Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Islam et dérégulation financière

 | 
Jean-François Rycx

Strategies internes

Texte 18. "La banque islamique internationale pour les investissements et le développement"

Ahmed Amin Fouad

Texte intégral

1(…) Depuis le début, la banque a tenu à établir ses propres sociétés spécialisées pour réaliser des investissements dans différents secteurs en Egypte, afin de participer au développement économique du pays.

2La banque participe à des projets essentiels dans le domaine de l’habitat, étant donnée l’importance du secteur privé dans la politique gouvernementale du logement. Elle a aussi financé plusieurs projets dans l’industrie, l’agriculture, les services, la sécurité alimentaire, l’habillement, depuis octobre 1981. Ces financements ont atteint 558 millions de dollars, dont 38 millions de dollars ont été octroyés au secteur industriel sans bénéfices ni charges.

Les sociétés de la banque

I. Sociétés formées par la banque :

  1. La société islamique internationale d’entreprises : son capital est de 2 millions de L.E. Elle opère dans les secteurs du logement, de la construction, du transport, des infrastructures, de la bonification des terres, des équipements mécaniques, électroniques et électriques.
  2. La société islamique internationale d’investissements financiers : son capital est de 1,5 millions de L.E. Elle opère dans le secteur foncier (les terrains privés consacrés au logement et à la construction). Elle réalise les études préliminaires à l’établissement des villes, des communes et des projets d’expansion de peuplement.
  3. La société islamique internationale de moyens audiovisuels : son capital est de 2 millions de L.E. Elle opère dans le secteur de la production audiovisuelle (radio et télévision) pour les pays arabes, musulmans et européens. Elle produit des cassettes et des vidéocassettes concernant la pensée, les principes et les valeurs islamiques, l’utilisation des méthodes audiovisuelles pour la propagation de l’enseignement. Elle opère également dans le secteur de la publicité.
  4. La société islamique internationale pour le commerce et le développement : son capital est de 1 million de L.E. Elle opère dans le secteur import-export des produits bruts (matières premières nécessaires à la production industrielle et autres). Elle participe au développement de l’activité commerciale à l’intérieur et à l’extérieur du pays, en essayant d’ouvrir de nouveaux marchés aux produits égyptiens.
  5. La société islamique internationale pour les ordinateurs : son capital est de 2 millions de L.E. Elle opère dans le secteur des ordinateurs et des appareils électroniques. Elle prépare des programmes spécialisés de formation pour les jeunes, afin de former une nouvelle génération.
  6. La société islamique internationale pour le commerce extérieur son capital est de 3 millions de dollars américains. Elle construit des dépôts modernes. Elle opère dans le secteur du transit (marchandises, divers appareils et équipement) conformément au système des zones libres.
  7. L’assemblée des consultants : son capital est de 2 millions de L.E. Elle opère en tant que consultant pour l’étude, la planification et le contrôle de l’exécution des projets.
  8. La société El Minia pour la mécanisation et les services agricoles du gouvernorat El Kinia : son capital est de 1 million de L.E. Elle fournit les machines et équipements agricoles nécessaires à la mécanisation des récoltes, principalement la canne à sucre. Elle entreprend également la bonification et le défrichement des terrains.

II. Les sociétés en cours de formation :

  1. La société islamique internationale de peintures et d’industries chimiques : elle est en cours de formation à la ville du 10 du Ramadan. Elle a pour objectif de répondre à une partie de la demande locale en peintures et encaustiques à usage industriel et maritime de qualité.
  2. La société arabe pour la fabrication de tuyaux en plastique : elle est en cours de formation à la ville du 10 du Ramadan et a pour but de répondre à la demande locale en tuyaux divers. Cette société est la première en son genre en Egypte.
  3. La société arabe pour les plantes médicinales : elle a pour but de défricher 29 feddans dans la région d’Enshas au gouvernorat de Sharkeye, et 30 feddans au Sinaï. Elle produira et épurera des plantes médicinales et fabriquera divers médicaments comme les thés médicinaux, les capsules, les gélules, les pastilles et les sirops.
  4. La société de Misr el Vosta pour la production des volailles elle a pour but d’élever les volailles mères importées pour fournir des poussins de qualité. Elle produira également du fourrage et transportera la production des fermes des gouvernorats de la Haute-Egypte.
  5. La société islamique de la nouvelle vallée (Al-Wadi al Gadid) pour le placement des capitaux : elle lancera des projets de développements dans la nouvelle vallée. Ces projets seront dans les domaines de l’industrialisation agricole et animale ainsi que dans le tourisme.
  6. Les projets d’avenir : les plans prévoient de couvrir toutes les activités économiques : transport (maritime, aérien et terrestre), imprimerie et publication, sociétés d’investissement dans les gouvernorats, services aux entreprises, carrières, services sanitaires et médicaux (cliniques, hôpitaux, centres médicaux), services d’enseignement (écoles islamiques de langue), services touristiques, hôtellerie et assurance islamique.

Auteur

Directeur du Conseil d’Administration – Al Ahram du 8/12/1985

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540