Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Parole et la Défense

 | 
Andrée Morcos Fahmy

II. Documents. Traduits de l'arabe par Andrée Morcos Fahmy

9. Ne vous calomniez point

Texte intégral

Misr, 24 avril 1919

1Je viens m’entretenir des inventions des orateurs et des publicistes d’aujourd’hui tout au long de leurs dissertations sur l’union des coptes et des musulmans à la lumière du patriotisme.

2Le sujet constitue le pilier de chacun de leurs discours et de chacun de leurs écrits.

3Les Egyptiens ont discouru dans le respectable Azhar, dans les églises, dans les mosquées et les rues ; il n’est pas un de ces orateurs qui ait oublié son devoir de commenter cette union afin d’enjoliver ses propos.

4Mais si du fond du cœur il s’appliquait à examiner ses sentiments, il comprendrait que cette argumentation entraîne ses auditeurs aux antipodes du but qu’il veut toucher.

5J’ai vu les orateurs prononcer ces discours et leurs auditeurs les accepter. J’en ai souffert et j’ai pensé que le silence devenait une impardonnable faiblesse. L’Egyptien majoritaire dit aimer les coptes parce que les califes éclairés lui ont recommandé de les traiter charitablement. L’Egyptien minoritaire dit qu’il aime les musulmans parce que le Christ nous a prescrit l’amour universel, inconditionnel et désintéressé, l’amour de l’ennemi avant celui de l’ami.

6J’ai été contrarié par la répétition de ces propos parce qu’ils conduisent celui qui est incapable d’analyser ses sentiments, aussi bien que celui qui est poussé par sa passion, à prendre ces mots à la lettre et à conclure que ces arguments en faveur de l’union nationale représentent exactement l’essence des sentiments qui scindent les deux communautés et que l’auteur entreprit un puissant effort pour trouver un motif d’union qui ne fut pas purement verbal, dut-il exagérer.

7La flamme du patriotisme est inextinguible. Elle ne requiert nulle preuve d’une existence antérieure. Une enquête telle que celle-ci et la patience requise pour en souffrir les répétitions nous autorisent à conclure que notre patriotisme n’est pas chevillé à nos âmes, que sa lumière ne pénètre pas au fond de notre cœur pour en éclairer les recoins, qu’il doute de lui-même.

8Ce qu’on en dit révèle la conscience de sa tiédeur et qu’on tient à affirmer verbalement ce dont seul peut parler le cœur qu’il fait vibrer.

9N’accumulez pas les preuves de votre solidarité. N’oubliez pas que discuter du jour en obscurcit la perception et que c’est une déperdition de discernement et de bon sens.

10Combien vous vous êtes calomniés ! Il est inexact que, pour les majoritaires, le pilier de la solidarité soit constitué par les recommandations des califes de traiter les coptes avec bonté. Ce précepte ne peut engendrer de sentiment authentique que si la majorité se considère comme la représentante des conquérants, dotée d’un pouvoir absolu en dépit duquel elle veut demeurer clémente et charitable pour les coptes.

11Cela revient à dire que la majorité se substitue aux conquérants et, de ce fait, devient étrangère en Egypte, apatride. Ses sentiments patriotiques devraient alors se retourner vers les pays arabes. Ils se placent sur un plan d’égalité avec tous les autres conquérants. Ils sont tous conquérants et ils veulent tous du bien aux coptes. S’il fallait considérer le copte comme le captif d’un conquérant et si l’on venait à lui demander de choisir entre ses divers conquérants, nul ne sait lequel il choisira.

12Ma plume est saisie de pitié en supputant les conséquences de ces dissertations. Et j’affirme à travers l’amour que je porte à mon pays que pas une de ces conséquences n’aura effleuré l’esprit de ces orateurs ou des ces publicistes et qu’elles seraient contradictoires à leurs idées et leurs sentiments.

13Les orateurs de la minorité ont commis exactement les mêmes erreurs. Si les coptes ne concevaient la solidarité qu’à la faveur de l’ordre messianique d’aimer l’ennemi avant l’ami, leur patriotisme s’effondrerait par la base. Il n’y aurait aucune différence entre cet amour et celui porté à l’étranger, non plus qu’avec l’amour entre le conquérant et l’autochtone, puisque les préceptes moraux prescrivent d’aimer tous les hommes également.

14Il n’existe pas parmi les Egyptiens de majorité issue des conquérants. Ils sont tous des Egyptiens, fils de ces ancêtres qui ont applani les voies de la connaissance et de la science. N’oubliez pas votre gloire. Que l’Egyptien n’imagine pas, parce qu’il a modifié l’orientation de sa prière, avoir extirpé de son corps le sang égyptien charrié par ses veines, ni renié la grandeur de ses pères, ni bafoué leur splendide histoire, car il ne ressentirait alors, vis-à-vis de l’Egypte, que le lien du conquérant avec le pays qu’il a vaincu.

15Tout cela est loin de ce qu’éprouvent les deux communautés. La majorité ne peut l’accepter et la minorité n’en a pas évalué la portée.

16Poussé par la solidarité patriotique, la liesse d’en parler a grisé l’Egyptien. Incapable d’élucider ses impulsions, il s’est remémoré les conseils historiques, prodigués par ses sages ; ne trouvant, pour exprimer ses propres sentiments, que ces préceptes immortels, il les a adaptés à sa cause, croyant démontrer sa bienveillance et sa pureté d’intention. Il n’a pas négligé de recourir à la sagesse de ses ancêtres pour rehausser la noblesse de son comportement. Mais une fois exprimée, cette sagesse a dévié de son but, défigurant ses intentions et son élan d’aujourd’hui.

17L’Egyptien a été mu par un sentiment qu’il s’est trouvé impuissant à traduire par la parole ou par le geste.

18Nous sommes tous des Egyptiens par la nature et par le sang, par la race, par la naissance, par la culture et par l’histoire. Un même sol nous a unis à travers toutes les étapes de la vie, dans le destin de nos pères, dans la douleur et dans l’espoir et dans tous les sentiments qui peuvent remuer le cœur humain.

19C’est en cela seul que réside la solidarité et non pas dans les recommandations bénévoles remontant aux rois des armées conquérantes qui ressemblent plutôt à des principes de pitié humanitaire.

20Le patriotisme n’est pas une aumône, il n’est pas la pitié, il n’est pas un acte facultatif, non plus qu’une grâce que l’on peut dispenser à loisir. C’est une composante naturelle de l’âme dont il est difficile d’imaginer qu’un être humain soit dépourvu. Nombreuses sont ses raisons déterminantes.

21Il ne m’est pas possible de me dissocier d’un sol dont la poussière est formée par les ossements de mes aïeux, où je ne représente qu’un anneau de cette immortelle lignée ; je ne peux m’en désintéresser ni en imagination, ni en action. Et moi c’est toi, et toi c’est moi. Nous sommes tous des anneaux de cette chaîne unique, et ne dites plus qu’ils nous ont prêché l’union.

22C’est là une vérité qui accorde les propos et les cœurs. N’en diminuez pas le pouvoir, ne nous ramenez pas aux temps passés qui ne s’ajustent ni avec le sens d’une solidarité patriotique, ni avec les données historiques établies. Et qui ne peuvent aboutir qu’à la division, sous le couvert de la conciliation et de l’union.

23Puisse Dieu enseigner à celui qu’habite le désir de diriger et d’instruire les autres, que la dissection des mouvements de l’âme, non plus que la conduite des nations ou des sociétés, ne sont des propos aisés, et puisse-t-Il lui rappeler que chacun de ses écrits ou de ses discours relatant ces commandements révérés est porteur d’une maldonne.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540