Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Islam et dérégulation financière

 | 
Jean-François Rycx

Les facteurs économiques et sociaux: le cas Égyptien

Texte 10. "Les banques islamiques et les sociétés islamiques de placement soit-elles une réaction de l’islam des riches ou une réaction de l’islam politique ?"

Texte intégral

1A.I. 12/5/86, n°904

2Le dialogue avec le Sheikh Abou Ismael, l’un des dirigeants des Frères Musulmans, est indispensable, étant donné l’importance qu’on doit accorder au point-de-vue du mouvement islamique face au phénomène des banques islamiques dans l’économie égyptienne. Plusieurs aspects méritent l’attention :

3Le premier concerne le phénomène des banques islamiques ainsi que des sociétés de placement des capitaux selon des modalités islamiques ; il porte sur la légalité -entendue au sens du droit islamique – des opérations de ces institutions.

4Le second a trait à la révision des lois positives égyptiennes – y compris les lois économiques – pour les rendre conformes à la législation islamique.

5Comme cela est le cas dans la plupart des interviews donnés par le Sheikh Salah Abou Ismael, celui-ci nous réserve de nombreuses surprises. La première tient au fait qu’il soutient l’activité des sociétés de placement de capitaux selon les modalités islamiques, même lorsque celles-ci interviennent sur le marché noir des devises. La seconde tient au fait qu’il déclare que le commerce des devises est licite. La dernière tient à ce qu’il estime que le droit positif n’a pas à être respecté, dans la mesure où il autorise des choses illicites comme l’usure (ribâ) ou l’alcool (Khamar).

6Dans son interview avec al Ahram al-Iqtisadi le sheikh affirme notamment :

7"L’Etat prend une position curieuse à l’égard des banques islamiques, en sachant pourtant qu’il porte atteinte à l’Islam dans les banques traditionnelles qu’il contrôle. Or, l’Etat crée des branches islamiques dans ces banques usuraires afin d’attirer l’épargne et d’encourager les dépôts. Comment donc l’Etat peut-il prétendre traiter selon des règles islamiques dans ses propres banques, sans s’interroger sur les lois qui organisent les opérations dans les banques usuraires ? Cela pose une interrogation sur la position de cette loi vis-à-vis des banques islamiques. Ce n’est d’ailleurs pas la seule attitude équivoque de l’Etat. Celui-ci a donné le feu vert aux banques islamiques en autorisant l’ouverture de succursales dans les diverses régions de l’Egypte. Ces banques ont donc loué des locaux en pleine période de montée des prix ; elles ont ensuite demandé l’autorisation d’employer des salariés pour faire fonctionner ces succursales et les prendre en charge. L’Etat leur a fourni ces autorisations, jusqu’au moment où les banques se sont trouvées engagées à verser les salaires aux personnes nommées ainsi que le montant des loyers. C’est alors que l’Etat a retiré ses autorisations, laissant les banques islamiques en difficulté, supportant les charges engagées, avant même que d’avoir bénéficié de ces branches.

8Or si l’Etat suivait des préceptes quelconques, que ce soit ceux de l’Islam, du Christianisme, du Judaïsme, voire du communisme ou du socialisme, il combattrait l’usure, car celle-ci est une forme hideuse de capitalisme. Je ne sais donc plus quelle identité il faut accorder à cet Etat.

9Je suis donc perplexe. C’est pour de telles raisons que Dieu et son Prophète ont mené le combat ainsi que cela est dit dans le Coran : "ô vous qui croyez, craignez Dieu et n’exigez plus ce qui reste encore dû du produit de l’usure, si vous êtes de vrais croyants. Au cas où vous refuseriez de le faire, attendez-vous à une guerre impitoyable de la part de Dieu et de son envoyé". Dieu dispose des armées du ciel et de la terre. Les résultats de cette guerre apparaissent dans la déchéance économique, dans les difficultés alimentaires et dans celles du logement, de l’armée et de la société. Dieu avait raison de dire : "Mais celui qui sera insensible à mon appel ne vivra guère à l’aise une fois ressuscité ; il se trouvera privé de la vue."

10J’aurais souhaité et je souhaite toujours que l’Etat ouvre en grand la porte à l’expérience islamique. Sous sommes liés à un régime dont la constitution appelle à l’Islam et à son respect, particulièrement à propos d’un sujet qui est compté parmi les fautes les plus grandes : l’usure et les banques usuraires.

11Si l’Etat est dans une position de contrainte et de soumission, qu’il laisse donc l’expérience se poursuivre jusqu’au moment où il pourra se libérer de ces contraintes".

Une crise Juridique

12Si le problème est celui de mettre au point une nouvelle loi, on remarquera que l’Assemblée du Peuple fait littéralement pleuvoir les lois positives qui s’opposent au droit islamique. Que l’Assemblée du Peuple adopte donc une loi qui viendrait couvrir les activités des banques islamiques et qui préserve l’expérience islamique et lui permette de s’accroître, d’autant plus que ce type de banques se développe, tant à l’intérieur du pays qu’à l’extérieur, comme au Soudan, dans les Emirats Arabes Unis et dans d’autres Etats.

Les lois relatives au droit islamique

13Quels sont les derniers efforts qui ont été entrepris pour assurer la conformité des lois avec le droit Islamique ?

14"Le docteur Rifaat el Mahjoub défie Dieu, son prophète et ses serviteurs, même s’il récite au début de chaque session ce verset coranique : "Dis-leur : agissez et Dieu verra vos œuvres ainsi que son envoyé et les croyants". S’il récitait le verset dans son entier, il trouverait que Dieu dit aussi : "Vous retournerez un jour à celui qui connaît également les choses invisibles et les choses apparentes et il vous rappellera ce que vous faisiez." Monsieur Mahgoub fait comme s’il voulait voir s’appliquer le Droit islamique. A ceux qui l’accusent de vouloir le déformer, il rétorque par cette parole divine : "Monstrueux blasphèmes que ce qu’ils profèrent et mensonges évidents". Puis il s’arrange ensuite pour geler les projets de codification islamique à l’Assemblée du Peuple, tout en sachant très bien que les textes en ont été établis par l’Assemblée précédente, que de nombreux savants du droit islamique, conseillers et experts, se sont mobilisés autour de ces textes, que ces derniers ont été révisés par la Cour de Cassation et par l’Académie des Recherches Islamiques, que l’impression en a été effectuée par l’imprimerie Amiriyya (imprimerie officielle) aux frais de l’Assemblée et que la séance du 1 juillet 1982 leur a été consacrée.

15Les minutes des séances en sont la meilleure preuve. L’Assemblée précédente a transmis ces textes à la commission législative et constitutionnelle, en vue de compléter la procédure de promulgation. C’est à ce point qu’est arrivé Monsieur Mahjoub pour geler tout le processus. Nous nous en sommes alors chargés et nous avons présenté à nouveau ces projets, en urgence, à la dernière session. Ceux-ci ont également été présentés à la session en cours.

16Je disais, en répondant à la déclaration du Président de la République, que Rifaat Mahjoub ne pouvait plus prétendre aujourd’hui que l’Assemblée du Peuple n’a pas été saisie de projets de lois islamiques. Mais en dépit de tout cela, Monsieur Mahjoub continue ses supercheries sous diverses formes. C’est ainsi qu’il a repris une décision adoptée par l’Assemblée, lors de sa dernière session, qui prévoyait l’épuration des lois en vigueur de tout ce qui est contraire à la Sharica. Mais tout ceci n’est que poudre aux yeux... puis vint ensuite la décision, appuyée sur le règlement de l’Assemblée, de mettre fin à la dernière session.

17En ce qui concerne la session en cours, et en dépit des textes qui nous ont été présentés en matière criminelle, civile, sociale, économique, en matière de procédure et de preuve, en droit commercial et maritime, le règlement est violé par la non-transmission de ces propositions à la commission des propositions et des plaintes et à la commission législative.

18J’adresse un blâme à mes collègues de l’Assemblée qui ne font pas face à leur obligation sacrée de sauver la législation divine des jeux de Satan, et je fais appel à l’opinion publique pour ébranler les sièges des députés et pour les avertir : celui qui ne fera pas entendre sa voix en faveur de la législation divine, ne profitera pas de son côté de la voix des musulmans dans les élections à venir.

19Nous voulons une réponse positive de la part du peuple. Ces membres du parlement craignent le peuple, et le jour où ils sauront que le peuple leur demandera des comptes, ils voudront éviter sa colère. Quant à l’Autre Monde, ils n’auront pas grand poids dans la balance du Jugement dernier".

La position vis-à-vis des sociétés de capitaux

20Quelle est votre position par rapport à ce nouveau phénomène de la création de sociétés de placement de capitaux selon les modalités islamiques ? Pensez-vous qu’il s’agit là d’une expression réelle de l’Islam dans le domaine économique ?

21"Je ne mets pas en doute la sincérité de ces gens, mais au contraire j’admire leur perspicacité et leur intelligence ; car ils ont compris le désir du peuple musulman de se purifier de la pratique de l’usure. Je suis persuadé que les banques usuraires vont fermer leurs portes lorsque le flux se détournera d’elles, pour se diriger vers les banques islamiques et ces sociétés.

22Les contrats de vente à bénéfice (murâbaha), d’association (mushâraka) et de commandite islamique (mudâraba), sont des instruments islamiques que les gens qui désirent demeurer sur la voie de Dieu peuvent utiliser comme alternative".

Le commerce des devises

23Quelle est votre opinion sur le fait que ces sociétés pratiquent le commerce des devises, alors qu’il est bien connu que ce commerce a des effets néfastes sur l’économie égyptienne ?

24"Le commerce des devises est une nécessité commandée par l’intérêt commun. Je me suis par exemple mis aujourd’hui en contact avec l’administration de la Banque Misr, pour qu’elle facilite à 150 jeunes gens de l’Université d’Assiout, le transfert des devises qui leur sont nécessaires à l’exécution du petit pèlerinage. Quand un individu voyage à l’étranger, il a besoin de devises étrangères et non de monnaie égyptienne. Il faut donc échanger les devises. Ce qui est interdit par toutes les religions, c’est la spéculation.

25Lors d’une de mes conférences au club du corps enseignant de l’université du Caire, on m’a demandé quelle était la position de l’Islam en ce qui concerne le change. J’ai répondu que le Prophète nous avait dispensés d’effectuer des recherches à ce sujet, en nous fournissant une explication claire par ces dires : "si le genre des monnaies diffère, vendez comme il vous plaît de la main à la main." Comment donc interdire ce que Dieu a autorisé ? Nous devons nous attaquer à la cupidité, à la spéculation, à l’exploitation de l’homme par l’homme, à l’injustice, à l’oppression et à la tyrannie. Quant à l’échange des devises, il est licite. Interrogez le Mufti ou le Sheikh d’al-Azhar à ce sujet. Le journal al Ahali m’a reproché d’autoriser le commerce des devises. Oui, je reconnais ce commerce, aux conditions que je viens d’évoquer. Dieu seul peut décider de ce qui est licite de ce qui ne l’est pas".

Les lois positives

26Reconnaissez-vous les lois positives qui organisent l’activité économique en Egypte ?

27"La loi positive doit être Jugée en fonction de sa position à l’égard du, licite et de l’illicite. Celle-ci doit être respectée si elle organise ce qui est licite au regard de l’intérêt général. Mais je foule aux pieds les lois positives si elles autorisent ce qui est illicite, comme l’usure ou l’alcool, ou si elles portent atteinte aux choses sacrées, comme les six peines légales islamiques qui viennent assurer la sécurité.

28Le texte de droit positif prétend qu’il n’y pas de crime ni de peine sans texte explicite. Mais ne voit-on pas dans le Coran ou les traditions du Prophète des textes explicites ? De quelle sorte sont donc ces lois positives ? Rappelez aux gens leurs devoirs vis-à-vis de leur seigneur et de leur religion, afin que nous nous changions nous-mêmes, ce qui permettra à Dieu d’améliorer notre situation".

La réaction

29Pensez-vous que le phénomène des banques islamiques et des sociétés opérant selon des modalités islamiques est une réaction au mouvement actuel d’éveil de l’Islam ?

30"Quel mal y aurait-il dans un renouveau de l’action selon un système islamique ? Les gens acceptent ces méthodes à la fois pour leur vie d’ici-bas et pour celle de l’Au-Delà. Ces sociétés offrent des revenus de 30 %. Qu’est-ce qui pourrait pousser les gens à s’empêtrer dans des opérations inspirées du démon, qui rapportent moins et ne permettent pas la réalisation d’un bénéfice, ni terrestre ni religieux. La concurrence doit se faire par l’action et non par la torture, la violence, les prisons et le bâton. C’est pourquoi nous demandons d’abord l’application de la Loi islamique. Mous demandons ensuite pour quelle raisons les activités islamiques sont entravées dans le domaine de l’économie. Est-ce dans l’intérêt des déposants et des investisseurs qui trouvent leur avantage dans ces nouveaux secteurs, ou est-ce dans l’intérêt des banques usuraires ?"

La crise d’interprétation

31Certains disent que nous vivons une crise d’interprétation de la loi islamique, et que nous n’en sommes pas arrivés à une étape qui nous permettrait d’appliquer cette législation dans tous les aspects de notre vie contemporaine.

32"La loi Islamique a été notre règle de vie depuis l’aube de l’Islam jusqu’à la fin du 13e siècle de l’Hégire, voire jusqu’au début du 14e. Depuis une centaine d’années, l’impérialisme anglais nous a imposé des lois positives, ainsi que l’ignorance, la pauvreté, la maladie et le non respect de la législation islamique. Si nous revenons à l’Islam ce sera un retour aux origines et à la pureté de l’Islam en appelant à l’union, alors que nous sommes dans la désunion, à l’aisance, alors que nous sommes dans la crise, à la victoire et à la force, alors que nous sommes dans la défaite et l’humiliation, à la création et à l’ordre, alors que nous sommes dans la dépendance.

33J’appelle ceux qui disent que l’Islam n’a pas de théorie pour conduire les affaires de la vie, à adopter la méthode des traitements médicaux d’urgence... Le médecin ne peut prescrire de médicament qu’après avoir diagnostiqué le mal avec son stéthoscope, par l’analyse ou par les rayons. Une fois le malade ausculté et la maladie diagnostiquée, il est facile de prescrire le médicament.

34Ceux qui prétendent, par ignorance, par mensonge ou par volonté de déformer, que l’Islam n’a pas de théorie pour la vie courante, n’ont pas lu l’Islam, ne l’ont pas étudié. Ils n’ont jamais regardé un exemplaire des ouvrages qui portent sur la sunna et la loi Islamique... Je demande à Safwat Sherif de me confronter devant les caméras de télévision avec ces prétentieux, sans même m’informer par avance des idées ou des questions qu’ils vont présenter ; j’improviserai donc mes réponses au vu et su de tous et je pulvériserai les manigances diaboliques de ceux qui mentent à propos de Dieu et de sa législation ; Je les défie par cette parole divine : "Quelles meilleures paroles que celles de Dieu pour ceux qui croient fermement ?"

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540