Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Parole et la Défense

 | 
Andrée Morcos Fahmy

II. Documents. Traduits de l'arabe par Andrée Morcos Fahmy

15. La justice (III)

Texte intégral

Misr, 10 juillet 1919

1Subjugues par leur force, les puissants ont imaginé voir dans l’éclat de leur fulgurante épée briller les feux de la justice, et prenant le mutisme stupéfait de la terreur pour une soumission à leur pouvoir et une résignation aux lois de la nature, ils ont conclu qu’il n’existe ni droit supérieur, ni justice au-delà de la leur.

2C’est un crime, par Dieu, non de la part des faibles enfants des hommes, mais de ceux qui se considèrent les puissants de la terre. Ils voient leur caution dans leur force, et dans les flammes de leurs foudroyants canons un impérissable Eden où ils vivent heureux et tranquilles.

3Les Allemands, c’est-à-dire certains de leurs philosophes et de leurs penseurs, ont dit que la vertu était la honte de l’existence et son fléau ; Ils tiennent les mots de justice et de droit constamment répétés pour des poisons sociaux que les moralistes devraient extirper de l’esprit humain, afin qu’il n’y demeure que l’aspiration à la force, le goût de la conquête et l’amour de la victoire.

4A ce prix, disent-ils, l’humanité se civilisera, les motivations de faiblesse qui entravent l’élan vital disparaîtront, et l’homme deviendra partout également fort, à moins que la plus forte des nations domine les autres et les conduise dans la voie qu’elle aura choisie.

5Ils ont dit cela, et magnifiant leurs rêves, ils se sont prétendus le peuple choisi de Dieu, les représentants de son pouvoir sur la terre, et ils ont proclamé : "Malheur à celui qui refuse de s’incliner devant notre force torrentielle comme s’incline devant son Dieu le pénitent quêtant la rémission de ses erreurs".

6Ils n’avaient pas plutôt achevé qu’un abîme béant s’ouvrait à leurs pieds ; épouvantés de ses ténèbres, ils ont renié la force et protesté de leur foi dans le droit ; mais la vie ne connaît pas la comédie et la justice immuable ne revient pas sur ses décrets. Ils se sont effondrés et l’écho de leurs lamentations retentit à travers le monde, tel un exemple et un rappel.

7D’autres avant les Allemands ont péché contre la justice. Ceux à qui la force a souri l’ont utilisée pour asservir l’homme, et la vengeance de la justice s’est abattue sur eux, équitable et définitive.

8Ambitionnant de conquérir le monde, Alexandre rassembla ses troupes et, galopant de pays en pays, les attaqua à tour de rôle, insatiable, comme si son âme inquiète ne lui permettait pas de se fixer, ou comme si, le dominant de haut, un implacable destin le menait à son insu. Il a possédé la Perse, l’Arabie, le pays des Pharaons ; il a construit, il a fait prospérer, mais cet immense empire reposait sur la force et il s’est trouvé disséminé en moins d’un clin d’œil. Alexandre mourut. Ses efforts et son œuvre avaient inculqué à ses généraux et à son peuple le principe martial qu’il n’est pas de droit sur la terre hormis celui du plus fort et que la vertu est l’apanage du vainqueur. Son enseignement a porté ses fruits et les généraux qui lui succédèrent s’entre-égorgèrent pour le pouvoir ; ils se le partagèrent, ils s’affaiblirent et disparurent, et il ne demeure de toute l’œuvre d’Alexandre que son action humanitaire, tandis que le mal causé par ses soldats et ses généraux s’évanouit.

9Les Romains tentèrent de revivre le rêve d’Alexandre ; la punition sévit à la mesure de leurs crimes et leur empire fut complètement anéanti.

10Emportés par leur mégalomanie, ils avaient prétendu, comme les Allemands d’aujourd’hui, appartenir à une race supérieure, et avaient dénommé leur pays la patrie, et leur ville, Rome, la Cité, signifiant qu’ils maîtrisaient la seule d’entre les patries et que leur Cité était la capitale des nations ; et par leurs luttes et par l’épanchement du sang de leurs fils, ils ont bâti un immense empire. Mais cet empire édifié au prix de tant d’efforts et de sacrifices, aussitôt établi, vit sa couronne muer en épée et se retourner contre celui qui l’avait forgée, parce qu’il avait bafoué le droit des gens et ravalé sa force à soumettre et à humilier.

11C’est une éloquente leçon pour celui qui veut comprendre les enseignements de la vie, de penser que ces Romains, qui ne toléraient point qu’un étranger osa prétendre à partager la citoyenneté romaine, en vinrent à offrir cet honneur aux citoyens de la terre alors que plus personne ne le recherchait et ne s’en souciait.

12C’est une leçon plus éloquente encore de penser que, sur les éloquentes ruines de cet empire éphémère, un empire nouveau s’érigea, dont le pilier était la parole de justice et le mépris de la force, supporté par un pauvre ouvrier, un charpentier sans pouvoir et sans situation, et qu’il soumit ces Césars à sa loi et à sa foi, repentants et pardonnés.

13Les Arabes, après avoir achevé leur unité, aspirèrent à gouverner le monde par l’épée et ils ont subi le sort de leurs précédents ; il en a été de même pour Charlemagne, pour les Turcs et pour Napoléon, et tel a été le sort des Allemands d’aujourd’hui.

14Ceux que l’on appelle les forts ne se laisseront-ils pas convaincre — par ces expériences réitérées au long des millénaires, à l’est et à l’ouest, chez les Arabes et les Turcs, aux premiers siècles, au Moyen-Age et à notre époque — ne se laisseront-ils pas convaincre que la force véritable ne réside pas dans les armes meurtrières, quelle que soit leur variété, qu’elle émane de l’esprit conducteur et de l’âme sensible et que c’est la justice et la vertu qui veillent sur l’existence et sur ceux qui œuvrent pour elles, même si cette vigilance échappe à la vision des faibles.

15Les vrais forts sont en réalité ceux que l’on appelle les faibles et que l’homme disposant de moyens terrifiants croit légitime de gruger. Préservés par la justice, ils la respectent chez toute nation et dans chaque cœur qui vibre pour elle ; le monde les cite au nom de la justice, ils la répandent, ils souffrent pour elle, et si la justice est la force de l’existence, ils sont les protecteurs de cette justice qui, à travers eux, conduit l’humanité, autant que le permet la vie.

16Quant à ceux qui sont forts matériellement, leur histoire se résume en deux mots : constamment dupés par leur force, ils persécutent les autres ; porteurs des germes de la faiblesse et de la régression, ils retardent la marche de l’homme dans la voie du progrès et il n’est rien de plus injustifié que leur appellation de forts.

17Il n’y a de force que dans la justice, dans celui qui la veut, qui s’y accroche. C’est lui l’ouvrier efficace dans l’existence, lui qui subjugue les forts en dépit de leur apparence indomptable et de leur violence, et c’est lui qui entraîne l’humanité sur la voie du bien et du bonheur. Que personne n’imagine la vie livrée au hasard et au chaos, dénuée de plan ou d’intention ; que l’alternance des jours est l’effet de la fatalité ; que le mal et le bien s’y succèdent sans justice et sans prévision ; que la sagesse pour le puissant consiste à profiter de l’heure offerte par un destin aveugle ; qu’il ne doit pas laisser échapper les grâces qui lui sont octroyées, dupé par les vertus inventées par le faible, victime de l’envie impuissante et de la tristesse.

18La raison, l’émotion et la logique des événements démontrent l’inanité de cette illusion et révèlent que le chaos dont on parle est un des corollaires du principe de la force et une des exigences de l’angoisse des forts.

19La vie a ses voies dont on ne peut la détourner, non plus que de ses visées, et nulle puissance ne saurait l’entraver dans ses desseins ou la distraire de son but.

20Si l’on étudie les manifestations des sociétés le long des siècles passés, et qu’on les compare aux manifestations des sociétés actuelles, on ne peut douter du pouvoir de la justice, non plus que du progrès de l’être humain dans son ascension vers la justice, la fraternité et l’égalité.

21La force occupait un rang primordial dans l’enfance de l’humanité. A elle revenaient, naturellement de par l’impact de la raison et des émotions, la soumission, le respect et la suprématie.

22C’est à cause de cela que les titres honorifiques décernés aux chefs des tribus et aux rois variaient du vainqueur, à l’assassin, au victorieux. C’est en raison de cela que les relations entre nations reposaient sur la lutte, le vol, la rapine et les dégradations de toutes sortes, sans raison, sans ordre et sans loi. En vers et en prose, chacun des combattants exprimait sa fierté d’avoir répandu le sang, dérobé les biens et réduit les cités en ruines, afin d’immortaliser ses actions et sa mémoire auprès des générations à venir. C’est pour la même raison que le régime de la royauté était fondé sur la conquête et l’asservissement ; que le roi disposait d’un pouvoir absolu sur la vie de sa patrie, qu’il s’agisse d’individus ou de sociétés, qu’il pouvait transporter qui il voulait où bon lui semblait, et cela conformément à une loi établie et décrétée raisonnable.

23L’asservissement avait si complètement dominé les esprits qu’ils attribuaient au pouvoir une origine divine et qu’ils voyaient dans le roi jouissant de la plus omnipotente tyrannie le représentant de Dieu sur la terre.

24C’est aussi pour cela que les attributs du Créateur, l’Auguste, le Très-Haut, traduisaient la force et le despotisme ; que les anciens ont imaginé autant de formes de dieux que leur en a dicté leur fantaisie et lorsque l’homme conçut un Dieu unique que l’on ne peut dénombrer, il se l’est d’abord représenté comme le Dieu des armées, le Dieu de la guerre et de la mort. C’est pour cela que la force, avec ce qu’elle implique de goût pour l’arbitraire et l’humiliation, a façonné la structure de la famille : le maître de la maison, simplement parce qu’il était le plus fort, avait droit de vie sur ses enfants et sa femme, le droit de les vendre en esclavage, tels des objets de plaisir, sans valeur, sans âme et dénués sentiment.

25Si vous voulez après cela savoir ce qu’en pensaient les philosophes de l’époque, Aristote disait que l’asservissement était un droit légitime sur lequel reposait l’ordonnance de l’existence et l’intérêt des sociétés.

26L’humanité a peiné, elle a souffert, elle a été accablée, et par son cheminement naturel, elle a compris les bases de la vie, et que ce cœur délicat et cette âme raisonnable qui lui appartenaient avaient dans l’existence droit à la dignité et au respect.

27Tout changea alors, les valeurs s’inversèrent, les qualifications honorifiques des rois s’amendèrent, pour devenir : "le juste", "le noble" ; la tyrannie tombée en désuétude, le régime de la royauté se modifia ; maîtresses d’elles-mêmes, les nations s’émancipèrent et le représentant de Dieu sur la terre devint le serviteur de son peuple, n’existant que par la volonté de son peuple et sa loi.

28Et l’ordonnance sociale se transforma. L’esclavage aboli, le féodalisme effondré avec ses redevances, l’autonomie de l’individu s’établit sur tous ses aspects, et la famille reposa sur une base d’amour et de solidarité, le père ne jouissant plus que de la faculté de conseiller amicalement et de prodiguer sa sollicitude.

29Ce souffle anobli se transmit des individus aux nations et les hommes se sentirent frères, égaux et solidaires sur terre en dépit des différences de structure, de religion ou de race, et le mot d’Aristote fut renié parce qu’il est la pire des tyrannies que l’être humain ait jamais commises.

30Voyez-vous combien, dans toutes ses manifestations, la force a été vaincue ? Si vous réalisez que l’humanité est parvenue à ce stade en combattant contre la force, contre ses appétits et ses penchants par l’effet de ce seul mot "justice" et par les impulsions du cœur, vous comprendrez que l’efficience de la "justice" conduit les peuples vers un but déterminé, que le triomphe lui appartient et que si même ce triomphe est différé, c’est parce qu’il est à chaque chose son heure.

31Et si vous considérez ensuite que l’arme forgée par l’homme pour se libérer de cet affreux asservissement est la raison, poussée par l’élan de l’âme vers sa liberté naturelle, vous en retirerez l’inébranlable conviction que les facteurs de la vie, tant apparents que latents, convergent tous vers l’éradication de la force contemptrice du droit des gens, afin qu’il ne demeure sur la terre ni fort ni faible et que la vie ne connaisse plus que l’iniquité ou la justice.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540