Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jeunesses des sociétés arabes

 | 
Mounia Bennani-Chraïbi
, 
Iman Farag

Constitution de la jeunesse dans les sociétés arabes : figures, catégories et analyseurs

Mounia Bennani-Chraïbi et Iman Farag

Texte intégral

1Ce livre n’est pas un nouvel essai sur les maux de la jeunesse. On n’y trouvera ni dénonciation, ni compassion ni pronostics. Modestement, ses auteurs se penchent plutôt sur les modalités de constitution de la jeunesse dans les sociétés arabes, comme objet de savoirs, catégorie ou problème social, sans pour autant renoncer à l’appréhender en tant qu’analyseur. Moins qu’un état des lieux et plus qu’un tour d’horizon rapide, cette introduction tente de montrer en quoi et comment les contributions que réunit cet ouvrage se situent avec et contre des séries d’objets, d’approches et de questions. S’agissant de jeunesses, nombres de travaux incitent à se méfier de l’évidence et ce même principe préside aux propositions que regroupent ces quelques pages.

2Question de délimitation d’abord : c’est quelquefois avec d’autres découpages que la somme des 22 États membres de la Ligue arabe que l’on désigne certaines composantes de cette construction sociale et historique qu’est le « monde arabe ». L’Afrique du Nord et le Moyen-Orient en sont des exemples. Si « monde » arabe il y a, c’est de par ses interactions intenses, souvent conflictuelles, ou encore de par les visées ou regards extérieurs qui le constituent en tant que tel (Picard, 2006). Il suffit de songer à la visibilité nouvelle des sociétés dites « émergentes » du Golfe : par ce qu’elles engagent en termes de connexions et de flux, ces sociétés re-questionnent à leur tour les frontières du monde arabe.

3Les limites du corpus ensuite ; un état des savoirs « dans/sur » les sociétés arabes ne saurait ignorer les interactions différenciées des communautés savantes. La recherche sur le Maghreb procède d’une histoire qui n’est pas celle de l’ensemble des sociétés arabes. À une confortable mise à plat, on préfère un couplage quelquefois ardu et volontariste entre des corpus hétérogènes, asymétriques, qui ne s’expriment pas dans les mêmes langues et dont les conditions de production – académiques notamment – sont ô combien contrastées. Peut-être le lecteur en déduira-t-il au final que, au-delà des différences de langue et de langage, de la variété des méthodologies et des paradigmes dominants, les agendas de recherche, eux, répondent aux mêmes injonctions.

4C’est que, on y reviendra, il est des configurations face auxquelles il est illusoire d’arguer de la pureté originelle des savoirs produits par les sciences sociales. S’agissant de jeunesse, on connaît les collusions entre médias, recherche, expertise et discours politiques. Il n’est pas tant ici question de relancer une dénonciation convenue, que de déplacer le regard vers les interactions entre auto-représentations des acteurs sociaux et discours des social scientists.

5Autre limite enfin, celle qui a trait à l’objet, fuyant par définition : on entrevoit ce qu’aurait d’extensible un corpus couvrant tout ce qui concernerait des acteurs qui se trouvent être « jeunes », sans que cela ne constitue pour autant leur caractéristique première. Inversement, tout ce qui est qualifié de « jeune » ne l’est pas forcément au regard de l’âge biologique. Sans prétention d’exhaustivité donc, cette introduction est un exercice de lecture rétrospectif des contributions que regroupe cet ouvrage et d’un état sélectif de la littérature.

Figures dans l’histoire, objets de savoirs

  • 1 « Unanimisme dans la revendication nationale, puis recherche dispersée et polémique dès les premier (...)
  • 2 Sur la spécificité de la mise en œuvre de ces dispositifs en contexte colonial, voir : Bancel, Deni (...)

6Explorons à présent les figures que prennent les jeunesses à travers l’histoire récente des sociétés arabes. On s’en tient à une périodisation politique approximative1, à laquelle échappent des pans entiers de la dynamique sociale, mais qui correspond aux interrogations suivantes : jeunesse menace ou jeunesse promesse ? Fardeau ou porteuse du flambeau ? Êtres fragiles à moraliser, masse grondante à maîtriser, « capital social » ou richesse de la nation ? La notion même de jeunesse recoupe sans doute tout cela à la fois, avec des nuances selon les moments et les contextes. C’est dire l’ambivalence qui traverse les dispositifs d’encadrement2 : l’association, le mouvement scout, l’équipe sportive, la section jeunesse de tel ou tel parti, son école des cadres, ou tout simplement l’école, sont bien les relais d’un ordre social. Les effets sont eux plus mitigés et plusieurs contributions analysent les soubassements de ces dispositifs historiquement situés et les conditions dans lesquelles des sociétés se mettent à penser leurs jeunesses comme objets de fierté, d’inquiétude, de savoir ou d’encadrement.

Le temps des luttes pour l’indépendance

7C’est d’abord en liaison avec les luttes d’indépendance nationale qu’apparaissent les jeunes. Dans sa contribution sur la jeunesse rurale marocaine, Hassan Rachik suggère un lien entre l’apparition du mot shâbb (jeune) et le mouvement national. Dans divers écrits de Jacques Berque sur l’Orient arabe, le leitmotiv jeunesse revient souvent, celle-ci étant en quelque sorte le symptôme de sociétés clivées entre tradition et modernité, qui se cherchent, non sans « malaise existentiel » (Berque, 1960 ; 1980). La classe d’âge et ses figures diverses occupent une place de premier plan dans la relecture par Omar Carlier de l’histoire nationale algérienne. En rapport étroit avec la citadinité et la scolarisation, elle émerge en tant que force sociale, cent ans après le début de la colonisation, mais elle n’est alors appréhendée qu’à travers le stéréotype colonial du petit cireur (yaouled) (Carlier, 1995, p. 49).

8Dans cet ouvrage, deux contributions portent sur la jeunesse et les indépendances nationales et l’arrêt sur image révèle la diversité des situations. Noor Aiman-Khan traite des réseaux étudiants égyptiens en Europe à la veille de la Première Guerre mondiale. Envoyés à Londres ou à Paris pour en revenir bardés des diplômes qui feront d’eux les élites d’une Égypte sous occupation, ces jeunes lettrés se lancent dans une activité subversive au cœur même de l’empire. Plus largement, cette étude s’inscrit dans une recherche sur les interactions entre nationalismes égyptien et indien. Tout en retraçant les effets de retour de cette action au sein des pays colonisés, l’auteur suggère qu’avec l’avènement de la Première Guerre mondiale, puis le démantèlement de l’Empire ottoman, on retrouve toujours des étudiants égyptiens à Istanbul et Berlin notamment ; mais à l’image des empires qu’ils combattent, les réseaux ne se reconstituent pas à l’identique. Il y a là de quoi nourrir une réflexion sur les ressorts d’un transnationalisme qui n’a pas attendu « l’heure de la mondialisation » pour se manifester.

  • 3 Le nom retenu s’inspire de l’histoire musulmane. Au cours du Moyen-Âge, il renvoie à des « jeunes v (...)

9C’est un autre moment du mouvement nationaliste qu’on retrouve dans la contribution de Peter Wien sur le nouveau modèle de la jeunesse irakienne dans les années 1930. De par ses traits, celui-ci évoque l’engouement européen pour la disciplinarisation de la jeunesse dès la fin du xixe siècle et l’auteur s’arrête aussi bien sur les occurrences du scoutisme irakien que sur les hypothèses de George Mosse sur la masculinité et le nationalisme. De par le moment de sa constitution – les années 1930 – et ses manières de faire, – plus fascistoïdes que fascistes et P. Wien insiste sur ce point, objet d’une enquête plus élargie – la futuwwa3 irakienne partage des traits communs avec nombres de mouvements semblables dans d’autres pays arabes. À cette différence près que celui-ci est un mouvement officiel constitué par l’État irakien vers la fin des années 1930. Dans quelles conditions l’ordre se transforme-t-il en rébellion ? Il faut pour cela d’une part la guerre anglo-britannique éclair de mai 1941 et la réoccupation de l’Irak, de l’autre la parenthèse non moins brève de violences occasionnées par la mobilisation des jeunes irakiens contre les élites dominantes. Entre les premiers et les seconds pourtant, le contentieux est plus diffus et Peter Wien avance l’hypothèse d’un conflit de génération, qu’il étaye en revenant longuement sur les biographies et écrits de trois leaders irakiens. Promue par le pouvoir, la mobilisation des jeunes se retourne contre les élites dominantes et la remise en cause de l’ordre passe par ces mêmes termes qui cherchaient à l’établir.

10Reste à relever cette expérience commune à plusieurs sociétés arabes dans les années 1930 : l’irruption d’une jeunesse – sous des formes quelquefois violentes – dans l’espace public. Nombre d’écrits retracent la constitution des sections jeunesses/milices liées aux mouvements politiques et, s’agissant de l’Égypte, Jacques Berque évoque des politiciens qui « jouent les apprentis sorciers » (Berque, 1967, p. 477) en déchaînant une force qu’ils ne peuvent maîtriser. Entre spontanéité et instrumentalisation, et sous réserve de restituer la variété des situations, on retiendra plutôt l’épisode des années 1930 comme l’une des expressions maximales de cette tension à laquelle on a fait allusion plus haut : la jeunesse est à la fois menace et promesse. C’est ce que suggèrent par exemple les relectures des « années de jeunesse » (1936-1937) en Égypte. Il faudrait pouvoir remettre en scène ce Caire où essaiment des bandes organisées – non pas de hors-la-loi mais de jeunes étudiants – qui pour les uns sèment le désordre et qui, du point de vue de leurs dirigeants, entendent rétablir l’ordre, voire l’ordre moral, en politique (Farag, 1999). Ce qu’il faut retenir de la variété égyptienne est en gros la rencontre fortuite entre deux séries causales indépendantes : les jeunes – que l’on pourrait qualifier ici d’éduqués – ont du mal à trouver des emplois et rechignent à reconduire allégeance et loyauté envers une élite politique perçue comme corrompue et complaisante à l’égard de la mainmise britannique (Delanoue, 1985, p. 19-30). « Panne d’intégration » dirait-on aujourd’hui. Là où sont réunies les conditions d’un écart entre deux générations, il faut pourtant admettre que ces jeunes turbulents émeuvent. Inacceptables dans la forme, leurs revendications sont légitimes. Il en va du fonds commun qu’ils partagent avec les aînés – le nationalisme horizon obligé de tout discours légitime – comme il en va de ce que représentent ces jeunes éduqués : richesse de la nation proprement dite.

  • 4 Fanny Colonna attirait ainsi l’attention sur le fait que l’effendi (urbain, éduqué) égyptien, figur (...)

11Dans cet ouvrage même, une question complémentaire se pose : quelle est donc cette jeunesse que produit le moment des indépendances nationales4 ? Dans sa contribution sur l’Égypte, Iman Farag soutient que c’est du statut d’éduqué que découle l’état de jeunesse dans un pays majoritairement analphabète. D’où le sens que prendrait rétrospectivement un ouvrage sur « la jeunesse intellectuelle » d’Égypte au lendemain de la Seconde Guerre mondiale (Makarius, 1960) : dans ce « témoignage distancié », il n’est de jeunesse qu’intellectuelle.

12Nationalisme et éducation, lequel des deux produit ce qui à un moment donné est désigné comme « la jeunesse » ? En deçà de chronologies souvent proches et de ce fait trompeuses, la diversité des histoires nationales est telle que l’on ne peut se résoudre à une réponse unique : ici comme ailleurs, la définition des enjeux et des figures dépend des groupes qui, à un moment donné, ont le pouvoir de raconter et d’imposer ce récit qui commence par « nous ». Celui-là même qu’on retrouve au lendemain des indépendances, car le décor est déjà planté.

À l’heure du pouvoir national

13« Les jeunes des années 1930 sont au pouvoir » (Berque, 1960, p. 244). Si le champ d’action de l’avant-garde se déplace avec les indépendances, la sollicitation d’exemplarité en direction des jeunes est la même et le combat contre l’arriération a pris le pas sur la lutte contre l’occupation. Intellectuels engagés et militants d’opposition n’hésitent pas à considérer la jeunesse comme « porte-parole », constituant à la fois un « enjeu », une « expression », et une « conscience » (Alioua, 1984, p. 187). Mehdi Ben Barka, leader de la gauche marocaine, voyait dans cette classe d’âge un « ferment révolutionnaire ». Il en est de même des paragraphes que la Charte nationale algérienne de 1976 consacre à la jeunesse. Dans les sociétés qui ont connu ladite parenthèse de « transition socialiste », c’est par le haut, en lien avec l’organisation politique unique ou le parti dominant, qu’est tentée la mobilisation des jeunes, métonymie des « masses ». Un ouvrage égyptien retrace l’histoire de la très controversée Organisation de la jeunesse socialiste (Shukr, 2005) constituée au début des années 1960. Ces expériences sont liées au système politique, elles durent tant que dure celui-ci, elles en sont le bras long et, en même temps, et paradoxalement, le principal laboratoire de formation des cadres qui, longévité et professionnalisation politiques aidant, occupent les devants de la scène politique plus d’un quart de siècle plus tard. Les centres de jeunesses égyptiens, dont Assia Boutaleb étudie dans cet ouvrage le destin, sont une réminiscence des années 1960, réaffectée à de nouveaux usages.

  • 5 Pour le cas de la Turquie, Leyla Neyzi (2001) a passé en revue les images successives dont la jeune (...)

14Parallèlement au discours politique, les études académiques, imprégnées par les théories de la modernisation et du développement, présentent « la » jeunesse comme le moteur du changement social et politique, et comme porteuse des valeurs de la modernité, souvent à coloration nationaliste ou de gauche, mais confrontée aux résistances de la société patriarcale5 (voir dans ce livre la contribution de Mounia Bennani-Chraïbi). Pour reprendre un terme d’époque, on parie sur « l’effet d’entraînement » qui fera des jeunes les éducateurs de leurs parents. Il faut enfin s’arrêter sur un moment qui n’est pas sans rappeler les années 1930. À une trentaine d’années d’écart, et précédant parfois de quelques mois les événements « mondiaux », (dès novembre 1967 au Caire), certaines sociétés arabes ont eu leur année 1968 (sur la Tunisie, Dhifallah, 2004, p. 313-324 ; sur le Maroc, El Ayadi, 1999). Les contestations des gauches estudiantines (sur le Liban, Favier, 2004) sont à l’image des régimes auxquelles elles s’opposent et dont elles sont les produits, les « fils de la révolution » et ses « hommes nouveaux ». En Égypte, les étudiants protestent contre la défaite militaire face à Israël en 1967, contre les nouvelles classes enrichies à l’ombre de la transition socialiste et la mainmise des appareils policiers. Leurs revendications frappent au cœur – il suffit pour s’en convaincre de revenir aux discours d’époque de Nasser – car elles ne font que rappeler ce qu’ont été les promesses des régimes (Abdallah, 1985). C’est rétrospectivement qu’on prend la mesure de cet imaginaire mondialisé où l’émergence du Fatah rencontre la défaite des États-Unis au Vietnam ou l’assassinat du Che. Figures et moments célébrés d’ailleurs par le couple Najm & Imam – un chansonnier et un parolier venus des bas-fonds de l’Égypte – qui trouve un écho dans toutes les capitales arabes. Certes, ils ne sont pas connus de tous les jeunes arabes. C’est pourtant leur jeune public – majoritairement urbain, contestataire et éduqué – qui vaut pour emblème d’une époque.

Au prisme de « la crise »

15À autres temps autres jeunesses : du moment décrit plus haut, si proche et si lointain à la fois, on n’aura retenu que ce que d’aucuns ont appelé « l’échec des grands desseins » ou « la fin d’un grand récit ». L’avenir prometteur n’étant plus tracé, ce qu’on évoque des jeunesses ce sont moins les promesses que les aléas et les effets pervers, sinon les menaces. Les sciences sociales, elles, font moins confiance au « cours de l’histoire » et aux déterminismes sociaux. Elles s’intéressent aux jeunes de manière plus massive, et de nouveaux terrains acquièrent une visibilité plus importante. Enfin, et bien que les clivages ne soient pas nets, les mêmes objets engagent des postures de recherche différentes : décrire, dénoncer, déplorer ou encore prédire pour prévenir.

  • 6 Philippe Fargues note une seule exception (les économies rentières n’en constituent plus une) : cel (...)

16Ainsi en est-il de l’approche démographique des jeunesses dans le monde arabe. Nombre de recherches ont mis en évidence une transition démographique, tout en relevant les rythmes différenciés et les exceptions. Bien que celle-ci se soit produite, en moyenne, en une génération, et que le taux de fécondité ait commencé à baisser un peu partout6, Philippe Fargues (1994) observe une « rupture démographique », provoquée par l’arrivée massive sur les marchés de l’emploi et du logement, des générations qui ont vu le jour après les indépendances et, notamment, des cohortes nées dans les années 1970, dont le poids n’a jamais été et ne sera plus jamais aussi important. La pression démographique est persistante du fait même de la généralisation progressive des demandes en matière d’enseignement, de logement, de santé. En contrepartie, cette même jeunesse constituerait une « fenêtre démographique », puisqu’elle permettrait d’augmenter, dans un horizon proche, la part de la population active… si seulement elle trouvait à s’employer (et à partir de là, se qualifier, se loger, etc.) (Shukair, 2004). Met-on plus en évidence les crises du présent ou les perspectives plus optimistes du futur ?

17Quoi qu’il en soit, la « crise » découle du décalage existant entre la proportion croissante des actifs et la faiblesse relative de production d’emplois et d’infrastructures. Dès les années 1980, l’un des thèmes dominants est le « chômage des diplômés ». Si la croissance des effectifs des universités est valorisée, les problèmes qu’elle suscite, surtout en termes de désenchantements n’en sont pas moindre (Sultana, 2001). Alors même que l’éducation est loin d’être généralisée, les diplômés subissent le « déclassement ». Dans un premier temps, ce sont essentiellement les filières juridique et littéraire qui sont touchées, mais les plus prestigieuses ne sont pas à l’abri.

  • 7 Toute une série de travaux ont montré la fragilité de ces « seuils », sur la France, voir notamment (...)

18La question de l’insertion des diplômés a essentiellement préoccupé les économistes et les sociologues du travail. Sur la base d’études quantitatives, des chercheurs ont essayé de déterminer les variables qui favorisent l’insertion dans le marché du travail marocain et de mesurer l’efficacité de celui-ci, son aptitude à « reconnaître la qualification des individus » (Montmarquette, Mourji, Garni, 1996, p. 37). Certains ont cherché à « décrire les modes d’insertion en termes de trajectoires » (Bougroum, Ibourk, Trachen, 2002, p. 58). D’autres enfin ont tenté une mesure des attentes en fonction des investissements consentis (Foster et Howard, 2000, cité par Tourné, 2003). Des sociologues et des politologues ont mené une réflexion pointue sur le devenir des diplômés, prenant en compte les processus en œuvre au sein de la société (crise du secteur public, stratégies de distinction sociale, solidarités familiales, etc.), au croisement entre les dimensions économique, sociale, pédagogique, politique et transnationale (Geisser, 2000). Pour qui prend le temps de les interpréter (Tourné, 2003), des approches quantitatives (Amer, 2002) renouvellent les termes de l’analyse : ce qu’on appelait pompeusement « l’entrée dans la vie active », n’est pas irréversible7. On est loin de l’imagerie du seuil franchi solennellement. Le binôme actif/inactif résiste mal à l’épreuve des pratiques et, du coup, c’est la notion même d’insertion qui se révèle lourde de présupposés normatifs. Karine Tourné (2001) a privilégié une approche qualitative et longitudinale aussi attentive aux itinéraires professionnels qu’aux biographies familiales, de manière à rendre compte des modalités de gestion de l’incertitude au quotidien face à l’ensemble des grandes transformations.

19La « crise du mariage » résulterait de l’intrication de ces phénomènes : crise de logement, difficulté d’insertion professionnelle d’une part et allongement de l’éducation y compris celle des femmes d’autre part (Nadim, 2001). Des démographes ont relevé la variété des situations qui accompagnent les mutations de l’âge au mariage et l’installation dans le célibat définitif inégalement réparti dans les sociétés arabes (Rachad et Othman, 2001, p. 20-50). Est alors posée la question sur le statut social de cette « condition », voire des interrogations prospectives sur de nouvelles formes de la famille, notamment dans les sociétés du Maghreb, en interaction forte avec l’Europe (Shukair, 2004). S’agissant de la Tunisie, des analyses mettent en lien statut personnel, condition féminine et baisse de la fécondité (Hamza, 2004). Pour l’Égypte, Karine Tourné (2003) décrit la nature de la transition en matière de nuptialité. Alors que certains auteurs ont montré à quel point le mariage est une entreprise familiale (Singerman, 1997 ; Hoodfar, 1999), elle observe la difficulté de reproduire le « modèle générationnel socialement prescrit » ainsi que les nouvelles pratiques amoureuses et matrimoniales.

  • 8 Les premiers travaux de Gilles Kepel s’inscrivent dans cette tendance. Pour une inflexion tourainie (...)

20Mobilisant des chaînes explicatives plus ou moins longues, les approches générationnelles structurent ouvertement – ou de manière latente – de nombreux travaux sur l’islamisme8. Pour Philippe Fargues :

la démographie a planté le décor d’une compétition horizontale entre pairs et d’un conflit vertical entre générations […] L’homme ne domine plus la femme. Le père ne domine plus ses fils, eux-mêmes entrés dans une compétition inédite qui les oppose les uns aux autres. L’ordre patriarcal de la famille est sérieusement ébranlé, et avec lui, […] l’ordre « néo-patriarcal » de la société entière […]. C’est sur cette toile de fond que s’inscrit une contestation qui, au nom de la religion, prône la restauration d’une distinction des sexes, codifiée par la chari’a mais déjouée par les tendances lourdes de l’évolution sociale, et récuse la pertinence d’une hiérarchie des générations, héritée de l’ordre tribal de la jahiliyya [période préislamique]. (Fargues, 1994, p. 190)

21Concernant l’Algérie, des chercheurs ont souligné l’importance du rôle joué par la « génération des cadets » dans l’émergence du Front islamique du salut, dont toute chance de mobilité ascendante a été bloquée par « la prédominance de la logique des apparatchiks » (Burgat, 1995, p. 176 ; voir aussi Labat, 1995).

22Toutes les crises ne se traduisent pas obligatoirement par des expressions politiques et ces dernières ne sont pas les simples reflets de crises. Derrière cette articulation – quand elle se produit – il y a tout un travail. Des hommes finissent par s’identifier comme « exclus » ou ayant-droits et par se reconnaître dans l’un ou l’autre langage revendicatif légitimé par la quête d’un bien public. On n’entend pas ici faire l’inventaire des travaux sur l’islamisme ; simplement, dans nombre de travaux qui le perçoivent comme phénomène de jeunesse, ne serait-ce que partiellement, domine le paradigme de la frustration, du cumul des crises (Fillieule, Bennani-Chraïbi, 2003).

23Conflit de génération, crise économique et politique auraient abouti à la production d’une contre-culture, ayant ses rituels, son langage, ses canaux de socialisation et dont l’islamisme serait le porte-parole (Merzouk, 1997). Démocratisation du religieux (dans le sens d’un accès plus large) et fragmentation de l’autorité sacrée contribueraient à la remise en cause des hiérarchies dominantes (Eickelman et Piscatori, 1996). C’est la thèse que développe Pascal Ménoret dans cet ouvrage. La lecture qu’il propose de la jeunesse saoudienne perçue comme « nouvelle classe dangereuse de la mondialisation », présente des perspectives inédites. L’islamisation d’une partie de cette jeunesse n’est pas un produit de l’État qui aurait, selon l’adage de rigueur, « nourri le serpent en son sein ». Bien au contraire, c’est la visibilité du phénomène islamiste qui amène l’État à infléchir son discours et ses pratiques en faisant une plus grande référence au religieux. De la même manière, ce que l’école saoudienne produit – dans un contexte de raréfaction de la rente pétrolière – ce ne sont pas des islamistes mais des chômeurs.

Des générations politiques successives ?

  • 9 Toujours dans une perspective générationnelle, Mark Tessler (2000) a tenté, à partir d’une étude qu (...)

24La notion de « génération politique » est donc souvent utilisée pour rendre compte de l’émergence de mouvements ou de cycles protestataires plus ou moins liés à des événements fondateurs. Plusieurs générations militantes se seraient succédées : nationalistes, marxistes, islamistes, apolitiques, ou actives dans le secteur associatif9. Or, l’efficience d’une telle notion est de plus en plus remise en cause. L’une des questions principales qui se pose dans la contribution de Mounia Bennani-Chraïbi est de savoir s’il est possible de parler de générations politiques successives, chacune marquée par une période fondatrice ou par un type de conflit de génération. Comme le relevait Pierre Favre (1989), la notion de génération est difficile à définir par la quête d’un rythme de régularité ou de limites préconstruites, par un événement générateur dont l’impact rend difficile l’élaboration de frontières générationnelles. Justement, M. Bennani-Chraïbi observe que l’événement générateur ne produit pas un impact sur une génération en particulier, il peut même imprégner l’ensemble des générations militantes en présence.

25Plus globalement, l’un des objectifs de cet ouvrage consiste à revenir sur les manières de voir la jeunesse et la génération au demeurant très voisines : au travers de quels procédés, aussi bien idéels que matériels, ont-elles été construites ? Quels ont été les principaux découpages érigés ?

Constructions de la jeunesse

Fluidité des découpages

26Il est courant d’assimiler la « jeunesse » ou les « jeunes » à la catégorie des 19-25 ans. Il est même question des « 0 à 30 ans » quand il s’agit de faire ressortir leur poids dans les sociétés arabes. Et cela peut aller jusqu’à 35 voire 40 ans, si on en réfère aux conditions d’accès aux logements et crédits « jeunes » dans un pays comme l’Égypte. « L’adolescence » regrouperait les 10-19 ans selon l’enquête Transitions to Adulthood A National Survey of Egyptian Adolescents (Population Council, 1999), évoquée par Iman Farag dans sa contribution à ce volume. Ces découpages ont leur fonctionnalité politique, statistique, juridique ou administrative. Reste qu’ils laissent croire à une classe d’âge homogène. S’il importe d’être attentif à « l’hétérogénéité des périphéries », pour reprendre une formule du géographe marocain Aziz El Maoula El Iraki (2003), il existe également des raisons de se méfier de découpages qui, sous couvert de rigueur formelle, constituent des monades de jeunes. Ici ce seront « les jeunes des banlieues » et les impensés que recouvre ce vocable – quoi de plus universel aujourd’hui ? – là « les jeunes voilées », et ailleurs, c’est la définition d’une population cible, les jeunes chômeurs sans qualifications de tel quartier informel – qui sera au principe d’un découpage et contribuera à naturaliser l’existence d’un « groupe », à lui attribuer une identité, voire des problèmes identitaires.

27Les découpages des étapes de la vie et la fixation des âges n’ont rien d’évident. On est toujours trop ou pas assez jeune selon différents critères superposés, qui s’emboîtent, se heurtent et correspondent à des logiques propres. Ainsi en est-il des délimitations de l’âge pénal, de l’âge légal au mariage, des âges de l’éducation, de l’exercice des droits politiques, etc. Rappelons, avec Pierre Bourdieu, que l’âge est « une donnée biologique socialement manipulée et manipulable. […] Le fait de parler des jeunes comme d’une unité sociale, d’un groupe constitué, doté d’intérêts communs, et de rapporter ces intérêts à un âge défini biologiquement constitue déjà une manipulation évidente » (Bourdieu, 1984, p. 145). Si des « intérêts collectifs de génération » sont reconnus par-delà les autres différenciations, pour cet auteur, l’étude des questions d’âge se limite à l’observation des luttes de classement entre groupes concurrents. Les conflits ont pour enjeu principal la transmission du pouvoir et le renvoi des « déjà arrivés » à « la mort sociale ». De ce point de vue, l’âge est le résultat d’une pratique sociale, dépendant du contexte. Sa définition et sa détermination font l’objet de luttes de pouvoir entre les générations. Il n’est ni un principe de constitution de catégories sociales ni un facteur explicatif des comportements sociaux et politiques.

28Dans une démarche socio-historique, Iman Farag relève, dans cet ouvrage, que le classement par l’âge, tel qu’on l’entend aujourd’hui, n’a pas toujours existé en Égypte. En faisant de « l’éduqué » une catégorie cardinale de l’image de l’ordre social, elle montre comment un tel dispositif est introduit notamment par la scolarisation, avant de s’étendre aux autres registres de la pratique sociale. Elle souligne le caractère progressif de la standardisation de l’âge scolaire et le défi aux règlements que représentent, à l’occasion, les pratiques sociales en la matière. Cette thèse recoupe celle que soutiennent Susan Schaefer Davis et Douglas Davis (1989) au sujet d’une petite ville marocaine. D’après eux, la reconnaissance du seuil de la puberté précède celle de l’adolescence (al-murâhaqa), un concept diffusé par l’institution scolaire. Les anecdotes ne manquent d’ailleurs pas, ici et là, sur les débuts de l’école primaire, et plus particulièrement à propos des élèves auxquels la barbe pousse ou dont la poitrine pointe visiblement. Rappelons aussi les résistances. Les manifestations du 23 mars 1965 de Casablanca, qui ont fait l’objet d’une répression féroce et suite auxquelles l’État d’exception a été déclaré, n’ont-elles pas été déclenchées par la diffusion d’une circulaire interdisant l’accès au secondaire aux plus de 17 ans ?

29Plusieurs recherches ont associé l’état de jeunesse et sa prolongation au recul de l’âge du premier mariage et de la décohabitation avec la famille d’origine, seuil décisif de responsabilisation sociale (Alioua, 1984 ; Bennani-Chraïbi, 1994), résultant d’abord de l’allongement de la scolarisation et ensuite de la difficulté de s’insérer dans le marché de l’emploi. De là à promouvoir des définitions subjectivistes, repoussant indéfiniment les frontières de la jeunesse dans le temps, il n’y a qu’un pas. Dès lors, être « jeune » renverrait à un état d’esprit et à des situations bien précises : se percevoir comme un « ayant-droit » en raison du passage par le système scolaire qui donne des titres, qui laisse espérer une mobilité sociale ou du moins une place dans la société ; être maintenu dans une irresponsabilité sociale qui n’a plus rien de romantique puisqu’elle est avant tout liée à la restriction des opportunités. Or, une étude sur le milieu rural tunisien démontre que les jeunes sont loin d’avoir cessé de constituer une « garantie vieillesse » pour leurs parents et qu’ils font l’objet de véritables stratégies familiales (scolarisation, migration, etc.) (Sandron, 1998). Par ailleurs, des enquêtes invitent à questionner les notions : quand – crise du logement oblige – le mariage ne s’accompagne pas de décohabitation, quand l’intensité des transferts intergénérationnels dans les deux sens est telle qu’elle pèse sur jeunes et moins jeunes, quel peut être le sens de « l’autonomie » ou encore les critères de l’âge adulte ? C’est à juste titre que des enquêtes privilégient dès lors une observation des « pratiques de l’autonomisation » (Tourné, 2003).

30Autre terrain, autre constat : le mariage ne permet pas systématiquement l’accès au stade adulte et l’étape située entre l’enfance et l’âge adulte n’aurait pas toujours attendu l’avènement de l’éducation de masse pour être codifiée, selon la thèse défendue par Hassan Rachik dans cet ouvrage. Contrairement à ce que laissait entendre une certaine ethnologie coloniale (Hardy et Brunot, 1925, cités par Rachik), l’auteur démontre que l’on n’est pas directement propulsé de l’enfance à l’âge adulte dans la société précoloniale. Y compris dans le Maroc rural, la classification des étapes de la vie est beaucoup plus complexe. Si la capacité physiologique de se marier détermine cet entre-deux, le passage à l’âge adulte demeure profondément lié à la conception de l’ordre social et politique. En outre, il ne se configure pas de la même manière pour les deux sexes.

31D’où l’importance du genre comme dispositif de catégorisation : dans les sociétés étudiées, l’âge légal du mariage et parfois même l’âge pénal ne sont pas les mêmes pour les deux sexes. Ajoutons que de tels découpages peuvent donner lieu à des négociations et à des débats ardus : cela a pu être constaté au Maroc à l’occasion de la réforme du code du statut personnel en 2003. La proposition de relever l’âge minimum au mariage des jeunes femmes de 16 à 18 ans a été l’une des mesures les plus controversées (Roussillon, 2004). Plusieurs contributions à cet ouvrage attirent l’attention sur la construction différentielle de la jeunesse en fonction du genre. Selon Iman Farag, « lorsque l’on dit “jeunes”, c’est à de jeunes éduqués et aux plus éduqués d’entre eux qu’on pense. Et probablement à de jeunes hommes ». Peter Wien démontre dans sa contribution sur l’Irak des années 1930, que la constitution de la jeunesse est d’abord une configuration de genre, puisque le modèle de jeunesse se fonde sur la promotion des valeurs de la « virilité » : discipline, force morale et physique. Si le rôle attribué à la femme dans le combat nationaliste est valorisé, c’est en fait celui qu’elle occupait déjà au foyer : élever les combattants de demain. Dans le cas des centres de jeunesses égyptiens étudiés par Assia Boutaleb, la question ne se pose même pas : il va de soi que ces espaces sont masculins. De la même manière et comme le montre la contribution de Linda Herrera, la question de « l’islamité » du sport n’est posée que lorsqu’il s’agit d’un « jeu de filles ».

Du côté de l’expertise

32Dans le prolongement de cette discussion sur les catégorisations de la jeunesse, on ne saurait ignorer enfin un élément central : dans les sociétés arabes, comme ailleurs, sur la jeunesse comme sur le reste, l’expertise est un producteur par excellence de catégories. Ce n’est pas uniquement en raison de l’importance des moyens consentis, ce n’est pas non plus parce que les recommandations des experts seraient prises en compte par les politiques. S’il en est ainsi, c’est principalement parce qu’une expertise est conçue et formulée à des fins d’intervention sur le monde social. Ce faisant, elle contribue à l’organiser d’une manière qui soit intelligible par les commanditaires : opérant dans le cadre des objectifs qui lui sont assignés, l’expertise définit ce qui semble souhaitable dans le domaine des possibles et contribue ainsi à fixer les problématiques politiquement légitimes. Au-delà des différences et des nuances, il s’agit bien d’identifier les problèmes que soulèvent les jeunes, les problèmes que posent les jeunes ou encore ceux dont ils souffrent et de proposer des solutions pour y remédier.

33Plusieurs éléments invitent à complexifier ce qu’on entend par expertise et experts. Où est la frontière, quand une thèse de doctorat s’achève par des recommandations ? Sur la question des jeunesses dans les sociétés arabes, les experts ne sont pas les moins prolixes. Tels qu’on se les imagine, de commission en comité, Power Point à l’appui : dépositaires d’un super-savoir, c’est à eux que revient le dernier mot, avant que ceux qui en ont le pouvoir n’en décident ou en décident autrement. Connexes – ou principales – viendront s’ajouter, selon le cas, des compétences spécifiques. L’expert examine ou rédige des proposals, répond aux appels d’offres et les formule ou encore maîtrise le jargon qui garantira la « lecture automatique » : à compulser sa prose, on saura « qu’il en est », qu’il fait partie de cette communauté d’initiés. Affaire de reconnaissance en somme, et c’est parce qu’il en est ainsi qu’on peut relever les doubles appartenances, les collusions ou les accidents de parcours : les frontières ne sont pas étanches, les individus savants sont pluriactifs et sous réserve de sacrifier aux lois des genres, les savoirs sont susceptibles de conversion. Il y a sans doute moins d’experts que de « situations d’expertise ».

34Quant au genre, cela s’appelle assesment, policy paper ou tout bonnement rapport et la forme canonique en est bien le triptyque « état des lieux, projections, recommandations ». Mais tous les rapports ne sont pas aussi caricaturaux. Quand ils le sont, c’est souvent parce qu’ils répondent dans les limites de la question posée : l’identification des problèmes est fonction des solutions possibles plutôt que l’inverse (Topalov, 1999). En matière de jeunesses pourtant, il n’est pas rare que l’expert, rejoignant ainsi le chercheur ou le journaliste, se fasse poète, Cassandre ou prophète : on ne peut pas ne pas penser au ton comminatoire de telles « recommandations » internationales qui l’emportent quelquefois sur cette autre variante que constitue le lyrisme nationaliste. Quand le rapport est caricatural, c’est aussi parce que tout expert qu’il est, ce rapport flirte avec le politique ; que 60 % des jeunes enquêtés situent le chômage en tête de leurs priorités, ce déclaratif, on l’aurait deviné, même si les pouvoirs publics feignent d’enfin découvrir le problème afin de pouvoir mieux s’en occuper.

35Aujourd’hui des acteurs institutionnels très différents produisent des savoirs inscrits dans des genres eux-mêmes très divers. À titre d’exemple, un lecteur européen aurait du mal à imaginer l’ampleur que prennent les savoirs onusiens dans les sociétés sujettes à développement. Un rapport sous l’égide du PNUD (sur les jeunes, Liban, 1998, Jordanie, 2001) cela signifie dosage et négociations subtiles avec les partenaires locaux ; background papers dont la trace initiale est effacée sous la plume des rédacteurs ; production de données ou remise en forme de celles déjà existantes ; transfert négocié de méthodologies ; commandes de recherche qui sont d’un apport non négligeable là où le financement public de la recherche est défaillant ; vacations pour de jeunes chercheurs aux destins sociaux aléatoires qui fourniront « les armées d’enquêteurs ». Dans un autre registre, on relèvera la démultiplication des grandes enquêtes nationales sur les jeunes (Maroc, Égypte, Algérie) ou les nouvelles cibles que constitue l’adolescence. C’est toute une nébuleuse qui, sur fond de politiques d’ajustement structurel, est portée par les programmes et les financements internationaux. Sur ses frontières, se greffent centres de recherche, bureaux d’études, ONG d’advocacy, militants des droits ou encore consortiums fonctionnant comme groupes de pressions, quand ils ne sont pas tout cela à la fois. Leur point commun est de produire du savoir même si les applications qui en émanent se déclinent sous d’autres formes, allant du discours militant aux stages « innovants » en passant par du micro-crédit. Dans ce paysage complexe, genres savants et producteurs de savoir peuvent interférer, et les langages inventés et les capitaux investis, faire l’objet d’appropriations et de conversions.

36Le travail des chercheurs n’en est que plus complexe. Un exemple permettrait de clarifier le positionnement de cet ouvrage. Soit une question comme la répartition des jeunes chômeurs ou des déscolarisés sur un territoire national. Que l’on soit chercheur, expert ou acteur de la « société civile », la question n’est pas sans intérêt. Le rapport fournit des données et il n’est pas illégitime de s’en servir pour peu que soit explicité leur mode de production : les données sont bien souvent calquées sur le découpage des populations-cibles, elles-mêmes définies par une politique publique, laquelle est une réadaptation à usages locaux de programmes internationaux. Issue d’une commande dont elle ne peut reformuler les termes, la situation d’expertise est souvent tenue par les abstractions, les généralisations ou les réductions nécessaires. Pour peu que leurs rôles respectifs demeurent distincts, le militant associatif est tenu par le tracé de la carte établi par l’expert (les zones à problèmes). Le chercheur, lui, peut tenir les deux bouts : objecter aux définitions préalables, en démonter les mécanismes et se donner les outils pour réfléchir à ce qu’il sait être une réalité indissociable de sa mise en représentation. Il peut à ce titre « prendre comme objets d’analyse le travail technique de l’expert et l’expert lui-même, afin de montrer la contribution normative de ce dernier, sur le mode savant, à la construction de l’objet qu’il mesure et à la légitimation des modes et des résultats de cette mesure » (Ireton, 2005). À cette condition près que le chercheur prenne à son tour le risque d’un retour sur sa propre production et mette en transparence les outils permettant à d’autres d’en faire la critique réglée.

Problème social, objet sociologique

37Catégorie fluide aux reliefs escarpés, la jeunesse a fait l’objet de travaux inscrits dans la problématique des « problèmes sociaux» (Lenoir, 1996 ; Cefai, 1996 ; …). Dans le prolongement de la réflexion de Bourdieu, cette approche souligne le « travail social » qui se trouve derrière tout principe de classement et en amont de ce qui est constitué comme problème social. Elle consiste, d’abord, à « décrire le processus à travers lequel les individus sont socialement désignés comme tels » en fonction des rapports de force entre classes et entre générations (Lenoir, 1996, p. 64). Elle observe par ailleurs les modalités de constitution des jeunes comme un « problème social » qui cesse ici d’être abordé comme « dysfonction », « pathologie », « déviance », « désorganisation »... En d’autres termes, une telle démarche permet de déterminer de quelle manière une question (ou « occurrence ») est promue à ce statut. La « reconnaissance » consiste à rendre une situation particulière « digne d’attention » et « suppose l’action de groupes socialement intéressés à produire une nouvelle catégorie de perception du monde social afin d’agir sur ce dernier ». La légitimation « implique une véritable entreprise de promotion pour l’insérer dans le champ des préoccupations “sociales” du moment » (Lenoir, 1996, p. 77). Tout cela nécessite un travail d’énonciation, de formulation et de mobilisation que le sociologue se donne pour objet d’analyser.

38Plusieurs contributions de cet ouvrage s’inscrivent dans cette perspective. Elles révèlent que ce que l’on nomme « jeunesse » se configure en réalité à partir de types idéaux, en lien étroit avec une « définition des valeurs centrales » d’une société à un moment de son histoire, selon la formulation d’Iman Farag, telles que la lutte pour l’indépendance ou la course au développement. Ces profils se dessinent également en relation avec des luttes de pouvoir entre élites et contre-élites qui peuvent à un moment donné emprunter un langage à coloration générationnelle. Comme le souligne Mounia Bennani-Chraïbi (2004) dans une étude sur les élections au Maroc, de « nouveaux entrants » essaient d’intégrer le champ politique en mettant en avant leurs propriétés de « jeunes instruits exclus ». Les handicaps – dévaluation du savoir, exclusion sociale et politique – sont retravaillés de telle sorte que « la compétence et l’appartenance à une classe d’âge deviennent des attributs politiquement valorisants pour des individus ou des collectifs, la jeunesse étant délimitée de manière assez extensive et englobant souvent les quadragénaires » (Bennani-Chraïbi, 2004, p. 34). À un autre niveau, l’agencement des profils se fait de façon concomitante avec la construction d’un problème social. Karine Tourné décrypte, dans cet ouvrage, la manière dont la figure du jeune diplômé au chômage en Égypte, relative donc à une situation de crise, finit par incarner l’ensemble des jeunes diplômés. Sa contribution porte précisément sur « la mise en scène du chômage » dans les années 1990, à partir de l’opposition entre deux profils sociaux : « le diplômé chômeur » et « le jeune entrepreneur ». Le premier profil renvoie à une « panne du cycle de vie », à « l’impossible passage à l’âge adulte », et donc à la crise d’insertion. La seconde figure est construite comme « la solution » à la crise.

39Cette contribution, ainsi que d’autres dans cet ouvrage, démontre qu’un problème social se construit en lien avec l’avènement d’une arène publique (Cefai, 1996). D’où, par exemple, le double terrain d’analyse choisi par Assia Boutaleb dans sa contribution sur les centres de jeunesses en Égypte : d’un côté les centres, autant leurs responsables que leur public et ce qui s’y passe, de l’autre, ce terrain que constitue la presse, scène d’énonciation et de dénonciation des enjeux. L’arène est nationale mais également transnationale comme le suggère Pascal Ménoret dans le cas de la jeunesse saoudienne. Dans une certaine mesure, elle co-produit l’inscription de la question sur l’agenda politique, son traitement, sa visibilité médiatique, ainsi que la production de politiques publiques promouvant de nouvelles normes. À titre d’exemple, chez les décideurs égyptiens mais aussi marocains, « l’aura du fonctionnaire [est] remplacée par celle de l’entrepreneur », selon l’expression utilisée par Karine Tourné. Cela reflète un changement au niveau des politiques de l’emploi et plus encore d’un contrat tacite : de l’emploi assuré à tout diplômé du supérieur, on passe à l’allongement des listes d’attente, au dénigrement de l’attachement des diplômés au secteur public. Le désengagement de l’État suite au Programme d’ajustement structurel s’accompagne, toutefois, par des mesures de compensation. Il en est ainsi du Fonds social pour le développement en Égypte – programmes d’incitation au secteur privé, accès à l’information, attribution de locaux commerciaux et de terres bonifiées pour encourager l’auto-emploi, micro-crédit – et du Conseil national pour la jeunesse et l’avenir, du Programme national d’insertion des diplômés en chômage ou encore du Programme national « action-emploi » contre le chômage de longue durée, etc., au Maroc.

40Mais encore une fois, quelles que soient les politiques de la jeunesse, elles reposent sur des dispositifs de catégorisation, d’encadrement, voire de disciplinarisation qui sont loin d’atteindre l’ensemble des jeunes. Assia Boutaleb décrit ce qu’il en est des limites de ces visées. Sous Nasser, les centres de jeunesses égyptiens avaient pour objectif de mobiliser la jeunesse ; aujourd’hui, ils profitent à un public bien précis. En fait d’encadrement, celui-ci s’exerce surtout sur les « encadrants », les professionnels de la jeunesse, le public « jeune » est, lui, bien plus volatil. Devenus l’un des rouages de l’accès à la notabilité politique, ces « lieux de jeunesse » présumés sont le point de rencontres de stratégies multiples.

De la catégorie à l’analyseur

41Se distancier par rapport aux fausses évidences, analyser ce que recouvrirait la notion de « jeunesse », l’historiciser et localiser sa constitution, rien en cela n’exclut de construire cet objet comme un analyseur. Suivant les propos d’Olivier Galland, le rejet d’« une démarche strictement nominaliste, un naturalisme à consonance bio-psychologique, ou un culturalisme postulant à l’homogénéité de la classe d’âge […] ne rend pas caduque a priori l’analyse sociologique » (Galland, 2001, p. 55). Dès lors, une « sociologie comparative de la jeunesse », dont on esquissera quelques traits, est possible. Dans la littérature sur les jeunes dans les sociétés arabes, deux grands ensembles se dégagent : d’une part la littérature abordant la question des normes, d’autre part celle qui traite du rapport au politique.

Normes et jeunesse

42On retiendra d’abord une nébuleuse de recherches qui, à partir d’une multiplicité de notions et sur des terrains variés, semblent partager une même question autour du rapport des jeunes aux normes sociales. S’y conforment-ils ou sont-ils porteurs de changement ? Formulée ainsi, la question laisse entrevoir combien restent tenaces les représentations communes : jeunesse, âge de tous les possibles, âge des extrêmes, moment de transition, ou encore jeunesse menace ou promesse comme on l’a dit plus haut. C’est précisément parce que ces représentations sont tenaces, que le rapport aux normes permet de voir la mesure dans laquelle les travaux sur la jeunesse croisent le renouvellement des présupposés des sciences sociales.

Clés du changement ?

43Les entrées sont multiples. L’une a trait aux idées autour du « changement » et aux associations implicites entre changement et conflictualité. Une série de travaux demeure imprégnée par les théories de la modernisation : davantage urbanisés, plus instruits, plus exposés aux médias, les jeunes sont susceptibles d’entrer en conflit avec les figures de l’autorité. Inversement mais de façon complémentaire, d’autres déplorent que des jeunes se révèlent, hélas et contre toute attente, aussi sinon plus « conservateurs » que leurs aînés. C’est dire combien restent centrales les idées axées sur la jeunesse et le changement social. Ainsi, l’approche de Margaret Mead a inspiré quelques recherches sur l’Afrique du Nord. L’étude menée par les anthropologues américains Susan Schaefer Davis et Douglas A. Davis (1989) s’inscrit dans un large programme de recherche sur l’adolescence, lancé à Harvard dans les années 1980. Elle résulte d’une enquête de terrain qui a duré un an dans une petite ville du Maroc et qui a conduit les auteurs à interviewer 150 « enfants âgés entre neuf et vingt ans » (Davis et Davis, 1989, p. 8), dans un esprit pluridisciplinaire, intégrant la prise en compte de données physiologiques et le suivi régulier des enquêtés. Plusieurs thèmes ont été abordés : la famille, l’amitié, la sexualité, le mariage, le stress, la délinquance, l’individualité. L’une des thèses de ce livre est que les adolescents marocains ressemblent davantage aux Américains qu’à ceux de Samoa, tels que Margaret Mead les a décrits. Confrontés à un « changement social » rapide, ne pouvant se référer à leurs parents non éduqués, ils sont soumis au stress face à l’avenir. Inversement, l’adolescence à Samoa est très calme parce que les adolescents savent que leur vie sera similaire à celle de leurs parents. La distinction entre Américains et Marocains résiderait dans le fait que l’adolescence des premiers est conflictuelle, tandis que celle des seconds est plus ambivalente, en raison du caractère hiérarchisé (en fonction du sexe et de l’âge) de la société dans laquelle ils vivent.

44Une décennie plus tard, les recherches, auxquelles a donné lieu l’enquête nationale sur l’adolescence en Égypte, s’appuient sur les mêmes présupposés ; c’est dans les sociétés qui passent par des transformations majeures qu’apparaissent les différences et donc les conflits entre générations. Dans l’une de ces études, ce raisonnement est étendu aux familles, triplement classées en fonction du statut socioéconomique, du lieu de résidence et de la proximité par rapport aux centres urbains (Al-Tawila, Wassef, Ibrahim, 2001). Les résultats confirmant l’hypothèse, une autre étude sur les jeunes Égyptiens ruraux (Ibrahim et Wassef, 2000) montre pourtant que les limites imposées sont rarement dépassées ; les jeunes étant tributaires des réseaux de soutien économique et social offerts par la famille, l’éducation ne se traduit pas systématiquement en changement d’attitudes.

45Dans la littérature romanesque, le conflit de génération s’inscrit dans un procès historique. Et il ressort de l’analyse de quelques sources littéraires que la révolte contre les pères ne mène pas à une prise de pouvoir, mais vers une fin tragique accompagnée de perte et de dispersion des rôles traditionnels que le père faisait tenir ensemble (Van Leeuwen, 2000 ; Rooke, 2000). Dans la contribution de Peter Wien sur l’Irak des années 1930, le conflit de générations décrit renvoie plus aux « champs d’expérience et horizons d’attente » des acteurs qu’il n’est lié aux corrélats macro-sociaux habituellement évoqués, et dans lesquels il est souvent bien difficile de démêler causes et conséquences. Il ne semble pas qu’il y ait une gamme donnée a priori des conditions qui amèneraient des groupes à se penser ou à s’exprimer dans les termes de la génération ; pas plus qu’une « classe d’âge » n’est, en tant que telle, porteuse de changement ou de permanence.

Identité, identités ?

46Une deuxième entrée a trait à ce qu’on entend par identité. À cet égard, on ne peut que relever combien les discours publics issus des sociétés arabes, et bon nombre de recherches qui y sont menées, contrastent avec les lectures que proposent les sciences sociales. Il y est en effet question de « crises », « troubles » et « malaises » identitaires qui toucheraient plus particulièrement les jeunes, ou encore certains « groupes » de jeunes : une psychologie sociale des « occidentalisés » ou des « islamistes » (mais ce peut être aussi les blogeurs ou les internautes) est alors mise en œuvre, qui présuppose implicitement un optimum ou un point d’équilibre identitaire. Par ailleurs, ce serait l’identité présumée qui expliquerait les conduites. De tels présupposés sous-tendent en partie des travaux qui abordent la question en termes de « plus d’aliénation, moins d’intégration » (Meijer, 2000). Demeure semble-t-il l’idée, tenace, que l’identité serait un croisement entre, d’une part, les multiples appartenances objectives qu’on n’a pas choisi (genre, statut social, nationalité, etc.) et, de l’autre, les manières de s’identifier qui, elles, seraient plus subjectives. On perçoit les effets de cet impensé dans les travaux qui portent sur des groupes ou individus définis par ladite « double identité » ; de celle-ci à la double allégeance il n’y a qu’un pas. Version plus atténuée et non moins problématique, « l’identité mixte » suppose son contraire : une identité monolithique pour ne pas dire pure.

47D’autres travaux évoquent en revanche des constructions, recompositions, voire des stratégies identitaires des individus pluriels (Lahire, 1998) inscrits et agissant « dans plusieurs mondes » (Dodier, 1991). Pascal Ménoret le rappelle à juste titre dans sa contribution : « il n’y a pas d’identité, il n’y a que des choix identitaires ». Toute la question est alors de savoir si ces « choix » s’effectuent sous contraintes, et si oui lesquelles. Il est tout autant question de ce que signifierait, en termes de pluralisme identitaire, la prise en compte de la variété des situations auxquelles sont confrontés les individus. Les travaux de Frederik Barth soulignent le caractère mouvant des frontières qui s’établissent lors de différentes interactions (Barth, 1969).

48Dans de telles perspectives, et dès lors que les « constructions identitaires » sont relationnelles et labiles, c’est une autre vue sur « l’altérité » qui s’impose. Est-il besoin de le souligner : dans les travaux sur les sociétés arabes, celle-ci signifie le plus souvent l’Occident (voir cependant Roussillon, 2005, sur le Japon). Les enquêtes des années 1960 et 1970 (à titre d’exemple : Adam, 1962) avaient tendance à interpréter les préférences marquées pour la musique ou les livres occidentaux comme un signe de modernisation. D’autres travaux notaient le rapport ambivalent qu’entretiennent les jeunesses des sociétés arabes avec l’Occident. Raoul Makarius (1960) le décrit dans les termes suivants : « Un Occident qui le tente par ses appâts et les met en dehors de sa portée ». Des formulations similaires à celle-ci égrènent les travaux sur les jeunes, ici et là, longtemps après (Bennani-Chraïbi, 1994 ; 1997 ; Hafaïedh, 2000…). Dans le cas palestinien, Pénélope Larzillière (2004) attire l’attention sur le rôle de médiation avec l’altérité occidentale que joueraient les Israéliens, doublement objet de fascination et de diabolisation.

49Ambivalence ? Dans cet ouvrage, Noor Aiman-Khan réfute la thèse de l’ambivalence du rapport au colonisateur, telle que formulée du moins par certains tenants des post-colonial studies. Pour ces « colonisés » égyptiens ou indiens qui, à Londres ou Paris, fomentaient contre l’empire, pas de dilemme identitaire qui tienne et le colonisateur n’a pas toujours été « l’ennemi intime » que décrit l’indianiste Ashish Nandy dans un ouvrage désormais célèbre (Nandy, 1989, cité par Aiman-Khan). Ce que propose cet intellectuel irakien des années 1930 décrit dans la contribution de Peter Wien ne serait alors qu’un « emprunt technique » ? Pour que les jeunes irakiennes retrouvent l’intégralité de leur place dans la société nationale, pour en former les corps et les esprits, rien de tel que l’importation « des meilleures enseignantes étrangères » de sport et de culture physique.

50Cet exemple des années 1930 n’est pas sans rappeler des problématiques actuelles : si l’on se fie aux travaux réévaluant les effets de la globalisation, attentifs à la « biographie sociale » des choses (Appadurai, 1986 ; Watson, 1997, cité par Volk, 2001), on s’éloignerait de la perspective du « rouleau compresseur » occidental qui uniformiserait et transformerait le monde en un « village global ». On serait davantage sensible aux processus de « relocalisation » (Ferrié, 1997). Mounia Bennani-Chraïbi (1994, 1997) décrit le fonctionnement de l’ailleurs comme « mode d’expression métaphorique » chez les jeunes Marocains et Égyptiens, permettant l’expression d’aspirations, mais surtout la désignation de ce qui dysfonctionne dans l’« ici ». Elle montre que la relation à l’altérité se construit en intrication avec les dynamiques propres aux sociétés d’appartenance. Dans le même esprit, Lucia Volk (2001), qui a travaillé sur les 13-20 ans des milieux bourgeois de Beyrouth à la fin des années 1990, souligne la capacité des jeunes à « jongler » et à produire leurs « symbioses personnelles ». À partir de l’observation de leurs loisirs et de leurs pratiques spatiales, elle défend la thèse de la « localisation des influences mondialisées ». Évoquons enfin les travaux qui relèvent le caractère hybride des pratiques en œuvre, sur le plan musical notamment, telles que le Raï dans les années 1980 (Miliani, 2000 ; voir aussi Schade-Poulsen, 1993 ; Virolle, 1995) ou le Rap à partir des années 1990.

51Entre gender et « identité féminine » enfin, et sans qu’il soit toujours aisé de départager, des recherches (Al-Tawila, Wassef, Ibrahim, 2001) notent, en Égypte, une corrélation significative entre le sexe et la convergence des opinions avec les parents ; les filles marquent un plus grand désaccord notamment en matière de mariage et de choix de l’époux. Une autre étude analyse le contrôle social qui s’exerce sur les jeunes filles à l’âge de la puberté et la culture du silence qui règne en matière d’éducation sexuelle dans les villages du sud de l’Égypte (Ibrahim et Wassef, 2000). Concernant le Liban, Lucia Volk (2001) observe également une nette différenciation, en termes de genre, concernant la place du jeune au sein de la famille. Et, dans l’exemple des jeunes Palestiniens, traité par Pénélope Larzillière (2004), l’hypothèse principale est que « le genre supplante la génération ». Si l’idéologie nationaliste attribue un seul rôle aux jeunes hommes – l’engagement –, il en est autrement pour les jeunes femmes qui doivent à la fois s’engager et assurer « la permanence identitaire » (Larzillière, 2004, p. 37). Selon l’auteur, seules les étudiantes (5 % des jeunes femmes) participent à un « espace générationnel » spécifique. Lors des périodes de soulèvement, on observe une amplification du contrôle social à leur égard. Et si la militance leur offre une plus grande liberté d’action, il n’en reste pas moins vrai que les possibilités d’engagement des femmes sont réduites.

Individualisation

  • 10 David Lerner est l’un des théoriciens de la modernisation. Voir notamment : Lerner, 1958 ; 1963.

52Dans une démarche à la « David Lerner revisité »10 (Leca, Bennani-Chraïbi, Vergès, 2001), le processus d’individualisation dans les sociétés arabes est expliqué par les transformations structurelles qu’elles ont connues : urbanisation, scolarisation, tertiarisation de l’emploi, mais aussi réduction de la taille et de la prépondérance de la famille, aussi bien dans le domaine économique que sur le plan de la socialisation (Fargues, 1994). Ce phénomène ne serait pas particulièrement récent. Pour Omar Carlier (1995, p. 15-16), il démarre en Algérie entre 1890 et 1930, suite au bouleversement des rapports de parenté, des appartenances segmentaires, géographiques, linguistiques et même de la relation à Dieu. D’autres, comme Fariba Adelkhah (1998, p. 17), focalisent sur des « techniques du corps et des actes de production et de consommation », dans la perspective foucaldienne de la « bio-politique » (Foucault, 1976).

53Dale F. Eickelman et James Piscatori s’expriment, quant à eux, en termes d’« objectivation de la conscience musulmane » (Eickelman et Piscatori, 1996, p. 37), fruit de la formation d’une « communauté imaginée » (Id. p. 121 ; Eickelman et Anderson, 1999), à partir de la massification de l’enseignement, du développement des technologies de communications de masse, du mouvement de publications, de l’existence d’une masse critique de personnes dotées d’une formation universitaire. Dans sa contribution sur les jeunes Saoudiens, Pascal Ménoret adopte une approche voisine. L’individualisation de leurs pratiques serait en lien avec la mutation d’un imaginaire social, elle-même rendue possible par l’urbanisation – et plus précisément par une autre pratique de la ville – ainsi que par la métamorphose de la famille en Arabie Saoudite. En offrant des références hétérogènes, l’instruction, y compris, religieuse et la multiplication des chaînes de télévision satellitaire favoriseraient le développement du relativisme et d’une capacité critique. Elles contribueraient ainsi à « la prise de pouvoir de l’individu contre les structures sociales ».

  • 11 Dans un essai récent, au ton dénonciateur, Mahnaz Shirali (2001, p. 35) considère que le corps, la (...)

54Certains chercheurs réduisent l’effectivité du processus d’individualisation en focalisant sur son inachèvement. Farhad Khosrokhavar (1993) a forgé, en ce sens, le concept de « quasi-individu ». Dans le cas iranien qui sert de base à son analyse, les « jeunes » se seraient affranchis des adultes, mais pour passer sous la tutelle d’autres adultes qui les utilisent comme force de répression ou comme « chair à canon ». Face à la naissance de l’individu et l’impossibilité de sa réalisation, il y a une « sublimation » dans la mort11. Dans la même perspective, Pénélope Larzillière explore l’espace privé des jeunes Palestiniens en montrant que les logiques communautaires sont d’autant plus prédominantes que « la sphère privée est un enjeu politique » (Larzillière, 2004, p. 81). Selon elle, la poursuite de projets individuels est souvent vécue comme une trahison, car individualité et individualisme se confondent et sont associés au matérialisme et à l’hédonisme occidentaux (occidental ( ?)). En s’inscrivant dans un « horizon d’attente eschatologique », le martyr contribuerait, dès lors, à « résoudre la dissociation actuelle entre un objectif national et des projets de vie personnels » (Larzillière, 2004, p. 125).

55Dans cet ouvrage, certains auteurs apportent des nuances d’un autre ordre à la thèse de l’individualisation. Suivant la piste de Norbert Elias (1991) qui souligne le caractère artificiel du binôme individu versus société, Iman Farag relève que ce que l’on nomme habituellement « individualisation » correspond précisément à l’extension de l’éducation ; un dispositif qui permettrait d’élargir les sphères d’intervention publique au détriment du privé. Est-il nécessaire de le rajouter : le dispositif ne fonctionne jamais à plein. Pour sa part, Mounia Bennani-Chraïbi invite à prendre quelques précautions : lorsque les acteurs proclament qu’ils font « un choix rationnel et individuel », il faut se garder de les imaginer en train de faire leur petite cuisine, seuls dans un coin. Ces fameux choix trouvent leurs configurations dans le cadre de socialisations bien précises. En outre, ils s’insèrent, peut-être, dans une sorte de narration largement diffusée, non sans relation avec le processus d’objectivation décrit par Dale F. Eickelman et James Piscatori.

Visibilités et itinérances juvéniles

56Revisiter la trilogie « changement, identité, individualité » semble s’accompagner de l’exploration de nouveaux terrains. « Terrains » au sens propre du mot, puisqu’il y est souvent question de la visibilité à et dans les espaces publics. Ainsi en est-il des pratiques spatiales. Dans son histoire sociale des radicalismes algériens, Omar Carlier (1995) prête une attention particulière aux « présences » et aux « espaces dérobés » ou institués : cafés, boutiques, mais aussi les clubs qui dépassent alors les mosquées par leur dynamisme. Cette présence des jeunes dans les interstices de villes en mutation contribue à la transformation réciproque des jeunes et des villes. Dans le même esprit, d’autres chercheurs observent des « territorialités jeunes » telles que l’université, le stade, les MacDonald’s (Depaule, 1990 ; voir aussi Volk, 2001 ; Chedli, 2001 ; Bennani-Chraïbi, 1997), des lieux contribuant à la construction d’une identité jeune, en perpétuelle recomposition. Pour Jean-Charles Depaule (1990), les façons d’habiter et de former des territoires, aussi bien en termes d’individualisation que de spécialisation fonctionnelle des espaces, s’esquissent en relation avec les effets induits par la scolarisation. La thèse du géographe M’hammed Idrissi Janati (2001) porte sur les modalités d’appropriation de la ville par les jeunes issus des milieux pauvres à Fès. Dans le sillon des travaux sur la compétence des citadins (Berry-Chikhaoui et Deboulet, 2000 ; Signoles et al. 1999), mais aussi des études sur le « politique par le bas » (Bayart, Mbembe, Toulabor, 1992), l’auteur analyse la manière dont cette catégorie s’insère dans la ville (ses pratiques, ses loisirs). Il démontre que le genre et la scolarisation constituent les principales lignes de partage dans le rapport à la cité.

57Là où la régulation des mœurs est un mode de légitimation étatique déterminant, comme c’est le cas en Iran, les jeunes contribueraient à la création d’espaces de débat à travers le contournement, la dérision ou l’imagination, tout en s’emparant d’autres voies matérielles ou virtuelles d’escapade, telles que le satellite et la montagne (Minoui, 2001). C’est aussi ce que montre Pascal Ménoret, dans cet ouvrage, à propos des jeunes Saoudiens qui seraient dans une « recherche éperdue du dehors ». Ils s’approprieraient tout un ensemble d’interstices : lieux informels, centres commerciaux, cafés, appartements meublés, grandes avenues qui sont par ailleurs des lieux privilégiés de drague entre voitures, ainsi que les chat-rooms. À leur tour, ils s’adonnent à des « loisirs sauvages » qu’ils pratiquent plutôt dans les dunes ou les espaces péri-urbains.

58De plus en plus de chercheurs, voyant dans les nouvelles technologies de communication un potentiel pour la création d’espaces alternatifs, souvent transnationaux (Neyzi, 2001), explorent les itinérances virtuelles des jeunes. Dans une approche novatrice, l’anthropologue Christine Delpal (2003) a observé la manière dont les jeunes de Beyrouth « tissent la toile à leur image » selon un mode initiatique qui favorise aussi bien la transgression que l’intériorisation des règles perpétuant l’ordre social. Elle démontre ainsi que l’usage d’Internet ne traduit pas l’adhésion à de « nouvelles valeurs mondialisées » et que les cybercafés se constituent plutôt comme les « lieux d’une nouvelle expression de la sociabilité juvénile et de ses valeurs centrales, elles-mêmes liées à l’histoire particulière des Libanais et de leur rapport à la modernité » (Delpal, 2003, p. 230-231).

Renégocier les normes sociales

59Transgression ou intériorisation ? C’est en ces termes que la question est trop souvent posée. Lorsqu’il n’est plus question de guetter l’innovation sociale au recoin de chaque pratique, la négociation des normes est observée en soi. Il ne s’agit ni d’évaluer sur une échelle d’appréciation comparant les jeunes d’aujourd’hui aux générations qui les ont précédés ni de « mesurer » l’écart entre normes et pratiques. Dans cet ouvrage, quelques contributions se retrouvent, de manière non concertée, autour d’une question commune : celle de la négociation des normes sociales, observée en action. Il s’agit moins d’une option théorique que de ce qu’induisent découpage de l’objet et échelle d’observation retenue. Les voies par lesquelles se négocie la norme ne sont pas impénétrables : tout se paye. Elles apparaissent, en revanche, interminables. On en conçoit le point de départ mais l’on ne sait où elles finissent. On en conçoit également le caractère réversible et certaines semblent plus tenaces que d’autres.

60Ce que décrit Linda Herrera au sujet du sport dans la formation de lycéennes du Caire, ressemble bien à une cascade de négociations. Dans l’école privée islamique où elle enseigne la culture physique, réduite au demeurant à sa plus simple expression, l’enseignante ne peut revendiquer son statut et réaliser son intégration à « l’esprit de la maison » qu’au prix d’un surcroît de voilement. Renoncement ou acceptation de bon cœur, on n’en saura jamais rien. Il est simplement attesté que c’est dans un moment de fragilité – perte d’un proche – qu’elle troque le simple voile pour l’ample khimâr couvrant la poitrine et les épaules, qui, de plus, est un cadeau de ses collègues. C’est alors seulement qu’elle peut légitimement asseoir le topo sur le sport, essentiel à l’épanouissement de ses élèves et conforme à l’esprit de l’islam. Soutenue par le conseil des parents, elle revendique un uniforme de sport islamique pour ses élèves, voire la constitution d’une équipe de basket qui finira par remporter le tournoi des écoles. Une autre histoire commence alors du côté des élèves. Loin de se contenter du discours islamo-hygiéniste et de la tenue terne, les voilà qui exigent des survêtements de marque, signe par excellence de distinction : « être élève dans une école islamique ne veut pas dire être fagotée comme l’as de pic ». C’est maintenant l’enseignante qu’elles trouvent ridicule, empêtrée dans un accoutrement peu adapté au sport. On aimerait connaître la suite de l’histoire…

61On n’est pas loin des enquêtes de Hassan Rachik, dans une communauté villageoise du Haut-Atlas, qui se saisissent du moment où une norme est négociée. Dans cette communauté, tant que son père est vivant, un jeune homme ne peut accéder au statut d’homme accompli. C’est au père qu’incombent les droits et obligations vis-à-vis de la communauté. Cet état de fait peut perdurer tant que la richesse est foncière, tant que les fils sont liés à celle-ci et au foyer familial, travaillant pour le compte du père ou, encore, fournissant la main d’œuvre pour la part de travaux collectifs que ce dernier doit à la collectivité. Dès lors que les possibilités de l’emploi et de l’accumulation se diversifient, se multiplient également les familles nucléaires et les « jeunes mariés indépendants ». Si on leur concède à ce titre des parts de bribes – dans la distribution des lots de viande du sacrifice –, ils ne siègent pas pour autant à l’assemblée où s’exercent les responsabilités civiques – pères et fils ne pourraient s’y retrouver sur un même pied – pas plus que ne leur sont assignées des parts dans les charges collectives. Il faut pour cela que soit formulée, par ces jeunes hommes, l’interrogation suivante : ne dépendant plus pour leur survie du père vivant, pourquoi est-ce que leur existence à part entière dépendrait de son décès ? Changer la norme est alors possible, notamment à partir des marges et des cas liminaires. Et non sans coût. A travers ce que nous dit Hassan Rachik d’une revendication qui conteste le partage établi mais qui s’énonce en même temps dans les termes de l’obligation… envers la collectivité, on entrevoit ce que cela implique.

62Par ailleurs, l’auteur évoque « le flottement terminologique » lié aux moments où un mot ancien désigne une situation nouvelle. On le voit dans l’entrelacs des termes qui désigneraient les âges sociaux, non seulement parce qu’ils se chevauchent, mais sans doute aussi parce qu’une société fonctionne en partie à côté de ses règles. Loin d’être le signe d’un manque ou d’une absence, l’indécision sur l’usage des mots et les sens qui leurs sont affectés – hantise du lexicographe – semble ainsi fournir des échappées et des brèches… pour qui saurait en faire bon usage.

  • 12 L’âge minimum pour le mariage est de 9 ans pour les filles et de 14 ans pour les garçons. Le consen (...)

63Des pratiques finissent par s’instaurer comme normes ; le voile en est un exemple (Göle, cité par Ménoret). Des normes juridiques subsistent, désuètes, largement dépassées, et pourtant traces textuelles tenaces : les Iraniennes se marient à 23 ans en moyenne (nationale), même si elles en ont le « droit », dès l’âge de 9 ans12. En définitive, c’est au chercheur qu’incombe la responsabilité de « négocier » son terrain.

Jeunesse et participation politique

64Une deuxième « nébuleuse » de recherches sur les jeunes dans les sociétés arabes porte sur la participation politique. Outre la littérature imprégnée par le paradigme générationnel déjà évoqué, quelques approches se développent timidement prenant appui les unes sur le concept de socialisation politique, les autres sur les apports de la sociologie de la mobilisation.

Socialisation politique

65Les études sur la socialisation politique dans les sociétés arabes demeurent rares et tâtonnantes. Elles sont parfois marquées par un implicite : les valeurs exprimées par les enquêtés sont évaluées par rapport à l’horizon d’attente du chercheur (démocratie, pacifisme, etc.). À titre d’exemple, nous pouvons citer l’enquête de Bernard Sabella (2001) au sujet du « processus de formation des valeurs » politiques de 804 lycéens et de leurs parents en Cisjordanie. La question principale consiste à mesurer le degré de continuité des opinions politiques et sociales des adolescents par rapport à celles de leurs parents. Les enquêtes, par questionnaire visant à mesurer les attitudes, sont souvent complétées par des « tests » de connaissances politiques (énumérer les noms des présidents des 20 partis politiques est une anecdote/devinette célèbre en Égypte à laquelle peu de personnes sauraient répondre).

66Dans une approche psychologique, Sylvie Mansour (1995, 1996) considère que les racines de la violence politique dans les territoires palestiniens se trouvent dans les violences observées par les adolescents dans leur environnement sociopolitique (violence israélienne et violence de protestation), scolaire (châtiments corporels) et domestique (hommes contre femmes, mères seules en charge des enfants en l’absence des pères travaillant en Israël toute la journée contre leurs enfants).

67Comme l’illustrent ces deux exemples, la famille et l’école sont souvent les institutions socialisatrices privilégiées par les chercheurs. À l’exemple du courant systémique longtemps hégémonique, notamment aux États-Unis (Easton et Dennis, 1969), la socialisation est conçue comme inculcation et imposition de normes à un sujet passif qui doit intérioriser un rôle politique pour mieux s’intégrer au système. La transmission des opinions des parents, et surtout du père, est surévaluée. À un deuxième niveau, des liens de cause à effet sont établis entre contenu des manuels scolaires et valeurs politiques ou religieuses des élèves. Les débats sur les manuels scolaires dans les territoires palestiniens qui prédisposeraient à la violence contre Israël (Manor, 2003) ou ceux d’Afrique du Nord qui favoriseraient l’implantation de l’islamisme sont des exemples évocateurs de ce type de démarche théorique.

68Le caractère mécanique de tels processus a été remis en cause, notamment depuis les travaux d’Annick Percheron (1974, 1985) qui ont attiré l’attention sur le point de vue du sujet à partir de l’observation de cas français. Dès lors, l’approche par les institutions laisse place à une réévaluation des différents lieux à travers lesquels l’acteur se meut. On reconnaît à celui-ci un rôle plus actif, des appartenances multiples et des socialisations concurrentielles et continuelles ; ce qui permet une perspective plus interactive. C’est dans ce sens que Dina El Khawaga (1996) a effectué une étude qualitative au sujet des jeunes Nassériens. À côté du rôle socialisateur de la famille et du groupe de pairs, l’auteur prend également en considération les constructions de signification (comment se construit et se reconstruit une référence ?), les différents réseaux dans lesquels les jeunes s’insèrent et les événements fondateurs (la guerre du Golfe dans ce cas-là). À une autre échelle, la thèse que consacre Agnès Favier (2004) à la génération des militants intellectuels (1958-1975) au Liban intègre pleinement les nouveaux apports théoriques des études sur la socialisation et sur les mouvements sociaux. Elle s’attache, entre autres, à restituer les modèles et les contre-modèles de l’identification familiale, tout en soulignant l’impact de la mobilité géographique sur la construction d’une identité politique : la rue, l’internat, le club, l’association d’une part, les enseignants et les camarades de classe d’autre part, jouent un rôle fondamental. L’intérêt d’une telle recherche est qu’elle ne s’arrête pas aux processus d’entrée en politique mais traite également des sociabilités et des rites militants, des logiques d’expérimentation, des effets sociaux et politiques du militantisme des années 1960 sur les parcours de vie.

69Dans cet ouvrage, la contribution de Mounia Bennani-Chraïbi sur le Maroc s’inscrit dans une perspective assez voisine. L’auteur observe également que la socialisation primaire joue un rôle très timide dans le passage au politique des militants associatifs qu’elle a interviewés. En outre, elle montre qu’au sein de la famille, ce ne sont pas nécessairement les parents qui participent à l’orientation politique. Quant au contenu de la transmission, il apparaît qu’il n’est pas toujours d’ordre politique, mais qu’il peut englober un rapport général au monde social, des valeurs sociales ou religieuses réappropriées par l’acteur dans un sens politique. Elle souligne, par ailleurs, l’effet socialisateur non seulement des grands événements historiques mais aussi des micro-événements et des petites expériences qui se déroulent dans des groupes concrets et qui rendent l’entrée en politique, les reconversions et l’interruption de l’engagement effectives. Toujours dans ce livre, Mounia Bennani-Chraïbi et Iman Farag analysent l’impact que produit le passage par l’université sur la participation politique. Selon Iman Farag, il existe un « moment moratoire » qui correspond au temps passé au sein du campus. Le fait de quitter ce lieu produit une diversification des trajectoires en matière de rapport à l’action politique. Cet aspect rejoint la réflexion de Mounia Bennani-Chraïbi sur l’interruption de l’engagement militant lorsque celui-ci correspond à une disponibilité biographique concrétisée par un statut déterminé – estudiantin par exemple – et par l’inscription dans un lieu précis – l’université – notamment quand d’autres cercles de socialisation ne prennent pas le relais.

70Au-delà de la spécificité des terrains et des démarches, ces recherches posent une même question : où passe la frontière entre socialisation et sociabilités ? Complexifier le rapport est aussi ce que suggère la démarche de Omar Carlier (1995).

Sociologie des mobilisations des jeunes

  • 13 La baltaga est en quelque sorte une futuwwa qui tourne mal : le rôle positif de protection du quart (...)

71Notons enfin que la sociologie des mobilisations a imprégné toute une série de travaux sur les jeunes. L’attention se déplace des cycles de mobilisation, générés par des événements marquants, vers les expériences discrètes de l’engagement pour le bien public ou ce qui en tient lieu. Dans cette optique, les chercheurs observent la manière dont les constructions de signification opèrent durant la mobilisation. Certains tentent d’inscrire leur réflexion sur les réseaux en liaison avec l’apport de l’histoire sociale sur la futuwwa, la baltaga13 (Cahen, 1958 ; El Messiri, 1977), en observant le rôle des solidarités « néo-communautaristes » (Khosrokavar, 1993 ; Carlier, 1995 ; Vergès, 1994 ; Haenni, 2005).

72Un ensemble de recherches a focalisé sur la dimension organisationnelle de la mobilisation ainsi que sur les modes d’action (voir Bennani-Chraïbi, 1994, chapitres 8 et 9). C’est le cas de Laetitia Bucaille (1998) qui a traité de la conquête par « un groupe social en gestation », les jeunes palestiniens, d’une position d’acteur visant à changer les rapports de force entre Palestiniens et Israéliens, mais aussi au sein de leur propre société. Elle a minutieusement décrit les itinéraires de reconversion des jeunes militants de la première Intifada en montrant comment le recrutement par l’Autorité palestinienne des bandes de shabâb, liés notamment au Fatah, dans la police palestinienne va, d’une part, favoriser, dans un premier temps, la préservation de l’ordre et, d’autre part, permettre le maintien de réseaux fondés sur l’ethos guerrier. Elle a enfin étudié la mutation des modes d’action d’une Intifada à l’autre, en relation avec la transformation du contexte sociopolitique : négociations de paix, retrait de l’armée israélienne des territoires et « monopolisation de la violence légitime » par l’Autorité palestinienne « délest[ent les acteurs] de leur répertoire d’action » (Bucaille, 2003, p. 358). Pénélope Larzillière (2004) qui a plutôt travaillé sur la période allant de 1993 à 2000, a choisi d’observer les différentes formes d’engagement ou de retrait qui s’offrent aux jeunes Palestiniens appartenant à la génération des « petits frères » de la première Intifada. Elle est également attentive aux différents répertoires d’action disponibles (voies militantes liées au Fatah, aux islamistes ou encore à la gauche ; militantisme armé ; martyr), à leurs modalités de transmission, de réappropriation et d’épuisement.

73À partir d’une enquête rétrospective, Dina El Khawaga (2003) s’est intéressée, quant à elle, au destin de la génération formée dans les protestations de 1968 en Égypte. Elle a recomposé sur une trentaine d’années les trajectoires communes puis divergentes de ce groupe, donnant à voir comment ces individus ont joué le rôle de « véhicules » de répertoires, de savoir-faire et de pratiques militantes qu’ils ont contribué à diffuser dans différents secteurs de la société égyptienne et auprès des nouvelles générations.

74Dans cet ouvrage, la contribution de Noor Aiman-Khan met l’accent sur l’importance des supports symboliques, matériels et organisationnels qui ont sous-tendu la mobilisation nationaliste des étudiants égyptiens à l’étranger avant la Première Guerre mondiale. En s’appuyant sur la presse d’époque et les archives de police, l’auteur décrypte les conditions de l’apparition d’un nationalisme transnational, voire internationaliste : entre Égyptiens, Indiens, Irlandais et avec le soutien d’« Européens solidaires », comme on dirait aujourd’hui, une communauté imaginée s’est établie. Elle a permis de se représenter dans son intégralité l’empire colonial et ses détracteurs, d’échanger les écrits – nationalist printing suggère Noor Aiman-Khan en réponse à Benedict Anderson – qui trouveront leur chemin dans toutes les capitales, de faire circuler les informations, voire les modes d’action, comme l’assassinat politique. En outre, les liens se sont également tissés à travers les « conventions », les relations d’amitié, les salons. Le fait d’être en Europe a été déterminant : libertés de mouvement, d’association, de publication, de protestation ont favorisé l’organisation de la mobilisation.

Tentative de conclusion

75Au terme de cette présentation, nous espérons avoir réussi à montrer que la jeunesse est une construction socio-historique, qui émerge en tant que catégorie sociale en relation avec une idéologie – le nationalisme – et/ou un dispositif – l’éducation. Tout au long de cette histoire, somme toute courte, elle est incarnée par différentes figures et constituée à travers des types-idéaux historicisés et localisés : héros de la libération, acteurs du développement et de la modernisation, victimes de la crise ou classes dangereuses, diplômés chômeurs ou jeunes entrepreneurs… Par ailleurs, les découpages dont elle fait l’objet sont fluides, différentiels et n’ont donc rien d’évident. Une fois ces précautions prises, on a vu qu’il demeurait possible d’aborder la jeunesse en tant qu’analyseur. Enfin, tantôt en filigrane, tantôt explicitement, on a souligné à quel point les sciences sociales dans et sur les sociétés arabes, du moins, demeurent imprégnées par les images, les valeurs, les peurs, les attentes dominantes au cœur même de ces sociétés. Tout en étant conscient qu’un chercheur n’est pas un être « pur », protégé dans sa tour d’ivoire, nous souhaitons avoir pris suffisamment de distance pour mieux décrypter les logiques et les enjeux qui sous-tendent la construction d’une telle catégorie.

Notes

1 « Unanimisme dans la revendication nationale, puis recherche dispersée et polémique dès les premiers succès obtenus, enfin évolution vers des formes à la fois plus dociles aux impératifs du milieu et plus ouvertes à l’universel...» (Berque, 1960, p. 242). On est semble-t-il loin de ce que Berque identifiait, dans les années 1960, comme une « loi des trois états », « une démarche à trois temps ». La question n’est pas tant celle des démentis que l’histoire infligerait à cette périodisation, que celle d’une historiographie plus attentive aux continuités sous-jacentes aux grands changements politiques.

2 Sur la spécificité de la mise en œuvre de ces dispositifs en contexte colonial, voir : Bancel, Denis, Fates, 2003.

3 Le nom retenu s’inspire de l’histoire musulmane. Au cours du Moyen-Âge, il renvoie à des « jeunes vivant cette fois en petites collectivités provenant de milieux sociaux, ethniques et peut-être même confessionnels variés, et, en dehors de toute attache familiale […], professionnelle […] ou tribale, s’associant pour mener en commun la vie la plus confortable possible, dans l’ambiance de solidarité, de dévouement mutuel, de “camaraderie” (avec mise en commun des biens) […]. Programme […] encore a-social et a-religieux. » (Cahen, 1958, VI, 1, p. 32-33).

4 Fanny Colonna attirait ainsi l’attention sur le fait que l’effendi (urbain, éduqué) égyptien, figure de l’imagerie nationaliste, n’est pas le maquisard du Front de libération national (FLN) algérien (communication orale, octobre 1999).

5 Pour le cas de la Turquie, Leyla Neyzi (2001) a passé en revue les images successives dont la jeunesse a fait l’objet et établi une périodisation qui pourrait s’appliquer à plusieurs pays de la région. Au cours des années 1920-1950, les jeunes (plutôt éduqués) sont présentés comme « l’incarnation de la nation », une sorte d’avant-garde de la modernisation et de la conscientisation. Comme dans la contribution de Peter Wien sur l’Irak, elle souligne l’approche militariste de la jeunesse qui prévaut alors et qui est imprégnée par l’influence des régimes fascistes. Pendant la période qui va des années 1950 aux années 1980, les jeunes sont tantôt construits comme rebelles, tantôt comme menace à la nation. Ce rôle de transformation de la société cesse d’être assigné à la jeunesse dans la phase post années 1980. Les jeunes sont dès lors perçus comme des consommateurs apolitisés.

6 Philippe Fargues note une seule exception (les économies rentières n’en constituent plus une) : celle de la fécondité palestinienne, la plus haute du monde, du fait même de l’occupation israélienne (Fargues, 2001, p. 6).

7 Toute une série de travaux ont montré la fragilité de ces « seuils », sur la France, voir notamment : Bessin, 1994 a ; 1994b.

8 Les premiers travaux de Gilles Kepel s’inscrivent dans cette tendance. Pour une inflexion tourainienne de cette approche, voir : Khosrokhavar, 1993 ; Labat, 1995.

9 Toujours dans une perspective générationnelle, Mark Tessler (2000) a tenté, à partir d’une étude quantitative comparant deux cohortes, de relever les caractéristiques de la génération politique montante au Maroc dans les années 1990. Si la jeune génération est plus urbaine et plus instruite, elle n’est pas la seule à manifester son insatisfaction face à la corruption et aux disparités de richesse. Il montre que, tout compte fait, les différences entre cohortes, en termes de normes et de comportements, sont souvent limitées. Dès lors, le changement est plus évolutif que révolutionnaire.

10 David Lerner est l’un des théoriciens de la modernisation. Voir notamment : Lerner, 1958 ; 1963.

11 Dans un essai récent, au ton dénonciateur, Mahnaz Shirali (2001, p. 35) considère que le corps, la vie privée et les relations intimes demeurent, malgré tout, le lieu de construction d’un champ conflictuel qui ouvre sur un processus d’individualisation des jeunes en Iran.

12 L’âge minimum pour le mariage est de 9 ans pour les filles et de 14 ans pour les garçons. Le consentement parental pour le mariage n’est plus nécessaire dès 13 ans pour une fille et dès 15 ans pour un garçon.

13 La baltaga est en quelque sorte une futuwwa qui tourne mal : le rôle positif de protection du quartier et du groupe cède la place à la délinquance, à la production de la violence plutôt qu’à son empêchement.

Auteurs

sociologue du politique, enseignante à l’Institut d’études politiques et internationales, Université de Lausanne

sociologue, chercheuse au Centre d’études et de documentation économiques, juridiques et sociales (CEDEJ), Le Caire

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable