Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Parole et la Défense

 | 
Andrée Morcos Fahmy

II. Documents. Traduits de l'arabe par Andrée Morcos Fahmy

3. Discours contre la loi de la censure1

Texte intégral

Al-Garida, 5 avril 1909

  • 1 Yunan Labib, Histoire des Ministères égyptiens, Ed. Al-Ahram, 1975 : "Le gouvernement anglais voul (...)

1Il est dans la vie des nations des heures graves où s’alarment les consciences et où elles ne peuvent se taire.

2Si une guerre s’élève, les soldats défendent leur patrie suivant les lois de la guerre et les moyens qui leur auront été enseignés ; et ils se battront sous les ordres de leurs chefs.

3Mais lorsqu’un imminent péril éclate, et que de la plaine ou de la vallée, la bataille se déplace vers les portes de la cité et les fondements des demeures, les devoirs se transforment et le combat incombe à chaque individu, qu’il soit fort ou qu’il soit faible, connaissant l’art de la lutte ou l’ignorant ; l’affrontement s’impose alors à la femme conjointement avec l’homme. A ces heures d’angoisse mortelle, les hommes se retrouvent tous unis.

4Les Egyptiens se trouvent aujourd’hui dans une de ces heures cruciales. C’est pour cela que s’abaissent les barrières et que s’effacent les frontières et que les classes fusionnent et il incombe à chacun de nous de se tenir dans la voie qui lui est tracée et d’abandonner son devoir quotidien pour accomplir un devoir plus impérieux et plus grand.

5C’est à cause de cela que j’ai l’honneur de venir remplir mon devoir en disant ma pensée en cette heure d’alarme et de tension. C’est à cause de cela que je demande aux détracteurs, non point aux détracteurs de notre position mais à ceux de la politique, de réaliser que nous ne menons pas une enquête politique mais que nous défendons un droit naturel qui doit demeurer au-dessus des lois de la politique, de ses caprices, de ses princes.

6Nous sommes réunis et je demande que ce soit en vue du bien et de la paix.

7Nous sommes réunis, non pour créer un malaise et non plus pour déclencher une révolution ; nous avons voulu examiner cet ordre nouveau afin de connaître notre droit et le droit de notre gouvernement car celui qui a perdu un droit est signalé parmi les autres et on le sait opprimé. Nous connaissons notre droit et nous le demandons, nous appuyant en cela sur la force suprême — la seule dont nous disposions — la force immanente du droit.

8Il est dit, qu’entre les nations, le droit s’arrache avec les dents ; l’obséquieux, autant qu’il le pourra, satisfaira ses ambitions qu’il dénomme ses droits ; et le faible récoltera ce que le puissant voudra bien lui concéder de rebuffades ou de complaisances.

9Ceux qui énoncent de tels principes assimilent l’homme à des bêtes féroces, rapaces ne connaissant que le vandalisme, ne possédant dans l’âme aucune des attributions qui différencient l’homme de l’animal sauvage.

10Or, voilà qu’un imposteur vient nier la nature humaine dans toute son acception et nier le substrat qui a guidé les consciences nationales de la servitude vers le droit et l’équité.

11C’est pour cela que je vous demande d’appuyer nos exigences sur la force intrinsèque du droit, de sorte qu’il demeure notre infaillible guide vers lé calme et la rectitude, dans la mesure de notre attachement à ce droit, si toutefois nous le connaissons.

12La loi de la censure une fois promulguée, quelques uns d’entre nous ont pensé qu’elle ne concernait qu’un petit groupe de trafiquants de l’écriture et de publications et que l’abolition de nos libertés était hors de question.

13Cette sorte d’illusion est un triste indice que nous sommes encore loin d’une appréciation réelle de la vie sociale ; elle témoigne d’une incompréhension totale de la portée des lois et de leur influence sur la communauté. Elle est basée sur une scission entre la conception de la patrie et celle de la presse et la croyance que chacune des deux parties est indépendante de l’autre.

14Cette différenciation, pourtant, n’existe dans aucun autre pays.

15La presse est à la nation ce qu’est la langue au corps humain. Si vous imaginiez qu’il est possible de séparer ces deux parties au sein du premier corps, vous pourriez essayer de procéder à la même scission dans l’autre corps, et les deux opérations sont également impossibles.

16Il existe un dicton fameux qui résume l’être humain : son cœur et sa langue. Il faut, conformément à cette loi, se représenter la nation en ces deux autres termes : la patrie et sa presse. Les journaux n’appartiennent pas aux seuls journalistes. Ils sont la langue de la patrie, par hypothèse et en vérité. Les journalistes écrivent en tant que délégués de la patrie et n’ont pas de dirigeant dans cette représentation collective.

17Ecrit également dans les journaux celui qui, percevant une idée, la croit profitable à son peuple et cherche à la lui offrir.

18Si les journalistes s’égarent et outrepassent les normes de leur mandat spirituel, le journal étant la propriété de la nation, chacun y peut écrire ce qu’il veut, l’erreur s’y peut rectifier et le sage corrigera ce qu’un esprit inconsidéré aura publié. De sorte que la publication répond à sa fonction réelle et demeure la voix du peuple, et non pas un instrument de troc ou d’asservissement.

19Les journaux sont le lieu de rencontre des pensées et le carrefour de l’œuvre publique. Le publiciste n’y peut écrire que si le peuple lui alloue la place pour écrire. Les journaux et la patrie sont un même corps ; ils ne sont pas deux parties du tout ; ils sont le tout dans le tout.

20Il en est du journaliste comme du pilote du navire qui éclaire sa route et se dirige parmi les vagues tumultueuses, au sein d’épaisses ténèbres, supportant ce labeur dans l’intérêt des voyageurs, non pour lui-même ou son propre avantage.

21Les journaux sont de vastes fleuves où baigne le plus petit penseur qui veut tenter sa chance d’exprimer une opinion. De sorte que la loi s’abat, directement et spécifiquement, sur la nation toute entière et sur chacun de ses membres personnellement.

22Quel est le principe de cette loi et que veut-elle de nous ?

23Elle veut que l’homme se désiste de ce privilège qui l’a différencié de l’animal sauvage.

24La liberté de l’écriture n’est pas un ornement de la vie, non plus qu’elle n’est une farce ou un jeu de l’univers. La plume est la langue des sociétés. Nous ne connaissons pas, à travers l’histoire, de sociétés qui aient vécu rassemblées sous une forme de gouvernement pourvu de quelque principe d’autorité, sans que l’écriture se soit avérée la seule voie de conservation de leurs lois, de leur culture, et le seul mode d’expression de leur heur et de leur prospérité.

25L’homme a constaté que l’échange verbal ne laissait guère de vestige transmissible des pères à leurs fils. Il a été contraint de recourir aux signes, aux symboles ; il a gravé la pierre, puis il a employé les feuilles des arbres en les alignant sur des peaux de bêtes, puis finalement, il imprima sur papier.

26Sur tous ces exploits de l’humanité vient s’abattre aujourd’hui la loi inspirée de la censure et s’appesantir ses commandements et ses prohibitions. Par le fait de ce qu’ils ont dénommé loi, si ses préceptes étaient appliqués et qu’ils empiétaient sur les prérogatives de la patrie, les hommes redeviendraient de petits enfants au berceau ; ils retourneraient à l’ère préhistorique environnés d’épaisses couches de ténèbres où la vie ne serait plus qu’un insupportable rebut.

27Ce ne sont pas ici des exagérations, non plus que des spéculations dénuées de fondement.

28Vous ne trouvez pas, dans l’histoire, de nation dont le gouvernement ait asservi la pensée et où semblable loi ait figuré dans sa législation, sans que cette loi ait entraîné l’asphyxie et la mort.

29Vous ne trouvez pas une nation qui réclame son autonomie et défende son droit, dont les premières démarches n’aient été la suppression de cette loi et la proclamation de la liberté d’écrire et de penser ; une liberté intégrale et absolue que limitent, seules, les réglementations du code pénal.

30Si nous retournons en arrière, que voyons-nous ? En étudiant les législations des communautés basées sur la tyrannie absolue, nous n’y voyons pas trace d’une loi similaire. Les Pharaons de l’Egypte antique jouissaient d’un pouvoir illimité. Ils disposaient des biens des gens, de leur vie et de tout ce qui leur était cher. Ce pouvoir néfaste, qui a méprisé des milliers de vies humaines pour construire des nécropoles monumentales, n’a pourtant pas envisagé de déposséder les gens de leurs sentiments, de leurs pensées ou de leurs croyances.

31Dans la Rome antique, le père avait le droit de vie sur son fils, s’il le voulait, le droit de le vendre au marché ; et pourtant, son gouvernement, sous toutes ses formes diverses, depuis la royauté sacrée jusqu’à la république et à l’empire absolu, ce gouvernement n’aura jamais exigé de ses sujets, ce que nous impose en exactions la loi de la censure au xxème siècle.

32L’humanité a suivi sa voie sans cette loi, depuis l’origine des temps jusqu’à la fin du xiième siècle où commencent les guerres de religion et les persécutions qu’elles ont infligé à l’être humain.

33Il n’est guère survenu de guerre religieuse entre les hommes qu’elle n’ait altéré les progrès de la science et de la pensée.

34Les représentants de la religion ont assailli les gouvernements, leur ordonnant de brûler ou détruire tout livre recélant une attaque religieuse, tout livre étranger aux enseignements religieux, ou bien aux rites et aux coutumes, quand même il ne touchait pas aux principes essentiels. C’est là l’origine des lois censoriales et le début de leurs manifestations parmi les hommes.

35Des générations successives ont vécu sans ces lois, accomplissant les plus grandes étapes du développement. Et durant ce long périple, bourré d’obstacles et de difficultés, elles n’ont pas éprouvé le besoin d’une législation similaire. L’humanité a ressenti l’urgence de ces lois cruelles quand elle a dévié du chemin tracé ; quant les forts, abusant de leur puissance, ont prétendu défendre les droits des dieux ; comme si, incapables d’établir leur autorité sur la seule force humaine, ils espéraient, par ce moyen, réaliser leurs ambitions de domination et de durée.

36Ils ont cherché, cherché. Ils ont épuisé leur esprit pour une invention inégalée en coercition et en dégradation ; ils ont conçu les prémisses de cette loi : ils ont décrété que les hommes n’étaient libres ni de leurs pensées ni de leurs écrits. Et que tout ce qui s’écrit, contrevenant à ce qu’ils considéraient, eux, la religion, appelle un châtiment sur l’auteur, sur le publiciste et sur n’importe qui est associé à eux.

37Ils sont parvenus à décréter des châtiments d’une cruauté infinie, et par le fer et par le feu, ont disposé des créatures qui avaient écrit ce que désavouait une autre partie des créatures.

38Ce bref aperçu historique sur la motivation de la loi censoriale démontre qu’elle est issue de la colère, de l’exaspération et de l’inquiétude causées par la crainte que s’effondre leur pouvoir.

39Il nous indique qu’aucune nation n’a jamais envisagé d’instaurer pareille loi, ni qu’elle ait imaginé que les idées des hommes ou leur rédemption puissent être assujetties au pouvoir du prince régnant, sinon après le déclenchement des guerres religieuses qui ont aveuglé et assourdi les âmes et avili la nature humaine, la rejetant en deçà de sa condition, telle qu’elle se présente dès l’aube des civilisations.

40Pourquoi veut-on, chez nous, ressusciter cette loi despotique ? Y aurait-il parmi nous un groupe d’impies qui ait foulé aux pieds les prescriptions du Dieu Tout puissant afin que l’on ravive cette loi ? Nous ne connaissons de crime verbal que celui qui attenterait à l’auguste majesté du Dieu Tout-puissant.

41Le croyant peut pécher par parole, il peut pécher en pensée, il peut pécher aussi dans ses croyances. Mais au sein des sociétés, il n’est pas de crime sans une action préjudiciable à quelque individu ou à une fraction quelconque de la société.

42Voudrait-on qu’en nous une sainte inspiration surveille nos agissements et nos paroles et connaisse nos intentions secrètes et ce qui en transparaît ; et qu’elle doive, pour ce qui est de notre salut, tenir la place des dieux ; et que l’on ne pourrait nommer et que la pensée ne saurait effleurer que sous une forme prescrite, avec des mots au sens déterminé ? Et que celui qui s’écarte de ce formulaire soit tenu pour un impie ?

43Ils ne veulent pas laisser à César ce qui est à César, ni à Dieu ce qui est à Dieu.

44Entendez pourquoi notre gouvernement a promulgué cette loi.

45Nous sommes contraints de nous en prendre à notre gouvernement puisque l’action a été entreprise en son nom, qu’il en a assumé la responsabilité si même il y a été obligé.

46Je ne m’engage pas dans une voie de blâme et de reproches. Ce serait pourtant le moins que puisse attendre la patrie de ses hommes. Je ne blâme personne parce que je lis dans le décret du gouvernement les signes de la pitié et du désarroi. Nous lisons les signes de la pitié parce que, tout en notifiant que cette loi est effective depuis 1881, le gouvernement se refuse pourtant à l’appliquer sans un nouveau décret, rédigé, celui-là, comme un avertissement, comme une mise en garde.

47Pourquoi ce décret nouveau, s’il n’est dicté par cette pitié naturelle qui arrête le puissant au moment où il veut réduire son adversaire avec l’arme forte dont il dispose et le fait hésiter à frapper par surprise. Nous lisons les signes de la pitié dans l’effort du gouvernement pour circonscrire les méfaits de cette loi en l’appliquant seulement à la presse, éliminant les autres imprimés, alors que son texte englobe la totalité des publications.

48Nous lisons les signes de la pitié dans la clause laxiste qui subordonne l’autorité et les décisions du ministère de l’Intérieur soit à un recours en justice, soit à un appel au conseil des ministres.

49Ces trois faits sont eux-mêmes une des plus grandes preuves de désarroi parce qu’ils indiquent que notre corps législatif a oublié dans celte circonstance troublante le sens juridique et les procédés d’application des lois.

50Il a alerté, puis codifié, avant d’user de son droit, et cela est illégal. Et il a oublié comment amender une loi, et il l’a amendée par des voies inconnues ; et tout cela est une part des symptômes d’hésitation et de pitié. Nous lisons clairement les traces du malaise dans l’énoncé des deux décrets différents, issus le même jour et portant sur un même sujet.

51Le dernier décret exprime que le premier aura été rédigé au sein d’une obscure gêne parce que le gouvernement disposait sciemment de ce dont il n’est pas censé disposer. Cette gêne persistante l’aura poussé à atténuer les calamités découlant du premier décret et il aura rédigé le second.

52Et cet appareil est propre à rassurer nos âmes. Parce qu’il indique tout d’abord que le droit est au-dessus de la force. Et qu’il indique que nos hommes, ceux que nous respectons, ne diffèrent pas de nous dans l’entendement, non plus que dans les sentiments.

53Il faut ajouter à cela que le gouvernement n’a trouvé, pour formuler cette loi, que les termes divulguant son irresponsabilité, avouant qu’il n’aurait pas songé à la réactiver si la patrie n’avait réclamé sa résurgence.

54Nous lisons à ce sujet dans le texte : "Etant donné que le gouvernement n’a pas appliqué depuis l’année 94 la loi de la censure émise le 22 novembre 1881.

55Etant donné que l’Assemblée générale..., etc". Nous ne voulons pas que ces termes fassent l’objet d’un débat et je ne dirai pas que l’excuse est malséante dans la circonstance. Nous emprunterons, au contraire, la voie choisie par notre gouvernement et nous postulerons sa pureté d’intentions dans toutes ses démarches.

56Ainsi nous disons qu’à partir de son malaise à appliquer cette loi après qu’il l’a négligée pendant des années, à partir de cette raison même qui est la volonté de la patrie, il lui incombe, et nous attendons de lui, qu’il renonce à son application et qu’il en efface jusqu’à l’ultime trace du code qui nous régit.

57Certains députés ont demandé l’application de la loi de la censure. Le gouvernement a conclu que c’était la voix de la patrie et il a agi conformément aux exigences des députés.

58Mais notre gouvernement n’ignore pas, non plus que nous, que quelques députés peuvent errer et que leurs assertions ne sauraient revêtir l’importance des déclarations nationales, sinon après qu’elles ont été étudiées et leur portée définitivement établie. Et que l’appréciation finale revient à la patrie et à l’opinion publique en raison du précepte que "la parole issue de sa source, prévaut sur la parole du délégué".

59Si toutefois la voix du peuple s’accordait à cette vue erronée de quelques délégués, l’argument basant la décision gouvernementale sur l’opinion de quelques membres de l’Assemblée n’aurait plus de raison d’être, il tomberait de lui-même. Nous remercions en tous cas notre gouvernement de présenter cette excuse, révélant ainsi qu’il nous respecte et qu’il respecte nos dires et nos opinions, à un point qui n’aura jamais été confessé. Si donc, il entend nous reconnaître le droit de les exprimer, nous objecterons que le public raisonnable demande l’abrogation de cette loi et l’accueillera avec allégresse.

60Le gouvernement continue : "Etant donné que l’inapplication de la censure n’aura abouti qu’à jeter la presse dans un extrémisme illimité suscitant les plaintes de ceux qui, par la voix de l’Assemblée générale et par la voix de la Chambre législative, accusent cet état de choses de desservir le pays".

61Il ressort de ce texte, qu’aux yeux du gouvernement, les journaux appartiennent à leurs seuls propriétaires et que la patrie en est totalement dissociée ; qu’il existe la presse d’un côté et la patrie de l’autre.

62J’ai établi au début de mon discours que c’était là une erreur flagrante, je n’y reviendrai donc pas.

63Il ressort de ce texte, également, que les journaux sont seuls concernés par la censure appliquée par cette loi. Il eut alors été impérieux que les préceptes de la loi ne frappent, au pénal, que seuls les possesseurs des journaux et leurs correspondants. Et que les journaux demeurent le bien-fondé de ceux dont le blâme a signalé l’inconduite des journalistes et qu’ils continuent d’y écrire ce que bon leur semble, sans être censurés et sans craindre de représailles.

64Le légiste a décrété que le détenteur du journal a erré dans ses menées. Et il a décrété que le peuple était, lui, la victime et, lui, le plaignant et le dénonciateur.

65Après quoi, il a examiné la plainte et l’ayant trouvée justifiée, nous l’avons vu, à l’heure du jugement, appliquer sa sentence à l’encontre du coupable, en même temps que de la victime.

66N’est-ce pas là une faille au sein de la justice ? Et n’est-ce pas une des preuves tangibles que la dissociation entre la patrie et les journaux est impossible, qu’elle ne pourra jamais être réalisée ?

67Les journaux ont versé dans l’extrémisme. C’est ce que dit l’avertissement qui nous a été adressé. Cela est vrai. Et il nous incombe à tous de dire que c’est vrai.

68Vous devez le dire parce que c’est l’indiscutable vérité. Et vous devez le dire parce que la presse nous entend et qu’il est de son devoir de connaître ici notre opinion afin qu’elle se soumette à Dieu dans l’accomplissement de sa mission d’interprète et qu’elle ne nous entraîne pas dans des attitudes outrageantes ou vengeresses.

69Je veux parler ici de quelques journaux qui ont leurs pareils dans tous les pays du monde.

70Il y a eu, à toute époque et en tout lieu, des journaux équilibrés et des journaux déséquilibrés, des journaux emportés, des journaux épurés et des journaux éloignés de toute perfection. Seule, notre loi n’existe dans aucun autre pays.

71Ces autres pays ont compris le sens de la liberté, ils ont compris la portée de la presse, ils ont compris la valeur de la vie sociale et ils n’ont pas vu l’opportunité d’appliquer une loi similaire, la presse fut-elle déchaînée ou dégradée. Cette loi a été appliquée durant les périodes d’obscurantisme et d’orageuses controverses religieuses. Mais aussitôt que le jour se leva et que furent dissipés les nuages, les hommes revinrent à la liberté naturelle, sans laquelle la vie est insupportable. De sorte que sur cette loi, ou plutôt sur sa révocation, s’est érigé le développement moderne.

72Un individu en a insulté un autre et lui a causé préjudice.

73Quelle est la punition de ce crime verbal ?

74L’accomplissement de la législation entraînerait-il comme punition l’ablation de la langue de l’agresseur ?

75Je doute que quelqu’un puisse répondre par l’affirmative quelles que soient les circonstances de l’agression ou quelle que soit l’importance de la personne agressée.

76Et pourtant, telle est, à la lettre, la loi de la censure. La presse s’est emportée, qui se trouve être la langue de la patrie ; cette langue doit être coupée.

77Les hommes possèdent des biens dont ils jouissent de par leur droit de propriété et dont ils disposent à leur convenance ; il en est qui poussent l’exploitation de leurs biens au-delà de leurs droits, qui les dilapident, ou n’en savent pas tirer de profit raisonnable. Si nous nous basons sur le principe de la loi de la censure, nous allons annuler le droit à la propriété du fait qu’il est des gens qui n’ont pas administré leurs biens avec la sagesse prescrite.

78Le bonheur de la société et le bonheur de l’individu sont tous deux liés à une chose, et c’est le respect de la liberté individuelle, dans ses manifestations ; le respect même de ses phases de violence, le respect de ses erreurs, le respect de ses vertus.

79Il n’est d’autre limite à cette liberté individuelle que la limite opposée par un autre individu, qui penserait que l’exercice de cette liberté porte atteinte à l’un de ses droits ; et il reviendrait à la justice de départager les opposants.

80Mais, quant à la loi de la censure, nous n’y connaissons pas les limites du droit de parler ; nous ne savons pas quand est autorisée l’accusation ni quand elle aura lieu, ni ce qui est permis, ni ce qui est défendu ; et nous ne savons pas quel sera le jugement pour cette accusation, introduite en secret et qui est jugée en secret, sans que le condamné sache rien de ces agissements qui ruinent sa carrière et ses espoirs, sa liberté, et ceci par le fait d’un mot qui peut n’être rien qu’un indice de sa pureté d’intentions, ou de sa droiture de conscience.

81L’ordonnance considère que cet état de choses a gravement endommagé les intérêts du pays. Cette phrase ambiguë est un argument polyvalent pour toutes les opinions et pour tous les crimes imputables aux journaux et à la patrie, quand même ils seraient réfutés. Elle convient à celui qui alléguerait que l’extrémisme journalistique causerait une crise économique. Elle convient à celui qui accuserait l’extrémisme journalistique de corrompre les mœurs et de diviser les Egyptiens en deux camps adverses totalement irréconciliables. Elle convient à celui qui proclamerait que le pays est en proie à l’agitation et à la confusion, et que la révolution est à ses portes.

82Si les Européens ne veulent commercer avec nous que s’ils nous savent incapables de proférer un mot de liberté et de justice, et seulement si nous ignorons ce qu’est la dignité des âmes, ils ont toute liberté de garder leurs illusions et nous demeurerons tributaires de nos obligations. Et si chaque Egyptien ne trouvait en lui-même d’autre trace de son identité nationale que celle qu’un mot lu dans un journal peut effacer, alors, Seigneur, quel que soit le remède pratiqué pour raviver son sentiment patriotique, ce remède ne sera plus qu’une accumulation de mots vides de tout contenu.

83Ce sont les allusions à la révolution et à l’anarchie qui nous ont égarés dans ces propos et peut-être était-ce là le but de leur ambiguïté. Ou sont les prémisses de la révolution et les signes de l’agitation des hommes ?

84L’agriculteur a-t-il relevé la tête et revendiqué ce que le gouvernement ne peut lui concéder ? Les commerçants ont-ils déclenché une grève et se sont-ils unis aux agriculteurs pour demander un droit dont ils auraient pris connaissance ? Des associations se sont-elles forgées ça et là pour s’entendre sur les principes qui serviraient de règle à cette révolution chimérique ?

85Tout ce qui est advenu, c’est qu’un groupe de jeunes gens, éloignés de toute notion de révolution ou de ses entreprises, se sont trouvés réunis par un noble sentiment que ne peut extirper nulle force actionnée par l’homme, et qu’ils ont perpétré ce crime atroce : ils ont dit "Vive la liberté".

86Si c’est là un crime, nous n’aurons pour ceux qui nous ont précédés dans le crime que miséricorde et nous intercéderons pour eux.

87Nous sommes des hommes calmes et paisibles. Il en est parmi nous qui déplorent cette aptitude. Nous pouvons la transformer en une réelle vertu, tel l’attachement au droit, quand, sous le coup de l’épreuve, nous comprenons l’efficience de cette épreuve ; nous pouvons, au contraire, l’envisager comme un indice de faiblesse, de pleutrerie, si nous redoutons l’épreuve.

88Le gouvernement atteste dans son ordonnance, qu’à maintes reprises, le public aura dénoncé les débordements de la presse.

89Il assure aussi que, prenant en considération les déclarations de certains de ses délégués, la patrie désapprouve ces dérèglements.

90N’est-ce pas là une preuve flagrante que la patrie est loin d’être ébranlée par des propos agitateurs et troublants ? Et qu’elle considère tout indice de cet esprit comme un crime appelant la répression ? Comment concilier cet indiscutable aveu avec l’assertion que la révolution est à nos portes ? Car si vous confessez que la patrie s’associe à vous contre les détenteurs des journaux, au nom de quoi la dépouillez-vous injustement de ses propriétés, la propriété des journaux, et la privez-vous de la liberté d’écrire et du droit de penser ?

91Etrange ! Etrange ! Vous châtiez les journaux parce qu’ils vous désapprouvent et vous châtiez la patrie parce qu’elle vous approuve ! Puisse le Seigneur nous révéler la voie salvatrice, exempte des malheurs du châtiment !

92Laissez les hommes libres, assurés de leur sécurité, quoi qu’ils disent ou qu’ils écrivent. Cela n’est pas une chose difficile.

93On se demande après cela si la loi vise à combattre la pensée pour prévenir un désastre qui surviendrait dans un lointain avenir.

94Laissons là le droit et la loi naturelle et les nations législatives et la justice et disons avec les puissants que ce ne sont que termes vides de sens à l’usage des faibles et des opprimés. Disons avec les forts que les actes humains sont tributaires de l’utilité et ne connaissent qu’elle. Et si, dans sa colère, un puissant s’attaquait à un droit réel, où serait pour lui l’utilité prévue ? Serait-elle au moins dans le domaine des possibilités ?

95Est-il raisonnablement possible, ou même imaginable, que la pensée se soumette à l’omnipotence des lois ?

96Elle est l’oiseau qui vole, fendant les couches atmosphériques de leur base à leur sommet sans être arrêté par les nuages et sans crainte des pluies et des tonnerres.

97L’idée est un oiseau que l’œil ne peut apercevoir et que la main ne peut effleurer, et le chasseur le plus habile serait téméraire qui prétendrait l’abattre avec ses armes. Elle est le souffle qui se déplace de lieu en lieu, qui surgit, de peuple en peuple, sans que se révèle sa trajectoire et sans que l’œil perçoive son action, de sorte qu’il est impossible de la châtier ou d’en circonscrire les effets. Si vous imaginez avoir raison d’elle, et que vous la foulez aux pieds, elle vous désarçonne instantanément de par sa propre force et resurgit triomphante, nimbée de gloire et de vérité, et la puissance, subjuguée, s’incline devant sa grandeur et sa majesté.

98Elle peut se taire, ses manifestations peuvent s’éclipser, vous la croyez alors morte et que son message est terminé, sans préavis, sans un signe. Une nuit profonde règne alors, où s’égare le chemin, où s’exaspère l’angoisse. Et cette idée morte, ressuscite soudain et revient au monde des vivants, illuminant les ténèbres, révélant aux hommes leur route avec une évidente clarté, et ils la suivent, confiants et rassurés.

99Si vous défendez l’écriture, il reste la parole. Et si la parole est défendue, il reste les symboles et les pierres. Et si tout cela est défendu, il reste les âmes et les sommets de la conscience.

100Les idées se sont ainsi développées chez les peuples. Si l’interdit frappe l’une quelconque de leurs manifestations, elles réapparaissent sous une autre forme. La force ne les peut maîtriser et elles n’ont jamais abdiqué devant aucune coercition.

101L’histoire vient confirmer cette vérité, mais il n’était pas indispensable de s’appuyer sur l’histoire pour l’établir.

102L’idée, c’est le feu dans le volcan. Si elle est prisonnière et que s’accomplit sa maturation, elle explose avec tout ce qu’elle recèle de force et de violence ; plus rien ne l’entrave, alors, de ce qu’elle rencontre sur sa route, ni ce qu’elle peut occasionner de destruction, ni ce qu’elle peut accomplir d’achèvement.

103Aucune loi ne l’a arrêtée, les menaces n’ont pas de prise sur elle, ni les terreurs.

104Galilée a vu que la terre tournait, il a été menacé de mort, il a eu peur et s’est rétracté ; mais quelques secondes après, il s’est écrié : "Et pourtant, elle tourne !"

105Il a proféré ces derniers mots en voyant la mort devant ses yeux parce que c’était une pensée mûrie en sa conscience, qui a éprouvé le besoin de se révéler à l’univers. Et il n’appartient pas à l’homme de transgresser la nature et d’empêcher la formation des idées comme se sont formés les mondes.

106"La civilisation est un des droits naturels de la société" a dit Aristote. Sur ce principe est basée la culture de l’Antiquité et du Moyen-Age. Puis les savants se sont dressés, réclamant pour chacun le droit à la liberté. Les maîtres du pouvoir et de la fortune s’émurent, craignant l’ébranlement de leur empire ; le gouvernement français joignit son inquiétude à la leur et l’infaillibilité d’Aristote fut décrétée avec l’interdiction de le contredire sous peine de faute grave entraînant une sanction majeure. Tout cela est évanoui, dispersé ; la force de la vérité a survécu. Le principe meurtrier est déchu en même temps que l’esclavage et c’est la pensée qui a vaincu les puissances.

107La pensée s’est dressée au sein des religions. Les dignitaires religieux se sont élevés contre elle au nom de la foi des peuples et de la doctrine qui plaçait cette foi au-dessus de tout examen, de toute discussion, afin d’assurer leur suprématie et plus encore, de garantir leur pouvoir temporel.

108Ils ont érigé cette loi que nous n’ignorons pas aujourd’hui, l’étayant des peines les plus sévères, condamnant ceux qui l’enfreindraient à la mort par le fer et par le feu. Mais ils n’étirèrent aucun avantage et la victoire finale revint à la pensée, à la liberté, à la conviction. Plus les voies de la persécution se sont déchaînées, plus leur violence a renforcé le droit et dévolu sa valeur à la pensée et raffermi sa suprématie.

109Connaissant tout cela, quelle est notre position vis-à-vis de cette loi et quels sont nos devoirs ? Notre position est celle du fort en face du faible. C’est nous qui sommes les forts. La loi, elle, est faible.

110Forts du droit par le décret de la nature. Cette loi ne saurait recueillir aucun profit de son exercice, après que l’expérience a sapé son pouvoir en tout temps et en tout lieu.

111Il nous incombe donc d’agir. D’agir avec calme et maîtrise, éloignés de toute légèreté et de toute confusion. Nous n’avons pas besoin de force car la loi est en elle-même très faible. Elle n’est forte que contre elle-même et elle va au suicide.

112Nous bornerons notre action à nous rappeler les uns aux autres, avec constance et persévérance tout en gardant notre calme, que cette loi est tyrannique et que notre droit naturel doit rester au-dessus de cette tyrannie flagrante. Nous bornerons notre action à rappeler à ceux qui sont capables d’élaborer les lois et puis de les anéantir, qu’ils détiennent un droit qu’ils ne peuvent outrepasser, et que nous possédons un droit qu’ils sont tenus de respecter.

113Nous leur rappellerons que nos écrits et nos paroles témoignent de notre souffrance et qu’il n’est aucun prétexte qui autorise quiconque à nous priver du droit de souffrir. Et que cette loi est dépourvue de sens.

114Si nous écrivons, c’est pour pleurer, si nous parlons, c’est pour pleurer. Comment penseraient-ils nous interdire les témoignages de notre faiblesse et nous imposer de sécher nos larmes ?

115La vie s’est-elle tant ravalée que les larmes soient d’un trop grand prix ?

116Si toutefois de telles conséquences ne découlaient pas de cette loi et qu’elle fit partie de nos besoins nouveaux, je ne vous dirais pas d’y contrevenir et je ne vous conseillerais d’en vouloir à personne. Je vous demanderais au contraire de l’appliquer toute entière, à la lettre ; nous l’appliquerions sous son véritable aspect, celui qui repose sur ses fondements et qui découle de ses achèvements. Et nous la tuerions.

117Ils nous disent qu’il n’existe pas de droit à la liberté de la parole. Nous leur répondrons que nous nous désistons de tout droit : que nous ne voulons pas du droit à la propriété, que nous ne voulons pas de fortune et que nous ne voulons plus lutter, de sorte qu’il ne subsiste ni avocat ni juge.

118Qu’écrit le journaliste ? Avec quoi l’avocat plaide-t-il ? Et sur quel droit le juge appuie-t-il l’énoncé de ses jugements ? Alors qu’on nous arrache le droit primordial, celui qui engendre la totalité des droits et qui les supporte. S’il était prouvé que le recours à la liberté d’écrire et de parler relevait des phantasmes du songe, il serait spécialement requis de la presse et du barreau de ne point écrire, de ne pas parler.

119Ils appliqueront ainsi la loi et sauvegarderont leur dignité. Il endureront l’iniquité jusqu’à ce que la Providence décide entre les hommes.

120Ils agiront ainsi avec calme et pondération, avec aménité et dignité.

121Ils agiront ainsi et leur comportement révélera la supériorité, non pas la pusillanimité, ou l’affaissement ou la violence.

122En agissant ainsi, ils atteindraient leur but. Ils sauvegarderaient les droits de leur patrie et démontreraient qu’il est aux hommes des droits que ne peut bafouer le premier despote. Il a pu arriver que certaines nations occupent d’autres pays, mais les sacrifices et les cœurs valeureux prévalent contre la force et contre les conquêtes et nous affirmons que nos cœurs ne diffèrent guère de ceux des autres.

123Si vous m’avez approuvé dans ce débat, nous dirons à l’unisson : Vive le droit, vive la patrie, vive la paix !

124Je ne vous laisserai pas dire, après cela, avec toutes les forces de votre être : A bas l’oppression ! Je dirai plutôt tout seul : Vive l’oppression ! Parce qu’elle révèle aux peuples leur droits.

Notes

1 Yunan Labib, Histoire des Ministères égyptiens, Ed. Al-Ahram, 1975 : "Le gouvernement anglais voulait se servir de cette loi pour entraver le mouvement nationaliste... "

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540