Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Islam et dérégulation financière

 | 
Jean-François Rycx

Les facteurs intellectuels et religieux: le débat sur la conception islamique des rapports économiques

Texte 4. "Le phénomène est l’une des conséquences de l’extrémisme religieux"

Mustafa Marii

Texte intégral

1A.I, 10/05/86, n°905, p. 18-19. (entretien avec Gamal Zeyada).

2Que pensez-vous du phénomène des banques qui se disent islamiques, et qui se caractérisent par le fait qu’elles ne pratiquent pas le ribâ ?

3Pour répondre, il faut retourner à l’histoire et à la lecture du Coran, afin de savoir comment et pourquoi le ribâ a été prohibé.

4En premier lieu, le Coran évoque le ribâ dans deux versets. Le premier se trouve dans la sourate de la Vache où Dieu le tout puissant dit : "Ceux qui se nourrissent de l’usure se trouveront, le jour de la résurrection, comme celui que le Démon a violemment frappé". Il en sera ainsi parce qu’ils disent : "La vente est semblable à l’usure". Mais Dieu a rendu licite la vente et interdit le ribâ. Le second verset qui se trouve dans la sourate de la famille de cImran dit : "O vous qui croyez ! Ne vivez pas de l’usure rapportant sans cesse davantage".

5Le Coran n’a pas défini le mot "ribâ" et c’est normal, car c’est aux commentateurs de le faire. Pour eux, ces versets ont été révélés car les Arabes faisaient du ribâ une pratique individuelle par laquelle le riche exploitait le pauvre quand celui-ci demandait son aide. Il lui imposait un intérêt qu’il devait payer en même temps que sa dette. Souvent, cet intérêt qualifiable du terme de ribâ équivalait à la moitié de la somme empruntée. Au moment du règlement, le créditeur disait au débiteur : "Vous payez ou vous vous soumettez au ribâ". Ici le terme signifiait que le créditeur doublait la dette. Cette opération fondée sur l’exploitation du faible par le fort, se répétait jusqu’à ce que la dette enfle au point que le débiteur ne puisse plus la payer et devienne esclave. En effet, l’insolvabilité était une des causes de l’esclavage avant l’Islam. C’est pourquoi, les versets coraniques ont distingué le ribâ de la vente ; contrairement à l’usure qui est illicite, ils affirment que la vente est licite… En ce temps là, les banques n’existaient pas, et les transactions s’opéraient individuellement entre créditeurs et débiteurs. Actuellement, ces aspects ont disparu dans l’économie du xxe siècle, mais non pas cependant les transactions entre pauvres et riches. Ces derniers imposent leurs conditions quand ils accordent un prêt. C’est ainsi que se répète dans ce siècle ce qui se passait chez les Arabes à l’époque préislamique. C’est dans ces cas que la philosophie de la prohibition du ribâ se vérifie et qu’il ne se trouve personne en Egypte pour l’accepter. Encourager les gens à économiser permet de se passer de ce genre de pratiques.

6Depuis que l’Egypte contemporaine est sur le chemin de la civilisation, l’organisme de la Poste a établi des caisses d’épargne où les individus déposent leurs économies moyennant un intérêt limité. Cela se passe depuis des décades, sans que l’on y trouve quelque chose à redire ; au contraire cela est considéré comme une incitation à l’épargne. Les banques ont entrepris cette opération sur une échelle plus large, en acceptant les dépôts à terme moyennant un intérêt assez élevé, afin d’attirer les dépôts des propriétaires de capitaux. Ainsi, actuellement, c’est la banque qui fixe l’intérêt de façon à encourager les épargnants à déposer leurs économies à la banque.

7Un autre aspect est celui des bons d’investissement qu’émet le gouvernement qui devient ainsi débiteur d’intérêts qu’il fixe lui-même… Quant aux banques islamiques, elles donnent aux épargnants une certaine somme tous les trois mois, ce qui donne l’illusion que c’est un bénéfice, ce dont je doute fort… Si cette somme représentait un bénéfice, elle ne serait pas aussi régulière.

8Ces banques qui font croire qu’elles ne pratiquent pas le ribâ alors qu’elles distribuent une part du revenu des opérations d’investissement, peuvent faire état de leurs pertes à n’importe quel moment. C’est ainsi que disparaît la sécurité, raison essentielle pour laquelle les épargnants déposent leurs économies dans les banques. Ces dernières sont des entreprises qui garantissent aux épargnants des revenus définis, nommés intérêts. Dans ce cas, la philosophie de l’interdiction de l’usure, entendue au sens du Coran, n’a pas à s’appliquer. En d’autres termes, l’effet disparaît en même temps que la cause. C’est pourquoi j’ai conseillé à mes amis d’investir dans des bons d’investissement, afin de rendre service à l’économie nationale et à eux-mêmes. C’est ce que font les sociétés en émettant des titres à intérêt… A mon avis cela est licite et beaucoup partagent mon opinion.

9Les circonstances sont devenues tellement troubles, qu’un homme aussi imposant que le sheikh El Shaarawi a été mis à la tête d’une entreprise financière où il n’est pas à sa place. Malgré tout le respect que Je porte à cet homme de religion, je ne peux accepter cet état de fait.

10Comment expliquez-vous l’apparition des banques et des sociétés islamiques dans les années 70 ?

11C’est une des conséquences de l’extrémisme religieux et d’une mauvaise compréhension de la religion.

Auteur

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540