Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entre réforme sociale et mouvement national

 | 
Alain Roussillon

Réformer les représentations

Discours de réforme

Madiha Doss

Texte intégral

1Giora Elizar (1986) dans un article consacré à la pensée linguistique réformiste des années 1919 à 1939 en Egypte, cernait le conflit linguistique à ses débuts, entre les deux pôles du maintien de la tradition opposé à la tendance favorisant le changement ou encore, le purisme face à la modernisation, et ceci dans les domaines suivants :

  • la réforme de l’écriture ;
  • les emprunts aux langues occidentales et la question de leur intégration à l’arabe ;
  • la diglossie (arabe littéraire, arabe dialectal) ;
  • et enfin, l’enseignement de l’arabe littéraire, problématique qui entraîne nécessairement une réflexion sur la simplification de la grammaire de ce niveau de langue.

2Dans l’exposé qui suit, je passerai rapidement en revue ces différentes questions telles qu’elles ont évolué à chaque période de l’époque moderne où s’est situé leur débat, puis je tenterai d’exposer, sans jamais prétendre à l’exhaustivité, certains courants actuels du discours de la réforme linguistique. Il va sans dire que certains des thèmes cités plus haut ne se posent plus, un demi-siècle plus tard, de manière identique, et que le débat ne porte plus sur les mêmes questions. Des préoccupations nouvelles sont apparues : j’ai tenté d’en analyser certaines. Ainsi, plutôt qu’un relevé systématique d’opinions émises sur la langue dans ses diverses utilisations, il s’agit dans ce travail d’un relevé partiel, et à certains égards peut-être partial puisque je me suis penchée plus longuement sur les écrits opposés à la tradition. J’ai d’autre part tenté de souligner ce qui m’a paru relever de tendances nouvelles dans la pensée sur la langue et sur la culture, telle que la tendance exprimant la reconnaissance des traits du patrimoine et le retour aux sources.

3Mais enfin, le manque d’exhaustivité a été dicté par les conditions de ce travail qui s’est fait dans le cadre d’une recherche et d’un colloque sur la Réforme sociale en Egypte. Il était impensable, dans un laps de temps trop bref, d’effectuer un relevé systématique pourtant très nécessaire.

La question de l’écriture

Premiers projets de réforme

4C’est en 1936 que, pour la première fois, la question de l’écriture arabe est mentionnée parmi les préoccupations de l’Académie de Langue arabe du Caire dont la création remonte à 1932. Il s’agissait très particulièrement de se pencher sur le problème que posait la transcription des mots et surtout des noms propres européens en arabe. Ceux-ci étaient transcrits de façon hétérogène et non suivant des règles stables (comme ça l’est d’ailleurs encore de nos jours). Cette réflexion mena à considérer la question plus générale de la transcription des sons qui n’existaient pas en arabe. Après discussion, il fut décidé que le terme étranger serait écrit tour à tour en arabe puis en caractères latins entre parenthèses.

5Deux ans plus tard, la question de l’écriture arabe est reformulée. Cette fois, on la pose de manière plus radicale en s’interrogeant sur la possibilité d’une réforme des lettres arabes : une commission est créée à cet effet. La commission ne présenta rien mais certains projets furent proposés, tel que celui de ‘Abd al-’Aziz Fahmi qui est le plus connu et celui qui suscite, encore de nos jours, les réactions les plus vives puisqu’il proposait, comme on le verra, d’écrire la langue arabe au moyen de caractères latins. Comme d’autres intellectuels de son époque, Fahmi avait été favorablement impressionné par l’exemple de la Turquie et particulièrement par la latinisation de l’écriture qui avait été appliquée à la langue de ce pays.

  • 1 Abd al-Aziz Fahmi est un penseur et un homme politique, juriste de formation.

6a. Le projet de ‘Abd al-’Aziz Fahmi.1 Le système proposé consistait en :

  • une latinisation partielle, puisqu’un tiers des lettres arabes sont conservées ;
  • la conservation des signes arabes servant à désigner des sons qui existent dans cette langue et non pas dans les langues occidentales, comme les signes correspondant au hamza ;
  • toutes les voyelles seraient indiquées par des lettres pleines ou des caractères indépendants.

7Les motivations de ce projet de réforme furent expliquées de la manière suivante :

  • la boîte à caractères pour l’imprimerie serait considérablement diminuée puisqu’un seul caractère correspondrait à chaque lettre, sans le souci d’ajouter des signes particuliers pour désigner les voyelles ;
  • la scriptio plena (ou l’indication des voyelles par des caractères indépendants) offrirait l’avantage de permettre un apprentissage plus rapide et plus efficace de la lecture ce qui aiderait à mieux lutter contre l’analphabétisme ;
  • la lecture pour ceux mêmes qui savent lire serait rendue plus simple, plus efficace et plus précise ;

8— l’adoption de ce système d’écriture faciliterait la transcription des noms propres non-arabes, des mots arabisés et des termes techniques.

  • 2 Ali Al-Garim est un membre de l’Académie arabe du Caire et un critique littéraire. Sa participatio (...)

9Un des premiers à répondre à ‘Abd al-’Aziz Fahmi fut ‘Ali Al-Garim2 : « Reportons-nous à ce qu’a dit ‘Abd al-’Aziz Fahmi à propos de certaines difficultés de l’arabe. Nous ne voulons pas nous étendre sur ce sujet, mais nous contenter d’un simple mot : nous lui dirons que ce sont des difficultés sans aucun doute, mais qu’en vérité elles font honneur à la langue arabe et qu’elles constituent la caractéristique qui fait de l’arabe une langue supérieure aux autres. » (Meynet, 1971, p. 45)

  • 3 Al-Maghribi ‘Abd al-Qadir, cité par Roland Meynet, 1971, p. 57.
  • 4 Meynet, 1971, p. 47, note 2.

10Si cette première réaction représentait un refus ou une négation du problème, il y en eut d’autres telles que celle de ‘Abd el-Qadir El-Maghribi, qui consistaient à nier que le projet de réforme représentait un progrès ou apportait une simplification : « En vérité, c’est un changement, non un progrès, un changement dans l’essence et la substance, sans progrès dans la forme et l’aspect. »3 L’objection de ‘Abbas Mahmud Al-’Aqqad partait de la constatation qu’une fois la réforme adoptée, ce serait la lecture et non pas le système d’écriture qui serait simplifiée. Il voulait dire ainsi que par cette réforme, la pratique de l’écriture par les usagers, plutôt que d’être simplifiée, serait au contraire rendue plus complexe. Il proposait que l’on cherchât la solution dans la simplification des règles mêmes de la langue. Ceci paraît étonnant venant de la part de ‘Aqqad dont les attitudes par ailleurs étaient généralement conservatrices. Pour ce qui est des autres objections, elles suscitaient la question de l’intime relation qui existe entre la langue et son écriture. Adopter un nouveau système d’écriture revenait à rompre le lien entre le passé et le présent, l’écriture constituant non pas un aspect extérieur ou formel de cette langue, mais au contraire une partie intégrante de sa substance et de son héritage culturel. Une idée fut d’autre part exprimée, selon laquelle le rôle de l’écriture était envisagé par les Arabes et par leur tradition ancienne, comme un simple aide-mémoire, l’information étant transmise par tout le contexte d’énonciation, toute explicitation supplémentaire paraissant alors redondante.4

11b. Le projet de ‘Ali Al-Garim. Celui-ci était beaucoup plus restreint comme projet de réforme puisqu’il proposait seulement de remplacer les harakat (signes placés au-dessus des mots pour indiquer les voyelles brèves) par des signes intégrés dans la structure des mots.

12C’est encore une fois à ‘Aqqad qu’on doit les critiques les plus fondamentales à ce projet de réforme (Meynet, 1971, p. 51 sq.). Il fallait, selon lui, trouver une solution qui englobait à la fois les difficultés de celui qui écrit et celles du lecteur.

  • 5 Pour comparer la situation des années 40 avec l’atmosphère intellectuelle qui règne de nos jours, (...)

13Les problèmes ne seraient pas surmontés par la seule réforme de l’écriture mais par celle des règles qui la régissent : qu’importe la façon de transcrire la fatha (signe pour la voyelle brève a), la damma (voyelle u) ou la kasra (voyelle i) tant que l’on ignore quand il faut utiliser un cas, l’autre ou le troisième. C’est à la question des règles de la morphologie et de l’i’râb que ‘Aqqad proposait de se pencher en les simplifiant. Ceci dit, ajoutait ‘Aqqad, l’arabe comme toute autre langue a des difficultés qui résisteront à toute tentative de simplification. Les deux projets furent refusés par l’Académie qui proposa pourtant de les imprimer.5 Plus tard, en 1945, la décision fut prise par l’Académie de Langue arabe d’organiser un concours du meilleur projet de réforme de l’écriture avec une récompense de 1 000 LE attribuée au projet gagnant. De nombreux projets vinrent en réponse à ce concours, pourtant aucun ne fut suivi et même les recommandations de simplification sont restées lettre morte jusqu’à nos jours.

Proposition récente pour une réforme de l’écriture

  • 6 Salama Moussa est un penseur et un essayiste. Dans ses nombreux écrits, souvent de vulgarisation, (...)

14Si l’appel à la réforme du script arabe survit encore à notre époque, c’est de manière tout à fait marginale. A ma connaissance, le seul représentant actuel de cet appel est Bayyumi Qandil dont les idées sont traitées plus loin, dans la section de cette communication traitant de la diglossie. Ce dernier, licencié d’anglais, est un journaliste qui travaille au quotidien Al-Akhbâr où il a pour fonction celle de correcteur-réviseur. Egalement auteur, il a écrit et publié un recueil de nouvelles et en 1990 a publié à son compte un petit ouvrage sous le titre de l’Etat actuel de la culture en Egypte où il résume ses idées sur la langue. Mais alors que les réformateurs du début du siècle optaient pour l’adoption du script latin, Bayyumi Qandil, lui, propose aux locuteurs de la « langue égyptienne moderne », « al-lugha al-misriyya al-hadîtha » d’utiliser le script copte ( !). Ainsi, il modifie le conseil formulé par Salama Moussa : 6 « Il nous faut nous éloigner de l’Asie et nous rattacher à l’Europe », en cet autre principe : « Il nous faut nous éloigner de l’Asie en nous maintenant là où nous sommes, c’est-à-dire principalement en Afrique. »

  • 7 La revue Misriyya a depuis cessé de paraître, il s’agit d’une publication non- périodique, comme i (...)

15L’article contenant ces idées, publié dans le 9e numéro de la revue Misriyya, (octobre 1986),7 pourtant très détaillé en ce qui concerne l’histoire et l’analyse du script égyptien ancien, n’apporte pas la moindre lueur sur la façon d’utiliser cette écriture pour écrire le dialecte d’Egypte. L’adoption de ce script aurait selon Qandil principalement deux avantages :

  • celui de moderniser et de permettre le développement de la langue arabe d’Egypte puisque, selon l’auteur, le script actuel est source d’ambiguïtés et de complications. N’est-ce pas d’ailleurs ce constat qui a motivé l’appel à la réforme du début du siècle qu’ont même soutenu des penseurs conservateurs. Le script arabe a connu des réformes dès une époque très ancienne, mais ces modifications sont insuffisantes selon l’avis de Qandil et bien des obstacles demeurent encore. Au nom de la clarté et de la simplicité, un nouveau script devrait être adopté. Or, celui de la langue copte est selon l’auteur le plus adapté aux besoins de la langue puisque c’est un très fort substrat copte qui est sous-jacent à la langue arabe moderne d’Egypte. Donc écrire en caractères coptes faciliterait la vie à chacun ;
  • le second avantage serait qu’en adoptant le script de l’Egypte ancienne, on rétablirait les liens avec un des éléments essentiels du patrimoine de cette civilisation qui est celle de nos ancêtres. L’écriture hiéroglyphique nous rattacherait à notre patrimoine ancien, nous Egyptiens, c’est-à-dire à nos racines, chamitiques et africaines.

16Toujours selon l’auteur, le succès de cette réforme est nécessairement lié à l’adoption du niveau dialectal. En effet, il serait vain de tenter d’écrire au moyen de ce nouveau script le niveau littéraire puisque pour l’auteur ce niveau de langue ne représente qu’une infime minorité, celle des gens qui sont capables de la manier, et qu’il s’agit finalement pour Qandil d’une langue morte. On ne manquera pas de noter ce que ces dernières observations et recommandations apportent dans le sens d’une idéologie de retour aux sources et de la reconnaissance de celles-ci. Ici, c’est la reconnaissance, d’abord, du patrimoine pharaonique de l’Egypte et, d’autre part, de son origine africaine.

Opinions actuelles courantes

  • 8 Choucha Yara, « La langue arabe et sa calligraphie. Interview du poète Farouk Choucha », pp. 105-1 (...)

17A ce propos, il ne paraît pas inutile de rappeler l’attitude d’un public d’étudiants actuels sur la question de la réforme de l’écriture. Des exposés ont été présentés par plusieurs groupes d’étudiants de la section de français de l’Université du Caire durant l’année académique 1991-1992 portant sur la réforme de l’orthographe française de 1991 ainsi que sur les réformes du script arabe. J’ai tenu compte des avis exprimés au sujet de la réforme du script arabe comme d’une représentation actuelle de l’idéologie linguistique. Ici, il s’agit d’une attitude totalement opposée à celle que je viens de présenter puisque dans l’ensemble, les étudiantes qui ont traité de la question de la réforme du script arabe étaient entièrement opposées aux idées qu’elles présentaient et analysaient, alors que, d’autre part, elles étaient généralement en faveur de la réforme de l’orthographe française. Comme il apparaît à travers les opinions énoncées, la conception de réforme de l’écriture a été totalement refusée par les étudiants. Chargés de passer en revue et d’évaluer les idées des réformateurs (‘Abd al-’Aziz Fahmi, etc.) aucun des présentateurs de recherche n’a pris parti en faveur d’une quelconque réforme de l’écriture ou de l’orthographe.8

La question du choix de langue

Le débat ancien portant sur les emprunts et leur intégration à l’arabe

18Le débat sur les termes étrangers qui s’est déroulé dans les années 30 a été un sujet de débat entre les tenants d’un emprunt libre des contraintes du moule de la forme arabe et les puristes désireux de maintenir l’emprunt des termes étrangers dans les limites les plus étroites. La question tournait principalement autour de la forme des termes pris aux langues étrangères. Pour les puristes il fallait que ces termes soient arabisés selon la méthode analogique (qiyâs) ou encore qu’ils soient dérivés de racines arabes ; pour les libéraux, peu importait la forme des mots empruntés, et s’ils correspondaient ou non au moule arabe.

  • 9 Moussa, 1945, p. 11.
  • 10 Ibid., p. 137.

19Salama Moussa, grand défenseur de cette dernière tendance écrit : « L’écrivain qui a une attitude permissive vis-à-vis des termes scientifiques étrangers, les intégrant tels quels sans traduction, contribue de façon positive à l’avènement d’une civilisation bâtie sur la science, la logique, et le progrès industriel ; à l’opposé d’une civilisation qui ne reconnaît que les lettres, les croyances absolues et l’agriculture. »9 L’intégration dans le lexique arabe des termes scientifiques étrangers est pour cet intellectuel un signe de progrès et un pas dans la direction de la Nahda, de la réforme, synonyme de liberté de l’individu et des sociétés. C’est aussi à cause de ce facteur, que Salama Moussa se déclarait en faveur de l’adoption du script latin, puisque celui-ci faciliterait l’intégration des termes étrangers à l’arabe.10

20On pourrait situer Ahmad Al-Iskandari à l’extrême opposé de cette position désirant maintenir la langue littéraire totalement pure de tout élément étranger à sa réserve, c’est-à-dire des termes du dialecte ou de langues étrangères.

Le choix de la langue d’enseignement dans le débat actuel

21Pour ce qui est de la problématique actuelle, il semble que le débat porte non plus sur la seule question du néologisme mais plus généralement sur celle de la langue à adopter pour l’enseignement scientifique. L’arabisation de l’enseignement universitaire a encore fait l’objet de la 58e réunion de l’Académie de la Langue arabe du Caire tenue en 1992. De nombreux articles parus dans la page culturelle du quotidien Al-Ahrâm en ont fait état et plus généralement sur le rapport de la langue arabe aux idiomes étrangers.

22Des opinions exprimées à cette réunion, je citerai celle de ‘Abd al-’Aziz Al- Rifa’i, auteur et membre de l’Académie de Langue arabe saoudienne. Pour celui-ci l’intégration des termes étrangers tels quels reste encore une possibilité acceptable pourvu que ce soit sur la voie d’une arabisation générale de l’enseignement. L’emprunt de termes lexicaux étrangers est envisagée comme une solution inférieure à celle de l’arabisation (ta’rîb) de ces termes par ishtiqâq, c’est-à-dire par la formation de mots composés exprimant l’idée voulue. Dans un article de la même série, la rédactrice de Al-Ahrâm (10 avril 1992) rapporte l’attitude de Rifa’a Al-Tahtawi vis-à- vis de l’emprunt. Celui-ci favorisait « l’emploi du terme classique (fasîh), ou sinon son correspondant dialectal, si les deux sont inexistants, on peut alors avoir recours au terme étranger (a’gami) arabisé. » Cette attitude tolérante de Tahtawi apparaît encore une fois lorsqu’il écrit que tous les termes étrangers récemment introduits dans la langue, s’intégreront avec le temps et feront intimement partie de la langue comme cela s’est déjà produit à d’autres périodes de l’histoire.

  • 11 Al-Ahrâm, 13 mai 1992.

23De nombreux articles publiés durant les mois de mai et de juin 1992, dans al- Ahrâm rapportaient divers points de vue sur la question de l’arabisation de la médecine. Ce sont principalement des médecins dont les propos sont rapportés, leurs points de vue se concentrant autour de deux pôles : le maintien de l’ordre existant (c.-à-d. l’enseignement en anglais) au nom d’une plus grande efficacité, face à l’arabisation de l’enseignement médical pour des raisons principalement liées au maintien de la langue nationale comme outil de transmission et de pratique scientifique. Le débat est d’abord lancé par un article écrit par le conseiller au ministre de la Santé, le Dr Ahmad Badran.11 Celui-ci s’exprimait sans réserve en faveur de l’enseignement de la médecine en langue étrangère. Citant tous les arguments des défenseurs de l’arabisation, Badran y répond un à un.

  1. Les difficultés rencontrées par les étudiants, ne sont pas d’après lui liées à l’enseignement en langue étrangère mais plutôt dues à la politique d’accès à l’université, à la surcharge des amphithéâtres et donc à l’absence d’expérience clinique. Il note aussi, à ce propos, l’abaissement du niveau des enseignants. Oubliant ou négligeant les facteurs d’ordre économique et social, Badran avance l’argument que l’emploi des langues étrangères ne peut être considéré comme un obstacle à l’instruction dans d’autres domaines, à preuve, écrit-il, les « écoles de langue » qui produisent des apprenants compétents dans divers domaines, voir comme exemple l’Université américaine ( !). Finalement, le latin était bien une langue étrangère pour les nations où cet idiome était pendant des siècles utilisé dans l’enseignement de la médecine.
  2. Il ne servirait à rien, selon Badran, de se maintenir dans l’illusion, en termes de découverte scientifique, puisque nous (Egyptiens ou Arabes ?) serions surtout des récepteurs et non pas des donneurs, par conséquent il serait plus nécessaire de se maintenir informé des recherches les plus récentes, celles-ci se faisant généralement en langue anglaise.
  3. L’argument suivant qui est d’une grande importance est repris par tous ceux favorables au maintien de l’enseignement médical en langue anglaise, le problème étant la traduction. Si l’on devait arabiser l’enseignement médical il faudrait non seulement traduire tous les manuels mais aussi toutes les revues spécialisées et celles-ci, explique un autre médecin, Mahmud Abou El-Ghar12 sont au nombre de 150 et circulent régulièrement en Egypte dans les divers domaines de spécialisations médicales.
  • 13 A temps où Clot Bey inaugura la première Faculté de médecine en Egypte ; le nombre de livres à tra (...)
  • 14 Al-Ahrâm, 5 juin 1992.
  • 15 Ibid.

24La difficulté de la traduction est un problème pratique et matériel qu’il ne faudrait pas sous-estimer si l’on envisageait sérieusement d’arabiser l’enseignement médical.13 Abou El-Ghar fait remarquer que même si l’on procédait à la traduction de l’information médicale (d’enseignement ou de recherche) le problème des termes techniques resterait entier. Que ferait-on de ces termes, généralement d’origine latine : les traduirait-on ? et sinon à quoi ressemblerait un texte écrit en arabe et jalonné de termes étrangers ? C’est sur l’exemple de l’expérience syrienne que les tenants de l’arabisation de l’enseignement s’appuient toujours. Depuis 1919 en Syrie, la médecine est enseignée en langue arabe à l’Université de Damas. Selon Muhammad Haytham Al-Khayyat14 membre de l’Académie de Langue arabe syrienne, cette expérience a forcé le corps médical syrien à faire régulièrement traduire tout ce qui apparaissait dans son domaine de spécialisation. De la traduction sont nés des glossaires et des dictionnaires de spécialité, le plus important date de 1966 et compte 14 534 termes. Dans cette même année, l’Union des médecins arabes a constitué une commission pour l’unification des termes médicaux. En 1973, une nouvelle édition de ce dictionnaire Al-Muwahhad est apparue proposant cette fois les termes unifiés par rapport à ceux employés dans les différents pays arabes ; le corps médical syrien a tenu compte de ces modifications, les introduisant dans toutes les publications.15

25En réponse à l’argument de l’expérience syrienne, le Dr Samir Badawi, vice- doyen de la Faculté de médecine du Caire qui d’ailleurs déclare faire ses cours exclusivement en langue anglaise, objecte que l’Université de Damas n’a jusqu’à présent pas de programme d’études supérieures menant à l’obtention du doctorat. Il s’agit, d’une part, pour les défenseurs de l’arabisation, du souci de préserver la langue nationale et de l’élever au statut de langue scientifique avec tout ce que cela entraîne comme conséquence sur l’apprenant et sur la nation ; et, d’autre part, pour les défenseurs du maintien des langues étrangères, du maximum d’efficacité au niveau de la pratique mais finalement ayant surtout pour souci l’élite scientifique et médicale du pays.

Le choix du niveau de langue entre le littéraire et le dialectal

Le débat ancien

26Dans le débat ancien, la question était de savoir s’il fallait adopter le dialecte comme langue « officielle » ou langue écrite ou s’il fallait au contraire tenter de se rapprocher au maximum du niveau littéraire.

27Pour des penseurs tels que Salama Moussa et Ahmad Lutfi Al-Sayyid, se rapprocher du parler dialectal, ou l’adopter totalement après une phase de transition (Salama Moussa), était aussi bien un facteur de renforcement de l’identité nationale égyptienne (tamsiî) qu’un simple avantage linguistique. Il semble que pour Salama Moussa la question était plus clairement tranchée en faveur de l’adoption du dialecte. Prenant son modèle sur les langues occidentales, et plus particulièrement sur les langues dérivées du latin, il constatait que si le facteur religieux avait prévalu sur le facteur national, l’Europe entière pratiquerait encore de nos jours une seule langue : le latin. Mais ce qui s’est en fait produit, c’est que les nations se sont séparées les unes des autres, chacune gagnant son autonomie et adoptant sa langue nationale. Et cela, il le recommande à la nation arabe qui persiste à maintenir une langue ancienne commune, celle-ci n’étant plus aujourd’hui pratiquée par l’ensemble de la population mais seulement par une élite restreinte. Cette dichotomie linguistique, Salama Moussa ne pouvait que la réprouver, lui qui espérait l’avènement d’une société égalitaire et démocratique. Se réclamant d’une idéologie socialiste, il voyait bien que la diglossie ne pouvait aller à l’avantage des classes défavorisées.

28La question ne se pose pas tout à fait en ces termes pour Lutfi Al-Sayyid. Pour ce dernier la solution à la diglossie se trouve dans le rapprochement progressif de la langue parlée à la langue écrite. Lutfi Al-Sayyid était principalement préoccupé par la modernisation de l’Egypte qui selon lui ne pouvait se faire que par l’appropriation des méthodes scientifiques. La langue classique devait donc évoluer en se simplifiant et en intégrant des termes des diverses disciplines scientifiques.

29On se rappelera que sur le plan de l’écrit Tawfiq Al-Hakim a été l’auteur de la première tentative d’écrire dans ce qu’il a nommé « al-lugha al-wasta », la langue médiane, dans la pièce Al-Safqa où l’auteur a construit un texte susceptible d’être lu et interprété aussi bien en dialectal qu’en littéraire. Cette tentative était le résultat du souci de Tawfiq Al-Hakim de créer une langue homogène qui pourrait être comprise et appréciée par différents niveaux de spectateurs de théâtre, à l’exemple de la situation dans les pays occidentaux où l’écart entre les niveaux du parlé et de l’écrit est moins important.

  • 16 Meynet, 1971, p. 118.

30Cette expérience semble déjà annoncée par ces paroles de ‘Abd Al-Razzaq Al- Sanhuri, ministre égyptien de l’Instruction publique en 1947 : « La langue ne sera saine que dans la mesure où elle sera prise sur le siècle actuel. Le signe de la santé de la langue, c’est qu’il n’y ait pas un grand fossé entre la langue de l’élite (al-khâssa) et la langue de la masse (al- ‘âmma). Chaque fois que se rapprochent la langue de l’élite et celle de la masse, c’est le signe de la santé de la langue, chaque fois que les deux langues s’éloignent, cela indique que la langue est malade et infirme, et qu’elle doit être rapidement soignée ; le seul remède c’est de de réduire la distance qui sépare les deux langues, soit en élevant la langue de la masse vers celle de l’élite, soit en abaissant la langue de l’élite vers celle de la masse, ou bien les deux à la fois, jusqu’à ce que les deux se rencontrent à mi-chemin. Réduire la distance qui sépare les deux langues, voilà, à mon avis, le premier devoir des Académies de langue. Il y a un autre signe de santé de la langue, c’est le changement de la langue actuelle par rapport à celle du passé, car si les différences entre l’état présent et l’état passé de la langue sont nombreuses, cela indique son accord avec le développement, cela assure de sa vitalité et annonce qu’elle est en train de durer. Quand au contraire ces différences sont peu nombreuses, cela signifie qu’elle résiste au développement, ce qui indique qu’elle est figée et avertit qu’elle est près de périr. On reconnaît que la langue est saine à deux signes : le rapprochement entre la langue de l’élite et celle de la masse, et l’éloignement de la langue actuelle par rapport à celle du passé. »16

31Bien que ce ne soit pas ici le lieu pour le faire, l’étude du discours de la réforme ne saurait se faire sans l’observation des changements survenus dans la pratique linguistique orale et surtout écrite. Sur le plan de la pratique orale, l’observateur constatera un phénomène de standardisation par lequel le dialecte s’est rapproché du niveau littéraire ; d’autre part, la standardisation se fait selon un modèle complexe où, à l’influence dominante du parler de la capitale, se mêlent des éléments épars du littéraire. Dans la pratique de l’écrit, on ne peut manquer d’observer une « montée du dialecte » à travers son très vaste emploi par les médias et d’autre part sa pénétration dans diverses formes de littérature.

Le débat actuel : les idées

32Pour ce qui est des opinions actuelles sur la question de la diglossie, certains penseurs ont exprimé des idées qui vont totalement à l’encontre de la pensée dominante, j’en citerai deux : Bayyumi Qandil et Badr Nash’at. La formation du premier a été précisée plus haut, pour ce qui est de Badr Nash’at, il s’agit d’un essayiste, auteur de plus d’un recueil de nouvelles, ses écrits portant sur la langue ont principalement consisté en des articles journalistiques.

33Dans le huitième numéro de la même revue Misriyya qui a d’ailleurs cessé de paraître depuis, Qandil propose l’adoption de la langue égyptienne moderne « al-lugha al-misriyya al-hadîtha » à la place de ce qu’il nomme la langue arabe médiane, en d’autres termes l’arabe littéraire. Le dialecte représente un progrès par rapport à la langue littéraire pour une variété de raisons qui sont pour lui synonymes d’un changement positif :

  • comme d’autres langues, telles que le français ou l’anglais, l’arabe suit une évolution allant d’un état de langue analytique, tahlîliyya, à un état de langue synthétique, tarkîbiyya. Les fonctions n’étant plus indiquées par les flexions ou les désinences mais par la position des mots dans la phrase. On ne manquera pas de noter ici que, contrairement à la définition linguistique courante, Qandil emploie le terme analytique pour les langues à flexion alors que c’est celui de synthétique qui est ordinairement utilisé pour des langues telles que le latin ou l’arabe « qui tendent à réunir dans un seul mot plusieurs morphèmes. »17 Une langue analytique, toujours selon une définition linguistique courante, est celle où certaines fonctions sont indiquées par des termes autonomes, tels que les prépositions par exemple. La confusion vient peut-être du fait que pour Qandil les fonctions étant indiquées par la position des mots dans la phrase dans des langues telles que le français, l’anglais ou l’arabe dialectal, cette façon de procéder est plus économique que celles où l’on affixe des éléments à des radicaux, ces langues sont donc synthétiques. Cet emploi de la terminologie relative à la langue, comme d’autres aspects du raisonnement de l’auteur montrent bien que ses développpements sont davantage fondés sur une polémique idéologique que sur une connaissance quelque peu spécialisée du domaine de la langue ;
  • l’analogie, facteur de rétablissement d’ordre, a opéré des changements dans le dialecte grâce auxquels la langue est devenue plus organisée. Pour illustrer ce passage de « l’état d’anarchie à l’état d’ordre ou d’organisation », il prend plusieurs exemples dont les suivants :

34a. l’unification des schèmes nominaux alors qu’en arabe littéraire, il existe cinq schèmes sur lesquels sont formés des « noms d’état », le dialecte permet l’expression de tous les sèmes ou nuances de sens à partir d’une formation unique.

35Comme il apparaît dans la liste des termes ci-dessus, au schème unique du dialecte correspondent cinq schèmes du registre littéraire, pour Qandil, le dialecte a non seulement résolu les irrégularités du système ancien, mais aux formes régularisées sont venus s’ajouter d’autres termes, permettant l’expression de nuances nouvelles qui n’existaient pas dans le niveau littéraire. Dans ce cas précis, il donne l’exemple du terme haznân qui introduit une nuance de sens nouvelle dans la langue.

36b. Le pronom relatif qui comme on le sait connaît nombre de variations selon le genre et le nombre de l’antécédent est représenté dans le dialecte par une forme unique elli. Ce qui représente un « progrès » même par rapport aux langues occidentales telles que l’anglais où plusieurs formes existent pour exprimer le relatif.

37c. C’est au domaine phonétique enfin que Bayyumi Qandil prend ses derniers exemples, dans ceux-ci il associe une évolution due au phénomène de l’économie du moindre effort, à une évolution dans la voie du progrès et d’un meilleur fonctionnement de la langue. Si le qaf se perd, selon l’auteur, c’est pour réaliser un son qui requiert de la part des organes un effort moindre. Si les diphtongues [aw] et [ay] se résolvent en [o] et [e], non seulement les organes sont chargés d’un effort moindre dans l’articulation mais encore, le dialecte s’est enrichi d’un son nouveau que ne connaissaient ni le niveau littéraire ni les autres dialectes arabes (sic !). De ce dernier exemple l’auteur de l’article fait valoir la singularité du dialecte d’Egypte par rapport aux autres parlers de la région. Spécificité due à l’origine africaine de l’Egypte — comme il écrit aussi dans l’article portant sur le script. La civilisation égyptienne ancienne était de race noire et les Egyptiens anciens, des Chamitiques.

38Si par la suite l’Egypte a subi des influences externes, celles-ci ont toujours été assimilées suivant le principe selon lequel une culture supérieure absorbe une autre qui lui est inférieure. Quant à ceux qui rejettent l’adoption du dialecte et prônent l’usage de l’arabe littéraire au nom de l’unité de la nation arabe, Bayyumi Qandil répond que cette unité ne saurait se fonder sur un niveau de langue qui n’est pratiqué que par une minorité de gens. Il vaudrait alors mieux adopter le parler vivant jouissant du statut le plus élevé et qu’à celui-ci l’on greffe des éléments divers des autres dialectes. Sans qu’il ne nomme ce dialecte, on peut très sûrement deviner qu’il s’agit de celui d’Egypte.

39Badr Nash’at lors d’un débat de presse dans les pages du quotidien al-Akhbâr se porta en faveur, sinon de l’adoption du dialecte, du moins de la reconnaissance de ce niveau de langue. C’est à l’occasion d’un débat animé qui s’est déroulé sur plusieurs mois entre les mois d’avril 1990 et mars 1991 dans les pages du quotidien al-Ahrâm que Badr Nash’at a exposé ses idées sur la langue. Pour lui, il existe deux niveaux de langue : l’arabe littéraire et ce qu’il nomme de façon révélatrice la langue égyptienne générale, « al-lugha al-misriyya al- ‘âmma ».

  • 18 Nash’at Badr, « Tagdîd al-Lugha l-’Arabiyya : hal ya’tamid ‘ala l-lahagat al-’amiyya ? », al-Ahrâm (...)

40Chacun de ces deux niveaux de langue remplit de manière tout à fait adéquate sa fonction, et pour lui, il n’est pas question de tenter de substituer un niveau à l’autre. Si le rôle de la langue littéraire est de répondre à la fonction de l’écriture, la langue égyptienne générale sert à toutes les situations de la vie. « Lorsqu’on désire exprimer des idées concernant la vie courante, les sentiments, les émotions, c’est à l’aide de la langue égyptienne générale qu’on le fera le mieux, puisque ces sentiments, émotions, etc., sont vécus dans ce niveau-là, comme cela apparaît dans les chansons, les films, les feuilletons... »18 Dans ce même article, il recommandait que le renouvellement de la langue littéraire se fasse par l’étude des dialectes sans entrer cependant dans plus de détails sur la façon de procéder. Dans un autre article de la même série, il appelle au respect de la langue parlée et avance deux propositions :

  • celle de simplifier le littéraire ;
  • celle de faire l’étude sérieuse et approfondie de la langue égyptienne générale.

41Cette dernière est définie par Nash’at comme le résultat de l’adaptation à la culture et au milieu égyptiens, de la langue arabe introduite par les Arabes durant la conquête. Ainsi, par exemple, la phrase verbale de l’arabe ancien est transformée en phrase nominale à cause du changement de milieu, de nomade et désertique à sédentaire et agricole, etc. Notons encore une fois l’aspect très général des idées avancées ce qui trahit l’absence de formation linguistique sérieuse chez ces auteurs. Bien que le premier de ces deux auteurs exprime, comme on a pu le constater pour ce qui est de la question du script, des idées totalement opposées au courant dominant et qu’il le fasse avec beaucoup d’audace et, on pourrait même dire, de provocation, il ne faut pas manquer de noter qu’il publie ces idées dans une revue, non-régulière, marginale, et qui touche en fin de compte un public bien moins important que les lecteurs du Hilâl où Salama Moussa et Hasan Al-Sharif publiaient les leurs.

La mise en pratique des idées ou les œuvres d’illustration

42Pour ce qui est du plan de l’écriture et de la création, il s’y est produit des tentatives de rapprocher les deux niveaux de langue, tentatives qu’il serait utile de mentionner dans une étude du discours de la réforme linguistique, d’autant plus que souvent ces expériences d’écriture ont été conçues par leurs auteurs comme une mise en pratique et une illustration de leurs idées sur la langue.

43Les Mémoires d’un boursier de Louis ‘Awad est sans doute la première expérience de ce type d’écrit. Rappelons qu’il ne s’agissait pas simplement d’une autobiographie employant le niveau dialectal mais d’un exercice par lequel l’auteur empruntait ce registre afin d’exprimer toutes sortes d’idées et des plus sophistiquées, et afin d’aborder tous les genres d’écriture, de la description à l’argumentation philosophique, à l’écrit humoristique, etc.

44Pour ce qui est des œuvres récentes, je citerai à ce titre un roman peu connu écrit par un conseiller juridique du nom de ‘Uthman Sabri et qui s’intitule Bayt Serri (Maison de passe). Il est précisé dans le sous-titre qu’il s’agit d’un « roman de portée sociale et littéraire », et au bas de la page de couverture qu’il s’agit là du premier roman écrit dans la « La langue arabe moderne ». Ce qui ne va pas sans rappeler la langue égyptienne moderne de Bayyumi Qandil. ‘Uthman Sabri est l’auteur d’œuvres littéraires (comme il le mentionne sur la page de garde de son roman manuscrit) : une pièce de théâtre et un recueil de poésie mais surtout d’une série de travaux portant sur la langue arabe, son écriture, sa grammaire. L’auteur du roman propose dans sa préface une réforme visant à surmonter la diglossie au niveau de l’écriture, et qui peut se résumer en la création d’une koinè des dialectes à partir d’une base commune, celle du dialecte d’Egypte ou plus particulièrement celui du Caire. Cette idée ne va pas sans rappeler celle de Bayyumi Qandil qui proposait que ce soit l’un des dialectes qui remplaçât la langue littéraire comme moyen de communication réunissant la nation arabe.

45Dans l’introduction à son roman, ‘Uthman Sabri se déclare en faveur du niveau dialectal ; il cite d’ailleurs un ouvrage précédent où il avait développé ses idées sur la nécessité de remplacer le littéraire par le dialectal. Rien ne sert, selon lui, de tenter la réforme de l’arabe littéraire car cette langue a un passé trop long et qu’il paraît impossible qu’elle parvienne à exprimer la vie actuelle. Le dialecte étant la langue maternelle de chacun, l’auteur prônait qu’on l’utilise aussi à l’écrit. Tant était forte sa foi dans la vitalité du dialecte qu’il voulut le prouver en écrivant un roman en ce niveau de langue, roman humoristique de portée sociale et philosophique, il s’agit de Nuzha ‘ala al-Nil (Promenade sur le Nil), publié en 1965.

46Dans Bayt Serri, sa préoccupation était différente, il s’agissait cette fois pour l’auteur d’agir dans une nouvelle direction, celle de tenter de rapprocher les deux niveaux de langue, le littéraire et le dialectal ou de lutter contre la diglossie et cela en utilisant un niveau de langue qu’il nomme « langue arabe moderne ». Ce moyen de communication unifié représente la réponse tant attendue à l’espoir de tous d’avoir une langue unique appartenant à toutes les classes, à travers toutes les nations arabes. ‘Uthman Sabri est aussi l’auteur d’une grammaire de ce niveau intermédiaire proposé, ouvrage non publié au moment de la parution du roman. Il donne pourtant dans sa préface un aperçu détaillé des particularités de cette langue issue de la fusha mais débarrassée de tout ce qui peut entraver son rapport à la langue parlée.

  1. Cette langue est débarrassée des flexions casuelles.
  2. La seule forme (-în) représentera les terminaisons plurielles, (-un) disparaissant, puisque dans la langue parlée on n’utilise que la première.
  3. Pas de (-n) à la finale de la forme plurielle du verbe inaccompli, ce suffixe étant jugé comme un appendice sans utilité, on aura ainsi unifié l’usage.
  4. Elimination aussi du tanwîn sauf dans le cas du (hal).
  5. Le duel ne sera conservé que dans le cas des substantifs (comme il est vivant dans les dialectes), l’accord étant exempt de la catégorie du duel. Cette catégorie grammaticale serait d’ailleurs absente de toutes les langues « civilisées ».
  6. Elimination de la terminaison (-n), marque du genre féminin à la finale de la 3e personne pluriel du verbe. Cette marque est jugée redondante puisque déjà le pronom indique le genre.
  7. Adoption généralisée du pronom relatif (elli), comme c’est d’ailleurs le cas dans tous les dialectes arabes.
  8. Adoption de la particule préverbale (b-), marque de la concomitance ou du procès qui se déroule au moment où l’on parle. Cette particule est générale à de nombreux dialectes en même temps qu’elle existe dans le dialecte d’Egypte.19
  9. Dans la langue proposée, l’auteur recommande d’éviter des termes « inutiles » qui n’ont d’autre fonction que celle de garnir l’énoncé ou plus simplement de l’étoffer, comme qad sauf quand cette particule est utilisée pour exprimer l’éventualité. Dans tous les autres cas, elle sera éliminée.
  10. Au contraire ‘Uthman Sabri recommande l’emploi de termes du vocabulaire dialectal. Certaines notions ne sont exprimables que dans ce niveau de langue et l’emploi de ces termes constituera un enrichissement de la langue.
  11. Dans le cas où une notion se trouve représentée aussi bien au niveau dialectal que littéraire, il recommande l’utilisation du terme de la réserve dialectale.
  12. D’autre part, l’outil de négation ma... sh n’apparaît que dans le dialecte d’Egypte. Il n’est donc pas utilisé dans le roman, et au contraire, l’auteur recommande aux Egyptiens dans leur usage quotidien d’éviter cette forme de la négation afin de se rapprocher des autres parlers arabes. « Si nous ne parvenons pas à unifier les dialectes des nations arabes, nous devons au moins tenter de les rapprocher en nous débarrassant de l’outil de négation du dialecte égyptien. Cette forme de la négation est non seulement contraire à l’usage des autres dialectes arabes, mais de plus elle s’oppose à la fusha qui possède quatre outils de négation : la, ma, lam, et lan... »

La réforme de l’enseignement de la langue arabe

Le débat ancien

  • 20 Elizar, 1986, p. 257.
  • 21 Mustapha Ibrahim, Ihya’ al-Nahw, le Caire, 1937.

47C’est à partir des années 30 que l’on trouve des écrits consacrés à la critique des méthodes d’enseignement de la langue arabe. Bahiy Al-Dine Barakat, ministre de l’Education en 1938 voulut démontrer comment la difficulté de la grammaire avait une influence sur l’opération d’apprentissage en général.20 Plus l’élève passait de temps à l’étude et à l’apprentissage de la langue arabe et moins il se trouvait disponible pour apprendre les matières scientifiques modernes. Des tentatives de simplification de la grammaire Ihya’ al-Nahw celle d’Ibrahim Moustafa, diplômé et enseignant de Dar al-’Ulum, est celle qui a eu le plus d’importance.21

48L’argumentation d’Ibrahim Mustafa allait comme suit : la grammaire arabe telle qu’elle a été et reste encore pratiquée, se limite à codifier la terminaison des mots ou les désinences casuelles alors qu’en fait le sens est transparent sans recours à ces terminaisons, à preuve toutes les erreurs de vocalisation n’empêchent en aucune manière l’intelligibilité d’un texte. Plutôt que s’intéresser aux désinences, on ferait bien mieux d’étudier et d’enseigner les structures de la langue et les moyens de l’expressivité.

  • 22 Ibid., introduction de l’auteur.

49Il proposait donc de limiter les désinences casuelles à deux, à savoir le nominatif (raf’ ) signe de la fonction sujet ou topic, et le génitif (garr) au cas de l’annexion (idâfa), le cas accusatif, marqué par la fatha ou voyelle « a » jugée par Mustafa comme sans importance : « C’est une voyelle légère, appréciée par les Arabes et au moyen de laquelle ils aiment terminer leur énoncé si rien d’autre ne les en distrait, égal au sukûn (absence de terminaison vocalique) dans notre parler courant. »22

  • 23 Ibid., p. 5.

50Ce collègue de Taha Hussein qui fut d’ailleurs l’auteur de la préface et même du titre de Ihya’ al-Nahw, critiquera également l’organisation de la grammaire arabe telle qu’on l’enseignait à l’époque et tel qu’on continue de le faire. Une même question grammaticale est traitée de façon éparse à travers différents chapitres de la grammaire. C’est le cas par exemple des outils de la négation qui plutôt que d’être considérés comme ensemble dans un même groupe expressif, sont pris un à un selon le rôle qu’ils ont par rapport à l’i’râb ou l’effet qu’ils ont sur la finale des mots : lan sera donc étudié parmi les outils qui exigent que le verbe soit mansûb (portant la désinence a), lam et lama qui mettent le verbe à la forme apocopée ou magzûm (sans terminaison vocalique). La valeur, le sens de ces éléments de la langue sont ignorés au profit de l’effet qu’ils produisent sur le mot qui les suit.23 On pourrait voir dans Ibrahim Mustafa un fonctionaliste dans la meilleure acception de ce terme. Ses idées, si elles sont souvent reprises dans des débats sur la langue, ne sont malheureusement pas suivies dans la pratique de l’enseignement scolaire actuel où encore, et peut-être plus que jamais, l’enseignement de la grammaire se fait à l’écart de la pratique expressive.

  • 24 Al-Sharif Hassan, « Tabsît Qawâ’id al-Lugha l-’Arabiyya », Al-Hilâl, août 1938, p. 1 110.

51Hassan Al-Sharif est un autre défenseur de la simplification de la grammaire, il prend comme exemple des cas difficiles qui encombrent la grammaire arabe sans rien ajouter à la richesse de la langue comme celui de la déclinaison diptote (ou le mamnû’ min as-sarf). Combien d’heures un élève doit-il passer pour apprendre la liste de ces termes qui doivent recevoir une vocalisation différente des autres ? Et cette difficulté, interroge-t-il comment la justifier rationnellement ? Quelle différence y a-t-il entre les noms de Ahmad et de Muhammad pour justifier que chacun soit traité de manière différente dans leur vocalisation ? Il s’agit pour lui non seulement de simplifier l’enseignement de la grammaire mais de simplifier celle-là même. Et répondant d’avance à ceux qui refusent de modifier quoi que ce soit à la grammaire ancienne, il écrit : « C’est déshonorer que de détruire ce qu’ont bâti nos ancêtres, mais c’est plutôt un point d’honneur que de renouveler un édifice devenu ancien, y introduisant tout l’équipement moderne : l’eau courante, l’électricité, le sanitaire adéquat, enfin, tout ce qui est propre à rendre cet édifice plus aimable à ses habitants. »24

Le débat actuel

  • 25 Al-Ahrâm, 17 janvier 1992.

52Pourtant en 1992, c’est à dire plus de cinquante ans plus tard, pour un professeur de Dar al-’Ulûm, Badawi Al-Makhtun, c’est vouloir détruire le legs de nos ancêtres que d’envisager la simplification et la modification de la grammaire.25

53Pour ce représentant de la tendance conservatrice d’aujourd’hui, l’impression que la grammaire arabe est difficile nous vient de la manière dont les manuels sont présentés. Dans ceux-ci on mêle, sans même les hiérarchiser ou les évaluer, les points de vue de différents grammairiens concernant un même point grammatical. A ces points de vue sont encore ajoutés des commentaires qui surchargent le texte. Des traits appartenant aux dialectes anciens sont mêlés aux formes standards souvent sans signaler l’origine de ces emplois divers. Une même question grammaticale est éparpillée entre différents chapitres.

  • 26 Al-Ahrâm, 8 juin 1990.
  • 27 Cité par Jaroslav Stetkevych, 1970, p. 87.

54Un des arguments de base avancés par les défenseurs du maintien de la grammaire classique consiste à chercher la solution dans les méthodes d’enseignement : si celui-ci se fait correctement, les problèmes de la grammaire se trouveront résolus.26 Opinion déjà exprimée par Al-Tahtawi, pour qui l’acquisition de la grammaire se ferait par l’habitude de pratiquer l’idiome classique.27 Parmi les points de vue prenant position en faveur du changement, je voudrais enfin citer celui de Youssef Mahmoud chargé d’un programme linguistique à l’organisation des Nations Unies, pour l’intérêt qu’il présente. Son article écrit en 1986 se veut une réévaluation des idées exprimées par le linguiste Charles Ferguson dans son article, Diglossia devenu célèbre depuis. La question à laquelle Mahmoud voudrait trouver une réponse c’est de savoir où nous en sommes à présent, près de quarante ans après la situation décrite dans l’article. Il constate que de nombreux facteurs ont contribué au changement de la situation diglossique qui prévalait à la fin des années 50. Parmi ces facteurs, il cite l’accroissement du niveau de l’éducation : des changements économiques et sociaux ont permis la naissance et le développement d’une classe nouvelle. Les individus de cette classe, constituée souvent de technocrates, ont eu besoin d’un niveau de langue intermédiaire, leur permettant à la fois de transcender le dialecte, et de se libérer de la difficulté d’acquisition du littéraire. Finalement, il cite un facteur devenu plus important avec la circulation des travailleurs à travers les nations arabes, c’est le besoin qui s’est fait ressentir d’avoir une langue permettant l’interaction entre les locuteurs d’origine dialectale différente.

  • 28 Mahmoud, 1986, pp. 239-251.

55Le résultat de tous ces facteurs, constate Mahmoud, c’est que le niveau intermédiaire a gagné plus d’importance par rapport aux prévisions de Ferguson jusqu’au point de s’imposer à l’écrit. Ce passage de l’arabe médian à l’écrit s’est renforcé par le fait que des auteurs de renommée, écrivains ou journalistes, l’utilisent. Le statut de ce niveau de langue se trouve élevé. Ce niveau intermédiaire peut être défini linguistiquement comme étant écrit dans une trame littéraire avec un apport important de termes dialectaux (lexicaux et quelquefois même morphologiques), l’absence de désinences et de flexions, bien que retenant quelques traits du littéraire. Ce niveau de langue n’a pas été codifié et ne suit pas une norme fixe. La recommandation de Mahmoud c’est que les responsables de l’Etat ou des états arabes prennent la situation en main et entreprennent, avant qu’il ne soit trop tard, la codification de cet usage. De cette manière, le développement de ce niveau de langue pourrait être dirigé et fixé selon ce qui est jugé être la norme la plus favorable.28

L’acquisition des langues étrangères et les spécificités de la langue arabe

  • 29 Sa’adeddin, 1992.

56L’enseignement des langues étrangères pratiquées en Egypte, sujet abordé par Akram Sa’deddine (1992) mène ce linguiste au développement d’une réflexion sur la nature de la langue arabe qui a, selon lui, ses spécificités différentes des langues occidentales.29

57Cette réflexion m’a paru particulièrement intéressante parce qu’elle cherche à fonder une réforme à partir de ce que l’auteur reconnaît comme traits spécifiques de l’arabe, spécificités dont les locuteurs de cette langue sont marqués et qui apparaissent dans leur pratique écrite des langues étrangères. La conception par rapport au texte écrit n’est pas la même pour un locuteur arabe que pour un locuteur de langues occidentales. Selon l’analyse d’Akram Sa’deddine, l’attitude du locuteur arabe par rapport à l’écrit se définit par le mode de développement aurai (terme qui recouvre les deux opérations d’audition et de transmission orale propres à la communication orale). Celui-ci seul, en effet, permettant à la communication de conserver ses caractéristiques « d’informalité », de « solidarité » et « d’intimité » nécessaires à l’échange en situation culturelle arabe.

58Les linguistes occidentaux et, quelquefois même, arabes, ont mêlé à l’analyse linguistique celle de la culture et des mentalités. Et puisque leur point de repère et de comparaison a toujours été les langues occidentales, ces linguistes ont soumis au même jugement les écrits en langues étrangères produits par des apprenants arabes : à savoir que la langue et la mentalité arabes sont en manque et présentent des « défauts » qui transparaissent dans les écrits de ces apprenants. Implicitement, il ressortirait que ces « défauts » devraient être corrigés. Sa’deddine propose de voir plutôt que des déficiences, des signes de spécificité de la communication et de la langue arabes. Dans un texte, la présence de répétitions, d’une ponctuation qui ne correpond pas à la norme d’emploi des langues occidentales, enfin la progression cumulative et non pas logique, ont été tenus comme autant de traits répréhensibles et fautifs selon la norme occidentale.

La ponctuation

59Sa’deddine traite ensuite de la ponctuation telle qu’elle est perçue et pratiquée dans les langues occidentales par rapport à ce qui en tient lieu dans l’écriture arabe. Dans la langue arabe, des éléments différents scandent le texte, en marquent les pauses, les débuts, les fins. Des traits spéciaux appartenant aux systèmes sonore, morphologique, syntaxique, ou enfin lexical permettent l’expression des transitions, des temps d’arrêt ou marquent encore le commencement du discours. C’est à cette fonction que répondent les majuscules qui sont exigées par le système d’écriture occidentale alors que d’autres éléments dans le discours arabe marquent l’initiale, les pauses ou la clôture d’un texte. Les éléments tels que wa, fa, lakinna, etc., si fréquents dans le code arabe écrit, sont les signes correspondant à la ponctuation des langues occidentales. La ponctuation est définie par les auteurs occidentaux par son rôle grammatical et pausal. Une nouvelle définition de la phrase est exigée lorsque nous traitons de la langue arabe. Enfin, il suggère l’adoption d’un système qu’il utilise lui-même consistant à marquer d’un tiret l’arrêt bref et du signe « - » l’arrêt final qui marque la limite d’une phrase.

Les traits d’oralité de l’arabe

60Les études portant sur l’oralité et la culture de l’écrit (literacy) se sont beaucoup développées depuis près de dix ans. Elles portent soit sur des questions strictement linguistiques ou sont alors interdisciplinaires concernant l’effet de l’écrit sur la société.

61Il serait intéressant de rappeler ici quelques observations qui ont été faites par ailleurs sur l’oralité en arabe littéraire moderne (Modem Standard Arabic). Un texte rédigé dans ce niveau de langue manifeste, comme le montre l’auteur de l’étude, Johnstone (1990, p. 215), les traits de répétition, de parataxe (absence de subordination entre les propositions) et d’expressions ressemblant à des formules, tous trois phénomènes typiques de la communication orale. Comme exemple de construction paratactique, Johnstone prend celui des énoncés liés au moyen de wa et de fa, connecteurs très communs et qui ont un rôle rhétorique dans la phrase arabe. Comment s’explique le sentiment d’oralité que nous ressentons devant un texte en arabe littéraire ? A cela Johnstone répond que deux facteurs sont à prendre en considération : d’abord la nature de la langue et les prédilections de sa syntaxe ; d’autre part, la fonction des écrits où nous trouvons ce type de traits.

Critique des vues de Sa ‘deddine

62Le rapport entre la question de l’oralité de la culture arabe et la réforme de l’écriture est à retenir puisqu’une analyse de ce type a été utilisée par Sa’deddine. On pourrait sans doute répondre à l’argumentation en objectant qu’à l’époque actuelle le facteur d’oralité est de moins en moins suffisant pour tenir lieu d’explication unique ou même seulement prédominante de la culture des Arabes. La civilisation actuelle semble exiger de ses participants une expression la plus explicite possible et la culture de l’écrit s’impose donc peut-être comme point de départ. Finalement on pourrait s’interroger sur la place de la dynamique dans cette analyse. Ce qui était valable il y a plusieurs siècles ne l’est plus nécessairement aujourd’hui et si la culture orale justifie, entre autres, un système de ponctuation particulier, qu’en est-il de ce qui dans la langue est le résultat de la traduction des langues étrangères ? En d’autres termes, la syntaxe de l’arabe écrit actuel ne manifeste-t-elle pas, qu’on le veuille ou pas, des effets d’influences étrangères ?

Conclusion

63Pour terminer, il me semblerait que la pensée linguistique réformiste arabe a évolué de diverses manières durant le demi-siècle qui vient de s’écouler.

64Dans certains domaines, comme celui de l’écriture ou de l’orthographe, l’appel à la réforme s’est ralenti, ne trouvant plus que de faibles voix pour les représenter. Si le projet proposé par Qandil m’a semblé mériter d’être mentionné ce n’est pas tant pour son sérieux, ni comme on pourrait le penser parce qu’il est représentatif d’un courant de pensée linguistique important. L’aspect intéressant de ce projet m’a semblé se trouver dans la recherche d’une solution non-occidentale aux problèmes de la langue, ce qui va dans un sens totalement opposé au projet de ‘Abd al-’Aziz Fahmi exposé plus haut. Au début du siècle et depuis le grand projet de la Nahda, le souci de modernisation, au moins pour la tendance libérale, passait nécessairement par l’Occident ; à la fin du siècle cela a changé et la recherche des solutions passe d’abord par « le Soi », un « Soi » culturel autant que linguistique et même, comme c’est le cas de Qandil, ethnique. On retrouve cette volonté de revalorisation de la tradition, cette fois linguistique, chez Sa’deddine. Dans d’autres domaines de la pensée sur la langue, une vision plus vaste s’est imposée, comme cela semble être le cas pour l’arabisation et la question des emprunts. Bien que celle-ci continue d’être discutée, c’est sans doute la question de la langue des sciences qui est à l’ordre du jour et celle de savoir si l’arabe est adapté à servir de moyen de transmission des savoirs et de la technologie.

65Si aujourd’hui les jugements à l’égard des dialectes n’ont pas considérablement changé (on peut encore lire des spécialistes de la langue écrire que le dialecte est un amas désordonné sans foi ni loi !), on constate un emploi plus vaste de ce niveau de langue dans tous les domaines où l’écrit se manifeste : littérature, texte publicitaire, etc. On peut rappeler l’opinion exprimée par Ferguson (1990) qui après quarante ans d’intérêt porté à l’arabe, constate que la recherche linguistique arabe entre dans une ère nouvelle, celle de la recherche originale et de la création de modèles nouveaux. Sur le plan de la production de normes linguistiques, si l’on cherche l’originalité, on a plus de chance de la trouver au niveau de la pratique linguistique quotidienne, de la presse, de la littérature ou simplement de la production de l’écrit des individus ; la production normative restant largement à la remorque des changements linguistiques.

Bibliographie

Bibliographie

Dubois Jean et al, 1973, Dictionnaire de linguistique, Larousse.

Elizar Giora, 1986, « Tradition and Change : Egyptian Intellectuals and Reform, 1919- 1939 », Asian and African Studies, n° 20.

Ferguson Charles A., 1990, « Come Forth with a Surah Like It : Arabic as a Measure of Arab Society », Perspectives on Arabic Linguistics I, Papers from the First Annual Symposium on Arabic Linguistics, edited by Mushira Eid.

Johnstone, Barbara, 1990, « “Orality” and Discourse Structure in Modern Standard Arabic », Perspectives on Arabic Linguistics I, Papers from the First Annual Symposium on arabic Linguistics, edited by Mushira Eid.

Mahmoud Youssef, 1986, « Arabic after Diglossia », The Fergusonian Impact, In Honour of Charles Ferguson on the occasion of his 65th birhday, vol. 1 From Phonology to Society, edited by J. Fishman, A. Tabouret-Keller, M. Clyne, Bh. Krishamurti, M. Abdul Aziz, Berlin, New-York, Amsterdam.

Meynet Roland, 1971, L’écriture arabe en question. Les projets de l’Académie de Langue Arabe du Caire de 1938 à 1968, Dar el-Machreq, Beyrouth.

Moussa Salama, 1945, Al-Balagha al-’Asriyya w-al-lugha l-’Arabiyya, Al-Matba’a l- ‘Asriyya.

Moustapha Ibrahim, 1937, Ihya’ al-Nahw, le Caire.

Sa’deddine, Mohammed Akram, 1992, I’tada’ al-Fikr al-’Arabi l-hadith ‘ala dhâtihi lughawiyya : nahwa ru’ya lughawiyya mu’âsira wa-fathi bâb al-ijtihâd, Nadwat Iskâliyyat at-Tahayyudh : Ru’ya ma’rifiyya wa-da’wa lil-ijtihâd, Al-Ma’had al-’Alami lil-Fikr al-Islâmi wa Niqâbat al-Muhandisîn, Séminaire tenu du 19 au 21 février 1992, « Text Development and Arabic-English negative Interference », Applied Linguistics, vol. 10, n° 1, March 1989.

Stetkevych Jaroslav, 1970, The Modern Arabic Literary Language, The University of Chicago Press.

Notes

1 Abd al-Aziz Fahmi est un penseur et un homme politique, juriste de formation.

2 Ali Al-Garim est un membre de l’Académie arabe du Caire et un critique littéraire. Sa participation à certains débats, tel celui portant sur l’ordre des mots en arabe se distingue par sa subtilité.

3 Al-Maghribi ‘Abd al-Qadir, cité par Roland Meynet, 1971, p. 57.

4 Meynet, 1971, p. 47, note 2.

5 Pour comparer la situation des années 40 avec l’atmosphère intellectuelle qui règne de nos jours, on pourrait rappeler la réaction qui suivit la parution du livre de Louis’Awad, Muqaddima fi fiqh al-lugha l-’arabiyya paru en 1980. Ce livre resta en vente pendant une période de deux ans au cours desquels furent vendus près de mille exemplaires, après quoi par une initiative d’al-Azhar, il fut interdit.

6 Salama Moussa est un penseur et un essayiste. Dans ses nombreux écrits, souvent de vulgarisation, il a fait l’éloge de l’expérience occidentale. Rappelons à ce propos que Moussa qui comme Fahmi était en faveur de la latinisation du script arabe, donnait l’exemple de la Turquie pour qui selon lui, l’adoption du script latin avait « clos les portes du passé ; ouvrant celles de l’avenir » (Moussa, 1945, p. 137).

7 La revue Misriyya a depuis cessé de paraître, il s’agit d’une publication non- périodique, comme il y en eut plusieurs durant les deux derniers décades. La non- périodicité permettait aux rédacteurs une expression plus libre puisque la surveillance de la censure n’y sévissait pas autant. D’autre part, ces publications se faisant avec des moyens matériels réduits la non-périodicité devenait une nécessité.

8 Choucha Yara, « La langue arabe et sa calligraphie. Interview du poète Farouk Choucha », pp. 105-108 ; Hoda Hussein, « Idées réformistes sur la langue arabe à travers l’ouvrage de Mahmoud Taymour Problèmes de la langue arabe », p. 110 ; articles parus dans Paroles, Publication du Centre d’Etudes françaises, Ambassade de France en R.A.E., Mission de recherche et de coopération, Service culturel, n° 6, Le Caire, 1993.

9 Moussa, 1945, p. 11.

10 Ibid., p. 137.

11 Al-Ahrâm, 13 mai 1992.

12 Al-Ahrâm, 25 mai 1992.

13 A temps où Clot Bey inaugura la première Faculté de médecine en Egypte ; le nombre de livres à traduire se limitait seulement à 86, Al-Ahrâm, 5 juin 1992.

14 Al-Ahrâm, 5 juin 1992.

15 Ibid.

16 Meynet, 1971, p. 118.

17 Dubois, p. 480.

18 Nash’at Badr, « Tagdîd al-Lugha l-’Arabiyya : hal ya’tamid ‘ala l-lahagat al-’amiyya ? », al-Ahrâm, 1er juin 1990.

19 Il est intéressant de noter que ce que l’auteur retient comme trait commun l’est en fait seulement sur le plan de la forme et non de la valeur, la particule (b-) revêt, en effet, une valeur quelque peu différente dans d’autres dialectes.

20 Elizar, 1986, p. 257.

21 Mustapha Ibrahim, Ihya’ al-Nahw, le Caire, 1937.

22 Ibid., introduction de l’auteur.

23 Ibid., p. 5.

24 Al-Sharif Hassan, « Tabsît Qawâ’id al-Lugha l-’Arabiyya », Al-Hilâl, août 1938, p. 1 110.

25 Al-Ahrâm, 17 janvier 1992.

26 Al-Ahrâm, 8 juin 1990.

27 Cité par Jaroslav Stetkevych, 1970, p. 87.

28 Mahmoud, 1986, pp. 239-251.

29 Sa’adeddin, 1992.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/1415/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 103k

Auteur

Université du Caire

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540