Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jeunesses des sociétés arabes

 | 
Mounia Bennani-Chraïbi
, 
Iman Farag

« Jeunesses » marocaines et politique : le clivage générationnel revisité

Mounia Bennani-Chraïbi

Entrées d'index

Note de l’auteur

Je tiens à remercier Dina El Khawaga pour la lecture qu’elle a faite de ce texte et pour les riches interactions que chacune de ses lectures a produites. J’exprime également ma gratitude à Cécile Péchu pour ses conseils bibliographiques. Une première version de ce texte a été présentée lors des Quatrièmes rencontres méditerranéennes de recherche sociale et politique (Florence, Montecatini 19-23 mars 2003) organisées par le Programme méditerranéen du Centre Robert Schuman, European University Institute.

Texte intégral

  • 1 Par la « légitimité des origines », Ghassan Salamé entend les discours de légitimation de l’autorit (...)
  • 2 Pour expliquer le fait que l’âge du premier mariage et de la décohabitation avec la famille d’origi (...)

1Depuis le début des années 1990, « la jeunesse » a été inscrite par les pouvoirs publics marocains sur l’agenda des priorités politiques. Un centre national d’analyse et de prospective a été dédié à la jeunesse et à l’avenir par la plus haute autorité du pays. Cette jeunesse-étendard regroupe dans un fourre-tout les moins de 30 ans qui représentent les deux tiers de la population. Elle est constituée comme l’analyseur privilégié des dysfonctionnements d’une société post-coloniale qui a connu en quatre décennies des transformations très rapides : urbanisation (20 % en 1960, 53 % en l’an 2000), baisse de la mortalité infantile, expansion de l’enseignement de masse… Bien plus, l’âge semble s’ériger en principal clivage de la société marocaine. Les « jeunes » qui n’ont pas connu la colonisation, qui ne sont plus sensibles aux discours de légitimation par « les origines »1, qui sont les premières cibles des échecs des élites post-coloniales en termes de réalisations, entrent dans une rivalité sans précédent avec les pères et les pairs (Fargues, 1994). Être jeune devient alors synonyme d’exclusion, de possession d’un savoir qui ne donne pas accès au pouvoir, de maintien dans les limbes d’une irresponsabilité sociale qui n’a plus rien de romantique, de soumission à une situation de restriction des opportunités, du fait du chômage qui touche principalement les nouveaux arrivants sur le marché du travail et qui repousse dans le temps l’âge du premier mariage2.

2Les premiers mouvements de jeunes diplômés au chômage cristallisent, au début des années 1990, la traduction politique de l’ensemble de ces phénomènes ainsi que la gestation de nouvelles modalités d’action. La participation des jeunes aux élections est encouragée à partir du sommet. L’appel au renouvellement des élites est devenu un slogan répétitif diffus. Arrivée sur le trône de Mohammed VI, roi « jeune » supposé plus proche de la tranche d’âge majoritaire ; conflits internes que connaît entre autres le parti de gauche, l’Union socialiste des forces populaires ; mobilisations électorales : aucune des luttes qui agitent la scène politique et la vie locale ne fait l’économie d’une interprétation selon la grille de lecture « jeunes »/« dinosaures ». De « ces jeunes exclus et méconnus », « coupés des élites politiques », qui font souvent figure de « classes dangereuses » – produisant tantôt des « émeutiers », tantôt des « grilleurs de frontières » et plus récemment des « terroristes » – à « ces jeunes diplômés au chômage », plus ou moins « reconnus » comme ayants droit, et qui organisent des sit-in devant le parlement pour obtenir un emploi : plusieurs images publiques se diffusent.

3L’objet de ce texte consiste à se demander si une catégorie de « jeunes » – les urbains scolarisés des quartiers populaires de Casablanca – développe un rapport particulier au monde politique. Un premier traitement d’entretiens biographiques réalisés depuis 1998 auprès de personnes – jeunes et moins jeunes – qui circulent autour d’associations de quartier de Casablanca permettra de voir dans quelle mesure il existe un comportement politique spécifique à une classe d’âge qui se recouperait avec les catégorisations construites publiquement. Dans un premier temps, je reviendrai de manière critique sur la littérature qui a été publiée sur les jeunesses marocaines. Ensuite, je préciserai et reformulerai mon questionnement. Une grille de lecture générationnelle du rapport au politique est-elle efficiente ? Je me demanderai notamment s’il est opportun de parler de générations successives, marquées par des événements fondateurs spécifiques, parties prenantes de conflits de génération aux parcours singuliers, ou s’il convient plutôt de considérer la temporalité de manière plus complexifiée. Je chercherai à démontrer que l’insertion dans des espaces-temps est une dimension qui contribue à éclairer le passage (ou le non-passage) au politique, la nature des répertoires adoptés, à condition de l’articuler à d’autres facteurs. Je soutiendrai enfin que « l’empreinte du temps » n’imprègne pas uniquement une génération particulière, mais qu’elle contribue à configurer les modalités d’action de l’ensemble des groupes d’âge de la vie exposés.

Les approches de la jeunesse au Maroc

  • 3 Des recherches plus récentes révèlent des constructions de l’objet de plus en plus pointues ainsi q (...)
  • 4 En Europe, jeunesse et génération ont commencé à être construites de cette manière à partir du xixe(...)

4Au Maroc, la jeunesse a fait l’objet de quelques rares études empiriques qui se sont inscrites à chaque fois dans l’air du temps. Je me contenterai ici de faire référence à celles qui annoncent des variations d’ordre paradigmatique3. Au cours des années 1960, cette catégorie d’âge est souvent érigée en acteur fondamental de l’histoire4. André Adam est un précurseur. Son étude sociologique est imprégnée par le paradigme de la modernisation. Dès 1961, quelques années à peine après l’indépendance, il a mené une enquête comparative auprès de lycéens musulmans des deux sexes, âgés de 15 à 22 ans, de niveau social varié. Sur 1 500 questionnaires distribués dans huit établissements de Casablanca et dans deux de Fès, 418 ont été remplis et retournés. Les questions posées ont porté sur « les faits » – situation scolaire, familiale et sociale des élèves – et sur « les opinions » – vocation, distractions, goûts, perception du mariage et de l’éducation des enfants. D’après les conclusions du sociologue, ces jeunes sont résolument « modernistes », animés par la « volonté de s’opposer au passé, de rejoindre les positions les plus avancées de la société des pays “développés” », et considèrent comme principal danger « le poids de l’archaïsme » et « les résistances de la tradition » (Adam, 1962, p. 163). Concernant la religion, plus de 80 % des enquêtés considèrent qu’elle tient « une place moins grande que dans la génération précédente » (Id., p. 127). Le « modernisme » se traduit aussi dans le rapport à la femme, notamment par le rejet quasi unanime de la polygamie, dans la préférence pour les livres français et les films européens comme dans l’option pour le dirigisme et la planification. Cette tendance est plus forte chez les enquêtés de Fès, citadins de souche, appartenant souvent à la deuxième génération qui a reçu une instruction au sein de la famille, que chez ceux de Casablanca, des néo-citadins, en général, premiers de leur lignée à avoir eu accès à l’enseignement (Id. p. 173-174). Dans une perspective développementaliste et évolutionniste, la jeunesse instruite est ainsi perçue comme le fer de lance du changement dans une société traditionnelle, et la modernisation souvent assimilée à l’occidentalisation.

  • 5 Au Maroc, ce terme a fini par désigner la maison royale, le territoire sur lequel s’étend son pouvo (...)

5Quelques années plus tard, ce sont les sociologues Paul Pascon et Mekki Bentaher qui examinent l’univers de 296 jeunes ruraux, âgés de 12 à 30 ans. Les auteurs se défendent bien de faire une enquête d’opinion, visant à dégager des attitudes, des croyances ou des comportements. Ils considèrent que la recherche sociologique au Maroc demeure trop fraîche pour une telle entreprise et présentent leur étude comme un travail d’exploration. Après un mois d’investigation, ils délimitent quarante-quatre questions autour de l’école, des loisirs, de l’amitié, du travail, de la ville et du village, de la jeunesse, de la sexualité, du Makhzen5, de l’argent, de la famille, de la femme, du passé et de l’avenir. L’enquête principale a lieu dans les provinces de Beni Mellal, de Kénitra, Marrakech, Taza. D’après Pascon et Bentaher, les interviewés sont conventionnels et ne remettent pas en cause l’ordre social, notamment en ce qui concerne la famille et la place de la femme. Ils idéalisent la sécurité et aspirent à un État « fort, juste qui garantisse un travail salarié » dont ils attendent tout (Pascon et Bentaher, 1969, p. 135). Si, encore une fois, la jeunesse se voit malgré tout attribuer la fonction de « moteur de la société » et du changement, dans cette étude, il y a un début de réflexion conceptuelle. Sans être assimilée à une classe sociale, du fait même de son caractère transitoire, celle-ci s’en apparente par quelques caractéristiques. Les auteurs soulignent qu’elle devient une classe d’âge numériquement importante, que les jeunes sont plus démunis et plus exploités que les adultes, tout en étant plus instruits et plus habiles dans les structures nouvelles. Le conflit de génération sous-tend l’interprétation des données recueillies : rupture intellectuelle, opposition entre jeunes d’une part, et adultes « rétrogrades », « société patriarcale » d’autre part. Mai 68 n’est pas loin. Mais, plus de vingt ans après, la perspective s’inverse.

  • 6 Dès 1984, le problème du chômage des diplômés et du déclassement social des jeunes est posé par l’é (...)

6Dans l’enquête menée en avril 1995 par le Groupe de recherches et d’études sociologiques de Rabat, auprès de 865 élèves et étudiants de Rabat, l’objectif est d’en savoir plus sur les moins de 30 ans, qui constituent 70 % de la population marocaine et qui restent pourtant « le parent pauvre des études en sciences sociales » (Bourqia et al., 2000, p. 10). Ce travail porte sur les attitudes, les valeurs, le rapport à la famille, le degré de tolérance, les croyances religieuses et les aspirations de la jeunesse urbaine scolarisée. Plus particulièrement, il « examine le fonctionnement des pratiques et des valeurs religieuses dans une société en pleine mutation », dans un contexte où le « retour au religieux » préoccupe, où « les jeunes » cessent d’être perçus comme le moteur du changement selon une approche développementaliste, pour être assimilés aux nouvelles « classes dangereuses »6, ou du moins à un groupe que le « mal-vivre » rend réceptif aux discours islamistes. Le changement du paysage idéologique et la montée des mouvements sociaux se proclamant islamistes dans les sociétés arabo-islamiques, ainsi que les valeurs au sein de la société marocaine, motivent la curiosité intellectuelle des auteurs de cet ouvrage (Id., p. 11). À nouveau, l’importance numérique de ce groupe social et « le rôle qu’il joue dans la dynamique des transformations sociales », justifient l’intérêt des chercheurs (Id., p. 11).

  • 7 Dans mon propre travail, j’ai évité ces concepts de « modernité » et de « patriarcat » (renvoyant à (...)
  • 8 Pour approfondir cette piste, voir notamment la thèse de Dale Eickelman et de James Piscatori sur l (...)

7Cette enquête se situe en continuité avec les travaux qui l’ont précédée, et cherche à débusquer les constances et les discontinuités au niveau de « l’opinion de la jeunesse marocaine ». Au titre des persistances, les auteurs notent la centralité de la famille. Par rapport à mon propre travail de thèse qui repose sur une étude de terrain que j’ai menée entre 1989 et 1992 (Bennani-Chraïbi, 1994), ils confirment la tendance des jeunes à « bricoler » en puisant dans différents systèmes de référence, leur tiraillement entre les valeurs de l’individuation de la société « moderne » et celles de la famille « patriarcale »7. Comparativement à l’enquête d’André Adam qui qualifiait les jeunes de « résolument modernistes », les auteurs du livre formulent l’hypothèse de la « retraditionnalisation des mentalités » qui se trahirait dès lors que sont abordés des sujets comme la polygamie, la religion. Ils notent ainsi une importance accrue, d’une enquête à l’autre, de la place du religieux. Concernant « le poids que doit avoir la religion dans la vie économique et commerciale », 59,5 % répondent « beaucoup », 32,4 % « un peu » et 7,3 % « aucun ». Pour ce qui est du « poids que doit avoir la religion dans la vie administrative et politique », 55,7 % répondent « beaucoup », 35,0 % « un peu » et 8,6 % « aucun » (Bourqia et al., 2000, p. 104). D’après les résultats de l’enquête d’opinion menée au début des années 1980 par Mohamed Tozy auprès d’un échantillon de 400 étudiants de l’université de Hassan II, à Casablanca, 75 % des étudiants n’étaient déjà pas hostiles à un discours à sensibilité islamique (Tozy, 1984, p. 241-261). Cette fois-ci, le conflit de génération résiderait dans le fait que, chez les jeunes, le « savoir fonde leur foi alors que celle de leurs parents est basée sur la culture populaire » (Bourqia et al., 2000, p. 51) ; l’accès à l’enseignement ouvrant la voie à un rapport direct et « rationnel » au religieux8.

  • 9 D’après l’auteur, cette continuité apparaît dans plusieurs domaines : mythification du modèle islam (...)

8Autre grande différence avec la jeunesse des années 1960 et 1970 : la dépolitisation caractériserait les jeunes des années 1990, qui trouvent néanmoins les associations plus attractives que les partis politiques, comme l’indiquent aussi les résultats de l’enquête quantitative réalisée par Bourqia, El Harras et Bensaid, auprès de 500 jeunes en 1991-1992. 10,8 % des jeunes déclaraient appartenir à des partis politiques et 19,6 % étaient prêts à y adhérer, mais seuls 6,6 % considéraient que ceux-ci méritaient qu’on y adhère. En outre, seuls 1,8 % des enquêtés exprimaient leur confiance en eux, 2,2 % en l’État, contre 79,8 % en la famille (Bourqia et al., 1995, p. 129 et 133). Dans l’enquête de 1995, à la question sur les organisations qui méritent qu’on y adhère, 6,6 % des sondés ont opté pour les partis, 10,6 % pour les mouvements islamistes, et 50,8 % pour les associations à caractère social et humanitaire (Id., p. 229). L’étude explore également les modes de socialisation dominants. Mohamed El Ayadi, par exemple, a essayé d’établir des corrélations entre la place accordée à la religion par les jeunes interviewés et l’analyse de contenu à laquelle il a soumis les neuf manuels scolaires d’éducation islamique, de langue et de littérature arabe, inscrits au programme des lycéens jusqu’en 1995-1996. Il a relevé une « continuité entre le discours religieux de la jeunesse scolarisée et le discours religieux scolaire consommé par cette même population à l’école »9 (El Ayadi, 2000, p. 158). Mais le contenu de ce discours religieux scolaire est-il « nouveau » ? L’étude ne se prononce pas là-dessus. Avant d’établir une corrélation significative et de parler en termes de continuité ou de rupture, il faudrait disposer de points de repère. Pour creuser cette piste, il serait intéressant de fonder la comparaison sur une analyse diachronique des manuels scolaires utilisés dans le système d’enseignement public marocain depuis l’indépendance.

  • 10 Rappelons avec Pierre Bourdieu que l’âge est le résultat d’une pratique sociale, dépendant du conte (...)

9L’enquête menée par le Groupe de recherches et d’études sociologiques de Rabat présente ainsi une grande richesse ; cependant, les frontières de ce que l’on entend par jeunesse ne sont ni interrogées ni délimitées. Facticement homogénéisée, « la jeunesse » est hâtivement assimilée aux moins de trente ans même si, au cours de l’enquête, ce sont les sous-catégories formées par les lycéens et les étudiants qui sont prises en considération10. Peu d’attention est prêtée aux modalités de négociation de l’entrée – ou des entrées successives – dans la vie adulte, aux statuts autour desquels celle-ci se construit socialement, etc. En outre, la comparaison des opinions et des attitudes de « la jeunesse marocaine » d’une enquête à l’autre (Adam, Pascon et Bentaher, Tozy, Bennani-Chraïbi, Bourqia et al.) pose cette catégorie comme une entité dont les contours sont quasiment inchangés. Elle néglige, par ailleurs, les effets liés aux spécificités de chacun des échantillons, constitués respectivement par des lycéens citadins, des ruraux de 12 à 30 ans, des étudiants, des urbains scolarisés de 16 à 28 ans. Elle fait enfin abstraction des contextes particuliers à chacune de ces jeunesses : à la fin des années 1960, le monde rural est démographiquement majoritaire ; être lycéen juste après l’indépendance signifie appartenir à une élite dotée d’une formation qui n’a pas encore subi les aléas de l’arabisation ; être lycéen ou étudiant dans les années 1990 sous-entend l’appartenance à une classe d’âge soumise à la dévaluation du savoir et aux mêmes rétrécissements des chances d’insertion. On peut multiplier les dimensions qui interviennent à chaque fois dans la configuration des clivages générationnels, des valeurs et des comportements, réalisant à quel point l’âge ne peut prétendre au statut de variable indépendante des conditions socio-historiques.

  • 11 Sur la problématique des « problèmes sociaux » qui met l’accent sur le « travail social » d’énoncia (...)

10Pour ma part, dès la fin des années 1980, j’ai accordé une place centrale à la question de la jeunesse (Bennani-Chraïbi, 1994). Toutefois, j’ai privilégié une approche plutôt qualitative, attentive aux variations des constructions des significations. Il ne s’agissait pas simplement de saisir l’état de « l’opinion jeune » à un moment donné, mais de se demander en premier lieu si les bouleversements sociaux qui agitaient le Maroc depuis l’indépendance connaissaient une traduction politique, tout en évitant d’associer implicitement et de manière normative un rôle social et politique à une catégorie d’âge donnée. Ainsi, n’ai-je focalisé ma recherche sur une composante d’une tranche d’âge qu’après avoir effectué une série de constats : urbanisation accélérée (20 % des habitants étaient urbains au début des années 1960, plus de 50 % au début des années 1990) ; enseignement de masse qui ne s’accompagne pas d’une mobilité ascendante ; poids des jeunes plus important que jamais ; allongement de la jeunesse et prolongement de la « mise hors-jeu symbolique » (Bourdieu, 1984) sociale, politique, économique de ceux qui sont « condamnés » à rester jeunes pendant longtemps. Et à partir de là, j’ai observé un transfert des tensions des campagnes vers les villes et constitué les scolarisés urbains, âgés entre 16 et 28 ans, comme des analyseurs privilégiés des transformations en cours (et non pas comme les acteurs attitrés du changement), en soulignant qu’ils n’ont pas vécu le protectorat, qu’ils sont gouvernés par des élites héritières de l’indépendance, qui ont peu modifié leurs registres de légitimation. Néanmoins, au fil des événements, j’ai mis en évidence les principales étapes de la constitution de la « jeunesse » comme problème social et de son inscription sur l’agenda politique11.

11Sur le plan méthodologique, j’ai recueilli plusieurs types de matériaux et une réflexion sur l’espace a sous-tendu l’élaboration de la méthode, la construction de l’objet et de l’échantillon. Après deux séries d’entretiens exploratoires, j’ai mené l’enquête principale à travers 11 villes, retenues en fonction de leur importance démographique, économique, universitaire, touristique, de leur proximité à l’ailleurs, de leur histoire protestataire. L’établissement de la topographie socio-économique de chaque ville m’a permis de visualiser les stratifications sociales, les pôles et les types d’activités. Grâce à un repérage préalable, j’ai pu rencontrer plusieurs jeunesses. Et les candidats à l’entretien ont été croisés notamment dans la rue, au square, à la plage, au café, au souk, à l’université, dans les lycées. Une quarantaine d’entretiens qualitatifs ont été réalisés autour de l’univers de sens des interviewés : médias, loisirs, ailleurs, religion, sexualité, modes d’insertion familiale, économique, universitaire, rapport au politique. Les émeutes de décembre 1990 et les manifestations de soutien à l’Irak pendant la seconde guerre du Golfe, en janvier et février 1991, m’ont permis d’observer un « temps chaud » en m’appuyant sur une nouvelle série d’entretiens, en accompagnant quelques jeunes interviewés, en recueillant des slogans et des anecdotes, en analysant les procès-verbaux des personnes arrêtées pendant les émeutes. À ce niveau, à partir de l’étude des itinéraires des manifestants et des émeutiers, j’ai appréhendé la dynamique spatiale comme enjeu et vecteur, à la fois matériel et symbolique, de la protestation et je me suis interrogée sur la nature des corrélations qui existent entre espaces impliqués, formes d’action et degré d’organisation. En outre, durant l’été 1991, j’ai eu l’opportunité d’observer le développement d’un mouvement de trois cents jeunes diplômés inactifs, qui se sont retranchés dans un complexe artisanal de Salé pour revendiquer un emploi. Dans le cadre d’une vie communautaire, ils ont organisé marches, grèves de la faim, accaparé l’intérêt de la presse nationale pendant cinq mois, suscité la sympathie de plusieurs organisations politiques, syndicales, associatives, et, enfin, obtenu l’attention des autorités. Pour appréhender ce mouvement, j’ai mené des entretiens qualitatifs avec les protagonistes concernés, analysé des organes de presse et soumis un questionnaire à 84 participants.

  • 12 Ce concept a été défini de plusieurs manières. Dans le sens accordé par Louis Dumont (1983), c’est (...)

12L’une des thèses que j’ai avancée est celle de l’individualisation12 : l’individu émerge dans le sens où la personne se détache progressivement du groupe. Le désenclavement repousse les frontières de l’univers imaginaire des interviewés et intervient dans la reformulation des représentations que ceux-ci se font d’eux-mêmes, de leur société, de l’ailleurs, mais également dans l’accouchement d’attentes et de valeurs nouvelles. Ceux-ci tentent de se construire en tant que sujet en puisant dans différents stocks culturels, en opérant un détour, en se distanciant aussi bien par rapport à leur groupe d’appartenance que par rapport à leurs différents groupes de référence. À ce stade, le bricolage, les appartenances multiples, les paradoxes reflètent les tiraillements entre ordre pragmatique et ordre normatif, dans un climat de malaise et d’insécurité, car l’affirmation individuelle s’accompagne de l’inquiétude face à la « déstructuration » des liens sociaux et se prolonge dans le rapport à la cité.

  • 13 Le concept d’ « analyse des cadres d’interprétation » (frame analysis), utilisé par David Snow et a (...)

13Sur le plan politique, j’ai relevé trois types d’attitudes traduisant aussi bien la méfiance à l’égard du groupe d’appartenance, la perception de l’État comme tout-puissant, que le rejet de la scène instituée dominée par les aînés et les élites héritières de l’indépendance. En premier lieu, s’affiche une « dépolitisation » ou plutôt une mise à distance du politique par l’expression de l’ignorance, par la manifestation de la peur ou encore par l’humour et les stratégies d’exit ; les sentiments d’exclusion, d’isolement, d’impuissance, de vulnérabilité parant corrélativement le pouvoir de toute-puissance, et freinant l’identification à tout projet politique. Ensuite, ce que j’avais qualifié alors de « temps chaud » m’a révélé d’autres modes de confrontation violente. Le « cadre d’injustice »13 qui définit un système d’autorité comme inique, préexiste à la mobilisation et ne suffit pas à transformer les « soumis » en « rebelles ». La représentation de « la réalité » d’un moment à l’autre n’est pas ébranlée, elle est tout au plus reformulée. C’est plutôt la perception de la modification des rapports de force ou l’ouverture d’un « nouveau cycle d’action » (Tarrow, 1994) qui permet le passage au « temps chaud ». L’effondrement du mur de la peur, l’occupation de l’espace public par la rue : des phénomènes ponctuels correspondent au moment où l’individu cesse de se sentir vulnérable et impuissant. En percevant la défaillance du pouvoir central, en s’identifiant à un groupe social, supranational ou à un leader charismatique, l’être atomisé se métamorphose en membre d’une communauté reconstituée grâce à l’émergence fugace d’une conscience collective, du positionnement de chacun dans le rapport de pouvoir, tant au niveau national que transnational. L’occasion favorise l’entrée dans l’exceptionnel. Saisie, elle permet une participation sans médiation.

14Enfin, avec l’étude du mouvement de Salé, j’ai observé l’émergence d’un militantisme associatif qui m’apparaissait alors comme traduisant la reconfiguration du rapport au politique et qui me semblait en affinité avec une nouvelle génération militante. À la suite des émeutes de décembre 1990 et des événements de la seconde guerre du Golfe, le roi Hassan II a reconnu que le problème essentiel du Maroc était celui de l’intégration des diplômés inactifs. Cette ouverture a donné une occasion de s’organiser à des jeunes convoqués dans les préfectures, dans le cadre des directives royales. Dans ces conditions, le passage au politique et la réussite d’une action dans un système verrouillé sont favorisés par la consolidation de la position de l’individu face au pouvoir. L’isolement a été brisé et la vulnérabilité réduite par l’identification à un groupe, paradoxalement révélé à lui-même sous l’impulsion royale, et dont la cohésion s’est renforcée grâce au déplacement de l’enjeu de la sphère de la lutte pour le pouvoir à celle de la défense d’un droit social. La reconnaissance de la légitimité d’une revendication par toutes les parties en présence a aussi bien contribué à l’évanouissement de la crainte ancestrale qui hantait les participants qu’au retournement instrumental du discours officiel par l’exercice d’une pression efficace. Enfin, le respect de la légalité et des principes fondamentaux du royaume (monarchie, islam, marocanité du Sahara occidental), le fait de se réclamer de la plus haute autorité du pays ont « innocenté » les acteurs. C’est dans un tel cadre que s’est opérée la gestation d’un modèle de relations qui se caractérise notamment par un effort d’autonomisation par rapport au centre et aux organisations politiques partisanes ou syndicales, par un changement de perspective privilégiant un domaine spécifique (chômage des diplômés) au détriment du projet politique global, par la négociation de références communes. Par certains de ces aspects, cette formule me semblait déjà se rapprocher des types de mobilisations qui s’affirmaient notamment parmi les jeunes en France, marqués par le pragmatisme, l’expérimentation et le rejet de l’idéologie (Muxel, 2001). Le retrait de l’État et l’émergence de nouvelles sortes de conflit contribueraient au développement, à l’échelle transnationale, de telles formes d’actions collectives.

  • 14 Voir note 9.

15Au terme de cette étude, j’ai ressenti une certaine insatisfaction. En premier lieu, je me suis implicitement inscrite dans le paradigme du conflit de génération, ainsi que dans la problématique classique de l’urbanisation comme destructrice des groupes informels. J’ai mis l’accent sur des individus naissants, éparpillés, déterritorialisés, cherchant à redéfinir le lien social, ce qui induisait un type de mobilisation. Au prolongement des théories de la modernisation, j’ai appréhendé l’individualisation de façon mécaniste. En d’autres termes, j’ai perçu ce processus comme le résultat des grandes transformations structurelles connues par la société marocaine. Et j’en ai détecté les indices dans les pratiques d’arrangement ou dans les proclamations de la légitimité du choix individuel, y compris lorsqu’il s’agissait de préconiser une approche totalisante de l’islam, érigeant celui-ci en principal agent de régulation des normes. Or, lorsque l’on parle d’individualisation, quelques précautions s’imposent. D’abord, il est difficile de considérer l’arrangement ou le bargaining comme quelque chose de spécifique à une époque donnée (Rosen, 1984), voire comme le « fruit de la modernisation ». Ensuite, il faut se garder d’imaginer une personne faisant sa petite cuisine toute seule dans un coin. Comme je compte le montrer, un acteur se meut dans plusieurs cercles. Tout au long de son parcours, il fait des rencontres physiques ou virtuelles. Il convient donc de se poser la question pour savoir si ce fameux « choix rationnel individuel » ne s’insère pas lui-même dans un « cadre d’interprétation », voire dans une narration largement diffusée à travers différents lieux de socialisation, non sans relation avec le processus d’objectivation14 décrit par Dale. F. Eickelman et James Piscatori (1996). De plus, les modèles scolaires en cours reposent sur une vision plus ou moins méritocratique, qui de fait valorise l’individualité.

  • 15 La plupart des six associations observées sont nées en 1998.

16À un deuxième niveau, j’avais faiblement prêté attention aux réseaux et à leur localisation. Pour réfléchir d’une manière plus complexifiée au passage au groupe et à l’entrée dans la vie politique, j’ai alors décidé de travailler sur une petite échelle, tout en gardant la perspective d’un aller-retour entre micro et macro, entre local et global, tout en prêtant attention à ce que Charles Tilly a formulé en termes de « relations entre personnes, groupes et entre territoires » (Tilly, 1995, p. 29). Autrement dit, j’ai voulu saisir, sur une durée suffisamment longue, les acteurs dans leurs parcours, leurs déplacements réels et imaginés à travers les cercles et les lieux. Cette fois-ci, je n’ai pas cherché à focaliser sur une catégorie, les « jeunes », même si j’ai retrouvé ceux-ci de manière prédominante parmi les interviewés. J’ai plutôt opté pour l’observation d’expériences collectives, depuis leur démarrage15, et choisi, comme analyseur, les associations de quartier qui ont commencé à pulluler à travers les villes et les villages du Maroc à la fin des années 1990. Plus précisément, j’ai sélectionné des actions qui se sont développées dans des zones « populaires » de Casablanca autour de leaderships aux positionnements politiques variés : député islamiste, ancien détenu marxiste, activiste local sans appartenance politique. Les questions qui sous-tendent cette recherche sont les suivantes : dans quel contexte, autour de quelles définitions d’enjeu, se sont développées des mobilisations comparables, à première vue fondées sur des modèles d’action similaires, alors même que leurs leaders ont des destinées hétérogènes ? Dans quelles circonstances, à travers quels parcours et quels réseaux, des acteurs se sont mobilisés (puis parfois désengagés) ?

17Le fait de partir des actions (pour retrouver les acteurs) et non des acteurs (pour les associer à un type d’action), de traiter d’expériences localisées tout en étant attentif à leur inscription dans l’air du temps (national et mondial) permet de formuler un questionnement visant l’articulation de plusieurs échelles. Ainsi, à ce stade, il ne s’agit plus de s’interroger pour savoir si les jeunes développent un rapport particulier au politique, mais de se demander si l’on peut affirmer l’existence de générations successives, chacune d’entre elles étant marquée par une période fondatrice, par un type de conflit de génération : le modernisme fondé sur le clivage « tradition »/« modernité » ; le socialisme ou le marxisme (teinté de nationalisme arabe) sous le signe de la bipolarité dans les années 1970 ; l’islamisme, à la fin des années 1980 et au début des années 1990, avec une rupture entre aînés « occidentalisés » et cadets « arabisants et islamisés » ; la « dépolitisation » ; l’engagement associatif, « concret », « pragmatique », « expérimental », avec l’effondrement du bloc de l’Est… ? Ou bien, faut-il raisonner en termes d’exposition, de visibilité et de latence, de circulation prédominante de certains répertoires à des moments donnés, de modes de socialisation concurrents, en considérant que le temps générationnel est une temporalité parmi d’autres ?

Générations, temps générationnel ou « empreinte du temps »16 ?

  • 16 Allusion à un titre de Claudine Attias-Donfut (1988).
  • 17 Anne Muxel (2001), qui a fait le lien entre les apports des études sur la socialisation politique m (...)
  • 18 Ainsi, à travers les entretiens que j’ai réalisés, il apparaît que certains considèrent que la reli (...)

18Dans cette partie, je chercherai à démontrer qu’il existe bien un « temps historique », un « temps générationnel »17, voire une « empreinte du temps » qui modulent le rapport au politique. Cependant, à mon sens, celui-ci n’imprègne pas une génération mais l’ensemble des groupes d’âge de la vie qui cohabitent à un moment donné. Comme le fait remarquer Pierre Favre (1989), il est ardu de définir la notion même de génération par la quête d’un rythme de régularité, ou d’élaborer des frontières à partir de l’impact d’un événement générateur. Ensuite, le même auteur souligne la difficulté de mesurer des tendances d’une « génération » à l’autre, au moyen d’enquêtes qui ne formulent pas toujours les questions de la même manière ; d’autant plus que cela peut se révéler obsolète. Comment en effet évaluer, sur une durée qui s’étale des années 1960 aux années 2000, l’importance accordée par les jeunes à la religion, en faisant l’économie de l’espace du pensable au moment de l’enquête et en ignorant les grandes variations de contenus accordés à une formule telle que le « poids que doit avoir la religion dans la vie administrative et politique » (Bourqia et al., 2000, p. 104)18 ?

  • 19 Je propose ici une problématisation de la dimension générationnelle à partir d’éléments tirés de la (...)

19De manière complémentaire, une approche qualitative, fondée sur des entretiens répétés, peut permettre d’affiner l’éventail des constructions de significations, de dévoiler les mécanismes sous-jacents au passage au politique, de rendre visible la diversité des facteurs qui interviennent dans la participation, de vérifier la traduction ou la non-traduction d’une sensibilité islamique, par exemple, en vote, voire en engagement islamiste, la volatilité de cette attitude ou sa fixation. Ici, je relèverai les principales dimensions qui interviennent dans la configuration d’un cheminement. Je montrerai que c’est l’intrication entre différents types de socialisations, elles-mêmes inscrites dans des espace-temps particuliers, qui contribue à éclairer le fait que des acteurs passent à côté de certains lieux et moments fondateurs ou les traversent sans s’y impliquer, alors que d’autres sont frappés de plein fouet19. Ensuite, je soutiendrai qu’il existe des cycles de protestation, une « empreinte du temps », qui façonnent les modes d’intervention dans la scène politique de l’ensemble des générations, en évoquant l’exemple de l’action associative de quartier.

Socialisation politique, groupes concrets et temps révélateurs d’une génération

  • 20 D’après le bilan réalisé par Sophie Maurer, deux théories principales sous-tendent les travaux sur (...)

20Peter Berger et Thomas Luckmann définissent la socialisation comme étant « l’installation consistante et étendue d’un individu à l’intérieur du monde objectif d’une société ou d’un secteur de celle-ci » (Berger et Luckmann, 1996, p. 179). Ils distinguent la socialisation primaire, qui est « la première socialisation que l’individu subit dans son enfance, et grâce à laquelle il devient un membre de la société », de la socialisation secondaire, « un processus postérieur qui permet d’incorporer un individu déjà socialisé dans de nouveaux secteurs du monde objectif de sa société » (Id.). Personnellement, je me distancie des approches assimilant la socialisation à un exercice d’inculcation et d’imposition de normes à un sujet passif qui doit intérioriser un rôle pour mieux s’intégrer au système (Easton et Dennis, 1969). J’opte pour une perspective interactive qui privilégie le point de vue du sujet (Percheron, 1974 ; 1985), qui lui reconnaît un rôle plus actif, des appartenances multiples, des socialisations concurrentielles et continuelles. Ainsi, au lieu de surdéterminer l’importance des institutions et des socialisations précoces, je prendrai en compte les différents lieux à travers lesquels l’acteur se meut et j’insisterai sur les effets socialisateurs des événements (Ihl, 2002), fussent-ils micros. Enfin, je ne privilégierai pas la dimension strictement politique de la socialisation, préférant observer l’acteur dans son rapport global au monde social20.

  • 21 À partir de ce cas de figure, il apparaît que si l’on se contente de s’intéresser à la dimension st (...)
  • 22 Dans une perspective comparative, voir Ildiko Szabo (1987) qui montre que dans la Hongrie communist (...)

21D’après l’analyse de la centaine d’entretiens que j’ai effectués depuis 1998, la socialisation primaire semble, à première vue, jouer un rôle timide dans le passage au politique. Seuls quelques interviewés évoquent une plus ou moins politisation du père. Par contre, les frères voire les sœurs aîné(e)s prennent davantage les traits d’initiateurs aux univers politique, mais aussi culturel et artistique. La carence constatée en amont, au niveau des repères et de l’héritage politiques, favorise la grande variété des orientations adoptées au sein de la fratrie. Plutôt que de transmettre des orientations politiques ou idéologiques, le rôle des parents est reconnu dans la perpétuation des normes éthiques et religieuses qui, lorsqu’elles cessent d’être imbriquées, sont remodelées : droiture, générosité, souci d’autrui, dignité dans la pauvreté ou sensibilité artistique, ouverture d’esprit en dépit de l’analphabétisme21. Mais le plus souvent, ceux-ci diffusent le sentiment de peur à l’égard du « Makhzen » et de ses agents et, plus généralement, la méfiance à l’égard du politique, domaine réservé des puissants22.

  • 23 À partir d’une démarche marxisante, Karl Mannheim a réfléchi sur les conditions d’émergence d’une g (...)

22Dans ces circonstances, le processus de socialisation secondaire se place au premier plan. Seulement, il importe de relever que lycées, universités et, dans une certaine mesure, mosquées, usines, prisons, se transfigurent au cours du temps, connaissent des phases de calme et d’effervescence, constituent le support matériel des effets de la conjoncture nationale (grèves, vague de répression, etc.) voire transnationale (la seconde guerre du Golfe en étant le meilleur exemple), passent d’une hégémonie à l’autre. L’Union nationale des étudiants du Maroc (UNEM), le syndicat estudiantin, à gauche au moment de l’indépendance, observe la percée de l’extrême gauche à partir des événements de 1965, les heures de gloire de celle-ci pendant les années 1970. La crise et la répression subies par la gauche, l’extrême gauche et l’UNEM se traduisent par un passage à vide au sein des campus, au cours des années 1980, jusqu’à ce que les groupes islamistes reprennent le flambeau, au début des années 1990, en gardant le label de l’UNEM. Il n’est pas moins utile de rappeler qu’en dépit de ces tendances générales, la géographie politique des campus demeure complexe. Au début des années 1980, l’université casablancaise de Aïn Chok ne connaît pas d’activisme estudiantin alors que celle de Fès vit les derniers moments de l’hégémonie de l’extrême gauche. Il convient aussi de souligner qu’il serait trop hâtif d’établir un lien de cause à effet entre, d’une part, les forces visibles à un moment donné qui témoignent d’une capacité de mobilisation, d’encadrement, d’imposition d’un discours hégémonique et, d’autre part, l’impact effectif de ce discours. En effet, il arrive souvent que des modèles concurrents ou alternatifs se développent de manière latente ou du moins invisible, pour n’être révélés que plusieurs années plus tard. À titre d’exemple, à l’heure de l’hégémonie socialiste et marxiste, avant l’assassinat – attribué aux islamistes mais probablement commandité par le palais – du leader de gauche Omar Benjelloun en 1975, et avant la révolution iranienne en 1979, les cercles qui se multiplient autour des imams de mosquées, des prédicateurs… ne semblent pas encore « visibles », parce qu’ils ne sont pas alors perçus ou constitués comme dangereux par les autorités. Toutefois, ils n’ont pas moins contribué à la socialisation de toute une « unité générationnelle »23 d’islamistes qui n’ont été « révélés » qu’à partir de la fin des années 1980. Rappelons aussi que les quadras parmi les élus islamistes de 1997 et de 2002, ont commencé à être initiés dans les années 1970 et au début des années 1980.

  • 24 Johanna Siméant en donne la définition suivante : « deuils précoces et violents parmi les intimes, (...)
  • 25 Zaki Laïdi (1994) assimile le « temps mondial » au « moment qui croise la fin de la guerre froide ( (...)

23À un autre niveau, il ne faut pas négliger les micro-événements qui jouent un rôle décisif dans la transformation des schèmes de perception, dans le « revirement » d’un itinéraire, comme dans le processus d’une adhésion idéologique à contre-courant (passer au marxisme alors que l’université est dominée par les islamistes). Il s’agit de rencontres déterminantes (avec un professeur, un détenu politique…), de petits incidents (confrontation directe ou indirecte avec les islamistes à la faculté) ou de profondes « ruptures biographiques »24 (l’arrestation accidentelle lors d’événements comme les émeutes de 1981). Cela renvoie au « temps biographique » qui, selon Anne Muxel, « inscrit le sujet dans une dynamique circonstanciée et personnalisée » (Muxel, 2001, p. 99). Lorsque l’« expérience singulière » croise une « expérience collective » telle que les émeutes de 1981 ou de 1990, les manifestations de la seconde guerre du Golfe, les mobilisations lycéennes et estudiantines des années 1970, l’activisme islamiste universitaire des années 1990, on peut parler selon la terminologie utilisée par Anne Muxel de « temps générationnel » auquel je substituerai la notion de temps révélateur d’une unité générationnelle politique, intégrant de la sorte les critiques émises par Pierre Favre. Au « temps historique […] [qui] modèle la conjoncture politique dans laquelle chaque individu, chaque génération nouvelle, vient rencontrer le politique » (Muxel, 2001, p. 99), j’ajouterai l’idée d’un espace-temps qui se module selon au moins quatre variantes qui tantôt se croisent, tantôt se contredisent : le temps local qui renvoie à une expérience collective, ou du moins hégémonique, dans une durée et un lieu déterminés (le temps « gauchiste » ou « islamiste » de l’université de Fès n’est pas le même que celui de l’université de Aïn Chok à Casablanca) ; les temps national, régional, mondial25 qui se rapportent cette fois-ci aux circonstances socio-historiques qui marquent le destin national, régional (crise algérienne ; « temps islamique »…) ou mondial (la démocratie et les droits de l’homme, le principe de « bonne gouvernance », la lutte contre le terrorisme, comme problématiques légitimes successives à l’échelle internationale). De cette manière, je défends l’idée que s’il est nécessaire d’avoir une approche complexe de la temporalité, il importe tout autant de l’articuler à un jeu d’échelle prenant en compte les différents types de localisations.

  • 26 Formule empruntée à Sheldon Stryker (1981, p. 23).
  • 27 C’est ainsi qu’a été rebaptisé, en 1998, le Mouvement populaire constitutionnel et démocratique (MP (...)
  • 28 L’un des principaux groupes islamistes marocains qui, contrairement au mouvement Réforme et Renouve (...)

24Cette combinaison de positionnements dans une grille du temps et de l’espace correspond avant tout à des « situations » de génération qui ne deviennent effectives que lorsqu’elles s’articulent à des insertions dans des cercles et des expériences. L’ensemble de ces facteurs, qui se croisent par moment, ne peut donc avoir ni la même « saillance » ni le même poids d’un individu à l’autre. D’où l’importance de la prise en compte des liens multiples et de la « hiérarchie des identifications »26, pour essayer de comprendre le processus d’un recrutement ou d’une défection, tout comme l’intensité et la durée d’un engagement, à partir de l’intégration des remodelages, des changements de forme et des réajustements que celui-ci peut subir. Le suivi de certains parcours montre que l’engagement durable au sein de la même tendance ou de la même nébuleuse peut se corréler à une chaîne continue d’inscriptions dans des lieux et des cercles de socialisation complémentaires qui se consolident mutuellement que ce soit à gauche ou dans l’islamisme. Un parcours « typique » à gauche est ponctué par une série de stations : insertion à travers le lycée et le ciné-club dans un cercle animé par « l’esprit des années 1970 » ; fréquentation de la faculté au début des années 1980, sous la houlette de l’extrême gauche ; affiliation dans un syndicat ou dans une association détenue par la gauche ou la nouvelle gauche dans les années 1990. Côté islamiste, on peut observer le même cheminement, au sein d’une unité générationnelle cette fois-ci islamiste, avec un décalage dont la durée est variable selon les lieux : incorporation dans un groupe d’élèves islamiques au collège, au lycée et à la faculté (qui vont participer ensemble à une série d’activités : prière, mosquée, conférences, campements encadrés…) ; puis intégration dans une ou plusieurs associations à coloration islamique, ou dans un parti islamiste, avec une possibilité beaucoup plus poussée de faire carrière dans le Parti de la justice et du développement27 (qui est intégré dans le système électoral) que dans le mouvement al-‘Adl wa-l-Ihsân (Justice et Bienfaisance)28 qui n’a pas accès aux ressources dégagées par la cooptation dans le jeu électif, et qui perd beaucoup de militants à leur sortie de l’université. En effet, la courte durée de l’engagement correspond parfois à la période d’inscription dans un lieu. C’est notamment le cas de l’activisme lié à un statut donné, estudiantin par exemple. L’engagement s’interrompt lorsque le relais n’est pas pris par d’autres cercles. La circulation entre groupes et espaces, d’orientations différentes, favorise aussi les expériences directes, erratiques, volatiles, avec des transhumances paradoxales d’un camp à l’autre.

25Ces différents éléments permettent ainsi de donner du relief aux approches reliant temps générationnel et rapport au politique. Plus que tout, ils tendent à montrer que l’appartenance à une génération politique, ou plus précisément à une unité générationnelle, passe par l’insertion dans les « groupes concrets » localisés de Mannheim. En outre, si la localisation dans un espace-temps donné favorise l’exposition aux discours et aux pratiques hégémoniques dans cette situation, l’entrée en politique, l’adhésion effective impliquent, tout en s’imprégnant de l’air du temps, l’intervention d’autres facteurs. Cette empreinte du temps n’agit pas seulement au niveau de l’univers du pensable, elle interfère plus globalement sur les modalités d’intervention dans la scène politique de l’ensemble des générations en présence.

« Empreinte du temps » et modes d’action

26Selon la thèse que je soutiens ici, ce n’est pas simplement un ensemble générationnel qui est exposé à l’air du temps, mais celui-ci contribue à configurer la nature même des mobilisations et des palettes des formes d’action disponibles à un moment donné pour tous les acteurs. Deux niveaux analytiques sont à distinguer : la dimension contextuelle (les opportunités et les contraintes…) d’une part ; les savoir-faire qui peuvent lui être reliés d’autre part.

27Dans une perspective interactionniste, l’accent est à mettre sur les circonstances d’ordre local, national, régional, transnational qui interviennent dans la réduction ou l’amplification du niveau de répression, dans le choix des stratégies adoptées par les acteurs, et qui d’une manière générale favorisent ou contraignent le développement d’un cycle et d’un type de mobilisation. Ainsi, pendant les années 1960 et au début des années 1970, l’air du temps est aux mythes révolutionnaires, aux partis uniques à coloration socialiste supposés plus aptes à mobiliser les énergies de la nation (Chaliand, 1979). Au Maroc, la monarchie et les forces issues du Mouvement national sont en confrontation et l’ensemble des acteurs – gauche, extrême gauche, islamistes, armée, monarchie – n’hésitent pas à envisager la violence comme un recours légitime. Les oppositions sont globalement antimonarchistes et leur mode de mobilisation privilégié est la cellule clandestine. Elles peuvent trouver un soutien dans le camp « révolutionnaire » arabe comportant l’Algérie, la Libye, la Syrie.

  • 29 Le Mouvement national revendiquait la marocanité de ce territoire depuis l’indépendance en 1956.

28Au milieu des années 1970, les opposants sont « neutralisés » par la monarchie au terme d’une lourde répression qui n’épargne ni l’armée, ni les partis, ni les universités et le temps n’est pas tout à fait à l’indignation internationale dont les inflexions sont à géométrie variable (Fillieule et Bennani-Chraïbi, 2003). C’est ce moment – qui correspond aussi à la maladie de Franco et à l’usure de son régime – que Hassan II choisit pour revendiquer la marocanité du Sahara occidental jusque-là occupé par l’Espagne29. L’invocation du registre nationaliste et la constitution de cette affaire en « priorité nationale » permet à celui-ci de refouler temporairement les problèmes à caractère interne et de stabiliser les assises du système politique, en instituant les « tabous » du régime (Dieu, la patrie, le roi), en fragmentant, en dispersant, en cooptant ses adversaires, puis, à terme, en les intégrant dans un processus de « démocratisation » par le haut et au compte-goutte.

29À la fin des années 1980, ce contexte stabilisateur s’épuise et une brèche s’ouvre. Sur le plan transnational, la démocratie et les droits de l’homme deviennent des problématiques légitimes même pour les pays du Sud. Au niveau régional, la Tunisie puis l’Algérie, laissent entrevoir des promesses de libéralisation. Un ensemble d’acteurs commence à trouver un relais à ses revendications dans les pressions externes exercées sur « notre ami le roi ». Le régime est contraint de réaménager la vitrine pour obtenir le rééchelonnement de ses dettes, attirer les investissements, etc. Ce ne sont ni les « jeunes générations » ni une génération en particulier qui saisissent cette opportunité. Les partis d’opposition, les islamistes, le mouvement des femmes, les diplômés au chômage, la presse, plusieurs secteurs en profitent de différentes manières : amnisties de prisonniers d’opinion, fluidification de la parole, action au grand jour, participation au gouvernement, etc. L’évanouissement de la peur, l’intégration par le discours officiel des référents internationaux des droits humains, la reconnaissance de la légitimité d’un certain nombre de revendications ont favorisé le pullulement de mouvements organisés, « pacifiés », disposés à agir « dans le système ».

  • 30 Ce terme me semble plus approprié que celui de « vulnérabilité diffuse » que j’ai utilisé ailleurs (...)

30Au milieu des années 1990, cette tendance s’amplifie au croisement du temps mondial qui donne à voir la dislocation de nations et d’empires, du temps régional avec notamment la crise algérienne et du temps biologique, celui du corps du roi (Bennani-Chraïbi, 2002). Le sentiment de précarité30 se diffuse et conduit à l’autolimitation la plupart des acteurs, islamistes ou non, cooptés ou hors-système, mais tous dans l’appréhension de l’éclatement des liens nationaux que pourrait susciter la succession. Ceux-là mêmes qui organisaient des cellules clandestines dans les années 1970, au sein de l’extrême gauche ou sous l’ombrelle islamiste, ceux-là même qui rêvaient de grand soir, version Gorki, Guevara ou Khomeiny, ont adopté des modalités d’action empreintes de la « culture de participation » ambiante. Ce changement est loin d’être le résultat d’un simple effet d’âge ; il est largement tributaire de la modification du contexte politique national, régional et international. L’exemple de l’action associative localisée, que j’observe depuis 1998, illustre bien comment des acteurs islamistes, d’extrême gauche, ou sans appartenance politique, ont parallèlement investi ce créneau et comment on assiste – dans ce cas-là – à une circulation des savoir-faire, plutôt qu’à une polarisation.

  • 31 Sur les six associations observées dès 1998, trois d’entre elles ont été davantage suivies dans leu (...)

31Dans trois associations de quartier de Casablanca31, fondées respectivement par un député islamiste, un élu communal marxiste et un intermédiaire local sans couleur partisane jusqu’en 2002, la mobilisation des engagements se réalise à chaque fois sur la base du plus petit dénominateur commun, au-delà du bassin idéologique d’origine, mais à partir d’un territoire qui n’a pas toujours le même statut. Dans le but de faire contrepoids, de réaliser une ouverture sur la société ou de promouvoir le développement d’un lieu, l’intervention ponctuelle ou continue vise un environnement précis et un voisinage délimité, dans une perspective strictement locale. Le quartier et la région, dessinés à l’échelle de la circonscription électorale, sont alors au centre du projet. Le plus souvent, le local est construit comme un champ d’action sociale ayant pour cible le tout à travers une partie. C’est le cas pour les islamistes qui adoptent une organisation croisant secteur d’activité et périmètre géographique. Celui-ci est constitué, à la base, par le quartier.

32L’investissement du local se réalise notamment à partir du discrédit des formes d’action politique fondées sur le discours et auxquelles on reproche inefficacité et éloignement des préoccupations quotidiennes des gens. Dans ce cas, les islamistes ont souvent poussé à l’émulation. Les propos et les pratiques de l’ensemble des interviewés laissent en outre transparaître une convergence avec les slogans du moment des organismes internationaux (participation de la communauté, ancrage de l’action dans un périmètre, prise en charge de la société par elle-même) et avec les thèmes mobilisateurs des congrès de Vienne, de Rio ou de Pékin, etc. L’articulation du transnational avec le processus de décomposition du champ politique marocain a doublement donné une opportunité à la catégorie du local. Les stimulations apportées par les organismes internationaux en termes d’infléchissement du discours officiel ou de légitimation d’interlocuteurs appartenant à la « société civile », ou tout simplement de financement, ont été relayées par les déclarations royales (Hassan II, puis Mohammed VI) sur la nécessité d’encourager la décentralisation, les collectivités locales et les ONG. Tout cela semble avoir produit des effets en termes d’adoption d’un style commun. Les palettes de savoir-faire qui circulent sont souvent, avant leur labellisation, le résultat d’un syncrétisme de pratiques nées sous d’autres cieux ou dans des systèmes référentiels précis (Mouvement national, génération des associations des années 1970, islamisme, organismes internationaux, etc.). Par la grâce du remploi, des débris d’autres univers de sens se réincorporent dans de « nouvelles » grammaires publiques qui, loin d’être spécifiques à une unité générationnelle, se diffusent dans les différentes tranches d’âge qui coexistent, laissant entrevoir des parallélismes parfois étonnants.

Conclusion

33Dans ce texte, j’ai d’abord essayé d’indiquer de quelle manière les concepts de génération et de jeunesse ont été constitués au Maroc comme grilles de lecture de toute une série de clivages, pour ensuite inviter à une approche de la dimension temporelle qui prenne en compte le contexte socio-historique. En interrogeant la nature des liens qui existent entre appartenance à une tranche d’âge et type d’entrée en politique au Maroc, j’ai soutenu, en premier lieu, l’idée que la temporalité est un facteur parmi tant d’autres et qu’elle révèle une unité générationnelle plutôt qu’elle ne la génère. Deuxièmement, cette même temporalité se décline sous plusieurs modes, dès lors qu’elle est articulée à un jeu d’échelle qui donne à voir des possibilités d’exposition et de visibilité variées en fonction du positionnement de chacun dans l’échiquier. Néanmoins, ces potentialités ne deviennent effectives que lorsque l’expérience singulière croise l’expérience collective, notamment à travers l’insertion dans des groupes concrets. Enfin, j’ai voulu montrer que l’air du temps n’imprègne pas simplement une ou plusieurs unités générationnelles, mais qu’il contribue aussi bien à remodeler des parcours militants qu’à reconfigurer des modalités d’action. Sans pour autant lisser ou uniformiser, il laisse la voie à une pluralité de stratégies et de destins. Cette démarche ne vise pas à annihiler le concept de génération, elle introduit quelques précautions et nuances pour contribuer à rendre la réflexion sur la temporalité un peu plus opérationnelle.

Notes

1 Par la « légitimité des origines », Ghassan Salamé entend les discours de légitimation de l’autoritarisme par le recours à une généalogie religieuse, ou au nationalisme qu’il soit strictement national ou panarabe – lutte pour la libération d’une partie, de l’ensemble du pays ou de la région (Salamé, 1996, p. 66-67).

2 Pour expliquer le fait que l’âge du premier mariage et de la décohabitation avec la famille d’origine est de plus en plus différé dans le temps, on évoque non seulement le chômage, mais également l’allongement de la scolarisation, amplifié par les entrées tardives dans le système scolaire et les redoublements. Dans mon échantillon, ce dernier phénomène a des implications certaines. Il arrive qu’une personne âgée de 17 ans soit en dernière année de collège (quatrième année après l’école primaire), au lieu d’être en terminale (dernière année de lycée). De même, certains étudiants sont âgés de 23 ans à leur première année d’université. Cela en dit long sur le décalage qui existe entre la police des âges construite par l’institution scolaire et les parcours réels de ceux qui la fréquentent.

3 Des recherches plus récentes révèlent des constructions de l’objet de plus en plus pointues ainsi qu’une diversification disciplinaire : approche géographique (Idrissi Janati, 2001), sociologie du travail (Montmarquette, Mourji, Garni, 1996 ; Bougroum, Ibourk, Trachen, 2002), etc.

4 En Europe, jeunesse et génération ont commencé à être construites de cette manière à partir du xixe siècle, non sans relation avec les changements d’ordre démographique (Ariès, 1960 ; Kriegel, 1979 ; Drouin, 1995).

5 Au Maroc, ce terme a fini par désigner la maison royale, le territoire sur lequel s’étend son pouvoir ainsi que ses extensions administratives.

6 Dès 1984, le problème du chômage des diplômés et du déclassement social des jeunes est posé par l’économiste de gauche, Khalid Alioua. Dans un langage marxiste, ce dernier relie le phénomène au caractère excluant du statut même de jeune et ensuite aux « effets du modèle de développement » qui conduit à une « expulsion de la lutte des classes hors des sphères de production. […] Le contexte spatial – la rue, le quartier, la ville – se substitue progressivement, comme substrat des expressions conflictuelles, au contexte économique et politique » (Alioua, 1984, p. 207-208). Cette fois-ci, la jeunesse est présentée comme « microcosme », « enjeu », « expression » et « conscience » d’une « crise de société ».

7 Dans mon propre travail, j’ai évité ces concepts de « modernité » et de « patriarcat » (renvoyant à la « tradition ») qui, à mon sens, demeurent peu opératoires et participent à des visions binaires et dichotomiques.

8 Pour approfondir cette piste, voir notamment la thèse de Dale Eickelman et de James Piscatori sur l’« objectivation de la conscience musulmane » que ceux-ci définissent comme un processus par lequel des questions basiques parviennent à la conscience d’un grand nombre de croyants : différents aspects de la vie sociale et politique deviennent un sujet de discussion, un objet de réflexion, de discussion, de débat ; la religion est érigée en système que les croyants peuvent décrire et distinguer des autres systèmes de pensée. D’après ces auteurs, les politiques éducatives, la communication de masse, le mouvement de publication auraient, de manière paradoxale, contribué au développement de cette conscience objectivée de l’islam. La croyance que les textes sacrés sont directement accessibles serait devenue un défi aux idées exclusivistes du pouvoir et aurait attisé la compétition pour l’autorité (Eickelman et Piscatori, 1996, p. 37-45 et p. 68-67 ; voir aussi Kepel, 1998).

9 D’après l’auteur, cette continuité apparaît dans plusieurs domaines : mythification du modèle islamique comparativement aux autres ; justification et idéalisation de la répudiation, de la polygamie, de la prééminence « naturelle » du chef de famille, du port du hijâb, de la séparation entre les sexes sur les plages ; appréhension de l’islam comme « religion englobante » (al-islâm dîn al-shumûl), « religion et État » (dîn wa dawla) ; valorisation de l’unité des Arabes et des musulmans ; présentation de l’islam et des musulmans comme des victimes de différents « complots », et ce tout au long de l’histoire.

10 Rappelons avec Pierre Bourdieu que l’âge est le résultat d’une pratique sociale, dépendant du contexte. Sa définition et sa détermination font l’objet de luttes de pouvoir entre les générations. Ce n’est donc pas un principe de constitution de catégories sociales ni un facteur d’explication des comportements sociaux et politiques : « Le fait de parler des jeunes comme d’une unité sociale, d’un groupe constitué, doté d’intérêts communs, et de rapporter ces intérêts à un âge défini biologiquement constitue déjà une manipulation évidente » (Bourdieu, 1984, p. 145).

11 Sur la problématique des « problèmes sociaux » qui met l’accent sur le « travail social » d’énonciation, de promotion et de mobilisation qui se trouve derrière tout principe de classement et en amont de tout ce qui est constitué comme problème social, voir notamment : Cefai (1996) ; Lenoir (1996).

12 Ce concept a été défini de plusieurs manières. Dans le sens accordé par Louis Dumont (1983), c’est un processus qui renvoie à la valorisation de l’individu, au sein même du groupe, au détriment de la totalité sociale. Dans la perspective de Jürgen Habermas (1993), cela renvoie à « l’usage public de la raison » critique. Anthony Giddens focalise, quant à lui, sur le concept de « réflexivité » comme « examen et […] révision constantes des pratiques sociales, à la lumière des informations nouvelles concernant ces pratiques mêmes » (Giddens, 1994, p. 45). Pour Michel Foucault, « l’attitude individualiste [est] caractérisée par la valeur absolue qu’on attribue à l’individu dans sa singularité, et par le degré d’indépendance qui lui est accordé par rapport au groupe auquel il appartient et aux institutions dont il relève » (Foucault, 1984, p. 56). Cet auteur a également mis l’accent sur la « bio-politique », les « techniques du corps » et les « actes de production et de consommation » (Foucault, 1976).

13 Le concept d’ « analyse des cadres d’interprétation » (frame analysis), utilisé par David Snow et al. (1986, p. 466), a été forgé par Gamson et al. (1982), qui l’ont eux-mêmes emprunté à Erving Goffman. Ces derniers ont isolé quelques cadres fondamentaux qui constituent des grilles de lecture des événements. Cette approche a permis notamment à des analystes des mouvements sociaux de prendre en compte la manière dont l’ordre social est structuré et structure l’inconscient politique.

14 Voir note 9.

15 La plupart des six associations observées sont nées en 1998.

16 Allusion à un titre de Claudine Attias-Donfut (1988).

17 Anne Muxel (2001), qui a fait le lien entre les apports des études sur la socialisation politique menées par Annick Percheron et ceux des sociologues qui ont opté pour le concept d’ « entrée dans la vie adulte » (Galland, 2001, p. 55), considère que le temps de la jeunesse est particulièrement intéressant à observer, du fait même de son caractère transitoire. Elle note précisément que « c’est le temps par excellence de la cristallisation des différentes temporalités à l’œuvre dans la formation de l’identité politique – historique, générationnelle, généalogique, et biographique […]. Quatre temps fabricateurs de sens et d’identité » (Muxel, 2001, p. 99).

18 Ainsi, à travers les entretiens que j’ai réalisés, il apparaît que certains considèrent que la religion a déjà une place importante dans la vie politique du pays parce que cela est attesté dans la Constitution ou parce que les programmes télévisés tiennent compte du temps religieux (heures de prière, prière du vendredi, ramadan…), ou encore parce qu’il est possible de pratiquer la religion sans entraves (à l’inverse de ce qui se passe, de leur point de vue, en Tunisie), etc. Inversement, pour d’autres, la religion devrait avoir une plus grande place dans la vie politique par une modification de certains articles de la Constitution, par la mise en place d’institutions vérifiant l’islamité des lois, par l’instauration de banques islamiques, etc. D’autres encore, tout en étant favorables à l’application de l’islam, expliquent que des mesures comme la suppression des bars, l’amputation de la main du voleur, la lapidation, etc., peuvent être néfastes sur les plans économique, international ou tout simplement quotidien.

19 Je propose ici une problématisation de la dimension générationnelle à partir d’éléments tirés de la contribution que j’ai publiée en 2003.

20 D’après le bilan réalisé par Sophie Maurer, deux théories principales sous-tendent les travaux sur la socialisation. Dans la première, il est question d’« une socialisation proprement politique reposant sur des mécanismes et transitant par des canaux distincts », d’un « rapport à la politique, c’est-à-dire un univers spécialisé dans lequel les concepts de parti, d’idéologie, d’élection, etc., ont une place déterminante ». L’intérêt se porte essentiellement sur les mécanismes de transmission des opinions politiques, des préférences partisanes, des orientations électorales. Selon la seconde, il n’existe pas de socialisation spécifiquement politique : « Le rapport politique des individus au monde social […] englobe tout un ensemble de représentations qui débordent largement du champ politique au sens strict » (Maurer, 2000, p. 6-7). Ce sont alors les notions de conflictualité (Leca, 1973), d’assignation d’un sens politique à une situation donnée par l’individu ou par les relations sociales, de sentiment d’injustice (Gamson, 1992) ou encore d’implication et de positionnement sur un clivage fondamental au sein de la société (Duchesne et Haegel, 2001) qui permettent de repérer le politique. Sur la question de la politisation, voir aussi Lagroye (2003).

21 À partir de ce cas de figure, il apparaît que si l’on se contente de s’intéresser à la dimension strictement politique de la socialisation, l’on risque de passer à côté de ce type de résultats.

22 Dans une perspective comparative, voir Ildiko Szabo (1987) qui montre que dans la Hongrie communiste, les parents transmettent essentiellement l’art de l’évitement des conflits et la passivité à l’égard de la scène politique intérieure.

23 À partir d’une démarche marxisante, Karl Mannheim a réfléchi sur les conditions d’émergence d’une génération sociale, tout en étant attentif aux subdivisions internes de celle-ci. Il a distingué quatre grandes catégories : la situation de génération (ou génération potentielle) qui rassemble tous ceux qui sont nés dans le « même espace historico-social » ; l’ensemble générationnel qui se détermine par « une participation au destin commun de cette unité historico-sociale », « lorsque des contenus réels, sociaux et intellectuels, établissent […] un lien réel entre les individus qui se trouvent dans la même situation de génération » (Mannheim, 1990, p. 58-59); l’unité ou les unités de génération, « les groupes, qui à l’intérieur d’un ensemble générationnel, s’approprient différemment ces expériences » (Id., p. 60) ; les groupes concrets « quand des liens, soit naturellement développés, soit volontairement créés, unissent les individus », « c’est-à-dire que cette unité de groupe est essentiellement fondée sur les liens vitaux, existentiels, pré-existants de la “proximité”, ou constituée sur la base de “la libre volonté” » (Id., p. 42, 41).

24 Johanna Siméant en donne la définition suivante : « deuils précoces et violents parmi les intimes, fait d’avoir risqué la mort, exclusion d’institutions (armées, partis…), actes de « trahison » de certains groupes d’appartenance, exils ou départs forcés du pays d’origine… » (Siméant, 2001, p. 52.). On peut ajouter la détention en rapport avec l’expression d’opinions et avec la participation à des actions et à des organisations de nature politique, que celle-ci ait été subie par l’acteur lui-même ou par ses proches. De son côté, Omar Carlier a montré que si le quartier et l’insertion dans des « sociabilités juvéniles » constituaient un support important pour la mobilisation, la dimension affective, « l’accumulation des petites vexations de la vie quotidienne », un « choc personnel » étaient tout aussi décisifs (Carlier, 1995, p. 56-57).

25 Zaki Laïdi (1994) assimile le « temps mondial » au « moment qui croise la fin de la guerre froide (avec tous ses effets en chaîne) et l’accélération de la mondialisation ».

26 Formule empruntée à Sheldon Stryker (1981, p. 23).

27 C’est ainsi qu’a été rebaptisé, en 1998, le Mouvement populaire constitutionnel et démocratique (MPCD), un parti dit de l’administration, après avoir accueilli l’une des tendances islamistes marocaines, issue de l’association Réforme et Renouveau, et qui se caractérise notamment par sa volonté d’agir dans les limites imposées par le système.

28 L’un des principaux groupes islamistes marocains qui, contrairement au mouvement Réforme et Renouveau, n’adopte pas des stratégies d’intégration dans la scène politique officielle. Son fondateur, Abdessalam Yassine, un inspecteur d’enseignement, né en 1928, commence son itinéraire dans la confrérie mystique, la Bouchichiya, qu’il rejoint dès 1965. En 1974, il s’inscrit dans la tradition du savant religieux « frondeur » et envoie une lettre à Hassan II, L’islam ou le déluge, qui lui vaut un internement en asile psychiatrique. En 1981, il crée la revue Al-Jamâ‘a (groupement) et fonde le mouvement al-Usra (famille) qui devient, en 1987, al-‘Adl wa-l-Ihsân, Justice et Bienfaisance. En résidence surveillée depuis 1990, il est libéré par Mohammed VI en 1999 (Tozy, 1999, chap. 7 ; Darif, 1999 ; Zeghal, 2005).

29 Le Mouvement national revendiquait la marocanité de ce territoire depuis l’indépendance en 1956.

30 Ce terme me semble plus approprié que celui de « vulnérabilité diffuse » que j’ai utilisé ailleurs (Bennani-Chraïbi, 2003).

31 Sur les six associations observées dès 1998, trois d’entre elles ont été davantage suivies dans leurs développements. Dans l’ensemble, elles présentent toutes un rapport similaire au local.

Auteur

sociologue du politique, enseignante à l’Institut d’études politiques et internationales, Université de Lausanne

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable