Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Islam et dérégulation financière

 | 
Jean-François Rycx

Les facteurs économiques et sociaux: le cas Égyptien

Texte 8. Il existe une demande implicite de la part du peuple égyptien pour effectuer les transactions conformément aux règles islamiques

Texte intégral

1A.I, 5/5/86, n°903, pp.26-27

2Le Docteur Mahmoud el Helw, président du Conseil d’Administration de la Banque Faisal :

3"La banque islamique appelle à une nouvelle philosophie ; il fallait donc qu’elle soit soumise à une loi particulière. Mais en soumettant ce projet de loi, des questions importantes ont été soulevées à propos de l’économie islamique et des modalités de fonctionnement de la Banque. La loi a été promulguée en 1977 et la Banque a ouvert ses portes au public en 1979 ; la période de fondation aura donc duré une année et demi seulement en raison du grand soutien populaire rencontré par la Banque.

4Il y avait une demande implicite pour effectuer des opérations islamiques de la part d’une partie très importante de la population égyptienne. Lorsqu’une institution financière a entrepris d’opérer conformément à la Sharica, un grand nombre de personnes désirèrent traiter avec elle. La Banque a débuté avec un capital de 8 millions de dollars. Le nombre des comptes, des dépôts et des transferts divers a beaucoup évolué sur les six premières années. La Banque s’est hissée au niveau de la Banque Arabo-Africaine qui est une banque interétatique aux mains des Gouvernements égyptiens et koweïtiens."

5Le climat général relatif au renouveau islamique a-t-il été l’un des facteurs déterminant l’apparition de la Banque ?

6Un grand nombre de penseurs ont essayé dans les années soixante de revivifier le patrimoine islamique dans le domaine économique. La période précédente avait été entièrement centrée sur les aspects cultuels (cibâdât) alors que les transactions (mucâmalât) sont l’une des parties les plus riches de la loi islamique. Une première initiative fut prise au niveau international par les pays islamiques avec la création de l’Organisation des Etats Islamiques dont l’une des premières décisions porta sur la fondation d’une Banque islamique. C’est ainsi que fut créée en 1975, la Banque Islamique de Développement dont le siège est à Djeddah ; celle-ci est une institution internationale à laquelle sont associés tous les Etats membres de la Conférence Islamique. La seconde expérience fut entreprise au niveau national en Egypte et ce fut une expérience pionnière.

7Qui était derrière la création de la Banque Islamique Faisal en Egypte ?

8L’idée à l’origine revient à sa Majesté, le regretté Roi Faisal, mais les circonstances n’ont pas favorisé la réalisation du projet avant sa mort. Son fils, le Prince Muhammad Faisal, s’est alors chargé de cette mission et l’a mise à exécution en Egypte. Il est heureux que cette expérience ait pu être entreprise dans ce pays, en raison de la vivacité de la conscience religieuse qui y règne.

9Le climat général a également grandement contribué dans la mesure où de nombreux penseurs parlaient de ce sujet... Le Sheikh al-Sharaoui a joué un rôle important dans cette expérience. Il était Ministre des Awqaf* (affaires religieuses et biens de mainmorte Ntd.) ... la loi constitutive de la banque put être promulguée et cette dernière commença ses activités en 1979. Le succès rapide a encouragé d’autres Etats à créer des banques islamiques, et l’expérience s’est étendue à d’autres pays.

10Le marché international a également répondu favorablement en acceptant de fournir une aide à cette expérience qui respecte la Sharica ; l’un des derniers événements de ce point de vue est l’ouverture, par l’Union des Banques Suisses (Union de Suisse), d’un établissement particulier pour les opérations islamiques à Genève. Les méthodes financières islamiques se sont consolidées et des opérations ont commencé à être effectuées sur les marchés internationaux. Ce succès a poussé beaucoup de banques traditionnelles à offrir des services bancaires islamiques telle la Banque de Hong-Kong, la banque de Crédit et de Commerce et la Banque Misr qui a ouvert un grand nombre de succursales pour les opérations islamiques.

La monopolisation d’une part de l’épargne

11Quel est votre point de vue sur l’opinion selon laquelle les banques islamiques ne participent pas à un accroissement des tendances à l’épargne ni à la constitution d’une épargne nouvelle, mais ne font que monopoliser une part de l’épargne qui revenait auparavant aux banque dites "usuraires" (ribâwiyya) ?

12La réponse est claire ; 70 % de nos clients traitent pour la première fois avec le secteur bancaire. Nous avons un million trois cent mille comptes que nous investissons sur 4000 opérations financières. La valeur de nos dépôts atteint un milliard six cent millions de dollars, dont 70 % sous forme de comptes de moins de 5000 livres égyptiennes. Nous sommes une banque de pauvres et nous ne nous fondons pas sur une minorité de riches.

Les opérations usuraires

13Quelle est votre position sur l’opinion qui affirme que vous traitez avec les banques usuraires qui vous servent de correspondants en Europe et aux Etats-Unis et dont on dit qu’elles ne sont pas liées par les règles islamiques lorsqu’elles placent les capitaux des musulmans ?

14Il nous est indispensable de traiter avec toutes les banques du monde. Le fait que je traite avec des correspondants n’est pas illicite en soi, à partir du moment où je ne perçois pas d’intérêts. De plus, je dois effectuer des placements sur la base des dépôts obtenus en dollars. Les détenteurs de ces dépôts attendent d’être rémunérés dans la même devise, il fallait donc qu’une partie des placements soit effectuée dans cette monnaie. L’une des exigences propres aux règles de liquidités réside dans le fait qu’une partie des dépôts doit rester quasi-liquide. Il était donc nécessaire de placer ces fonds à court terme sur le marché international. La critique faite au placement d’une grande partie des dépôts sur le marché international est Juste. Ces placements privent en effet le développement de l’Egypte de ces fonds. Nous avons pu rectifier ce pourcentage et commencer à en placer une plus large partie sur le marché égyptien. La preuve en est que la valeur des dépôts atteint un milliard cinq cent millions de dollars et que 500 millions sont placés en Egypte.

Les placements de capitaux

15Comment les capitaux sont-ils placés ?

16Nous effectuons des opérations commerciales réelles à court terme. Tous les jours, nous effectuons plus de 100 opérations d’achat et de vente telles que l’achat ou la vente de cuivre à terme. Nous effectuons toutes les sortes de placements sur marchandises et métaux précieux sur le marché international. Nous essayons tout d’abord de placer ces capitaux en Egypte, puis sur le marché des pays islamiques ainsi que sur des opérations à court terme qui soient en harmonie avec les liquidités ; et je peux affirmer avec force que nous ne plaçons pas ces capitaux dans des banques usuraires (ribâwiyya) en touchant des intérêts.

Les points de vue des banques

17Quelle est votre opinion en tant que banque islamique sur le phénomène des investissements des sociétés de capitaux qui effectuent leurs opérations sur le mode islamique ?

18Il s’agit là de l’un des effets du succès qu’ont rencontré les banques islamiques. Ces sociétés ont commencé à recevoir l’argent des épargnants de manière illégale. Les opérations de dépôt doivent être soumises à un cadre juridique ainsi qu’au contrôle de la Banque Centrale qui émet de nombreuses règles pour protéger les épargnants, ainsi l’obligation de déposer auprès de la Banque Centrale 25 % des dépôts, en sus du contrôle effectué par la Banque Centrale sur le secteur bancaire et sur ses opérations.

19Ce qui est dangereux, c’est qu’il s’agit de sociétés individuelles. Celles-ci font paraître des annonces dans les journaux au vu et au su des autorités et elles utilisent des appellations islamiques qui sont purement formelles.

20Ce qui laisse également perplexe, c’est que ces sociétés distribuent des profits entre 20 et 30 % ce qui ne correspond à aucune réalité économique à l’époque actuelle, même si elles effectuaient des placements dans le commerce des devises. A moins qu’elles n’effectuent ces placements dans des choses diverses... Le fait que ces sociétés en viennent à distribuer des profits de 20 % par rapport au capital au début de l’année sans qu’il existe de véritables investissements, est très éloigné de l’Islam.

21Et si l’on veut parler de "projets", il faut attendre 4 ou 5 années avant de songer à distribuer des profits. A mon avis, il faut procéder à une mise en garde si l’on ne veut pas que ce phénomène ne se termine par une catastrophe.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540