Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Islam et dérégulation financière

 | 
Jean-François Rycx

Économie islamique et contrôle de l'État

Article 21. "On demande une codification de l’économie islamique"

Dr Abdel Aziz Hegazi

Texte intégral

1Quoique l’expérience des banques islamiques remonte à dix ans seulement, elle s’est propagée largement et intensivement, non seulement en Egypte, mais aussi au niveau des pays arabes et africains, et actuellement au niveau mondial, notamment dans les pays européens où ont été établies des banques et des succursales de banques islamiques.

2En outre, ces banques se trouvent dans une situation particulière dans ces pays, du fait de l’intérêt que manifestent les académies et les universités pour cette nouvelle branche de l’économie. Il existe de nombreuses thèses de doctorat, et plusieurs recherches scientifiques sur les banques islamiques. Mous pouvons dire en ce sens que l’expérience est devenue une réalité concrète.

3Je pourrais même affirmer que l’expérience en Egypte, particulièrement, est dans une situation très critique pour une cause principale ; 1’affluence des capitaux et des dépôts vers les banques islamiques, en sommes énormes, de sorte qu’elles soulèvent le problème du stock de liquidités monétaires de ces banques islamiques, et la recherche de moyens pour employer ces capitaux conformément à la loi islamique et à l’économie islamique.

4Mais la contradiction tient au fait que ces banques opèrent dans un cadre économique qui pratique le ribâ, et donc dominé par des principes imposés par l’Etat par le biais de ses lois monétaires, et des pratiques de l’économie intégrant le ribâ. L’opposition est donc évidente entre la collecte de ces capitaux employés selon les principes islamiques, et la soumission de ces capitaux à des critères et des principes relevant totalement du ribâ.

5Si l’on cherche le moyen d’éliminer cette contradiction, la solution porte sur deux point essentiels :

  1. L’Etat doit se hâter de mettre en œuvre les législations islamiques relatives à l’élimination de l’emploi du ribâ. C’est là un élément fondamental de l’économie islamique.
  2. De même en ce qui concerne l’aumône légale ou zakât, quoiqu’elle soit facultative actuellement, elle devrait prendre une forme légale dont les effets s’étendraient à toutes les institutions économiques. C’est là, la solution la plus facile pour que les banques puissent opérer dans un cadre complètement islamique.

6Comme nous sommes dans un environnement où le ribâ est pratiqué, le gouvernement devrait au moins s’empresser de modifier certaines législations relatives au crédit, à la monnaie et à la Banque Centrale. Il établirait ainsi un ensemble de principes et de critères conformes aux principes de la loi islamique qui s’appliqueraient aux banques islamiques en Egypte aux succursales des banques islamiques, ou à celles des banques traditionnelles qui opèrent dans le domaine islamique. De cette façon, je ne crois pas que l’Etat s’opposerait, durant la période transitoire, à un fonctionnement basé sur une dualité des critères : ceux conformes à la loi islamique, selon lesquels opèreront les banques islamiques et leurs succursales, et ceux propres aux opérations du reste de l’appareil bancaire, en fonction des bases courantes du système traditionnel intégrant le ribâ.

7Une telle réforme est urgente et nécessaire. L’Etat doit prendre une décision en la matière, sinon les politiques en vigueur influenceront le mouvement des activités des banques islamiques, et ceci pour plusieurs raisons.

8Prenons quelques exemples simples :

  1. Les taux d’intérêt imposés par la banque centrale à ces banques, ou sur le ratio de réserves qu’elles déposent à la Banque Centrale. Les banques islamiques ne peuvent pas prélever d’intérêts, ne pouvant se soumettre au cadre du ribâ, ce qui signifie la limitation de leur extension.
  2. Ces banques opèrent dans le commerce et l’investissement, et elles ont le droit d’être encouragées à opérer dans ce cadre. Par suite, elles doivent bénéficier des facilités qui leur permettent d’entreprendre leurs activités, au lieu de collecter les capitaux, puis d’être obligées de les investir à l’étranger vu les difficultés qui entravent leur fonctionnement à l’intérieur du pays. Ce point, précis a été considéré par certains, comme étant une brèche dans l’activité des banques islamiques. Ces dernières ont été obligées d’agir ainsi, vu la limitation des domaines dans lesquels elles peuvent opérer. Si nous leur ouvrons un domaine d’activités, elles se dispenseront d’investir les capitaux à l’étranger.

9Par suite, la situation actuelle exige une décision tranchée du ministre de l’Economie et du gouverneur de la Banque Centrale, donc de l’Etat, sous forme de législation ou de décision. Cette procédure doit être entreprise immédiatement, sinon tout ce secteur sera en danger, ce qui ébranlerait l’expérience islamique. Les bénéficiaires de cette expérience lui deviendraient hostiles, car ils rejetteront cet échec sur le système économique islamique et prétendront qu’il n’est pas possible de l’appliquer.

10Durant dix ans, et dans le cadre des transactions monétaires mondiales, les banques islamiques ont pu apparaître comme une force prospère. Ainsi, récemment, trente petites succursales ont été établies que presque personne n’a remarquées, mais qui s’étendent universellement de Malaisie jusqu’aux Iles Bahamas. Elles ont même pu opérer durant ces dix années avec des capitaux qui ont atteint plus de neuf billions de dollars.

11Le monde est bien obligé de s’intéresser à ce nouveau phénomène, face au mouvement vers les banques islamiques de capitaux qui, jadis, se dirigeaient vers les banques pratiquant le ribâ.

12Quand nous entendons qu’une banque islamique possède des dépôts atteignant un million de dollars, cela signifie qu’elle a attiré cette somme hors des banques pratiquant le ribâ. Quand nous entendons que le volume des opérations commerciales entreprises par ces banques s’est accru de 10 millions, à mille millions puis à deux mille millions, cette ascension signifie une attraction énorme du volume des opérations commerciales entreprises, jadis, par les banques pratiquant le ribâ. Par suite, il n’est pas étrange que quelques banques étrangères aient commencé à fonder avec les arabes à l’étranger, des banques islamiques. Ceci signifie que l’expérience avance à grands pas et impose sa présence dans le monde.

13Mes propos n’impliquent pas que je revendique l’islamisation des banques pratiquant le ribâ, c’est-à-dire leur transformation radicale en banques islamiques, "vous avez votre religion et J’ai la mienne". Cette expérience est propre au monde islamique qui doit appliquer le système économique islamique. Quiconque voudrait l’appliquer pourrait le faire sans contrainte.

14Tout ce que je veux dire, c’est que l’expérience devrait être protégée. Cette protection en quelques mots suppose qu’on lui fournisse la chance d’utiliser les principes et les critères du système économique islamique. Mais la soumettre aux critères du ribâ est une contradiction complète. Celle-ci pourrait avoir raison de l’expérience en Egypte.

Auteur

Ancien premier ministre Al Jumhurriyya 24 Mai 1984

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540