Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nos ancêtres les pharaons...

 | 
Gérard Coudougnan

Préface

Nicolas Grimal

Texte intégral

1Il paraît chaque année, plusieurs dizaines d’ouvrages destinés au grand public traitant de la civilisation pharaonique, que ce soit en Égypte même ou dans les pays depuis lesquels des millions de visiteurs viennent contempler les vestiges d’un passé qui n’a jamais cessé de fasciner les hommes. Ces ouvrages, du guide de voyage au recueil de photographies en passant par la synthèse historique ou le livre pour enfant, reflètent tous une même image culturelle destinée à permettre à ceux dont l’Égypte n’est pas la patrie de jeter sur la vallée du Nil un regard suffisamment informé sur un passé qui leur restera malgré tout à jamais étranger.

2Cette constatation est certes triviale et pourrait s’appliquer à n’importe quelle grande civilisation antique ; l’Égypte occupe toutefois, avec quelques cultures auxquelles on la compare d’ailleurs volontiers, comme celles de l’Amérique précolombienne, une place à part. Elle la doit au fait que sa civilisation, qui fut perçue de très bonne heure comme un des sommets de l’humanité, a complètement disparu et n’a été redécouverte qu’après que de longues études eurent dissipé les brumes de mystère et d’exotisme dont la paraient le silence et l’oubli...

3La clef qui a permis de renouer avec elle a été découverte hors d’Égypte. C’est également hors d’Égypte que s’est constituée, dans les premiers temps, l’égyptologie, ou, plus exactement, sans que les savants égyptiens, pour présents et intégrés qu’ils aient été depuis dans le développement international de cette science, en aient eu l’initiative réelle. Leur rôle actuel est grand, et l’impulsion que les égyptologues égyptiens donnent aujourd’hui à la recherche importante. Ils sont passés, comme beaucoup d’autres pays qui ont eu à acquérir autonomie et indépendance, par une phase d’appropriation culturelle qu’alimentait un nationalisme à la mesure des difficultés rencontrées.

4Peu sensible dans la recherche elle-même, l’affirmation nationale a trouvé un terrain naturel dans l’enseignement. Le regard porté par le gouvernement né du coup d’État des Officiers Libres ne pouvait bien évidemment pas être le même que celui du régime monarchique. Il était donc intéressant d’envisager une étude qui permit d’évaluer l’approche de l’histoire pharaonique à la lumière de la politique pour y chercher les grandes lignes de la nouvelle idéologie, essentiellement à partir de Nasser, la république de Naguib n’ayant pas eu le temps de s’intéresser aux manuels scolaires. C’était par là-même l’occasion de tenter de mieux comprendre le mécanisme même de la transmission historique à travers une pédagogie différente de la nôtre. Il convenait pour cela de définir avec précision le champ de la recherche : les manuels scolaires égyptiens de 1952 à nos jours, du primaire jusqu’à la fin du secondaire, à l’exclusion de tout enseignement débouchant sur la recherche spécialisée : seulement ce qui précède l’entrée à l’université ou n’entre pas dans le cadre d’une formation technique approfondie, c’est-à-dire ce qui est censé constituer le bagage fondamental du futur citoyen.

5Les manuels scolaires sont un thème de recherches qui intéresse en effet l’historien autant que le professeur. L’analyse de leur contenu, pédagogique mais aussi idéologique conduit parfois à la découverte de certains d’entre eux, leur donnant un regain de faveur auprès du public, au moment où, paradoxalement, l’approche de l’Histoire qu’ils reflètent semblait les promettre à un oubli définitif. La réédition récente en format de poche de l’Histoire de Mallet et Isaac en est un exemple. Le succès qu’elle a rencontré montre assez à quel point le public est sensible à l’historiographie, même si celle-ci n’est pour lui au départ qu’un regard narcissique sur sa propre jeunesse. Le chercheur, que l’on imagine volontiers loin de ces synthèses ultimes du résultat de ses travaux, n’est pas le dernier à faire son profit de leur lecture : il peut y suivre le chemin qu’ont parcouru ses études pour parvenir au public, et il n’aurait pas toujours su imaginer la forme parfois surprenante à force de raccourcis que leur ont donnée les rédacteurs. Car les chercheurs sont rarement les auteurs des manuels scolaires, soit que leur extrême spécialisation ne leur laisse pas le loisir de prendre le recul nécessaire, soit qu’ils aient tendance à dédaigner cette forme de communication. Ils la considèrent à tort comme l’une des moins nobles parce que, s’adressant à un public scolaire, elle doit se dépouiller du jargon savant pour devenir accessible au plus grand nombre.

6Cette position accroît le décalage qui existe déjà de fait entre la recherche pure et sa diffusion, même si la tendance actuelle est plus à l’ouverture hors des spécialités, les chercheurs comprenant l’importance du grand public en général et de celui des écoles en particulier, qui sont devenus plus avides de connaissances en sciences humaines. On ne peut que souhaiter que cette prise de conscience se développe, faute de quoi, la rédaction des manuels scolaires, laissée à des polygraphes plus attentifs à la forme pédagogique ou idéologique qu’au fond, est condamnée à rester entachée d’erreurs dues à une mauvaise connaissance des données, à une documentation trop vieillie ou, ce qui est pire, de seconde, voire de troisième main ! Plus le contenu est faible, plus il est, naturellement, susceptible de se trouver gauchi. Sur ce point, l’entrevue de l’auteur avec le Dr. Gamal al-Din Mukhtar, égyptologue de renommée internationale qui préside depuis plus de vingt ans, à des titres divers, aux destinées de l’égyptologie égyptienne et co-auteur des manuels en usage dans le Cycle préparatoire depuis 1967 et dans le Cycle secondaire depuis 1957, est particulièrement intéressante. Elle montre le souci d’un spécialiste de respecter le plus possible les exigences scientifiques, sans pour autant s’aveugler sur les impératifs idéologiques auxquels son travail est contraint d’être soumis.

7Car ce n’est pas d’aujourd’hui que le pouvoir se penche avec attention sur le contenu des manuels scolaires. Les pharaons eux-mêmes – ou tout au moins leur administration – veillaient directement à la formation des élèves : matériellement, mais aussi idéologiquement en faisant circuler dans les écoles de scribes des œuvres incitant les élèves à s’intégrer le plus harmonieusement possible dans la société qui les attendait et, surtout, en leur fournissant une description des connaissances conformes à l’ordre établi. Plus que de propagande au sens que les entreprises totalitaires du xxe siècle ont donné au projet initial de la Congregatio de propaganda fide, en le détournant jusqu’à en faire un rouage de l’État, il s’agissait d’une sorte d’éducation civique. Le régime pharaonique, en effet, s’imposait de lui-même, sans alternative possible, à moins de rejeter d’un coup toute la cosmogonie sur laquelle reposait l’ordre établi, ce qui ne s’est jamais vu au cours d’une histoire plus que trois fois millénaire. L’école donnait, en conséquence, une formation essentiellement pratique, destinée à permettre aux futurs cadres de l’administration de jouer correctement le rôle que l’on attendait d’eux : quel que fût le champ d’activité auquel ils étaient destinés, perpétuer des formulations adaptées à une structure considérée comme la seule apte à rendre compte de fa réalité de l’univers. Il est d’ailleurs remarquable que les programmes pédagogiques de l’Égypte actuelle lient l’histoire, la géographie et l’instruction civique en un seul ensemble : les « matières nationales ».

8La référence historique ne pouvait, dans ce contexte, n’être que nationale, puisque l’Égypte était, par définition, le centre du cosmos dont son propre équilibre assurait, à lui seul, la cohésion. Le pharaon, mesure politique de toute chose, se voyait ainsi attribuer une exemplarité que le rôle qu’on lui fait jouer aujourd’hui dans les manuels scolaires n’est pas sans rappeler : Ramsès II était déjà pour ses successeurs immédiats, quelques années après sa mort, la grande figure nationale que l’on retrouve dans les manuels nassériens. Les seconds n’ont pourtant pas grand’chose à voir avec les premiers. Tout les sépare : la réalité nationale, l’idéologie, mais aussi le publie. Les destinataires de ces manuels ne sont plus les représentants d’une caste privilégiée, par nature proche du pouvoir qu’elle doit servir, mais la masse sans cesse croissante d’une population que son histoire moderne a coupée de ses origines depuis la Conquête. Que l’on ne se méprenne pas, en effet, sur la formulation en apparence simpliste ! Les images et les textes présentés peuvent paraître caricaturaux à force d’être au premier degré. Il ne faut pas perdre de vue qu’ils s’adressent - parfois directement, presque sous forme dialoguée, l’auteur prenant à parti son jeune lecteur -, à des enfants qui apprennent par cœur, à la lettre près, un manuel censé constituer pour la suite de leur vie un fonds dans lequel leur mémoire ne manquera pas de revenir puiser.

9La référence pharaonique pourrait avoir de quoi surprendre dans un État confessionnel dont l’Islam est la Loi et dont l’affirmation nationale passe par l’insertion dans le monde arabe contemporain. A la limite, cet héritage serait plus celui des Coptes, ces chrétiens d’Égypte qui se définissent volontiers comme les descendants directs du peuple de Pharaon. Les textes invoqués par Gérard Coudougnan mettent en lumière le mécanisme d’appropriation du passé : l’originalité égyptienne et le rôle fédérateur de la civilisation des bords du Nil dans le Proche-Orient ancien sont présentés comme une préfiguration évidente du jeu que l’Égypte aspire à jouer depuis l’indépendance au sein de la nation arabe. Le fonds commun ainsi défini permet d’affirmer une continuité dont les racines cimentent l’identité nationale.

10L’examen des manuels scolaires postérieurs à 1952 montre clairement cette utilisation, certes attendue, du passé comme référence légitimante. Il met aussi en relief l’accroissement sensible autour des années soixante du volume consacré à l’Égypte pharaonique dans les cycles primaire et préparatoire, et l’on peut suivre à travers l’analyse des thèmes majeurs et de leur développement au fil des années les heurs et malheurs de la politique nationale et internationale. La seconde domine d’ailleurs largement, la question de la place de l’Égypte dans le monde arabe conditionnant pour une bonne part sa politique intérieure. Ainsi se trouvent abordés, à travers le rôle du Soudan, de la Libye et de la Syrie et surtout, bien évidemment de la question d’Israël, le problème de l’unité arabe. Ce sont là des thèmes forts, abondamment représentés et qui suivent de près l’évolution de la politique, au fil des « remises à jour » idéologiques. Mais la politique intérieure n’est pas négligée pour autant : appel à la dignité nationale, exemplarité du comportement des ancêtres propre à susciter l’émulation des masses, etc. Même des points plus sensibles sont traités, avec toutefois des nuances, comme la présence de minorités religieuses – essentiellement les chrétiens –, qui se voient reconnaître une identité historique qui, pour réduite qu’elle soit, n’en est pas moins réelle.

11L’idée même de cette recherche constituait une démarche nouvelle et particulièrement pertinente dans les perspectives de l’historiographie moderne, qui eût pu paraître suffisante à bien des égards. Les résultats obtenus sont à la hauteur du projet, et ce d’autant plus que la méthode suivie est rigoureuse et s’appuie sur une analyse minutieuse des documents. Le champ pédagogique, en particulier, est envisagé de façon très complète, puis que Gérard Coudougnan est attentif aussi bien à l’aspect matériel des manuels qu’à la forme de l’enseignement. Ce n’est pas le moindre intérêt de cette recherche que de mettre en évidence la méthode d’acquisition des connaissances que nous évoquions plus haut : la mémorisation quasi automatique du contenu de ces livres qui rejoint la méthode antique de transmission ne varietur d’un contenu formalisé une fois pour toutes.

12Par cette recherche, Gérard Coudougnan s’inscrit également dans un courant que l’on ne peut que souhaiter voir se développer : celui qui relève de la complémentarité des études historiques. Il est, en effet, un excellent connaisseur de la tangue et de la civilisation arabe contemporaine, mais il a aussi reçu une formation égyptologique à l’université Paul-Valéry de Montpellier. Son point de vue est donc tout particulièrement éclairé pour retrouver des résonnances culturelles autant dans le monde arabe - essentiellement, pour le propos qui est le sien, le Coran en tant que source de l’histoire antique - qu’à travers les faits eux-mêmes qu’invoquent les auteurs des manuels. Par là, il rejoint ces derniers dans le souci de faire partager tes connaissances directement issues de la recherche au plus grand nombre : ici à la multitude des enfants des écoles d’Égypte qui peuvent ainsi faire sortir le passé glorieux de leur pays de la légende, sans pour autant le dépouiller de sa magie.

Auteur

Maître de conférences en Égyptologie Université Paul-Valéry Montpellier

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540