Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Islam et dérégulation financière

 | 
Jean-François Rycx

L'affaire des sociétés islamiques: la défense

Texte 31. Lettre ouverte a monsieur le président de la république

Al Ahram

Texte intégral

1Publicité rédactionnelle, 10/11/1986

2Depuis quelques jours, les sociétés du groupe al-Rayyân font l’objet d’une campagne de rumeurs malintentionnées et mensongères, dont le but est de semer la panique parmi nos actionnaires et nos déposants. On cherche, de cette façon, à porter atteinte aux succès passés et présents que notre société a réalisés grâce à l’aide de Dieu dans les divers domaines de l’investissement, productif et financier. C’est à la suite de cela que le groupe al-Rayyân a décidé d’apporter un démenti à ces calomnies en exposant à Monsieur le Président de la République toute la vérité –documents à l’appui– afin que le Droit apparaisse, que les mensonges soient dévoilés et que Monsieur le Président puisse s’assurer que l’Égypte est sauve, que ses fils répondent sans hésiter aux appels à la purification, à l’augmentation de la production et à l’abnégation.

31) On a dit que la société al-Rayyân risquait les capitaux des épargnants sur les marchés des valeurs internationaux. Elle aurait, paraît-il, perdu ainsi de grosses sommes, 60,100 ou 200 millions de dollars suivant les rumeurs. Or ceci est une allégation mensongère et nous mettons au défi qui que ce soit d’avancer le plus petit début de preuve. Il est malheureusement évident que certains ont voulu exploiter une fausse nouvelle publiée ce mois-ci par une revue anglaise, selon laquelle nous aurions perdu 100 millions de dollars en septembre sur le marché de l’or. Mais cette revue est entre les mains d’un groupe de sionistes extrémistes bien connus pour leur antagonisme déclaré contre les Arabes et leur haine des Musulmans. Les succès éclatants de notre société dans des opérations parfaitement légales sur les marchés mondiaux leur ont porté ombrage, car ce domaine était le monopole de certains clans, que l’intrusion d’Égyptiens et de Musulmans brise en morceaux.

  • 1 (Les documents reproduits dans la marge de la page de publicité d’al-Ahram sont essentiellement des (...)

4La preuve de la fausseté de ces allégations réside dans les rapports officiels de banques égyptiennes ou étrangères publiés ci-contre1. Tous témoignent de ce que les transactions de notre société sur les marchés internationaux ont permis de réaliser d’énormes bénéfices, qui ne cessent de s’accroître. Notre succès est dû au fait que nos opérations -parfaitement légales du point de vue de l’État, puisque conformes au décret 53 de 1986 promulgué par le directeur de l’Organisme Public de la Bourse des Valeurs- sont engagées après des études techniques approfondies menées par les plus grands experts financiers du monde, grâce à un "état-major" qui n’a pas d’équivalent en Égypte. Nous sommes fiers de pouvoir ajouter que le plus brillant de ces experts est l’un des directeurs de notre société, le hagg Ahmad Tawfik ‘Abd al-Fattah, qui s’est vu décerner le titre de "super-dealer" par l’American Express, le certificat ayant été signé par l’ensemble des membres du conseil d’administration de cette banque, l’une des plus grandes du monde. Hélas, certaines personnes, atterrées par notre succès, ont trouvé dans l’article suspect mentionné plus haut ce qu’ils attendaient depuis longtemps. Ils l’ont reproduit pour le distribuer à certaines banques égyptiennes, sans d’ailleurs se charger de la moindre vérification (alors qu’ils occupent des fonctions qui leur en donnaient toutes facilités). Ils ne se sont en rien préoccupé de la panique qu’ils ont ainsi semé dans le cœur de 300 000 citoyens égyptiens, ceux qui sont en relations d’affaires avec nous, sans compter la terreur des milliers de personnes qui travaillent dans nos entreprises. Cette rumeur mensongère qu’ils ont contribué à répandre, si elle se poursuit, sera prise en compte par les banques nationales où sont déposés nos fonds, et nul ne peut ignorer les dommages que cela pourra causer, sans parler des obstacles qui seront ainsi dressés devant des projets qui, vu les conditions actuelles, sont nécessaires à notre économie nationale.

5N’aurait-il pas été préférable que ceux qui répandent les rumeurs, au lieu de déformer le sens des réussites de vrais et respectueux patriotes, s’occupent plutôt de diriger ces derniers dans les domaines d’investissement idéaux, ceux où la Nation a besoin de soutien ?

62) On a également affirmé que les 24 % minimum que nous versons â nos actionnaires démontrent que nos activités ne respectent pas la légalité. Auraient-ils oublié que les banques prêtent aux investisseurs à des taux qui, frais compris, se montent à 20 % ? N’est-il pas évident de ce fait que les entreprises doivent réaliser des bénéfices dépassant ce taux pour pouvoir régler leurs dettes ? C’est ce qu’on appelle en économie la relation intérêt/efficacité marginale du capital.

7Ainsi, quand le groupe al-Rayyân réalise des bénéfices variant de 24 à 30 % par an et les répartit parmi ceux qui ont investi chez lui, pour les aider à lutter contre la hausse du coût de la vie, est-il logique, raisonnable de qualifier le taux de ses bénéfices de "signe de l’illégalité de ses activités" ? De le faire comme cela, simplement, sans avancer aucune sorte de preuve ! Tout à fait à l’opposé de cela, nous pouvons dire que l’ensemble de nos activités sont soumises au contrôle des autorités compétentes désignées par l’État, ce qui permet d’assurer que nous ne travaillons que dans la légalité.

83) On a dit encore que nos investissements se réduisaient à une simple boucherie, une poissonnerie et une étable pour le bétail ! Pour répondre à cette autre calomnie, il nous suffira de présenter la liste des sociétés et des projets géants qu’à enfantés notre société-mère, la Société al-Rayyân d’Investissements et de Placement de Fonds. Ce sont toutes des sociétés anonymes créées conformément à la loi, soumises au contrôle de l’État et payant en temps voulu les impôts qu’elles doivent payer.

    1. La société al-Rayyân pour les matériaux de construction : installée dans la zone industrielle de l’autoroute le Caire-Alexandrie. Cette société produit actuellement, grâce à des investissements s’élevant à 7 millions de Livres Égyptiennes, 100 millions de briques de béton par an, ainsi qu’un million de mètres linéaires de dalles en ciment. Deux chaînes de production mécanisée, du modèle le plus récent, ont été récemment installées afin que la capacité de production augmente de 50 millions d’unités par an.

    2. La société al-Rayyân de détergents chimiques : 8 millions de Livres Égyptiennes d’investissements pour une capacité de production de 400 tonnes de détergents dans la première phase de la société. Par la suite, 1200 tonnes supplémentaires seront produites et commercialisées à des prix correspondant aux revenus limités et suivant les meilleures normes. Grâce à cela, l’autosuffisance nationale sera atteinte et le surplus sera exporté. Les premières expériences de production ont été faites le mois dernier, le travail se faisant en collaboration avec la société anglaise Casco (?), afin d’ouvrir la première usine de ce genre au Proche-Orient.

    3. La société nationale al-Rayyân de production de fibre de verre destinée à la production d’embarcations de pêche, de pièces de rechange pour les véhicules automobiles, de meubles et de cuves ; cette société a commencé sa production expérimentale grâce à des investissements d’un million de Livres Égyptiennes.

    4. La société nationale al-Rayyân pour les vêtements et le linge de maison brodé : 5 millions d’investissements, usine dans la ville du Six-Octobre, capacité de production, exploitée actuellement à environ 50 %, de 200 000 dessus-de-lit (qualité populaire), 400 000 chemises, 200 000 tabliers d’écoliers, 50 000 ensembles de linge de table, 50 000 matelas, 2 millions de mètres linéaires de rideaux brodés.

    5. La société Centrale de revêtement de sol : 6 millions de Livres Égyptiennes d’investissement s, 2 millions de mètres carrés de linoléum produits annuellement.

    6. La société al-Rayyân du prêt-à-porter, en coopération avec le gouvernement de Chine Populaire : suivant le régime de la loi 43/1974, cette société a un capital de 5 millions de Livres Égyptiennes, mais n’a encore pu entrer en service du fait de difficultés administratives.

    7. La société al-Rayyân d’industries alimentaires (en cours d’établissement) : 48 millions de Livres Égyptiennes d’investissements dans la ville du Dix Ramadan, pour créer un complexe se composant d’une fabrique de confiserie et d’usines de jus de fruits, pâtes alimentaires et féculents. Une cinquième usine sera consacrée aux produits agricoles.

    8. La société des fermes al-Rayyân pour l’élevage ovin et bovin : le cheptel actuel (1000 vaches et 100 000 moutons) doit être accru progressivement, en coopération avec une société danoise spécialisée, pour que la société englobe 5 fermes et 500 000 têtes de bétail, ainsi qu’une usine pour les produits laitiers et les fromages.

    9. La société al-Rayyân d’investissements fonciers : 20 millions de Livres Egyptiennes d’investissements dans les domaines de l’habitat de moyen et bas standing. Elle a déjà construit trois tours dans le gouvernorat de Giza (120 unités d’habitation) ainsi qu’une autre, de 14 étages, dans le quartier Haron de Dokki. Un ensemble de haut standing a aussi été édifié dans la région de Ma’adi.

    10. La société nationale al-Rayyân de boulangerie : 5 millions de Livres Egyptiennes d’investissements dans le domaine des boulangeries semi-automatiques.

    11. La société al-Rayyân de restauration : 5 millions de Livres Égyptiennes d’investissements.

    12. La société al-Isma’iliyya pour la pisciculture et l’élevage des canards (al Tall al Kabir) : 15 millions de Livres Égyptiennes d’investissements, dans lesquels la part du groupe al-Rayyân est de 20 % (autres actionnaires : Banque mondiale, diverses banques, et institutions).

    13. Le groupe al-Rayyân participe à hauteur de 20 % avec les Banques nationales de développement dans les sociétés suivantes : –Société nationale d’aviculture (6 millions de Livres Égyptiennes.) – Société nationale de production d’œufs (2 millions de Livres Égyptiennes.) – Société nationale des abattoirs mécaniques (2 millions de L.E.).

    14. Société al-Rayyaâ de transactions financières : capital nominal de 50 millions de Livres Égyptiennes.

    15. Deux stations services à Giza, en coopération avec la société Misr pétrole.

    16. Un certain lot de terrains au Caire et à Giza pouvant servir à l’installation de centres commerciaux en tous genres ou à l’habitat (études actuellement en cours par des bureaux internationaux.)

    17. Opérations commerciales d’importation de produits stratégiques pour l’économie nationale (matériaux de construction, agro-alimentaire) ; les profits tirés de ces opérations permettent d’offrir rapidement des dividendes élevés aux actionnaires et déposants.

    18. Opération sur les marchés internationaux des valeurs, conformément à l’autorisation obtenue en ce sens par la Société al-Rayyân de transactions financières. Grâce aux experts égyptiens et étrangers sur lesquels la société s’appuie, cette activité a réalisé des bénéfices très élevés qui ont, encore une fois, permis que les actionnaires et déposants voient leurs gains augmenter.

9Nous n’avons nul besoin (après cela) de rappeler que toutes nos sociétés et toutes nos entreprises sont guidées par une stratégie d’investissement élaborée par un pool d’experts. Nous visons les domaines d’investissement les plus sûrs, les meilleurs, les plus rentables, outre la satisfaction des besoins du pays et du peuple.

10Nous demandons ici en toute confiance que les autorités compétentes veuillent enquêter sur les rumeurs qui circulent, afin que le droit triomphe dans cette affaire et que les calomniateurs soient punis. Nous savons en effet que notre position est saine, que notre bilan financier est solide, que nos mœurs sont pures et que ces rumeurs sont mensongères, comme l’a d’ailleurs démontré l’attitude des déposants, qui y ont réagi en augmentant les sommes qu’ils nous remettent.

11Cependant, et bien que nous soyons persuadés que ces allégations seront rapidement démontrées comme calomnieuses, le groupe des sociétés al-Rayyân se déclare prêt à restituer sur l’heure les dépôts de tous ceux qui en exprimeront le désir. C’est à Dieu que nous demandons de nous guider sur la voie juste, de nous assister dans la réalisation du bien de l’Égypte et de la prospérité de ses citoyens, sous l’égide loyale et juste de monsieur le président de la République.

12Le Groupe des Sociétés al-Rayyân.

Notes

1 (Les documents reproduits dans la marge de la page de publicité d’al-Ahram sont essentiellement des télex de la Chase Manhattan, de Shearson Lehmann Brother, de la Banque Misr International, de l’American Express…)

Auteur

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540