Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nos ancêtres les pharaons...

 | 
Gérard Coudougnan

Chapitre I. Manuels et programmes

Texte intégral

1 - Les manuels

1Les manuels scolaires égyptiens sont de fabrication médiocre (brochés ou agrafés) et supportent mal l'épreuve du temps. Une année scolaire leur est généralement fatale. Comme ils sont réimprimés et distribués aux élèves au début de chaque année scolaire, ceux-ci n'ont pas à la conserver en bon état dans le souci d'une réutilisation. Les établissements scolaires ne les conservant pas et le recours aux bouquinistes étant vain, il est très difficile de s'en procurer.

2La Bibliothèque Nationale (Dar al-Kutub, Corniche al-Nil, Boulaq) en possède une série quasi complète. Les références de chacun de ces livres à la Bibliothèque Nationale seront données à la bibliographie.

3Jusqu'au début des années 1960, deux éditions différentes du même ouvrage ont cours : l'une imprimée par les presses du ministère, l'autre par la maison d'édition Dar al-Ma'arif (nationalisée en 1963). Cette dernière édition, réalisée en vue de la vente aux élèves des écoles privées est d'une qualité nettement supérieure à celle du ministère de l'Enseignement. Les manuels sont aujourd'hui exclusivement imprimés par les soins du ministère qui les fournit aux élèves contre une contribution financière (à la rentrée 1985, l'ensemble des manuels nécessaires à un élève du cycle primaire coûtait environ 8 L.E.). Ils sont tous les ans réimprimés subissant souvent à cette occasion de légères modifications, le plus souvent seulement de mise en page.

4Ils sont généralement agrafés, la page de couverture étant en papier épais. Aucun d'eux ne renferme de couleurs : textes et illustrations sont exclusivement à l'encre noire, têtes de chapitres et de paragraphes étant composés au moyen de caractères typographiques plus gros. Le format des livres varie de 21 x 29 cm pour le plus grand à 12 x 17 cm pour le plus petit. Tous sont agrémentés de cartes et de schémas. La plupart contiennent des photographies en quantité et qualité variables.

5Souvent très mal imprimés, voire illisibles jusque dans les années 1960, les manuels ont aujourd'hui une typographie et une présentation souvent claires, à défaut d'être attrayantes.

6Afin de ne pas répéter constamment les titres de manuels, ceux-ci seront désignés par un code permettant de connaître le cycle concerné, l'année d'édition ainsi que, le cas échéant, de retrouver le nom du manuel en bibliographie lorsque plusieurs manuels sont utilisés pendant la même année.

7Ainsi les signes PRIM, PREP et SEC désignent respectivement les cycles primaire, préparatoire et secondaire. Ils sont suivis de la date d'édition du manuel concerné et parfois d'une lettre indiquant (se reporter à la bibliographie de chaque cycle) le manuel précis de l'année indiquée.

Exemples :

PRIM 60 désigne le livre de Primaire édité en 1960.

PREP 60 C désigne le livre de Préparatoire de 1960 codé C, dans la bibliographie de ce cycle.

PREP 75/84 désigne les manuels de Préparatoire (identiques) publiés entre 1975 et 1984.

2 - Les programmes

8L'enseignement est divisé en trois cycles :

  • primaire (6 années)

  • préparatoire (3 années)

  • secondaire (3 années).

9Un enfant suivant un cursus normal entre en Première Primaire à 6 ans, en Première Préparatoire à 12 ans, en Première Secondaire à 15 ans, âge auquel il est orienté vers une deuxième Secondaire scientifique ou littéraire. Tous les passages en classe supérieure sont, dès le Primaire, conditionnés par le succès aux examens de fin d'année.

10L'histoire de l'époque ayant précédé Muhammad a toujours été étudiée dans les cycles primaire et préparatoire depuis 1952. Dans le cycle secondaire elle n'est présente qu'en section littéraire, et ce jusqu'en 1968. Depuis cette date, le jeune Égyptien, passé la première année de Préparatoire n'est plus en contact scolaire avec l'histoire préislamique, sauf à se spécialiser en égyptologie à l'Université.

a - Le cycle primaire

11Jusqu'en 1970, l'histoire préislamique fut au programme de la cinquième année primaire (enfants de 10 ans) ; depuis 1971, c'est en quatrième année que les enfants (âgés de 9 ans) l'abordent.

12Jusqu'en 1959/60, l'histoire antique est seule au programme. De 1960/61 à 1968/69, elle occupe la moitié du programme, la seconde partie étant consacrée à l'histoire musulmane. Depuis 1969/70, le programme est à nouveau exclusivement axé sur l'antiquité.

13Jusqu'en 1969/70, les livres sont de grand format (environ 21 x 28 cm). Depuis le format est réduit (environ 17 x 24 cm) et l'Histoire ne représente qu'une partie du manuel de « matières sociales» incluant aussi la géographie.

Ouvrages consultés

(On notera l'absence de documentation entre 1965 et 1968 inclus).

14Tendances générales :

15S'adressant à des jeunes enfants, ces livres présentent l'Histoire à partir de personnages illustres, de légendes, ou de hauts faits. Comme le montre le tableau, les thèmes le plus souvent abordés sont :

  • l'unification de l'Égypte et la construction des pyramides ;

  • Amenemhat III, pharaon ayant participé à l'assèchement de la zone marécageuse du Fayoum afin de la mettre en culture, ce qui permet aux auteurs d'évoquer, souvent en détails, la vie du paysan égyptien ;

  • Ahmôsis, libérateur de l'Égypte (cf. « Les Hyksôs ou la première guerre de libération nationale") ;

  • Hatshepsout, Thoutmôsis III, Akhenaton, souverains ayant contribué à différents degrés à étendre la gloire (commerciale, territoriale, religieuse) de l'Égypte ;

  • Ramsès II, glorieux conquérant et grand bâtisseur ;

  • Alexandrie, qui donne l'occasion d'aborder les civilisations grecques et romaines.

Tableau des principaux thèmes abordés selon les années

Tableau des principaux thèmes abordés selon les années

Légende : o pas de documentation
 : + sujet présent
 : - sujet absent

16Dans l'exposé, fait d'histoires « juxtaposées», l'ordre chronologique est respecté mais peu mis en évidence : on a cherché à attirer l'intérêt des lecteurs en traçant un tableau, souvent vivant et évocateur, de la civilisation égyptienne.

17Strictement égyptien jusqu'en 1958/59 inclus, le programme s'élargit en 1959/60 aux Phéniciens, « occupants antiques de la Syrie», cette dernière formant avec l'Égypte la RAU depuis le 1er février 1958. En 1960, les périodes abordées se répartissent quantitativement de la façon suivante :

  • Égypte ancienne 31 % des pages

  • Phénicie 15 %

  • Héros musulmans 54 %

18En 1963, elles sont de :

  • Égypte ancienne 37 % des pages

  • Phénicie 8 %

  • Héros musulmans 54 %.

19En 1969, l'histoire ancienne est réduite à 19 pages, soit 20 % du manuel, contre 80 % à l'histoire arabo-musulmane. Le christianisme est totalement absent de cet ouvrage ; en 1955/59, ce thème occupait un chapitre complet, illustré de trois dessins, trois photos et d'une carte, dans les deux manuels suivants il occupe aussi un chapitre. Depuis 1974, le manuel consacre 16 lignes à la religion chrétienne.

20En 1971, le « programme unifié entre l'Égypte, le Soudan et la Libye» aboutit à un manuel très mince (23 pages) limité à trois sujets :

  • l'unification de l'Égypte

  • la construction des pyramides,

  • les contacts entre l'Égypte, le Soudan et la Libye aux temps antiques.

21Ce programme s'élargit en 1974 pour rester identique jusqu'à aujourd'hui, où 78 pages sont consacrées à l'Égypte pharaonique.

22Illustration :

23C'est dans les manuels de ce cycle qu'elle occupe la place la plus importante tant en dessins qu'en photographies.

24« L'histoire illustrée  » (PRIM 63/64) offre une proportion à peu près identique de dessins et de texte. Les vignettes de cet ouvrage se retrouveront dans quelques manuels de préparatoire (PREP 60 B).

25Il faut noter qu'on a souvent préféré à des illustrations tirées de bas reliefs ou de peintures antiques des reconstitutions sous forme de dessins réalistes respectant par exemple les lois de la perspective.

26Les photographies ne sont présentes que dans les anciens manuels (avant 1964). La plupart d'entre elles sont de très mauvaise qualité. Celles de PRIM 60 sont difficilement identifiables, même après lecture de la légende qui les accompagne.

27Les cartes sont rares, le texte ne les justifie pas.

28Exemple :

29« L'histoire de Ramsès II »

30Extrait du livre « L'histoire illustrée » utilisé en 1963/64 et 1964/65. Le chapitre choisi traite d'un thème qu'abordent la quasi totalité des manuels sur un ton proche de celui utilisé ici, ce qui le rend assez représentatif de ces ouvrages.

31L'illustration comprend beaucoup plus de reproductions de scènes antiques que la moyenne des livres. Regroupant les trois grands types d'illustrations (reproduction de l'antique, scène « recomposée» en perspective, photographie) ce chapitre permet également de se faire une idée correcte de l'iconographie des manuels de cycle primaire.

32Traduction :

33(Illustration 1 a)

34Environ soixante ans après la mort d'Akhenaton, un jeune roi nommé Ramsès II accéda au pouvoir en Égypte. Son père l'avait entrainé à l'exercice du pouvoir, comme l'avaient fait d'autres rois auparavant et avait veillé à son éducation dans le domaine militaire. C'est pour cela qu'il devint un roi excellent et un chef militaire accompli, maître dans le maniement de l'arc, conduisant parfaitement le char militaire.

35(Illustration 1 b)

36Les Hittites, chefs des États voisins du Sham, pensaient qu'en raison de son jeune âge, il ne serait pas capable de préserver son pays. Aussi l'un de ces chefs entreprit de conquérir de nombreuses villes syriennes, parmi lesquelles la ville de Qadesh. Ramsès se fâcha et décida de le combattre et de récupérer ce qui lui avait été pris et dans ce but prépara une grande armée. Avant de quitter l'Égypte, il convoqua les gouverneurs des provinces et ils lui jurèrent fidélité et s'engagèrent à ne pas sortir pendant son absence.

37(Illustration 2 a)

38Ramsès avança avec son armée jusqu'à la ville de Qadesh. Là, deux bédouins le rencontrèrent, ils alléguèrent qu'ils fuyaient l'armée hittite et lui apprirent mensongèrement que les Hittites se repliaient vers le nord. Ramsès les crut et se pressa, avec quelques uns de ses soldats, vers l'entrée de Qadesh et les Hittites l'attaquèrent à revers. Il faillit être battu mais grâce à son courage, lui et ses quelques gardes particuliers, purent triompher de leurs ennemis.

39(Illustration 2 b)

40C'est pour cela que les Hittites s'employèrent à ce que soit signé un traité avec Ramsès, décidant de la fin de la guerre et que chacune des deux parties aide l’autre en cas d'agression. Ce traité constitue le plus ancien traité écrit connu dans l'Histoire. Afin d'assurer les bonnes relations entre les deux parties, Ramsès épousa une fille du roi des Hittites.

41(Illustration 3 a)

42Ramsès passa le reste de son règne à œuvrer à l'essor de l'Égypte. Après avoir régné soixante ans – c'est le plus long règne de ce pays – il mourut. Le peuple en fut très affecté et les cérémonies funéraires furent grandioses. Son corps embaumé est toujours conservé de nos jours, au musée égyptien du Caire.

43(Illustration 3 b)

44En l'honneur de Ramsès, le gouvernement révolutionnaire fit transporter son énorme statut qui était à Memphis au Caire où elle fut dressée sur la place de la gare. Une belle fontaine fut placée devant elle et la place fut appelée « place Ramsès». De même le gouvernement s'intéressa au sauvetage des temples d'Abou Simbel qui sont parmi les beaux monuments que laissa Ramsès en Nubie.

b - Le cycle préparatoire

45Jusqu'en 1956/57 inclus, l'histoire préislamique occupe deux années scolaires de ce cycle :

  • la première année, consacrée à la préhistoire

  • la deuxième, consacrée à l'Égypte ancienne.

46En 1957/58, la préhistoire disparaît des programmes et depuis, c'est en première année de Préparatoire que les élèves, âgés de 12 ans étudient l'histoire antique de leur pays.

47De format moyen (16 x 20 cm) dans les années 55/75, les livres sont, depuis de format supérieur (20 x 27 cm).

48Tendances générales :

49Le programme d'histoire antique du cycle préparatoire est strictement limité à l'Égypte (de son unification à la conquête musulmane) jusqu'en 1958/59 inclus. A la rentrée 1959, on ajoute au manuel précédemment utilisé un supplément consacré à la Phénicie, accompagné d'un long texte se rapportant à l'unité arabe.

50En 1960, ce manuel est totalement remanié et deux autres ouvrages apparaissent : trois manuels différents sont donc en présence, pour un programme incluant, en plus de l'histoire ancienne de l'Égypte, celle des zones recouvertes par les États suivants : Syrie, Iraq, Arabie, Yémen, Jordanie.

51La part réservée à chacun des principaux thèmes se répartit de la façon suivante :

Tableau des principaux thèmes abordés selon les années

Tableau des principaux thèmes abordés selon les années

Légende : o pas de documentation

 : + sujet présent

 : - sujet absent

52Ouvrages consultés

53Depuis 1976, le manuel est inchangé.

54(On notera l'absence de documentation entre 1971 et 1975 inclus).

55Remarquons que la part consacrée à l'Égypte tombe dans l'un de ces manuels (PREP 60 A) en-dessous du cinquième du nombre total de pages. Ce même ouvrage accorde plus de place à l'unité de la Patrie arabe qu'à la domination romaine et au christianisme réunis.

56A partir de la rentrée 1964, la chapitre intitulé « Le pouvoir arabe en Syrie » (traitant de la région actuellement occupée par l'État jordanien) disparaît du programme après seulement quatre années scolaires de présence.

57En 1967, le manuel PREP 60 C devient manuel unique sous le titre « La Civilisation antique de la RAU et du monde arabe ». Issu du manuel de 1956, cet ouvrage s'est transformé à plusieurs reprises. Son dernier avatar est toujours en service sous le titre « La civilisation égyptienne antique et ses relations avec les civilisations de la Patrie arabe ». Ces transformations ne sont pas l'œuvre de l'auteur du livre mais des services d'édition du ministère de l'Enseignement. Centré en 1967 sur les ressemblances entre les pays de la « patrie arabe ancienne », le livre a été modifié au début des années 1970 de façon à accorder environ 75 % de ses pages à l'Égypte, le reste étant consacré à des présentations fort sommaires des civilisations du Proche-Orient antique.

58Durant l'époque « panarabe » (1960/70) ces présentations de pays voisins ont été plus étoffées mais restaient très vagues. Dans les séries PREP 60 C et PREP 60 B, l'Égypte constitue un sujet beaucoup plus approfondi ; dans la série PREP 60 A, aucun pays, même l'Égypte, ne bénéficie d'une présentation bien documentée : les livres de cette dernière série sont, de plus, très mal imprimés.

59Exemple :

60"L'époque de la stabilité intérieure"

61De larges extraits du manuel de M. Gamal al-Din Mukhtar (PREP 60 C) seront traduits dans la deuxième partie de cette étude.

62On a choisi pour donner un exemple d'un chapitre du cycle préparatoire celui que les auteurs de « l'Histoire de la Patrie arabe aux temps antiques » (PREP 60 B) ont consacré à l'Ancien Empire Égyptien. Mêlant faits de civilisation et exposé historique, utilisant une iconographie variée (photographies, schéma, dessin) il représente assez fidèlement les manuels de son groupe.

63Traduction :

64Nous avons vu précédemment comment les premiers pharaons, successeurs de Ménès, ont pu renforcer l'unité du pays et consolider les bases de la civilisation jusqu'à parvenir à un degré élevé de prospérité et de richesse. La sécurité régnait, les gens s'installaient dans leurs modes de vie et les sciences et les lettres connaissaient un grand essor, tandis que les arts et l'artisanat progressaient, le pouvoir se concentra dans les mains de Pharaon qui devint le chef absolu, veillant au bien de son peuple, et permit une époque de stabilité intérieure que les historiens ont appelé « époque des bâtisseurs des pyramides », en regard des magnifiques pyramides, toujours existantes, qu'ont laissées les pharaons de cette époque.

Croyances des Égyptiens relatives à la forme pyramidale

65La ville d'On (dans la banlieue de 'Aïn Chams, près de la ville actuelle du Caire) était célèbre pour le culte du soleil qui s'y tenait depuis les temps les plus anciens. Il y avait dans le temple du soleil de cette ville un morceau de pierre de forme pyramidale. Les prêtres égyptiens remarquèrent qu'un oiseau particulier se posait sur cette pierre pyramidale à un moment précis de l'année. Aussi crurent-ils que cet oiseau était la divinité du soleil ayant pris la forme d'un oiseau pour visiter son temple, comme ils crurent que la divinité du soleil aimait la forme pyramidale. C'est pour cela qu'ils la symbolisèrent par une colonne de section carrée dont le sommet avait la forme d'une pyramide. Nous la connaissons aujourd'hui sous le nom d'obélisque.

La construction des tombes ayant la forme pyramidale

66En raison de cette croyance, les pharaons pensèrent à édifier leurs tombes sous la forme de pyramides, pour que le roi soit inhumé sous le symbole sacré de la divinité du soleil et qu'il soit sous sa protection éternelle et qu'il bénéficie de sa sollicitude permanente.

67Les gens du peuple n'avaient pas la possibilité de construire leurs tombes sous la forme pyramidale par laquelle se distinguaient les sépultures royales. Aussi choisirent-ils de placer dans leur tombe un petit morceau de pierre de forme pyramidale afin de bénéficier de la protection de la divinité du soleil et de sa bénédiction dans l'au-delà.

68La construction des pyramides commença sous la forme d'un mastaba de calcaire sur lequel on bâtit d'autres mastabas plus petits, à mesure que l'on s'élevait. Ceci est connu sous le nom de pyramide à degrés comme la pyramide de Saqqara que construisit le roi Zoser.

La pyramide de Kheops

69La plus grande, pyramide d'Égypte est celle de Kheops à Giza. C'est l'une des merveilles du monde par sa taille gigantesque et son architecture. Kheops avait choisi cet emplacement car il s'agit d'un vaste plateau élevé. La superficie sur laquelle est bâtie la pyramide atteint trente feddan-s soit environ 5,5 hectares. Sa hauteur d'origine était de 146 mètres mais son sommet s'est éboulé avec le temps et sa hauteur actuelle est d'environ 137 mètres. Cent mille travailleurs ont œuvré à sa construction et ils travaillaient chaque année pendant toute la période des crues durant laquelle la vie agricole de l'Égypte s'arrêtait.

70D’autres pyramides ressemblant à celle de Kheops furent édifiées mais elles sont moins volumineuses, telles les pyramides de Khephren et de Mykerinos proches de la pyramide de Kheops à Giza.

Que prouve la construction des pyramides ?

71La construction des pyramides prouve le degré de vénération et d'adoration du peuple envers Pharaon. Car l'ouvrier travaillait à la construction de la pyramide en sentant qu'il accomplissait un devoir religieux et sacré envers Pharaon, fils de la divinité.

72La construction des pyramides, avec leurs galeries secrètes et leurs chambres intérieures prouve le savoir-faire des Égyptiens dans l'art de la construction et de l'architecture, depuis les temps les plus reculés. Elle prouve aussi leur habileté dans l'organisation du travail. Les pyramides furent construites au moyen de pierres énormes et pesantes, posées avec exactitude les unes sur les autres. Certaines de ces pierres avaient été transportées depuis les carrières de Tura, sur la rive orientale du Nil où elles avaient été placées sur des traîneaux que des bœufs avaient tirés vers la berge du fleuve. Puis elles avaient été transportées dans des bateaux vers la rive occidentale. Là elles avaient été halées vers le lieu de construction.

73Les découvertes modernes ont prouvé que les anciens Égyptiens utilisaient de grandes poulies de granite pour élever les pierres énormes jusqu'au sommet.

74De même la construction des pyramides prouve qu'à cette époque, l'Égypte jouissait de la prospérité, comme son pouvoir jouissait de la force et de la précision de l'organisation pour pouvoir accomplir ce glorieux travail et nourrir et héberger des milliers d'ouvriers.

c - Le cycle secondaire

75Les cycles primaire et préparatoire forment ce qu'on appelle « l'enseignement de base », en théorie obligatoire. N'accèdent au cycle secondaire que les élèves ayant la possibilité de continuer leurs études et ayant passé avec succès l'examen de fin de 3ème année Préparatoire.

76Sur la période 52/84 des manuels ne sont disponibles qu'entre 55 et 68 : l'Histoire antique ne fait plus, depuis 1969, partie du programme de secondaire. Auparavant, elle ne concernait qu'une minorité d'élèves ayant choisi à l'intérieur de la série littéraire, l'option « histoire », les autres options de la série étant la géographie et les langues.

77Jusqu'en 1959/60 inclus, le programme ne concerne que l'Égypte. De 1962/63 à 1968/69 inclus, l'histoire ancienne n'occupe qu'une partie du livre d'Histoire, l'autre partie étant consacrée à l'histoire musulmane. Tous sont de format moyen 17 x 24 cm.

78Ouvrages consultés

79Tendances générales :

80Ce cycle ne comprend que trois manuels différents dont deux ont été en usage en même temps, entre 1955 et 1960. Ils suivent tous deux un programme identique, limité à l'Égypte pharaonique. Destinés à des élèves de 16 ans spécialisés en Histoire, ils présentent le panorama le plus complet et le plus approfondi de la civilisation égyptienne antique. Traitant surtout de civilisation, ils s'étendent peu sur l'évolution historique du pays.

81Après avoir brièvement évoqué les conditions géographiques puis la préhistoire, ils s'intéressent plus en détail à l'unification de l'Égypte. Un chapitre complet est ensuite consacré aux sources historiques, le seul de tous les manuels d'histoire ancienne. Il y est notamment question du paysage égyptien en tant que source historique, des vestiges archéologiques et des historiens, anciens et modernes. Après un bref tour d'horizon historique, vient la présentation des faits de civilisation : religion, armée (avec un sous-chapitre sur l'expulsion des Hyksôs), arts (sciences, littérature, médecine, mathématiques), vie économique et familiale. Tous ces exposés sont abondamment illustrés.

82Après 1960, la part réservée à l'Histoire antique diminue considérablement puisque le manuel suit un programme traitant à la fois de l'antiquité et de l'époque islamique. Les proportions se répartissent ainsi :

  • Égypte ancienne 8 %

  • Proche-Orient antique (sauf Égypte) 28 %

  • Histoire islamique 64 % des pages.

8328 pages sont ainsi consacrées à l'Égypte antique, ne formant plus qu'un résumé peu détaillé. La partie « antiquité» de ce manuel est l'œuvre de M. M. Gamal al-Din Mukhtar. La partie islamique a trois auteurs dont un de la « province nord de la République Arabe Unie », nom sous lequel était désignée la Syrie de 1958 à 1961.

84Après 1968, l'Histoire antique disparaît totalement du cycle secondaire.

85Exemple :

86L'unification du pays

87Ce texte est extrait de SEC 57/60. Il est représentatif du niveau des ouvrages de Secondaire. Le propos, souvent bien détaillé, repose sur des sources citées, ici le document principal (« Palette de Narmer») est même reproduit.

88Traduction :

89La source de vie de l'Égypte toute entière est unique, et la subsistance que récoltent les gens à partir de l'organisation des eaux du Nil est une subsistance collective. Le danger qui menace les gens et leur subsistance, les crues excessives ou trop faibles, est aussi un danger collectif. C'est pour cela que la consolidation de la coopération entre les provinces de la patrie est devenue une nécessité. La vie exigeait une unité solide dont les éléments ne tardèrent pas à apparaître dans le premier État unifié englobant l'Égypte toute entière et qui fit de « On» (l'ancienne Héliopolis, actuelle 'Ayn Chams) sa capitale. Sous l'autorité de cet État, la vie agricole de l'Égypte s'organisa, les eaux du Nil furent contrôlées, on posa sur son cours des barrages et des digues, on érigea des nilomètres pour observer la hauteur des eaux. Cela se passait vers l'an 4240 av. J.C., l'Histoire n'était alors qu'un enfant au berceau.

90Ainsi la première unification de l'Égypte eut lieu sous l'autorité des gens du Nord qui parvinrent en ce temps-là à un degré élevé de progrès et de développement dans les sciences et les arts.

91Mais cette unité ne dura pas longtemps et le pays retomba, une deuxième fois, dans la déchirure. Ses provinces se divisèrent en deux États, l'un au sud, l'autre au nord.

92Le royaume du sud avait deux capitales, l'une politique « Nekheb», l'autre religieuse, nommée « Nekhen». Elles étaient situées sur les rives du Nil, entre Isna et Idfu et les deux villes sont aujourd'hui regroupées sous le nom d'Al Kab. La capitale du sud avait une divinité que les gens symbolisaient sous la forme d'un vautour femelle ou d'un homme.

93Quant au royaume du nord, il avait lui aussi deux capitales : Dep et Pé dont le nom grec, commun aux deux villes est Bouto. Elles étaient situées au nord-ouest du Delta, en un lieu connu aujourd'hui sous le nom « d'Abto». La capitale du Delta avait pour symbole sacré un serpent.

94Le roi du sud coiffait sa tête d'une couronne blanche et le roi du nord portait une couronne rouge. Chacun des deux pays avait également une fleur comme symbole sacré : pour le Sud, le lotus et pour le Nord, le papyrus.

95On ne connaît pas l'ampleur de la mésentente ni de la violence que traversa le pays. Puis les gens du sud menèrent un long combat vers l'unité. Le plus ancien vestige de ce combat est la tête de massue en calcaire du chef du Sud, nommé Scorpion. La conquête qui eut lieu sous son autorité y est dessinée.

96Mais les gens du Sud ne tardèrent pas à se jeter sur le Delta avec leurs troupes, sous les ordres d'un chef appelé « Narmer». Le récit de ces faits est consigné sous forme de dessins et de symboles sur un objet antique retrouvé dans les ruines d'Al-Kab, une tablette d'ardoise conservée au musée du Caire.

97Les faits du combat et de la victoire couvrent les deux faces de l'objet. Sur un côté, Pharaon est représenté frappant les rebelles du Nord. Sa tête est coiffée de la couronne blanche du Sud. Il est représenté sur l'autre face alors que la victoire lui a été acquise et qu'il la célèbre avec sur sa tête la couronne du Nord.

98Il ressort de ces dessins que cela ne fut pas facile pour lui : il fut forcé de faire couler le sang, d'attaquer des places fortes et de dévaster des villes.

  • 1 Nationalisée en 1963.

99Les égyptologues divergent encore, au sujet des liens entre ce « Narmer » et le pharaon « Ménès » an lequel la plupart des sources historiques s'accordent à reconnaîtra l'unificateur du doubla pays, fondateur da la première dynastie. La plupart dei chercheurs pensent aujourd'hui que « Narmer » et « Ménès » sont une seule et même personne.1

100L'important est que les recherches de ces savants ont mis en évidence pour nous que Ménès, malgré tous les récits qui le confirmaient, ne fut pas le premier roi d'Égypte ; bien plus, il ne fut pas le premier à connaître les bienfaits de l'unité mais beaucoup l'ont précédé sur le trône et sa dynastie précéda beaucoup de dynasties dont les rois connurent l'unité. Cependant, Ménès fut un pas dans la voie de cette unité, le dernier pas. Il unifia le Nord et le Sud, il porta la couronne double et fonda la première dynastie dont l'Histoire ait connu le nom ; l'Histoire l'a immortalisé et son souvenir demeure.

  • 2 A la rentrée 1985, l'ensemble des manuels nécessaires à un élève du cycle primaire coûtait environ (...)

101Ainsi à cette époque lointaine, la patrie égyptienne se manifesta dans tout son éclat parmi les nations du monde, avec sa construction parfaite et sa grande richesse. Ainsi cet endroit béni parmi tous les autres de la terre est la plus ancienne des nations du monde et la plus solidement enracinée. Elle fut le théâtre d'une civilisation prestigieuse aux maillons ininterrompus, au caractère purement égyptien dont ni l'épreuve des invasions ni les périodes2 de stagnation ne purent influencer l'authenticité.

*

Notes

1 Nationalisée en 1963.

2 A la rentrée 1985, l'ensemble des manuels nécessaires à un élève du cycle primaire coûtait environ 8 L.E.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/193/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende (On notera l'absence de documentation entre 1965 et 1968 inclus).
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/193/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Tableau des principaux thèmes abordés selon les années
Légende Légende : o pas de documentation : + sujet présent : - sujet absent
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/193/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/193/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/193/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/193/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/193/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Tableau des principaux thèmes abordés selon les années
Légende Légende : o pas de documentation
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/193/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/193/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/193/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/193/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 523k

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540