Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entre réforme sociale et mouvement national

 | 
Alain Roussillon

Réformer les représentations

Recherche scientifique et modernisation en Egypte

L’exemple de ‘Ali Mustafa Musharafa (1898-1950). Étude d’un type idéal1

Roshdi Rashed

Texte intégral

  • 1 Cet article fait partie d’un livre collectif sur « Sciences d’Empires » à paraître aux PUF.

1Deux illusions guettent l’historien des sciences qui s’interroge sur la modernisation scientifique dans un pays du Tiers-monde, et sur les liens qui l’unissent à la recherche scientifique ; elles guettent, plus généralement, ceux qui s’intéressent aux rapports entre la science et la société. La première illusion est empirique : l’historien risque alors de trouver dans l’accumulation des événements et des faits sociaux une explication suffisante aux phénomènes ; cette illusion nous paraît d’autant plus menaçante que l’historien ne retient pas, parmi ces faits, ceux qui portent sur le contenu du savoir scientifique. Mais il arrive aussi que l’on voit dans l’étude des conditions de possibilité de ce phénomène, dans la détermination a priori de son essence, une explication de celui-ci : cette deuxième illusion est transcendantale. Celle-ci d’autant plus pernicieuse que l’historien ne conserve de l’activité scientifique que les éléments suffisants pour caractériser les mentalités et les attitudes que celles-ci déterminent.

2Ainsi dans l’étude de l’ » appropriation » de la science moderne en Egypte, que nous nous proposons d’esquisser ici, nous ne pourrons donc nous contenter de recenser les données et de décrire les institutions, non plus que de présenter un tableau prétendument eidétique de la culture arabe ou égyptienne, si nous voulons comprendre ou expliquer les aspects de cette appropriation, et les effets qui en ont résulté. Comment, sans céder à un rigorisme stérile, conduire une telle enquête, dans les conditions actuelles de la recherche historique dans la plupart des pays du Tiers- monde, dont l’Egypte ? La méthode la plus satisfaisante, pour qui veut tenter la moindre explication, demeure celle des « types idéaux », dans un sens infiniment plus modeste que celui donné par Max Weber. Le type idéal se présente toujours comme une organisation de rapports intelligibles, propres soit à une positivité historique, soit à une consécution d’événements. Mais cette organisation n’a plus la valeur eidétique que lui donnait Max Weber, mais simplement celle d’un découpage historique et d’une rationalisation provisoire. Telles sont les limites de notre choix d’’Ali Mustafa Musharafa. Ce nom est pour nous un emblème qui désigne une classe de savants dans une société du Tiers-monde, alors colonisée par les Britanniques ; mais avec quelques variantes, on le retrouve également dans d’autres sociétés, celle de l’Inde par exemple. Nous allons voir comment ce type idéal a représenté un paradigme, objet de légendes.

3‘Ali Musharafa est né à égale distance de l’occupation britannique de l’Egypte et de la Révolution de 1919 pour la libération nationale : le 11 juillet 1898 à Damiette, dans une famille de moyens propriétaires terriens, ruinée lors de la crise du coton de 1907. Son père, qui ne survécut que trois ans à sa ruine, adhérait aux idées modernistes d’al-Afghani et de Muhammad ‘Abduh, et était soupçonné par son propre fils d’appartenir au courant — sinon à l’organisation — franc-maçon. Autant d’éléments historiques et idéologiques qui déterminent le personnage et son éducation. Celle-ci ne pouvait, à l’évidence, qu’être moderne. Et de fait, après des études dans une école privée à Damiette, il est élève de la célèbre Al-Sa ‘iddiyya au Caire, puis de l’Ecole normale, dont il sort diplômé en 1917. Envoyé en Angleterre pour poursuivre ses études, il recommence pour obtenir un B.Sc. en mathématiques en 1920. Dans une lettre du 6 janvier 1918, l’élève de Nottingham College à Londres compare les niveaux respectifs de l’enseignement reçu en Egypte, et celui de Londres, et écrit à propos de l’examen de l’ » Inter-science » : « Quant aux mathématiques, pour ces deux divisions, elles sont très faciles et n’excèdent le baccalauréat seconde partie égyptien que de peu ; quand à la partie théorique de la physique, elle est du même niveau que celle de l’Ecole normale en Egypte, alors que la partie pratique excède quelque peu le niveau égyptien. Il en est de même pour la chimie ». Le moins que l’on puisse dire est que l’enseignement en Egypte préparait alors cette génération à poursuivre des études de niveau international.

4Quoi qu’il en soit, Musharafa obtient son Ph.D. trois ans après, en 1923 ; il retourne en Egypte, à l’Ecole normale, puis repart, afin de soutenir son D. Sc. en 1924, c’est-à-dire à 26 ans. L’œuvre proprement scientifique de Musharafa s’étend sur 27 ans, entre 1922 et 1949, et se signale d’emblée par deux traits : réduite en nombre — une vingtaine d’articles en tout — elle a été conduite d’une manière continue, malgré les tâches administratives, les devoirs de l’homme public, et même l’isolement imposé par la seconde guerre mondiale. Mais, pour mieux saisir les autres traits de l’œuvre de Musharafa, il nous faut entreprendre une analyse très rapide de son parcours scientifique. Notons d’abord que la vie scientifique de Musharafa se divise en deux périodes, la période anglaise, et celle qui suivit son retour jusqu’à la guerre, puis de la guerre jusqu’à sa mort prématurée. Nous allons examiner maintenant ces étapes successives de la vie scientifique de Musharafa.

Musharafa chercheur : entre Londres et Le Caire

5Les premiers travaux de ‘Ali Mustafa Musharafa, c’est-à-dire les recherches qu’il a effectuées pour obtenir son Ph. D. et son D. Sc., portent sur la théorie quantique des raies spectrales, et se trouvent ainsi dans l’actualité de la physique quantique du jour. Pendant trois ans, entre 1922 et 1925, il étudie l’effet Stark et l’effet Zeeman. C’est sur l’effet Stark que porte son premier mémoire, paru dans le Philosophical Magazine en 1922. Rappelons que Stark avait établi en 1913 que, sous l’action d’un champ électrique, les raies émises par un atome sont décomposées en plusieurs éléments dont le centre de gravité peut être déplacé par rapport à la raie initiale. Stark suppose que ces composantes sont distribuées d’une manière symétrique par rapport à la position initiale de la raie, et que la représentation graphique du déplacement des raies a lieu selon des droites. Dans son mémoire, Musharafa montre, d’une part, que cette symétrie ne subsiste plus pour des champs électriques plus élevés, et que, d’autre part, dans ce cas, la représentation graphique se fait à l’aide de courbes paraboliques. Entre le mois de septembre de la même année — 1922 — et le mois de septembre de l’année suivante, le jeune physicien publie coup sur coup dans le Philosophical Magazine et dans les Proceedings of the Royal Society, trois mémoires et deux notes sur l’effet de Zeeman. Il s’agissait cette fois, rappelons-le, de l’action d’un champ magnétique sur le spectre atomique émis par une lampe : Zeeman avait établi que chaque raie spectrale se divise en plusieurs composantes polarisées linéairement ou circulairement.

6Ces mémoires situent parfaitement le jeune chercheur : il participait activement à la recherche sur la physique en Angleterre, sous la direction de Wilson et de Richardson, où il étudiait des problèmes qui, sans être de pointe, étaient récents. La frange la plus avancée était alors représentée par les travaux de Bose, Einstein, de Broglie et Schödinger.

7Toujours dans cette tradition britannique, et sous l’influence de son professeur le physicien O.W. Richardson, Musharafa s’occupe des conditions quantiques des systèmes dégénérés, et publie en 1925 un mémoire dans les Proceedings of the Royal Society, intitulé : « On the Quantum Dynamics of Degenerate Systems ». Sans entrer dans les détails, rappelons que le physicien anglais W. Wilson a suggéré en 1922 de reformuler les conditions quantiques en accord avec la théorie générale de la relativité, en postulant une certaine condition. Le professeur de Musharafa, Richardson, montre en 1923 que cette solution mène à des contradictions. L’année suivante, Musharafa publie son mémoire, dans lequel il parvient à une intuition intéressante, à savoir que les systèmes dégénérés correspondent à un nombre quantique supposé, mais non connu, ou que le mécanisme de dégénérescence est lié à des nombres quantiques demi-entiers. La découverte de Spin donnera plus tard la véritable explication.

8Sans nous étendre davantage sur les recherches de Musharafa durant cette période, et sans nous arrêter aux résultats par lui obtenus, nous pouvons dire qu’il appartenait à la tradition de la physique quantique britannique, et qu’il avait pris une part active et brillante aux travaux de cette école. Mais à aucun moment Musharafa n’a été tenté de poursuivre sa carrière de physicien en Angleterre — il est vrai que nous sommes avant l’ère du brain drain.

9On le retrouve donc en Egypte, comme maître de conférences à l’Ecole normale. Il est ensuite nommé professeur associé de mathématiques appliquées à la Faculté des Sciences, que l’on venait à peine d’inaugurer. Il y sera l’année suivante promu au rang de professeur, alors qu’il n’avait que 28 ans. Cette promotion fut une affaire scientifico-politique et administrative, où sont intervenues plusieurs personnalités — entre autres le célèbre physicien Niels Bohr et le leader du mouvement national Sa’d Zaghlûl. Sur le plan scientifique, Musharafa amorce une seconde période, celle de son installation scientifique en Egypte. Désormais il jouera des rôles multiples et divers, difficiles à démêler, mais dont la résultante dressera le portrait d’un réformateur. Intéressons-nous d’abord à Musharafa physicien.

10Le trait le plus significatif de cette période, trait qui ne cessera de s’accentuer au cours des années, est que Musharafa s’est consacré de plus en plus à la recherche des modèles simples pour représenter les propriétés de la matière ramenées à l’électricité positive, à l’électricité négative, et à la radiation. Son but principal semble avoir été de rendre compte de la dualité onde-corpuscule par un effet de perspective (propriété des transformations de Lorentz) qui s’applique aussi bien à la forme des corpuscules et des ondes qu’à leurs propriétés électro-magnétiques, données par les équations de Maxwell. Commençons par esquisser la démarche de Musharafa avant de nous interroger sur son sens.

Les points de départ de Musharafa

11La différence fondamentale entre matière et radiation, écrit-il, devait être celle de la vitesse relative. Ainsi une entité matérielle, vue à partir d’un système en mouvement avec une vitesse inférieure à celle de la lumière, peut-être décrite comme un groupe d’électrons, protons, etc. Mais la même entité matérielle vue à partir d’un système en mouvement avec la vitesse de la lumière sera décrite comme radiation. Or, ce premier point de départ de Musharafa n’est qu’une explication des propriétés des transformations de Lorentz.

12C’est la même ligne de pensée, d’après Musharafa, qui devrait permettre de formuler les équations de Maxwell en électro-dynamique, pour donner une double interprétation. La traduction technique de cette conception revient à trouver un ou plusieurs tenseurs, et un paramètre variable des équations de Maxwell, de sorte que, lorsque l’on donne au paramètre la valeur de la vitesse de la lumière, les tenseurs seraient identifiés aux quantités physiques décrivant la radiation ; et que lorsque l’on attribue au paramètre une valeur moindre que celle de la vitesse de la lumière, les tenseurs seraient identifiés à des quantités décrivant la matière.

13Si l’on veut résumer en un mot le but de Musharafa, on peut dire qu’il s’agit de représenter dans les termes de la physique classique la dualité entre corpuscules et ondes. Il ramène, comme on vient de l’indiquer, cette dualité à une question de référentiel, c’est-à-dire à une transformation des systèmes de référence en mouvement.

14Entre 1929 et 1931, Musharafa publie deux mémoires dans les Proceedings of the Mathematical et Physical Society of Egypt qu’il venait de créer. En 1936, il publie un article sur « Les équations de Maxwell et la vitesse variable de la lumière », dans lequel il montre que les ondes peuvent être considérées comme ayant une fréquence variable, proportionnelle à la vitesse de la lumière ; muni de cette donnée, il s’interroge sur ses précédents modèles. En 1939, il fait paraître une étude sur la musique égyptienne, et en 1942 il rédige un article sur le principe d’indétermination et les lignes de l’univers. Il s’agit en fait d’un exercice concernant le rapport entre les relations d’indétermination de Heisenberg et les propriétés de l’espace-temps.

15On aurait pu penser que le ralentissement de ses recherches, ajouté aux responsabilités administratives et scientifiques qu’il assume et au tumulte de la seconde guerre mondiale, marquerait le déclin, voire la fin, de la carrière scientifique du chercheur. Or il n’en est rien. C’est en pleine guerre en effet que Musharafa commence à écrire des mémoires d’une haute tenue scientifique. Ces écrits montrent qu’il s’intéressait alors à la théorie unifiée. Rappelons pour mémoire que pour la première fois depuis les années 20, Einstein, Weyl et d’autres avaient tenté l’unification de l’électromagnétisme et de la gravitation. Ces efforts n’ont cependant pas abouti : ces deux formes d’interaction semblaient alors réticentes à l’unification. Mais les travaux de Kaluza et Klein montrèrent que l’on peut obtenir une description unifiée de la gravitation et de l’électromagnétisme, à condition de supposer que l’espace-temps dans lequel se trouve la matière n’a pas trois dimensions d’espace et une dimension de temps, comme il était couramment admis, mais qu’une ou plusieurs dimensions d’espace supplémentaires existent, qui ne sont pas apparentes. Cette théorie de Kaluza-Klein est restée en sommeil pendant plus de trois décennies, jusqu’à son intégration récente dans la théorie de la super-gravité. Or, c’est cette théorie qui, pendant sa période de sommeil, fut à l’origine des derniers travaux de Musharafa.

16En 1944, il publie dans les Proceedings égyptiens une étude sur la projection conique généralisée à un espace à n dimensions dont il aura besoin plus tard. Six mois après, c’est un mémoire sur une métrique définie positive dans la théorie de la relativité restreinte, où il interprète les transformations de Lorentz comme une rotation dans un espace à cinq dimensions. A peine douze mois plus tard — décembre 1945 — il publie un mémoire sur la métrique de l’espace et les équations du mouvement d’une particule chargée. Dans ce mémoire, il cherche à formuler une métrique d’espace-temps telle que l’on puisse formuler les équations du mouvement d’une particule chargée comme géodésique. Notons que cette métrique est obtenue par une modification purement formelle, à une légère généralisation près, de celle de Riemann. Trois ans plus tard — septembre 1948 — Musharafa reprend ce dernier mémoire, et cherche à inclure une propriété fondamentale de la physique nucléaire : le défaut de masse dans les systèmes de particules (l’effet tunnel). Ce dernier mémoire est publié dans Philosophical Magazine ; Musharafa y suppose que la force nucléaire est d’origine électrique. Erreur bien normale à une époque où régnait encore un grand flou sur la nature des forces nucléaires (les travaux de Yukawa en 1935 n’étaient pas encore très diffusés). C’est trois mois avant sa mort que Musharafa accomplit son dernier acte scientifique : une note publiée par Nature sur le défaut de masse, le 15 octobre 1949.

17Le parcours scientifique de Musharafa nous montre dans une première étape le jeune savant membre de l’école anglaise ; puis, dans une seconde période, après son retour en Egypte, il poursuit une recherche d’un niveau toujours aussi élevé, mais en fait isolée. C’est l’absence d’une tradition nationale qui a, en quelque sorte, condamné ce savant d’une stature tout à fait internationale à un certain isolement. L’effet de cet isolement peut-être qualifié, qui renvoie précisément au manque de tradition nationale. A son retour en Egypte, Musharafa, nous l’avons vu, s’occupait en même temps de la physique mathématique et de la phénoménologie de la physique nucléaire. Une tradition nationale lui aurait très vraisemblablement imposé un choix. Mais il n’en demeure pas moins que cette marginalité ne l’a pas empêché de retrouver les problèmes actuels.

Tradition scientifique nationale et appropriation de la science

18Quelques années à peine après son retour en Egypte, Musharafa s’est donc trouvé confronté au problème de la tradition scientifique nationale, sa consolidation et son développement. Cette question, qui tendra de plus en plus à éclipser toutes les autres dans l’esprit du savant, renvoie manifestement à deux origines. La première est interne à la science, et à son nouvel esprit scientifique. Cette science dont les objets sont, selon l’expression célèbre de Bachelard, « phénoméno-techniques », exigeait des laboratoires de plus en plus grands et coûteux, une autre division du travail scientifique et une nouvelle organisation de la cité scientifique : l’existence d’une communauté nationale identifiée par des noms, des titres, et des problèmes, est en effet la condition de possibilité de la poursuite d’une recherche efficace. La seconde origine du problème de la tradition scientifique nationale qui préoccupa Musharafa tient aux conditions propres à l’Egypte. Tous les courants du mouvement national, on le sait, s’accordaient sur l’importance de la science, et, plus généralement, de l’éducation, pour recouvrer l’indépendance et engager un développement de type capitaliste. Mais cette idéologie communément partagée recouvrait néanmoins des conceptions bien différentes. Pour les uns — souvent juristes de formation — la science et l’éducation ont été conçues dans le sillage de la philosophie des Lumières ; pour les autres, on reconnaît l’une ou l’autre variante du Saint- Simonisme. Dans ce dernier cas, la science fut conçue comme à la fois appliquée et instrumentale, c’est-à-dire la science de l’ingénieur du xixe siècle et du début du xxe siècle. La position de Musharafa est bien différente. Si la science est un pouvoir, celui-ci réside dans la maîtrise de la recherche fondamentale. Le souci de cette recherche ne devait pas incomber au seul Etat, mais aussi aux industriels, selon le modèle anglais. Les écoles d’application qu’ils créent constitueraient à la fois un « marché » de la science et les moyens de sa transmission sociale. Jamais avant cette génération on n’a autant insisté en Egypte sur la recherche fondamentale, ainsi que sur l’importance de la dimension théorique qu’il faut acquérir en même temps que l’on réalise les applications. Plusieurs raisons à cette attitude : la mutation opérée par la science contemporaine du rapport entre théorie et application ; le développement capitaliste et industriel entre les années 20 et 50, et notamment après les années 30 ; le constat de l’échec de la tentative faite au xixe siècle à l’époque de Muhammad ‘Ali. Citons sur ce dernier point Musharafa lui-même, lorsqu’il écrit non sans quelque amertume : « Il nous faut souligner à cet égard les efforts sincères dispensés au cours de la première moitié du siècle précédent en vue de la renaissance de la vie scientifique en Egypte à l’époque de feu Muhammed ‘Ali le Grand. On sait qu’il a fourni un effort gigantesque pour ressusciter les sciences entre nous, qu’il a envoyé des missions dans les pays d’Europe, et qu’il a effectivement réussi à former un nombre estimable de savants égyptiens. Si ce mouvement s’était étendu et propagé, alors notre présent scientifique aurait été bien meilleur que ce qu’il est aujourd’hui, et j’aurais pu parler de notre avenir scientifique d’une autre manière, comme pouvant s’appuyer sur un présent prestigieux. Mais les circonstances ont voulu que le feu allumé s’éteigne, et ainsi la vie scientifique en Egypte au début du xxe siècle est identique à celle du début du xixe siècle, et tout se passe comme si l’on avait ajouté un siècle supplémentaire à notre sommeil scientifique, et comme si nous nous étions mus pour revenir là où nous avons commencé. »

19Ce diagnostic sévère, que Musharafa partageait avec d’autres avant lui, comme le théologien et réformateur Muhammad ‘Abduh par exemple, gomme cependant une différence non négligeable. Contrairement à ce qui avait lieu au début du xixe siècle, des spécialistes ont été formés, des écoles sont instituées — notamment l’Ecole normale — les livres sont traduits. Musharafa lui-même, pour défendre plus tard le projet de la création de l’Académie des Sciences, évoque les noms de quelques chercheurs égyptiens, comme Osman Ghaleb (1845-1920) en biologie, Muhammad al-Falaki en géodésie, géographie, et d’autres applications de l’astronomie, auxquels on peut ajouter quelques autres comme Ismaïl Al-Falaki (mort en 1901), en astronomie. Quoiqu’il en soit, c’est précisément cet héritage qui nous aidera, en partie tout au moins, à comprendre quelle formation reçut la génération de Musharafa, avant de joindre l’Angleterre pour se préparer à la recherche ; il nous permettra ainsi de saisir le développement du projet de la modernisation scientifique de l’Egypte. Les moyens conçus pour la réalisation de ce projet peuvent être évoqués sous les titres suivants : institutions scientifiques et diffusion de la science, science appliquée et industrie.

20Sur le terrain des institutions, Musharafa a pris une part active à la direction de la Faculté des sciences, et a agi pour la création de la Société égyptienne de mathématiques et de physique en 1936, avec la publication de ses Proceedings, et de l’Académie égyptienne des Sciences en 1945. La démarche de Musharafa à cet égard s’inscrit rigoureusement dans un courant directement lié au mouvement national de création des universités et des sociétés. Rappelons pour mémoire la Société d’entomologie en 1907, l’université privée en 1908, la réorganisation, en 1917, de la Société de géographie (fondée en 1875), la Société d’agronomie en 1918, celle des ingénieurs en 1919, la Société des médecins également en 1919 ; la Société de zoologie en 1928, la Société de chimie en 1928, la Société de pharmacie en 1930, etc. Toutes avaient pour but de développer et de diffuser leurs disciplines respectives, de défendre leur communauté, et patronnaient à cette fin des publications plus ou moins régulières.

21Dans l’esprit de Musharafa, l’Académie égyptienne des sciences était davantage axée sur la recherche. Il la concevait en fait dans la tradition de l’Institut d’Egypte (fondé en 1859). Mais, alors que celui-ci était à dominante philologique et historique, l’Académie serait destinée aux sciences uniquement. Fondée pour encourager la recherche, c’est également la recherche qui justifie sa fondation. Musharafa évoque ainsi l’accélération de celle-ci depuis la re-fondation de l’Université en 1925, et le nombre de 500 articles publiés par les seuls chercheurs de la Faculté des sciences sur deux décennies, 1925/1945. Notons que, sur ces 500 articles, 200 au moins ont été publiés dans des revues britanniques, et 150 articles dans d’autres revues étrangères. Enfin, Musharafa a également œuvré pour la création du « Conseil de la recherche », qui préfigurait le Centre national de la recherche, créé en 1956. Rien d’étonnant du reste si la « Commission de physique », ainsi que le Laboratoire national de physique, dont le rôle fut ensuite essentiel, étaient composés de compagnons de Musharafa, comme M. Nazif, aussi bien que de ses élèves, comme Muhammad Mukhtâr.

22Cet intérêt porté à la recherche, dans un projet de modernisation scientifique, caractéristique de cette période, a conduit à concevoir un autre moyen, à la fois pour asseoir la recherche et pour stimuler la modernisation. Il s’agit de l’histoire des sciences. Voici d’abord ce qu’écrivait à ce propos Musharafa lui-même : « Les nations civilisées doivent avoir une culture scientifique liée à l’histoire de leur pensée scientifique... Notre vie scientifique en Egypte a besoin de rejoindre notre passé et d’acquérir ainsi une force, une vie, et une contrainte. En Egypte, nous transmettons la connaissance des autres, puis nous la laissons flottante sans lien avec notre passé et sans contact avec notre terre ; c’est une marchandise étrangère, étrangère par ses traits, étrangère par ses mots, étrangère par ses concepts. Si l’on évoque les théories, on les associe à des noms étrangers dont on ne reconnaît presque pas les traits ; si l’on exprime les concepts, c’est par des mots qui font peur, qui font fuir la pensée et qui troublent l’imagination. Il faut changer cet état de choses ; il faut d’abord publier les livres scientifiques composés par les Arabes et traduits par les Européens, comme les livres d’Ibn Al-Khwarizmi et d’Abdu Kamil en algèbre et en arithmétique, les livres d’Ibn al-Haytham en physique et les livres d’al-Buzjani, d’Al-Biruni et d’Al-Battani, et d’autres, bien nombreux, d’entre les leaders de la pensée scientifique et les grands chercheurs... En second lieu, il faut prendre soin de rendre hommage à nos anciens savants et chercheurs, et cela sera une incitation pour nous à les imiter et à suivre leurs pas... » Rappelons également que Musharafa a assisté au premier Congrès international d’histoire des sciences, qui se tenait à Londres en 1930. Ainsi, l’histoire des sciences n’est pas invoquée pour elle-même, comme discipline autonome, mais comme un moyen de promouvoir la modernisation scientifique, en fournissant un grand passé à un présent médiocre, en vue d’un avenir meilleur. L’histoire des sciences ne devait pas seulement procurer des modèles à suivre, mais également doter d’une légitimité la place à prendre dans la cité de la science contemporaine. Dans ces conditions, le pire était possible : l’apologie. Il n’en fut rien. Cette voie a conduit en revanche à la création de la profession en Egypte. Musharafa lui-même, en collaboration avec son jeune collègue Muhammad Mursi, établit et commente l’Algèbre d’Al-Khwarizmi, avec une introduction historique. Ce travail honorable, réalisé en 1939, est suivi d’une contribution à la commémoration d’un millénaire du savant. Mais déjà un autre physicien, M. Nazif, avait publié en 1927 un livre sur l’histoire de la physique des origines jusqu’à la relativité et la physique quantique. C’était à l’origine un cours professé à l’Ecole normale. Tout en restant assez modeste, la partie consacrée à la science arabe est non négligeable. D’autres travaux suivront, dont certains d’une très haute tenue scientifique, comme par exemple les deux volumes consacrés par Nazif à l’œuvre optique d’Ibn Al-Haytham. Ce travail magistral a été suivi d’un autre de la même tenue sur l’optique d’al-Farisi, et d’un autre encore sur l’histoire de la dynamique. D’autres chercheurs se sont intéressés à l’histoire de la médecine, de l’alchimie, de la pharmacopée. En 1949, on fonde la Société égyptienne d’Histoire des Sciences, ainsi que son journal.

23Mais les travaux consacrés à l’histoire des sciences, qui ont su éviter le piège de l’apologie et du redressement de torts, avaient un but supplémentaire : en forgeant le lexique arabe de la science contemporaine et en préparant les conditions d’un enseignement en arabe, on entendait là encore servir le projet de modernisation scientifique. Pour Musharafa ainsi que pour ses collègues, l’arabisation de la science est une condition nécessaire à la modernisation. Musharafa lui-même propose une stratégie en ce sens dans un court article sur « la langue arabe comme instrument scientifique ». Il enrichit délibérément la bibliothèque arabe de plusieurs livres, dont certains sont composés par lui seul, d’autres en collaboration, et qui visent plusieurs publics : le lecteur éclairé, l’étudiant à l’université, ou l’élève à la fin de ses études secondaires. C’est ainsi qu’il publie aussi bien sur la relativité restreinte, que sur l’atome et la bombe atomique, sur la géométrie descriptive et le programme de mathématiques du baccalauréat égyptien. Quant à M. Nazih, il publie en 1930 un traité sur l’optique pour le cycle universitaire, et participe pendant de longues années aux travaux de l’Académie de langue arabe, pour l’élaboration du lexique de la physique.

24On ne comprendra rien au développement de la recherche en physique en Egypte, toutes disciplines confondues, si l’on ne saisit pas le rôle de Musharafa et de ses collègues, ainsi que leur participation à la création des différentes institutions, qu’il s’agisse du Laboratoire de physique, du Centre national de la recherche, de la Commission à l’énergie atomique, et bien d’autres.

Notes de fin

1 Cet article fait partie d’un livre collectif sur « Sciences d’Empires » à paraître aux PUF.

Auteur

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540