Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entre réforme sociale et mouvement national

 | 
Alain Roussillon

Réformer les représentations

Réforme sociale et usage des langues

Irène Fenoglio

Texte intégral

Une histoire du temps présent devrait englober tout ce qui, du passé, est devenu manifeste et actif d’une manière ou d’une autre en des fruits ultérieurs. Ce qui n’a appartenu qu’à une époque n’aura eu de signification que pour elle, et la prétendue « valeur historique » est un prix d’amateur qu’il n’est pas donné à chacun d’évaluer.
Ce qui reste à redouter de l’influence de l’histoire, c’est que les époques passées ne prennent à nos yeux des dimensions à côté desquelles tout présent, si proche et si vivant soit-il, paraîtrait mesquin, borné et, en quelque sorte, emprunté (...).

Rainer Maria Rilke, Journaux de jeunesse, Seuil (Points), 1991, pp. 103-104.

1Il n’y a guère d’événements qui, dans une société, ne se répercutent d’une façon ou d’une autre sur l’usage qui est fait des langues : abandon de certaines langues ou de certains niveaux de langue, apparition de nouveaux usages, intervention de langues étrangères, etc. Inversement, car cela constitue un processus dynamique, les changements dans l’usage linguistique se répercutent immanquablement sur la dynamique sociale globale. Ces processus sont toujours très lents et peu visibles directement, enracinés qu’ils sont de façon multiple et diverse dans l’histoire sociale, dans la vie quotidienne des individus, dans le développement des techniques d’expression, etc. Et si cette perspective est le plus souvent évitée (même par les « linguistes » qui préfèrent généralement travailler de manière plane à l’intérieur d’un système linguistique) c’est que le travail y est très inconfortable.

2En effet, un groupe social (voire un individu) a parfois la nette impression d’avoir — et a effectivement pour une part — des possibilités de choix devant l’usage linguistique. Comment articuler cette réalité avec sa limite qui est que l’héritage historique et social, ajouté à la dynamique sociale hic et nunc orientent, « conditionnent » ce choix ? Toute la difficulté du travail sur le langage, sur l’usage des langues, réside dans l’explicitation de ce point d’articulation.

3L’objet de la présente étude est de proposer des axes de réflexion, sous la forme d’une mise en ordre historique de la situation sociolinguistique en Egypte cherchant moins à désigner des points saillants qu’à dessiner de grands mouvements. La situation de l’enseignement, le passage des étrangers, les diverses manifestations culturelles, le développement des institutions savantes (toutes choses que je supposerai connues et qui sont traitées ailleurs dans le présent ouvrage), ne seront qu’évoquées.

Les langues en usage sous Muhammad ‘Ali

4La période de Muhammad ‘Ali constitue la période inaugurale pour l’objet de la présente étude. En effet, l’utilisation faite par Muhammad ‘Ali de savoirs et de techniques importés, le recours à des experts étrangers pour réorganiser et rationaliser son administration tout comme l’envoi en Europe de missions d’étudiants contribuent à donner un statut nouveau à l’usage de certaines langues en Egypte. L’autre borne est beaucoup plus difficile à déterminer. Ce pourrait être 1882, mais nous verrons que si cette date marque le début d’un processus de passage, ce que Maxime Chrétien — dans une version ancienne du Que-sais-je ? : Histoire de l’Egypte moderne (1951) — appelle le passage de « l’Egypte aux Anglais » à « l’Egypte aux Egyptiens », cette date ne représente rien pour ce qui est de la situation sociolinguistique ; elle n’est qu’un repère historique dans un ensemble complexe qui la transcende et dont les effets n’amèneront un changement d’orientation et d’usage linguistique que dans les années 50.

5Il est très difficile d’établir une description de la situation sociolinguistique en Egypte au tout début du xixe. On sait beaucoup de choses diverses et que l’on repère de façon éparse au détour d’ouvrages historiques, de textes de conférences, d’inventaires de publications, cependant aucun travail précis portant sur l’ensemble de l’Egypte n’a été effectué. La situation est pourtant riche, diversifiée et, partant, complexe : plusieurs langues sont parlées, respectivement par divers groupes, parfois simultanément par quelques groupes.

6Quelles sont les langues qui sont parlées en Egypte lors de la prise du pouvoir par Muhammad ‘Ali ?

  • L’arabe. On le sait, l’arabe a succédé au copte et l’a remplacé très rapidement, ainsi que le grec qui n’avait eu qu’un usage officiel. Dès le début de la conquête arabe, l’Egypte s’est massivement arabisée. Pour la période qui nous concerne, on peut dire que l’ensemble de la population autochtone fait usage de l’arabe. Usage prédominant d’un arabe vernaculaire, « dialectal », exclusivement oral. Mais usage prédominant aussi car, pour la minorité lettrée, l’arabe est la langue de culture productive, pour le territoire, mais aussi pour l’ensemble du monde arabe. On ne peut, stricto sensu, parler, à cette époque, de langue « nationale ». Cependant elle en a la fonction.

  • Le turc. L’Egypte étant sous domination turque depuis 1517, le turc devient ainsi peu à peu la langue administrative et sera la langue d’usage de ce groupe relativement important quantitativement et diversifié qui s’est déplacé depuis la Turquie et qui continue de le faire. Langue de l’ » aristocratie » circassienne mais aussi de tout un ensemble de populations diverses, en mouvement permanent, entre Istanbul et Le Caire, soit parce qu’elles sont appelées plus ou moins directement par Muhammad ‘Ali, pour diverses fonctions commerciales ou politiques, soit parce qu’elles fuient les « tracasseries » de l’Empire ottoman.

7Liées à cette domination turque, plusieurs langues vont ainsi être parlées sur le sol égyptien :

  • L’albanais. Son usage ne concernera qu’un petit groupe dont les individus ont toujours été comptabilisés parmi les Turcs. Cet usage a pourtant été entretenu, au niveau oral, jusqu’à aujourd’hui.

  • L’arménien. Cette langue sera introduite en Egypte par les Arméniens fuyant le territoire turc de l’Empire ottoman et va largement contribuer à constituer un lien communautaire fort en permettant la conjonction des expressions fondamentales pour le maintien d’une minorité communautaire, à savoir l’expression religieuse et culturelle. Cependant, du point de vue démographique, cela ne concerne qu’une part infime de la population « égyptienne ».

8Mais d’autres langues sont aussi parlées sur le sol égyptien à cette époque, comme :

  • Le grec. Il est en usage parmi tout un ensemble de population qui sera très vite désigné sous l’expression de « Grecs d’Egypte » ou de « Grecs égyptiens ». Il s’agit d’une population à la fois très concentrée à Alexandrie et au Caire mais aussi dispersée sur l’ensemble du territoire.

  • 1 Fakkar R., 1972, p. 45.

9Enfin, d’autres langues moins ancrées circulent : tel est le cas de l’italien. R. Fakkar1 fait remarquer que la première mission égyptienne en Europe fut envoyée en Italie en 1809, et que « l’italien fut la seule langue étrangère enseignée à l’Ecole militaire de la Citadelle, où les moniteurs étrangers étaient tous italiens. » A. Louca, se référant à Artin, renchérit en affirmant que l’italien était la langue européenne la plus répandue en Orient jusqu’au début du xixe.

10Le français n’a pas disparu avec le départ de l’Expédition française en 1801. On le parle ne serait-ce que dans l’espace diplomatique, et des jalons pour un usage plus important sont posés, qui porteront leurs fruits à partir de 1850, comme on le verra dans ce qui suit. La complexité de cette situation vient du fait que les usages de ces langues sont divers et que se mêlent et s’entremêlent diverses catégories de langues et divers niveaux d’utilisation. Il est difficile de dessiner ce champ selon les typologies habituelles. Il y a, en effet, une langue majoritaire, l’arabe, mais qui n’a pas forcément le statut de langue dominante ; le turc d’usage administratif, pendant un temps, le serait davantage tout en étant, dans l’usage quotidien, beaucoup moins répandu. Par ailleurs, l’usage des langues « communautaires », bien que restreint, est déterminant pour la fonctionnalité des groupes qui les parlent à l’intérieur de l’ensemble égyptien, et donc pour la dynamique générale de la société. En allant vite, on pourrait dire que c’est parce que les Arméniens ou les Grecs, par exemple, ont la possibilité et le droit de se retrouver dans leur langue et d’y être actifs qu’ils seront motivés pour participer à une dynamique sociale qui ne les exclut pas, et que, du coup, ils feront facilement l’effort de s’arabiser. Dans la mise en œuvre de ce tableau, il est très important de noter que l’inventaire est construit grâce, en partie, à l’usage écrit de ces langues, dont certaines ont été représentées par de riches publications, en particulier par des publications périodiques, dont on aura l’occasion de dire l’importance des points de vue linguistique et social.

Réforme sociale et usage linguistique

11L’idéal serait de pouvoir déterminer précisément les aspects de la Réforme, entendue au sens général que le présent ouvrage tente d’élaborer, ayant eu un effet sur l’usage des langues. Cela est bien entendu difficile.

12Difficile parce que le processus que constitue la Réforme est lui-même perçu à travers ses réalisations, ses effets. Difficile encore parce que les processus qui mènent à l’usage effectif d’une langue sont eux-mêmes d’une extrême complexité et sont liés à des « causes » nombreuses et diverses, elles-mêmes de différents niveaux. L’usage des langues semble se poser d’abord comme quelque chose d’extérieur à la logique de la Réforme ; soit parce qu’il s’agit d’une langue ancrée depuis longtemps, comme c’est le cas de l’arabe, et que son usage est tout à fait « naturel », soit parce qu’il s’agit d’une incursion repérable et qui trouverait facilement son explication, par exemple, dans des rapports de type « colonisation ». La difficulté va donc être de montrer que, bien que prenant racine ailleurs que dans la logique de la Réforme, la situation sociolinguistique est cependant directement touchée par cette visée — directement, en effet, ne signifiant pas explicitement. Ainsi, deux axes désignant des orientations générales de la Réforme, visées toujours perceptibles dans le mouvement qu’elle suscite, vont nous permettre de tenter de rendre compte de la situation linguistique. Dénouer, cela signifie poser ces axes tout en sachant qu’ils indiquent des processus simultanés : « réformer la société » pour accéder à la modernité, « retour aux sources » afin de revivifier la tradition et assurer sa renaissance. Un troisième axe de réflexion essaiera de faire la synthèse des effets de ce double mouvement en montrant l’interaction qui se produit entre un nouvel usage des langues ou plus exactement une ouverture à de nouveaux systèmes linguistiques, et la recomposition sociale, réévaluation de l’ordre social qui s’est opérée durant cette période de réformes ; cette interaction semble avoir eu des effets linguistiques spécifiques que je m’attacherai à décrire.

Attention portée à la modernité. Innover

13L’attention à la modernité pourrait se dire attention à l’Autre ; pour ce qui nous concerne ici, cela signifie attention au langage des autres, aux autres langues. Cette attention aux autres langues va être éveillée socialement par un double mouvement, interactif lui aussi : on se déplace, on va voir ce que font les autres et pour cela on apprendra leur langue et l’on observera leurs habitus : ce mouvement est matérialisé par les missions scolaires envoyées en Europe, en particulier en France.

14Inversement, on revient, on rapporte, on traduit, on donne envie d’acquérir sur place, « à domicile », ces langues que peu à peu on décide de laisser s’installer, voire d’importer, on ne sait pas encore trop pour quel usage : ce mouvement-là est matérialisé par l’intêret porté aux techniques occidentales et leur importation et, pour ce qui nous concerne, par l’introduction de langues étrangères dans les cursus des écoles gouvernementales, par l’installation des écoles de missions qui deviendront beaucoup plus tard des « écoles de langues ».

15De nombreux travaux égyptiens et étrangers ont fait le point sur cet envoi de missions de l’Egypte vers l’Europe et je ne reviendrai pas sur le détail événementiel, insistant cependant sur le fait que l’essentiel de ces missions s’effectuent en direction de la France. Bonaparte vient de quitter les lieux mais son Expédition a laissé de savantes traces et des jalons pour l’établissement de relations entre les deux pays. La France et la langue française vont, à partir de ce moment, avoir un impact social durable et profond.

  • 2 Mais ce n’est qu’au début du xxe siècle que les écoles de la mission laïque française prendront leu (...)
  • 3 « Le français en Egypte (1850-1950). Une création des missions religieuses françaises » in Shifles,(...)

16Le xixe siècle est, en général, considéré comme le siècle du développement des missions religieuses. L’Egypte n’est pas étrangère à ce contexte général et « bénéficie », en outre, d’une situation particulière : depuis 1535, la protection des minorités catholiques en Orient est confiée à la France, en application du premier accord de « Capitulations » signé entre François Ier et le sultan de Constantinople, Soliman II. C’est sur ce fond général que viennent s’installer peu à peu les missions religieuses françaises, constituant progressivement un fort réseau d’enseignement dans lequel la langue française joue une place prépondérante. La première école religieuse française est ouverte en 1846 (Ecole des Sœurs du Bon Pasteur au Caire), beaucoup d’autres suivront d’année en année. Dans cette foulée, les écoles laïques françaises vont s’installer à partir des années 1870, notamment dans les villes du canal.2 Dans une précédente étude,3 l’on comptabilisait six institutions missionnaires catholiques pour garçons et quinze pour filles, très peu n’étant pas françaises (deux à trois sur l’ensemble) ; elles consacrent de toutes façons une large place à l’enseignement du français. Trois facteurs contribuent à fonder l’influence de ces écoles de missions : leur nombre ; leur antériorité : elles installent leur système d’enseignement, du primaire au secondaire, avant qu’un tel système n’existe sur le territoire ; la quasi-uniformité de leur enseignement et de leur idéologie malgré des diversités apparentes : en fait, pour l’époque qui nous concerne en tout cas, les programmes appliqués en Egypte étaient des programmes français ou calqués sur ceux-ci.

17Ces trois facteurs ont contribué à la constitution d’un noyau à la fois compact — même enseignement et surtout même langue de communication et même véhicule culturel — et étendu diffusé sur tout le territoire à partir des grandes villes. Elles ont donc constitué un pôle de référence culturel à forte capacité de diffusion, diffusion d’autant plus forte culturellement qu’elle s’effectuait à partir du haut de la pyramide sociale. Nous aurons l’occasion d’y revenir.

18L’impact ne sera pas aussi fort en ce qui concerne les missions protestantes, dont les premières écoles ont été fondées en 1839 par les missions anglaises. En 1878, les écoles de missions américaines seront plus nombreuses, mais leur intervention se limite à la création et à l’entretien de petites écoles de village, pour la plupart localisées dans le sud de l’Egypte (dans des lieux à forte proportion de chrétiens). Dans ce contexte, leur influence culturelle aura beaucoup moins d’ampleur et la langue anglaise qu’elles enseignent n’aura pas la même capacité de diffusion qu’a eue la langue française.

19Dans la dynamique qu’établit ce double mouvement — regard porté à l’extérieur et accueil sur le territoire — la France est donc le grand bénéficiaire. Le français s’ancre peu à peu en Egypte sous l’image d’une langue étrangère déjà plus tout à fait inconnue (on a vu Bonaparte et ses hommes la parler, on est allé la reconnaître en France et l’ » apprendre »), donc déjà moins « étrangère », plus assimilable, directement utilisable sur le territoire même, « profitable » ; l’usage de cette langue permet de resserrer les liens avec l’Occident sans apparemment qu’il soit nécessaire de céder quelque chose de soi qui serait fondamental ; elle apparaît donc comme non dangereuse, non nocive, noyée qu’elle est et qu’elle demeure démographiquement parlant, dans l’espace d’usage de l’arabe. Enfin son apprentissage est « économique » : de plus en plus, il peut se faire sur place et il se fait de mieux en mieux, et, par ailleurs, nombre d’écoles (comme par exemple les Frères des écoles chrétiennes) ont des cycles d’enseignement entièrement gratuits.

20L’usage du français va se conforter dans ce paradigme du maximum de profit avec le minimum de perte, et la langue française va ainsi devenir le modèle de la « bonne » langue étrangère.

Attention portée à la tradition. Faire renaître

21C’est dans ce contexte que peut être examinée la façon dont les communautés minoritaires se sont maintenues, d’abord par l’usage de leur langue propre, puis par celui d’autres langues, en particulier le français et l’anglais. Le plus souvent, le fondement religieux de la formation communautaire s’est appuyé sur la pratique et l’entretien d’une langue dite d’ » origine » ou d’usage « naturel ». Ces communautés entretiennent pour la plupart l’usage et l’apprentissage de leur langue en développant un système d’écoles, soutenues sinon gérées par les institutions religieuses.

22On essaiera de dresser un tableau de ces diverses communautés. Le problème se pose d’une représentation chiffrée. En effet, la principale difficulté vient du fait que les chiffres détaillant ces populations viennent plus tard. Sur la large toile de fond que représentent l’usage de l’arabe et son utilisation culturelle complète se dessinent diverses communautés qui ne constituent pas toutes des communautés linguistiques particulières, mais qui toutes ont un usage diversifié de langues. La nuance est d’importance, bien que peu souvent établie. Ce n’est pas parce qu’un groupe social, voire une communauté constituée (ethnique, religieuse, etc.) possède une langue de référence, d’ » origine » dont elle pourrait faire usage qu’elle constitue une « communauté linguistique ». Pour qu’il y ait communauté linguistique, il faut qu’il y ait effectivement usage dominant de cette langue ou d’une langue à l’intérieur d’un groupe.

  • 4 Les chiffres utilisés dans le présent travail sont empruntés à Amici (1878), à Clerget (1934), à Be (...)

23Quelles sont donc les communautés et quelles sont leurs langues d’usage ? On se déplacera pour examiner la situation de plus près vers Le Caire. Cela pour deux raisons. D’abord, nous pouvons utiliser, pour cet espace, quelques chiffres relativement précis.4 Ensuite, parce que du point de vue linguistique, Le Caire et Alexandrie, capitales culturelles, concentrent l’essentiel des échanges linguistiques diversifiés.

  • Les Grecs : En 1822, ils sont au Caire 6 880, en 1917, 15 250 (encore ces chiffres ne prennent-ils pas en compte les Grecs, sujets locaux ou protégés étrangers). Ils ont une langue communautaire, le grec, et multiplient les institutions charitables et les écoles qui contribuent à l’entretenir. Ils sont cependant très intégrés à la vie quotidienne, notamment par la tenue de petits commerces et, dans ces conditions, s’arabisent rapidement.

  • Les Arméniens : A. Kazazian donne le chiffre de 2 000 en 1840 ; ils seraient environ 4 000 à la fin du xixe siècle. Ils parlent soit arménien soit turc à leur arrivée et s’organisent pour entretenir l’usage de la langue (écoles gratuites prises en charge par le Patriarcat, clubs, etc.). En général, ils sont trilingues, ayant l’usage de l’arménien, du grec, du turc, puis ils acquièrent assez rapidement l’arabe.

  • Les Syro-Libanais palestiniens : 3 000 d’entre eux sont comptabilisés au Caire en 1927. En fait, ils sont beaucoup plus nombreux car la plupart sont sujets locaux (ottomans) ou protégés des pays européns (notamment de la France). Ils parlent l’arabe « syro-libanais » et acquièrent le français.

  • Les Juifs : ils sont d’origines diverses (mise à part une petite communauté originaire d’Egypte même) appartiennent à diverses nationalités et parlent différentes langues. La progression de leur nombre a été assez lente jusqu’au début du xxe siècle mais elle sera plus rapide ensuite. En 1898, il y a 11 489 Juifs, en 1907, il y en aura 20 281. Beaucoup d’institutions sont créées — écoles, Alliance israélite, etc. — mais qui ne s’orientent pas vers le maintien d’une langue particulière, commune à tous, puisque celle-ci n’existe pas au départ, ce rôle étant tenu par la langue française.

  • Les Turcs : ils sont très vite « égyptianisés » mais se communautarisent par distinction (prestige attaché à Muhammad ‘Ali et à la dynastie). Ils ne sont pas très nombreux, mais dominants politiquement et socialement. Ils parlent le turc, puis très rapidement l’arabe. Le 9 janvier 1870, le khédive Ismâ’îl décrète l’arabe langue officielle de l’administration ; la langue turque n’aura désormais — explicitement — plus de statut. C’est à partir de ce moment que l’on pourra considérer et désigner la langue arabe comme langue nationale, bien qu’elle en ait joué le rôle depuis plus longtemps.

  • Les Albanais : petite minorité le plus souvent non différenciée de la communauté turque dont elle fait partie, ils s’en distinguent cependant par le fait que les Albanais sont répartis entre chrétiens et musulmans et qu’ils parlent l’albanais, très exactement un dialecte de la région du Kosovo dont la plupart sont originaires. Ils parlent très vite plusieurs langues, albanais, grec, français, italien, puis anglais.

24A ces communautés d’origine ottomane, il faut ajouter des colonies :

  • Les Italiens : ils ne forment pas une communauté à continuité historique ; il s’agit plutôt de populations dont la présence a été intermittente au cours de l’histoire du Caire. C’est à partir de la fin du xixe siècle qu’il y a établissement d’une colonie italienne, nombreuse et stable. Après la communauté grecque, elle est celle qui progresse le plus rapidement : en 1882, 4 969 individus, en 1917, 15 655 (en fait seulement 12 114 Italiens, le reste étant des protégés étrangers. Ils parlent essentiellement italien et cette langue occupe la troisième place parmi les langues étrangères après le français et l’anglais.

  • Les Anglais : ils n’ont jamais été très nombreux. En 1882, ils sont 1 247, en 1917, 7 524. Cependant leur nombre augmentera plus rapidement que celui des Français. L’usage de leur langue, qu’ils parlent à l’exclusion de tout autre, et l’emprise de leur culture se marquent essentiellement parmi « la bourgeoisie indigène », selon la remarque de Clerget.

  • Les Français : Si la fin du xviie et le début du xviiie marquent l’apogée de la colonie française, le recul est net dans la seconde moitié du xviiie et leur nombre remonte au xixe. Les Français sont au Caire 5 193 en 1882 et 9549 en 1927 dont on pourrait déduire la moitié de protégés. Ils se placent ainsi en nombre, au quatrième rang, largement dépassés par les Grecs, les Italiens et même les Anglais. Mais, comme le précise Clerget, « la force de la colonie a comme base essentielle l’influence profonde de la culture française sur les esprits, le succès et le développement des écoles françaises, la primauté de la langue française sur toutes les autres langues européennes et son emploi à peu près exclusif dans les affaires ».

  • 5 Alexandrie. Espace et société 1830-1930. Histoire d’une communauté citadine, thèse de doctorat d’Et (...)

25On a jusque-là parlé de « communauté » et on a distingué « communauté et « colonie ». Qu’est-ce à dire ? Pour cerner la notion de communauté, on partira de la définition que propose Robert Ilbert dans sa thèse sur cette ville cosmopolite par excellence qu’est Alexandrie.5 Une communauté serait « une unité sociale dotée de mécanismes intégrateurs spécifiques qui organise les loyautés et fixe le statut personnel de chacun ». Il ajoute : « La communauté est la référence essentielle, la définition dont tout découle ; il s’agit de bien autre chose que d’une adhésion volontaire à une foi partagée. C’est un cadre social, politique et économique. » A cette définition qui se situe essentiellement dans un champ socio-historique, j’essaierai de surimposer le champ linguistique ou plus exactement de l’imbriquer.

26On peut affirmer que toutes les communautés évoquées, mise à part la communauté juive, qu’elles soient ou non arabisées au départ (elles sont toutes en voie de l’être), font usage d’une langue particulière, une langue communautaire au moyen de laquelle les individus peuvent communiquer entre eux. Si l’existence de cette langue ne permet pas de dire qu’il s’agit de communautés purement linguistiques, cela constitue cependant un paramètre incontournable pour la distinction entre communautés, et de ces communautés avec la communauté nationale dominante arabophone. L’exemple témoin est celui de la communauté albanaise : elle n’existe pas du point de vue des historiens ni même du point de vue des sociologues, elle n’apparaît qu’avec le critère linguistique puisqu’alors seulement elle se distingue de la communauté turque à l’intérieur de laquelle elle est toujours incluse.

27Ce qui apparaît à l’issue de ce tableau et dont il faudra tirer les conséquences, c’est la situation particulière de la langue française. Toujours là, toujours marquant le lien d’une communauté à une autre, au-delà de l’usage autochtone, pas encore « national » de l’arabe. Pour les communications administratives, commerciales et culturelles, l’usage de cette langue, dans cette dynamique sociale du xixe siècle, reste incontournable.

Recomposition sociale et restructuration linguistique

28Si ce que l’on peut désigner globalement comme « le mouvement réformiste » est un projet social, la mise en pratique, plus ou moins adaptée, d’une élaboration préalable, ce qui se passe linguistiquement n’est pas du même ordre. Si l’usage des langues se transforme — nouvelles acquisitions, glissements de niveaux de langue, évolutions d’emploi, etc. — cela n’est jamais l’effet d’un projet, mais le résultat d’un lent processus de nature pragmatique qui, après coup, apparaît comme nécessaire socialement.

  • 6 Sur cette question, cf. de l’auteur « Le choix d’une langue étrangère : enjeu non modique d’un mode (...)
  • 7 Cf. l’ouvrage de l’auteur Défense et illustration de l’Egyptienne. Aux débuts d’une expression fémi (...)

29Ce qui semble ainsi se mettre en place, c’est un consensus implicite sur l’utilisation — parmi les lettrés, donc toujours parallèlement à l’usage prédominant de l’arabe — d’une langue commune, autre que celle utilisée naturellement dans l’espace quotidien, mais consensus sur le « choix » qui n’est pas véritablement un choix, qui n’est que le choix d’accepter et donc d’entretenir cette place que s’est faite peu à peu la langue française en Egypte.6 D’après les chiffres officiels repris par Clerget, il y aurait au Caire, en 1917, 50 000 personnes parlant français (dont 28 981 hommes et 20 708 femmes) pour 32 000 parlant italien et 45 000 parlant anglais (dont 36 665 hommes et 8 652 femmes). Bien que ces chiffres soient difficiles à utiliser — nous ne savons pas exactement la façon dont les locuteurs d’une langue particulière ont été comptabilisés — ils indiquent la place prépondérante de la langue française sur les autres langues — les locuteurs français sont les plus nombreux, alors que la colonie de Français, même en y ajoutant les quelques Belges et Suisses, reste la moins nombreuse —, mais pas suffisamment le rôle que joue le français dans la vie publique citadine : le français est utilisé dans toute juridiction mixte (tout ce qui n’est pas tribunaux indigènes), le français est utilisé dans l’état-civil, le français est utilisé dans la vie publique (noms de rues, de boutiques, puis « cartons » de cinéma, etc.). Le français est la langue de très nombreux journaux : en 1926, par exemple, on pourra comptabiliser 15 quotidiens et 35 périodiques en langue française ; en 1938 au Caire, sur 65 périodiques en langue étrangère (par rapport à 200 en langue arabe), 44 sont en français contre 5 en anglais, 8 en grec, 4 en arménien, 1 en turc, 1 en italien, 1 en persan, 1 en hindoustani ; à Alexandrie, sur 31 périodiques en langue étrangère, 20 sont en français, 1 en anglais, 7 en grec, 4 en italien ; à Port-Saïd, sur 4 périodiques en langue étrangère, 3 sont en français, le quatrième est grec. Le français, première langue d’instruction des premières filles égyptiennes scolarisées, deviendra le moyen d’expression initial du mouvement féministe en Egypte.7 Enfin, et c’est très important, puisque cela témoigne d’une indéniable vitalité culturelle, le français va donner lieu, dans les années 30-40, à une imposante production littéraire (il suffit d’évoquer des noms comme ceux d’Edmond Jabès, Georges Henein, Albert Cossery...).

30Cette situation apparemment paradoxale — usage dominant du français dans le champ d’utilisation d’une langue étrangère et colonie française la moins nombreuse sur le territoire — ne l’est pas si l’on fait apparaître ensemble ces deux paramètres :

  1. Le principe selon lequel différents individus ou différents groupes sociaux de langues naturelles différentes, se rencontrant sur un même lieu d’activité, doivent trouver un moyen de s’entendre et donc de communiquer entre eux, autrement dit, une langue commune.

  2. Le second paramètre est constitué par ce fait que la langue étrangère la plus enseignée sur le territoire égyptien était la langue française.

31Si l’on établit l’articulation entre ces deux paramètres, la situation apparaît moins paradoxale car la langue française représentait à la fois, pour ces diverses communautés la réponse à une nécessité communicative, fonction qui ne lui est pas intrinsèque : il y avait nécessité d’une langue commune et le français était là, disponible ; un véhicule culturel : fonction qui elle, lui est inhérente, à cette époque, par sa « nature » (langue reconnue universellement comme « culturelle ») et par les conditions de son implantation en plein cœur du xixe siècle.

  • 8 Pour une analyse plus précise de ce bilinguisme, Cf. l’article de l’auteur « Le français en Egypte  (...)
  • 9 Par Ch. Ferguson, « Diglossia », in Word 15, 1959, pp. 325-340.

32Dans ce jeu d’utilisation de diverses langues, ce qui se qui se met en place durant cette période c’est d’abord, pour un groupe restreint de la population, un véritable bilinguisme, c’est-à-dire l’usage naturel de deux langues différant selon les groupes, et parfois d’un bilinguisme. Parmi la population bilingue ou trilingue, le français est toujours présent dans le rapport de langues ; il est l’une des faces du bilinguisme des arabophones (dont la proportion de bilingues doit s’élever à moins de 5 % de la population totale).8 il est l’une des faces des bilingues ou trilingues dont la langue originaire est une langue communautaire. A partir de ce bilinguisme « polymorphe », où le français se trouve toujours pris, s’est opéré un glissement des diglossies. Or, le rapport diglossique est une fonction qu’il est important de repérer car il structure notre usage linguistique, notre parler. La diglossie a été définie initialement9 pour désigner la situation dans laquelle, en plus d’une variété usuelle vernaculaire dite « basse » de la langue (dialectes, niveaux « populaires » de langue), existe une variété hautement codifiée, prestigieuse, dite « haute », utilisée comme langue de culture et dans les situations de communication formelle (enseignement, religion, administration).

33Déterminer le rapport diglossique, c’est donc distinguer, à l’intérieur d’une société, la façon dont s’opèrent deux fonctions de communication non superposables, mais toujours en parallèle : une fonction de communication « ordinaire » inhérente à la vie familiale et quotidienne et une fonction de communication culturelle véhiculant et entretenant un prestigieux héritage, notamment de littérature écrite, tout en augmentant de ce fait le capital culturel des locuteurs. L’une des caractéristiques de ce rapport diglossique est que la variété « haute » n’est jamais utilisée comme registre des conversations ordinaires. Ce rapport diglossique, auquel aucune société ne peut échapper (qu’il se situe entre différentes langues ou entre différents niveaux de langue à l’intérieur d’un même système linguistique), est particulièrement marqué en Egypte. Mais, au cours du xixe siècle, se sont opérés des glissements successifs au niveau de ces rapports. La diglossie s’est maintenue mais les pôles linguistiques qui la constituent ont changé. Ce qui s’est constamment maintenu, c’est la diglossie entre l’arabe dialectal, avec ses différentes variétés selon les régions, et l’arabe dit « littéral » et que je préfère désigner comme « arabe culturel ».

  • 10 Ce n’est qu’en 1870 que l’arabe devient langue officielle de l’administration et qu’il est donc dés (...)

34Mais parallèlement à cette diglossie de fond, toujours maintenue, se sont recomposés successivement divers autres rapports diglossiques. A l’arrivée de Muhammad ‘Ali et jusque vers 1850,10 est établi un rapport diglossique entre l’arabe vernaculaire et le turc, langue administrative et de prestige indiquant l’appartenance à l’élite dirigeante. A partir de 1850 va s’installer, toujours parallèlement à une diglossie intra-arabe, pour l’élite de la population vivant sur le sol égyptien, un rapport diglossique prenant en compte l’utilisation du français et qui a eu cette particularité de s’établir non pas entre deux langues mais entre un bilinguisme arabe/français et un bilinguisme langue communautaire (chaque fois différente)/français et l’arabe vernaculaire que l’on peut désigner sous le nom d’arabe égyptien, c’est-à-dire cette variété d’arabe dominée par le « cairote » et la plus diffusée sur le territoire.

Conclusion : réforme sociale, cosmopolitisme et nationalisme

35J’aimerais me servir de ce cadre fait à la fois de conditionnements, de possibilités et de tendances linguistiques, aussi bien que de contraintes sociales et historiques pour m’interroger sur ce qu’il est convenu d’appeler le cosmopolitisme, en particulier le cosmopolitisme égyptien qui prend naissance dans ce xixe siècle de la Réforme.

36On pourrait, dans un premier temps, définir le cosmopolitisme comme étant le caractère d’un groupe social marqué par la multiplicité des attaches de chacun : attaches d’ordre national, confessionnel ou linguistique.

37Mais les difficultés sont posées là justement : comment faire la distinction — dans le contexte de l’Egypte, et de ce phénomène, issu, produit du xixe siècle — entre langue et « nationalité », langue et confession ou rite confessionnel. Clerget exprime cette difficulté en remarquant que « le concours d’éléments ethniques aussi divers ne doit pas manquer de se traduire dans les caractères originaux de ce phénomène si complexe et si captivant, mais si difficile à saisir et si peu étudié par les géographes : l’âme de la ville ; dans quelle mesure peut-on séparer les aspects successifs venus s’agréger à l’ensemble ? » Avec un vocabulaire aujourd’hui vieillot, Clerget se pose une bonne question. Autrement dit, que recouvre ce terme de cosmopolitisme, si facilement utilisé mais si global et si étanche ?

  • 11 Telle que la développe Luis V. Aracil dans son article « La sociolinguistique : révolution et parad (...)

38Je ferai appel à la notion d’imbrication.11 En effet, le cosmopolitisme n’est rien d’autre qu’un effet social des différentes imbrications, superpositions des appartenances et des loyautés, mais les « parlant différemment » doivent s’entendre pour participer ensemble à ce phénomène et le constituer dynamiquement. Les apports divers et successifs passent par un terrain d’entente (au sens propre) ; ce terrain ne peut être autre chose qu’un langage commun.

39L’apparent désordre, la multiplicité des comportements, des langues, etc., doit passer, pour composer un ensemble — qui est là, qui existe de façon dynamique et qui a des effets sur l’ensemble national/géographique/ethnique qui l’accueille — par une mise en ordre, une voie commune. R. Ilbert suggère que le cosmopolitisme alexandrin doit être compris « non pas comme un melting-pot, mais au contraire comme une continuité toujours renouvelée de groupes constitués, reconnus et souvent responsables ». Cette responsabilité communautaire dans la situation examinée ici s’expose en langue française (civilement, juridiquement, administrativment et littérairement). Je dirai que la voie commune est la voix d’une langue et que les stratégies de différenciation pour marquer l’appartenance, l’identité culturelle, n’opèrent qu’à l’intérieur d’une stratégie générale aux groupes, stratégie de convergence et d’uniformisation. Cet « uniforme » est une langue commune. C’est dans ce contexte, dans ce cadre que l’on peut comprendre la mobilisation qui s’est faite en Egypte autour du français. Cette mobilisation donnait corps au cosmopolitisme. Cette langue permettait à des groupes sociaux divers d’exprimer une même stratégie, une même ambition sociale : se distinguer des Egyptiens, c’est- à-dire des fellahs. La seule façon parfaitement efficace de se distinguer des « indigènes » (quand on fait partie, par exemple, de l’aristocratie égyptienne) c’est de se montrer lettré. Se montrer lettré c’est ne pas se faire comprendre par « tout le monde » mais se faire comprendre par quelques-uns. Il faut donc adopter une langue étrangère à l’ensemble, mais commune à ceux avec qui l’on veut communiquer, y compris à l’extérieur, donc une langue à dimension transnationale. Le cosmopolitisme exige une langue commune normée, du moins dont l’enseignement et l’usage ont été suffisamment normés et centralisés pour qu’elle contribue à constituer une communauté linguistique, celle fondée sur le statut et la fonction de son utilisation. La mobilisation autour du français en Egypte a construit ce cosmopolitisme autant qu’elle en est issue puisque les différentes communautés se sont maintenues grâce à ce véhicule culturel et tant que ce véhicule culturel a existé.

40Si une focalisation autour de ce cosmopolitisme apparaît, cosmopolitisme appuyé sur une communauté de langue « étrangère » à la langue arabe, ce n’est pas que celui-ci occupe le centre ou le noyau de la vie sociale égyptienne ; l’expression en arabe des exigences du Mouvement national prouve le contraire. Mais c’est qu’à l’inverse il n’est pas un épiphénomène négligeable, et qu’il peut être considéré, méthodologiquement, comme un point d’aboutissement, un concentré de tendances éparses et occultées dans l’observation courante, non pas miroir grossissant mais « caricature » de type idéal, ayant tout de même une existence et des effets réels. Comment définir sa place ? Phénomène restreint démographiquement et très circonscrit socialement, il est à la fois le pôle d’aboutissement et le pôle discrètement nourricier des relations qu’a ouvertes l’Egypte sur le monde extérieur, extérieur à elle et extérieur au monde arabe. S’appuyant sur une langue étrangère au territoire, mais étrangère aussi à la puissance d’occupation (turque puis britannique), ne laissant pas d’espace pour la mise en place d’une « langue de colonisation », elle aura une fonction de diversion dans la construction nationale (iste) du pays et sera utilisée contre l’anglais et la présence britannique.

  • 12 Cf. l’article de l’auteur « Langue nationale, langue étrangère et révolution : le français en Egypt (...)

41Cependant, son rôle véritable — fragile — se dessine en négatif lors de la révolution de 1952. La sociolinguistique a établi que l’utilisation, à l’intérieur d’une même société, de deux ou plusieurs langues distinctes et leur maintien dépendent des fonctions attribuées à l’une et à (aux) l’autre (s) ; la situation n’est stable que si la différenciation fonctionnelle se maintient. La règle générale est que lorsque la situation plurilingue reste une situation de fait plus qu’une situation de droit — inscrite par l’Etat au niveau des institutions —, il y a de fortes chances pour qu’elle se déstabilise et d’autant plus s’il y a enjeu national dans lequel, bien évidemment la langue a grandement à voir. Cet enjeu national s’est posé en Egypte en 1952. En 1952, ceux qui prennent le pouvoir, les « Officiers libres » n’appartiennent pas à l’élite aristocratique francophone. Ils sont issus de la petite et moyenne bourgeoisie citadine, formés dans les écoles gouvernementales et militaires et donc plutôt anglophones. Ils accomplissent une révolution et celle-ci passe, ne serait-ce que pour de simples nécessités de communication, par une utilisation maximale de l’arabe. La révolution n’a ni projeté, ni accompli explicitement de politique linguistique. 12 Cependant, une politique linguistique s’est mise en place de façon implicite dans la logique des prises de décisions nationalistes qui ont créé des contraintes, directes ou indirectes, qui elles-mêmes ont élaboré un déplacement, une restructuration des usages linguistiques. L’opposition valorisation/dévalorisation linguistique s’est renversée. De langue de communication culturelle et de convivialité mondaine non étrangère à ceux qui la pratiquent, bref, de statut de véhicule culturel, le français passe à celui de langue étrangère d’enseignement. La fonction du français en Egypte est réévaluée par rapport au statut qu’il a eu socialement : la Révolution se parlait en arabe, la langue de l’avenir était l’arabe, langue du panarabisme, le français faisait retour au passé, ne pouvait dire que le passé, l’ » Ancien Régime ». Il s’est donc opéré un renversement de situation : le français est stigmatisé au profit de l’arabe dialectal égyptien, précisément cairote, qui fera les délices des foules, les confortera dans leur lutte nationale et populaire et par contre-coup contribuera à renforcer le charisme nassérien.

42Ainsi, durant l’époque, dite ici réformiste, l’espace d’usage linguistique s’est élargi par enrichissement, par la pratique de diverses langues. Cet élargissement s’est très vite verticalisé en se polarisant sur l’usage d’une langue étrangère privilégiée, marque d’une hiérarchie sociale. A partir de ce moment, le fragile équilibre, pas assez « fondé », s’est rompu ; s’est rétabli le seul équilibre pouvant s’appuyer sur de solides fondations, celui d’un usage plus unifié de l’arabe.

43Je voudrais, par ces remarques, rompre avec le schéma paradigmatique selon lequel l’occidentalisation serait nécessairement anti-nationaliste, ou irait à l’encontre du développement national. Modernisation et, pour une part, occidentalisation, et le mouvement apparemment contraire du retour aux sources représentent les deux faces d’une dynamique sociale qui trouve ses conditions de possibilité dans la société dont elle est l’enjeu. A ce titre, elles sont autant « nationales » l’une que l’autre. L’étude du comportement langagier, des divers usages qui sont fait des langues contribue à montrer que le développement national ne se trouve pas seulement dans ce qui est programmé pour être nationaliste. Le rôle emblématique de l’apprentissage des langues étrangères — conformité aux modèles occidentaux, voire coloniaux — n’est pas en rapport, en Egypte, avec l’usage effectif qui en a été fait. Le français, par exemple, pourtant introduit par des missions catholiques dans un pays très majoritairement musulman, est non seulement consommé mais utilisé pour augmenter la production culturelle (essentiellement littéraire et journalistique) nationale. Il n’y a pas appropriation d’une langue étrangère se superposant à une désappropriation de soi par désintérêt envers sa langue, mais ouverture de son patrimoine culturel par augmentation du capital linguistique. S’est opérée ainsi une sorte d’accumulation de savoir linguistique, de pratique linguistique au profit d’une production culturelle heuristique dans le sens où elle permet de se penser dans le monde arabe, et d’abord dans le monde, avec plus de distance.

44Il est clair que la situation linguistique qu’a vécue et construite l’Egypte durant le xixe siècle a été fertile culturellement. Cette ouverture sur le monde et ces potentialités de productions culturelles que représentent la connaissance intégrée « naturelle » de diverses langues et d’une langue privilégiée, dont le statut culturel est fondé universellement, ont contribué largement à ce que l’Egypte ait cette position culturellement prédominante dans le monde arabe, prédominante en tant que productrice, prédominante en tant que plus tolérante politiquement, forte aussi de pouvoir appuyer cette ouverture sur sa longue histoire à jamais incontestée.

  • 13 Voir, dans le même ouvrage, l’article de F. Abécassis.

45Des traces tangibles de cette position dans le monde arabe demeurent aujourd’hui encore dans divers domaines, en particulier dans le domaine linguistique. L’Egypte, pays arabe dans lequel tant de langues ont été parlées et écrites, demeure la référence linguistique et culturelle arabe. Par ailleurs, quelles que soient leurs difficultés, et celles-ci sont nombreuses, les « écoles de langue »13 demeurent et continuent, tant bien que mal, à diffuser ce savoir précieux entre tous (et quel que soit l’usage qui en est fait) : l’existence d’autres systèmes.

Bibliographie

Bibliographies

Abd El Karim A., 1938, Tarikh al-Ta’alim fi ‘asr Muhammad ‘Ali (Histoire de l’enseignement durant le règne de Muhammad Ali), Le Caire, Imp. Al-Nasr, 1945, Tarikh al-Ta’alim fî Misr I, II (Histoire de l’enseignement en Egypte 1863-1882), Le Caire, Imp. Al-Nasr.

Abu Lughod I., 1963, Arab Rediscovery of Europe : A Study of Cultural Encounters, Princeton, Uty Press.

Amadou H., 1897, L’Enseignement français en Egypte, Le Caire, Imp. Centrale, J. Barbier.

Artin Y., 1892, Considérations sur l’instruction publique en Egypte, Paris, Maisonneuve.

Berkemeijer F. (sj), 1979, Les motivations à l’origine d’une école de langue française dans le cadre du contact culturel et de la dynamique sociale de la société égyptienne, Manuscrit, Le Caire, Bibliothèque du Collège de la Sainte-Famille. Berque J., 1967, Impérialisme et révolution, Paris, Gallimard.

Bourdieu P., 1982, Ce que parler veut dire. L’économie des échanges linguistiques, Paris, Fayard.

Buheiry M., 1981, Intellectual Life in the Arab East, 1890-1939, Beyrouth, Center for Arab and Middle East Study.

Cattaoui R. et G., 1950, Mohamed Ali et l’Europe, Paris, Geuthner.

Clément R., Les Français d’Egypte au xviie et au xviiie siècles, Le Caire, IFAO.

Clerget M., 1934, Le Caire. Etude de géographie urbaine et d’histoire économique, Le Caire, Imp. E. et R. Schindler.

Delanoue G., 1984, « Les lumières et l’ombre dans l’Egypte du xixe siècle. Limites d’une acculturation », in Le Miroir égyptien, Marseille, Ed. du Quai Jeanne Lafitte.

Dor E., 1872, L’Instruction publique en Egypte, Paris, Lacroix Verboekhoven.

Fakkar R., 1972, Aux origines des relations culturelles contemporaines entre la France et le monde arabe, Paris, Geuthner.

Fénoglio I., 1988, Défense et illustration de l’Egyptienne. Aux débuts d’une expression féminine en Egypte, Le Caire, Dossiers du CEDEJ.

1988, « Le français en Egypte, un capital de distinction », in Bulletin du CEDEJ n° 24, pp. 179-188.

1990, « D’un poly-usage d’une même langue hors de son milieu naturel de développement », in Les Langues polynomiques, PULA 3/4, Université de Corse, Corte, pp. 162-169.

1992, « Langue nationale, langue étrangère et révolution : le français en Egypte », in Lettre d’Information des chercheurs de l’AFEMAM, pp. 76-77. 1992, « Le français en Egypte. Une création des Missions religieuses françaises », in SIFFHLES 10. Documents. « Aspects de l’histoire des politiques linguistiques : 1880-1914 », pp. 67-81.

1992, « Le choix d’une langue étrangère : enjeu non modique d’un mode de fonctionnement social. Le français en Egypte », in TRADISIS 1, Ladisis, Strasbourg, pp. 77-89.

Guimard G., 1936, Une œuvre française. Les réformes en Egypte d’Aly Bey El Kebir à Mehemet Ali (1760-1848), Le Caire, Imp. Paul Barbey.

Heyworth-Dune J., 1938, An Introduction to the History of Education in Modern Egypt, Londres, Luzac.

Hourani A., 1962, Arabic Thought in the Liberal Age 1798-1939, Londres.

Ilbert R., 1990, Alexandrie. Espace et société, 1830-1930. Histoire d’une communauté citadine, Thèse, Paris, EHESS.

Klibic rouleau E. Said E., 1988, Information and Misinformation in Euro-Arab Relations, La Haye, Lutfia rabbani Foundation.

Knappert J., 1968, « Language in a Politic Situation », in Linguistics 39.

Kremnitz G., 1982, « Sur quelques niveaux sociaux des conflits linguistiques », in Lengas 6, n° 12, Montpellier.

Lapierre J W., 1988, Le pouvoir politique et les langues, Paris, PUF.

Louca A, 1955, « La renaissance égyptienne et les limites de l’œuvre de Bonaparte », in Cahiers d’Histoire égyptienne VII, 1, pp. 1-20.

1970, Voyageurs et écrivains égyptiens en France au xixe siècle, Paris, Didier.

1977, « Les contacts culturels de l’Egypte avec l’Occident » in L’Egypte d’aujourd’hui, Paris, CNRS.

Mackey W., 1976, Bilinguisme et contact des langues, Paris, Klincksieck.

Martinet A., 1982, « Bilinguisme et diglossie. Appel à une vision dynamique des faits » in Linguistique 18, n° 1, Paris.

Riad H., 1964, L’Egypte nassérienne, Paris, Minuit.

Salama G., 1963, Tarikh al-Ta’Alim al-agnabî fî misr fî al-qarnaïn al tâsi’i ‘ashara wa al- ‘ashrîn (Histoire de l’enseignement étranger en Egypte au xixe et au xxe siècles), Le Caire.

Thobie J., 1981, « La France a-t-elle une politique culturelle dans l’Empire ottoman à la veille de la première guerre mondiale ? » in Relations Internationales n° 25, pp. 21-40.

Todorov T., 1981, « Bilinguisme, dialogisme et schizophrénie » in Du bilinguisme, Paris, Denoël, pp. 11-38.

Notes

1 Fakkar R., 1972, p. 45.

2 Mais ce n’est qu’au début du xxe siècle que les écoles de la mission laïque française prendront leur plein essor notamment au Caire et à Alexandrie.

3 « Le français en Egypte (1850-1950). Une création des missions religieuses françaises » in Shifles, 10, 1992, pp. 67-81.

4 Les chiffres utilisés dans le présent travail sont empruntés à Amici (1878), à Clerget (1934), à Berkemeijer (1979). Les chiffres précis concernant Le Caire sont tirés de M. Clerget qui, dans son ouvrage, fait la synthèse de plusieurs sources.

5 Alexandrie. Espace et société 1830-1930. Histoire d’une communauté citadine, thèse de doctorat d’Etat, Paris, EHESS, 1990, p. 489.

6 Sur cette question, cf. de l’auteur « Le choix d’une langue étrangère : enjeu non modique d’un mode de fonctionnement social. La « mode » du français en Egypte » in TRADISIS 1, Ladisis, Strasbourg, pp. 77-89.

7 Cf. l’ouvrage de l’auteur Défense et illustration de l’Egyptienne. Aux débuts d’une expression féminine, Le Caire, CEDEJ, 1988.

8 Pour une analyse plus précise de ce bilinguisme, Cf. l’article de l’auteur « Le français en Egypte : un capital de distinction. Esquisse d’une description du bilinguisme arabe/français en Egypte dans la première moitié du xxe siècle » in Bulletin du CEDEJ n° 24, pp. 177-188.

9 Par Ch. Ferguson, « Diglossia », in Word 15, 1959, pp. 325-340.

10 Ce n’est qu’en 1870 que l’arabe devient langue officielle de l’administration et qu’il est donc désigné de fait comme langur nationale, mais cette décision ne fait qu’entériner, formuler une situation de fait déjà en place.

11 Telle que la développe Luis V. Aracil dans son article « La sociolinguistique : révolution et paradigme » in Langage et Société 2, Paris, 1977, pp. 3-16.

12 Cf. l’article de l’auteur « Langue nationale, langue étrangère et révolution : le français en Egypte », comm. à la 5e réunion annuelle de l’AFEMAM, rés. publié in Lettre d’information de l’AFEMAM n° 7, mars 1992, pp. 76-77.

13 Voir, dans le même ouvrage, l’article de F. Abécassis.

Auteur

CNRS, Ladisis, Strasbourg

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540