Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Islam et dérégulation financière

 | 
Jean-François Rycx

Les facteurs intellectuels et religieux: le débat sur la conception islamique des rapports économiques

Texte 6. "Banques islamiques et économie islamique : laquelle doit précéder l’autre ?"

Texte intégral

1A.I. 30/04/84.

2Mohamed Shawki Shahin, conseiller juridique à la Banque Nationale pour le Développement, expose son point de vue sur les banques islamiques. Plusieurs questions se posent à propos des caractéristiques propres à ces banques. Y apporter des réponses contribuerait à asseoir les opérations financières islamiques :

3Quel est le système économique que les banques islamiques vont servir ? Est-ce le système économique islamique avec toutes ses caractéristiques et toutes ses composantes ? Ou est-ce le système économique actuel qui n’est pas dans son ensemble islamique, mais plutôt, capitaliste, dépendant du système capitaliste mondial ?

4Les banques, en tant qu’organismes au service du système économique et participant à son fonctionnement conformément aux relations économiques prédominantes, peuvent-elles changer les bases et les composantes de ce système ?

5Habituellement, les banques sont des organismes créés par le système socio-économique pour le servir en tant que tel. C’est pourquoi, les banques ne peuvent changer le système ; mais par contre le changement du système socio-économique vers un système réellement islamique créera les banques islamiques qui serviront les relations et les normes économiques propres à l’Islam.

6Dans une société où sévissent des rapports économiques capitalistes, et des relations de dépendance économique par rapport au système capitaliste mondial, l’établissement de banques islamiques signifierait l’implantation de sociétés ayant pour but le service et le fonctionnement des relations économiques islamiques, dans un environnement dont les principes économiques sont contraires à ceux du système économique islamique, et ceci tant à l’échelle locale qu’internationale. Il en résultera ce qui suit :

  • soit les banques islamiques seront isolées, et feront faillite, parce qu’elles sont au service d’objectifs que les relations économiques existantes ne peuvent favoriser.
  • soit elles devront modifier leurs activités pour les accorder avec la nature des relations économiques non islamiques.

7C’est pour cette raison que le mouvement de création des banques et branches islamiques se concentre sur l’emploi des méthodes et leurs transformations, sans changer réellement le fond des relations économiques. Ainsi les méthodes juridiques employées dans le système bancaire actuel qui sert les relations économiques capitalistes, sont remplacées par des méthodes Juridiques provenant de la loi islamique. De même, ce mouvement part de l’idée que les banques islamiques peuvent remplir toutes les fonctions bancaires. Par ailleurs, le système économique islamique se caractériserait par une grande souplesse dans le domaine des opérations bancaires, ce qui lui permettrait de faire évoluer les lois relatives aux transactions. Enfin, il est affirmé que les opérations bancaires sont la base de l’activité économique, et qu’elles sont à la source de son mouvement productif continu.

8Cependant, toutes les tentatives des banques islamiques en vue de changer les appellations, les méthodes et les contrats existants, ne créeront pas un système économique islamique, même si ces dernières sont dérivées de la jurisprudence islamique. Ce changement touche la forme et le cadre des méthodes employées sans en modifier la nature. Le fonctionnement de ces banques dans un environnement économique et social non islamique est soumis à la logique du système capitaliste mondial même si les appellations, des contrats et des méthodes ont été changées. Il ne s’agit pas de créer de nouveaux instruments juridiques pour faire fonctionner les banques islamiques, mais il est nécessaire que la banque soit réellement islamique. Ceci n’est possible qu’après avoir transformé les relations socio-économiques existantes en relations réellement islamiques. Alors, la banque ne rencontrera plus de problème, car elle accomplira son rôle au service d’un système socio-économique islamique. Mais ce serait un contresens de croire que les organismes économiques peuvent changer le système socio-économique existant avec toutes ses relations internes et externes.

9Il faut donc commencer par changer le système afin de changer les activités et les organismes qui y fonctionnent. Les banques non islamiques qui ouvrent des branches islamiques ne veulent pas renverser le système économique actuel, mais elles essaient de rivaliser avec les banques islamiques, en attirant les individus enthousiasmés par l’esprit islamique. Ainsi, elles profiteront de leurs épargnes et des services qu’elles leur offrent, tout en conservant leur relation avec la nature du système économique dans lequel elles sont des organismes économiques nécessaires à l’exécution des objectifs entrant dans le cadre des relations socio-économiques existantes.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540