Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jeunesses des sociétés arabes

 | 
Mounia Bennani-Chraïbi
, 
Iman Farag

« Devenez votre patron ! » La mise en scène du chômage et la figure du jeune entrepreneur en Égypte dans les années 1990

Karine Tourné

Entrées d'index

Note de l’auteur

Une première version de ce texte a été présentée lors des Quatrièmes rencontres méditerranéennes de recherche sociale et politique (Florence, Montecatini 19-23 mars 2003) organisées par le Programme méditerranéen du Centre Robert Schuman, European University Institute.

Texte intégral

  • 1 50 % de la population a moins de 20 ans, voir le tableau en annexe.
  • 2 Le taux de fécondité indique le nombre d’enfants par femme, il est passé de 6,7 en 1960 à 3,7 en 19 (...)

1En Égypte, la visibilité de la jeunesse s’explique d’abord par des arguments démographiques. En 1996, 70 % de la population a moins de trente ans (Arab Republic of Egypt, 1999)1. Dans un contexte de transition démographique, les taux de fécondité2 ont été divisés par deux en trente ans. La fin des années 1990 correspond ainsi à un moment historique : dans les décennies à venir, les cohortes jeunes ne devraient plus être aussi nombreuses (Martín Muñoz, 2000, p. 18). Dans ce contexte, l’attention portée à « la jeunesse » égyptienne est formulée en termes de prévention et d’intervention en direction d’une génération (en difficulté). Elle renvoie à son rôle et à ses responsabilités futurs dans la société, à son statut d’âge des transformations dans une société en transition. L’intérêt manifeste des médias, des pouvoirs publics et des chercheurs rejoint l’agenda des organismes internationaux, en ce sens qu’il s’agit de mieux connaître « sa » jeunesse et afin de l’expertiser (El-Tawila, 2000, p. 19).

2La visibilité d’une certaine jeunesse, ou plutôt de certaines jeunesses, s’explique par la perméabilité des professionnels de la jeunesse aux questions de la demande sociale (Messu, 1997, p. 151). La proximité des champs de la recherche et de l’intervention publique s’illustre à la fois dans les modalités de la recherche-action mobilisant les experts de la jeunesse et dans l’élaboration de catégories ou dans le choix des populations ciblées. La perméabilité de ces différentes sphères (politique, médiatique et savante) intervenant sur la jeunesse tend alors à focaliser l’attention sur certaines populations jeunes. Ainsi, parmi les multiples découpages opérés selon leurs objectifs et leurs compétences par les diverses institutions, certaines catégories « jeunes » deviennent-elles

un personnage […], idéal-type sociologiquement construit ou figure mythique, « modèle » (au sens de la mode ou de la morale) ou « modèle-réduit » (au sens de la science), représentations politiques, savantes, demi-savantes ou ordinaires de « la jeunesse » érigée en syndrome de son malaise, en prodrome de ses « problèmes » ou en prémices de l’avenir. (Mauger, 1994b, p. 279-280)

  • 3 Les matériaux utilisés pour cet article proviennent de ma thèse de doctorat : Expériences de la vie (...)

3La focalisation sur les jeunes adolescents, les prétendants ou les jeunes diplômés chômeurs tend à les instituer en figure sociale de la jeunesse égyptienne. La visibilité de ces groupes est socialement construite autour des transitions (psychobiologiques, familiales ou professionnelles) qu’il faut expertiser ou des situations de crises (le chômage, le recul de l’âge au mariage, par exemple) auxquelles il faut remédier. Cependant, le caractère exemplaire de ces représentations induit une attention singulière portées aux individus au-delà de leurs conditions : en ce sens qu’il est plus systématiquement question du chômeur que du chômage, du prétendant que du mariage. L’accent, mis sur les individus plutôt que sur les situations qu’ils vivent, dessine un profil dont les attributs synthétisent l’ensemble des projections sur la jeunesse. La masse anonyme des jeunes diplômés est assimilée aux portraits qu’en font les médias et qu’incarne la figure du jeune diplômé chômeur3.

4Je retrace, dans cet article, la mise en scène du chômage dans les années 1990 en Égypte, en montrant qu’elle est construite sur l’opposition de figures sociales, celles du jeune diplômé chômeur et du jeune entrepreneur, dont elle sous-tend l’émergence. Ce faisant, j’explicite la congruence des processus qui institutionnalisent ces figures et façonnent leur antinomie, constitutive entre autres de leur visibilité respective.

5Je montre, dans un premier temps, que la figure du jeune diplômé chômeur incarne une panne du cycle de vie. Un état des lieux sur la construction des âges sociaux en Égypte met en exergue la position du jeune diplômé chômeur face à l’impossible passage à l’âge adulte. J’établis, dans un deuxième temps, que cette panne du biographique est mise en scène sur le registre de la crise. La tension entre deux figures, celles du diplômé chômeur et du jeune entrepreneur, est construite sur des rapports au travail distincts qui questionnent la rationalité et la légitimité des attentes professionnelles et affirment la responsabilité des jeunes entrepreneurs. Je reviens, dans un dernier temps, sur la figure du jeune entrepreneur, en ce qu’elle incarne la solution du chômage des diplômés. La promotion de l’auto-emploi et les incitations à s’orienter vers le privé rencontrent cependant des formes de résistance qui ont à faire avec la construction historique des rapports à l’emploi et avec les contingences familiales.

Jeune diplômé chômeur : une panne du biographique

6Comprendre la visibilité de la figure du jeune diplômé chômeur appelle, en premier lieu, un retour sur la construction des âges sociaux. Précisément parce que les « divisions entre les âges sont arbitraires » (Thévenot, 1979, p. 4), significatives de rapports sociaux plus larges, considérer la jeunesse comme un âge social pose la question des découpages et des manipulations de l’âge biologique, plus exactement des mises en relations des chronologies biologiques et sociales (Bourdieu, 1984, p. 144-145). Il convient alors de recenser les définitions de catégories « jeunes » et les projections sur « la ou les jeunesses ». Elles émanent de la sphère politique et médiatique, des sciences sociales et plus largement de la recherche et du sens commun (Mauger, 1994a, p. 21-22). Leurs formes et leurs usages ne sont indifférents, en outre, ni aux moments de leur genèse ni aux modalités de leur diffusion. L’état de jeunesse comme ensemble de représentations et de projections, est socialement et historiquement situé. Il rend compte de l’ensemble des classements opérés dans la construction des catégories et de leur articulation à des problématiques spécifiques à un moment donné.

  • 4 Rappelons que la Loi sur le statut personnel (Loi 25/1929, révisée par la Loi 1/2000), la Loi sur l (...)

7Cet exercice sur les représentations sociopolitiques de la jeunesse en Égypte (dans les années 1990) amène un double constat. La multiplication des catégories jeunes renvoie aux compétences des institutions en charge de la jeunesse4 et aux agendas internationaux (El-Tawila, 2000). Je rejoins les conclusions des travaux de Hala Shafey sur les adolescents (1998) qui mettent en évidence l’extrême diversité des découpages et, au-delà de leur spécificité technique, la potentielle confusion de leurs usages. On observe simultanément que ces différentes définitions renvoient à une acception normée du cycle de vie et sont construites sur le même double principe : celui de la chronologisation et de la substantialisation des âges de la jeunesse. Autrement dit, les catégories (d’analyse, d’expertise, de mesure ou d’intervention) font systématiquement référence à un sens normé de la jeunesse fondé sur une police des âges, c’est-à-dire sur l’organisation sociale de la chronologie des âges de la vie dont rend compte l’institutionnalisation du biographique (Percheron, 1988, p. 111). Ces catégories construites sur les âges traduisent les attentions portées collectivement aux enfants ou aux jeunes (la protection, l’encadrement, l’intervention, par exemple). Elles reflètent simultanément la position et la place attribuées à un groupe d’individus et à un âge de la vie selon « un ordre auquel chacun doit se tenir, dans lequel chacun doit se tenir à sa place » (Bourdieu, 1984, p. 144). Leur construction revient, par ailleurs, toujours à attribuer du sens, un sens particulier à une classe d’âge à laquelle les individus qui la constituent sont intrinsèquement identifiés.

Le temps de la jeunesse, l’institutionnalisation du biographique

8L’institutionnalisation du statut juvénile se fait par le biais des institutions éducatives ou familiales mais renvoie également, plus largement, aux multiples catégories légales ou administratives qui définissent des seuils et des classes d’âges, produisent des réglementations en matière de scolarisation, d’entrée dans la vie active, et participent à la structuration par âge de la population (Mauger, 1995, p. 21).

9Elle s’inscrit donc, plus globalement, dans un processus d’institutionnalisation du biographique et rejoint, en premier lieu, les préoccupations des pouvoirs publics. La gestion du social recouvre partiellement une police des âges où « tout se fait à partir de seuils d’âges décidés administrativement créant diverses catégories d’“ayant droit” : on a l’âge, pas encore l’âge ou plus l’âge d’occuper telle fonction ou telle situation, de faire valoir tel droit, de bénéficier de tel avantage » (Percheron, 1991, p. 114). Se pose également la question de la mesure. L’élaboration de catégories légales définit des statuts normatifs et doit permettre d’appréhender les situations a-normales comme le travail des enfants, la non ou déscolarisation, la délinquance ou le mariage avant l’âge légal. Ainsi, observe-t-on, comme Marc Bessin, que

l’institution biographique s’est vue de plus en plus quadrillée par des repères d’âges chronologiques, autant de limites d’âges qui imposent à chaque cohorte de faire les mêmes choses aux mêmes âges. Un plan de vie rigidement basé sur le critère d’âge chronologique s’impose avec ce processus. Un calendrier daté strictement pour un certain nombre de pratiques correspondant à des âges légaux est venu normaliser le cours, les étapes et le rythme de l’existence. (Bessin, 1994, p. 11)

10En second lieu, l’importation, par les sciences sociales, (ou l’exportation depuis la sphère politique) des outils de la gestion sociale contribue également à l’institutionnalisation d’un temps de la jeunesse. La périodisation du biographique mobilisée par les sciences sociales est construite sur la synchronisation de processus familiaux et professionnels et de leurs calendriers. Elle associe un temps et un sens de la jeunesse, définie comme « une phase normale et fonctionnelle préparant l’accès, qui ne pourrait plus être que progressif, aux rôles d’adulte » (Galland, 2001, p. 617). Dans cette chronologie des âges de la vie, structurée en temps sociaux dont l’âge adulte est le pivot (Bessin, 1994, p. 8), la jeunesse est ainsi appréhendée par les sciences sociales comme une période de transitions. C’est le moment où se joue l’insertion professionnelle et sociale, selon des modalités prescrites et soumises au contrôle social (Sherif, 1999, p. 619). En Égypte, le mariage entérine le passage à l’âge adulte. La réalisation du projet matrimonial répond à un cahier des charges individuel et familial, socialement institué (Singerman, 1997, p. 74). Le passage à l’âge adulte sanctionne cette transition et s’accompagne de l’attribution d’un nouveau statut, celui d’adulte, plus exactement de divers statuts (être un actif stable, être marié, avoir décohabité) et de qualités telles que l’autonomie, l’indépendance, la maîtrise de son existence, la responsabilité, la citoyenneté, qui sont « les signes d’une bonne insertion ou plutôt les critères à partir desquels sont évalués les jeunes (catégorie indifférenciée) » (Bonniel et Lahire, 1994, p. 26).

Les âges de la jeunesse, la substantialisation, la surdétermination

11Selon les postulats du cycle de vie, la jeunesse prend la forme d’une trajectoire dont les buts sont socialement identifiés et normés, d’un « état antérieur dynamique qui se défait pour se fixer dans un état second quasi définitif dans une poussée en avant irréversible » (Langevin, 1990, p. 84). Cette acception produit le sens de la jeunesse comme une succession d’étapes, de rôles et d’états qui sont chronologiquement disposés et orientés vers le développement psychologique et biologique de l’individu selon le principe de la différence (Baizerman et Magnuson, 1996) ou l’achèvement des transitions qui le définissent (Percheron, 1988, p. 111). Ces étapes correspondent à des temps de la transition, dotés de propriétés propres, tous appréhendés comme des approximations successives du statut d’adulte. Ces découpages sont délimités par des bornes « sociologiques » (Galland, 1996, p. 39) et correspondent soit à des âges légaux, tels que la scolarisation obligatoire, la majorité légale ; soit à des pratiques (âge moyen au mariage, âge de fin de la scolarité – hors scolarisation obligatoire, âge au diplôme, âge à la décohabitation, par exemple…). Elles délimitent des catégories construites par agrégation des individus autour d’un découpage en classes d’âge socialement qualifiées.

12Cette succession d’âges sociaux repose comme le souligne Annick Percheron sur un triple postulat :

une linéarité des effets [de l’âge] : à mesure du vieillissement, selon une progression continue, chacun devient de plus en plus ceci ou de moins en moins cela ; l’existence d’une succession de seuils le long de ce processus, qui permettent de délimiter des étapes correspondant à des classes d’âges successifs ; une communauté suffisante des enjeux et des opinions, à chacune des étapes du cycle de vie, pour être prise en compte par les mêmes classes d’âges. (Percheron, 1988, p. 111)

13Ces catégories désignent alors l’ensemble de ceux qui présentent la qualité de « jeune » selon des critères définis a priori. Quel que soit le niveau d’agrégation, délimitant des segments plus ou moins restreints de la population jeune (les étudiants, les adolescents, les jeunes adultes…), la production de définition revient toujours au travail d’attribution d’un sens social normé (un statut, un état, un phénomène…) à une classe d’âge biologique, qui est « artificiellement posée sur la ligne ininterrompue du temps » (Attias-Donfut, 1996, p. 14) et construite « sans autre logique que celle du système décimal » (Mauger, 1995, p. 13).

  • 5 À titre d’exemple, on peut citer la linéarité chronologique des biographies qui rend invisible la r (...)

14L’usage de telles catégories, construites sur la chronologisation de situations, de statuts ou de qualités, pose la question de leur pertinence ; leur utilisation rencontre deux limites. Je remarque d’abord que la définition de la jeunesse détermine les attributs de l’individu jeune. Plus exactement, ceux-ci découlent de cette acception de la jeunesse comme transition, qui produit une surdétermination dont les jeunes sont l’objet : l’évaluation des situations se fait selon les caractéristiques qui président à la construction de la catégorie ou du groupe. Lorsqu’elle invoque le principe de différence, la sociologie de la jeunesse corrobore le statut particulier des jeunes comme individus inachevés, des proto-adultes (de Boeck, 2000, p. 5-6) ou des adultes en devenir (Cicchelli, 2001a, p. 5-6). La surdétermination naît alors du fait que « le propre de la jeunesse » renvoie intrinsèquement aux incertitudes, aux expérimentations, aux apprentissages et quêtes d’identité (Dwyer et Looker, 1998, p. 5) alors que l’âge adulte est appréhendé en termes statutaires, « comme le stade ultime de toute maturation, qui le condamne à l’immobilité » (Cicchelli, 2001a, p. 14). Les postulats d’une telle approche5 produisent un effet de lissage et de distorsion dans l’appréhension des pratiques quotidiennes tant professionnelles que matrimoniales des jeunes diplômés égyptiens, précisément parce que le paradigme de l’inachèvement amène « à juger le jeune pour ce qu’il n’est pas encore, mais qu’il aurait déjà dû être : mûr, indépendant, responsable, et ainsi de suite, selon les mots associés au champ sémantique du mot adulte » (Cicchelli, 2001a, p. 5-6).

15À l’instar de nombreux auteurs, je souligne ensuite que l’inconsistance de tels groupes procède de l’éphémère appartenance à une classe d’âge et du fait qu’ils omettent l’hétérogénéité des situations et des univers sociaux (Bourdieu, 1984, p. 145). L’homogénéité théorique de telles catégories est alors normative, constitutive de la protection constitutionnelle dont bénéficient les individus concernés (l’enfance par exemple) ou construite autour de valences attribuées collectivement (l’adolescence). En identifiant des groupes selon leurs âges et leurs situations, prévaut l’idée que les statuts dans lesquels sont pris les jeunes figureraient ainsi le plus grand dénominateur commun (Shafey, 1998, p. 11-15). « Être jeune » renvoie alors, selon les besoins du législateur, du statisticien ou du chercheur, à des attributs définis par la mise en relations d’âge biologique et de statuts (qui sont autant affaire d’âge biologique que de statut). Au-delà des multiples définitions de la jeunesse, on observe la plus grande visibilité de certains groupes, au premier rang desquels les adolescents, les jeunes diplômés, les chômeurs ou les prétendants. Malgré la multitude de formes que comprend la jeunesse (étudiant, ouvrier, chômeur, apprenti, écolier... à décliner au féminin), qui pose d’emblée celle-ci comme fragmentée, les plus jeunes et les plus qualifiés cristallisent les attentions et incarnent plus spécialement les maux de la jeunesse.

Agenda politique, expertise scientifique et demande sociale

16La visibilité de ces catégories répond à des arguments démographiques mais s’explique surtout par l’émergence d’un champ d’étude, qui reste « subordonné à la “demande sociale”, immergé dans le champ politique » (Mauger, 1994b, p. 283), précisément parce qu’il mobilise les modalités de l’expertise. Un état des savoirs en Égypte montre, à l’instar du travail de bibliographie commentée, réalisée par Gérard Mauger sur les travaux français, qu’ils sont également « stimulés par la demande sociale, en raison des problèmes sociaux qui concernent en priorité des jeunes et en vue des politiques spécifiques mises en œuvre par les professionnels de la jeunesse » (Attias-Donfut, 1996, p. 15). Le constat formulé par Vincenzo Cicchelli, à propos des « jeunes adultes », recoupe nos observations sur les « jeunes diplômés », dont la visibilité doit beaucoup à « l’action conjointe du personnel politique et des journalistes [qui] a même hissé cette question au rang de priorité politique [et à] la production scientifique récente sur les jeunes adultes [qui] s’inscrit dans une urgence sociale et politique et contribue à son tour à amplifier l’usage administratif et expert de cette catégorie » (Cicchelli, 2001b, p. 32). La constitution d’un champ de recherches, selon les modalités de l’expertise, répond, en effet, aux préoccupations des pouvoirs publics, qui sont largement relayées par les médias. La définition des populations ciblées par la recherche se fait en réponse aux questionnements et aux problèmes sociaux. Elle mobilise les catégories produites par la sphère politique. Autrement dit, les catégories d’expertise, d’analyse et de mesure se confondent, elles correspondent aux populations ciblées par les dispositifs publics et deviennent objet de l’expertise.

  • 6 Voir notamment l’étude conduite auprès de 9 000 adolescents par le Population Council (1999).

17D’un point de vue statistique, la proportion des jeunes dans la population égyptienne les place au premier rang des préoccupations politiques et des agendas scientifiques. Un contexte démographique changeant et une population jeune plus nombreuse et plus qualifiée expliquent l’intérêt et l’implication de différentes institutions tant nationales qu’internationales en direction des enfants et des jeunes (El-Tawila, 2000, p. 19). Prévaut l’idée que la jeunesse ou que certains âges de la jeunesse seraient des phénomènes récents, mal connus et insuffisamment étudiés (Population Council et al., 1999). Cet argument renvoie à un impératif de mesure et d’inventaire des pratiques et des problèmes des jeunes et revient alors au diagnostic de leurs situations essentiellement en termes d’accès à l’éducation, de santé et d’emploi. Cette topographie de la jeunesse mobilise les outils de l’expertise en ciblant des segments particuliers de populations jeunes6. Les cibles sont ainsi définies en fonction d’action d’intervention, de prévention ou d’expertise d’une population en regard d’une situation particulière (les adolescents et la santé reproductive, les diplômés et le travail…). Les transformations vécues par ces groupes et les situations de tensions collectives (allongement de la scolarisation, chômage, recul de l’âge au mariage) sont alors d’autant plus visibles qu’elles concernent une fraction importante des jeunes.

  • 7 Par le biais d’organisations telles que l’UNICEF (United Nations Children’s Fund), l’UNYIN (United (...)
  • 8 « Youth Research Initiative » est un programme initié par le Social Research Center (SRC), Centre d (...)

18Dans un contexte économique d’ajustement structurel, les populations les plus précaires deviennent simultanément les récipiendaires de nouveaux dispositifs de l’action publique. Plus exactement, l’action en direction des jeunes (notamment des diplômés chômeurs) est l’affaire de professionnels de la jeunesse, aussi bien au niveau des institutions qui relayent l’action de l’état (tel que le Fonds social de développement), des organisations non gouvernementales (ONG) ou internationales, ou des programmes de recherche-action. La proximité de leurs objets et objectifs se reflète dans la volonté d’uniformisation des outils, tant de mesure que d’intervention, et dans la définition des agendas politiques et scientifiques. La nécessité de mieux connaître ses jeunesses motive en effet la constitution d’un champ d’investigation et d’intervention (constitution de réseaux, multiplication des expertises, élaboration de bases de données et production de bibliographies) marqué par la convergence de position de la recherche et de l’expertise. L’afflux de financements internationaux7 sur les questions de l’enfance et de la jeunesse a permis et encouragé le développement de réseaux de chercheurs, de programmes incitatifs à la recherche-action8 qui se structurent autour de l’expertise de populations ciblées. Le développement d’un nouveau genre de littérature scientifique, les policy papers, reflète l’implication de la recherche dans le volet de l’intervention, implication qui justifie son adhésion aux problématiques et aux objets de la demande sociale. Tant dans leur forme que sur le fond, ces travaux renvoient simultanément aux préoccupations des pouvoirs publics (en termes de thématiques et de populations ciblées) et aux compétences des expertises mobilisées (en termes de disciplines, de méthodologie ou d’objet). Ainsi l’articulation des thématique(s) et population(s) est-elle, certes, essentiellement une affaire de disciplines, mais l’implication des commanditaires ou des bailleurs de fonds renvoie à l’expertise des problèmes sociaux que supportent certaines populations jeunes.

19Un état des lieux des problématiques de recherche renvoie ainsi l’image de travaux se saisissant de la « crise de la jeunesse » comme d’un fait social, assimilant problèmes sociaux et objets sociologiques. La formulation des problématiques et des objets de recherche traduit alors une porosité au débat social et à la demande sociale. Ainsi, la question de l’emploi des jeunes est posée dans les termes de l’insertion (en référence donc aux politiques publiques qui la façonnent) et dans le débat sur l’adéquation entre l’emploi et la formation. De même, le thème d’une nouvelle culture jeune renvoie aux questions des déviances et des comportements de certains jeunes, notamment des diplômés dont les médias se font particulièrement le relais et qui sont mis en scène par les pouvoirs publics.

Figure de la crise entre incapacité des individus et irrationalité des attentes

20Dans les années 1990, alors que les jeunes sont à la fois plus nombreux et mieux qualifiés, le contexte économique et social changeant (plan d’ajustement structurel, retour de la main-d’œuvre émigrée dans les pays du Golfe, réduction de l’embauche des diplômés dans le secteur public) ne permet plus d’absorber les nouveaux demandeurs d’emploi. Formulé dans les termes de l’inadéquation entre le système scolaire et l’accès au marché du travail, l’intérêt tant des scientifiques que des politiques ou des experts s’est focalisé sur les étudiants, sur leur avenir professionnel et sur la question des débouchés.

  • 9 Cette situation date des années 1970. L’enquête sur l’emploi de 1961 indique un taux de chômage déc (...)
  • 10 Depuis 1984, le pourcentage des nouveaux entrants parmi les chômeurs est supérieur à 90 % (Fergany, (...)

21En 1996/1997, 160 000 jeunes ont été diplômés du supérieur (universités et instituts techniques). Tous niveaux éducatifs confondus, les nouveaux entrants sur le marché du travail forment chaque année un groupe de 450 000 à 500 000 demandeurs d’emploi (ministère de l’Information, 1998). L’incapacité du marché du travail à les intégrer se traduit par un taux de chômage important des jeunes (22 % des 20-25 ans en 1996). Les données statistiques du recensement de la population (1996) en révèlent trois caractéristiques essentielles. Il affecte essentiellement les nouveaux entrants, plus particulièrement les jeunes femmes et les diplômés. En 1996, 95 % des chômeurs n’ont jamais travaillé, plus de deux-tiers d’entre eux ont moins de trente ans. Qu’ils soient nouveaux chômeurs ou qu’ils aient déjà travaillé, 21 % des jeunes actifs âgés de 20 à 30 ans sont au chômage (respectivement, 36 % des jeunes femmes et 17 % des jeunes hommes). Par ailleurs, sur la totalité de la population active (15-64 ans), le taux de chômage croît avec le niveau éducatif jusqu’au secondaire9. Estimé à 9 % au niveau national, le taux de chômage des individus illettrés ou sachant lire et écrire est de 1,1 %, il est de 4,2 % pour ceux qui ont achevé la scolarisation obligatoire, de 22,3 % pour ceux qui ont atteint le secondaire et de 8,7 % pour les diplômés de l’université. La question du chômage se pose alors dans les termes de l’adéquation entre emploi et formation, tant au niveau de la structure de la population active que des politiques de l’emploi. Pour n’être pas un phénomène nouveau10, le chômage des diplômés, en se généralisant (Fargues, 1998), devient un problème social précisément parce que les jeunes diplômés « alimentent la file des morts » – lire chômeurs – (Al-Wafd, 14/11/98).

L’incapacité des individus, « sauver les jeunes de la noyade » (Al-Akhbâr, 15/07/99)

22La question sociale du chômage se comprend à deux niveaux distincts mais complémentaires. En faisant retour sur le traitement médiatique du chômage des diplômés, on rend compte de la focalisation sur les déviances et le désœuvrement des jeunes chômeurs. L’incapacité à se stabiliser professionnellement, à nouer les liens matrimoniaux, est assimilée à une crise d’insertion et s’exprime par les « maux d’une jeunesse », à la fois victime et responsable de sa situation familiale et professionnelle. Les arguments des pouvoirs publics, dont les médias se font largement l’écho, insistent sur la nécessité pour les jeunes diplômés d’ajuster leurs attentes professionnelles dont l’irrationalité est mise en valeur. La mise en scène du chômage passe alors par la démonstration de l’incapacité (à s’en sortir) comme une conséquence de l’irrationalité des attentes professionnelles des jeunes diplômés chômeurs.

23L’analyse de dossiers de presse, menée de manière exhaustive sur les années 1998-2000, avait pour objet l’observation des catégories et des discours sur la jeunesse et les jeunes. En se saisissant des maux de la jeunesse (mashâkil al-shabâb), les médias entretiennent un discours de la crise et l’image d’une « génération perdue » ou sacrifiée et mettent en évidence le désarroi de la société face aux « problèmes jeunes » qu’incarnent les figures du chômeur ou du prétendant. La démonstration de cette crise par les médias alterne entre l’image d’une jeunesse victime (de la crise sociale et économique, du délitement des liens familiaux…) et celle d’une jeunesse responsable de ses propres maux (par ses pratiques déviantes, éléments d’une nouvelle culture jeune). Dans un cas comme dans l’autre, elle induit une attention particulière sur les individus ; en ce sens, la figure du chômeur incarne le chômage.

  • 11 Par travail gratuit, il faut le plus souvent entendre sans salaire fixe, la rémunération étant une (...)

24Dans le traitement médiatique du chômage, ce dernier est appréhendé comme un problème économique, un déterminant de la pauvreté et présenté avant tout comme un moteur de la dépression, de la délinquance et de la violence qui en sont « les suites logiques » (Al-‘Arabi, 28/09/98). Traité essentiellement dans ses dimensions psychologiques, le drame du chômage renvoie à l’importance accordée à l’activité, au postulat selon lequel « le travail est essentiel pour se sentir utile, la perte de l’emploi est en soi une perte de liberté » (Al-Wafd, 27/11/98). Le « caractère néfaste de l’inactivité » réside dans un mauvais usage du temps libre : il est démontré par la restitution de cas et d’histoires de jeunes (surtout des jeunes hommes) mettant en évidence un engrenage où le désœuvrement signifie temps mort, qui sous-tend les comportements déviants (usages de drogues, violence et délinquance). Tels les khirti, chômeurs qui passent leurs journées au café à « tuer le temps mort » (Al-Ahrâm al-Iqtisâdi, 05/07/99), ne cherchant plus de travail et vivant de petites activités plus ou moins légales. Les profils dépeints mettent en évidence que la nature de l’activité ou de l’occupation, son caractère légal notamment, coïncide avec une stigmatisation sociale plus ou moins grande des jeunes, qui n’est pas indifférente à l’évaluation subjective d’efforts. Les jeunes qui travaillent « gratuitement »11 dans les stations services ou les cafétérias bénéficient d’une sympathie médiatique : ce qui est mis en valeur, c’est l’expérience, le temps qui n’est pas perdu, et finalement, l’existence d’une rémunération symbolique (de l’ordre de 20 LE par semaine). À l’inverse, les vendeurs ambulants, de même que les khirti, incarnent le trouble à l’ordre public.

  • 12 Dans le mariage ‘urfi, il n’y a pas d’enregistrement d’un contrat. Deux témoins suffisent à la sign (...)
  • 13 L’analyse de la presse sur le thème de la famille renvoie l’image d’une institution fragilisée par (...)

25Au centre des articles sur le chômage se situe alors l’inventaire des risques qui lui sont inhérents, et qui sont autant de pièges pour la jeunesse à la fois victime et responsable. Perte de repères culturels et religieux, comportements qualifiés de déviants et de dangereux, occidentalisation de la jeunesse, pratiques et comportements sexuels contraire à la bonne morale tel le mariage ‘urfi12, violence familiale, extrémisme et consommation de stupéfiants sont autant de thèmes abordés par la presse lorsqu’il est question des jeunes diplômés, des « chômeurs avec les félicitations du jury » (Al-Ahrâm, 06/02/99). Ces pratiques déviantes trouveraient leurs origines dans les situations vécues par les jeunes : le chômage et ses conséquences, le délitement des liens familiaux13 et le recul de l’âge au mariage. Victime d’un contexte, celui d’une crise de l’emploi, les jeunes sont incapables de répondre aux attentes de leurs âges (attentes qu’ils portent et qu’on porte pour/sur eux) et de faire face aux épreuves de leur insertion professionnelle et de leur réalisation sociale. En insistant sur l’incapacité des individus à faire face, plus que sur leurs situations ou leurs expériences, ces représentations légitiment l’intervention en direction des jeunes et l’idée d’un indispensable encadrement de la jeunesse.

  • 14 La réforme économique a été initiée dès 1986. La signature du plan d’ajustement structurel, Economi (...)

26Entre légitimation et « contrôle social », l’action de l’État en direction des jeunes pour être conditionnelle (elle ne concerne pas tous les jeunes) produit l’image d’une jeunesse « assistée » dont la responsabilité est également questionnée. Dans les années 1990, la question jeune se construit dans l’espace très médiatisé des politiques publiques. Centrées sur les problèmes d’emploi et de logement, elles doivent compenser les effets des politiques d’ajustement structurel14. La multiplication des projets en direction des jeunes et la publicité qui leur est faite alimentent l’intérêt existant pour eux et les débats sur les solutions pour « les sauver de la noyade » (Al-Akhbâr, 15/07/99). Mais leur responsabilité est aussi questionnée par les médias, elle est au cœur des préoccupations politiques : « qu’attendent les jeunes diplômés ? ».

L’irrationalité des attentes

27Lorsqu’elle est formulée par les institutions publiques ou politiques, la question du chômage des jeunes diplômés renvoie à une double dimension. Il s’agit « d’endiguer le chômage des diplômés » et de résoudre le problème de l’inadéquation entre les emplois et les formations. Dans un contexte d’ajustement structurel et de privatisations, la solution ne peut passer que par le secteur privé et se traduit par une réorientation des politiques de l’emploi. Cette reconfiguration des processus de mise au travail s’accompagne d’une communication massive sur la dynamique du secteur privé : promotion de la création d’emploi dans le secteur privé en entreprise et en indépendant ; promotion des micro-entreprises et des microcrédits et la figure émergente du jeune entrepreneur. Elle signifie simultanément une mise en demeure pour les jeunes d’ajuster leurs rapports à l’activité et leurs attentes professionnelles. Elle se structure autour d’une question récurrente, « mais que veulent les diplômés ? » (Al-Ahrâm, 19/11/99) qui met en exergue l’irrationalité et l’irrecevabilité de leurs attentes.

  • 15 Plus de sept mille candidats se présentent pour une quarantaine de postes ouverts à un concours sig (...)

28Autour de la catégorie « nouveau chômeur » et de la figure sociale du jeune diplômé chômeur s’articulent des enjeux et des logiques contradictoires. L’incompréhension affichée des attentes des diplômés interroge leur maintien sur les listes d’inscription et d’attente pour un emploi dans le secteur public. Dans un contexte de compétition et de concurrence pour l’accès à l’emploi public ou gouvernemental15, l’attachement des diplômés au secteur public est présenté comme irrationnel. Cette question renvoie très concrètement à la question de la mesure du chômage, c’est-à-dire aux statistiques ; comme le montrent aussi les projections sur les attentes des jeunes femmes diplômées. Dans ses arguments échangés avec la Banque mondiale à propos de la mesure du chômage, le ministère de la Main-d’œuvre affirme que

la plupart des gens font un effort pour calculer la taille du chômage, mais les statistiques qu’ils suggèrent ne représentent pas la réalité. Vous comprenez, ils incluent un large pourcentage de personnes qui ne veulent pas de travail. Par exemple, un pourcentage important de jeunes femmes diplômées qui ne veulent pas travailler – même celles qui sont diplômées d’universités prestigieuses parce qu’il y a la considération du mariage. (Al-Ahram Weekly, 4-10/05/00, n° 480)

29Cette interrogation, « mais que veulent-ils ? », concerne presque explicitement les jeunes hommes, qui, inscrits sur les listes en attente d’un emploi dans le secteur public, sont comptabilisés parmi les chômeurs (Richards, 1992, p. 17).

30Un premier argument est mobilisé par le gouvernement, plus précisément par le ministre de la Main-d’œuvre, Ahmad al-‘Amâwi : « pourquoi, alors qu’ils peuvent être payés 400 LE dans le secteur privé, les jeunes préfèrent-ils l’emploi public payé 80 LE ? » (Al-Ahrâm, 19/11/99). En affirmant que les salaires dans le privé sont supérieurs aux salaires dans le secteur public, ce questionnement suppose d’abord que le rapport à l’activité des jeunes se structure uniquement autour du salaire. On a pu observer au contraire que la dimension matérielle se conjugue aux dimensions sociales (« qui recouvre les sociabilités, les relations humaines dans le travail, l’ambiance, les possibilités de coopération, d’innovation et surtout les formes de reconnaissance sociale ») et symboliques (à savoir « l’univers de significations positives ou négatives attribuées au travail par les individus dans la construction des identités sociales ») (Nicole-Drancourt et Roulleau-Berger, 2001, p. 154). En outre, cette vision suppose que le quotidien des actifs est le fait d’un travail, stable et rémunérateur. C’est omettre le fait que la pluriactivité, fortement répandue parmi la population active (essentiellement masculine), qui loin d’être caractéristique de cette génération (celle des 20-30 ans dans les années 1990), s’inscrit dans des processus sociaux longs. L’apparition de la pluriactivité n’est pas nouvelle, elle est notamment le résultat d’un accès plus difficile à l’emploi public avec la rationalisation des recrutements et de l’inflation qui, dès le milieu des années 1970, « a eu tôt fait de rendre une telle garantie bien dérisoire » (Longuenesse, 1998, p. 133).

31Considérant précisément les diplômés, la construction historique de l’accès à l’emploi par le diplôme est remise en cause par la réorientation des politiques de l’emploi et des dispositifs publics de mise au travail. La garantie de l’emploi pour tous les diplômés du supérieur (depuis 1961/1962), du secondaire et des instituts techniques (Loi 4 et 14 de 1964 ; Hansen et Radwan, 1980, p. 36) dans le secteur public assurait, jusqu’à sa progressive remise en cause à partir de 1976, l’accès à un emploi stable et doté de droits. Cette disposition est devenue permanente avec son extension aux appelés démobilisés, quel que soit leur niveau éducatif, par la Loi 85 de 1973 (Assaad, 1997, p. 87), abrogée en 1976 (Hansen et Radwan, 1980, p. 37). En garantissant un emploi stable, doté de droits (assurance, retraite, congés payés, primes, revenu régulier), le secteur public est devenu attractif et a contribué à promouvoir l’accès à l’éducation, notamment secondaire, parce qu’elle

est considérée comme la qualification première pour atteindre les échelons les plus bas des services publics. Cela a conduit à une énorme pression pour l’expansion du système éducatif, puisque tous les parents de classe moyenne faisaient tout ce qui est en leur pouvoir pour assurer à leurs enfants l’éducation nécessaire pour obtenir ces emplois. (Abdel-Fadil, 1980, p. 9-10)

  • 16 D’après les tableaux 8-4-3 et 8-4-4 des données du ministère de l’Information, 1998, Statistical Ye (...)

32C’est effectivement au niveau du secondaire que le nombre d’inscrits augmente le plus (Assaad, 1997, p. 89) : le nombre d’élèves passant l’examen de la thânawiyya ‘âmma (secondaire général) s’est accru de 79 000 en 1971 à 143 000 en 1981 (Richards, 1992, p. 10). Dans les années 1990, l’attrait du cycle secondaire se traduit par une augmentation toujours très importante du nombre des diplômés : de 156 000 en 1992-1993 à 262 000 diplômés du secondaire général en 1998-1999, et de 134 000 à 245 000 sur la même période pour les diplômés du secondaire technique16.

  • 17 À l’exception des diplômés de médecine et des enseignants (pris en charge par leurs ministères resp (...)
  • 18 Entre 1960 et 1976, alors que l’augmentation de la population active est de 2,2 %, l’emploi dans le (...)

33La promotion de l’enseignement technique et supérieur s’accompagne également de la réduction des frais puis de leur gratuitéen 1963, de l’harmonisation des cursus et de facilités d’accès au cycle suivant autorisées par l’obtention du diplôme du cursus précédent : « tous les diplômés du primaire pouvaient entrer au secondaire, tous les diplômés du secondaire à l’université, et tous les diplômés de l’université avaient droit à un emploi gouvernemental » (Richards et Waterbury, 1991, p. 125). Le placement des diplômés17 (tansîq) relève de la responsabilité du ministère de la Main-d’œuvre et de la Formation professionnelle, relativement aux demandes des entreprises publiques et des agences gouvernementales (Assaad, 1997, p. 87). « L’affectation des emplois et des salaires dans la fonction publique faite en référence au système éducatif » (Abdel-Fadil, 1980, p. 9-10) contribue à une expansion problématique du secteur public, d’autant que ces dispositions « d’en-haut » n’impliquent que peu les syndicats et n’ont pas été le jeu de négociations collectives (Longuenesse, 1998, p. 133) et que, comme le souligne Ragui Assaad (1997, p. 87), l’allocation budgétaire qui accompagne l’affectation n’incite pas les agences et les entreprises gouvernementales à réguler leur demandes. En 1981, il y a cinq fois plus de demandeurs que de postes, alors que ce ratio s’équilibrait (1,2) en 1977 (Fergany, 1991 ; Assaad, 1997, p. 87-91). La fin des années 1970 marque un tournant dans la politique de l’emploi qui se justifie à la fois par la conjoncture économique (crise pétrolière et budgétaire alors que la charge « salariale » augmente18) et par les dynamiques de croissance relative de la population active et du nombre de diplômés.

  • 19 Jusqu’en 1978, il est interdit aux entreprises publiques et aux agences gouvernementales d’embauche (...)

34Un second élément arguant de l’irrationalité des attentes des jeunes diplômés renvoie à la durée de l’attente qui leur est imposée. Les années 1980 marquent le pas de l’embauche automatique des diplômés par l’assouplissement, d’une part, des obligations faites aux entreprises publiques19, et l’augmentation progressive des délais de placement, d’autre part. L’élévation des pourcentages requis à l’examen du secondaire et une politique de réorientation vers les spécialisations les plus demandées dans le secteur privé doivent, par ailleurs, permettre une affectation plus efficiente des diplômés (Assaad, 1997, p. 89).

  • 20 L’attente est en moyenne de 10 mois en 1982 (Sanyal, Nooman et al., 1982, cité par Richards, 1992, (...)
  • 21 Cette disposition prend acte de l’obligation du service militaire pour les jeunes hommes, d’une dur (...)
  • 22 Rappelons qu’en 1995, 75 % des chômeurs sont diplômés du secondaire, 8 % des instituts techniques s (...)

35L’allongement du délai d’obtention d’un poste vise à décourager les jeunes diplômés inscrits (donc chômeurs). De quelques mois au début des années 198020, les délais dépassent trois ans au milieu des années 1980 (trois ans et demi pour les diplômes du supérieur et quatre ans pour ceux du secondaire) et atteignent respectivement un minimum de cinq et six ans en 1987 (Handoussa, 1989 ; Assaad, 1997, p. 87-91). Au début des années 1990, il faut attendre au moins sept ans (Richards, 1992, p. 16) au-delà du délai légal fixé selon la durée du service militaire21. S’il n’a pas été aboli de jure, le recrutement par affectation a été suspendu de facto. Selon le niveau éducatif et la spécialisation, les délais ont atteint jusqu’à 13 ans : la dernière cohorte affectée en 1995 est la promotion de 1983 pour les diplômés du supérieur et de 1982 pour le secondaire et les instituts (Assaad, 1997, p. 91). En 1995, 36,5 % des diplômés entre 1984 et 1990 demeurent sans affectation (Assaad, 1997)22.

  • 23 En juillet 2001, des manifestations, faisant plusieurs morts, ont éclaté, dans le Delta, à l’annonc (...)
  • 24 En 1992, une campagne de vérification et de radiation des listes s’était soldée par une vague de dé (...)

36L’irrationalité des attentes réside alors dans le fait que les jeunes diplômés ne répondent pas aux signes, par ailleurs contradictoires, du gouvernement. Ils manifestent, du moins, leur attachement aux droits que recouvre de jure le diplôme. Malgré l’allongement des délais, les jeunes diplômés s’inscrivent et se réenregistrent tous les ans sur les listes tenues par le ministère de la Main-d’œuvre. Ils ne sont radiés que s’ils sont placés par le ministère ou s’ils déclarent par ailleurs une activité dans le secteur privé. En s’inscrivant sur les listes, les jeunes diplômés expriment leur attachement aux droits et avantages inhérents aux emplois publics, relativement aux activités du secteur privé ; mais ils sont au quotidien des actifs occupés, forcément dans le secteur privé, pas systématiquement informel. Les manifestations de juillet 2001, faisant plusieurs morts dans le Delta23 ou la campagne de radiation24 traduisent la diversité des formes d’attachement des diplômés au secteur public. Ces manifestations mettent en lumière le sentiment d’infortune sociale des jeunes et leurs capacités à jouer du discours contradictoire de l’État. Le gouvernement envoie des signaux antinomiques et sa position est dédoublée (Waterbury, 1983, p. 241), signalant simultanément par l’allongement des délais d’affectation « qu’un diplôme d’université n’est plus un chemin sûr vers un emploi, mal payé, mais stable » (Richards, 1992, p. 16), et par l’allocation de terres bonifiées aux diplômés que « le gouvernement [les] prend en charge » (Richards, 1992, p. 22). Dans les récits professionnels de jeunes diplômés, c’est du désengagement de l’État qu’il s’agit. Plus précisément, j’ai montré dans ma thèse que les formes mêmes de cet engagement de l’État se recomposent autour de nouveaux dispositifs de mise au travail (Tourné, 2003). La valorisation de l’auto-emploi et la promotion du microcrédit traduisent la réorientation des politiques de l’emploi, centrée sur la dynamique potentielle du secteur privé et structurée autour de la figure du jeune entrepreneur, qui incarne par opposition au jeune diplômé chômeur un profil d’actif dont les attentes professionnelles sont présentées comme recevables et les efforts louables.

« Devenez votre patron ! » : le jeune entrepreneur

  • 25 Voir notamment sur le projet Moubarak-Kohl : le processus de dédoublement du système de formation e (...)

37Dans les années 1990, la réorientation des politiques de l’emploi – lutter contre le chômage et aider à l’insertion professionnelle des jeunes – traduit une participation plus grande du secteur privé à celles-ci. S’il existe sur le marché du travail une offre et une demande croissante, « la qualité de l’offre ne convient pas aux critères revendiqués par la demande » estime Samir Radwan, directeur des politiques de développement au sein de l’Organisation internationale du travail (OIT), dans un entretien paru dans Al-Ahrâm (02/11/99). Il s’agit d’adapter la structure de la population active aux besoins du marché du travail définis selon les priorités du secteur privé ; ce dernier devant être le moteur de la croissance et du développement (Evans-Klock et Leam, 1998, p. 35) et la solution au chômage, notamment des jeunes. Il constitue un nouveau modèle en termes de gestion et de productivité. Il s’agit, d’une part, d’infléchir les représentations de l’éducation en proposant de nouveaux cadres de formation (Awad, 1998, p. 51-52) qui s’appuient sur le secteur privé25. La réforme de l’enseignement supérieur et sa privatisation doivent progressivement modifier la représentation de l’éducation supérieure comme un droitet de la poser en termes de « ressources humaines » ou de « capital humain ». D’autre part, ils doivent permettre, à moyen terme, d’absorber les nouveaux entrants. En référence à un agenda international, il s’agit de promouvoir l’emploi « productif » notamment dans les petites entreprises (Awad, 1998, p. 51-52), financées à travers les microcrédits (El Mahdi, 2001), et d’assurer « le développement d’entreprises de taille artisanale, dans le cadre de la mise en place de “complexes pour l’industrie artisanale” » (Longuenesse, 1998, p. 132).

38Ces dispositifs révèlent un nouveau profil d’actif diplômé, le jeune entrepreneur, qui incarne la seule alternative possible face au chômage et met en valeur les thèmes de la responsabilité et des efforts rationnels. Éradiquer le chômage et sauver les jeunes des affres du temps mort et de la crise (morale et sociale) est une affaire de responsabilité collective. Il revient aux jeunes diplômés de se prendre en charge ; d’autant que se multiplient les projets en leur direction. Cette figure sociale se profile et tend à s’imposer dans l’horizon des représentations professionnelles des diplômés ; elle est construite a contrario de l’image du jeune diplômé chômeur autour des idées d’employabilité et de capacité, de gestion des prises de risques, de l’accès aux nouvelles technologies et aux formations pratiques (management, comptabilité, informatique…) (Youth Employment Network, 2003). Au quotidien, la mise en place et la réussite de ces projets se heurte à de nombreuses difficultés. Aux multiples critiques qui accompagnent leur mise en place (saturation des marchés, endettement et faillite, par exemple) se conjuguent des représentations négatives du secteur privé, fortement connoté de précarité, même dans ses formes salariées. Ces programmes et projets sont ainsi parfois assimilés par les jeunes diplômés à une forme de légalisation de l’économie informelle, sans que pour autant ne soient satisfaites les attentes et que ne soient remplis les engagements de l’État en matière de droits sociaux.

Prendre ses responsabilités, faire des efforts, entreprendre

  • 26 Au niveau national ou international, la création de structures d’aide à la recherche d’emploi, tell (...)

39Premières « victimes des nouvelles règles du jeu » (Salwa, 27 ans), les jeunes sont aussi les premiers bénéficiaires de la dimension sociale de l’ajustement. Fondé en 1991, le Fonds social pour le développement (FSD) a pour objectif de compenser les effets de l’ajustement structurel par la création d’un safety net (The World Bank, 1996), de mesures de compensation, notamment auprès des jeunes diplômés. Il s’agit également de mettre en place des programmes d’incitation au secteur privé. Outre un meilleur accès à l’information concernant les emplois disponibles sur le marché du travail26, la promotion de l’emploi dans le secteur privé s’appuie sur le développement de petites entreprises par l’obtention de microcrédit, l’attribution de locaux commerciaux ou de terres bonifiées, favorisant le développement de l’auto-emploi (Handoussa, 2002).

  • 27 La promotion des petites entreprises (et son corollaire la légalisation de secteurs rentables de l’ (...)
  • 28 À titre d’exemple, les associations Egyptian Young Entrepreneur (EYE.), Egyptian Young Exporters As (...)

40Dans ce contexte, la place accordée au jeune entrepreneur est centrale, elle renvoie à la structuration progressive d’un champ : celui de la promotion des petites entreprises et de l’auto-emploi qui prend appui sur la figure du jeune entrepreneur autant qu’elle contribue à la façonner. On observe la multiplication de programmes27 qui partagent une logique commune : de par leur flexibilité, les micro et petites entreprises créent de l’emploi et génèrent les conditions d’une plus grande employabilité des jeunes actifs, notamment des diplômés chômeurs. A fortiori lorsqu’il s’agit d’auto-emploi, ces structures sont flexibles, intensives en facteur travail et nécessitent un investissement minimum. Ces conditions favorables à la création d’emplois doivent permettre de résoudre le problème du chômage (El-Gammal, 1998). Simultanément, elles favorisent le développement de l’entreprenariat. Les jeunes entrepreneurs doivent faire face à de multiples contraintes pour satisfaire aux modalités de financement des projets (constitution de dossiers, étude de marché et de faisabilité) et pour assurer la pérennité de leur emploi (saturation des marchés, difficultés de remboursements et garanties bancaires…). Ces programmes s’appuient sur de nombreux réseaux institutionnels ou associatifs28 qui dispensent des cours de formations (technique de gestion, management, droit, comptabilité) aux récipiendaires (Youth Employment Network, 2003), interviennent comme intermédiaires (entre les banques et les entrepreneurs par exemple). On peut citer à titre d’exemple, le projet SME (Small and Micro Entreprise) qui est devenu l’organisation du développement des petites entreprises (SEDO, Small Enterprises Development Organisation) par décret présidentiel en décembre 1999. Cette nouvelle structure offre des services financiers et commerciaux aux petites entreprises pour leur permettre de faire face à la compétition à la fois nationale et internationale. Il s’agit de développer l’entrepreneuriat parmi les jeunes actifs et l’employabilité des jeunes diplômés (Youth Employment Network, 2003).

  • 29 Un feddân est équivalent à 0,42 hectares.

41La participation des jeunes et les efforts entrepris pour les responsabiliser sont au centre du traitement médiatique de ces nouvelles politiques de l’emploi. à grand renfort de chiffres (nombre d’emplois créés, de feddân29 distribués, de millions de Livres égyptiennes débloquées en crédits), l’effet d’annonce met particulièrement l’accent sur les facilités accordées aux jeunes diplômés. « Pour les jeunes de Gizeh seulement », titre Mayo (22/11/99), « des locaux et des crédits pour les diplômés… sans intérêt, un crédit mensuel de 35 LE ». Au-delà du relais que jouent les médias pour informer les jeunes, nombre d’articles s’apparentent à une publicité pour ces programmes. Qu’il soit question de voitures, destinées à la vente de biens subventionnés, distribuées aux jeunes sortants « sans avance de leur part » (Mayo, 25/01/99), ou « de locaux en crédit bail sans intérêt » (Al-Ahrâm, 12/06/99), il s’agit bien de faciliter l’accès à l’emploi, de « protéger [les jeunes] de la souffrance de la recherche d’emplois publics » (Al-Akhbâr, 11/03/99) en mettant en avant les efforts de l’État pour faciliter leur insertion professionnelle.

42La participation requise des jeunes à ce projet national signifie, entre autres, la redéfinition de leur rapport à l’activité assurant une plus grande employabilité des diplômés. Les associations nationales de jeunes entrepreneurs mettent ainsi en exergue le dynamisme et la capacité à entreprendre, à prendre des initiatives et des responsabilités, des jeunes diplômés, en les situant dans une posture symétrique à celle du jeune diplômé chômeur. À l’attentisme et au désespoir de ce dernier, se substituent les efforts et les initiatives des jeunes entrepreneurs, les formations qui leur permettent de monter leur propre structure, d’avoir accès et de maîtriser les nouvelles technologies. Cette mise en scène du jeune entrepreneur témoigne de « success stories », qui ne traduisent que partiellement la réalité, ne correspondent pas à la vaste diversité des cas, dont la plus grande majorité rencontrent de nombreuses difficultés et se représentent autrement le secteur privé et ses débouchés.

Indépendant dans le secteur privé : légalisation des activités informelles et précarité

  • 30 Adolescent Livelihoods (organisée par le Population Council and the International Centre for Resear (...)

43En 1999, lors d’une conférence au Caire intitulée Adolescent Livelihoods30, la promotion des microcrédits et des petites entreprises a été l’objet de nombreuses critiques. Ces projets n’ont pas induit les effets attendus (le passage du micro au macro, les créations d’emploi, la substitution d’une production nationale aux importations…), voire ils ont « rajouté une faillite commerciale à la profusion de problèmes déjà existant » comme le souligne J. Krishnamurty (de l’OIT). À l’endettement croissant des jeunes entrepreneurs, s’ajoutent l’effet de saturation des marchés, les possibilités limitées de formation dans les petites entreprises, la fixation de populations pauvres – et notamment les femmes – dans des activités peu rémunératrices, le plus souvent circonscrites aux secteurs traditionnels, à l’économie informelle dont le potentiel de croissance et les effets d’entraînement attendus sont dans les faits réduits. C’est surtout le mythe de l’entrepreneur qui est critiqué, d’autant, comme le souligne Amîn Hammâd, député du PND (Parti national démocratique, au pouvoir), que « la plupart des jeunes craignent de travailler dans le secteur privé, car ils ne jouissent d’aucune assurance et n’ont pas de droits ».

  • 31 Pour être un phénomène ancien, une stratégie professionnelle connue et expérimentée, la pluriactivi (...)

44La réorientation des jeunes diplômés en direction du secteur privé reste effectivement problématique de par la construction de leur rapport à l’activité, qui révèle les classements qu’ils opèrent entre les formes d’activités et rend compte de leurs représentations des mondes professionnels. Malgré les incitations au privé, les jeunes diplômés attendent et estiment avoir droit à des emplois stables et garantis, dotés de droits sociaux (madmûn) ou, à défaut, convenables (munâsib) au regard d’un ensemble de critères qu’il faut conjuguer au mieux, puisque la situation professionnelle est énoncée comme un équilibre, composé de différentes activités, chacune participant, sur un registre différent, à cet équilibre professionnel, objet d’ajustements (Tourné, 2001). Un emploi stable, c’est-à-dire avec un contrat, des assurances et une retraite, cela ne recouvre pas, a priori, pour les jeunes diplômés, uniquement les emplois du secteur public. La question n’est donc pas tant celle de l’attachement des jeunes à un secteur, le public, que celle des droits sociaux, ouverts par le diplôme, et qui restent insatisfaits dans le secteur privé. À l’épreuve de la déqualification professionnelle s’ajoute la perte de droits sociaux et la difficulté plus grande à composer un équilibre convenable des activités professionnelles ou à recourir à la pluriactivité31. En effet, les créations d’emploi dans le privé recouvrent plutôt, selon les jeunes, de nouvelles formes de précarité (légale) qui s’expriment par la difficulté à obtenir un contrat, des droits sociaux et une couverture médicale ; par la précarité des salariés exacerbée par la fragilité des entreprises ; par la nécessité d’une expérience longue pour les grandes entreprises et l’épreuve de la déqualification dans les petites ; par la difficulté à trouver un travail correspondant à la formation ; par la « formation sur le tas » dans l’entreprise (synonyme de travail gratuit pendant deux ou trois mois) ; par la concurrence entre les jeunes actifs quel que soit leur niveau de qualification ; ou encore par la mise en compétition rendant, de manière générale, toute négociation (contrat, conditions de travail…) difficile si ce n’est impossible.

  • 32 À la suite d’affrontements entre commerçants établis (qui louent une partie de leur devanture) et v (...)
  • 33 Les travaux de A. Zohry (2002) montrent que les jeunes migrants du Sa‘îd (Haute-Égypte), non ou peu (...)

45Au-delà des effets d’annonce de créations d’emplois, l’essor du secteur privé reste synonyme de développement du travail en indépendant (travail journalier, vendeur ambulant, vente de porte à porte, par exemple), d’activités qualifiées d’informelles par les médias et les jeunes eux-mêmes. La situation des vendeurs ambulants, qui vivent « au jour le jour » (Rûz al-Yûsuf, 18/12/99) et alimentent de leur présence le marché noir, est, à ce titre, exemplaire et illustre la valorisation différenciée des formes d’auto-emploi, notamment par la stigmatisation de ce type d’activité. La présence des vendeurs ambulants dans l’espace public est considérée comme un élément perturbateur, facteur de trouble public, à l’image des conflits quotidiens ou des événements de la rue al-Muski32 en août 2000. Révélant les tensions et les conditions de travail des vendeurs ambulants, les médias ont insisté sur les disputes fréquentes et les violences, et sur la volonté du gouverneur de « nettoyer les rues », dont s’est fait l’écho l’ensemble de la presse, unanime à les dénoncer pour « encombrer le trottoir, gêner les piétons, harceler les acheteurs, inciter des disputes régulières et déranger les résidents avec les hurlements de cassettes » (Al-Ahram Weekly, 17-23/08/2000, n° 495). Pour les éloigner du centre-ville, des marchés extérieurs, pour lesquels il faut avoir une licence, sont en construction. La majorité des vendeurs des rues n’ont pas de licence, la marchandise qu’ils vendent, de mauvaise qualité, est achetée à crédit. Ils louent généralement aux commerçants la possibilité de s’installer devant leurs boutiques. Mais, souligne le gouverneur, il n’y aura plus d’autre licence : « on ne veut plus de jeunes d’Assiout » (Ibid.), comprendre plus largement de jeunes de Haute-Égypte33. Simultanément, la débrouillardise et les stratégies de survie « licites » sont identifiées par les médias comme garants des valeurs sociales, reflétant les efforts entrepris par les jeunes. Les multiples activités non payées, ou payées au bakchich (pourboire), ne sont pas stigmatisées comme peut l’être l’activité du vendeur ambulant ou du khirti. L’argument est d’ailleurs repris par certains jeunes qui intériorisent cette figure et déclarent préférer travailler « pour rien » que de « passer [leurs] journées au café ou à demander de l’argent aux parents » (Al-Wafd, 15/01/99). Il s’agit donc d’entreprendre, de devenir « son propre patron », mais « pas dans n’importe quoi, plutôt dans les petites entreprises » (Al-Ahrâm, 16/12/99). Comme le souligne ‘Amr (25 ans), beaucoup de diplômés ont l’impression qu’ils « marche(nt) sur le bord du balcon » (Al-Gumhûriyya, 18/03/99).

Conclusion

46On a tenté dans cette contribution de mettre en évidence trois des processus par lesquels la catégorie chômeur, plus exactement celle de « nouveau chômeur », devient une figure sociale de la jeunesse dans les années 1990 ; image d’une jeunesse en crise dont une facette se construit en opposition avec la figure émergente du « jeune entrepreneur ». En faisant retour sur la construction des âges sociaux et sur la production des catégories et les projections sur la jeunesse, on a pu établir que le jeune chômeur incarne socialement une panne du biographique que caractérise un impossible passage à l’âge adulte. Parce que la production de catégories et les découpages opérés sur la jeunesse procèdent d’une succession d’étapes, relative à l’organisation sociale d’une transition, les jeunes diplômés chômeurs figurent une crise d’insertion (Tourné, 2003). Leur visibilité sociale se comprend d’un point de vue statistique, parce que les populations les plus jeunes – par ailleurs les plus diplômées – sont démographiquement les plus nombreuses. Le chômage est alors appréhendé comme un phénomène et un problème « jeunes », précisément parce qu’il affecte particulièrement les diplômés, notamment du secondaire. On a également montré que la perméabilité dans l’usage des catégories (savantes, d’expertise ou d’intervention) et la production des problématiques tendent à rendre plus visibles encore les populations jeunes, « victimes et responsables des maux de la jeunesse », que les médias mettent quotidiennement en scène.

47La mise en scène du chômage se construit sur un double registre, celui d’une incapacité des jeunes et de l’irrationalité de leurs attentes. Les difficultés professionnelles, ici le chômage ou le sous-emploi, expliquent partiellement le recul de l’âge du mariage (Omar, 2001). Elles sont plus largement assimilées à une crise sociale et morale que traduisent tout autant l’apathie, la violence et les déviances des jeunes diplômés chômeurs. Du point de vue du gouvernement, la multiplication des projets en direction des jeunes diplômés (khirrîgîn), les créations d’emploi pour les jeunes, la distribution de terres bonifiées ou l’accès à des micro-crédits pour financer l’auto-emploi ou créer des petites entreprises devraient inciter les diplômés à prendre leur responsabilité et à entreprendre. Cependant, vingt ans de réorientation des politiques de l’emploi (1978-1999) n’ont pas suffi à l’ajustement des attentes professionnelles parce que le secteur privé est fortement connoté de précarité pour les diplômés en situation d’insertion problématique, pris entre « [la] contrainte de mobilité et d’intégration d’un côté, et [le] blocage et [la] fermeture des issues et des accès connus de l’autre » (Marie, 1997, p. 11).

48Trente ans d’histoire sociale permettent de comprendre la construction de ces attentes. Le développement conjoint du système éducatif et du secteur public a mis en évidence une figure sociale qui, aujourd’hui, ne serait plus attractive ou ne devrait plus l’être : selon les responsables politiques et les experts, l’aura du fonctionnaire devrait être remplacée par celle de l’entrepreneur. Cependant le rapport des jeunes à l’activité ne suit pas ces prédictions, d’une part parce qu’elles sont en tension avec l’histoire politique et sociale, d’autre part parce que la stabilité est une valeur non seulement professionnelle mais également et surtout familiale. Si l’élaboration de ces attentes se comprend historiquement par la construction de l’accès à l’emploi au travers du diplôme, elles ne caractérisent pas uniquement les diplômés. On a montré que cette incompréhension révèle une communication décontextualisée et anhistorique de la situation des jeunes sur les marchés du travail, qui tend à promouvoir une nouvelle figure jeune, celle de l’entrepreneur. Dans le contexte égyptien d’ajustement structurel des années 1990, la réorientation des politiques de l’emploi est l’objet d’une communication importante visant à l’ajustement progressif des pratiques des jeunes actifs diplômés (inoccupés). Les annonces de création d’opportunités pour les jeunes diplômés (khirrîgîn) prennent appui sur la figure du jeune entrepreneur qu’elles contribuent à façonner.

Annexes

Annexe

1996 – moins de…

10 ans

15 ans

20 ans

25 ans

30 ans

En valeurs absolues

Total

13 475 261

20 801 025

27 230 465

31 977 952

36 059 360

Hommes

6 934 016

10 732 040

14 086 794

16 554 306

18 518 044

Femmes

6 541 245

10 068 985

13 143 671

15 423 646

17 541 316

Part dans l’ensemble de la population

Total

24,3%

37,6%

49,2%

57,7%

65,1%

Hommes

24,5%

37,9%

49,7%

58,4%

65,4%

Femmes

24,2%

37,2%

48,6%

57,0%

64,8%

Part des jeunes dans la population égyptienne totale, selon des données du CAPMAS (Central Agency for Public Mobilization and Statistics, recensement de 1996).

Notes

1 50 % de la population a moins de 20 ans, voir le tableau en annexe.

2 Le taux de fécondité indique le nombre d’enfants par femme, il est passé de 6,7 en 1960 à 3,7 en 1995 (Makhlouf Obermeyer, 1995, p. 5).

3 Les matériaux utilisés pour cet article proviennent de ma thèse de doctorat : Expériences de la vie active et pratiques matrimoniales des jeunes adultes égyptiens dans les années 1990 (2003). Je me suis intéressée notamment à la construction de la catégorie sociopolitique de la jeunesse et au traitement médiatique de la jeunesse dans la presse égyptienne dans les années 1998-2000, et ce à partir de dossiers de presse disponibles au CEDEJ. Outre le dossier « jeunesse », j’ai travaillé les thèmes de l’emploi, du chômage, des questions conjugales et familiales.

4 Rappelons que la Loi sur le statut personnel (Loi 25/1929, révisée par la Loi 1/2000), la Loi sur l’éducation (Loi 139/1981, révisée par la Loi 233/1998) ou encore le Code du Travail (Loi 137/1981), de même que les différentes institutions en charge de la jeunesse (à titre d’exemple, le ministère de la Jeunesse, le ministère des Affaires sociales, le ministère du Développement rural, le ministère de l’Éducation, le ministère de la Main d’œuvre et de l’Immigration, le ministère de la Santé et de la Population, ou encore le Conseil Suprême pour la maternité et l’enfance) produisent différentes délimitations de la jeunesse.

5 À titre d’exemple, on peut citer la linéarité chronologique des biographies qui rend invisible la réversibilité des situations ou le déterminisme des finalités sur les conduites dans l’étude des pratiques et des représentations d’individus appréhendés comme des sujets inachevés.

6 Voir notamment l’étude conduite auprès de 9 000 adolescents par le Population Council (1999).

7 Par le biais d’organisations telles que l’UNICEF (United Nations Children’s Fund), l’UNYIN (United Nations Youth Information Network) ou de l’UNESCO (programme MOST, par exemple) ou de fondations privées.

8 « Youth Research Initiative » est un programme initié par le Social Research Center (SRC), Centre de recherches sociales de l’Université américaine au Caire (AUC) qui prône la constitution d’un réseau de chercheurs (réseau qui se veut pluridisciplinaire et comparatif sur la région MENA), et l’orientation vers la recherche-action, dont les modalités ont été discutées lors de la dernière réunion du réseau au Caire (23-25 novembre 2000).

9 Cette situation date des années 1970. L’enquête sur l’emploi de 1961 indique un taux de chômage décroissant avec le niveau éducatif. Dès 1976, le taux de chômage le plus important se situe au niveau du secondaire puis du supérieur.

10 Depuis 1984, le pourcentage des nouveaux entrants parmi les chômeurs est supérieur à 90 % (Fergany, 1991).

11 Par travail gratuit, il faut le plus souvent entendre sans salaire fixe, la rémunération étant une récompense en contrepartie d’un service.

12 Dans le mariage ‘urfi, il n’y a pas d’enregistrement d’un contrat. Deux témoins suffisent à la signature d’une reconnaissance mutuelle du mariage. En cas de rupture, la femme ne peut, en aucun cas, bénéficier de pension alimentaire, n’obtient pas le droit de garde ni d’aide pour les enfants.

13 L’analyse de la presse sur le thème de la famille renvoie l’image d’une institution fragilisée par les problèmes des jeunes. Les articles recensent les violences domestiques (notamment envers les parents), affirment la responsabilité des parents face aux pratiques déviantes de leurs enfants (drogues, rapports sexuels avant le mariage…) et abondent en conseils aux familles pour « faire face » (Al-Ahrâm, 04/09/98).

14 La réforme économique a été initiée dès 1986. La signature du plan d’ajustement structurel, Economic Reform and Structural Adjustment Programme (ERSAP), date de 1991.

15 Plus de sept mille candidats se présentent pour une quarantaine de postes ouverts à un concours signale Al-Ahâlî (9/02/00).

16 D’après les tableaux 8-4-3 et 8-4-4 des données du ministère de l’Information, 1998, Statistical Yearbook 1992-1998, Le Caire, Service de l’État pour l’information.

17 À l’exception des diplômés de médecine et des enseignants (pris en charge par leurs ministères respectifs, le ministère de la Santé et celui de l’Éducation).

18 Entre 1960 et 1976, alors que l’augmentation de la population active est de 2,2 %, l’emploi dans le secteur public augmente de 7,5 %. En 16 ans, le gouvernement a créé 1 109 000 emplois soit 46,2 % du total des emplois créés. Entre 1976 et 1986, l’augmentation des emplois gouvernementaux (plus 3,7 % par an) dépasse encore celle de la population active qui atteint 11 786 000 travailleurs (plus 1,5 % par an) (Handoussa, 1989, p. 92). Pour une description plus détaillée de la croissance de l’emploi dans le secteur public et gouvernemental voir notamment Mona Said (1996) et Robert Springborg (1991).

19 Jusqu’en 1978, il est interdit aux entreprises publiques et aux agences gouvernementales d’embaucher, de manière permanente, en dehors du système de placement centralisé par le ministère de la Main d’œuvre (Awad, 1998, p. 54).

20 L’attente est en moyenne de 10 mois en 1982 (Sanyal, Nooman et al., 1982, cité par Richards, 1992, p. 16).

21 Cette disposition prend acte de l’obligation du service militaire pour les jeunes hommes, d’une durée inversement proportionnelle au niveau éducatif atteint : de trois ans pour ceux qui n’ont pas atteint le secondaire, elle est de deux ans pour ces derniers et d’un an pour ceux qui atteignent le supérieur. Le délai minimum est de deux ans pour les diplômés du supérieur et de trois ans pour ceux du secondaire et des instituts, avant qu’ils ne puissent s’enregistrer pour obtenir un emploi dans le secteur public.

22 Rappelons qu’en 1995, 75 % des chômeurs sont diplômés du secondaire, 8 % des instituts techniques supérieurs et 13 % sont diplômés de l’enseignement supérieur (Assaad, 1997).

23 En juillet 2001, des manifestations, faisant plusieurs morts, ont éclaté, dans le Delta, à l’annonce du gouvernement de suspendre de jure l’embauche automatique (ou du moins de limiter à une cohorte spécifique). Quelques jours plus tard la suspension était annulée.

24 En 1992, une campagne de vérification et de radiation des listes s’était soldée par une vague de démissions du secteur privé telle que les médias s’en étaient faits l’écho (« Escapees to the Public Sector », al-Ahrâm, 10/09/92).

25 Voir notamment sur le projet Moubarak-Kohl : le processus de dédoublement du système de formation et déclassement des formations publiques (Longuenesse, 1998, p. 137-138).

26 Au niveau national ou international, la création de structures d’aide à la recherche d’emploi, telle que le Projet d’Agence nationale pour l’emploi, le programme Job for Africa ou les programmes de l’Arab Labour Organisation, ALO, doivent compléter le « rôle d’intermédiaire que joue le ministère de la Main-d’œuvre entre les employeurs et les gens qui se trouvent sur le marché de l’emploi » en publiant « une liste dans laquelle sont communiquées 50 000 offres d’emploi. Les jeunes n’ayant que la possibilité de se présenter » souligne ‘Azza ‘Uqayl, responsable au ministère de la Main-d’œuvre, entretien paru dans Al-Ahrâm (16/06/00).

27 La promotion des petites entreprises (et son corollaire la légalisation de secteurs rentables de l’économie informelle) sur la base de crédits et de formation est également au centre du projet Job for Africa ou des actions de l’USAID (United States Agency for International Development) en collaboration avec le bureau de l’Organisation internationale du travail au Caire.

28 À titre d’exemple, les associations Egyptian Young Entrepreneur (EYE.), Egyptian Young Exporters Association (EYEA) ou encore Informal Society of technology Entrepreneurs (ISTE) font partie du réseau international YEN, Youth Employment Network, voir notamment http://www.yesweb.org/home.html.

29 Un feddân est équivalent à 0,42 hectares.

30 Adolescent Livelihoods (organisée par le Population Council and the International Centre for Research on Women), le Caire, octobre 1999.

31 Pour être un phénomène ancien, une stratégie professionnelle connue et expérimentée, la pluriactivité devient une norme sur le marché matrimonial, rendue nécessaire par le décalage croissant entre salaire et montant du mariage. Les horaires du secteur privé rendent cette stratégie professionnelle plus difficile.

32 À la suite d’affrontements entre commerçants établis (qui louent une partie de leur devanture) et vendeurs des rues, qui ont fait deux morts et 28 blessés, la police a procédé à 48 arrestations et le gouverneur ‘Abd al-Rahîm Shahâta a prononcé la fermeture des échoppes pour 15 jours et l’interdiction de la zone aux vendeurs ambulants, accusés d’être à l’origine du conflit.

33 Les travaux de A. Zohry (2002) montrent que les jeunes migrants du Sa‘îd (Haute-Égypte), non ou peu diplômés, s’orientent vers le secteur de la construction, alors que l’obtention d’un diplôme semble les prédisposer au commerce ambulant.

Auteur

Sociologue

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable