Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jeunesses des sociétés arabes

 | 
Mounia Bennani-Chraïbi
, 
Iman Farag

Un lieu, deux acteurs, différentes logiques : les centres de jeunesse en Égypte

Assia Boutaleb

Entrées d'index

Note de l’auteur

Une première version de ce texte a été présentée lors des Quatrièmes rencontres méditerranéennes de recherche sociale et politique (Florence, Montecatini 19-23 mars 2003) organisées par le Programme méditerranéen du Centre Robert Schuman, European University Institute.

Texte intégral

1Les centres de jeunesse sont l’un des héritages de la période nassérienne auxquels tient tout particulièrement l’État égyptien. En effet, ceux-ci autorisent ce dernier à faire la démonstration de son intérêt et de son souci constant et jaloux pour sa jeunesse, et par extension, pour son peuple. Au nombre de 4 000 et couvrant tout le territoire, ils sont un canal privilégié permettant d’être en contact avec les jeunes. Leur importance fait d’eux l’une des cartes maîtresses de l’État dans tout débat sur l’effectivité et la mise en œuvre de véritables politiques sociales.

2Ces centres nous intéressent en tant qu’ils sont, nous semble-t-il, un site propice à l’étude d’un processus de construction d’une réalité donnée. Ce processus, comme nous le verrons, implique divers acteurs poursuivant différentes visées qui ne sont pas forcément toutes en contradiction les unes avec les autres. En cela notre approche des centres de jeunesse sera constructiviste dans le sens où elle s’appuie sur l’axiome selon lequel les structures sociales et les structures cognitives se composent et se situent dans l’interaction entre les gens (Mehan, 1982, p. 124). En somme, nous chercherons, ici, à démontrer que les centres sont non seulement des dispositifs de catégorisation mais également des lieux socialement construits. Autrement dit : la configuration et la topographie même de ces lieux sont profondément le produit des actions et interactions de leurs membres (Garfinkel, 1994).

3Le processus de construction sociale mobilise et s’appuie sur plusieurs modalités que ce soit l’insistance sur un certain vocabulaire ou l’utilisation de plusieurs marqueurs catégoriels. Une des hypothèses du présent travail postule que le centre de jeunesse, lieu physique, fait partie de ces instruments. En effet, on peut considérer que tout centre est un outil de catégorisation pour les raisons suivantes, séparément ou cumulativement : parce qu’il est mis en valeur d’une certaine façon, parce qu’il est utilisé comme un espace circonscrivant une certaine population, et enfin, parce qu’il est investi par un certain type d’individus, qui en font leur territoire ou leur refuge. Parallèlement, ce lieu est historiquement et socialement construit : c’est un lieu présenté et proclamé comme consacré à la jeunesse. Sans tomber dans une sociologie du dévoilement grossière, il s’agit d’abord de prendre acte de l’importance et de la visibilité attribuées à ce lieu mais également de sa place au sein de tout un ensemble de dispositifs et d’autres lieux. Cela nous amènera à nous intéresser aux valeurs et perceptions qui contribuent à construire les centres d’une certaine manière, aux valorisations ou stigmatisations qui y sont rattachées. Il nous faudra, ensuite, étudier la caractéristique première de ces centres, à savoir le fait qu’ils sont des dispositifs de catégorisation et de construction d’un certain type de public. Il s’agira, enfin, de comprendre les enjeux qui motivent (souvent mais pas toujours) que pareille construction soit faite, mais aussi de comprendre qui sont les véritables acteurs-constructeurs et les résistances ou défaillances auxquelles cette dernière s’expose. Ainsi verrons-nous que l’inscription des jeunes dans ces lieux, dont l’ambition est de les capter et de les contenir, est volatile et que les manières qu’ils ont de les investir ne correspond que peu à celle préconisée moins d’ailleurs par les responsables de ces centres que par les gouvernants et les législateurs. À ce niveau de l’analyse, on verra qu’un troisième type d’acteurs joue un rôle important dans la production du lieu, nommément : les professionnels de la jeunesse.

  • 1 Cet accès aux centres a permis de combiner la conduite d’entretiens de huit personnes dans les diff (...)
  • 2 Nous avons choisi de commencer cette recension systématique de la presse en 1999, année de l’entrée (...)

4Pour ce qui est des éléments méthodologiques, la démonstration s’appuiera sur l’étude et la fréquentation de trois centres, tous situés au Caire mais dans des quartiers différents (‘Abdîn, Sayyida Zaynab et Doqqi)1. Quant aux faits plus généraux, les informations sur la situation globale des centres sont issues de la constitution d’une revue de presse s’échelonnant sur trois ans2.

Des organisations de masses aux pieds d’argile

  • 3 Nous sommes consciente de ne pouvoir utiliser indifféremment les deux notions que sont « espace » e (...)

5Travailler sur les centres de jeunesse c’est s’exposer à la présence massive d’une logomachie creuse et à l’existence d’intérêts privés. Une erreur serait de permettre à la première d’occulter les seconds et serait la meilleure façon de passer à côté de ce qui se joue et se noue dans ces centres. C’est pourquoi, nous nous attacherons, dans cette partie, à faire une présentation des centres de jeunesse. Ainsi, nous verrons que le centre a été pensé, conçu comme un lieu de jeunesse, un lieu pour la jeunesse qui soit autant un lieu de divertissement et de loisir qu’un espace de transmission et de contact entre les jeunes et les responsables politiques3. Reste que de nombreux obstacles, inhérents ou non à leur forme légale, peuvent contrarier leur mission et influer sur la raison même de leur existence. Ces obstacles et problèmes sont d’ailleurs abondamment repris dans la presse, contribuant à ternir encore plus leur image.

Missions et logique de création des centres

  • 4 Un exemple particulièrement illustratif de ceci est l’article que le grand sociologue égyptien, Say (...)

6La raison d’être et la mission des centres répondent à un objectif d’encadrement et de prise en charge de la jeunesse égyptienne. Conçus par le législateur comme un des piliers du dispositif de politiques publiques destinées à la jeunesse, ils ont originellement été pensés pour être des « centres de rayonnement » dispensateurs d’une multitude de services, du sport aux activités artistiques en passant par des prêts de livres et des cours de formation professionnelle. Ne pas laisser se perdre les énergies et les capacités des jeunes et leur permettre d’occuper de manière profitable leur temps libre était vu, selon les termes de Nasser (Public Relations Information Service, 1963, p. 5), comme la manière de « créer une bonne génération apte à reconstruire le pays »,. Le fondement idéologique à partir duquel cette forme d’intervention publique a été pensée allie encadrement, mission de développement et orientation éclairée. Toute l’importance du centre réside dans sa qualité de lieu privilégié (ou du moins tentant de l’être) de formation du « bon citoyen ». On le voit, l’accent mis sur les centres de jeunesse en tant que structure de travail social n’est pas nouveau. Depuis leur création, il apparaît dans les débats de façon intermittente mais régulière sous la formulation suivante : si l’on s’accorde à reconnaître leur importance, on n’en déplore pas moins leur manque de moyens et, à certaines périodes, leur rareté4. Dans tous les cas, le propos repose toujours sur l’axiome selon lequel les centres sont la forme qui convient à la jeunesse du pays.

Nombre et moyenne d’augmentation des organisations de jeunesse par année

année

Centres jeunesse

Ville

Centres jeunesse

Villages

Clubs sportifs

Commissions sportives

Total

Moyenne d’augmentation

Nombre

Moyenne d’augmentation

%

1996-97

341

3659

1037

816

5753

--

--

1997-98

347

3715

1059

739

5860

107

1,9

1998-99

357

3815

1107

788

6067

207

3,5

1999-00

361

3842

1108

800

6111

44

0,7

2000-01

369

3900

1141

833

6243

132

2,2

Rapport Annuel du ministère de la Jeunesse et des Sports, 2001, p. 28.

7La logique est restée la même et, aujourd’hui encore, les termes utilisés pour parler de leur raison d’être font autant référence à la mise à profit du temps de loisir qu’à l’enseignement de valeurs civiques et morales. Les centres de jeunesse doivent « permettre à tous les jeunes sans distinction d’exercer des activités sportives, culturelles et ainsi le but est de leur donner toutes les chances de pouvoir le faire sans discrimination d’aucune sorte » (Al-Ahrâm, 5/02/1999). Mais plus encore, ils « ont la responsabilité de faire des jeunes des acteurs du développement, à savoir de les guider et de les diriger vers la réalisation effective des grands objectifs nationaux ». Le but affiché est souvent encore plus explicite : faire des centres des lieux de la jeunesse « au même titre que l’école et la mosquée » (Al-Ahrâm al-Iqtisâdi, 18/01/1999). C’est dire si la rhétorique civique s’étoffe parfois de préoccupations bien concrètes et pragmatiques.

  • 5 De 1974 à 1999, date du dernier remaniement ministériel, il n’y eut pas de ministère de la Jeunesse (...)

8Outre la labilité de l’intérêt de l’État pour eux, qui s’est traduit par des périodes d’arrêt pur et simple des aides financières et de fermeture de centres, leur mission elle-même est d’amplitude variable. De simples lieux de pratique sportive voire de pis-aller négligés, les centres peuvent devenir un fourre-tout d’ambitions et de vœux pieux que l’État a pour sa jeunesse. En somme, il y a un seuil minimum d’objectifs qui s’étoffe en fonction de la conjoncture mais surtout en fonction des regains d’intérêt étatique. Il va sans dire qu’avec la création du ministère5, les centres se voient, à nouveau, reconnaître une importance et un rôle de formation bien plus large.

9Là réside sans nul doute l’un des problèmes structurels des centres de jeunesse en Égypte : on a pour eux bien trop d’ambitions. Dans les textes, les centres doivent réussir l’impossible mission de concilier plusieurs champs d’activité et de pallier les lacunes des politiques de la jeunesse. Ils sont censés être, alternativement et cumulativement : centres sportifs, unités de formation professionnelle, points de vente et d’expositions artistiques ou artisanales mais aussi lieux d’éducation civique et de formation des futurs cadres politiques. Tant d’objectifs alors que la forme juridique, le statut même des centres est trop flou pour ne pas être abscons.

Un statut bancal

10Les centres de jeunesse sont régis par la loi 77 de 1975 et sont des associations statutairement dirigées par une Assemblée générale et un conseil d’administration formé de 7 membres élus. Selon une étude menée par la Commission parlementaire de la jeunesse, 30 % des responsables de centres n’ont pas connaissance des modalités concrètes et légales ni de la démarche administrative à suivre pour ce qui est des protocoles de fondation ni des réglementations ayant trait à l’élection et au fonctionnement du conseil d’administration (Al-Ahrâm al-Iqtisâdi, 18/01/99). Mais surtout, les centres sont assimilés, par la plupart des responsables et des membres, à des organisations gouvernementales alors que ce sont des organisations civiles. Il est vrai que compte tenu des méthodes de gestion appliquées et des lourdeurs, voire des entraves bureaucratiques, la confusion avec la fonction publique est légitimement permise. D’autant plus que ce qui, à l’origine, ne devait être que ponctuel, à savoir le financement par l’État, s’est transformé en coutume. En fait, l’exception s’est institutionnalisée au point qu’aujourd’hui les centres sont entièrement dépendants des aides et des subventions de l’État et n’ont donc d’organisations civiles que le nom. Et l’on attend de l’État qu’il résolve les problèmes, secoue les pesanteurs et tranche les litiges ; autant d’exigences que ce dernier ne semble ni pouvoir ni vouloir toutes prendre en charge.

11Le statut est d’autant moins clair que les compétences de différents ministères se recoupent. Cela donne lieu à de nombreux blocages et à des incohérences administratives. La législation est non seulement loin d’être appliquée : elle est parfois difficilement applicable tant il est vrai que les différents textes qui régissent de près ou de loin les organes de jeunesse se contredisent les uns les autres, du moins quand ils ne restent pas lettre morte. Un exemple parmi d’autres : la directive n° 258 relative au fonctionnement des centres de 1975 stipule que les dépenses administratives ne doivent pas dépasser 25 % du budget. Si tel n’est pas le cas, le conseil d’administration dudit centre est dissous sur ordre du ministre de tutelle, conformément à la loi n° 51 de 1978. Reste que compte tenu du fait qu’il n’y a pas eu de ministère de la Jeunesse et des Sports à proprement parler pendant 25 ans et qu’aucune autorité n’a été expressément habilitée à s’y substituer, du moins sur ce point précis, la loi de dissolution n’a jamais été appliquée. Dans leur très grande majorité, les centres, bien qu’en infraction flagrante, ont donc continué de fonctionner (Al-Ahrâm al-Iqtisâdi, 18/01/1999).

  • 6 Officiellement, jusqu’en 1999, le Haut Conseil tenait lieu de ministère de la Jeunesse. Dans la pra (...)

12À ces incohérences réglementaires et ces chevauchements de prérogatives viennent s’ajouter de pures et simples rivalités de personnes. En effet, chaque responsable, à quelque niveau que ce soit, a sa propre vision de ce que doivent être les politiques de la jeunesse en général et les modalités de fonctionnement des centres en particulier. Il est de notoriété publique que le désaccord entre le président de la Commission parlementaire de la jeunesse et des sports et le directeur du Haut Conseil de la jeunesse et des sports6 sur la future législation a été l’une des causes de son perpétuel report. Alors que le premier était en faveur d’une distinction de statut et donc de prérogatives et de pouvoirs entre les centres de jeunesse et les clubs sportifs, le second insistait pour que les choses restent en l’état et qu’il n’y ait pas de différences entre les deux organisations (Al-Gumhûriyya, 8/07/1999).

13Le différend ne s’explique pas seulement par les enjeux et les implications d’une distinction de statuts stricto sensu mais s’articule autour d’un enjeu plus immédiatement concret : les terrains sur lesquels sont construits les centres et les clubs sportifs sont la propriété de l’État. En cas de privatisation ou de changement de législation les concernant, ceux-ci seraient dans l’impossibilité de racheter les terrains et leur survie serait plus que compromise. Telle est la version officielle. La rente que représente la location de ces terrains par certains directeurs de clubs sportifs et des centres en est un des pendants officieux. Il est révélateur qu’une fois nommé, le ministre ait tenu à préciser que l’État n’avait aucunement l’intention de privatiser les clubs sportifs ou de redéfinir leur statut (Al-Ahrâm, 29/01/2001). S’aliéner le soutien de ces « nouveaux notables » que sont les directeurs de centres (comme nous le verrons plus loin) est un risque que le gouvernement préfère manifestement éviter. Pour résumer, l’action publique ne résulte pas d’un secteur unique et défini de politiques publiques (la répétition s’impose dans certains cas comme celui-ci) et surtout, elle ne s’appuie pas sur un projet politique dominant, ce qui induit sa faible lisibilité et sa toute relative efficacité.

Grandeur et décadence des centres

14Les problèmes des centres de jeunesse sont endémiques et ces derniers sont le lieu où se cristallisent les atermoiements, contradictions et incohérences des initiatives et politiques en direction de la jeunesse. Ne serait-ce que pour cela, il nous a semblé pertinent de constituer une revue de presse sur trois ans (1999-2002) afin de poser à plat les thématiques et les enjeux qui s’y rattachent. L’intérêt que la presse accorde aux centres de jeunesse est sporadique : parfois mis sous les feux des projecteurs journalistiques avec ce que ceux-ci impliquent de vastes enquêtes et de dossiers spéciaux, les centres sont amenés le plus souvent à n’être que le sujet d’entrefilets au style convenu mentionnant les enveloppes et autres aides étatiques attribuées régulièrement. Reste que dans le premier cas, les investigations étalent le contenu d’une boîte de Pandore bien peu reluisante : ce ne sont que scandales, comportements frauduleux et détournements à tous les niveaux qui en surgissent. Les informations brutes livrées par la presse laissent entrevoir un rôle des centres qui ne se réduit pas à la formation ou à la mise à profit du temps de loisirs. Pour le dire autrement, cette mission et les positions de principe afférentes sont bien loin d’épuiser tous les enjeux et problèmes intrinsèquement liés à ces organisations de jeunesse.

15La presse donne une image peu valorisée et valorisante des centres de jeunesse. À travers cette stigmatisation des fonctionnements et des ratés d’une organisation de jeunesse, c’est le comportement des élus et des responsables qu’elle vise, mais c’est surtout leur négligence et leur intérêt tout stratégique pour les jeunes qu’elle dénonce entre les lignes. Les titres sont révélateurs : « Où êtes-vous, Ô responsables politiques ? » (Al-Wafd, 27/03/1999), « des fraudes à la pelle dans les auberges de jeunesse » (Rûz al-Yûsuf, 20/03/1999). Dans le meilleur des cas, les centres ne sont « que de simples fumoirs ! » (Al-Ahrâm, 20/03/2000), parfois rebaptisés « les belles au bois dormant » de la jeunesse (Al-Usbû‘, 26/07/1999). Dans le pire des cas, ce sont de véritables « ruines gangrenées par la corruption dès leur construction » (Al-Usbû‘, 2/07/2000) ou « des maisons-fantômes» (Al-Ahrâm, 18/10/1999) quand ce ne sont pas, purement et simplement, des « tombeaux » (Al-Ahrâm, 12/02/1999) ou encore de véritables « décharges à ciel ouvert » (Al-Ahrâm, 25/03/2000).

16Dès lors, la question qui se pose à leur sujet est celle de leur utilité, de leur pertinence compte tenu de leur état catastrophique, qui les rend impropres à la moindre fonction. Comment expliquer leur pérennité alors même qu’ils sont soit totalement obsolètes soit absolument inefficaces ? Pour abrupte que soit l’hypothèse, il semble bien que le véritable enjeu des centres tienne, pour une bonne part, aux ressources en monnaies sonnantes et trébuchantes. Pour le dire autrement, ce sont les sommes d’argent en jeu, les ressources financières mais également et surtout sociopolitiques liées aux centres qui font leur intérêt et expliquent qu’ils soient un objet de convoitise. Il est difficile et même vain de chercher à se faire une idée précise des sommes attribuées aux centres de jeunesse à travers la presse. Les subventions annuelles et planifiées sont assorties d’une kyrielle d’aides, d’enveloppes exceptionnelles et de rallonges sporadiques, que ce soit pour la période estivale, pour le Ramadan ou sans raison particulière, du moins officiellement. Toutes ne sont pas mentionnées, loin s’en faut, ce qui rend la comptabilisation sur une année, la plus simple des additions, bien inutile.

17L’on nous permettra de nous en tenir là sur ce point, tant il est vrai que l’analyse de la construction médiatique de ce problème social qu’est la situation catastrophique des centres de jeunesse mériterait à elle seule une étude et risquerait de nous éloigner de notre sujet. Précisons juste que dans leur très grande majorité, les centres de jeunesse ne doivent leur survie qu’aux aides et enveloppes étatiques. Or, ces dernières sont, dans le meilleur des cas, réparties « en fonction des affinités et des humeurs » (Al-Gumhûriyya, 14/02/99) et dans le pire, détournées par des responsables ou sont encore purement et simplement inexistantes (Al-Gumhûriyya 3/02/2001). Le différentiel de traitement condamne la plupart de ces centres à un état de délabrement avancé : 70 % d’entre eux sont menacés d’effondrement (Al-Ahrâm, 17/01/1999). En dehors de l’aspect financier, les centres ont un autre attrait : celui de circonscrire, dans les deux sens du terme, une certaine catégorie d’individus.

La délimitation d’un public

18Un nombre croissant de politiques sociales cible les individus qui sont membres de centres de jeunesse, au nom ou du fait qu’ils sont « jeunes ». En ce sens les centres sont une partie du dispositif de construction de la jeunesse par l’État égyptien. Par construction, on entend ici le fait que la jeunesse est saisie par le politique une fois présentée et définie d’une certaine façon, à savoir d’une façon à en faire un objet d’intervention et de prévention efficaces et opérationnelles. Les centres de jeunesse sont l’un des piliers de cet objectif.

19Dans le cas qui nous intéresse, la délimitation du public se fait par la combinaison de trois procédés : identifier, circonscrire, fabriquer des ayants-accès à certains services ou à certaines politiques sociales. Mais consacrer l’existence et visibiliser une certaine catégorie de personnes n’est pas le seul avantage des centres. En effet, il est difficile, dans cette partie, de ne pas mentionner la manne que ceux-ci représentent en termes de ressources financières et conséquemment politiques.

Les centres en tant qu’enjeu sociopolitique

20En tant que tel donc, le centre de jeunesse est un instrument d’enrichissement, une manne de profits pour ses responsables. Pour une très grande majorité d’entre eux, s’occuper des jeunes n’est rien de plus qu’un prétexte. Les stratégies sont à court terme et les motivations sont plus personnelles que philanthropiques. L’enjeu est celui de la maîtrise des ressources étatiques et conséquemment de leur utilisation et réemploi à des fins sociopolitiques, nommément, la constitution de clientèles ou l’édification d’une carrière politique.

21Les responsables des départements régionaux de la jeunesse et des sports font preuve de complaisance, lors de la répartition des subventions, et privilégient les centres des régions dont ils sont originaires (Al-Usbû‘, 12/03/2001). Ce sont autant d’occasions de se constituer des réseaux d’obligés et d’améliorer son image sociale, atout indispensable lorsqu’il s’agira de briguer un poste politique dans son village. Un des cas les plus fréquents est celui de responsables régionaux de la jeunesse qui établissent des péréquations et des réaménagements des allocations, qui jonglent avec les différentes lignes budgétaires pour attribuer, par exemple, à un centre 12 000 Livres égyptiennes (LE) alors que c’était 9 500 LE qui lui était destiné, ou a contrario de ne distribuer que 3 500 au lieu des 6 500 LE initiales à un autre (Al-Gumhûriyya, 3/02/2001). En somme, le centre de jeunesse est un dispositif de choix du népotisme égyptien : c’est une ressource politique qui se retrouve, le plus souvent, prise dans les eaux mouvementées des réseaux notabiliaires.

22Le centre est l’un des passages obligés du candidat lors des élections législatives, ne serait-ce que parce que ce dernier y recrute des partisans chargés de sa campagne dans le village ou le quartier. C’est l’un des points névralgiques des élections pour ce qui est des soutiens et de l’encadrement. Lors des élections, les centres sont autant une base qu’un instrument d’obtention de voix et de positionnement en tant que candidat-clé et influent dans la région. Pour preuve, les déclarations de Kamâl al-Shâzili, homme politique d’expérience s’il en est et actuel ministre des Affaires parlementaires, qui déclarait avant les dernières élections législatives : « S’il est vrai que par le passé, le candidat pouvait se contenter d’aller voir le ‘Umda et le Sheikh du village, aujourd’hui, les centres de jeunesse sont incontournables dans le processus et la victoire électorale » (Al-Ahrâm, 23/12/2000). Les centres se sont transformés en lieux de propagande électorale. On estime qu’en moyenne c’est plus de 9 % des subventions étatiques qui sont reversées et qui servent à financer les campagnes électorales des députés de l’Assemblée nationale (Al-Ahrâm al-Iqtisâdi, 18/01/1999). Cette noria d’échange de services entre personnel politique, du député au secrétaire local du parti au pouvoir, et les équipes dirigeantes des centres permet un contrôle des secteurs régaliens, un partage des ressources étatiques et une division du travail de contrôle de l’État.

  • 7 L’accès au poste de directeur se fait par voie électorale : le Conseil d’administration, lui-même é (...)

23On comprend, dès lors, que le poste de directeur de centre est hautement convoité et une fois obtenu, rarement cédé7. C’est ainsi que se forment de « véritables dynasties inamovibles à leurs têtes » (Al-Ahrâm, 15/01/1999). Le centre de jeunesse joue, en quelque sorte, un rôle d’ascenseur social : en être l’un des dirigeants est une voie de promotion et permet d’accéder à un statut de notabilité locale. Comme le résume la presse : « Les centres qui auraient dû être des moyens de prendre soin des jeunes et des instruments de développement sont devenus des buts en soi pour des gens peu scrupuleux en quête de pouvoir et de biens » (Al-Ahrâm, 15/01/1999).

24Pour certains, point n’est besoin de chercher bien loin le responsable de cet état de fait : « la faute en incombe à l’État qui a fait des centres la propriété privée de certains individus et de certaines familles, qui a fait de simples organisations sportives des enjeux de luttes, de véritables proies à dépecer, et ce, en les dotant de conseils d’administration et en les organisant sur le mode électif ». La permissivité de la loi est pour beaucoup révélatrice de la « complicité » et finalement de la responsabilité de l’État dans cette situation. Comment interpréter, sinon, le fait que la loi stipule que toute personne convaincue de fraude ou de détournements ne va en prison qu’en cas de non-restitution des sommes au bout de 30 jours ? Les médias ont tranché : « la loi est sourde, aveugle, muette et en plus chauve !» (Al-Ahrâm, 12/02/1999).

Capter, identifier et cibler

  • 8 Ce Congrès qui s’est tenu du 16 au 19 septembre 2002, a impulsé de nombreux changements au sein du (...)

25Présenté comme le « canal de liaison » entre le ministère et les jeunes, les centres assurent un rôle de relais. Lorsqu’il s’agira de rencontrer les jeunes dans les différents quartiers, les différents gouvernorats, les rencontres se tiendront prioritairement dans les centres. Dans la même optique, lorsqu’il s’agira de faire passer un mot d’ordre ou de rendre publiques les dernières réalisations du gouvernement, des ministres ou des responsables politiques viendront les expliquer aux membres des centres de jeunesse. Tel fut le cas, par exemple, lors de l’adoption d’une loi instaurant de nouvelles modalités de divorce (al-khul‘) ou lors de la modification des statuts du parti au pouvoir, le Parti national démocratique (PND), suite à son viiie Congrès8.

  • 9 Extrait du document du PND concernant la participation politique des jeunes, présenté lors du viiie(...)

26Dans les documents officiels, les centres revêtent une importance toute particulière, dans le sens où ils sont considérés comme la clé d’accès aux jeunes par excellence. Ils sont l’exemple paradigmatique d’une potentielle et fructueuse collaboration entre l’État et la société civile : « Relever les défis de l’avenir ne peut se faire que par une coopération étroite entre l’État (ministère de la Jeunesse) et la société (organisations et centres de jeunesse). Or, les jeunes sont l’exemple le plus apte à établir cette coopération »9.

27L’ambition du gouvernement est de doter tout le pays en centres de jeunesse. Ils sont des filtres permettant de sélectionner et de cibler certaines interventions, surtout, ils présentent l’avantage de contenir et de circonscrire une population que l’on va d’emblée identifier comme « jeune » et donc comme destinataire de certains programmes. En fait, le centre est un des moyens par lesquels l’État égyptien définit et identifie une partie de la jeunesse du pays. Le raisonnement est simple : les membres d’un centre de jeunesse sont forcément des jeunes ; en conséquence, il s’agit, pour les atteindre, de passer par ces structures.

28Les centres sont également un moyen de recenser, de rassembler physiquement des populations auxquelles seront adressés des services. En cela, le centre est un lieu de catégorisation servant à des fins d’intervention publique :

Plutôt que de chercher les jeunes, les responsables savent qu’ils sont dans les centres alors ils font des choses pour les centres, ils proposent des choses et cela passe par les centres. En fait, les centres servent aussi à faciliter le travail, à concentrer les efforts plutôt que de se disperser et de perdre du temps. (Khâlid, trésorier du centre d’Awlâd ‘Âlam dans le quartier de Doqqi, 34 ans, 30 novembre 2002)

  • 10 Dans le cadre du programme « Connais ton pays », programme censé, entre autres, « renforcer chez le (...)
  • 11 Organisme fondé en 1991 à l’initiative de 17 donateurs internationaux, le Fonds social de développe (...)

29Dans cette optique, les centres peuvent centraliser les demandes ou du moins constituer la base de sélection d’individus qui bénéficieront d’un programme ou plus rarement d’une aide concrète et être, ainsi, des fabriques d’ayants-droits et/ou d’ayants-accès. Les programmes du ministère ciblent et sélectionnent prioritairement les membres des centres de jeunesse, qu’il s’agisse d’excursions à travers le pays10, de camps de vacances ou de campagnes de bénévolat. De même, les jeunes désireux de monter un petit projet ou une petite entreprise, dans le cadre des programmes du Fonds social pour le développement11, verront leurs démarches facilitées grâce à leur rattachement à un centre de jeunesse. D’ailleurs, c’est grâce à celui-ci qu’ils pourront être informés des modalités et des périodes de candidatures :

On fait les choses que le ministère soutient. Par exemple quand le ministère fait un programme de subvention des petits projets industriels ou quand il organise une compétition nationale, on en informe les jeunes ici, par les affiches et on les encourage à participer. C’est une partie de notre rôle. (Muhammad, responsable sportif dans le même centre, 41 ans, 22 novembre 2002)

30Nous reviendrons plus longuement, par la suite, sur la portée et la signification de cette citation.

  • 12 Célèbre de par son fondateur, Gamal Moubarak, fils du président, cette association a pour but d’ass (...)
  • 13 Intervention publique lors des Rencontres de la foire du livre du 23 janvier 2002.
  • 14 Quand on sait que la promotion formée en 2001 à l’association ne comptait en tout et pour tout qu’u (...)

31La formation des futurs cadres est également une priorité du ministère qui a mis en place des protocoles de collaboration avec des associations civiles dont la célèbre « Future génération »12. Très enthousiaste, le ministre de la Jeunesse et des Sports ne se prive pas de déclarer : « La formation coûte 5 000 LE par personne, le jeune paye 1 000 LE et s’il ne peut pas compléter nous faisons tout pour lui obtenir une bourse. Ce qui s’inscrit bien dans notre objectif d’aider les plus défavorisés. Pour 85 % des jeunes qui postulent à ces programmes de formation, c’est par le biais des centres que les demandes et les inscriptions se font »13. Certes, le pourcentage avancé est peu vérifiable et l’ordre de grandeur sans doute exagéré, reste que sur le fond, le ministre se base sur une réalité concrète mais d’envergure beaucoup plus réduite14.

32En somme, ce qui est censé faire la catégorie « membre d’un centre » est notamment le fait que cette catégorie permet d’avoir accès à certains services. Cela donne lieu à une production bien particulière de ce dispositif, comme nous le verrons dans la troisième partie. Quoi qu’il en soit, la logique est la suivante : circonscrire un public permet de concentrer les efforts, de maximiser l’effectivité des initiatives prises, mais aussi de rendre plus aisée la visibilisation des efforts faits en direction de ce public.

33Mais qui rassemble-t-on exactement ? Demander à un responsable ce qu’il entend par « jeune » expose à une avalanche de définitions mi-sérieuses mi-ironiques qui entretiennent le flou : « Les jeunes ? Mais c’est de 6-7 ans à l’infini, à 60 ans on est encore jeune, non ? » (Muhammad, centre de ‘Abdîn, 32 ans, 15 novembre 2002) ; « les jeunes c’est jusqu’à 18 ans, après tu peux avoir droit à d’autres activités comme le poids, la gym ou la musculation, avant c’est le foot ou le basket » (‘Amr, centre de Sayyida Zaynab, 27 ans, 3 décembre 2002).

34Efficace canal de diffusion ? Qu’en est-il de l’utilisation qu’en font ses membres, de la pratique qu’en ont les jeunes ? Que font-ils de et avec les centres dont ils sont membres ? Nous avancerons comme premier élément de réponse que la population majoritaire des centres est effectivement jeune, très jeune. Dans les trois centres de notre terrain, les plus assidus sont les enfants et les jeunes adolescents qui y voient avant tout un lieu de pratique sportive. Comme dans beaucoup d’autres pays, la fréquentation d’un centre dépend de l’appartenance des jeunes à des cercles étroits d’interconnaissance (Masclet, 2001) mais également des moyens dont dispose le centre en termes d’infrastructures sportives. C’est un terrain de sport, des équipements sportifs qu’ils s’attendent à y trouver et c’est cela qui justifie et explique leur présence. Or, une bonne partie des programmes ou des aides mis en place pour les jeunes ne concernent pas ce public dont l’âge ne satisfait pas aux critères requis.

Une pratique minimale

35Dans la pratique, lorsque des responsables sont interrogés sur la raison d’être des centres de jeunesse, ils ne parlent que de la version la plus simplifiée de celle-ci :

Le rôle d’un centre est de permettre aux jeunes de faire du sport, de les amener au sport et de les occuper afin qu’ils ne soient pas désœuvrés et qu’ils ne soient pas tentés par certaines déviances. (Khâlid, du centre de Doqqi, 34 ans, 19 novembre 2002)

Le rôle d’un centre c’est d’éviter que les jeunes ne dévient […] Pour cela on organise de nombreuses activités parce que les jeunes : c’est ce qu’il y a de plus important, c’est la base de la société future et il faut des bases saines. (Muhammad, centre de Doqqi, 41 ans, 22 novembre 2002)

Le rôle d’un centre est de s’occuper des jeunes, de leur faire pratiquer du sport pour qu’ils n’aillent pas dans les cafés, pour qu’ils ne soient pas désœuvrés parce que quand on est désœuvré on se laisse attirer par n’importe qui et on tourne mal. (Ihâb, adjoint du directeur du centre de Sayyida Zaynab, 29 ans, 20 novembre 2002)

36L’une des principales activités d’un centre de jeunesse est d’organiser des compétitions, des tournois sportifs. Il est pour cela doté d’un terrain de sport qui représente, aux yeux des jeunes, son intérêt le plus immédiat. En dehors de la pratique sportive, la dimension préventive est celle qui est le plus systématiquement mise en avant. Pour ce qui est des dimensions pédagogiques et civiques, seuls les responsables de centres disposant de moyens financiers confortables en parlent :

Le sport vient en premier, c’est ce qui nous amène des jeunes. Ensuite, une fois qu’ils sont membres du centre, on organise des activités plus sociales, comme le bénévolat, on fait de la reforestation ou on leur fait repeindre des murs… On les occupe utilement, en leur apprenant le service au public. (Ihâb, Sayyida Zaynab)

37Dans les centres, l’organisation d’activités non sportives, la tenue de conférences sur des sujets censés concerner les jeunes est plus rare et subordonnée au dynamisme ou à l’importance du centre. Ne serait-ce qu’à ce niveau, les disparités entre les centres sont grandes. Elles ont une incidence directe et forte non seulement sur leur attractivité et leur taille mais également sur leurs activités et leur configuration. De ce fait, ces derniers sont loin d’être strictement comparables les uns avec les autres, ce qui interdit toute velléité de généralisation.

38Plus généralement, la pratique que les membres peuvent avoir de leur centre, la marge de manœuvre dont ils bénéficient sont tributaires de la perception et de la façon dont ils sont considérés par leurs responsables. Et de fait, venus pratiquer un sport, les membres d’un centre sont perçus par les responsables comme « des enfants qui se défoulent et s’amusent » (Ahmad, centre de ‘Abdîn, 30 ans, 15 novembre 2002). On est loin de la vision qu’entendent promouvoir les dirigeants politiques, à savoir celle de jeunes désireux de participer activement à la vie de leur centre et/ou de bénéficier des aides à la création d’entreprises. Les responsables interrogés ne voient dans les membres que des consommateurs de biens sportifs, éventuellement des « futurs champions qui (nous) doivent tout ». Pour ce public, les responsables jouent, dans le meilleur des cas, un rôle d’intercesseur, et dans le pire, un rôle de surveillant :

Quand on a des jeunes doués, on les met en contact avec l’équipe nationale qui les prend en charge. À partir de là, le jeune vient s’entraîner ici aux frais de l’équipe. S’il est choisi, il a une bourse. Mon travail consiste à le présenter aux gens qui pourront l’aider s’il veut faire carrière. (Ihâb, centre de Sayyida Zaynab, 29 ans, 25 novembre 2002)

39Le trésorier du centre de Doqqi, quant à lui, estime qu’une grande partie de son rôle consiste en des fonctions de tutorat :

Eh oui, les gamins il faut les arrêter, ils sont comme ça, il faut leur poser des limites et être dur avec eux, sinon c’est la pagaille. On est là pour ça. Quand on fait des permanences, on surveille, on empêche qu’il y ait des bagarres.

40Cantonnés au rôle et au statut d’enfants turbulents et capricieux, les membres d’un centre sont loin d’être considérés comme des partenaires et/ou des interlocuteurs compétents. Les jeunes ont différentes manières de répondre à la minorisation dont ils sont l’objet ; pour autant, celle-ci contraint et pèse sur les façons dont ils investissent ce lieu. Certes, la manière dont ils sont perçus n’est pas le seul déterminant de la forme de leur participation et du sens qu’ils attribuent à leur adhésion à un centre de jeunesse. D’autres éléments de réponse seront mis en exergue et dégagés dans la suite de cet article.

La production d’un lieu

41Il nous reste à identifier les acteurs qui investissent et finalement produisent ce lieu qu’est le centre de jeunesse : quels sont les individus intéressés par celui-ci ? Quelle pratique en ont-ils ? En ce qui concerne la première question, nous verrons qu’aux côtés des jeunes, et souvent même plus massivement que ceux-ci, un type spécifique d’acteurs occupent le devant de la scène : les professionnels de la jeunesse. Nous verrons comment et en quoi ces derniers sont décisifs pour la vie des centres. La seconde interrogation nous amènera à aborder la question de l’encadrement et de son effectivité.

L’enchevêtrement problématique du politique et du social

42Comme nous l’avons vu dans la deuxième partie, le dispositif que constitue un centre de jeunesse a de nombreux avantages comme délimiter, identifier ou encore cibler. Il représente également un potentiel d’encadrement non négligeable, du moins de l’avis des responsables politiques. Mais est-ce le cas ? Du point de vue des relations et des liens avec le PND, et nommément avec la section « jeunesse » de la représentation du parti présente dans chaque quartier, la situation diffère en fonction des centres. Ainsi, pour certains centres, le parti est le commanditaire ; pour d’autres, au contraire, il n’est qu’un client ou du moins un bénéficiaire de leurs services. Ainsi, le directeur du centre de Doqqi affirme-t-il :

Bien sûr nous avons des relations très étroites avec la section du parti et le parti, et comment ! Nous travaillons pour le parti parce que c’est lui qui nous soutient et qui subventionne. Sans le parti, il n’y a rien, pas de centre de jeunesse, rien. Sans lui, on n’aurait pas d’argent et on ne ferait rien. Dans ce centre, on a formé des champions, on a même un jeune qui vient d’ici qui joue maintenant dans l’équipe d’Ahli et ça c’est grâce au parti, c’est aussi simple que ça. […] Quand le parti nous demande de faire quelque chose, on le fait. Par exemple on fait des cours d’alphabétisation, le ministère nous donne de l’argent pour ça […] Quand la section « jeunesse » de Doqqi organise quelque chose, des cours d’informatique par exemple, on le fait savoir et on le dit à nos jeunes. (‘Amr, centre de Doqqi, 31 ans, 9 décembre 2002)

43A contrario, pour d’autres centres, la situation est, comme l’explique Ihâb, l’adjoint du directeur du centre de Sayyida Zaynab, radicalement différente :

Nous permettons aux jeunes de faire du sport. La section « jeunesse » c’est autre chose. C’est une autre structure et puis on ne s’occupe pas de la même chose. Mais comme la section n’a pas beaucoup d’espace, quand elle a besoin de faire des conférences ou des choses comme ça, on lui loue la salle de théâtre ou la salle de conférences. Il en va de même quand elle organise des compétitions sportives : on lui loue le terrain. Et donc quand elle a en a besoin, elle vient chez nous. (Ihâb, 12 décembre 2002)

44La différence de positionnement par rapport au parti tient à une dimension principale : l’autonomie ou du moins le confort financier. En effet, si le trésorier du centre de Doqqi reconnaît que « Le centre n’a pas d’autres revenus que les subventions du ministère, nous sommes limités. L’aide est conditionnée par les activités : plus un centre a d’activités plus il a de subventions » ; le responsable du centre de Sayyida Zaynab insiste bien :

On n’a pas beaucoup de relations avec la section du parti et c’est parce qu’on ne dépend pas d’eux pour les subventions. En général, les centres ont deux sources de financement : les subventions et les revenus internes qu’ils peuvent générer. Nous avons une salle de théâtre qu’on loue et une auberge de jeunesse pour les jeunes des autres gouvernorats qui viennent au Caire, tout cela nous rapporte de l’argent. Tout ce que l’on a c’est une plus grande marge de manœuvre, on est assez indépendant de la section « jeunesse ». Nous sommes comme une petite entreprise, on a beaucoup d’employés et al-hamdu li-llâh ça marche.

  • 15 Il est difficile d’établir de quelle manière exactement cela peut l’être, mais il est certain que, (...)
  • 16 Pour simple comparaison, la participation à ce centre est 7 fois supérieure à celle exigée dans le (...)
  • 17 Le Ramadan est une période de grande activité pour les centres : ils restent ouverts le soir et org (...)

45Il faut savoir que le député du quartier dans lequel se situe ce centre, à savoir Sayyida Zaynab, est le président de l’Assemblée du Peuple, Fathî Surûr. Il est hautement improbable que la position et les réseaux de cette célèbre personnalité politique soient totalement étrangers à la bonne santé (financière et physique pourrait-on dire) du centre15. Ce dernier dispose de beaucoup d’infrastructures et de matériel, ce qui lui permet aussi de demander à ses membres une participation beaucoup plus élevée que d’autres centres16. Disposant de larges espaces, d’une cafétéria, d’une salle de théâtre, ce centre réussit à jouer un rôle dans la sociabilité du quartier tant la population s’y rend volontiers, souvent en famille d’ailleurs, pour y passer les soirées du Ramadan17. Pouvoir arguer d’un centre de jeunesse dynamique et attractif est un argument de campagne électorale non négligeable.

46Quoi qu’il est en soit, le paradoxe suivant est à souligner : les centres les plus « apolitiques » sont justement ceux qui bénéficient, à un degré ou un autre, d’une façon ou d’une autre, de la tutelle, de l’ombrelle d’une personnalité politique, du fait qu’ils sont situés dans les fiefs de responsables politiques. En raison de cette tutelle, ils sont conséquemment les mieux dotés et donc les plus attractifs. Or ce sont ceux-là qui sont les plus indépendants des organisations partisanes, des commissions du parti et qui jouent peu de rôle en tant que relais ou d’entonnoir de recrutement pour le parti. Les centres les moins bien lotis, les plus dépendants de la manne partisane sont précisément ceux-là même qui diffusent les informations mais aussi la rhétorique officielle et sont les plus soucieux de se montrer « efficaces » pour le parti. Mais y parviennent-ils réellement ?

Une participation volatile, un encadrement lâche

47La section « jeunesse » locale propose, aux jeunes du quartier, des activités qui sont médiatisées par voie d’affichage dans les centres. Cela suffit-il à faire des centres un préalable à une adhésion au parti ou du moins à une fréquentation plus ou moins assidue de ce dernier ? Lorsqu’on interroge des membres de centres, de 20 à 27 ans, on s’aperçoit que leurs choix et comportements confirment mal cette hypothèse :

Ici, ils nous disent quand il y a des cours d’informatique ou des compétitions organisées par la section, après c’est à toi de savoir si tu veux y aller ou pas, si tu n’es pas intéressé pourquoi y aller ?

J’ai été à un cours d’informatique parce que c’est utile, je vais là où ça peut m’être utile. J’y suis allé, c’était bien mais il fallait venir plusieurs fois et je n’ai pas pu à chaque fois. J’ai appris des choses et voilà, c’est tout.

Je viens ici pour faire du foot et voir mes amis, tout le reste ne me regarde pas.

Si tu as besoin de quelque chose du parti, ou si tu veux faire quelque chose et que tu sais que le parti peut t’aider alors oui, tu y vas et là c’est bien d’avoir quelqu’un du centre pour te présenter. Ça peut servir.

Moi je viens faire du sport. Qui lit vraiment les affiches ? C’est les gens du centre qui te disent s’il y a des activités d’organisées. Si tu n’as rien à faire tu y vas.

48En somme, à la volonté étatique de valorisation et de mise en avant de la catégorie « membre d’un centre de jeunesse », les jeunes concernés répondent (manifestent) par un refus implicite mais réel – implicite, parce qu’ils ne sont jamais en position de, ou appelés à, le publiciser ; réel parce que, de fait, cette labellisation n’est pas revendiquée et n’est guère mobilisée comme marqueur distinctif. Être membre d’un centre de jeunesse n’est pas vécu comme appartenance ni même comme ressource. Elle ne le devient qu’assortie d’autres affiliations, étoffée par d’autres réseaux ou ponctuellement, en cas de besoin.

49Si les centres sont autant de caisses de résonance pour les activités du parti, on ne peut que faire le constat que les vibrations produites convainquent peu d’auditeurs. Ainsi, s’il est de coutume que la section « jeunesse » du parti comptabilise, dans ses effectifs, tous les individus ayant participé ou assisté, à un moment ou à un autre, à une de ses activités, il n’en demeure pas moins que les membres d’un centre ne se considèrent pas pour autant membres du parti ou même de la section en question. Il est clair que leur fréquentation d’un lieu ne vaut pas adhésion. Ils rechignent même à se laisser saisir par l’une ou l’autre des structures mises en place dans ce but. Plus sélectifs que passifs, ils passent d’un lieu à un autre en fonction de leurs intérêts ou de leur curiosité. En d’autres termes, il y a certes bien des avantages à être membre d’un centre de jeunesse, de la pratique du sport au fait de pouvoir bénéficier de certains programmes gouvernementaux ; pour autant, de là à faire de son adhésion au centre un marchepied vers un quelconque encartement au parti ou vers un engagement politique, il y a un pas que la très grande majorité des membres ne franchissent pas. S’ils le font c’est plus souvent pour des raisons pragmatiques, voire opportunistes : s’assurer un soutien, se faciliter des démarches. Moins dupes qu’il n’y paraît, les membres du centre sont, en cas de besoin, des utilisateurs souvent avisés. Du moins, lorsque la possibilité même de le faire leur en est laissée. En effet, comme le dit clairement Tâmir (20 ans) : « Dans la théorie, tu peux faire des choses et le centre doit t’aider mais bon, ça dépend des gens du centre, ils peuvent aussi tout bloquer et tout fermer devant toi. Nous on fait du sport et eux ils font ce qu’ils veulent ».

50Le ministre de la Jeunesse et des Sports fait preuve de réalisme et reconnaît qu’il y a encore beaucoup d’obstacles et de portes fermées qui se dressent devant les jeunes. Lors d’une rencontre politique, à une interpellation d’un jeune d’un centre de jeunesse portant sur les modalités concrètes d’une plus grande implication et participation des jeunes dans ces organisations, le ministre répond :

  • 18 Intervention publique lors des Rencontres de la foire du livre, 23 janvier 2002.

On me dit que les centres ne sont pas un canal de liaison entre le ministère et les jeunes. Penses-tu que je peux rencontrer tous les jeunes, un par un ? Le ministre rencontre les jeunes par les canaux légaux et officiels, à travers les centres. Je répète que les centres ne dépendent pas du ministère. Ce sont des associations civiles, dont le conseil d’administration a le droit de faire des projets. Nous devons les superviser mais ce ne sont pas des organisations du ministère. Le ministère a fait en sorte que la voie de la candidature aux centres soit ouverte, je ne peux que vous dire d’y entrer, d’y devenir un acteur, d’agir. Si le conseil d’administration fait quoi que ce soit pour vous en empêcher, il faut alerter la Direction locale de la jeunesse, le ministre et on l’oblige à vous accepter. Je vous dis : entrez, pratiquez, participez, prenez vos droits. C’est le seul moyen de résoudre les problèmes des centres. Qu’on ne me dise pas que les jeunes ne peuvent pas entrer dans ces organes parce que ce n’est pas vrai.18

51Si la réponse du ministre est révélatrice de la position délicate du gouvernement, la question l’est également de la perplexité et l’ignorance des jeunes s’agissant de ce qu’il faudrait faire pour être pleinement acteurs de ces organisations censées exister pour eux. L’invitation, l’exhortation du ministère à prendre les rênes comporte des accents de fantasmagorie tant le verrouillage des centres, rendu possible par des années de pratique loin de tout intérêt gouvernemental et public, semble achevé.

Les professionnels de la jeunesse

52Des années de pratique ont établi et renforcé, tant auprès des membres que des responsables, l’idée que la gestion d’un centre est une affaire entre les différents responsables. Celle-ci a partie liée avec des enjeux importants ; elle est donc trop sérieuse pour y associer les simples membres du centre. Un membre de Sayyida Zaynab pose clairement :

S’occuper d’un centre est une affaire compliquée et ça demande du temps. Quand tu es un membre, pourquoi chercher les embêtements ? En plus, il faut savoir des choses quand on s’occupe d’un centre, il faut connaître la politique… Si tu as un intérêt à le faire tu le fais, mais si tu n’as pas d’intérêt autant rester tranquille. [La répartition des rôles est clairement affaire d’âges :] ici, c’est pour les jeunes […] En fait chacun sait s’il est jeune ou pas ! Quelqu’un de 50 ans, bon père de famille a d’autres soucis en tête que de venir jouer au foot ! Mais être membre du conseil d’administration, ça c’est autre chose, il faut avoir un certain âge parce qu’on a des responsabilités. (Muhammad, centre de ‘Abdîn, 32 ans, 15 novembre 2002)

53La capacité d’influence que pourraient avoir les membres est relativisée voire niée par les membres eux-mêmes :

Si les choses ne te plaisent pas, eh bien, tu t’en vas et c’est tout. Comment tu veux changer les choses ? Si les gens du centre ne le veulent pas, eh bien, rien ne change. Moi je ne vais plus au centre parce que je me suis disputé avec un responsable sportif, lui on le changera pas, moi je pars c’est tout. Les élections et le conseil d’administration, tout ça, c’est entre eux. De toute façon, si tu te présentes parce que les choses ne te plaisent pas tu ne seras pas élu puisque tu n’es pas d’accord avec les autres. (Mustafâ, 26 ans, ancien membre du centre de Doqqi, 13 décembre 2002)

  • 19 Ce qui reste dans les limites de la définition politique de la jeunesse (Boutaleb, 2000).

54Les responsables sont pour la plupart des anciens membres des centres, comme nous le verrons. Plus « carriéristes » que d’autres, mieux insérés dans les réseaux porteurs, ces derniers, pour une raison ou une autre, investissent le centre et sont, en fait, les véritables destinataires et bénéficiaires des politiques et des programmes mis en place pour les « jeunes des centres de jeunesse ». D’ailleurs, pour la plupart, les responsables peuvent revendiquer ce statut : la majorité d’entre eux ont entre 30 et 40 ans19. Ainsi, les centres, organisations de masse, permettent l’émergence de certains éléments qui vont en monopoliser la gestion et les instrumentaliser. Pour ceux-là, effectivement, les centres jouent pleinement et efficacement le rôle qui leur est assigné par les politiques.

55Les responsables des centres vont volontiers mettre en avant leur « amour de la population du quartier », leur « envie de s’impliquer » ou encore leur « amour du bénévolat pour le bien de tous » pour expliquer leurs engagements et leur participation. Selon les termes d’un membre d’un centre, ami d’un des responsables sportifs : « Il n’y a rien en Égypte qui s’appelle bénévolat » (Ahmad, ancien membre du centre de Sayyida Zaynab, 29 ans, 29 novembre 2002).

56Il faut s’intéresser aux mécanismes (modalités) de nomination/désignation des responsables d’un centre de jeunesse, ceux que les membres appellent « les gens du centre ». Les membres du conseil d’administration sont élus par les membres du centre ; quant aux responsables (sportifs et autres), ils sont nommés par la direction générale de la Jeunesse et des Sports du gouvernorat et ont un statut de fonctionnaires. Ils peuvent également être élus au conseil d’administration. Ce profil correspond à celui de Amr, responsable sportif du centre de Sayyida Zaynab, de Muhammad responsable sportif du centre de Doqqi. Târiq du centre de ‘Abdîn présente encore un autre cas de figure : responsable de la section « jeunesse » de la représentation locale du parti, il est également membre du conseil d’administration du centre. On comprend donc qu’une multitude de cas sont possibles et que l’on retrouve les mêmes personnes à différents endroits. Le cumul des fonctions et des attributions n’est pas une exception et explique parfois la relative souplesse de la surveillance des activités des fonctionnaires par le conseil.

57La voie de la promotion interne est celle qui prévaut pour les membres du conseil d’administration. Tous les élus que nous avons rencontrés ont été membres du centre pendant de nombreuses années avant de se porter candidat. Rares sont les responsables ou les membres de conseil d’un centre qui ne soient pas membres du parti, bien que le degré d’implication que cela suppose soit très variable. Pour certains, leur appartenance au parti et leurs activités au sein du centre sont deux choses différentes. Ainsi, pour Khâlid, le trésorier de Doqqi :

Je suis membre de la commission de quartier de Doqqi du PND. Je suis membre du parti, c’est-à-dire que j’ai ma carte mais je ne participe pas politiquement. Je transmets les problèmes des gens que je vois, je les fais remonter mais je ne fais rien d’autre. Je ne fais pas de politique, moi, je ne fais que du bénévolat, je suis un petit membre.

58Pour d’autres, leurs responsabilités dans le centre ne sont pas sans lien avec leur position au sein du parti comme le dit implicitement Muhammad, qui fièrement déclare :

Je suis membre du conseil local du quartier depuis les municipales de 2002. Oui, je suis un tout nouveau membre ! Avant j’étais aussi au parti mais je n’avais pas été élu alors je me suis concentré sur le centre. Et puis quand les gens ont vu que je travaillais bien au service du quartier ils m’ont élu.

59Pour d’autres encore, le refus d’associer, de quelque manière que ce soit, les deux appartenances est radical. C’est le cas pour Ihâb :

Avant, j’avais ma carte du parti mais je n’y allais jamais de toutes façons. Je ne l’ai pas renouvelée. Je n’ai pas eu le temps et puis je ne le ferai pas. La politique ce n’est pas pour moi. Si la politique entre dans quelque chose, elle le détruit, tu vois. Il y a une différence entre les activités sociales et les activités politiques. Moi je ne veux pas faire de politique parce qu’on peut me demander de faire des choses pour des raisons politiques qui ne s’accordent avec ce que je fais ici. Le directeur ? Oui, il est membre du conseil municipal, élu en 2002. Mais enfin… être membre du conseil, ce n’est pas vraiment faire de la politique c’est faire du social. (Ihâb, adjoint du directeur de Sayyida Zaynab)

60Ihâb n’est pas membre du conseil d’administration mais directeur-adjoint nommé par la direction générale de la Jeunesse. Ce sont plus des considérations liées à son statut de fonctionnaire qui priment dans ses raisonnements :

Ici, quand on travaille bien, on a des primes, moi j’en ai toujours. Le ministère organise des sessions dans le cadre de la formation des cadres, j’y participe souvent. À celles du ministère, pas à celles du parti hein. C’est une semaine de cours, des cours pour bien encadrer les jeunes, pour apprendre des techniques administratives, pour se former au travail collectif quoi. À la fin on a des épreuves et si on les réussit on a le diplôme. Moi j’ai eu mon diplôme. C’est important parce que cela te donne une priorité dans l’avancement, si, par exemple, je dois être promu et qu’un autre aussi, c’est moi qui le serait parce que j’ai le diplôme.

  • 20 Les mêmes mots se retrouvent dans les rapports du ministère et des documents officiels du parti. Pr (...)

61Arrêtons-nous, un instant, sur ces cours de formation de cadres qu’a évoqué Ihâb. Comme il a jugé utile de le préciser, ceux-ci peuvent être à l’initiative du ministère ou du parti, la différence entre les deux est toute théorique, le contenu étant le même. Ces cours sont destinés à tous ceux qui « travaillent avec les jeunes et encadrent les jeunes pour les rendre aptes à relever les défis de l’avenir »20. Former les responsables de la jeunesse est un des piliers du plan de développement du ministère mais aussi du parti. Comme le dit Muhammad de Doqqi :

C’est par la section « jeunesse » qu’est organisée la formation des cadres. Moi j’y ai été plusieurs fois. Une lettre arrive en disant nous avons besoin d’un tel, en donnant le nom ou les qualifications de celui qu’ils veulent, pour suivre des conférences de formation des cadres. C’est, par exemple, sur une semaine. Tu y vas tous les soirs. Il y a des conférences sur ce qu’il faut faire, comment être un bon responsable, quel est ton rôle et tout ça.

62En définitive, que ce soit pour des raisons de promotion professionnelle ou de position au sein du parti, une responsabilité dans un centre, à quelque niveau que ce soit, est un atout de taille. Corollairement, pour des raisons politiques et de stratégies partisanes, un grand intérêt est porté aux responsables des centres et à leur formation. En somme, ceux qui investissent totalement ce lieu et qui l’utilisent pleinement sont les responsables qui en font soit un marchepied pour une carrière politique soit une base pour leur carrière professionnelle. Les feux de l’attention sont plus portés sur les professionnels de l’encadrement des jeunes que sur les jeunes eux-mêmes. Pour le dire différemment, les centres permettent de rendre visible certains groupes de jeunes, sans doute pas ceux que l’on s’attend intuitivement à voir émerger mais plutôt un groupe spécifique de « jeunes » : les agents d’encadrement des jeunes. Finalement, les modalités de fonctionnement d’un centre de jeunesse produisent le groupe des professionnels comme groupe représentatif du groupe représenté, à savoir les membres de ce centre. En fait, tout le travail de production de la catégorie « jeune d’un centre » se trouve explicité par la problématique même de la représentation que l’on pourrait formuler de la sorte : les professionnels de la jeunesse ne peuvent exister qu’en faisant exister, au moins dans les structures de représentation, la population au nom de laquelle ils parlent et sur laquelle ils agissent (Mauger, 1994, p. 47).

Conclusion

  • 21 Entendue au sens de l’ensemble des idées, représentations qu’ils peuvent avoir des centres et de l’ (...)

63Nous avons vu que l’implication des membres est sporadique et lacunaire. En fait, l’accent mis sur les jeunes des centres de jeunesse ne touche pas ceux-ci concrètement et ne modifie que peu leurs comportements et les pratiques réelles qu’ils ont des centres. La mise en visibilité qui est faite, moins des jeunes d’ailleurs que des centres eux-mêmes, n’est guère subie voire rarement revendiquée par les premiers. Est-elle pour autant critiquée ? Oui, si l’on considère que le refus de se laisser saisir, le choix individuel voire le cynisme sont des façons de contrer l’intérêt massif que leur prête le politique, du moins dans ses discours. Ce n’est pas tant un décalage qu’une rencontre contrariée qui s’opère entre les jeunes et un dispositif mis en place pour les encadrer efficacement. Pour autant, les formes et les dimensions de leur pratique21 sont non seulement le précipité de tout un environnement sociopolitique mais produisent également la réalité des centres de jeunesse. S’ils ne sont pas les constructeurs les plus directs et immédiats de ces derniers, ils n’en contribuent pas moins à dessiner, et à influer sur la construction qui est faite, en la contournant ou en en atténuant certains effets. De manière plus générale, ceci ne peut que nous inviter à concevoir n’importe quelle construction sociale comme le fait de toute une multitude d’acteurs, certains certes plus visibles et immédiats que d’autres mais tous tout aussi importants.

64Nous avons voulu montrer dans cette contribution que cet élément de la réalité sociale que sont les centres de jeunesse est composé de deux segments d’une paire faite a) de la circonscription d’un public et b) de la production de ce lieu. Autant est-il possible de voir, dans le premier segment de l’équation, l’action d’un État soucieux d’encadrement et d’efficacité, autant l’interaction des encadrés et des encadrants est ce qui va constituer le second segment. Ainsi, ces deux types d’acteurs, engagés dans des logiques propres, vont-ils produire une certaine configuration qui, comme nous l’avons vu, est différente selon que l’on soit à Doqqi, à Sayyida Zaynab ou à ‘Abdîn. Reste que cette configuration est ce qui, à son tour, influence et pèse sur les comportements des uns et des autres, contribuant à définir leurs marges de manœuvre respectives. Ceci nous renvoie au paradoxe dégagé par les auteurs constructivistes, à savoir « le paradoxe de l’homme capable de produire un monde qu’il expérimente ensuite comme quelque chose d’autre qu’un produit humain » (Berger et Luckmann, 1996, p. 21).

Annexes

Sources

Rapports officiels

Public Relations Information Service, 1963, Ministry of Social Affairs in Eleven Years from 1952 to 1963, Le Caire, Ministry of Social Affairs.

Ministère de la Jeunesse et des Sports, 2001a, Rapport Annuel, Le Caire, Ministère de la Jeunesse et des Sports.

– 2001b, Plan de développement des centres de jeunesse. Étapes I et II, Le Caire, Ministère de la Jeunesse et des Sports.

Presse

Al-Ahâli (quotidien d’opposition, du parti socialiste Tagammu‘).

Al-Ahrâr (quotidien d’opposition, du parti libéral Ahrâr).

Al-Ahrâm (quotidien gouvernemental).

Al-Ahrâm al-Iqtisâdi (hebdomadaire économique).

Al-Gumhûriyya (quotidien gouvernemental).

Al-Usbû‘ (hebdomadaire indépendant).

Rûz al-Yûsuf (hebdomadaire).

Al-Wafd (quotidien d’opposition, du parti conservateur Néo-Wafd).

Notes

1 Cet accès aux centres a permis de combiner la conduite d’entretiens de huit personnes dans les différents centres avec de l’observation participante. Le lecteur s’apercevra rapidement qu’une même personne a été interviewée à différentes dates ; en effet, le terrain a nécessité de nombreuses et régulières visites. Il s’est échelonné sur un mois et demi afin de permettre une familiarisation du chercheur avec les lieux, mais également une acclimatation des acteurs avec le chercheur.

2 Nous avons choisi de commencer cette recension systématique de la presse en 1999, année de l’entrée d’un ministre de la Jeunesse et des Sports au gouvernement, mais surtout année durant laquelle la rubrique sportive d’Al-Ahrâm (quotidien gouvernemental) fut consacrée à de grandes enquêtes sur les centres de jeunesse. Quant au choix de 2002, il s’explique par des considérations pragmatiques d’achèvement d’un terrain.

3 Nous sommes consciente de ne pouvoir utiliser indifféremment les deux notions que sont « espace » et « lieu ». En effet, il nous semble pertinent de souligner que, comme le posent Michel de Certeau, (1980) et John Agnew, (1987), « l’espace se définit par opposition au lieu, dans la mesure où ce dernier est une “configuration de sites” plutôt stable alors que le premier représente une pratique, évoquant des vecteurs de direction, des variables temporelles, la mobilité et des éléments étrangers et de surprise » (Agnew, 1987, p. 10).

4 Un exemple particulièrement illustratif de ceci est l’article que le grand sociologue égyptien, Sayyid ‘Uways (1988), a consacré à cette question. Partant du recensement démographique de 1986, l’auteur constate que, dans la seule capitale, 1 757 774 personnes ont entre 15 et 25 ans, qu’elles constituent donc une population cible pour les autorités publiques qui doivent s’investir prioritairement dans leur éducation et leur encadrement. Pour cela, il faut multiplier et étoffer le réseau d’organisations civiles, et par ce terme, l’auteur désigne les centres de jeunesse. Après avoir établi que leur nombre était encore insuffisant pour couvrir l’ensemble des quartiers de la capitale et leur empêchait donc d’être une infrastructure d’accueil efficace pour l’ensemble de la population cible, il en préconise la multiplication du fait que les centres sont censés non pas inculquer mais enseigner aux membres, par l’exemple et la pratique, les valeurs patriotiques, sociales et démocratiques.

5 De 1974 à 1999, date du dernier remaniement ministériel, il n’y eut pas de ministère de la Jeunesse à proprement parler. Les questions de la jeunesse étaient prises en charge par un haut conseil (cf. note suivante). Cette évolution institutionnelle et la nomination d’un éminent universitaire à la tête du ministère peuvent être vus comme autant d’indices d’un renouveau de l’intérêt gouvernemental (et, avant tout, présidentiel) pour cette question.

6 Officiellement, jusqu’en 1999, le Haut Conseil tenait lieu de ministère de la Jeunesse. Dans la pratique, la commission parlementaire intervenait et pesait d’un grand poids dans les décisions de politiques publiques en direction de la jeunesse, tant et si bien que les deux instances en sont venues à se partager plus ou moins harmonieusement les prérogatives et les missions. Inutile de préciser que cette sorte de direction ipso facto bicéphale n’a pas aidé à dissiper l’opacité des processus décisionnels et des modalités de gestion des politiques. La réactivation d’une institution unique, à savoir le ministère, a apporté une clarification bien salutaire.

7 L’accès au poste de directeur se fait par voie électorale : le Conseil d’administration, lui-même élu par les membres du centre, choisit le directeur. Une fois élu, ce dernier a toute latitude pour faire du Conseil son obligé, pour modifier les listes des membres et retarder indéfiniment la tenue d’élections. Tant et si bien que la rotation des directeurs est très faible. Les voies de recours à l’encontre d’un directeur sont, concrètement, quasi-nulles. Certes, le Conseil ou les simples membres d’un centre peuvent émettre des avis défavorable, envoyer des plaintes et dénoncer les agissements d’un directeur auprès de la Direction régionale de la jeunesse et des sports, reste que, dans les faits, celle-ci sanctionne très peu et ne réagit que très rarement.

8 Ce Congrès qui s’est tenu du 16 au 19 septembre 2002, a impulsé de nombreux changements au sein du PND, notamment pour ce qui est des modalités de désignation des responsables (élection dorénavant) et de l’établissement de sa stratégie. Le nouveau secrétaire chargé de l’orientation politique du parti et responsable de la jeunesse, Gamal Moubarak, a tenu à ce que ces développements soient diffusés et expliqués aux jeunes à travers tout le pays.

9 Extrait du document du PND concernant la participation politique des jeunes, présenté lors du viiie Congrès.

10 Dans le cadre du programme « Connais ton pays », programme censé, entre autres, « renforcer chez les jeunes l’amour du pays et consécutivement le patriotisme et le sens civique » (Ministère de la Jeunesse et des Sports, 2001a).

11 Organisme fondé en 1991 à l’initiative de 17 donateurs internationaux, le Fonds social de développement (FSD) a pour objectif de lutter contre la pauvreté, de superviser des initiatives de développement communautaire et d’auto-emploi des jeunes générations et d’atténuer les effets négatifs des réformes économiques sur des populations cibles. Résolument orienté vers la micro-entreprise et la promotion de l’auto-emploi, le FSD a en charge cinq programmes, dont le troisième, intitulé « développement des entreprises », vise à « créer des opportunités d’emploi durable et de génération de revenu dans le secteur des micro et petites entreprises, et ce, en aidant la création de nouveaux petits commerces et en améliorant la rentabilité et l’expansion de ceux déjà existants. Le projet consiste à fournir un ensemble d’assistance technique, de conseil de gestion, de formation et de crédits ».

12 Célèbre de par son fondateur, Gamal Moubarak, fils du président, cette association a pour but d’assurer une formation sur 6 mois en management, anglais et autres matières indispensables, « au décideur du nouveau siècle ». Les éléments les plus brillants se voient attribuer une bourse leur permettant de compléter cette formation par un troisième cycle aux États-Unis.

13 Intervention publique lors des Rencontres de la foire du livre du 23 janvier 2002.

14 Quand on sait que la promotion formée en 2001 à l’association ne comptait en tout et pour tout qu’une soixantaine d’individus, on comprend que les effectifs fournis par les centres ont dû être minimes.

15 Il est difficile d’établir de quelle manière exactement cela peut l’être, mais il est certain que, pour reprendre les termes du directeur-adjoint du centre : « En sa qualité de Président de l’Assemblée, ses décisions s’appliquent immédiatement et ça c’est bien pour nous. Ce qu’il dit s’exécute dans l’instant ».

16 Pour simple comparaison, la participation à ce centre est 7 fois supérieure à celle exigée dans le centre de Doqqi (respectivement 21 LE et 3 LE) et 3,5 fois celle du centre de ‘Abdîn (6 LE).

17 Le Ramadan est une période de grande activité pour les centres : ils restent ouverts le soir et organisent des concerts ou des événements culturels.

18 Intervention publique lors des Rencontres de la foire du livre, 23 janvier 2002.

19 Ce qui reste dans les limites de la définition politique de la jeunesse (Boutaleb, 2000).

20 Les mêmes mots se retrouvent dans les rapports du ministère et des documents officiels du parti. Preuve supplémentaire s’il en est de la porosité de la distinction.

21 Entendue au sens de l’ensemble des idées, représentations qu’ils peuvent avoir des centres et de l’application qu’ils font de ces dernières dans leur utilisation concrète et leur fréquentation de ces centres.

Auteur

politologue, chercheuse au Laboratoire des sciences sociales du politique (LASSP) de Toulouse

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable