Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Islam et dérégulation financière

 | 
Jean-François Rycx

L'affaire des sociétés islamiques: la défense

Article 32. C’est leur succès qui attire des attaques contre les investissements islamiques

Texte intégral

1Middle EasT Times- 23-29/11/1986

2Fathy Mohamed Tawfik, qui a l’apparence typique de l’Égyptien moyen avec sa barbe et sa "galabeyyah", est en fait un homme d’affaires de haut niveau. Avec ses deux frères, M. Tawfik possède et dirige une des sociétés islamiques les plus importantes d’Égypte, la "Rayyân Islamic Investment Corporation".

3Au cours des quelques dernières années, les trois frères ont réussi à concurrencer et même à surpasser la plupart des banques du secteur public en drainant les remises de fonds des Égyptiens travaillant à l’étranger.

4C’est pour cette raison, selon les frères, que le gouvernement et la Banque Centrale ont entrepris à leur encontre une campagne de diffamation systématique.

5Al-Rayyân, ainsi qu’une vingtaine d’autres sociétés similaires, a réussi à drainer les investissements d’environ un million d’Égyptiens, soit au total six milliards de livres égyptiennes et plus.

6Au début du mois, une rumeur selon laquelle Al-Rayan aurait perdu 200 millions de dollars en spéculation sur l’or sur le marché monétaire européen a provoqué une panique générale parmi les petits investisseurs de la société, et a conduit des milliers de personnes à réclamer la restitution de leur argent.

7La situation a failli avoir des répercussions à long terme dans le mouvement bancaire islamique et pourrait ébranler également les banques de secteur public.

8Lors de l’entretien qui s’est déroulé dans son bureau près des Pyramides le 12 novembre, M. Tawfik était pratiquement aphone pour avoir passé des jours à rassurer ses clients sur la sécurité de leur argent. Il a été interviewé par le correspondant du Middle East Times, Ghada Ragab.

9Les attaques ont commencé avec le gouverneur de la Banque Centrale qui a menacé de "détruire" Al-Rayyân. Avec nous, il s’est trouvé confronté au problème engendré par tous les gens qui ont retiré leurs épargnes des banques de secteur public -vidant ainsi les caisses de l’État jusqu’à un point critique.

10Pensez-vous que les attaques dont vous avez fait l’objet récemment sont dues au fait qu’Al-Rayan est une société islamique ?

11La société est islamique depuis qu’elle existe. Pourquoi les attaques ne commenceraient-elles que maintenant si c’était pour cette raison ?

12A votre avis quelle est la raison de ces attaques contre Al-Rayyân ?

13Les attaques ont commencé avec le (précédent) Gouverneur de la Banque Centrale, dans une interview donnée au magazine "Middle East Money" – Ali Negm. Il a déclaré que la société était en train de perdre de l’argent et a menacé de détruire Al-Rayyân. Avec nous, M. Negm s’est trouvé confronté au problème engendré par tous les gens qui ont retiré leurs épargnes des banques de secteur public et ont investi dans Al-Rayyân, vidant ainsi les caisses de l’État jusqu’à un point critique.

14Qu’est-ce qui différencie Al-Rayyân des autres sociétés islamiques ?

15Al-Rayyân est une des plus importantes sociétés islamiques en Égypte. Nos transactions sont dans la droite ligne de la loi islamique qui stipule que les investisseurs partagent dans une même mesure les pertes et les profits de tout projet. La société est islamique dans le sens où nous n’établissons pas de marge de profit lorsque nous signons des contrats avec des investisseurs : nous attendons la fin de l’année. Chaque mois, l’investisseur touche une somme d’argent. A la fin de l’année nous vérifions le budget. Si nous devons quelque chose à l’investisseur, il reçoit son argent. Si c’est lui qui nous doit de l’argent, il paie. De toute façon, depuis que nous avons commencé nous n’avons eu aucune perte. Nous avons un taux de profit de 24 % et plus.

16Quelles activités la société Al-Rayyân entreprend-elle ?

17Nos activités sont variées industrielles, notamment. Nous fabriquons des blocs de béton, des tuiles, des détergents et des jus de fruit. La société à une activité agro-alimentaire avec l’élevage ovin et bovin. Nos activités commerciales sont sans doute la raison de ces attaques portées contre nous –nous faisons le commerce d’acier spécial, de différentes sortes de bois, de maïs et d’or. Je dirais que ces quatre importantes activités commerciales sont la raison de cette campagne contre la société.

18Les critiques disent que, bien que la société soit islamique, tout son argent provient de la spéculation. Est-ce vrai ?

19La spéculation se trouve dans toute forme de commerce. Acheter du bois et le vendre, c’est de la spéculation. Acheter de l’acier spécial et le vendre, c’est de la spéculation. Le mot "spéculation" s’applique à n’importe quelle forme d’achat et de vente.

20– Al-Rayyân est accusé d’investir la plupart de ses capitaux à l’étranger au lieu d’investir dans des projets locaux. Avez-vous un commentaire ?

21Cela est dû en partie à la manière dont ces rumeurs se sont propagées. Les moyens légaux d’utiliser les dollars comme monnaie lourde en Égypte sont, soit d’ouvrir un compte de crédit, soit de spéculer à l’étranger.

22La vérité est que la plupart de notre capital est investi en Égypte, et un certain pourcentage, établi en accord avec nos investisseurs, est utilisé en spéculation à l’étranger. Si c’était vrai que la plus grande part de notre argent est à l’étranger, nous n’aurions pas été en mesure de donner satisfaction aux investisseurs venus retirer leur argent.

23Chacun, s’il le voulait, pouvait récupérer son argent en espèces, et immédiatement.

24En tant que société d’investissement, pourquoi conservez-vous une aussi grosse part de votre capital en argent liquide ?

25Nous avons converti les espèces en stock d’or, que nous vendons chaque fois que nous avons besoin de liquide. Nous le gardons au cabinet. Nous avons acheté l’or lorsqu’il se vendait à 14 livres égyptiennes, de telle sorte que, même en cas d’urgence, nous pouvons faire un bénéfice sur cette vente.

26Pouvez-vous nous en dire plus sur les projets d’investissement d’Al-Rayyân ?

27Nous avons 40.000 moutons qui consomment quotidiennement environ 80 tonnes de nourriture, un projet que personne d’autre ne peut assumer. Imaginez quelle quantité de nourriture stockée un tel projet requiert. Nous avons une boucherie automatique privée et un supermarché qui distribue nos productions de viande et de poisson. Nous avons une exploitation de 420 hectares sur la route Ismailia– Le Caire pour la pisciculture et l’élevage, et nous possédons également plus de 1000 têtes de bétail. A tout cela s’ajoutent nos cultures de maïs.

28Voyez-vous, je suis responsable de ces projets mais ils sont si nombreux que parfois j’en oublie quelques uns. Al-Rayan compte environ 300.000 investisseurs et actionnaires, et 12 compagnies par actions.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540