Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Islam et dérégulation financière

 | 
Jean-François Rycx

L'affaire des sociétés islamiques: la défense

Texte 35. Tempête Rue Des Pyramides ; Rayyân explique l’affaire de son point de vue

Texte intégral

1Oktobar ; 16/11/1986. n°525, interview par Ismael Kontasar

2La Revue Octobar cherche à comprendre, ainsi que les milliers de personnes qui ont déposé leur argent auprès des sociétés Rayyân, et qui se posent la question de savoir s’ils doivent réclamer les sommes remises ou continuer à courir l’aventure. Ce type de placement est-il juste ou s’agit-il d’une erreur ? Où est la vérité ?

3Ils sont des milliers à ne pas désemplir quotidiennement le siège de la société Rayyân, rue des Pyramides… au point que cela prend l’aspect d’une manifestation. Certains sont venus pour récupérer leur argent… d’autres pour renouveler leur confiance… Certains simplement pour se rassurer. La majorité d’entre eux veut avoir les éclaircissements qui leur permettront d’apporter une réponse à la question qui les rend perplexes… Vont-ils retirer leur argent en mettant fin à une source de revenus supplémentaires à laquelle ils s’étaient habitués… ou vont-ils prendre le risque de laisser cet argent en confiant aux circonstances le soin de décider du destin ?

Rayyân raconte l’affaire de son point de vue

4Afin d’essayer de répondre à cette question nous avons eu une rencontre avec Fathi Tawfiq Abd el-Fattah, président du Conseil d’Administration du groupe des sociétés Rayyân. Il nous raconte – ces propos étant rapportés sous sa qu’il est revenu en Égypte après une absence de 14 années, durant lesquelles il a travaillé dans les États arabes… Puis il a entrepris, avec ses frères, certains amis et des confrères, d’investir ses économies en commençant par le commerce du fromage et des œufs. Ce commerce a connu un grand succès ; avec le succès, les profits ont augmenté ainsi que le nombre des personnes qui désiraient investir leur argent… Du fait de cette croissance, il était indispensable de trouver une forme juridique ; c’est alors qu’a été créée la société Rayan, qui a commencé à poursuivre ses activités dans tous les domaines du développement dont l’État avait tracé les grandes lignes.

5"Nous avons ainsi choisi des projets dans le cadre du plan national", nous dit-il. "Lorsque l’État a entrepris de lancer l’industrie de la brique à partir de matériaux qui ne mettraient pas en péril les terres agricoles, nous avons mis sur pied une entreprise de briques d’argile… Lors de la crise du pain, nous avons érigé une grande boulangerie ; nous entreprenions donc dans les domaines correspondant aux besoins réels de l’État. Cela a duré quatre années durant lesquelles la société Rayyan a évolué et s’est transformée en un groupe de 20 sociétés Rayyan. Dans le même temps le nombre des déposants et des actionnaires a augmenté, les premiers passant à 85 mille et les seconds à 22 mille. Nos projets ont connu le succès et les profits des déposants et des actionnaires se sont accrus au point de dépasser les 25 % depuis 1982 jusqu’à la date d’aujourd’hui. Puis soudainement vint le vent de la tempête".

Une page dans un journal étranger

6Le début de cette tempête est marqué, selon le président des sociétés Rayyân, par une rumeur qui s’est répandue avec une vitesse terrifiante dans tous les milieux. Celle-ci prétendait que la société Rayyân avait fait des pertes à la suite de spéculations sur le marché de l’or ; ces pertes se seraient montées à environ 60 millions de livres. Avec la rumeur, le montant supposé de ces pertes augmenta jusqu’à être rapporté à une somme de 250 millions de livres. En conséquence les déposants vinrent demander la restitution de leurs dépôts pour un montant de 300 millions de livres.

7Mais pourquoi cette rumeur s’est-elle répandue ? Qui était derrière elle ? Selon Tawfiq Abd el-Fattah, l’origine doit être recherchée dans une revue étrangère (Middle East Money) qui a prétendu que la société Rayyân avait perdu 100 millions de dollars à la suite de spéculations sur le marché de l’or, effectuées par l’intermédiaire de la banque Morgan Grant. Ce qui est étrange, c’est que ce numéro de la revue a été distribué dans toutes les banques et dans le milieu des hommes d’affaires en Égypte. Par la suite, une autre revue hebdomadaire a publié un long article sur les sociétés de placement de capitaux et sur les pertes qu’elles auraient effectuées sur le marché international. Beaucoup de déposants sont alors venus demander la restitution de leurs dépôts. Nous n’avons pu que consentir à leur exigence. Mais je me demande quel sera le résultat de tout cela, et en particulier, si ces demandes de restitution se poursuivent, quelles en seront les conséquences sur les banques auprès desquelles nous avions déposé ces sommes. Quelles seront les conséquences si ces banques connaissent une crise de liquidité ? Cela n’entraînera-t-il pas une détérioration de la confiance dans l’économie égyptienne dans son ensemble ?

8Fathi Tawfiq Abd el-Fattah ajoute par ailleurs qu’il a rencontré le Docteur Youssef Wali à qui il a remis un dossier complet sur les activités des sociétés Rayyân et dans lequel il apparaît clairement que si relation il y a, c’est entre "Rayyân" et la "Banque Rayyân" mais qu’il n’y a aucun rapport entre "Rayyân" et la Banque Morgan Grant, comme cela était affirmé dans les allégations émises par la revue étrangère dont la source s’est révélée être l’ancien Gouverneur de la Banque Centrale. D’un autre côté, les responsables égyptiens demandent des éclaircissements afin de stabiliser la situation et de faire cesser cette turbulence qui ne menace pas seulement "Rayyân" mais l’économie égyptienne toute entière.

9Selon F.T. Abd el-Fattah, les journaux et les agences de presse étrangères se sont activées pour savoir ce qu’il en était exactement. Et il ne faudra pas moins que la vérité pour les choses reviennent au calme en Égypte.

Finançons-nous les mouvements islamiques ?

10En ce qui concerne les accusations selon lesquelles les activités principales de "Rayyân" portent sur le commerce des devises, F.T.Abd el-Fattah fait remarquer que le travailleur expatrié qui a déposé ses fonds en dollars demande que ceux-ci lui soient restitués en dollars… Pour pouvoir faire face à cette demande, il est indispensable de faire circuler ces dollars sur le marché international !

11Pour ce qui est des rumeurs selon lesquelles les sociétés Rayyân financeraient les mouvements islamiques et le Gouvernement tenterait de combattre cette tendance, notre interlocuteur affirme que le Gouvernement ne combat aucune tendance et qu’il se contente d’émettre des lois qui gouvernent le secteur économique… Les sociétés Rayyân ne fonctionnent pas en vertu des tendances religieuses, mais sur la base de principes qui sont reconnus par toutes les religions célestes, principes qui portent sur la sécurité dans les transactions, la bonne foi et l’absence d’usure (ribâ).

12Ce n’est un secret pour personne que les déposants dans les sociétés Rayyân sont à la fois des musulmans et des chrétiens. Il y a même trois déposants qui sont de religion judaïque !

13Il ajoute également que le système du placement des capitaux, s’il est contrôlé par l’État, pourrait considérablement alléger les charges auxquelles il a à faire face. C’est un système qui se caractérise par la liberté, la souplesse, la liquidité et la rapidité de prise de décision. Il ne coûte rien au Gouvernement. Il prend à sa charge ses profits et ses pertes. Les gouvernements ont-ils seulement à se préoccuper du fait que les sociétés Rayyân effectuent des profits ou des pertes ? Il y a un lien contractuel avec les déposants et les actionnaires, selon lequel ceux-ci ont accepté de se conformer au principe de la participation aux pertes et aux profits. Car les deux occurrences sont possibles. Mais la question est de savoir ce qui peut bien préoccuper les responsables dans tout cela ?

14Nous avons eu une autre rencontre avec Mohammad Nabil Shehab, directeur exécutif du Consortium Euro-Arabe pour le Financement et les Investissements… Selon lui, la Banque Centrale ne peut pas ouvrir de comptes à l’étranger comme le font les sociétés Rayyân et certaines autres sociétés de placement de capitaux. Lors de sa déclaration à la revue Middle East, il ne pensait pas que les sociétés Rayyân seraient à même de réunir une grande part des sommes remises par les déposants… Il s’imaginait qu’en parlant des pertes de RayyAn, les déposants allaient se reporter sur les banques du secteur public et que les petits épargnants en devises fortes, particulièrement en dollars, seraient obligés de les vendre… Mais il faisait erreur, car une solution temporaire ne résout pas un problème. L’économie est gouvernée par les lois et par la psychologie humaine. En Égypte, les épargnants préfèrent conserver leurs dollars même s’ils ne touchent aucun intérêt, car ils savent qu’avec le temps leur valeur va augmenter.

15Il ajoute qu’en ce qui concerne les sociétés de placement de capitaux, il ne saurait être question d’empêcher l’État d’exercer son pouvoir souverain. Mais il faut également savoir que l’augmentation des retraits dans les banques ne fera qu’accroître la défiance vis-à-vis de l’économie égyptienne. Car tout choc subi par les banques égyptiennes se répercutera sur l’économie dans son ensemble.

16C’est pour cela que, du point de vue de Nabil Shehab, il aurait fallu que la Banque Centrale se réunisse avec les sociétés de placement de capitaux pour leur faire connaître son point de vue. Elle aurait pu ensuite accorder à ces sociétés un délai pour changer leur statut conformément à une ligne de conduite fixée par l’État, car ces sociétés dépensent des efforts en vue du développement de l’économie nationale. Ceci peut s’effectuer, soit par la création d’un plus grand nombre de sociétés par actions dans les différents secteurs de l’économie, soit en finançant les activités déjà existantes et en accordant des liquidités à des sociétés qui sont sur le point de s’arrêter, du fait d’un étranglement en liquidités ou par manque d’appareillage et de matières premières. Il ajoute par ailleurs que la liquidation rapide des positions financières actuelles amènerait des pertes, car toute transformation d’investissements en liquidité amène une perte ; celle-ci serait supportée par les déposants…c’est-à-dire par le citoyen égyptien. Tout ce qui est arrivé ne fera alors qu’accroître le problème économique en Égypte, et viendra détruire la volonté d’épargne qui nous a tant fait défaut. En un mot les gens recommenceront à cacher leur épargne "sous le plancher" !

Où s’effectue le placement des capitaux ?

17Il est enfin une question fondamentale : celle de savoir où sont finalement engagées toutes ces sommes perçues par les sociétés de placement.

18Jusqu’à ce jour, on ne peut pas dire que soient apparues de grandes entreprises, mises sur pied par les sociétés de placement, dont les revenus justifieraient les énormes profits distribués aux déposants qui dépassent les 25 % l’an.

19Selon des rapports du service de répression des fraudes sur les fonds publics, il apparaît que la plupart des sociétés de placement des capitaux ont débuté par des activités sur le marché noir des devises et que des transferts très importants ont été effectués en leur faveur par les banques étrangères.

20L’un de ces rapports a estimé que la société Rayan, par exemple, transférait tous les jours entre un demi et un million de livres par le biais de la Banque Nationale d’Abu Dhabi.

21Ce dont l’État devrait se préoccuper en ce qui concerne ces sociétés c’est de protéger les propriétaires les capitaux et de protéger l’économie égyptienne.

22L’erreur, selon les observateurs, est que les sociétés de capitaux ont commencé leurs activités depuis plusieurs années et qu’elles ont poursuivi ces activités au vu et au su de l’État, sans que ce dernier n’intervienne. Puis, tout à coup, ce même État a voulu intervenir en prenant une loi sur les sociétés de placement des capitaux, une loi incomplète, avec de nombreux trous qui permettent à ces sociétés de s’en échapper.

Voilà le danger

23Dans une analyse neutre faite par un expert économique, ce dernier affirme : "C’est le poids des bénéfices énormes distribués par les sociétés de placement des capitaux qui suscite l’interrogation sur les projets dans lequel ces sommes ont été placées.

24Actuellement, on émet à ce propos les hypothèses suivantes : soit ces placements se font sur le marché des devises, soit ils se font dans des commerces illégaux, comme celui des stupéfiants, bien que cette supposition ne "tienne pas" pour de nombreuses sociétés. Il est également possible que les sociétés effectuent des opérations de spéculation sur le marché international de l’or et de l’argent. Les bénéfices peuvent en ce cas être très importants, de même que les pertes ; finalement, ce seront les déposants qui paieront la facture.

25Le plus grand danger en ce qui concerne ces sociétés, est que, du fait des sommes énormes qu’elles ont réunies et transférées à l’étranger, elles ont privé le marché interne des investissements correspondants. Bien que certains des responsables de ces sociétés affirment qu’ils investissent les sommes qu’ils perçoivent des déposants dans de multiples projets, les experts économiques constatent que ces projets n’ont rien à voir avec le volume des dépôts dont disposent ces sociétés.

26Plus grave encore, à côté des personnes correctes qui interviennent sur le marché de placement des capitaux, il en est d’autres qui sont des professionnels de l’escroquerie. Et c’est bien ce qui est arrivé ici.

27Toute l’affaire réside alors dans l’existence de fortes garanties qui viendront protéger les investisseurs corrects et qui combattront avec la dernière des vigueurs les "raiders" tout en protégeant dans le même temps les déposants. Ceci revient finalement à protéger l’économie de l’État et sa stabilité.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540