Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Islam et dérégulation financière

 | 
Jean-François Rycx

Perspectives

Texte intégral

1Entre le moment où les textes de la présente revue ont été choisis et celui où il a été possible de publier leur traduction, plus d’une année s’est écoulée. Il était donc nécessaire de procéder, en conclusion, à une brève mise au point sur les événements qui se sont déroulés en Égypte en 1987 et au début 88, tant en ce qui concerne les banques islamiques que les sociétés islamiques d’investissement.

2On pouvait se demander si les événements de la fin 86 n’allaient pas amener à un ralentissement des dépôts des épargnants dans ces institutions.

3La publicité, et par voie de conséquence la presse, qui avaient joué un rôle très important dans la promotion des banques islamiques ainsi que des sociétés islamiques d’investissement, ont été systématiquement utilisés par ces dernières pour réagir contre les remises en cause dont elles avaient pu faire l’objet. La publicité avait eu le double effet de créer une impression de masse et d’importance de l’activité de ces institutions, en même temps qu’elle les a fait connaître et a entretenu un débat permanent sur l’économie islamique qui sert directement leurs intérêts. La presse a été également utilisée dans de véritables "campagnes", destinées à démontrer qu’en dépit du dénigrement dont elles avaient fait l’objet, les sociétés d’investissement attaquées conservaient la confiance du public. C’est ainsi par exemple que Rayyan annonçait dans un large titre en juin 87 (Kayo) que des "files de déposants rapportent à nouveau leurs économies à la société après que certains d’entre eux, influencés par les campagnes de dénigrement, aient retiré leurs dépôts". Un rapport cité dans la presse évaluait début 88 le nombre des déposants dans les quatre principales sociétés islamiques d’investissement à 375.000, pour un montant de dépôt d’environ 2 millions de $. L’évaluation globale des déposants dans l’ensemble des institutions demeure toujours incertaine. De nombreuses mises au point sur les activités des sociétés de placement occupent encore, au moment où ces lignes sont écrites, des pages entières des journaux nationaux.

4On constate par ailleurs une adaptation du discours des banques islamiques et des sociétés islamiques d’investissement à tous les thèmes qui "fonctionnent" actuellement en Égypte : contribuer à mettre fin à l’endettement, intervenir dans les secteurs productifs, résoudre les problèmes du logement, alléger la dépendance alimentaire, favoriser la vitalité du secteur privé, instaurer un système de fiscalité plus juste fondé sur la zakât.

5Si les banques islamiques et les sociétés de placement de capitaux ne sauraient constituer le palliatif des difficultés financières de l’Égypte, elles n’en sont pas moins rattachées structurellement au fonctionnement de ce que l’on pourrait appeler l’économie égyptienne profonde, que certains qualifient d’économie parallèle. C’est certainement la l’une des prises de conscience les plus intéressantes de ces derniers 18 mois. On peut se demander si ces institutions financières islamiques ne constituent pas précisément le trait d’union entre cette économie parallèle et un "establishment" financier national et international qui n’a, jusqu’à présent, Jamais su offrir les instruments de financement correspondant à la vitalité et aux besoins de cette première. Cet aspect a d’ailleurs été mis en valeur par certains dans la presse égyptienne elle-même. Mahmoud Abd el-Fadil dans al-Ahali du 2 septembre 87, affirmait que si les profits distribués par les sociétés islamiques d’investissement dépassaient de loin ceux accordés par les banques et pouvaient paraître abusifs, on pouvait constater qu’ils correspondaient à peu près au taux de l’inflation de l’économie égyptienne et à une rémunération réelle du capital. Ces sociétés offrent donc une solution à la dépréciation de l’épargne d’une large couche de la population, petits fonctionnaires et classes moyennes, retraités, artisans, sans parler des travailleurs expatriés, à qui les banques ordinaires n’ont pas su offrir d’instruments d’épargne appropriés.

6Les noms des plus grandes sociétés islamiques d’investissement ont également pris la valeur de marques commerciales, notamment dans le domaine des produits et appareils ménagers (Saad avec les frigidaires Zanussi et les vêtements, Rayyân avec les détergents.) Le pas avait déjà été franchi depuis longtemps par la société Sherif (les plastiques). Ces sociétés tiennent leurs stands dans les foires commerciales (ainsi la dernière foire internationale du Caire en mars 88.) Le groupe Rayyân s’est également attaqué au marché du livre et de la culture avec la création et le développement rapide d’une maison d’édition pour le patrimoine religieux, avec des titres portant sur le fiqh, l’exégèse coranique (tafsîr), le hadith et les relations de la vie du Prophète, ainsi que les livres d’édification et des cassettes. Hoda a suivi une voie comparable avec la diffusion de cassettes (Sheikh Yasin et -Tuhami). Le groupe Rayyan a créé un système de garderie éducative pour les enfants.

7Le domaine des opérations immobilières avait jusqu’alors surtout été le fait des banques islamiques et particulièrement de la Banque Faisal. Les sociétés d’investissement se sont lancées sur le marché de la promotion immobilière en proposant à leur clientèle des contrats de placement débouchant sur l’acquisition d’un logement. Dans le même esprit, les sociétés d’investissement islamiques se sont attaquées au marché du financement des crédits pour les biens de consommation (par exemple, le groupe Saad finance des systèmes de crédit pour l’acquisition de voitures.) On voit également intervenir ces sociétés dans des investissements touristiques sur la mer rouge (groupe Hoda) ou dans la création de parcs d’attraction (projet Sherif).

8La clef du succès rapide de ces nouvelles banques et sociétés de placement, pourtant controversées, tient largement à une approche pragmatique du marché et à un "marketing" approprié â la mentalité d’une clientèle réelle et non pas à ce qu’on voudrait qu’elle fut. Elles se sont avérées à même de "coller au terrain" de la demande sociale, ce dont se sont en partie montrées incapables tant les grandes banques nationales, que les banques étrangères. Ces dernières sont structurées autour d’une logique et d’une discipline financières qui, à la fois les limitent dans le choix des actions qu’elles peuvent entreprendre, et les poussent essentiellement vers le financement du commerce international.

9Les banques islamiques et les institutions islamiques de financement voudraient même se présenter comme un palliatif à la conséquence principale de cette logique de l’establishment financier traditionnel : l’accroissement de l’endettement international. Leur rôle serait fondé sur la double idée de favoriser le renforcement du secteur privé et d’appuyer les projets nouveaux sur des financements locaux. Le rôle joué par les banques islamiques dans la collecte de la petite et de la moyenne épargne apparaît de ce point de vue fondamental.

10Certains dirigeants de ces banques et sociétés jouent d’ailleurs ouvertement cette carte pour légitimer leur activité. Ceci paraît dans une interview du Prince Faisal pour la revue Akhir-Saca du 2/12/87 lorsqu’il déclare : "Les problèmes structurels de l’Égypte, tels que le déficit budgétaire, ne peuvent pas être réglés en s’appuyant sur l’endettement extérieur. Il est nécessaire que tous s’emploient à la solution du problème… le secteur privé doit être encouragé et les capitaux attirés… C’est ici qu’interviennent les banques islamiques, car elles peuvent offrir ces financements et permettre d’éviter de recourir aux institutions internationales. Les fonds des banques islamiques sont constitués par les capitaux des citoyens."

11L’argument peut paraître quelque peu orienté, mais on doit reconnaître qu’il n’est pas entièrement dénué de fondement. La force des banques islamiques et des sociétés islamiques d’investissement n’est-elle pas d’être parvenues à considérablement élargir la part de la population participant au secteur financier et à l’intermédiation financière ? Il se pourrait après tout que l’intervention de ces institutions dans des secteurs qui peuvent s’avérer hautement spéculatifs puissent en définitive pallier, par l’intermédiaire du privé, l’incapacité de l’État à inventer des politiques sectorielles nouvelles, ce qui aboutit finalement à un endettement encore renforcé. Mais le pari n’est pas évident. Les exemples dans les pays développés et en développement ne manquent pas pour montrer que la recette de l’équilibre entre l’intervention étatique et celle du privé n’a pas encore été trouvée. Il n’empêche que cette activité a été suffisamment importante pour entraîner dans son sillage un large marché, au point que les banques étrangères, en difficulté devant le marasme économique et le ralentissement du commerce international avec l’Égypte, demandent régulièrement aux autorités égyptiennes de pouvoir traiter et effectuer des placements en livres afin de concurrencer les sociétés d’investissement.

12Mais aucune réponse claire n’a encore été apportée sur la manière dont ces sociétés parviennent à générer régulièrement les profits importants qu’elles distribuent. L’absence de tout document financier régulier a propos de ces sociétés a, jusqu’à présent, rendu difficile d’apprécier cette question. Mahmoud Abd el Fadil, dans l’article cité précédemment, affirmait avoir étudié les publicités des principales sociétés et constaté que les projets à l’intérieur des frontières égyptiennes sur lequel ces publicités portaient ne pouvaient pas s’élever à plus de 15 ou 20 % des dépôts effectués auprès de ces établissements.

13Les attitudes adoptées à l’occasion d’un colloque organisé par la Banque Sociale Nasser, montrent combien demeurent ambiguës les relations entre le pouvoir égyptien et les institutions financières islamiques (al-Akhbar du 30 mars 1988). Selon madame Osman, ministre des Affaires sociales, le montant des dépôts dans les banques islamiques en Égypte se montait, début 88, â 24 milliards de livres égyptiennes, soit environ dix milliards de dollars. Le ministre faisait remarquer dans la foulée que les banques islamiques se trouvaient être parmi les plus grands investisseurs en Égypte. La présence de madame Osman à cette manifestation se trouvait confortée par celle du ministre des Finances et du grand Mufti de la République, ainsi que du Ministre des Waqf. Ce dernier profitait d’ailleurs de l’occasion pour appeler à l’établissement d’une "identité complète" de l’économie islamique en affirmant que l’Islam renferme la plus importante théorie économique susceptible de réaliser la justice.

14Les difficultés entre l’État égyptien et les institutions financières islamiques auraient-elles trouvé leur solution ? Les choses ne sont pas si simples.

15Le bras de fer entre l’État et les sociétés islamiques demeure permanent. En mai 1987, lors des mesures prises en matière de change en Égypte, une réunion avec 11 changeurs et sociétés de placement de capitaux était organisée par le Conseil des Ministres. Il semble qu’A cette réunion on ait assisté à un round d’observation entre ces changeurs et sociétés se plaignant qu’on veuille supprimer leur rôle sur le marché des changes et la Banque Centrale annonçant qu’au cas où les premiers décideraient de jouer contre la livre égyptienne et le nouveau système mis en place, l’État disposait de réserves suffisantes pour les en empêcher.

16Toute l’ambiguïté réside dans ces quelques mots prononcés par le Président Mubarak lors d’une rencontre avec Ashraf Saad, président du groupe Saad et largement exploitée par la société, dans sa publicité et dans la presse, dans des termes lyriques : "Dans une rencontre entre le père et le fils, une rencontre d’amour, l’amour de l’Égypte et du peuple d’Égypte - une rencontre qui a étonné tout le monde - le cœur large et ouvert (c’est-à-dire le Président Moubarak) annonce au monde entier sa confiance dans l’Égypte : "nous sommes avec vous tant que vous travaillez pour l’Égypte et la terre d’Égypte ; nous sommes avec vous tant que vous respectez la loi et les intérêts supérieurs de l’État". (Publicité dans al-Ahram du 10 novembre 1987.)

17Un article du journal al-Nur du 10 février 1988 annonçait que le Docteur Ahmed an-Naggar, Secrétaire Général de l’Union Internationale des Banques Islamiques appelait les sociétés islamiques de placement de capitaux à se joindre à l’Union. Cette jonction serait l’occasion d’une étude, par l’Union, des statuts de ces sociétés qui permettraient de séparer le "bon grain de l’ivraie" et de dénoncer les sociétés de placement qui n’utilisent la référence à l’Islam que comme un étendard pour s’attirer de la clientèle. Par la même occasion le docteur Naggar dénonçait l’éloignement de Mahmoud el-Helw, Gouverneur de la Banque Islamique Faisal par une décision de l’actuel ministre de l’Économie, basée sur un décret lui attribuant ce pouvoir et promulgué à l’époque de l’ex-ministre controversé de l’Économie : Moustafa as-Said.

18On retrouve ici le clivage que la Banque Faisal essaye d’instaurer entre elle-même et les sociétés de placement de capitaux. La Banque Faisal s’essaie à longueur de publicité à démontrer qu’elle effectue des profits raisonnables, comparables à ceux des banques traditionnelles, et de manière quelque peu paradoxale, se targue de distributions de dividendes et de profits n’excédant pas 12 à 15 %, quand les sociétés de placements annoncent des revenus supérieurs à 20 %. De ce point de vue, on peut dire que la Banque Faisal se place franchement du côté de l’establishment financier traditionnel et essaye de montrer qu’en matière de discipline financière, elle n’a pas de leçons à recevoir.

19On notera au passage que les actions de la Banque Faisal sont cotées â la bourse et que ces actions ont vu leur cote augmenter au début de l’année 1988, avant même la réunion du conseil d’administration qui devait annoncer la distribution de profits variant de 14,8 % de la valeur des actions, hors zakât.

20Certaines sociétés de placement elles-mêmes mettent des nuances dans leur jeu et insistent avant tout sur le fait qu’elles sont parvenues à créer une concentration d’activité importante et diversifiée. Ainsi en va-t-il en particulier du groupe Sherif qui se présente comme le plus grand "shareholding group" en Égypte, dans des publicités qui ne font parfois plus aucune référence à l’aspect islamique de la société, mais qui insistent avant tout sur son professionna1isme.

21En Janvier 1988, la société Rayyân annonçait une augmentation de capital de 500 millions de livres égyptiennes à un milliard cinq cent millions de livres égyptiennes. En fait l’opération avait pour but de permettre la transformation des dépôts participatifs en actions, conformément à la loi 159 de 1981. La société a proposé à ses clients que les distributions de dividendes se fassent, soit sur une base mensuelle, soit sur une base annuelle selon leur préférence. Les clients préférant demeurer dans l’ancien système conservent cette faculté jusqu’à la promulgation de la nouvelle loi qui doit être adoptée sur les sociétés de placement de capitaux. La société Rayyan a été enregistrée et les actions sont négociables sur le marché des valeurs financières. L’une des sociétés du groupe s’est spécialisée dans les transactions sur les actions des diverses sociétés qui s’y rattachent. Début 88, la société Saad pour le commerce et le développement a pris la même direction et a également transformé les dépôts en actions, le capital étant fixé à 200 millions de livres égyptiennes. Il en a été de même de la société Saad pour les investissements immobiliers, pour un montant identique. En mars 88, le groupe Rayyân annonçait sa jonction au groupe Saad. Il est difficile de savoir si une telle union doit être interprétée comme un signe de faiblesse ou de force, bien que nous tendions personnellement à penser qu’il s’agit d’une fuite en avant. L’affaire a rebondit début mai 88 lorsque le Gouvernement a annoncé que cette fusion était illégale. Par ailleurs le Procureur Général a interdit aux dirigeants de plusieurs sociétés islamiques d’investissement de quitter le territoire égyptien afin de pouvoir mener enquête.

22Une interprétation peut être faite de ces processus de regroupement et de transformation sous forme de sociétés anonymes plus classiques et prêtant moins le flan à la critique des détracteurs. Dans un contexte égyptien, il aurait été difficile à des organismes financiers classiques d’avoir accès à la grande masse des épargnants. Le recours à un "marketing islamique" a permis à la fois d’avoir accès à cette épargne et d’échapper au contrôle tatillon des autorités financières et administratives qui n’auraient pas manqué de "casser le jeu".

23Mais dans un second temps, à un moment ou des dépôts très importants ont été constitués, et où une part substantielle du marché a été prise par les sociétés islamiques d’investissement, l’absence de contrôle, recherchée dans les débuts, est en partie devenue une arme à double tranchant, puisqu’elle est à l’origine de critiques qui pourraient déstabiliser le marché sur lequel ces sociétés se sont placées. Ces institutions cherchent donc à se gagner une légitimité qui les intègre dans le long terme ; la transformation en sociétés anonymes était certes demandée par l’État ; mais elle correspond aussi à l’intérêt de ces sociétés.

24Il faut remarquer que si des financiers avaient prétendu il y a dix ans, créer régulièrement de très grandes sociétés financières destinées à agir sur une base islamique, des blocages seraient certainement tout de suite apparus. Le processus informel utilisé a permis de se passer de l’autorisation des autorités qui n’ont pas véritablement pris conscience du problème à ses débuts. Dans la situation actuelle, une interdépendance a été créée entre les sociétés de placement et les institutions financières traditionnelles. Celle-ci tient à la fois aux dépôts des premières chez les secondes et à l’inconnue que constitueraient les conséquences d’une panique éventuelle chez les épargnants, du fait de la masse des capitaux engagés. De plus, ces sociétés structurent une part du milieu national des affaires qui constitue l’un des atouts de l’Égypte dans une situation, comme à l’ordinaire, difficile. Plus que jamais les péripéties rattachées à l’évolution de ces sociétés renferment une bonne part des contradictions de la société égyptienne.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540