Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Parole et la Défense

 | 
Andrée Morcos Fahmy

II. Documents. Traduits de l'arabe par Andrée Morcos Fahmy

16. La justice (IV)

Texte intégral

Misr, 26 juillet 1919

1Depuis les origines de l’histoire humaine jusqu’aujourd’hui, les forts ont recouru à un support pour étayer leur force et justifier sa permanence. Ils se sont reportés d’un premier argument à un second, puis à un autre, les adaptant à la course de l’évolution, raffinant sur leur qualité, tirant de chaque nouvelle transformation une théorie qui s’ajuste à la mentalité nouvelle, afin de ne pas faillir à leur force et à sa glorification.

2Mais si, au stade actuel, on les questionnait sur le fondement de leur force et qu’on leur demandait pourquoi la priorité lui est dévolue dans la vie, ils seraient incapables de répondre, même après une importante reflexion.

3S’ils s’adressent à la raison, ils la trouvent ennemie de la force, la combattant depuis que l’homme est homme, remportant toutes les victoires que nous avons signalées et la poursuivant jusqu’à l’éradication, comme l’a dit le grand philosophe anglais Spencer.

4S’ils s’adressent aux sentiments, ils entendent les clameurs des cœurs souffrants reprocher à la nature d’avoir enfanté ces êtres distordus pour qui la force de l’existence et le bonheur extrême se résument dans la satisfaction de leurs appétits meurtriers.

5S’ils se tournent vers les nécessités de la vie et les exigences de l’être humain, ils voient les échanges vitaux entre nations dépendre d’une concurrence absolument libre de la production et du bénéfice, une concurrence établie sur la loi de l’offre et de la demande à l’amiable.

6Et si, négligeant l’homme, sa raison, ses sentiments et ses exigences, ils tentent d’appuyer leur pouvoir sur une semblance de révélation divine, comme cela se pratiquait autrefois, ils sont tenaillés par la terreur d’une force toute puissante et juste, prompte à châtier l’orgueilleux qui méprise le droit des gens, une force capable de venger ses victimes.

7En conséquence, ces forts — ou ceux qui se dénomment ainsi — vivent en ennemis des hommes, de leur intelligence, de leur sensibilité et de leurs exigences primordiales, combattant leur propre conscience et combattant Dieu s’ils sont croyants.

8Quelle est cette sorte de vie, et comment l’homme supporte-t-il ce tourment ? Quelle est la justification de l’épithète "forts" décernée à ces consciences harassées des puissants ?

9Ce fardeau est épuisant pour les individus les plus rapaces parce que l’être humain répugne à vivre en ennemi des facteurs environnants et que, pour demeurer le plus puissant, il doit constamment lutter contre lui-même et contre toutes ses facultés.

10Tel était le comportement aux premiers siècles ; la mentalité sociale n’avait pas encore dépouillé les apparences de la force et les hommes, en face d’elle, se trouvaient au stade de l’enfant que la terreur empêche d’évaluer son droit et ils se croyaient heureux, le tyran aussi bien que l’opprimé, parce que leur vie s’accordait à leurs penchants, à leurs croyances, à leurs sentiments et au sentiment unanime.

11Le refuge de la force réside aujourd’hui dans l’ignorance des peuples — et ce n’est pas une ignorance — elle subsiste dans la duplicité des dirigeants enorgueillis par leur grandeur et incapables, en raison des fantasmes hérités à travers les âges, d’évaluer les données de la vie et de comprendre la portée des grands événements. Mais si l’on dévoile ces fantasmes, la force s’effondre, inerte et la justice triomphe.

12Ne dites pas que cette perspective est très lointaine.

13N’avez-vous pas vu l’empereur d’Allemagne, pour expédier son peuple vers l’extermination de voisins innocents, obligé de mentir à sa nation et d’affirmer à la Chambre des députés que c’était la France, qui, avait déclaré la guerre ? La Chambre crut la supercherie et il est arrivé ce que vous savez. N’avez-vous pas vu le peuple allemand, lorsque la lumière se fit et qu’il apprit que les déclarations de ses chefs étaient une duperie d’ambitieux, se retourner contre son gouvernement et au lieu de s’incliner devant cette duperie mensongère, refuser de se battre et exiger que l’empereur subisse l’épreuve amère d’une paix juste, pour mettre fin à une guerre inique et à une agression dont les conséquences restent imprévisibles ?

14N’avez-vous pas vu les responsables français et anglais, dont les pays subissaient l’agression, contraints de s’adresser journellement à leurs peuples pour exhorter ces foules, menées comme un troupeau dans la nuit des temps, à soutenir fermement la défense de leur patrie ?

15N’avez-vous pas vu les soldats français dénoncer la lutte à Odessa parce qu’ils avaient acquis la conviction que les Russes voulaient libérer leur patrie et non causer du tort à une autre ?

16N’avez-vous pas vu les partis socialistes français, anglais et italiens condamner unanimement la guerre comme la plus odieuse manifestation de force aveugle, déclarer le temps de cette force révolu, qu’il n’était permis à aucune nation d’en attaquer une autre, et que les gouvernements qui combattraient la Russie violeraient inexcusablement le droit du peuple russe ; et comment le gouvernement anglais, obligé de s’incliner devant cette opinion, rappela ses soldats ?

17N’avez-vous pas vu une grande partie du peuple anglais, deux millions environ alors que leurs opposants chiffraient un million, se réunir pour décider l’abolition du service militaire obligatoire, et ne réalisez-vous pas que cette unanimité avertit la force de son extinction totale et sans retour ?

18Ces événements se déroulent sous nos yeux et les jours regorgent d’événements, dont nous n’avons signalé que quelques uns, et il n’y a pas d’excuse pour une nation qui se laisse décourager et pense que la justice n’a pas d’existence réelle que celui qui la mentionne prodigue une consolation illusoire dont on ne verra la réalité qu’après des générations et des catastrophes.

19C’est nier la justice et c’est dans la foi en elle que résident la force, la victoire et la sécurité.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540