Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Parole et la Défense

 | 
Andrée Morcos Fahmy

II. Documents. Traduits de l'arabe par Andrée Morcos Fahmy

8. Le voyage De Me Loutfy Bey et de ses compagnons

Texte intégral

Misr, 15 avril 1919

1Il est beau que les patriotes cherchent à se surpasser au service de leur patrie ; très beau que chacun veuille paraître se sacrifier, sacrifier son temps, son argent, ses efforts mentaux et tout ce qui peut secourir le pays qui abrite sa famille et ses alliés, et les mânes de ses aïeux, cumulant sa grandeur passée et ses espoirs futurs.

2Certes, ces hommes qui veulent partir s’associer à l’entreprise libératrice de leur pays ne peuvent nous inspirer qu’un sentiment de respect admiratif.

3Mais, dans la vie, il est à toute beauté un écueil, à tout bien un inconvénient ; comme il est pour toute action son opportunité et pour toute circonstance un impératif que ne peut transgresser le sage. Et si le meilleur des hommes suivait son impulsion au mépris des conditions qui l’environnent, son intention bénévole deviendrait néfaste et il se nuirait alors qu’il voulait bénéficier.

4Je pense, et il est probable que beaucoup d’Egyptiens raisonnables penseront avec moi, que le départ d’une délégation après celle qui est déjà partie ne sera d’aucune utilité pour le pays et qu’il n’en résultera qu’inconvénient et ennui. Son inutilité est évidente parce que le but est identique. Ceux qui sont partis demandent l’indépendance et maître Loutfy et ses compagnons veulent aussi demander l’indépendance. La mission est donc unique et non pas double.

5Il ne nous reste qu’à envisager la voie à suivre pour atteindre ce but.

6Le sujet ne supporte pas plusieurs chemins ; il faut tâcher de choisir le meilleur. La voie est certaine, imposée par les évènements, il n’y en a pas d’autre quelle que soit l’efficience des ouvriers qui s’y emploient.

7Et je ne crois pas offenser maître Loutfy en attirant son attention sur le fait qu’un doute global émis sur la compétence de ceux qui sont partis suscite le doute également sur la compétence des autres ; et que si le doute s’empare des esprits, il n’est plus pour personne de droit ni de garantie ; il n’y a plus aucun espoir d’échapper à la suspicion car le pire des dangers pour la vie nationale est le doute.

8De plus, si nous supposons que maître Loutfy et ses compagnons détiennent, pour arriver à leurs fins, des moyens inconnus aux membres de l’autre députation, ils devraient, s’ils étaient mus par une patriotique miséricorde, éclairer la délégation de leurs lumières et nous jouirions alors d’un comité soupesant les problèmes et aux travaux duquel chacun participerait pour y apporter ses connaissances, sans se soucier que son nom apparaisse ou qu’il soit ignoré, car les ouvriers les plus efficients dans ces cas sont ceux qui obéissent à leur conscience, qui ne recherchent pas l’éclat et ne redoutent pas l’obscurité !

9Je ne doute pas que maître Loutfy bey soit de ceux qui se sacrifieraient sans autre intention que de contribuer à l’œuvre ; je lui sais assez de belles actions pour ne pas le soupçonner de s’être refusé à éclairer, avant leur départ, ses frères dans le patriotisme.

10Oublions le passé. Il reste amplement le temps à maître Loutfy d’informer ceux qui sont partis de toutes ses suggestions rendant ainsi un service général et on lui saura gré de ne pas alarmer les Egyptiens en un temps ou, plus que quiconque, ils requièrent tout le calme et la quiétude possibles.

11Je ne veux pas revenir sur le fait que son départ ne nous vaudra que des ennuis parce que ma confiance en Loutfy bey et ma connaissance de son attachement à des principes généreux m’incitent à espérer qu’il envisagera les dangers de la situation et que, s’il réalise que son intervention ne peut être favorable, il y renoncera aussitôt.

12Il devrait suffire à chacun de ces concurrents au service de leur pays de se souvenir que nous vivons des temps où toute motion qui ne porte pas de fruit palpable peut s’inverser en inconvénient dont il est difficile d’évaluer la portée.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540