Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Islam et dérégulation financière

 | 
Jean-François Rycx

Etat de la question

Texte intégral

  • 1 A la fin des années 70, un marché portant sur les actions de sociétés possédées par des koweïtiens, (...)

1Durant la seconde semaine de novembre 1986 un vent de panique souffle sur le Caire parmi les petits épargnants qui avaient confié leurs économies aux sociétés « islamiques » de placement de capitaux. Une foule de souscripteurs se presse devant les locaux de ces sociétés, notamment rue des pyramides au siège du groupe Rayyan. Le nombre des créditeurs soucieux de récupérer leurs dépôts est suffisamment important pour que leur attroupement prenne l'aspect d'une véritable manifestation ; les déclarations, accusations et contre-accusations prennent un tour tel, que la démission du Gouverneur de la Banque Centrale K.Ali Sega est mise en rapport direct avec ces événements. Ceux-ci nourrissent durant deux semaines les conversations et les articles de presse. On parle même d'un « Souk al Xanakh » égyptien1.

2Début décembre, la tempête parait s'apaiser. Les commentateurs et les journalistes marquent le pas, mais nombre d'entre eux font remarquer qu'il ne s'agit peut-être là que d'une accalmie et qu'il est grand temps pour l'Etat égyptien procéder à une réflexion de fond sur ce phénomène, et de prendre en charge sa réglementation.

3Ce n'est là qu'une des péripéties de la gestation de ces groupes financiers islamiques qui sont au centre d'un débat qui dure déjà depuis plusieurs années et dont la presse égyptienne s'est fidèlement fait l'écho. Par delà l'actualité récente, paru utile de fournir une analyse du contexte économique et social de ces évènements.

4Le phénomène des banques et des sociétés d'investissement islamiques peut en effet être considéré comme la résultante de facteurs socio-économiques communs à l'ensemble des pays arabes. Cependant la situation propre de chacun de ces Etats nécessite de traiter de ces institutions dans leur cadre national.

5Les banques et les sociétés islamiques d'investissement apparaissent d'abord comme l'une des conséquences d'un mouvement qui traverse l'ensemble du monde islamique. La plume des éditorialistes et des analystes a eu recours pour le qualifier à des appelations variés : « islamisme », « intégrisme », « montée de l'Islam », « retour de l'Islam », « éveil de l'Islam »... : Cette lame de fond a de fait pris des formes diverses selon les lieux et les situations sociales : « khomeinisme », « shiisme », « islamisation officielle » par le biais de l'Etat (Pakistan, Arabie Séoudite, Etats du Golfe, Soudan et même pendant un temps Libye…). Souvent la revendication en faveur de l'islamisation a servi à contrer une conception de l'Etat considérée comme « importée ». Les quinze dernières années ont permis d'assister à la montée en puissance de ce mouvement de pensée et de groupes activistes plus ou moins structurés. La diversité de leurs tendances, de leurs obédiences ou de leurs stratégies, le degré variable de leur emprise sur l'Etat ou sur la société civile reflètent la multiplicité sociale des peuples musulmans.

6Le présent dossier se propose de regrouper certains des articles « parus dans la presse égyptienne à propos des institutions financières islamiques et de les insérer dans une triple grille d'analyse. La première tente de montrer les différents facteurs qui ont abouti à leur création. Dans un second temps ce dossier propose une chronologie de la constitution des principaux groupes financiers islamiques ainsi qu'une brève analyse de leurs fondements en termes de marché financier, des stratégies qui paraissent être les leurs et de la concurrence qui les oppose a la fois entre-eux et aux institutions financières « classiques ». On donnera également un aperçu du type de contrats pratiqués par ces institutions. Une troisième partie introduira des articles se rapportant aux évènements récents, en insistant plus particulièrement sur le développement proprement égyptien de ce phénomène, et sur ses rapports avec la situation économique, politique et sociale dans ce pays. En conclusion seront évoqués les problèmes juridiques qui se posent au Gouvernement égyptien face aux dangers de crise financière et politique que peuvent provoquer à terme plus ou moins rapproché toute ambiguïté dans le contrôle des activités de ces institutions.

I) - Les facteurs idéologiques et socio-économiques à 1'origine de la constitution des institutions financières islamiques

7Les raisons qui ont permis la création de nombreuses banques islamiques, depuis une décade, suscitent l'interrogation. Est-il possible de déterminer un évènement, une conjoncture, ou une volonté politique particulière qui vienne en expliquer l'écloslon ?

8Il n'existe pas de facteur unique au surgissement du « phénomène » de la finance islamique. Celui-ci s'explique, bien au contraire, par une série de contingences de niveaux et d'ordre différents. C'est cette variété qui permet d'en comprendre le développement dans des contextes sociaux variés.

9Il faut tout d'abord insister sur l'importance du facteur religieux, éthique et intellectuel. C'est avant tout un débat d'idées qui a été le plus puissant des catalyseurs de ces institutions. Ces idées induisent directement des comportements économiques sans lesquels ces créations n'auraient pas été possibles. Le « marché » des banques et des sociétés islamiques d'investissement est avant tout fondé sur l'importance privilégiée accordée à quelques concepts et sur une « représentation » du monde. Qu'on ne s'y trompe pas : cela ne signifie pas nécessairement qu'il faille voir derrière chaque opérateur financier « islamique » un philosophe, un penseur religieux ou un zélateur d'une théorie économique nouvelle. D'aucuns utilisent parfois sans vergogne les aspirations et espoirs des épargnants, dans l'unique souci d'en tirer un maximum de profit. C'est la l'un des points centraux de la controverse qui a agite encore la presse égyptienne a propos des sociétés de placement de capitaux qui se sont créées en Egypte depuis quelques années et se recommandent d'une pratique de l'économie conforme aux préceptes de l'Islam.

A - L'économie islamique comme débat d'idées

  • 2 cf : Nabil A Saleh : Unlawful Gain and Legitimate Profit in Islamic Law, Cambridge University Press (...)

10La question de l'économie islamique est actuellement ramenée à celle de « l'usure », qui est la traduction la plus courante donnée a la prohibition coranique du « riba ». La plupart des prescriptions concernant les transactions ont été révélées durant la période médinoise. Mais on trouve déjà en germe la prescription du « riba » dans des versets qui se rapportent à la période mekkoise de la révélation. Durant la période mekkoise, la prohibition prend la forme d'une exhortation morale. Celle-se transformera en une condamnation stricte durant la période médinoise. La traduction du terme « ribâ par « usure » ne répond cependant pas au sens plus large qu'il faut accorder a cette prohibition. Le fait est important a relever car il fournit l'une des clefs du débat dont cette notion a fait l'objet jusqu'à l'époque contemporaine et dont les articles présentés plus loin se font l'écho. Le terme « ribâ » doit être compris dans le sens d'un avantage illicite obtenu par le biais d'un excédent ou d'un ajournement, jouant en faveur de l'une des parties à une transaction lors de la réalisation de la contre-prestation contractuelle.2

11Les jurisconsultes et les penseurs musulmans ont pu développer les prescriptions coraniques ayant trait aux relations matérielles entre les musulmans, en une véritable éthique des comportements économiques. Les objectifs de la Shariaa (Loi islamique) ont non seulement pour finalité « l'Au- Delà », mais ils se rattachent également a « l'Ici-Bas ». Le bien-être de la Communauté islamique dans l'Autre Monde doit avoir sa contre-partie dans la vie Journalière, fondée sur la justice, la clémence et la sagesse.

12Les objectifs de la Shariaa portent en conséquence sur la préservation de l'Etre humain tant dans sa vie que dans sa foi, son intellect, sa descendance et sa propriété. Des auteurs comme le théologien hanbalite Ibn Qayyim al Jawziyya ou le philosophe Ghazali ont consacré une large part de leurs écrits à montrer l'importance du lien entre l'acte de foi religieux et les comportements individuels et sociaux. Ce lien débouche sur une éthique qui couvre notamment le champ des comportements économiques.

13Une telle démarche n'est certes pas exclusive à l'Islam ; on retrouve notamment la question de l'usure aussi bien dans les écrits chrétiens qu'israelites. Mais dans le monde musulman, cette question fait partie de l'actualité « immédiate ». En faire fi condamnerait l'observateur à ne pas comprendre une part de l'enracinement intellectuel, moral et religieux des phénomènes sociaux qui gravitent autour du « renouveau islamique ». Il est essentiel de s'interroger sur les raisons de cette « réactualisation » à laquelle on assiste dans l'ensemble du monde musulman.

B - Islam et sous-développement

14L'analyse historique du sous-développement a nourri nombre de théories et de réflexions sur lesquelles il n'est pas besoin de revenir ici. Celles-ci ont débouché sur des propositions pour des politiques de développement, dont on peut dire grosso modo qu'elles ont été fondées sur le couple idéologique « socialisme/libéralisme ». Les pays musulmans en voie de développement ont appliqué, A des périodes différentes, tantôt l'une et tantôt l'autre de ces alternatives. Certains sont même arrivés à un système de référence qui allie les deux termes du couple. L'Egypte en constitue un exemple : l'importance du secteur public est le résultat de l'application de politiques « socialistes » ; « l'infitah » est le produit d'un renouveau « libéra] » ; leur inter-relation avec les forces sociales et avec l'environnement mondial constitue la « conjoncture » égyptienne d'aujourd'hui.

15Cependant, en dépit de réalisations indéniables, le sous-développement demeure, avec son cortège d'espoirs déçus. L'explication du renouveau islamique par le vide « idéologique » entraîné par cette situation peut paraître triviale mais elle est certainement la plus pertinente ; d'autant plus que le « facteur islamique » est demeuré puissant depuis des siècles dans le substratum social des pays de l'Orient. Il a pour ainsi dire pris la valeur d'une « seconde nature » qui n'a jamais cessé de produire ses effets quelles que soient les politiques pratiquées par les Etats.

16Les principes de justice sociale tels qu'ils sont prônés par l'Islam peuvent donc sans peine être opposés à une situation Jugée immorale, tant en ce qui concerne les relations sociales internes, que les rapports avec les pays les plus développés. Aucune solution satisfaisante ne peut être proposée par les autorités économiques internes et internationales à des questions aussi cruciales que celles du partage des richesses nationales, du financement des petites entreprises ou de l'endettement international. L'idée est alors avancée que respect des préceptes islamiques aurait sans doute permis d'atténuer les effets d'une conception de l'économie qui profite essentiellement aux détenteurs de capitaux.

17Le pas est d'autant plus aisément franchi que le recours aux principes islamiques permet une « réappropriation » conceptuelle des phénomènes de l'économie. A trop considérer les faits économiques comme des données « objectives », on en est venu à sous-estimer l'importance des facteurs culturels dans les modes de pensée et dans les comportements qui s'y rapportent.

18Le comportement des Etats eux-mêmes a facilité cette démarche. Les pays islamiques se sont regroupés au sein de l'Organisation de la Conférence Islamique. Celle-ci a développé tout un discours sur la solidarité économique entre les pays musulmans tant par ses résolutions et les accords signés (Accord sur l'Encouragement, la Protection et la Garantie Investissements entre les Etats membres de l'OCI), que par la création d'organismes comme la Banque Islamique de Développement ou le Centre Islamique pour le Développement du Commerce. L'illusion a pu être créée qu'il existait une solution « islamique » aux problèmes du développement.

C - Les parties prenantes au débat sur l'économie islamique

19L'un des points forts sur lesquels peuvent Jouer les promoteurs des banques et des sociétés d'investissement islamique, tient à la multiplicité des parties prenantes au débat sur l'économie islamique. Ce dernier ne s'est pas limité aux seuls milieux des « mouvements » islamiques, même si ceux-ci y participent de manière très active (on se réfèrerainfraà l'interview du Sheikh Salah Abou Ismael, l'un des leaders du mouvement des Frères Musulmans en Egypte). Le discours sur l'économie islamique et sur l'usure est également celui de l'Islam « officiel ». En ce qui concerne l'Egypte, toute la « hiérarchie » se trouve engagée dans le débat sur les institutions financières islamiques et leur fournit parfois directement la caution de son autorité religieuse : Sheikh d'al-Azhar, anciens Mufti (ainsi le Sheikh Mohammed Khater, qui préside le Conseil religieux de surveillance du Groupe de l'Islamic Investment Company et de Dar al-Mâl al-Isâmi), doyen de la Faculté de Droit et de Shariaa d'al-Azhar, enseignants...

20L'économie et les banques islamiques font aussi partie du discours de l'Etat sous divers aspects. On ne s'arrêtera pas à la controverse portant sur le référent constitutionnel à l'Islam, qui a déjà été souvent commenté. L'attribution d'un statut privilégié à certaines banques islamiques (Banque Faisal en Egypte et au Soudan), résultant de leur création par une loi spéciale, peut légitimement être interprétée par les épargnants comme une caution de l'Etat aux pratiques de l'économie islamique. Cet appui est d'ailleurs parfaitement clair dans les pays qui ont interdit la pratique de l'intérêt (Pakistan, Iran, Arabie Séoudite et pays du Golfe, Soudan...). Il est parfois difficile de faire le partage entre les politiques volontaristes d'islamisation (comme au Soudan à la fin de la période Numeiri) et la réponse faite par l'Etat à une demande sociale « diffuse » (comme ce semble avoir été le cas jusqu'alors en Egypte).

21L'impression prévaut parfois que l'on assiste à une surenchère sur le référent islamique entre les gouvernements et ceux qui s'opposent à eux au nom de l'Islam. Il est certain que la « récupération » des aspirations islamiques par l'Etat constitue l'un des enjeux essentiels du pouvoir et de sa légitimation dans plusieurs pays du Moyen-Orient.

22Cet appui de l'Etat peut parfois prendre des formes plus discrètes mais tout aussi efficaces. Ainsi en va-t'il des déclarations de certains de ceux qui ont occupé ou occupent des fonctions officielles. On prendra pour exemple la liste des membres fondateurs de Dâr al-Mâl al-Islâmi (largement distribuée par cet organisme), constituée des personnalités qui ont accepté de signer « l'Appel à l'Ummat al-Islam ». On y relève avec intérêt deux princes de la famille des Sabah (Koweit), l'Emir de Bahrein, dix Princes séoudiens de la famille royale, le Président pakistanais Zia Ul-Haqq, le Président Sekou Toure, le Sheikh Zayed Bin Sultan Al-Nahyan (Président des EAU) et même sa majesté le Roi Fouad II d'Egypte qui a signé l'appel de sa résidence de Monaco... Si l'on s'intéresse aux Etats de la Vallée du Mil on relève le Président Djaafar Al-Mumeiri (ex chef d'Etat du Soudan), Sadek Al-Mahdi (l'actuel Premier Ministre) et Hassan Al-Turabi (Président du Front National Islamique, principale force d'opposition -si l'on exclut les mouvements sudistes-...). Dans ce cas précis, le soutien du côté égyptien demeurait discret et se limitait au Dr Omar Abdel-Rahman Azzam et à Ibrahim Kamel qui était en fait l'un des initiateurs techniques de cette institution. On lira également infra l'intervention du Dr Abd al-Aziz Hegazy, ancien Premier Ministre du Gouvernement égyptien et « père » de la loi 43 sur « l'ouverture » économique pour constater que l'expérience des banques islamiques a trouvé des appuis à tous les niveaux de la société.

23Un dernier élément paraît enfin devoir être pris en considération. La banque et l'investissement islamique ne profitent pas seulement du soutien actif résultant d'une demande sociale diffuse, ou de celui des milieux d'opposition islamique, ou encore des milieux officiels ; ce soutien peut également prendre une forme passive en ce sens qu'il est difficile, dans la plupart des pays concernés, de s'opposer à ces établissements dans leur principe, dans la mesure où ce dernier est directement rattachés au dogme islamique. La critique peut certes porter sur les modalités d'application de tel ou tel établissement, mais pas sur son existence légitime. En ce sens, elle ne fait qu'étendre le débat en élargissant encore plus la base de ceux qui y participent, ce qui finalement ne fait que renforcer la publicité donnée à ces institutions.

Les facteurs intellectuels et religieux : Le débat sur la conception islamique des rapports économiques

241)-« Les intérêts bancaires sont-ils licites ou illicites ? », compte-rendu de colloque par Abd al-Mouneim Kindil, Al-Liwa, n°9 de 1982.

252)-Abd al-Mouneim al-Hemr. »Le Coran lie l'interdit de l'usure aux prêts et non pas à toutes les transactions » ; As-Siyasi, 17 juin 1984.

263)-Aly Fahmi : « La pratique de l'intérêt ne porte pas atteinte à la Sharîca » ; A.I, 10/5/85, n°905.

274)-Moustafa Mareli : « Le phénomène est la conséquence de l'extrémisme religieux. » in A.I, 10/5/86, n°905, pp.18-19.

285)-Moustafa Ali Ahmed : « Les intérêts bancaires sont illicites ! », A.I, 2 juin 86, pp.72 et 73.

296)-« Banque islamique et économie islamique : laquelle doit précéder l'autre ? » ; A.I, 30/4/84.

Les facteurs économiques et sociaux : le cas égyptien

307)- « Renouveau islamique et économie égyptienne : essai d'observation sur les effets de l'ère pétrolière dans l'économie égyptienne » ; A.I, 5/5/86, n°903, pp.24-25-26.

318)- « Il y a une demande contenue, de la part du peuple égyptien, d'effectuer les transactions conformément aux règles islamiques ». A.I, n°903, 5/5/86, pp.26-27.

329)-« Le phénomène religieux est l'expression de la crise de la société Egyptienne », interview de I.S. Abdallah ; A.I, 5/5/86, n°903, pp.73-74.

3310)-« Les banques islamiques et les sociétés de placement de capitaux sont elles une réaction de l'Islam des riches ou une réaction de l'Islam politique? », interview de Salah Abou Ismail, A.I, 5/5/86, n°903, pp.75-76.

II) - Chronologie des créations et analyse du fonctionnement juridique et économique des institutions financières islamiques,

A - La chronologie de la constitution de ces établissements jusqu'au début 1966 peut être établie comme suit :

34– 1972

    • Nasser Social Bank, le Caire, Egypte.

35– 1975

  • Islamic Development Bank, DJeddah, Arabie Séoudite. Dubai Islamic Bank, Dubai, EAU.

36– 1976

  • First Muslim Interest Free Business Institution, Jobannesbourg, Australie.

37– 1977

  • Kuwait Finance House, Safat, Koweit.. Faysal Islamic Bank, Khartoum, Soudan.. Faysal Islamic Bank, le Caire, Egypte.

  • Islamic Investment Company of the Gulf Ltd, Sharjah, EAU.

38– 1978

  • Jordan Islamic Bank for Finance and Investment, Amman, Jordanie.

  • Islamic Banking System International Holding, S.A Luxem

39– 1979

    • Bahrain Islamic Bank, Manama, Bahrain.

    • Islamic Investment Company Ltd, Nassau, Bahamas.

    • Iran Islamic Bank, Téhéran, Iran.

    • National Investment Trust, Karachi, Pakistan.

    • Investment Corporation of Pakistan, Karachi, Pakistan.

    • Banker's Equity Ltd, Karachi, Pakistan.

    • Islamic Investment Company Ltd. Genève, Suisse.

40– 1980

  • Banque Misr, Branches islamiques. Egypte

  • Islamic International Bank for Investment and Development, le Caire, Egypte.

  • Dar al Maal Al Islami, Nassau, Bahamas.

  • Islamic Exchange and Investment Company, Doha, Qatar.

  • Islamic Mudaraba Company, Karachi, Pakistan.

  • Dâr al-Mâl al-Islâmi, Genève, Suisse.

  • Islamic Arab Insurance Company, Dubai, EAU.

  • Shariah Investment Services, P.I.C, Genève, Sulse.

  • Al-Rajhi Company for Islamic Investments, Londres, G.B.

41– 1981

  • Islamic Investment House, Amman, Jordanie.

  • Bahrain Islamic Investment Company, Manama, Bahrein.

  • Application par les banques pakistanaises du système dit des « Profit and Loss Sharing » (PLS).

  • Islamic Finance House Public Ltd, Londres, G.B.

42– 1982

  • Islamic Finance House, Londres, G.B.. Kibriz Islamic Bank, Leftkosa, Nicosie.. Amanah Bank Zamboanga, Philippines.

  • First Interest Free Finance Consortium (FIFO, Londres, G.B.. Islamic Investment Company of U.K, Londres, G.B.

43– 1983

  • . Islami Bank Bangladesh, Dacca Bangladesh.

  • Bank Islam Malaysia, Kuala Lumpur, Malaisie.

  • Islamic Bank International of Denmark, Copenhague, Danemark.

  • Sudanese Islamic Bank, Khartoum, Soudan.

  • Islamic Bank for Vestem Sudan.

  • Al Baraka Bank, Khartoum, Soudan.

  • Islamic Cooperative Development Bank, Khartoum, Soudan.. Belt Ettamuil Saudi Tunisi (groupe Baraka), Tunis.. Faisal Islamic bank, Manama, Bahrein.

44– 1984

  • Tadamun Islamic Bank, Khartoum, Soudan.. Faisal Islamic Bank of Senegal, Dakar, Sénégal.. Faisal Islamic Bank of Guinea, Conakry, Guinée.. Faisal Islamic Bank of Niger, Niamey, Niger.

  • Al Rajhi Islamic Investment Banking Company, Jeddah, Arabie Séoudite.

  • Al Baraka International Limited, Londres, G.B.. Par une circulaire en date du 10 décembre la Banque du Soudan (Banque Centrale) informe toutes les banques exerçant sur le territoire national qu'elles doivent refuser tout dépôt à terme, ou tout compte d'épargne portant intérêt. Elles doivent par ailleurs transformer tous les dépôts, comptes et contrats de prêt déjà existant pour les rendre conforme aux formules islamiques de dépôts et de financement.

45– 1985

    • Le Pakistan et l'Iran islamisent l'ensemble de leur secteur bancaire en prohibant totalement l'application des clauses d'intérêt sur le territoire national.

    • Faisal Finance Institution, Istanboul, Turquie.

    • Al-Baraka Investment Company Frankfurt R.F.A.

    • Al Baraka Islamic Bank Mauritania.

46Ce tableau est tiré de la comparaison de plusieurs sources : 1) Al Baghir Kudawi, « Medium and long-term finance by islamic finance institutions. », in Journal of Islamic Banking and Finance, vol 3, Avril Juin 1986. 2) Traute Wohlergs Scharf ; Les Banques Arabes et Islamiques, Paris, 1983, OCDE. 3) Documents personnels.

47Le tableau ci-dessus comprend un peu plus de 50 institutions islamiques. Il est cependant encore très incomplet. Sa lecture doit être modulée par les remarques suivantes. On constatera tout d'abord l'existence de groupes qui investissent dans plusieurs pays. Le cas le plus évident est celui du groupe des banques Faisal dont la politique africaine se concrétise nettement à partir de 1984. Une vue globale de l'activité de ce groupe (notamment de sa politique de développement sur le continent africain) doit également prendre en considération les activités de Dâr al Mâl Al Islâmi. Un autre ensemble important est le Groupe Baraka, le troisième concurrent de rang international pour l'avenir étant probablement le groupe Sajhi.

48Les institutions les plus importantes créent des branches financières ou de services soit sur les places « off shores » comme à Bahrein (Baraka, Banque Faisal, Rajhi), soit sur les grandes places financières internationales telles que Londres, (DMI, Baraka, Rajhi ainsi que de KFH). Il faut également savoir que chaque banque ou société d'investissement peut avoir sous son chapeau toute une série de sociétés. Tel est le cas des groupes Baraka et DMI/Faisal. Pour l'Egypte on se reportera par exemple à l'interview d'Ahmad Amin Fouad, président du Conseil d'administration de la Banque Islamique Internationale pour les Investissements et le Développement ; (traduit infra au chap sur les performances).

49Par ailleurs, le tableau ne tient pas compte des nombreuses « branches islamiques » ouvertes par les banques « traditionnelles ». Ces branches ont été créées en Egypte dès 1980 pour faire face aux déports des dépôts de leurs clients vers les banques islamiques. Il existe une controverse à ce sujet, les banques nationales (banques Misr, du Caire, d'Alexandrie...) constatant qu'en dépit de l'ouverture de ces branches islamisées une part des dépôts de leurs clients continue à se diriger vers les banques islamiques (principalement Faisal et Banque Islamique Internationale pour les Investissements et le Développement) ainsi que vers les sociétés islamiques de placement de capitaux (cf. infra). Les banques islamiques égyptiennes font pour leur part remarquer que la plupart de leurs clients sont de « nouveaux » clients du système bancaire. Ceux-ci ont accepté de placer leurs fonds uniquement auprès des établissements exclusivement islamiques.

50Il faut enfin faire une place à part aux pays dans lesquels le système bancaire a été entièrement islamisé. Tel est le cas du Pakistan, de l'Iran et du Soudan. Le premier de ces pays a procédé par étapes, en islamisant tout d'abord certaines institutions financières publiques et en donnant la possibilité aux banques d'ouvrir des comptes islamiques (PLS). Durant la période 81-85 les deux systèmes (islamique et traditionnel) ont fonctionné conjointement. En juillet 85 le secteur financier a été entièrement islamise avec le prohibition des clauses d'intérêt qui s'applique à toutes les banques mêmes étrangères. On trouve la même évolution dans le cas de l'Iran (projet pour l'islamisation adopté par le Parlement en 1983, entré en vigueur en 84 -plus de possibilité d'ouvrir de nouveaux comptes portant Intérêt- et mars 85 : prohibition de l'intérêt ; toutes les opérations doivent être effectuées sur une base islamique.) Le Soudan connait une situation hybride. En sus des banques islamiques, une circulaire de la Banque du Soudan du 10 décembre 84 a demandé à toutes les banques de pratiquer leurs opérations exclusivement sur la base des contrats islamiques. En raison de l'ambiguïté de sa législation, ce pays a cependant connu un dérapage très important (problème du respect des plafonds de crédits (ceilings) notamment en matière de financement commercial par le biais des contrats de murabâba. Une circulaire de la Banque du Soudan (8/11/86) est venue redéfinir la politique du crédit à ce propos. On retrouve ici le problème des relations entre les banques islamiques ou islamisées, la Banque Centrale et les autorités monétaires. Pour l'Egypte, cette question apparaît à maintes reprises dans les articles qui sont présentés en troisième partie de ce dossier.

51Une dernière question peut enfin être posée : quels sont les fondements économiques du marché financier des institutions islamiques ? Seules les grandes lignes peuvent en être données ici. Il est évident que le phénomène des banques islamiques est apparu à la croisée des chemins entre le « renouveau islamique » des années 70 et la constitution de liquidités importantes non seulement dans les pays pétroliers, mais également dans les autres pays de la région qui se sont tous trouvés placés dans la logique de l'économie pétrolière. Depuis les années 70, le nombre des banques arabes a décuplé ; les profits importants effectués par les banques étrangères dans les pays musulmans ont poussé ceux-ci à créer les institutions leur permettant d'agir comme opérateurs financiers sur leur propre marché et sur le marché International. Mais il faut bien comprendre que contrairement aux grandes banques internationales arabes, les banques islamiques n'ont pas eu pour finalité le placement d'une part du « surplus pétrolier ». Leur fonction est beaucoup plus populaire. Elle est centrée autour de l'épargne constituée à partir de la redistribution d'une part des revenus pétroliers, soit parmi la population nationale (constitution de couches « moyennes » dans les pays du Golfe) soit parmi la main d'oeuvre immigrée qui cherche à placer (et d'abord à transférer) une part des économies réalisées à l'occasion d'un séjour dans un pays pétrolier : tel est le cas de l'Egypte.

  • 3 Dr Volker Nienhaus ; "Islamic Economies, Finance and Banking : Theory and Practice", in Journal of (...)

52Le marché des banques islamiques se crée donc à la jonction entre une aspiration morale et un besoin pratique. Pour ces raisons morales (mais aussi par crainte de la règlementation étatique) des montants très importants n'étaient pas placés dans le système bancaire. En 1984 certaines estimations évaluaient les montants non placés dans les pays musulmans à environ 80 milliards de dollars (Herald Tribune du 2-3 nov 84). Le chiffre est sans doute excessif. Quoiqu'il en soit du montant réel de ces fonds thésaurisés il est certain que les premières décisions prises de créer les banques islamiques se sont fondées sur des études démontrant qu'il existait un marché potentiel très important. Tel a été le cas par exemple de 1'Islamic Investment Corporation (qui peut être considérée comme l'ancêtre de DMI) dont l'étude de marché avait été faite par Arthur D. Little ! Dans le cas de la Banque Islamique Faisal du Caire, l'équivalent de 30 millions de dollars ont été perçus le premier jour de l'entrée en opérations. Pour 1934 (donc avant même que le groupe soit formellement transformé en banque islamique) la Rajhi Company for Currency Exchange and Commerce évaluait les transactions effectuées par sa branche islamique à 1 milliard de dollars. Pour la même année le total des fonds déposés auprès des institutions financières islamiques ou gérés par elles se montait entre 11 et 13 milliards de dollars environ.3. Il ne s'agit là que d'exemples et d'ordres de grandeur qui permettent de relativiser le phénomène ; pour une tentative plus systématique d'évaluation du montant des activités des banques et institutions financières islamiques, on consultera l'étude de Sami Netwally traduite infra.

B- Les contrats pratiqués

53L'idée fondamentale du financement islamique tient à la distinction entre prêt et participation. Un prêt ne peut être accordé en contre-partie d'un versement ultérieur qui soit d'un montant ou d'une valeur supérieure au capital initial. Il ressort que tout prêt à proprement parler ne peut se faire qu'à titre non onéreux (qard hassan). Le droit islamique propose cependant un certain nombre de contrats qui permettent d'assurer le financement du demandeur de capital. La condition de base tient à ce que celui qui fournit le capital ne doit pas se voir garantir à l'avance un revenu fixe, indépendant du résultat économique de l'activité pour laquelle ce capital a été accordé.

54A partir de cette idée les Jurisconsultes ont développé les contrats de commandite islamique (mudâraba ou qirâd) et les contrats d'association (shirka ou mushâraka.) qui sont définis infra. Les banques et les sociétés islamiques d'investissement ont réadapté ces contrats (tout en tenant compte des écrits doctrinaux dont ils ont fait l'objet au fil des siècles) et ont créé une série d'instruments financiers islamiques qui correspondent à l'économie générale de ces deux grands contrats islamiques. Ces instruments financiers leur permettent d'intervenir sur la plupart des secteurs de l'investissement ainsi que de l'assurance.

55Il faut par ailleurs distinguer les contrats islamiques dérivant du contrat de vente que sont le contrat de location (ijâra) et la vente contre prix d'achat plus bénéfice : murâbaha (cost+fee). Ce dernier contrat a notamment pris une très grande importance en matière de financement du commerce, à tel point qu'il recouvre près de 80 % des opérations de la plupart des banques islamiques. Cette dernière particularité pousse certains a soutenir que les banques islamiques ne Jouent pas la fonction première au nom de laquelle elles ont été constituées : faire participer le capital aux risques et donc aux pertes et aux profits. Au plan économique il n'y a pas de différence remarquable entre un prêt à intérêt et un financement sous forme d'ijâra ou de murâbaha. « Pire » encore, dans un pays comme le Soudan, certaines des banques qui ont été contraintes d'appliquer les contrats islamiques finissent par faire remarquer que grâce à l'utilisation quasi-exclusive dans leurs transactions commerciales de la formule de la murâbaha, elle sont parvenues à augmenter leurs marges en touchant un « profit » (ribh) qui correspond économiquement à des taux d'intérêt de plus de 30 %. L'analyse de certains contrats passés en Egypte permet de faire la même remarque.

56On peut enfin signaler deux derniers types de contrats, qui sont moins pratiqués mais qui pourraient connaître un certain développement dans l'avenir si certaines banques islamiques continuaient à s'intéresser au secteur agricole : muzâraca (contrat de culture) qui correspond à une sorte de métayage et de la musâqâ (contrat d'arrosage pour les arbres fruitiers).

57Deux textes ont été retenus pour illustrer ce bref propos :

5811)- « Le financement du développement selon la méthode islamique » ; D. Fouad Assarraf ; A.I ; 19/9/83, n°766. pp.28 à 30.

5912)- Jamal Fadil ; « L'expérience conduit-elle à une économie islamique ? » ; A.I, 14/5/84, n°800.

C - Performances et activités ; analyse des bilans

60En dépit de l'existence d'une Union des banques islamiques, dont le siège est situé au Caire, et de centres de documentation (comme celui de la BIIID également au Caire) il n 'est pas encore aisé de se procurer des données régulières et complètes sur les activités de ces institutions.

61Comme on dispose en fait de très peu d'études synthétique sur l'activité réelle de ces banques, il a paru utile de reproduire la série de trois articles, signée par Samir Hetwally, parue en 1986 dans Al-Ahram al-Iqtisàdl :

6213)- « Ressources et emplois des banques islamiques ; point de vue théorique comparé au banques conventionnelles », A.I, 20/10/86, n°927 pp.54 et 55.

6314)-« Les structures réelles du bilan d'un échantillon de banques islamiques ». A.I, 3/11/86, n°929, pp.54 à 58.

6415)-« Lecture d'un bilan consolidé des banques et des institutions financières islamiques ». A.I, 10/11/86, n°930, pp.52 à 55.

65Dans un premier temps les banques islamiques sont parvenues à facilement mobiliser des fonds importants et A servir des profits tout à fait compétitifs avec ceux des banques traditionnelles. Il faut cependant remarquer que ces banques ont eu ces dernières années quelques difficultés à toujours placer de manière aussi rentable des dépôts qui s'accroissaient régulièrement. Certaines (comme la Koweït Finance House) ont même été appelées à limiter les dépôts des nouveaux clients. De plus, dans certains cas, les bilans présentés par les banques islamiques mélangent les profits dûs aux déposants et les bénéfices dégagés en faveur des actionnaires ce qui complique l'analyse de leurs performances réelles (cf. 7. Nienhaus op.cit p 42).

66Nous n'avons pas trouvé dans la presse égyptienne de bilan général des activités islamiques des banques en Egypte. titre indicatif on peut tenter de faire un tableau des établissements pratiquant la totalité ou une part de leurs activités bancaires sur une base islamique :

Banques non islamiques ayant ouvert des branches islamiques

  • Banque Misr.

  • Banque d'Alexandrie.

  • Banque du Caire.

  • Banque du Nil (le Caire et Tanta).

  • Banque du Commerce et du Développement (At-Tijariyyun) Le Caire.

  • Banque du Canal de Suez : le Caire.

  • Banque d'Egypte et du Golfe : le Caire (al-Azhar).

  • Al-Vatany Bank of Egypt : le Caire, Masr al-Gadid, Alexandrie.

  • Arab Investment Bank.

  • Branches islamiques des « Banques de villages » (Bunuk al Qura)

6716) - « Le système d'épargne islamique dans les Bunuk al Qura est entré en application : comment ? » A.I 14/5/84, n°800.

Banques exclusivement islamiques : branches

    • Banque Islamique Faisal :

    • Le Caire, Alexandrie, Benha, Suez, Damanhour, al Azhar, Asslout, Ghamra, Masr al Gedid, Tanta.

    • Banque Islamique Internationale pour les Investissements et le Développement :

68Le Caire, Minia, Tanta, Mansoura.

    • En cours de constitution : Al Arish, Alexandrie, As-Sahel, Louqsor, Al-Azhar, Masr al-Gadid.

69Principales sociétés ayant recueilli des dépôts sur une base islamique (le plus souvent en dehors du cadre de la législation nationale sur les banques et le crédit : cf.infra : Groupes Rayyan, Chérif, Badr, Obeid, Hoda, Saad, Saudiyya... (cf à leur propos les articles 26 à 36)

D - Stratégies internes

70Certains groupes financiers islamiques ont des politiques de présence au niveau International ainsi que sur les marchés internes des pays musulmans jugés les plus porteurs. La concurrence entre les groupes DNI/Faisal et Baraka s'est développée depuis déjà plusieurs années. L'Egypte est l'un des marchés clefs pour les banques islamiques et les enjeux poussent parfois les autorités nationales à intervenir. C'est ainsi qu'en 1984 on a pu assister à une tentative de prise de participation de 49 % (présentée comme un sauvetage) de la Banque des Pyramides par la Compagnie Baraka pour les Investissements et le Développement. La compagnie proposait que la banque soit transformée en banque islamique. Cette opération approuvée par le ministre des Finances s'est, semble-t-il, heurtée à l'opposition du gouverneur de la Banque Centrale Ali Negm. (cf.ultérieurement son intervention à propos des sociétés islamiques de placement des capitaux infra). La Banque Islamique Faisal s'est trouvée confrontée, pour sa part, à une volonté des autorités de reprendre en main le développement de ses activités en 1985 (remise en cause des exemptions fiscales accordées par l'article de la loi 48 de 1977, et pressions à l'occasion de l'augmentation du capital de la banque en 1986 - article infra-). On a également vu le groupe des sociétés islamiques d'investissement Chérif prendre le contrôle du Conseil d'administration de la Banque Islamique Internationale pour les Investissements et le Développement :

7117)- « 13 heures d'Assemblée Générale pour la Banque Islamique Faisal : le ministère de l'économie fait obstacle à l'augmentation du capital de la banque », in A.I, 17 février 1986, n°892, pp.89 à 91.

7218)- La Banque Islamique Internationale pour les Investissements et le Développement » présentation par Ahmed Amin Fouad, directeur du Conseil d'administration, al-Ahram du 8/12/85, p.17.

7319)- « Que se passe-t-il a la Banque Islamique Internationale pour les Investissements et le Développement ? », (publicité parue A.I, novembre 86).

7420)- « La réalité des opérations dans les banques islamiques », A.I, oct 85, reportage : Raweya al-Sawi.

III) - Les problèmes posés par l’activité des institutions financières islamiques en Egypte

A - Institutions islamiques et politique nationale du contrôle du crédit et des changes.

  • 4 CF : Bernard Botiveau : "Les récentes modifications du code égyptien de la famille : Genèse d’un dé (...)

75Les banques islamiques posent des problèmes qui leur sont spécifiques (problème du contrôle de leurs activités par les autorités monétaires et du caractère adapté des règles en vigueur à leurs opérations). Ces problèmes peuvent cependant être replacés également dans un cadre plus général. Les mouvements islamiques revendiquent l’application de la Shariaa à tous les domaines y compris au domaine économique. De ce fait, ils remettent en cause le consensus sur la séparation fonctionnelle législation islamique/législation étatique. le système juridique égyptien la première a été en partie « réceptionnée » par le droit étatique par le biais de « codes » et de lois qui ne sont que la rédaction sous forme d’articles des règles du corpus doctrinal islamique (la loi 77 du 6 août 1943 sur les successions ab-intestat, le code de la famille en constituent des exemples)4. Pour le reste la législation étatique a pu se développer indépendamment du1e4&é1 référent islamique, notamment dans le domaine des relations économiques (droit commercial, droit des sociétés).

76L’action des banques islamiques peut paraître rejoindre les revendications des mouvements islamiques, même si l’on peut estimer que cette jonction se fait sur la base d’une ambiguïté. Les détracteurs de ces établissements soutiennent en effet que ces banques ont été créées sous cette forme, essentiellement pour profiter des avantages qu’elles pouvaient retirer du recours à la notion d’investissement islamique : se voir appliquer un certain nombre de privilèges par des pouvoirs publics obligés de montrer qu’ils sont favorables, au moins formellement, à l’instauration d’un secteur économique islamique.

77Dans la pratique, ces établissements financiers ont largement profité de l’importante masse de capitaux résultant du transfert des revenus des travailleurs égyptiens expatriés, essentiellement dans les pays du Golfe. L’influence de l’environnement social des pays dans lesquels ces expatriés exercent leur activité ne saurait être négligé. Par ailleurs, ceux-ci n’ont qu’une confiance relative dans les banques « nationales » (c’est à dire nationalisées) égyptiennes auprès desquelles la législation en vigueur offre pourtant la possibilité d’ouvrir des comptes en devises. Le placement de ces fonds rapatriés dans des établissements à caractère islamique, dont certains sont sous le contrôle de personnalités appartenant à la famille régnante en Arabie Séoudite (ce qui est le cas du Prince Muhammed Faycal, Président de la Masraf Faysal et également du groupe financier international Dâr al-Mâl al-Islâmi) peut constituer à leurs yeux une garantie supplémentaire.

78De plus le type d’opérations pratiquées par ces établissements et le fait qu’ils aient connus de bons résultats au cours des années précédentes, permet à un milieu peu habitué aux arcanes de la gestion des titres tels qu’ils sont proposés par les banques du secteur ordinaire, d’effectuer des dépôts qui constituent en fait des placements ; la chose est facilitée par le fait qu’il n’existe pas en Egypte de véritable marché des valeurs.

79A bien considérer les institutions financières islamiques le sentiment apparaît que celles-ci participent d’une remise en cause, même partielle, de l’exclusivisme étatique dans le domaine économique. La question est de savoir quelles sont les limites admissibles par l’Etat et quelle est la puissance réelle des institutions qui pratiquent le financement sur le mode islamique. La législation elle-même constitue un enjeu entre établissements et les Etats d’accueil.

80Il n’existe pas en Egypte de loi générale portant sur les activités des banques islamiques. La relation entre ces banques et la Banque Centrale est donc définie par la loi sur les banques et le crédit n°163 de 1958 (et ses amendements). Cette relation revient à « traduire » les opérations des banques islamiques en termes d’opérations effectuées par les banques secteur ordinaire. Des problèmes de qualification Juridique et économique se posent. La Banque Centrale considère, par exemple, que les dépôts d’investissements islamiques (hisabat al istithmar) sont assimilables à des contrats de crédit (qurud i’timaniyya) et les traitent sur la base de cette qualification. Celle-ci est à l’origine de la manière dont elles sont comptabilisées dans les statistiques et par la suite de l’application du ratio crédit/dépôts et des autres règles nationales de contrôle du crédit.

81Du point de vue des établissements islamiques, la loi égyptienne sur les banques et le crédit a été édictée dans le cadre d’un système économique fondé sur la pratique de l’intérêt. Or les banques islamiques ne peuvent ni prêter ni emprunter à intérêt. Ces opérations sont au fondement de l’activité des banques ordinaires, alors que la banque islamique ne peut que pratiquer le commerce et l’investissement direct. Dans de nombreux domaines, les lois égyptiennes interdisent précisément aux banques commerciales de telles opérations ou en limitent le montant. (Par exemple, celles-ci ne peuvent posséder plus de 25 % des actions d’une société, et le montant des actions dont elles disposent dans une société ne doit pas dépasser un certain quota par rapport à leur capital social.)

82Une première dimension des problèmes posés par les établissements financiers islamiques apparaît ici. Leurs activités n’entrent pas dans le cadre des classifications du droit étatique portant sur les établissements bancaires et de crédit. Soit elles sont des sociétés d’investissements, et ne peuvent alors recueillir les dépôts du public ; soit on les considère comme des banques, auquel cas elles subissent les restrictions s’appllquant aux activités d’investissement de type d’établissement. La mise en oeuvre d’une loi générale gouvernant l’ensemble des institutions à caractère islamique leur création par une loi particulière prévoyant un traitement spécial sont donc revendiquées. Cette exigence peut être considérée comme une simple modalité technique. Mais l’enjeu pour un Etat comme l’Egypte est plus important. Il revient à admettre l’instauration d’une dualité dans le système législatif appliqué à l’économie dans un domaine devenu politiquement particulièrement sensible : celui de l’islamisation.

83La Banque Faisal a fait l’objet d’une loi particulière, lui reconnaissant la faculté de pratiquer le commerce sur le marché interne et validant l’application de la zakat à son capital et à ses profits. Le statut de cette banque a été émis par le Ministère des Affaires Religieuses et des Waqfs. Dans la mesure où la nature de la banque lui impose d’effectuer des opérations commerciales, il a été considéré qu’elle avait le droit d’utiliser librement les devises qui sont à sa disposition. Or, ce droit n’est pas reconnu par les lois monétaires aux autres banques qui n’exercent pas le commerce. L’article 10 de la loi 48 de 1977 portant création de la banque dispose que celle-ci est soumise aux lois égyptiennes organisant le contrôle des banques et du crédit mais que les lois portant sur le contrôle des changes ne s’appliquent pas à elle. De surcroît, étant donné l’obligation statutaire faite à la banque de verser la zakât sur son capital et sur ses revenus, l’article 11 de la loi 48 prévoyait que l’ensemble des bénéfices ferait l’objet d’une exemption d’impôts pour quinze ans. Mais l’article 10 de la loi s’est trouvé abrogé, et la période de grâce fiscale a été ramenée de quinze à cinq années. La cause invoquée arguait du privilège excessif attribué du fait de cette exemption.

84L’enjeu entre « ordre étatique » et « ordre islamique » est également apparu en Egypte avec la constitution, depuis quelques années, d’un milieu islamique « sauvage » des affaires. En dehors de tout cadre légal étatique, des entreprises ont été créées entre des hommes d’affaires se recommandant de la pratique islamique et réunissant des capitaux sur la base de cette référence. On peut citer les groupes Rayyan, Hoda, Cberif, Ebeid (Ahmad), Badr qui exercent leurs activités dans des domaines aussi variés que les transports par taxi, l’élevage de poulets, l’agro-alimentaire ou l’industrie du plastique. Certaines de ces entreprises, à la tête desquelles se trouvent notamment des frères musulmans reconvertis dans les affaires, semblent particulièrement florissantes et bien gérées. Mais dans d’autres cas on peut s’interroger sur les fondements économiques rééls de leurs opérations.

85Le Gouvernement égyptien a tenté en juin 66 de rétablir son emprise sur ce secteur en exigeant que les sociétés soient enregistrées sous l’une des formes Juridiques légales qui s’appliquent en Egypte et en prévoyant un système de contrôle des souscriptions effectuées par le public auprès de ces établissements. Cette reprise en main ne va cependant pas sans poser problème. Sans parler des aspects de technique juridique (tel que le degré de rétroactivité qu’il faut accorder à la nouvelle législation sur les sociétés de placement de capitaux) le problème se pose de l’évaluation des activités de ces sociétés. L’importance des bénéfices distribués sur ces deux dernières années peut permettre de croire que certaines d’entre elles pratiquent une fuite en avant à partir des fonds nouveaux obtenus sur la base de l’attrait de ces profits. Des précisions apparaissent nécessaires sur les secteurs dans lesquels les investissements sont effectuées et sur leurs modalités. Il est certain par exemple que la plupart de ces sociétés interviennent sur le marché parallèle des devises. Il existe un lien organique entre les revenus des travailleurs émigrés, ceux qui assurent le rapatriement de ces capitaux, le marché noir des devises et les sociétés de placement islamique. L’accusation court également selon laquelle ces sociétés effectueraient des opérations essentiellement spéculatives auraient un rôle économique négatif en dépit des profits distribués.

86Ces accusations ne sont certainement pas totalement fausses. Le problème est de distinguer les sociétés « saines » des autres. C’est une tache d’autant plus délicate que les autorités monétaires semblent avoir pris tardivement conscience de l’ampleur du problème. Or elles savent maintenent d’expérience, que toute intervention « musclée » sur le marché noir des devises peut avoir un résultat exactement contraire au but recherché (cf. a tentative de Xoutafa Saiid et le Procès des banques -Revue de la Presse n°18-). Le Gouvernement qui a plus besoin que jamais des capitaux privés se doit de conserver la confiance des investisseurs, y compris les investisseurs « islamiques ». Il est nécessaire enfin de protéger les épargnants, d’éviter toute crise majeure -faillite de certaines sociétés et panique qui ne manquerait pas de se répercuter sur tout le marché financier.

87On a choisi ici quelques articles qui portent sur la réglementation de ces institutions islamiques ; la question posée est de savoir comment adapter le droit positif aux activités islamiques de financement :

8821) - « On demande une codification de l’investissement Islamique » par Abd al-Aziz Hegazi, ancien Premier Ministre, al-Jumhurriyya, 24 mai 1984,

8922)- Gamal Fadél ; « L’expérience conduit-elle à une économie islamique ? » A.I 7/5/84, n°799, pp.25 à 27.

9023) - « Les sociétés de commerce selon la Shariaa » A.I, 15/2/85, n°840, pp.30 à 33.

9124) - « Les formes de l’investissement islamique doivent être codifiées », A.I, n°904, 12/5/86, pp.71-72.

9225) - « Remarques importantes à propos de la loi sur les sociétés de placement des capitaux », par la conseiller Mahmoud Fahmi, ancien président de l’Autorité du Marché Financier », A.I, n°913 14/7/86.

B - L’affaire des sociétés islamiques de placement des capitaux

L’attaque :

9326) - Ali Negm : « Les dangers des sociétés de placement des capitaux », in al-Musawwar. n°3233, du 26/9/86.

9427) - Majid Atiyya : « Afin que l’argent des déposants auprès des sociétéés de placement ne se perde pas », al-Musawwar, n°3238,

9528) - Mahmoud al Hadari : « une tâche urgente pour le nouveau ministère ». al-Ahali. 19/11/86.

9629) - Ibrahim Abd el Aziz : « La tragédie des sociétés de placement de capitaux », as-Siyasi. 7/12/86.

9730) - Abd el Kader Ahmad Ali : « Les gérants des sociétés de placement de capitaux échappent au paiement de l’impôt pour un montant de 775 millions de Livres Egyptiennes », al-Ahali. 10/12/86.

La défense

9831) - Groupe Rayyan « Lettre ouverte au Président de la République », dans al-Ahram du 10/11/86.

9932) - Fathi Mohammed Tawfik : « C’est leur succès qui attire les attaques contre les investissements islamiques » ; Middle East Times. 23-29 nov 86.

10033) - « La ruée sur les guichets de la société al-Rayyan a été reçue comme un coup de massue par le mouvement bancaire islamique », Middle East Times. 23-29 nov 86.

10134) - Achraf Saad : « Le Groupe Saad pour les Investissements : une Charte de travail qui tire ses sources de la Loi Islamique et des garanties liées aux investissements et aux projets et non pas aux personnes » ; Wafd, 27/11/86.

10235) – Ismael Montasar : « Tempête avenue des Pyramides : Rayyan explique l’affaire de son point de vue », Qctobar. 16 novembre 1986, n°525.

10336) - « Les sociétés calomniées… quand réaliseront-elles leur décollage ? » ash-Chabab al Ahrar, sept 86, p.9.

104On présentera après ces articles quelques perspectives partant sur les événements qui se sont déroulés en 1987 et début 1988.

Notes

1 A la fin des années 70, un marché portant sur les actions de sociétés possédées par des koweïtiens, non cotées à la bourse officielle s'était mis en place dans le quartier du souk de Xanakh. Les opérations sur ce marché étaient réglées par chèques post-datés; en l'absence de marché à terme, cette pratique était rendue possible par le fait que tous les opérateurs jouaient à la hausse. Mais l'accroissement de la valeur des titres tenait simplement au jeu spéculatif du marché et non pas à l'activité des sociétés. Durant l'été 82 plusieurs gros spéculateurs craignant l'écroulement des valeurs se présentèrent au paiement. Ce fut le Krach avec ses réactions en chaîne. Le montant des engagements que les spéculateurs n'ont pu honorer a été estimé à 92 milliards de 1. Début 87 le Koweït n'avait pas encore absorbé tous les effets de cette crise spéculative.

2 cf : Nabil A Saleh : Unlawful Gain and Legitimate Profit in Islamic Law, Cambridge University Press, 1986, pp 13 et suiv. cf. également Maxime Rodinson : « Islam et Capitalisme », Paris, 1966, Seuil, notamment pp 31 et suiv.

3 Dr Volker Nienhaus ; "Islamic Economies, Finance and Banking : Theory and Practice", in Journal of Islamic Banking and Finance, n°2 Avril-juin 86, p.41.

4 CF : Bernard Botiveau : "Les récentes modifications du code égyptien de la famille : Genèse d’un débat sur le droit de la famille". Bull CEDEJ. 14, 1985, p.93 et suiv.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540