Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Islam et dérégulation financière

 | 
Jean-François Rycx

Les facteurs intellectuels et religieux: le débat sur la conception islamique des rapports économiques

Texte 1. "Les intérêts bancaires sont-ils licites ou illicites ?"

Texte intégral

1Compte-rendu de colloque par Abd el-Mouneim Kandil ; Al-Liwa ; n°9, 1982.

2Les intérêts portant sur les prêts aux personnes sont usuraires. Les intérêts perçus sur les prêts accordés aux sociétés ne sont pas usuraires.

3Le fait de traiter avec les banques doit-il être considéré comme de l'usure ? Toute opération effectuée avec une banque serait-elle illicite ?

4Traiter avec les banques sans pratiquer l'intérêt est licite : ainsi en va-t-il des comptes courants, des chèques, des transferts de capitaux et de toutes les activités prises en charge par les banques moyennant une rétribution. Reste la question des intérêts que les banques chargent sur les crédits qu'elles fournissent ou qu'elles accordent aux dépôts effectués auprès d'elles. C'est sur ce point qu'un doute peut s'introduire à propos de l'usure (ribâ), et que les opinions ont divergé lors du colloque. Les intérêts perçus sur les prêts sont de l'usure car ils reviennent à exploiter quelqu'un qui est dans le besoin... et Dieu a interdit cette pratique. Mais si la banque effectue un prêt en faveur d'une personne aisée, qui possède cent mille livres par exemple, et qui veut mettre en œuvre un projet de deux cents mille livres, c'est alors que les opinions divergent. Certains pensent qu'il y a association (mushâraka) et d'autres, par contre, qu'il y a doute sur le caractère usuraire de l'opération.

5Les discussions sur la fonction des banques et sur la licéité ou l'illicéité qu'il y aurait à traiter avec elles sont présentées ici par la revue al-Liwa ; le but est de faire le point sur la manière dont doivent être considérées les opérations bancaires à cet égard. Chacun des participants à ce colloque assume devant Dieu l'entière responsabilité des points de vue qu'il avance. Il s'agit respectivement de Hosseini Hashem, Secrétaire Général de la Fondation des Recherches Islamiques ; Gamal ad-Din Mahmoud, Secrétaire Général du Conseil Suprême des Affaires Islamiques ; Ahmed Shalabi, Professeur d'histoire islamique à l'Université du Caire ; Mohammed Mahjoub, Professeur de Droit Islamique à l'Université de Ain Shams et Président de la Commission des Affaires Religieuses a l'Assemblée du Peuple et de Gaber Hamza, Directeur général de l'Information à al-Azhar.

6Le docteur al-Husseini Hashem a inauguré le colloque par une brève allocution dans laquelle il affirmait notamment : "Dieu le tout-puissant a interdit l'usure dans le Coran : "Ceux qui se repaissent de l'usure se trouveront au jour de la Résurrection comme les possédés que Satan a souillés de son contact, car ils ont affirmé que l'usure est la même chose que la vente. Or Dieu a permis la vente et interdit l'usure. Celui qui -dûment averti par le Seigneur- mettra fin à cette pratique, obtiendra le pardon pour le passé : la question restera entre lui et Dieu. Mais ceux qui retourneront à l'usure seront voués au feu pour l'éternité."

7Nous savons que tous les savants sont d'accord pour interdire l'usure, mais les activités bancaires contemporaines font l'objet de nombreuses controverses. Le présent colloque tendra à déterminer si elles sont licites ou illicites.

La fonction des banques

8Les intérêts commerciaux pratiqués par les banques doivent-ils être considérés comme usuraires ou la fonction des banques diffère-t-elle de celle des individus en la matière ?

9Gamal al-Din Mahmoud : Afin que nous puissions aller au fond des choses, il m'apparaît d'abord utile de préciser que le système bancaire s'est mis en place en Occident conjointement à l'accroissement des opérations financières entre les individus. Les comptes des banques se composent de deux éléments : l'un consiste à réunir l'épargne des individus et le second à placer cette épargne sur les centres de production... Ces deux fonctions ne font l'objet d'aucune objection en Droit Islamique. L'Islam appelle en effet à la coopération et à l'entraide entre les individus qui composent la société, à condition qu'elles se fassent dans le sens du bien et dans la crainte d'outrepasser les prescriptions divines.

10Les opérations des banques peuvent être divisées en deux types principaux : les services bancaires et les opérations portant sur l'épargne. Les services bancaires comprennent les comptes courants, le règlement des chèques, l'ouverture de crédits aux exportateurs et aux importateurs, la location de coffres et le conseil technique...Pour ces opérations, la banque perçoit une rémunération. L'Académie des Recherches Islamiques a autorisé la plupart de ces opérations dès 1964/65 dans la mesure où le prix versé pour le service correspond à une rémunération licite contre un travail effectif.

11Les opérations qui portent sur l'épargne s'appuient au départ sur les dépôts effectués par les individus auprès de la banque. Celle-ci accorde ses prêts sur la base de cette épargne en faveur de ceux qui ont une activité de production. Il en résulte un profit pour la banque. Celui-ci résulte du différentiel entre le taux d'intérêt versé sur les prêts et ce que la banque verse aux déposants.

12On constate que l'intérêt versé sur une somme déterminée et tiré de ce bien à un moment fixé à l'avance, est considéré par la jurisprudence islamique (fiqh) comme de l'usure. Tout le monde, jusqu'avant la Révolution Française considérait que l'intérêt versé sur les prêts était constitutif d'usure (ribâ). On rapportera ici quelques-uns des arguments qui sont avancés relativement aux intérêts versés sur le capital.

13Le premier argument consiste à affirmer qu'une distinction doit être établie entre une épargne ayant pour objet la réalisation de services et celle qui vise la production. Le second argument réside dans la théorie selon laquelle l'argent perd de son pouvoir d'achat avec le passage du temps. La valeur d'une livre d'aujourd'hui n'est pas la même que celle qu'elle aura dans dix ou trente ans. Certaines personnes viennent donc justifier l'intérêt sur le capital en considérant qu'il constitue une compensation rattachée à cette perte de pouvoir d'achat.

La prohibition de l'usure

14Mohammed Mahjoub : _ Le point que je veux développer porte sur l'étendue de la relation entre les intérêts bancaires et l'interdiction de l'usure dans la Législation islamique (sharica). Tout le monde est en fait parfaitement d'accord sur la prohibition de l'usure ; il y a, à ce propos, consensus de toutes les opinions (ra'y) ainsi que des textes coraniques qui tranchent explicitement de cette question. Il n'y a donc pas de discussion possible à ce propos. Mais nous devons nous arrêter sur la cause de la prohibition de l'usure. Quelle est la philosophie de cette prohibition ? Quel est le but de la législation islamique dans cette prescription ? Cela s'applique-t-il aux banques contemporaines au sens large ?

15Il ne fait aucun doute que la législation islamique recherche le bien de l'homme. En interdisant l'usure, elle vise à protéger l'homme de l'homme ; le riche cherchait en effet à tirer parti du besoin du pauvre en lui prêtant de l'argent avec usure. Le riche s'en trouvait encore plus riche et le pauvre encore plus pauvre. C'est à cela que la législation islamique a voulu mettre fin.

16Mais si nous passons aux opérations pratiquées par les banques, que constatons-nous ? Celles-ci ne sont pas réalisées entre deux individus, mais entre un individu et un organisme public : la banque. Le bénéfice du prêt ne revient pas à la banque en tant qu'individu afin qu'elle accroisse sa richesse au détriment du pauvre. Il revient à l'ensemble de la société sous forme de services multiples. L'objet fondamental de la prohibition de l'usure qui tient à l'accroissement de la puissance du riche et a celle de la misère du pauvre disparaît donc. Car le pauvre lui-même profite des biens qui ont été placés par la banque dans les projets d'investissement.

17Une autre réalité doit également être soumise à la discussion : Pourquoi ne pourrions-nous pas dire que les activités des banques et les opérations pratiquées avec elles doivent être soumises au principe islamique qui affirme : "à moins que ce ne soit une transaction par consentement mutuel". Les banques effectuent des opérations commerciales évaluables ; les revenus de ces opérations profitent à toute la société, riches et pauvres. L'individu qui effectue des transactions avec une banque considère cette opération sous cet angle. On sort par ce biais du cadre des transactions usuraires pour entrer dans celui des transactions commerciales au sens général... le doute à propos de l'usure disparaît.

Les plus grands des péchés

18Le professeur Jaber Hamza : Lorsque nous étudions la question de l'intérêt servi par les banques ou servi aux banques, nous ne devons pas oublier que l'usure telle qu'elle apparaît dans le Coran est considérée comme l'un des péchés les plus graves. Il s'agit d'une véritable calamité sociale qui détruit les foyers, disperse les familles et porte atteinte aux droits, car c'est une exploitation des difficultés d'autrui et un accaparement de ses biens. De nombreux textes dans la Loi Divine démontrent que l'usurier est mille fois maudit par Dieu. Celui-ci les a menacés en ces termes : "Attendez vous à une guerre implacable de la part de Dieu et de son envoyé". Ceci prouve que l'usure doit être considérée sous toutes ses formes comme une action hideuse.

19Lorsque nous discutons de ces sujets, le point de vue de Dieu doit l'emporter sur celui d'ici-bas, car l'ici-bas est éphémère ; Dieu est le Bien et l'Eternel. Lorsque les Imams et les jurisconsultes avaient à débattre d'une question sujette à discussion ou à doute, ils avaient toujours tendance à la considérer comme illicite afin d'être certains de dégager leur conscience à l'égard de Dieu. On en trouve la plus grande démonstration dans cette parole historique d'Ibn Abbas : "nous laissions les neuf dixièmes de ce qui est licite par crainte de tomber dans l'illicite." Je conseille donc à tous ceux qui s'engagent dans de telles discussions de prendre garde d'aboutir à des conclusions à propos desquelles Dieu pourrait leur demander des comptes.

20Lorsque nous déposons notre argent auprès des banques, lorsque nous percevons des intérêts et que nous venons ensuite comparer cela à du commerce, je dis qu'il y a, selon moi, exploitation des biens d'autrui ; pourquoi ? Parce que, lorsque je donne à la banque une somme d'argent en sachant que celle-ci distribue ces sommes à de nombreuses personnes et qu'elle pratique la clause d'intérêt et l'usure, je suis complice de la banque dans cette usure. Il y a une règle légale islamique selon laquelle le débiteur et le créditeur ne peuvent pas accepter de cadeaux lorsqu'il y a une dette pendante entre eux, sauf si le créditeur et le débiteur sont des amis et qu’ils sont unis par un lien qui permet d'éloigner cette ambiguïté.

La rémunération des services

21Al-Husseini Hashem : En fait, l'activité des banques n'est pas un commerce. La différence est cependant délicate à établir. "Dieu a autorisé la vente et il a interdit l'usure. "Mais une question se pose d'elle-même. Devons-nous cesser les opérations avec les banques, alors qu'elles sont une nécessité de l'époque ? Tout ce que nous voulons, c'est que les transactions bancaires respectent l'esprit de l'Islam. Je suis persuadé que si ceux qui dirigent les banques sont sincères, de même que les responsables de l'économie, et qu'il s'instaure une coopération réelle entre eux et les hommes de religion, nous parviendrons à une solution. Les banques fournissent des services et la fourniture de services contre rémunération n'est pas illicite.

22Ce qui nous est demandé dans toutes les transactions qui ont trait à l'argent, c'est qu'y prédomine l'esprit de miséricorde, d'humanité et de fraternité, qui permet d'agir conformément à ces dires du Prophète : "Dieu accorde sa miséricorde à ceux qui sont indulgents quand ils vendent et quand ils achètent, quand ils règlent leurs dettes ou quand ils en demandent le règlement. Cela signifie que l'Islam désire que se propagent la miséricorde et la justice entre les contractants.

23Si je place de l'argent auprès de la banque et que celle-ci commerce avec cet argent, l'Islam demande que ce commerce ne porte pas sur des choses illicites. Afin que je ne subisse pas d'injustice, mon droit doit être préservé ; afin que la banque ne commette pas d'injustice, il est demandé qu'il n'y ait pas d'intérêts fixes, mais simplement une participation de la banque aux profits et aux pertes, après déduction de la Zakat et des salaires des employés.

24De la même manière, l'Islam exige, si j'ai fait un emprunt auprès d'une Banque et que j'ai effectué des gains, de ne pas priver cette banque de ses droits ; mais si Je fais des pertes, il faut que la banque m'aide et que soit appliquée cette tradition du Prophète : "soyez indulgents si vous achetez ou si vous vendez, si vous réglez vos dettes ou si vous en demandez le règlement.

Les divergences d'opinion

25Ahmed Shalabi : "Je pense que les dangers particuliers à ce type de transaction prendront fin lorsqu'on aura établi une règle. Or les opinions divergent sur ce sujet tant controversé, Nous avons écouté les points de vue exposés lors de ce colloque, et nous avons lu ce qu'ont écrit les sheikhs Ali al-Khafif, Abd al-Vahhab Khallaf, Mahmoud Shaltout. Nous voulons savoir ce que contient exactement la jurisprudence islamique (flqh), à propos de l'usure et à propos d'autres sujets…Que faut-il déduire de cette parole du Prophète à Abdallah Ibn al- Mascûd : "Règle les litiges entre les gens en te fondant sur le Livre de Dieu et sur les traditions de son Prophète ; et si tu n'y trouves pas de solution, tire des déductions de ton opinion personnelle (ra'y)." Le Prophète a donc demandé qu'on s'appuie sur l'opinion des individus si un problème se pose, et qu'il n'est pas possible de trouver, à ce propos, un texte dans le Coran ou dans la Sunna.

26Il y a de nombreux exemples à ce sujet. L'opinion individuelle est une source qui fut utilisée depuis les débuts de l'islam. Un homme se rendit un jour auprès d'Omar pour lui expliquer une affaire. Omar lui dit : "- Va voir Ali qui a charge de dire la justice". On voit donc que Omar transféra l'affaire à celui qui était compétent pour en juger. L'homme se rendit en conséquence auprès de Ali qui donna une consultation juridique fondée sur son opinio juris (ra'y), car il n'y avait pas de texte. Peu de temps après, l'homme rencontra Omar qui lui demanda ce qu'Ali avait fait ; il lui rapporta sa décision. Omar fit alors remarquer qu'il en aurait jugé autrement, L'homme lui rétorqua : "- mais qu'est-ce qui t'en empêche ? Tu es le détenteur du pouvoir". L'autre lui répondit : "- ce qui m'en empêche, c'est que rien ne me permet de savoir si mon opinion est meilleure que la sienne. Si j'avais pu porter un jugement tranché en m'appuyant sur un texte, je l'aurais fait".

27Nous pouvons donc en déduire qu'il y avait là deux opinions : l'une émise par Ali, et l'autre par Omar. Or, lorsque nous sommes rentrés à al-Azhar, on nous a dit dès la première année de notre enseignement : "Toute question est sujette à deux opinions et même plus."

28Pourquoi n'aurions-nous donc pas de divergences ? L'accord des opinions est une force, mais leur divergence est une miséricorde et Je m'écarte de l'opinion de certains de mes confrères. Mais ce sur ce quoi je n'ai aucune divergence, c'est sur le fait que l'usure est illicite. Cette prohibition est explicite dans les textes qui portent sur l'usure ; ceux-ci n'ont pas besoin d'interprétation. En ce qui concerne les intérêts bancaires, je poserais les questions suivantes : cette pratique entre-t-elle dans le champ d'application de l'usure ? Les certificats d'investissement sont-ils de l'usure, ou sont ils licites ? Certains émettent l'opinion qu'ils sont illicites. D'autres ont une autre opinion au sujet de cette prohibition. Je me range avec les partisans de la licéité. On trouve parmi eux le sheikh Abd el-Vahhab Khallaf et le sheikh Khafif qui tous deux font partie de l'élite des savants de notre époque.

Illicite...Illicite

29Nous voudrions savoir si les intérêts perçus par les banques auprès des emprunteurs, ou ceux qu'elles accordent aux déposants sont licites ou illicites ; quels sont les éléments jouant en faveur de chacun des termes de cette alternative ?

30Professeur Jaber Hamza : "Il ne fait aucun doute que l'intérêt est absolument illicite et que c'est une forme criante d'usure. Pourquoi le Prophète se serait-il abstenu de l'usure, lui qui avait tant besoin d'argent pour mener les guerres dans lesquelles il a été plongé pour défendre l'Islam ? Les arabes, a l'époque antéislamique, pratiquaient l'usure. Le Prophète a critiqué cette pratique. L'histoire nous montre que le prophète Youssef, alors même qu'il se trouvait confronté à sept années de crise, n'a pas eu recours à l'usure avec un autre Etat. Il a préféré user d'abstinence et d'austérité afin de ne pas désobéir à Dieu et de ne pas employer des ressources illicites.

31Mais on pourrait cependant se demander pourquoi il faut considérer que l'usure est absolument illicite alors que le simple fait d'appeler à la prière en incluant la psalmodie "Prière et paix sur l'envoyé de Dieu" provoque déjà des divergences entre les savants. Certains y voient une tradition reconnue (sunna), alors que d'autres considèrent qu'il s'agit d'une innovation blâmable. Les savants s'interrogent à propos des prières qui doivent être adressées au Prophète et disputent sur ce qui est autorisé et ce qui ne l'est pas à ce sujet. Que dire en ce cas de ce qui est clairement illicite et de la prétention que nous aurions à l'outrepasser ?"

Le principe de l'association (mushâraka)

32Jamal ad-Din Mahmoud : "Lorsque nous étudions la question de l'intérêt, un certain réalisme paraît nécessaire. Si l'on prétend que le système actuel doit être en conformité avec la législation islamique, c'est une grande erreur. Le système économique actuel ne lui est en effet pas comparable, ni dans ses origines, ni dans ses effets. Nous ne vivons pas dans un sytème islamique suffisamment parfait pour pourvoir équitablement aux besoins de chaque citoyen en fonction d'une Juste répartition des revenus. C'est pourquoi tous les points de vues présentés ici sont critiquables.

33Je pense par ailleurs que la Loi Islamique préfère le système de l'association (mushâraka) dans le domaine de la production au principe de l'endettement. La différence tient à ce que dans l'association les deux parties supportent leur part de risque ; en ce sens, si je deviens l'associé de quelqu'un en lui fournissant mille livres et qu'il devient mon associé par son travail, nous supportons tous les deux un risque, moi en termes de capital, et lui en termes de travail.

34Dans l'endettement c'est une seule et même personne qui supporte l'ensemble du risque. C'est ainsi que si je prête mille livres à quelqu'un pour mettre sur pied un projet et qu'il les perd dans des jeux de hasard, je ne suis pas responsable de la perte ; je lui reprendrai mille livres plus les intérêts.

35Mais si je lui fourni mille livres, sous condition qu'il apporte sa part en travail, je ferai attention à la préservation de mon capital et il fera attention à la préservation de son travail. L'association est donc la formule requise par le droit islamique. Je pense également que cette formule permet à la société d'éviter d'avoir à supporter la croissance des prix. Dans un projet mis en œuvre sur la base d'un prêt comportant une clause d'intérêt ce sera au consommateur à supporter ce taux d'intérêt qui est alors intégré dans les coûts de production. C'est là une chose bien connue des économistes et des comptables.

36Je voudrais cependant attirer l'attention sur le fait que la pratique des clauses d'intérêt est reconnue internationalement. Or il n'est pas possible que la loi islamique nous mette en difficulté, car il ne nous pouvons pas nous fermer toutes les portes en disant : nous allons mettre sur pied un système bancaire totalement autonome du système international.

37Je crois enfin que la fonction des banques est une fonction très importante qu'il faut soutenir, ceci d'autant plus que les banques sont devenues la propriété de l'Etat. Traiter avec une banque revient à traiter avec une autorité étatique. Cela est également évident en ce qui concerne les assurances. Nous savons tous que le système des assurances mutuelles est licite de même qu'est licite le système des retraites".

L'assurance-vie

38Husseini Mashem : "Les assurances mutualistes sont licites. Ainsi en a notamment décidé l'Académie des Recherches Islamiques. Mais cette dernière a interdit l'assurance-vie".

39Jamal ad-Din Mahmoud : "En ce qui concerne l'assurance mutualiste les éclaircissements suivants peuvent être apportés : L'assurance mutualiste est un système dans lequel un certain nombre de personnes s'entendent pour verser une somme d'argent à partir de laquelle des montants seront versés à ceux qui sont atteints d'un sinistre.... En ce sens les primes couvrent les risques de tous. Il en est donc qui en profiteront et d'autres qui n'en profiteront pas, dans la mesure où celui qui est atteint par le sinistre est le seul à subir un préjudice. En ce qui concerne les assurances pratiquées par le biais d'une société c'est la société qui profite de la différence entre les primes réglées et les sommes versées pour couvrir la survenance du risque".

Les cas de force majeure

40Ahmad Shalabi : "Il est vrai que les intérêts bancaires sont totalement illicites en raison de leur caractère usuraire. Mais si je me trouve en difficulté et que je me rends auprès de ma banque afin d'obtenir un prêt à tempéraments, quelle sera la solution ? Je suis ici sous l'emprise d'une obligation et la banque ne me donnera rien sans prendre d'intérêt et je n'ai pas d'autre moyen, ne trouvant personne pour me donner un prêt à titre non onéreux (qard hassan). L'Islam dit que le fait d'accepter l'usure est générateur de malédiction et que celui qui la pratique est maudit. Mais nous sommes ici devant un cas de force majeure. Que faire ? telle est l'une des questions qu'il nous faut que nous confrontions à un juste point de vue islamique.

41Professeur Jaber Hamza : "Je redis une fois encore que le Prophète a interdit l'exploitation sous toutes ses formes. Or la banque est soumise à l'Etat. Il faut que des dispositions soient prévues pour les cas de force majeure. Car la solidarité sociale est l'un des principes fondamentaux de l'Islam. La fonction bancaire doit donc s'étendre à l'aide de ceux qui sont dans le besoin sans pour autant prendre d'intérêts. Telle est bien la construction de la société islamique. Quand à l'usure, elle est proscrite et hideuse. Le Prophète a dit : Dieu maudit l'usurier, l'emprunteur, le greffier présent à la transaction comme son témoin". C'est à dire que sont maudits tous ceux qui s'associent au crime d'usure, même celui qui rédige le contrat et celui qui en témoigne, cette malédiction n'étant pas seulement limitée à l'usurier. Nous devons suivre le texte à la lettre et ne pas chercher à l'interpréter. Notre esprit doit se soumettre à la volonté et à la puissance divine sans argumenter. Nous devons obéir avec la conviction de la foi. Il est des sujets à propos desquels n'existe aucun texte explicite et pour lesquels il faut faire intervenir la raison. Il est par ailleurs des sujets relatifs à la dévotion qu'il faut exécuter comme Dieu l'a ordonné. Si donc l'on dit que l'usure est interdite entre les individus, a fortiori l'est elle entre l'individu et le groupe. Et le fait que l'Etat soit propriétaire des banques ne lui donne pas pour autant le droit de pratiquer l'usure. Car le vin existe et l'Etat cautionne son achat et sa vente. Est ce que cela signifie que le vin est devenu licite. Que non... ! Il en va de même de l'assurance vie. Il se trouve énormément de sociétés pour pratiquer ce système. Cela signifie t il que l'assurance vie est licite ? Non ! Elle comporte une partie de hasard et l'Islam a interdit les jeux de hasard car ils induisent une transgression des versets sacrés. Aucune âme ne sait ce qu'elle possèdera demain, nulle âme ne connait le lieu de son trépas. Plus encore, la vie de l'individu ne saurait faire l'objet d'une transaction".

42Gamel ad-Din Mahmoud : "Je veux éclairer un point sur les clauses d'intérêt dont la compréhension pourrait être sujette à ambiguïté. Je ne suis pas d'accord avec la définition de l'intérêt qui en fait une compensation de la perte de pouvoir d'achat de la somme concernée. De même, je ne dirais pas que le gouvernement effectue des opérations usuraires. Ce sont plutôt les banques qui sont devenues propriétés de l'Etat qui effectuent ce type d'opération. Il serait possible, en introduisant seulement quelques amendements au statut des banques, de transformer l'illicite en licite, comme le font les banques islamiques dans certaines opérations ainsi que pour toute la série des actes bancaires qui ne sont pas sujets à caution. Ainsi en va-t-il du règlement des chèques ou des lettres de change. C'est à dire que si je charge la banque d'effectuer une opération méritant rémunération, celle ci ne saurait être considérée comme illicite. Est-il concevable que les banques mettent au point un système alternatif ne laissant aucun doute sur leur caractère non usuraire ?"

43Ahmed Shalabi : "C'est un point important dans la pensée islamique. On remarquera tout d'abord que la pensée islamique a changé les concepts dans le monde entier sur l'un de ses points les plus importants : la question de l'unicité divine. En effet, lorsque l'Islam est arrivé et a appelé à l'unicité divine absolue, cela a influé sur l'ensemble du monde. L'influence de l'Islam est donc considérable dans tous les domaines. Or l'usure est hideuse et vile. La modification de tout système conformément à la législation islamique apparaît en conséquence à la fois simple et possible. Car dans les diverses circonstances de la vie sociale, les alternatives que propose l'Islam aux questions les plus diverses, sont à même de redresser toutes les déviations.

44J'ai assisté à une réunion des directeurs des banques islamiques. Il en est ressorti que celles-ci ne prêtaient pas à ceux qui sont dans le besoin mais aux hommes d'affaires. Elles donnent à celui qui a déjà de quoi investir dans des projets. Je n'aime pas ce mot de prêt. Voyez plutôt comment l'argent circule... S'il doit être donné à quelqu'un qui est dans le besoin, il faut qu'il n'y ait pas du tout d'intérêt ou qu'il soit donné sans obligation de le rendre, conformément à ce grand principe islamique : "Il ne faut pas que quelqu'un passe la nuit rassasiée alors qu'il sait que son voisin a faim". Que celui qui est dans le besoin prenne à l'Etat ce qu'il faut pour le satisfaire. Si ce besoin est passager, il devra rendre ce qu'il a emprunté, mais sans intérêts ; s'il s'agit par contre d'un besoin permanent, il pourra prendre et ne pas rendre. C'est au Bait al Mal, c'est à dire au Trésor Public ainsi qu'aux musulmans aisés de pourvoir à ses besoins. Par contre lorsque l'argent passe de la main à la main, alors ne parlons pas de prêt ou d'endettement, car si quelqu'un prend mille livres pour réaliser un projet d'investissement, on ne saurait considérer qu'il s'agit d'un prêt ou d'une dette mais bien plutôt d'une association imushâraka). La chose est tout à fait claire".

45Mohammed Mahjoub : "J'ajouterais à ce qu'a dit le docteur Shalabi qu'il n'est pas raisonnable de recevoir un intérêt sur un prêt conclu par quelqu'un qui est dans le besoin ; il ne pourra rembourser le prêt qu'avec difficulté. Il faut prendre en considération la condition sociale de l'emprunteur. Je crois que la Banque Sociale Nasser remplit cette fonction puisqu'elle accorde des prêts sans intérêts aux gens qui sont dans le besoin, qu'ils soient malades ou en instance de mariage. Il s'agit là d'une simple question d'humanité. Je crois que l'Etat, qui se préoccupe actuellement d'appliquer la législation islamique et de mettre sur pied une société juste, va prendre des dispositions permettant de résoudre de manière radicale et conformément aux principes islamiques, tous les problèmes auxquels nous nous heurtons.

46Il y a un autre point fondamental à ce sujet. Si celui d'entre nous qui est aisé prête a celui qui est dans le besoin, ce dernier n'aura pas à recourir à un organisme usuraire. Les alternatives islamiques sont nombreuses : la zakat en est une, l'aumône volontaire (sadaqa) en est une autre.

47Donnez à ceux qui n'ont pas et soyez bons avec le pauvre...

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540