Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jeunesses des sociétés arabes

 | 
Mounia Bennani-Chraïbi
, 
Iman Farag

Des jeunes gens loin du pays : les étudiants égyptiens à l’étranger avant la Première Guerre mondiale

Noor-Aiman Khan
Traduction de Leïla Tahir

Entrées d'index

Note de l’éditeur

Article traduit de l’anglais par Leïla Tahir.

Texte intégral

Il y a certainement quelque chose de sublime dans l’indifférence à la terreur d’une mort imminente montrée par ce brave martyr égyptien qui, dans ses derniers moments sur terre, comme le martyr indien Dhingra, put tourner ses pensées vers le seul grand destin de son pays et rester indifférent au sort cruel le menaçant.

  • 1 The Indian Sociologist, août 1910, à propos de l’exécution d’Ibrâhîm Wardâni, assassin du Premier m (...)

The Indian Sociologist, août 19101

  • 2 Boutros Ghali (1846-1910) a été le premier natif Égyptien à occuper le poste de Premier ministre. P (...)

1En 1911, près de trente ans après l’occupation de l’Égypte par les Britanniques, le cabinet du ministre des Affaires étrangères à Londres demanda une liste des étudiants égyptiens résidant en Grande-Bretagne au Consul général en Égypte qui détenait le pouvoir réel du gouvernement d’occupation. Cette information devait non seulement être partagée avec Scotland Yard, mais également avec les forces de police locales des villes où se trouvaient les universités des étudiants. Ce soudain besoin d’établir un suivi des étudiants étrangers en Grande-Bretagne résultait d’une cause immédiate : le récent assassinat du Premier ministre égyptien Boutros Ghali par un jeune homme qui avait étudié en Europe2. Il répondait également à une préoccupation plus large. Les Britanniques avaient pris conscience de ce que les nationalistes en Égypte et dans d’autres colonies savaient déjà : le terrain le plus fertile et le plus libre pour organiser l’encadrement de militants nationalistes solides et déterminés se trouvait en fait dans les métropoles impériales, où toute une génération d’ambitieux colonisés était envoyée pour poursuivre ses études.

2Ces jeunes gens, loin de chez eux et découvrant autant sur eux-mêmes que sur l’Europe, allaient devenir la base des mouvements nationalistes parcourant les colonies britanniques. Si nombre d’entre eux étaient les enfants de l’élite de ces colonies, un très grand nombre était issu de familles de la classe moyenne qui imaginaient leurs fils occupant les postes de l’Empire destinés aux natifs et non pas conspirant à sa destruction. La plupart étaient nés une décennie après l’occupation britannique intervenue en 1882 et n’avaient jamais connu d’autre forme de gouvernement. L’un d’entre eux était l’assassin mentionné plus haut, mais il en existait de nombreux autres, non seulement comme lui mais aussi, en un sens, avec lui dans son action contre l’occupation britannique. Cet assassinat n’est pas seulement le résultat d’un processus complexe que l’article retracera, le parcours personnel de l’assassin l’éclaire également d’un point de vue historique qui en fournit le premier « indice ». La citation en incipit, tirée d’une publication anti-britannique, a attiré, pour la première fois, mon attention sur le réseau de connexions liant deux jeunes gens issus de colonies différentes, qui ont pu ou non se rencontrer, mais qui partageaient bien plus que la corde du bourreau.

3L’assassinat qui alerta les Britanniques du danger posé par les étudiants égyptiens expatriés constitue la cheville ouvrière de cet article, dans le sens où il illustre une série de réseaux traversant l’Empire britannique et centraux dans le développement du mouvement nationaliste égyptien avant la Première Guerre mondiale. Après une étude de l’assassin et non de l’assassinat en soi, dans la partie « L’assassin patriotique », ce texte retracera les connexions – concrètes et virtuelles – entre l’assassinat de Boutros Ghali et le mouvement anti-impérial organisé par les étudiants expatriés dans les métropoles coloniales. Ensuite, la partie « Organiser la sédition en Europe » examinera la façon dont les étudiants issus des colonies ont forgé en Europe des relations entre eux à travers des conventions, des journaux et des amitiés personnelles, reflets d’une alliance anti-impériale informelle de mouvements nationalistes. De fait, la crainte de ces alliances croissant et prenant forme, les autorités britanniques décidèrent d’espionner des centaines de jeunes gens issus des colonies et de nous laisser les archives de leurs activités dans leurs documents officiels. C’est dans le détail de « qui a dîné où » que nous pouvons voir le spectre de l’hydre du nationalisme anti-britannique au début du xxe siècle. Enfin, la partie « La métropole » traitera des effets du lieu et de l’âge de ces jeunes gens envoyés poursuivre des études par – et, dans une certaine mesure, pour – leurs maîtres impériaux. En examinant le rôle de ces jeunes expatriés dans le soutien au mouvement nationaliste égyptien, l’article montrera qu’une « jeunesse passée à étudier à l’étranger » ne constituait pas seulement une phase majeure de la vie d’individus égyptiens, mais également une phase importante du développement du mouvement lui-même.

L’assassin patriotique

  • 3 Archives nationales, Foreign Office Papers (dans la suite du texte : FO) 141/802, p. 2.

4Le meurtre du Premier ministre Boutros Ghali pacha au Caire, le 20 février 1910, confirma aux autorités britanniques du Caire et de Londres que de nombreux jeunes nationalistes égyptiens des plus actifs étaient diplômés d’universités européennes. Âgé de 25 ans, l’assassin de Boutros Ghali, Ibrâhîm Nâsif al-Wardâni, fils d’un petit notable, avait été envoyé étudier à l’étranger après le décès de son père. Il s’était engagé dans le mouvement nationaliste égyptien pendant ses séjours à Londres, Paris et Lausanne. À son retour en Égypte, il fut actif dans le parti Watani (nationaliste), occupant des postes dans les syndicats et les cours du soir organisés sous la houlette du parti dans les quartiers ouvriers du Caire3. Un an après son retour, Wardâni, en tuant le Premier ministre et revendiquant par là un acte patriotique, commit un assassinat politique sans précédent en Égypte. Il se rendit à la potence en insistant sur le fait qu’il avait tué un traître qui servait les Britanniques et non l’Égypte.

  • 4 FO 141/802, p. 7.

5Les autorités s’alarmèrent quand elles apprirent qu’il appartenait à une Société de solidarité fraternelle, une cellule au sein du parti Watani qui communiquait en langage codé et exigeait de ses membres de rédiger leur testament au moment de leur adhésion. Les autorités remarquèrent que la plupart des membres de la Société étaient étudiants ou, pour certains, fonctionnaires, fraîchement émoulus4. À sa grande déception, la police ne pouvait poursuivre ces hommes car aucune loi n’interdisait les clubs secrets. Les autorités parvinrent en revanche à faire expulser la plupart des étudiants de leurs établissements égyptiens. Dans quelques cas notables, cette tactique se retourna contre eux, car les jeunes gens partirent terminer leurs études à l’étranger, loin de toute surveillance britannique (Badrawi, 2000, p. 72). L’un d’entre eux, Shafîq Mansûr, reviendra en Égypte après des études de droit en France, et assassinera Sir Lee Stack, commandant britannique de l’armée anglo-égyptienne, près de quinze ans plus tard. Un autre, Ahmad Fu‘âd, terminera ses études de médecine à Istanbul et y restera pour soutenir l’Empire ottoman contre les Britanniques pendant la Première Guerre mondiale.

  • 5 Al-Muqattam, 25 septembre 1909.

6 Le fait que le gouvernement d’Égypte ait indirectement encouragé les étudiants à se rendre à l’étranger est particulièrement ironique. En effet, les responsables britanniques étaient convaincus que Wardâni, pendant ses séjours en France et à Londres, avait été influencé non seulement par des Égyptiens mais aussi par d’autres « extrémistes », notamment russes (Id., p. 28). Cette préoccupation, face aux influences néfastes exercées sur les jeunes étudiants à l’étranger, s’était exprimée auparavant. Le journal favorable à l’occupation, Al-Muqattam, signalait, un an auparavant, que de trop nombreux étudiants partis étudier à l’étranger s’impliquaient dans des activités nationalistes5. Trois ans plus tard, le consul général britannique en Égypte, Lord Kitchener, en réponse à la requête susmentionnée de Sir Edward Grey, affirma que 260 égyptiens étudiaient en Grande-Bretagne : 60 grâce à des bourses gouvernementales et 200 aux frais de leur famille. Il nota également

  • 6 FO 371/1363, Kitchener to Grey, p. 93

[que] tous ces étudiants […] ont tendance à se consacrer à la politique, souvent à caractère dangereux et subversif, et à assister à des réunions dans lesquelles ils plaident ouvertement pour une révolution dans leur pays. […] À moins qu’un frein ne soit mis à ces agissements, je crains vivement […] qu’ils ne puissent facilement se transformer en menace pour le maintien de la tranquillité et de l’ordre dans ce pays6.

  • 7 FO 371/1363, Note from India Office to Grey, p. 65.

7Avant la fin de l’année, le secrétaire d’État avait mis en place un système de soutien et de suivi des Égyptiens en Angleterre, se fondant sur celui appliqué aux étudiants indiens et visant à les empêcher d’être « susceptibles de s’égarer en mauvaise compagnie »7.

  • 8 Tanin, 23 février 1910.
  • 9 Egyptian Gazette, 21 février 1910, p. 3. Dhingra a également tué un homme qu’il considérait comme l (...)

8La connexion indienne n’échappa ni aux autorités ni aux nationalistes. Comme Robert Tignor l’indique dans son article (1963), la plupart des administrateurs britanniques en Égypte étaient d’anciens fonctionnaires de l’Indian Civil Service, le plus célèbre étant Lord Cromer lui-même qui compila ses expériences égyptienne et indienne dans On the Government of Subject Peoples. Les Turcs établirent également un parallèle entre les deux mouvements. Ainsi, après l’assassinat de Boutros Ghali, un journal ottoman remarqua que l’Égypte semblait affectée par les troubles connus par l’Inde8. L’organe officiel de l’occupation britannique en Égypte laissa entendre que l’acte de Wardâni était inspiré par l’assassinat d’un responsable britannique commis à Londres l’année précédente par un Indien, Madanlal Dhingra9.

  • 10 Archives nationales du India Foreign Department (désormais NAI-FD), External B, jan. 1911 #549, p.  (...)
  • 11 ‘Abd al-‘Azîz Jawîsh (1872-1929) a été condamné à trois mois de détention pour un article sur l’ann (...)
  • 12 Egyptian Gazette, 21 février 1910, p. 3.

9En effet, bien que rien ne prouve de lien direct entre Wardâni et Dhingra, nombre d’indices semblent indiquer que Wardâni avait rencontré des amis et des mentors de Dhingra pendant son séjour en Europe. Les services de renseignements du British Criminal Intelligence découvrirent tardivement qu’il existait une association indo-égyptienne pendant le séjour des deux assassins à Londres, bien qu’ils ne purent déterminer si ceux-ci y avaient appartenu10. Il est en revanche certain que Wardâni n’ignorait pas les détails du crime de Dhingra et ses motifs déclarés. Le parti Watani avait, en effet, suivi le cas de près et Wardâni était ami du rédacteur en chef de l’organe du parti Al-Liwâ’, emprisonné pour avoir publié dans ses colonnes un poème à la gloire de Dhingra11. L’Egyptian Gazette semblait alors plus près de la vérité que les gouvernements égyptiens et britanniques quand elle surnomma les nationalistes « les étudiants de Dhingra »12.

Organiser la sédition en Europe

  • 13 Muhammad Farîd (1868-1919) était un avocat réputé qui consacra son énergie et sa fortune personnell (...)

10Il était certainement facile pour des jeunes gens impressionnables de s’impliquer dans des activités nationalistes pendant leur séjour en Europe, dont toutes les grandes villes abritaient des associations d’étudiants expatriés. Wardâni rencontra ainsi plusieurs étudiants originaires d’Égypte et d’autres colonies qui s’organisaient sous les auspices des leaders nationalistes en exil, tout particulièrement le président du parti Watani Muhammad Farîd13, duquel Wardâni devint très proche. En fait, avant même la découverte et la dissolution de la Société de solidarité fraternelle, les statuts définissant le quorum durent être modifiés, pour exiger la présence en Égypte de seulement la moitié des membres, car un trop grand nombre se trouvait à l’étranger (Badrawi, 2000, p. 65). Les mémoires de Muhammad Farîd regorgent de références relatives aux différents groupes d’étudiants avec lesquels il travailla dans toute l’Europe. Après 1912, toutes ses activités furent menées de l’étranger, en raison de l’exil qu’il s’était imposé.

  • 14 Jean Longuet (1876-1938) était un important dirigeant socialiste français. Petit-fils de Karl Marx, (...)
  • 15 Shyamaji Krishnavarma (1857-1930), figure de proue du mouvement indien « extrémiste », institua un (...)
  • 16 James Keir Hardie (1856-1915) joua un rôle déterminant dans le financement du premier parti travail (...)

11C’est également en Europe que des alliances concrètes sont conclues entre nationalistes égyptiens et leurs homologues issus d’autres colonies. Signe le plus évident de ces liens, l’amitié entre Muhammad Farîd et Madame Bhikaji Cama, une Indienne installée à Paris, qu’il évoque chaleureusement dans ses mémoires. Il note, tout comme le British Criminal Intelligence, que sa demeure était le lieu de rendez-vous de militants d’Inde, d’Égypte, d’Irlande et d’Afrique ainsi que de membres du mouvement socialiste naissant (Farîd, 1978, p. 210-212). Outre Muhammad Farîd, Madame Bhikaji Cama recevait régulièrement le socialiste français Jean Longuet14, l’activiste indien Shyamaji Krishnavarma15 et le député socialiste britannique, Keir Hardie16. On ne sait si Wardâni a rencontré des révolutionnaires russes mais il est certain que B. Cama en a connu. Outre sa correspondance avec Maxime Gorki, elle aida des Indiens appartenant au même groupe que Dhingra à obtenir et copier un manuel de fabrication de bombes fourni par les Russes (Yajnik, 1950, chap. 14).

12Ainsi les dirigeants radicaux d’Orient et d’Occident rencontraient-ils des étudiants qui se réunissaient chez Mme Cama et ailleurs pour discuter de politique. La formation que ces jeunes gens recevaient dans ces salons informels n’était pas moins cruciale pour leur avenir que leurs cours à l’université. Muhammad Lutfi Jum‘a, secrétaire officiel du Congrès de la jeunesse égyptienne de 1910, confie, dans ses mémoires, que la planification du congrès s’était en grande partie opérée chez Madame Cama (‘Ashmâwi, 1980, p. 78). Elle y assista en personne en compagnie de Muhammad Farîd et en fut l’une des intervenantes. Deux ans plus tard, elle avertit Muhammad Farîd que deux étudiants indiens projetaient, avec un étudiant égyptien en droit, Hâmid al-‘Alâyli, d’assassiner Lord Kitchener, consul général britannique en Égypte (Farîd, 1978, p. 103). On pouvait compter sur elle pour mentionner la Jeune Égypte et la Jeune Irlande aux côtés de la Jeune Inde dans le journal de Longuet, L’Humanité, toujours alliées contre un ennemi commun : l’impérialisme britannique.

13Plus d’un journal nationaliste a bénéficié des compétences d’organisatrice de Mme Cama. Les organes du parti Watani, Al-Liwâ’ en Égypte et ses versions en langues européennes, The Standard et L’Étendard, publiaient souvent des articles tirés des publications indiennes Bande Mataram et The Indian Sociologist, ainsi que des commentaires issus du Gaelic American de New York et du journal socialiste britannique Justice. Mme Bhikaji Cama avait lancé Bande Mataram (« Salut à la terre mère ! ») après l’afflux de jeunes gens quittant la Grande-Bretagne suite aux conséquences de l’affaire Dhingra. L’un d’entre eux, Lala Har Dayal, prit la direction de Bande Mataram ; un second journal financé par Cama, Talvar (« L’Épée »), basé à Berlin, était dirigé par un autre fugitif de l’India House, ami personnel de Madanlal Dhingra et Muhammad Farîd, Virendranath Chattopadhya. À l’exception de Justice, tous ces journaux devaient être publiés hors de portée des autorités britanniques, à Genève ou dans d’autres villes européennes, et tous, y compris Justice, étaient interdits en Inde. Néanmoins, des copies entraient régulièrement sous le manteau dans les colonies et Al-Liwâ’, ainsi que ses publications sœurs, les citaient régulièrement.

  • 17 National Archives of India, Home Department (désormais NAI-Home), Political B, novembre 1910, #17-2 (...)

14Les congrès, autre aspect important de l’expérience de la jeunesse en Europe, occupaient une place non négligeable dans le développement du nationalisme, tant au point de vue individuel qu’institutionnel. Ainsi, en 1909, les membres du parti Watani organisèrent une réunion annuelle baptisée Congrès de la jeunesse égyptienne à Genève, qui attira des étudiants de toute l’Europe, notamment Wardâni. La seconde réunion de ce congrès, en septembre 1910, comme l’indique la description susmentionnée qui en a été faite par son secrétaire, fut organisée chez Mme Cama. Le congrès devait se tenir à Paris, mais fut déplacé à la dernière minute à Bruxelles, car les autorités françaises décidèrent de ne pas permettre que Paris devienne une plateforme d’activités anti-impérialistes, même lorsqu’elles ne concernaient pas leur empire. Lors de cette conférence pourtant égyptienne, les connexions entre étudiants de différentes colonies se révélèrent suffisamment développées pour inquiéter les services de renseignements britanniques. Par télégramme, Krishnavarma, du Indian Sociologist, proposa l’attribution d’un prix portant le nom du « martyr Wardâni » et récompensant un essai sur le meilleur moyen de parvenir à l’autonomie des colonies. Muhammad Farîd fut forcé de décliner publiquement cette offre « allant à l’encontre des principes du parti Watani ». Cette déclaration reflétait davantage les problèmes vécus par le parti en Égypte après l’acte de Wardâni qu’une réelle conviction de la part de l’orateur. Keir Hardie prononça également un discours ; il y alertait les délégués, en référence aux situations indienne et égyptienne, des dangers de la politique britannique consistant à diviser les communautés religieuses et ethniques de leurs colonies. Enfin, Har Dyal, de Bande Mataram, aurait « fait du bruit en se levant pour appeler tous les Égyptiens à refuser d’intégrer l’armée égyptienne (et) un délégué irlandais proposa la formation d’un congrès égyptien, indien et irlandais afin d’unir sous une même assemblée les victimes de la domination anglaise »17.

La métropole

15Les métropoles européennes jouèrent donc un rôle dans la définition de l’éveil nationaliste à travers les étudiants qui y ont initié ou aiguisé leur activisme politique. De l’argumentation économique de Immanuel Wallerstein aux pèlerinages d’Anderson, le rôle de la métropole a été longuement discuté, mais cet aspect particulier a été sous-évalué. Dans les métropoles, ces nationalistes en formation ont trouvé non seulement les moyens d’exprimer et d’organiser leurs programmes, mais aussi des alliés pour les aider à les développer. L’Europe fournissait un point de rencontre pour militants de différentes tendances, y compris opposées, engagés ensemble dans la conception d’un nouvel ordre mondial. De plus, les métropoles procuraient un abri sûr aux dissidents qui ne pouvaient être poursuivis en Angleterre ou en France comme ils auraient pu l’être dans les colonies. Par exemple, remarquons que le Congrès de la jeunesse égyptienne de 1910 ne put être empêché, malgré le refus de Paris, car la loi belge interdisait uniquement les réunions publiques appelant à un renversement de la monarchie belge.

16Dans les métropoles européennes, les nationalistes étaient également libres de diffuser leur propagande auprès de sympathisants étrangers, des expatriés d’autres colonies et de l’envoyer à la colonie elle-même en échappant aux censeurs. Les nombreux journaux lancés en Europe pouvaient publier ce qu’il était impossible de dire dans la colonie. Les appels à l’élimination de responsables coloniaux eux-mêmes ne pouvaient être censurés s’ils étaient imprimés à Berlin ou Genève. Financés par des personnages établis et plus âgés, employant des jeunes gens issus des colonies qui y travaillaient en parallèle et parfois aux dépens de leurs études, ces journaux étaient distribués et passés en contrebande avec zèle dans les colonies ou repris par d’autres journaux qui s’en faisaient l’écho.

  • 18 NAI-Home, Political B, novembre 1910, #17-24, CID Weekly Report, 11 octobre 1910, p. 10.

17Ces journaux nous offrent un excellent exemple de « communauté imaginée » formée par l’imprimerie, telle que décrite par Benedict Anderson : non seulement ils se partageaient des articles, mais ils énonçaient aussi clairement des objectifs communs (Anderson, 1991). Bien que le public visé ou les thèmes variaient d’un journal à l’autre, chacun souhaitait, en fin de compte, l’achèvement de l’impérialisme britannique, non seulement dans la colonie d’origine des rédacteurs, mais plus généralement dans le monde. De fait, les journaux qui fonctionnaient grâce à des volontaires partageaient même du personnel. Ainsi, Mansûr Rif‘at, étudiant à Paris, participa à la rédaction de Bande Mataram tandis que Chattopadhya, ami de Dhingra, travailla avec des confrères égyptiens à la rédaction de leurs articles et discours en anglais (Farîd, 1978, p. 378). Les publications coopéraient également pour passer à travers les mailles des douanes coloniales et des censeurs. Par exemple, on découvrit à l’intérieur d’un numéro du Gaelic American en Inde française (Pondichéry) des numéros de Indian Sociologist et Bande Mataram18. Cette alliance de l’imprimerie nationaliste (nationalist printing), voire du « capitalisme d’imprimerie », indique un programme commun plus vaste. Bien que ces journaux ne fussent pas capitalistes, ils rapportaient un bénéfice grâce à un élément commun : la création d’une communauté imaginée partagée à travers des publications populaires ou de masse. Ce qui explique mon usage du terme « imprimerie nationaliste » à la place du « capitalisme d’imprimerie » de B. Anderson.

  • 19 FO 141/802, p. 6.

18En réponse à Ashish Nandy à propos de l’ambivalence de la rencontre coloniale (Nandy, 1989), j’estime qu’un effet contraire était également à l’œuvre. Alors même que les élites du monde colonial devenaient de plus en plus « anglaises » ou « françaises », elles devenaient simultanément plus « indigènes ». Le seul fait de quitter leur pays les rendait plus conscientes de leur nationalité, tout comme le statut de minoritaire et de citoyen de seconde zone leur permettait de percevoir les injustices qui pouvaient être naturellement acceptées dans leur pays d’origine. Un certain sens de la solidarité était entretenu naturellement non seulement entre étudiants de la même colonie, mais aussi avec les étudiants d’autres colonies, aux préoccupations politiques et sociales très similaires. Le temps était à l’autoévaluation des colonisés et à une redéfinition des individus et de la nation. Ces processus devaient recevoir soutien et réactions, plus favorables quand ils provenaient de sympathisants que de « suzerains » ou même des familles restées dans le pays d’origine. La mère de Wardâni, par exemple, fut choquée d’apprendre les activités de son fils et maudit les nationalistes de l’en avoir « persuadé », alors que nombre d’entre eux lui avaient rendu visite pour exprimer leurs condoléances et lui proposer de contribuer à un fonds pour l’aider financièrement. On rapporte que son oncle, qui l’avait pris en charge après le décès de son père, s’était montré « extrêmement coopératif » avec les autorités pour arranger la détention et l’exécution discrète de son décevant neveu19. De même, le père de Dhingra répudia publiquement son fils par une lettre lue à la cour qui le condamna. Jum‘a résume bien cet état de fait, quand il note en 1909 : « Mes liens avec l’Égypte à travers ma famille sont faibles, mais ceux me liant au patriotisme sont forts et font battre mon cœur » (Jum‘a, 2000, p. 173).

  • 20 NAI-Home, Political B, juin 1912, #37-40, p. 12.
  • 21 NAI-Home, Political B, octobre 1910, #1-8, CID Weekly Report, 6 septembre 1910. Le « nationaliste e (...)
  • 22 En toute honnêteté, il faut noter que cette indifférence à l’identité confessionnelle fut sapée pen (...)

19Le fait d’être étrangers et éloignés de leur réseau de soutien naturel donna également aux étudiants l’occasion de dépasser les différences intercommunautaires et entre mouvements nationalistes, le dénominateur commun du statut de colonisé l’emportant. Les expatriés représentaient en effet tous une petite minorité dans une société étrangère, dominante et souvent menaçante. Nombre des alliances décrites ci-dessus semblent se fonder sur des amitiés personnelles, sans aucun doute naissant plus facilement entre « colonisés » à l’étranger qu’entre un natif et un étranger au sein d’une colonie. Ainsi, Chattopadhya déménagea dans le même immeuble que Farîd à Paris pendant la réorganisation de son appartement20, tandis qu’un autre « extrémiste » indien s’arrêta en Égypte, sur le chemin du retour en Inde, après l’obtention de son diplôme, pour rendre visite à un ami égyptien connu pour son « fort nationalisme »21. Il est intéressant de noter que les liens d’amitié les plus forts entre colonisés unissaient des musulmans égyptiens et des hindous indiens, loin du spectre « panislamique » ponctuant les écrits britanniques de l’époque22. Le fait que des étudiants se lient d’amitié pendant leur séjour à l’étranger n’a en soi rien de notable. En revanche, le fait que des militants nationalistes de différentes colonies se rencontrent à l’époque où ils organisent leur programme contre l’impérialisme britannique l’est davantage. Amitié ou conspiration, il est difficile de le dire aujourd’hui encore. J’estime que pour les jeunes expatriés égyptiens avant la guerre, l’une et l’autre ne devaient guère se distinguer.

  • 23 Daily Telegraph, 24 juillet 1909, p. 1

20Le rôle de la métropole dans la connexion entre les deux meurtres mentionnés est également significatif. Il n’est pas non plus surprenant que la violence politique et l’assassinat ciblé semblent être les premières importations visibles de l’Inde vers l’Égypte. C’est exactement de ce sujet que discutaient les salons d’expatriés et les congrès tenus dans les métropoles, comme l’indique à plusieurs reprises le directeur des services de renseignements de la police criminelle britannique (British Criminal Intelligence). Krishnavarma, du Indian Sociologist, avait écrit au Daily Telegraph de Londres après l’assassinat de Curzon-Wyllie pour affirmer que « l’assassinat politique n’est pas un meurtre »23. En envoyant ce courrier, il était sûr de ne plus pouvoir retourner en Angleterre et il fit de l’éditeur du Sociologist le premier Anglais à être jugé en raison de ses sympathies pour le nationalisme indien. Étant donné l’irruption récente « d’actes de violence » (i.e. attentats à la bombe) en Inde, même contre les autorités britanniques, un soutien aussi affiché à la violence ne pouvait être protégé y compris sous la législation peu stricte régissant la presse en Angleterre.

  • 24 Public Records Office, Home Office, 191/180952, p. 10.

21Ainsi, pendant que Wardâni affirmait ne pas agir au nom du Parti nationaliste, il agissait en fonction du milieu auquel il avait été exposé et des idéaux développés par sa fréquentation de nationalistes égyptiens et autres en Europe, et non en Égypte, quelle qu’eut été la ferveur nationaliste dans sa patrie. Les étudiants qui se réunissaient dans les métropoles coloniales discutaient des révolutionnaires russes et des textes de Mazzini. Gandhi était encore en Afrique du Sud et le concept de résistance passive n’avait pas encore été introduit dans le lexique politique. En 1909, Wardâni demanda au président de la société égyptienne de Lausanne de contacter deux sociétés secrètes pour obtenir des ouvrages sur les « principes anarchistes (mabâdi’ al-fawdawiyya) ». Selon al-Saghîr (1987, p. 79-80), Wardâni souhaitait non seulement obtenir les ouvrages, mais également l’expertise des membres de ces sociétés. Ce n’est pas sans raison que le journal Al-Mu’ayyad considéra le choix de la violence politique adopté par Wardâni comme une conséquence directe de son éducation occidentale (cité par Selkaly, 1977, p. 123). Dhingra le dit dans sa dernière déclaration un an auparavant : « la seule chose à apprendre en Inde désormais est comment mourir »24. Il est clair que la leçon avait également été apprise en Égypte.

Conclusion

22Cet article ne cherche pas à démontrer le rôle primordial des étudiants dans le mouvement nationaliste égyptien, ce qui a été largement décrit par des historiens bien avant l’auteur. Je ne cherche pas non plus à indiquer que plusieurs leaders nationalistes ont étudié en Europe, réalité bien connue pour ce qui concerne les nationalistes égyptiens et ceux de la plupart des autres pays du tiers-monde. Enfin, il ne s’agit pas non plus de dire que ce sont les seuls effets de « l’air de liberté qui soufflait en Europe » ou de « l’éducation libérale » sur la classe des effendis égyptiens ou des babus indiens qui ont alimenté les aspirations nationalistes dans les colonies, une antienne entendue depuis le début du xxe siècle.

23Ce texte cherche plutôt à montrer que le rôle des étudiants fut crucial, pour des raisons sociologiques et pratiques, dans le développement et l’organisation du mouvement égyptien naissant. En pratique, le fait de se trouver en Europe donnait aux hommes une liberté de mouvement, d’association, d’organisation, de publication et de protestation complètement inimaginable dans leur propre pays. Nous avons vu comment les lois sur la liberté de la presse causaient un casse-tête permanent aux douanes et aux censeurs britanniques ; les écrits subversifs devaient alors être interceptés à l’entrée des colonies et non à leur source. De même, les garanties de liberté d’association et l’habeas corpus en Europe permettaient aux étudiants de travailler activement contre les autorités au grand jour, tant qu’ils n’étaient pas pris en flagrant délit de révolte physique. Autorisé en Europe, le seul fait d’appeler à la révolte était illégal dans les colonies.

24Nous pouvons également constater combien l’Europe a joué un rôle important dans le développement de la « communauté imaginée » de Benedict Anderson. Bien que le véhicule ne fût pas le « capitalisme d’imprimerie » d’Anderson, ce fut une communauté fondée sur l’imprimerie. Les journaux participèrent considérablement à la création et à la présentation d’une communauté d’idéaux et d’objectifs partagés à travers le temps et l’espace. Les archives des services de renseignements britanniques confirment qu’ils étaient largement diffusés dans les colonies malgré les efforts continuellement engagés pour les arrêter. Le fait que des nationalistes d’autres colonies – indiens, irlandais et autres – participaient à la production et à la consommation des journaux nationalistes égyptiens atteste significativement d’une communauté et d’une conception partagée d’un nouvel ordre mondial, certainement très similaire à celui décrit par les malheureux Quatorze points du Président Wilson énoncés après la Guerre. L’absence de réalisation de cet idéal ne nie pas les preuves évidentes de son existence et de sa capacité à motiver ces hommes.

25Sur le plan sociologique, ces jeunes gens idéalistes et inexpérimentés vivaient loin de leur réseau de soutien habituel et dépendaient étroitement les uns des autres en tant que minorité étrangère et souvent méprisée. Cette interdépendance créait un sens de la solidarité et d’une mission commune nourrie par les principes libéraux et humanistes glorifiés par les classes instruites en Europe. Ils devaient également être conscients que ces principes, quoique visiblement affichés, n’étaient pas mis en pratique dans leurs pays d’origine. Outre les leçons acquises par l’expérience sur la réalisation inégale des visions du libéralisme humaniste européen, ces jeunes gens étaient aussi – et selon moi de manière plus significative – exposés aux indigènes d’autres colonies vivant le même type de révélations. Dans les universités européennes, ces colonisés de tout l’empire se découvrirent un point commun qui fit naître une conscience internationale et historique faisant gagner à leurs mouvements nationalistes respectifs plus d’ampleur et de profondeur que n’auraient pu leur en donner des appels à des causes nationales plus réduites, alimentés par des citations de Voltaire et Rousseau.

26La communication et la coopération établies avec d’autres nationalistes conduisirent à des actions et des politiques concrètes et, plus remarquable encore, à une « communauté imaginée » bien plus ample que la communauté égyptienne. La conséquence de ce nouveau sens de l’identité, à la fois dans l’imagination locale et dans la philosophie du leadership égyptien, fut de considérer la lutte égyptienne comme partie intégrante d’un mouvement nationaliste international plus large. La vision que les Égyptiens avaient alors d’eux-mêmes, celle d’un peuple faisant partie d’une catégorie de peuples colonisés luttant non seulement contre un occupant oppresseur mais aussi contre un système international d’impérialisme, était entretenue par les relations entre personnes et institutions formées dans les métropoles au cours des premières décennies du xxe siècle par des jeunes gens passionnés éloignés de leur patrie.

Annexes

Sources

Travaux non publiés utilisés ou cités

‘Ashmâwi Sayyid, 1980, Al-Hind min al-hukm al-isti‘mâri al-mubâshir hattâ al-istiqlâl, 1857-1947, ma‘a dirâsa hawla al-tatwîr al-mutabâdil bayna al-haraka al-wataniyya al-hindiyya wa-l-haraka al-wataniyya al-misriyya (L’Inde de la colonisation directe à l’indépendance, avec une étude sur les interactions entre les mouvements nationalistes indien et égyptien), Lectures for the Faculty of Arts, Tanta University, Égypte.

Public Records Office à Kew

Foreign Office Papers 371 : Egypt: Political Correspondence.

Foreign Office 141 : Egypt : Embassy and Consular Papers.

Archives nationales indiennes à Delhi

Foreign Department

Home, Political A ; Political B ; and Deposit

Journaux et périodiques

Bande Mataram (anglais, Genève), The Daily Telegraph (anglais, Londres), The Egyptian Gazette (anglais, Le Caire), The Gaelic American (anglais, New York), L’Humanité (français, Paris), Al-Jarîda (arabe, Le Caire), Justice (anglais, Londres), Al-Liwâ’ (arabe, Le Caire), Al-Mu’ayyad (arabe, Le Caire), Al-Muqattam (arabe, Caire), The Indian Sociologist (anglais, Londres et Paris), Talvar (anglais, Berlin), Tanin (turc, Istanbul), The Times (anglais, Londres).

Notes

1 The Indian Sociologist, août 1910, à propos de l’exécution d’Ibrâhîm Wardâni, assassin du Premier ministre égyptien Boutros Ghali, cité par Yajnik, 1950, p. 284.

2 Boutros Ghali (1846-1910) a été le premier natif Égyptien à occuper le poste de Premier ministre. Peu de temps avant sa mort, il soutint l’extension de la concession de la Compagnie du canal de Suez, proposition très impopulaire auprès de la majorité des Égyptiens. Cette prise de position et d’autres actes « de traîtrise » furent cités comme raisons de son assassinat.

3 Archives nationales, Foreign Office Papers (dans la suite du texte : FO) 141/802, p. 2.

4 FO 141/802, p. 7.

5 Al-Muqattam, 25 septembre 1909.

6 FO 371/1363, Kitchener to Grey, p. 93

7 FO 371/1363, Note from India Office to Grey, p. 65.

8 Tanin, 23 février 1910.

9 Egyptian Gazette, 21 février 1910, p. 3. Dhingra a également tué un homme qu’il considérait comme l’ennemi de sa nation devant de nombreux témoins à l’Imperial Institute de Londres. Sa victime, Sir William Curzon-Wyllie, était l’aide de camp politique du secrétaire d’État pour l’Inde et était resté en poste en Inde pendant de nombreuses années. Dhingra affirma que son exécution inspirerait la nation pour agir contre l’occupation britannique, une idée que Wardâni exprima également dans FO 141/802, p. 4.

10 Archives nationales du India Foreign Department (désormais NAI-FD), External B, jan. 1911 #549, p. 17-18.

11 ‘Abd al-‘Azîz Jawîsh (1872-1929) a été condamné à trois mois de détention pour un article sur l’anniversaire de Dinshaway, lieu d’atrocités britanniques quatre ans auparavant, dans lequel il fustigea non seulement l’occupation mais les Égyptiens qui en étaient complices, notamment Boutros Ghali.

12 Egyptian Gazette, 21 février 1910, p. 3.

13 Muhammad Farîd (1868-1919) était un avocat réputé qui consacra son énergie et sa fortune personnelle au Parti nationaliste formé par Mustafa Kamil en 1899. Il finança la création de l’organe du parti Al-Liwâ’ et prit la direction du parti après le décès inattendu de M. Kamil en 1908. Il quitta l’Égypte en 1912, après une condamnation par contumace pour articles séditieux et passa le reste de sa vie entre Genève et Berlin. Il mourut à Berlin en 1919 pendant qu’une révolution populaire se déroulait contre l’occupation en Égypte sous la direction d’un nouveau parti, le Wafd.

14 Jean Longuet (1876-1938) était un important dirigeant socialiste français. Petit-fils de Karl Marx, il dirigea la Section française de l’Internationale ouvrière (SFIO) et le journal du parti L’Humanité.

15 Shyamaji Krishnavarma (1857-1930), figure de proue du mouvement indien « extrémiste », institua un internat, l’India House, qui devint un centre d’organisation nationaliste. Après avoir quitté l’Angleterre, Krishnavarma s’installa à Paris de 1897 à 1907, probablement pour éviter des poursuites judiciaires britanniques. En son absence, l’India House fut gérée par V. D. Savarkar et resta étroitement liée à Krishnavarma tant sur le plan philosophique que financier.

16 James Keir Hardie (1856-1915) joua un rôle déterminant dans le financement du premier parti travailliste indépendant en 1882. En 1892, il fut le premier député travailliste de Grande-Bretagne à entrer au Parlement revêtu d’un casque de mineur et d’un costume en tweed. En 1914, quand la Première Guerre mondiale éclata, il présidait la section britannique du bureau de l’Internationale socialiste.

17 National Archives of India, Home Department (désormais NAI-Home), Political B, novembre 1910, #17-24, Weekly Report of the Director of Criminal Intelligence (désormais CID Weekly Report), 18 octobre 1910, p. 17.

18 NAI-Home, Political B, novembre 1910, #17-24, CID Weekly Report, 11 octobre 1910, p. 10.

19 FO 141/802, p. 6.

20 NAI-Home, Political B, juin 1912, #37-40, p. 12.

21 NAI-Home, Political B, octobre 1910, #1-8, CID Weekly Report, 6 septembre 1910. Le « nationaliste extrémiste égyptien » n’était autre que Hâmid al-‘Alâyli, qui prit la parole au Congrès de la jeunesse de Genève en 1910 et aurait comploté l’assassinat de Kitchener quelques années plus tard.

22 En toute honnêteté, il faut noter que cette indifférence à l’identité confessionnelle fut sapée pendant la Première Guerre mondiale, quand de nombreuses personnes, citées dans l’article, travaillèrent contre les Britanniques à partir de Berlin et Istanbul. L’emphase des Ottomans sur la solidarité panislamique n’inspira pas la confiance ou le soutien des hindous indiens, bien qu’ils furent également financés par les Ottomans et le ministère allemand des Affaires étrangères.

23 Daily Telegraph, 24 juillet 1909, p. 1

24 Public Records Office, Home Office, 191/180952, p. 10.

Auteur

historienne, enseignante à Colgate University, New York

Leïla Tahir (Traducteur)

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable