Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Parole et la Défense

 | 
Andrée Morcos Fahmy

II. Documents. Traduits de l'arabe par Andrée Morcos Fahmy

27. Silence et attente

Texte intégral

Misr, 29 juin 1920

1C’est aujourd’hui notre seule attitude.

2Puisse Dieu assister nos hommes qui, après tant d’efforts et de tribulations, sont partis en délégués défendre le droit de leur pays, environnés des voiles et des brumes de la diplomatie. Les cœurs sont inquiets, les souffles suspendus et nous n’avons plus de recours que dans le silence de l’attente.

3Non le silence impuissant du désespoir, ni l’attente du capitaine de vaisseau épuisé, qui se laisse porter au gré des vagues et des caprices du destin, mais le silence de l’homme fort de son droit, mais l’attente de la grandeur engagée sur la voie de l’espoir.

4Que dire et qu’écrire, alors que brûle dans nos cœurs cette flamme sacrée dont nous ne pourrons nous départir si nous en avons pris conscience, qui ne s’éteint pas au-dedans de nous et qui n’y supporte plus d’accroissement.

5Vous allez penser, étonnés, qu’on n’a pas vu de négociations silencieuses, qu’elles sont par définition impossibles. Négocier, c’est mener un entretien et un essai de persuasion bilatéraux, mais une forte politique a créé l’incompréhensible en ce monde.

6Je n’aime pas les plaintes ; rien n’approche autant d’un aveu d’impuissance, d’une reddition à la pression des événements, d’une quête d’excuses et d’un acheminement vers la défaite.

7Mais il incombe au faible de n’oublier jamais son droit. S’il sait s’en souvenir, il trouvera en lui-même une force devant laquelle toute autre force cédera et sa plainte lui imprimera un élan nouveau qui l’encouragera à persévérer et stimulera son espoir.

8Que dirons-nous et quelle réponse attendrons-nous, alors que notre droit est au-dessus de toute discussion et qu’il se passe de preuve ?

9Nos négociations se déroulant entre un fort, dont la liberté ne connaît pas de frein, et un faible, dont les réactions sont entravées, il n’est pas étrange que l’éloquence de ce dernier réside dans la maîtrise de sa langue. Mais ce qui est étrange, dans le cas, c’est qu’il est le premier du genre. L’histoire de l’humanité n’en a pas vu de semblable et le seul fait qu’il se produise lui confère, en dépit des critiques formulées par de nombreuses gens, une valeur de preuve de la force souveraine du droit et un sens augurai d’une ère nouvelle ; une ère où les forts ont senti que l’homme a un droit au-devant duquel leur pouvoir s’arrête, impuissant. Ils se demandent perplexes, s’ils vont actualiser le droit ou bien arborer son apparence, si toutefois ils savent en trouver le moyen.

10Nul ne persécute le faible plus que lui-même lorsqu’il accepte de renier son droit et de s’asservir à la force.

11Vois-tu, si le désespoir s’était emparé de nos âmes, que nous ayons ignoré la base efficiente de la vie, que dans nos esprits les directives matérielles de l’existence aient germé, que nous ayons imaginé que toutes les forces vitales résident dans le fer et l’épée et l’ambition des insatiables et que nous n’ayons pas, deux années durant, crié notre droit sans lassitude, sans fatigue, sans regret, luttant et patientant... eut-il été possible d’assister à ces négociations dont certains déplorent le pacifisme, alors que c’en est le bel aspect consolant, et qu’il amènera une nation puissante à reconnaître, fut-ce partiellement, que les faibles ont une liberté et qu’ils détiennent des droits.

12Je ne sais pas si au cours de la lutte vitale, les détours des faibles sont plus honorables et plus nobles, ou bien si ce sont les exactions des forts qui acculent les faibles à tenir à leur dignité, de sorte que, secouant leur torpeur, ils revendiquent leur droit à l’existence et proclament l’immanence de la justice ; ou bien si c’est la vie qui agit sur l’homme comme une force magnétique et l’entraîne, et qu’alors il n’existe ni faible, ni fort, ni préférence, ni préféré.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540