienne totale, incontestée, incontestable.

  • 14 SOMEKH, The changing Rythm.

45L’expulsion des Hyksôs est donc une occasion supplémentaire de souligner le patriotisme égyptien. Les auteurs de manuels d’histoire n’innovent pas en cela : déjà en 1944, le grand romancier égyptien Nagib Mahfuz publiait « La lutte de Thèbes », roman d’inspiration historique relatant la lutte contre les Hyksôs. Cette lutte rappelait au peuple égyptien son passé glorieux tout en répondant à son espoir latent de libération nationale à l’heure de la domination britannique et de la seconde guerre mondiale. Nagib Mahfouz ne prétendait pas faire œuvre d’historien14 là où des auteurs de manuels ont pris des facilités de romanciers.

3 - Les Hébreux et Israël

46La mention d’Israël citée plus haut amène à la question de la présentation du peuple hébreu par les manuels d’histoire antique. Comment traitent-ils les ancêtres des occupants de l’État auquel s’opposent le plus les Arabes, cet État reposant en grande partie sur des notions historiques d’occupation d’un territoire ?

  • 15 Cf. L’histoire, n° 72 B. LEWIS, « Palestine : histoire d’un mot ».

47Les manuels susceptibles d’aborder cette question sont ceux qui, postérieurs à 1959 obéissent à un programme incluant la zone désignée sous le nom de Palestine15. Présentant les Cananéens, peuple que combattirent les Hébreux à leur sortie d’Égypte, il est naturel d’attendre l’évocation de cet événement. Or, sur trois manuels en présence en 1960, un seul y fait allusion, PREP 60 B :

  • 16 En arabe Philistins et Palestiniens sont un seul et même mot.

« Les Cananéens :
Ils forment le deuxième peuple arabe à avoir émigré du désert occidental et à s’être implanté dans le pays de Cham [la Syrie ancienne). Les Amoréens habitant le nord, l’est et le centre de la Syrie, les Cananéens s’installèrent dans le sud de la Syrie et plus particulièrement sur ce que nous appelons aujourd’hui la Palestine. Le pays s’appelait « pays de Canaan ». Il ne fut connu sous le nom Palestine qu’après que les habitants de certaines îles de la Méditerranée, connus sous le nom de Philistins
16 aient envahi ses côtes, il y a plus de 3000 ans.
Les Cananéens bâtirent des temples et des palais, ils fondèrent des villes et des États locaux, ils atteignirent un haut degré de développement dans l’agriculture, l’artisanat et le commerce. Ce sont eux qui défendirent leur pays, le pays de Canaan - la Palestine - contre l’invasion des Hébreux oppresseurs.
(...)
Les Cananéens furent un moyen de diffusion pour toutes les civilisations qui s’élevèrent sur les rives du Nil, du Tigre et de l’Euphrate. Des liens et des relations commerciales étroites s’établirent entre l’Égypte et les Cananéens, comme le prouvent les vestiges égyptiens et cananéens.
Chaque ville avait son gouvernement indépendant et les Cananéens ne purent pas regrouper ces nombreux gouvernements sous l’autorité d’un seul ni ériger un État cananéen unique. Ceci facilita la conquête de leur pays par les hébreux et la prise de leurs villes l’une après l’autre.
La cause de l’absence d’un grand État cananéen en Syrie ancienne est la présence de deux grands États en Mésopotamie et dans la vallée du Nil ainsi que la présence d’un État voisin du Nord, l’État hittite. Ceci poussa les Cananéens à se regrouper dans des villes fortifiées plus faciles à défendre et les empêcha de construire un grand État s’opposant aux autres. »

48Ce texte participe à la légitimation des revendications arabes sur la Palestine en faisant des Arabes (c’est ainsi que sont qualifiés les Cananéens) les premiers occupants du territoire. Les envahisseurs sont présentés comme « oppresseurs » et le mérite de leur conquête est bien mince, leur tâche ayant été facilité par la situation politique de l’époque. Il paraît excessif de voir dans la description de cette situation un appel à l’union des Arabes pour défendre la Palestine, la possibilité d’un tel rapprochement restant tout de même offerte au professeur commentant le texte.

49Les deux autres manuels de 1960 traitent des Cananéens sans signaler ce fait majeur de leur histoire. L’un d’eux pourtant, s’il ne mentionne pas la conquête du pays de Canaan par les Hébreux, s’intéresse au conflit qui les opposa à Nabuchodonosor, roi de Babylone.

« Nabuchodonosor se distingua par son adresse et sa fermeté dans la guerre. Pendant son règne les Juifs de Palestine se soulevèrent. Il accourut vers leur capitale. Jérusalem (Al-Qods) la détruisit et fit prisonnière une partie de la population. Quand, dix ans plus tard les Juifs se soulevèrent à nouveau (582) Nabuchodonosor détruisit totalement la ville et emmena cette fois vers l’Iraq environ 4000 Juifs qu’il mit en esclavage à Babylone. » (PREP 60 B)

50Ce passage s’inscrit dans le chapitre consacré aux Babyloniens qui sont eux aussi présentés comme un peuple arabe, ce qui permet de montrer une victoire des Arabes sur les Juifs. Il faut noter que les auteurs omettent de signaler la guerre qui opposa Nabuchodonosor au pharaon Nékao, le Babylonien ayant infligé à l’Égyptien une lourde défaite (Jérémie XLVI) et anéanti ses possessions en Asie : « le roi de Babylone avait pris tout ce qui était au roi d’Égypte, depuis le torrent d’Égypte jusqu’au fleuve de l’Euphrate » (II Rois XXIV, 7). Une telle omission permet de laisser dans l’ombre une défaite égyptienne et une querelle « inter-arabe » pour ne se concentrer que sur la victoire face à Israël.

51Ce même manuel signale également :

« À l’époque de Harith IV (9 av. J.C. - 40 ap. J.C.) la guerre éclata une fois de plus entre Nabatéens et Juifs et la victoire fut pour les Arabes. »

52PREP 60 A mentionne à propos des Araméens :

« Ils atteignirent le sommet de leur gloire à l’époque du roi Ibn Hadad 1er qui conquit le nord de la Palestine et soumit les fils d’Israël. »

53On peut dégager les tendances générales d’une présentation qui s’attache à montre :

  1. que Cananéens, Araméens, Babyloniens, Nabatéens furent des ennemis arabes des Hébreux ;

  2. que les Cananéens sont les premiers occupants de la Palestine, qui est donc terre arabe. Leur expulsion par les Hébreux fut le fruit d’un concours de circonstances ;

  3. que les Arabes (Araméens, Babyloniens, Nabatéens) ont soumis les Juifs à plusieurs reprises.

54Pourtant une carte contient, dans PREP 60 C le mot « Israël » recouvrant une entité territoriale entre le Jourdain et la Méditerranée. Cette « carte des royaumes araméens et cananéens en Syrie avant l’apparition des Nabatéens » montre que malgré une interprétation assez orientée des faits il était paradoxalement possible de reconnaître à Israël une implantation territoriale antique (cf. carte p. 105).

55Il en va bien sûr tout autrement de l’État d’Israël contemporain ainsi lit-on dans le chapitre de PRIM 63/64 consacré au christianisme :

« Nazareth, au nord de Jérusalem, actuellement situé dans la zone de Palestine qu’a usurpée Israël. »

4 - Grecs et Romains : luttes d’influences

56Après les Hébreux, il faut considérer la présentation faite des Grecs et des Romains et de leurs rapports avec les Égyptiens. Cette présentation est une occasion supplémentaire de démontrer la supériorité des ancêtres égyptiens en prouvant que ce que l’on prend en Europe pour une « influence égyptienne » est en fait le substrat fondamental qui fut influencé par les Grecs et les Romains et non l’inverse.

57Tous les manuels ont recours au même schéma explicatif qui fait de l’Égypte une source majeure pour toutes les civilisations du bassin méditerranéen. Le rôle pionnier des Égyptiens est présenté de manière très large. Tous les secteurs de l’activité humaine sont envisagés et dans chacun de ces secteurs les Égyptiens n’ont pas seulement excellé mais furent les premiers : agriculture, arts, artisanat, commerce, littérature, sciences, architecture, sciences naturelles, astronomie, chirurgie, chimie, médecine, plantes médicinales, mathématiques, dessin, sculpture, écriture.

  • 17 De la fin du règne de Nectanébo II (341 av. J.C.) à la Révolution de juillet 1952, l’Égypte ne fut (...)

58Même si elle est en grande partie fondée, une telle insistance a d’autres buts que le simple rappel de particularités historiques. Après une domination étrangère de plus de deux millénaires17 dont le dernier avatar, la colonisation britannique maintint les Égyptiens sous une tutelle humiliante, la mention du rôle pionnier des ancêtres a une fonction thérapeutique évidente. A l’heure où le progrès technique est ressenti et présenté comme la seule voie de salut possible, alors que les techniques modernes sont en Égypte un produit d’importation, il importe de montrer aux élèves que les fondements de toutes les découvertes ont été le fait des anciens Égyptiens ; la patrie n’est donc pas absente du grand mouvement scientifique du xxe siècle :

« Malgré ce que tu vois aujourd’hui comme outils et instruments modernes fabriqués par l’Occident dans les domaines agricole, industriel et commercial, nos ancêtres ont été tes premiers à inventer les outils et instruments qui rendirent possible l’agriculture, l’industrie et le commerce. » (PREP 60 C)

59La présence de l’Égypte au sein de ce mouvement a pour élément majeur les civilisations grecque et romaine qui ont hérité et transmis la plus grande partie de leur savoir. Les introductions traduites dans le chapitre précédent mettent en évidence cette tendance, développée ensuite dans le cours de l’exposé.

60PREP 60 C résume ce raisonnement en quelques lignes :

« La nation arabe :

  • est le lieu d’origine du premier homme,

  • est le berceau de la civilisation humaine toute entière,

  • est celle qui a conservé cette civilisation et l’a préservée pendant des milliers d’années,

  • c’est elle qui l’a offerte aux nations européennes et à d’autres peuples du monde. »

Le détail de cette transmission est plus loin explicité :

L’Orient donna à l’Occident sa première leçon de civilisation et lui offrit le produit de sa science, de son art, de sa littérature, ses secrets techniques et ses pensées spirituelles.
Ainsi également, l’Orient donna-t-il à l’Occident le premier exemple de tolérance et de compréhension en accueillant ses fils et ses habitants dans son pays. L’Orient a ainsi prouvé à l’Occident que la civilisation est une association entre les gens. Il convient que les peuples cultivés enseignent aux peuples non cultivés. »
(PREP 60 C)

61Le nationalisme s’exprime ici à travers les vastes entités Orient/Occident représentant en fait les rapports Égypte/Europe. Le texte montre que les « Orientaux » peuvent regarder de très haut les « Occidentaux ». Il insiste sur la générosité de l’Orient « offrant » son savoir avec « tolérance et compréhension » à ces « peuples non cultivés ». Viennent ensuite des exemples précis :

- Sculpture et architecture :

« Les Grecs se distinguèrent dans les arts et la construction. Ils commencèrent dans cette activité en imitant les statues égyptiennes puis se mirent à façonner leur art en faisant de gracieuses statues représentant les corps avec précision. » (PREP 60 C)

- Productions artisanales :

« Avec le temps, ils (les Grecs) se mirent à les imiter (les Égyptiens) jusqu’à ce qu’ils soient finalement capables d’en faire autant. » (PREP 60 C)

- Sciences :

« Les Grecs empruntèrent également les fondements de la science à notre pays. Ils apprirent de nous les mathématiques, l’astronomie et d’autres sciences. Puis il ne tarda pas à apparaître parmi eux des professeurs et des savants dans ces différentes sciences. » (PREP 60 C).
Dans les temples d’Héliopolis, de nombreux Grecs étudiaient la médecine, l’astronomie, les mathématiques et d’autres sciences et arts. Quand ils retournaient chez eux, ils les diffusaient parmi leurs concitoyens. Parmi les plus importants d’entre eux citons Pythagore le mathématicien, Solon le législateur et tant d’autres. »
(PREP 60 B)

- Législateurs :

« Certains d’entre eux, comme Solon s’inspirèrent des lois de notre pays. » (PREP 60 C).

62Les Grecs sont présentés comme les élèves des Égyptiens : ils ne sont que des continuateurs, certes brillants, mais l’impulsion originelle est égyptienne.

63Les Romains sont, quant à eux, décrits comme les continuateurs des Grecs. Mais alors que l’Égypte ptolémaïque bénéficie d’une présentation favorable, la domination romaine est dans l’ensemble jugée très négativement. L’époque ptolémaïque vit un pouvoir étranger sur une Égypte qui demeura indépendante alors que la domination romaine fit entrer le pays sous la dépendance totale de Rome, ce qui justifie la différence de description des deux situations.

  • 18 Cf. Chapitres III, 2C et V.

64L’attitude très dure des Romains face au Christianisme aussi bien au temps des grandes persécutions qu’au moment des querelles dogmatiques, confirme cette vision d’un occupant oppresseur qui mobilise contre lui la « résistance populaire »18.

65Il reste enfin à signaler une absence, celle du Sinaï. Plusieurs fois occupée par Israël, cette péninsule aride qui fut depuis la plus haute antiquité exploitée par les Pharaons pour ses richesses minières est quasiment absente des manuels scolaires. Rendu à l’Égypte à la suite des accords de Camp David ce territoire n’est pas, contrairement à ce que l’on aurait pu attendre « l’Alsace-Lorraine » de l’Égypte. Les manuels ne font à aucun moment de l’occupation de cette partie du sol égyptien l’un de leurs thèmes de combat. Le bref passage évoquant la guerre d’Octobre (dans le chapitre sur les Hyksôs) n’a pas été complété pour signaler le retour de la péninsule sinaïtique sous la souveraineté égyptienne.

*

Notes

1 Cf. par exemple pp. 41 à 43.

2 Notons qu’entre 57 et 84, la comparaison a été « forcée ». En 57, on lisait « Pharaon était le représentant de la divinité sur cette terre ».

3 Cf. DV, p 424.

4 Cf. DV, Paris, 1938.

5 Cf. Chapitre I, a.

6 Josèphe, cité par DV.

7 SAVE GODERBERGH, JEA 37 (1951), pp. 53-71, Cambridge Ancient History.

8 Pour rester dans la logique des manuels, cf. Chapitre III.

9 Josèphe, cité par DV.

10 Papyrus Sallier I ( = British Museum 10185) traduction dans Lefebvre, Romans et contes égyptiens, pp. 131-136.

11 The Carnavon Tablet n° 1, in JEA III, (1916), pp. 95-110.

12 L’expression idiomatique utilisée pour ce « que faire ? » est la même que celle qui a cours dans les traductions de Lénine.

13 Cet ajout n’est pas le fait de M. Mukhtar mais des services de rédaction et de contrôle des manuels scolaires du ministère de l’Enseignement. (Cf. annexe).

14 SOMEKH, The changing Rythm.

15 Cf. L’histoire, n° 72 B. LEWIS, « Palestine : histoire d’un mot ».

16 En arabe Philistins et Palestiniens sont un seul et même mot.

17 De la fin du règne de Nectanébo II (341 av. J.C.) à la Révolution de juillet 1952, l’Égypte ne fut gouvernée que par des dirigeants « d’origine étrangère ».

18 Cf. Chapitres III, 2C et V.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540