Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Parole et la Défense

 | 
Andrée Morcos Fahmy

I. Un avocat et son temps

III. La mêlée politique

Texte intégral

1Peut-on parler d’homme politique à l’endroit de Morcos, ou plutôt de psychosociologue et de moraliste ?

2Si l’Égypte n’avait pas été assujettie à une domination étrangère qui violait les droits moraux et sociaux de ses subordonnés, se serait-il soucié de démarches politiques ?

3N’ambitionnant pas les positions administratives, son discours au congrès d’Assiout le disait clairement et son comportement le prouva (il refusa à plus d’une reprise le portefeuille de ministre de la Justice et la fonction de bâtonnier de l’ordre des avocats) ; méprisant l’intrigue et la quête d’honneurs qui la suscitait, il ne voyait que trop les mesquineries et compromissions souvent corollaires à la carrière de politicien.

4Mais si l’on s’en tient à la signification première du mot politique, l’organisation de la cité avec ce qu’elle comporte d’éthique au service de la collectivité, on peut considérer l’action sociale et nationale de Morcos Fahmy comme une œuvre politique aux vues lointaines et amples.

5Soucieux de réformes et de développements, c’est au nom de principes, intellectuels et moraux, qu’il se pencha sur les problèmes intérieurs de l’Égypte, qu’il seconda Mustapha Kamel dès ses premières armes, qu’il s’attaqua à l’ingérence anglaise dans ses discours de 1909 et 1910 ; c’est parce que la liberté est un principe spirituel qu’il la défendit par dessus tout et c’est un patriotisme impérieux qui l’incita à la réclamer pour son pays.

6C’est ce patriotisme qui le porta à braver l’ostracisme et à entrer dans l’arène politique.

7En avril 1919, avant même que son recours en cassation fut admis, il reprenait la lutte.

Mémoire aux Anglais

8La paix de Versailles, ses principes libérateurs, les déclarations de Wilson, tout contribuait à raviver les espoirs nationalistes. De plus, Lord Allenby, nouvellement débarqué, avait libéré Saad Zaghloul et ses compagnons que le gouvernement anglais autorisait finalement à partir négocier à Londres les termes de la souveraineté égyptienne.

9Morcos ne put se résoudre à assister impassible à la partie qui se jouait et dont son pays était l’enjeu.

10Il remit sa plume au service de la cause. Il écrivit une lettre personnelle « A la Justice du Général Allenby ». Il y félicitait tout d’abord l’Angleterre d’avoir su revenir sur son refus préalable, témoignant ainsi de son respect de la justice et donnant aux puissants de la terre un exemple supérieur d’effacement de la force devant le droit. Puis, il lui demandait d’achever son œuvre lui disant qu’une simple autorisation à partir pour l’Angleterre ne pouvait suffire aux Égyptiens, qu’il fallait accréditer leur délégation afin qu’elle ne soit pas disqualifiée avant que d’entreprendre les pourparlers.

11« N’oubliez pas, Monsieur le Général, écrit Morcos, qu’une telle objection serait un déni de l’action même du gouvernement anglais parce qu’elle annulerait le but assigné au voyage. L’Égypte n’a pas demandé à envoyer ses représentants, elle ne s’est pas exposée à un refus, elle ne s’est pas réjouie de l’acceptation ; non plus que l’Angleterre n’a accédé à la demande ni retardé l’embarquement de ses officiers qui cédèrent leur place aux représentants égyptiens pour ravaler ensuite tous ces préambules au rang d’une comédie. Il n’est pas seulement improbable, il est impossible que la grande Angleterre s’abaisse à ce vain simulacre ».

12Les événements vont longtemps corroborer le simulacre. Et, pour toute réponse, une lettre datée du 1er mai 1919, portant le timbre du Haut-Commissariat et la signature du secrétaire privé de la Résidence, « captain Clayton », accusait réception de la lettre du 2 avril et remerciait « for forwarding the suggestions there in ».

13Morcos ne s’en tint pas là. Au cours du même mois de mai 1919, c’est un Mémoire détaillé rédigé en français qu’il adressa au Haut-Commissaire. Mémoire où, tout en mêlant la critique à la désapprobation, il cherchait un terrain d’entente pour faire lâcher prise à l’occupant.

14Après un bref remerciement à l’Angleterre débarquée en Égypte pour répondre à l’appel du khédive Tawfiq qui ne pouvait venir à bout de la révolte de Orabi, il lui rappelait les principes au nom desquels les puissances européennes avaient préconisé cette aide et que les Égyptiens, eux, n’avaient pas failli à ces principes, apportant sans réserve toute l’aide possible à la guerre de 1914 en bêtes de somme, en vivres, en subsides médicaux et financiers. « Avaient-ils quelque chose à défendre, eux qui étaient déjà asservis et qui ne pouvaient mieux demander que de se voir délivrés de leurs chaînes ? ».

15Et, soulignant l’appui que l’Angleterre avait trouvé dans le renfort de ses colonies : « Point de doute, c’est aux nations faibles, accourues de tous côtés et se sacrifiant, chacune dans la mesure de ses moyens, que les nations fortes doivent leur salut ».

16Mais ce n’est pas un règlement de comptes que proposait le Mémoire. C’est le réajustement des rapports anglo-égyptiens, fondé sur « la Justice et l’Equité », prôné par la Grande-Bretagne, qui prétendait en leur nom, imposer son protectorat après avoir légitimé les phases successives de sa domination.

17Pour mieux établir la duplicité de la posture anglaise, il rappelait les déclarations mêmes du gouvernement britannique :

  • La dépêche circulaire du 2 juin 1882, adressée à toutes les puissances européennes, terminée par l’engagement formel des gouvernements représentés à « ne chercher aucun avantage territorial ni la concession d’aucun privilège exclusif ni aucun avantage commercial pour leurs sujets sinon ceux que toute autre nation puisse également obtenir  ».

  • Les déclarations, toutes solennelles et énergiques, de Lord Granville à la conférence de Constantinople en date du 3 avril 1882.

  • Celles de Gladstone à la Chambre des Communes le 10 août 1883.

  • Celles de Gladstone à nouveau à la Chambre des Communes en novembre 1883 : « S’il y a une chose que nous ne ferons pas, c’est bien celle-là ».

  • Celles de Lord Granville au ministère des Affaires étrangères le 16 juin 1884 où le gouvernement de Sa Majesté « s’engage à retirer ses troupes au commencement de l’année 1888 à condition que les puissances soient d’avis que l’évacuation peut se faire sans compromettre la paix et l’ordre de l’Égypte ».

    • 1 Le français et l’anglais.

    Les termes de la convention du 24 octobre 1885 signée par les gouvernements de l’Alliance : « Dès que les deux Hauts-Commissaires1 auront constaté que la sécurité des frontières, le bon fonctionnement et la stabilité du gouvernement égyptien seront assurés, ils présenteront un rapport à leurs gouvernements respectifs qui règleront le retrait des troupes britanniques en Égypte, dans un délai convenable ».

18Dans ces assurances conditionnelles, ajoutait Morcos, « l’Angleterre se constituait seule arbitre ».

  • « A l’expiration de trois années à partir de la date de la présente convention, stipulait pourtant un traité conclu entre l’Empire ottoman et le gouvernement britannique, le 22 mai 1887, le gouvernement britannique retirera ses troupes de l’Égypte ».

  • En 1886, Lord Salisbury déclarait à l’ambassadeur de France : « On se trompe grandement chez vous lorsqu’on croit que nous voulons rester indéfiniment en Égypte. Nous ne cherchons que les moyens d’en sortir honorablement. Les troupes que nous avons là nous seraient bien plus utiles aux Indes et c’est l’avis de nos meilleurs généraux ».

  • Après la convention Wolf et à l’occasion du traité de neutralisation du canal de Suez, Lord Salisbury répétait, dans une dépêche circulaire adressée aux grandes puissances le 21 octobre 1887 que « l’occupation britannique en Égypte, n’était que transitoire et exceptionnelle ».

19Enfin, dit le Mémoire, l’Entente cordiale, le 8 avril 1904, a couronné ces engagements : « Le gouvernement de Sa Majesté Britannique déclare qu’il n’a pas l’intention de changer l’état politique de l’Égypte ».

20Et encore cette admirable déclaration de Lord Curzon, un des impérialistes les plus convaincus : « Sans doute il serait odieux que l’Angleterre plaçât aujourd’hui l’Égypte sous son protectorat ; mais l’obstacle ne vient pas autant des déclarations que nous avons faites — avant notre victoire — que de celles que nous avons depuis lors constamment réitérées ».

21« Cet impérialiste invétéré, poursuit le Mémoire, s’empresse pourtant d’ajouter pour justifier son propre gouvernement : ’Il est vrai que l’établissement d’un protectorat eut été quelque peu en désaccord avec les déclarations sous le couvert desquelles nous avons entrepris notre expédition militaire. Mais ce n’est que dans un monde idéal et non dans la pratique des choses humaines qu’on peut exiger d’une nation qu’elle se conforme rigoureusement après la victoire aux professions de foi qu’elle a faites avant d’entreprendre une guerre. En pareil cas, ce manque de parole est, jusqu’à un certain point, aisément pardonné par l’opinion publique’ ».

22Couronnant ces réflexions passablement machiavéliques de Curzon, l’ultime déclaration du gouvernement britannique proclame, le 21 mars 1919, vouloir « établir un protectorat juste et équitable ».

23« Cette justice et cette équité, dit Morcos, n’ont d’autre sens que celui de l’adaptation et de la conformation aux idées et aux aspirations du peuple égyptien. Toute autre interprétation retomberait dans la thèse d’un protectorat de spoliation que les hommes les plus autorisés de Grande-Bretagne ont qualifié d’acte odieux et impossible.

24Les Égyptiens ont prouvé qu’un protectorat ne pouvait leur être imposé sans violence. Musulmans, coptes orthodoxes, catholiques, protestants, tous communient dans un même idéal, la liberté de leur pays ». Ils l’ont prouvé lors de l’arrestation des délégués : « Cette explosion de désespoir que les simples paysans n’ont pu contenir, et qui se traduisit par des actes que nous autres intellectuels nous qualifions de regrettables mais qu’aucun désespoir populaire, dans les centres les plus civilisés, n’a pu éviter : ces jeunes gens de toutes les écoles, ces étudiants de toutes les facultés religieuses et laïques [...]. Ces hommes [...]. L’Égypte ne doit pas se plaindre. Il lui a été donné de fournir au monde ce digne spectacle d’hommes désarmés bravant courageusement les mitrailleuses, pour expirer dans un cri d’angoisse et d’indignation. Devant cette protestation, la Grande-Bretagne, qui (voulait) un protectorat juste et équitable, n’avait qu’à s’incliner ».

25De plus, les grèves générales ont répondu à Lord Curzon lorsqu’il déclarait à la Chambre des Lords, le 22 mars 1919, que « l’occupation anglaise avait encore pour adhérents tous les fonctionnaires civils, les hommes de la police et de l’armée et même quelques notables distingués  » ; grèves qui ont continué « même après le départ des délégués ». Et, dans son livre édité en 1892, Lord Milner dépeint les sentiments égyptiens envers l’occupation dans des termes diamétralement opposés aux assertions de Lord Curzon : « Cette impression de malaise et cet esprit de mécontentement ne restaient pas d’ailleurs confinés parmi les fonctionnaires  » ; qui plus est : « Ces sentiments existaient parmi la presque généralité des classes indigènes élevées et, jusqu’à un certain point sans doute, l’hostilité de ces classes prenait sa source dans une patriotique aversion pour l’intervention étrangère ».

26« Si les classes élevées avaient leurs raisons pour détester l’influence anglaise, écrivait par ailleurs Lord Curzon, la masse du peuple de son côté, mais pour des motifs tout différents, n’était pas moins mécontente ».

27Le fait est formellement reconnu, poursuit Morcos, et « l’Angleterre voudrait, par de byzantines psychologies, prétendre que l’Égypte ne demande qu’à perpétuer l’occupation alors que Lord Milner, lui-même, dit que les classes, dont les intérêts seraient d’après lui si opposés en ce qui concerne l’occupation, étaient cependant d’accord pour repousser l’occupation, dans un seul et unanime sentiment ».

28Dans une seconde édition du livre de Lord Milner, deux ans après celle de 1892, Morcos relève encore ces lignes : « Le mouvement anti-anglais ne resta pas d’ailleurs confiné dans les sphères du monde officiel [...], tous les autres éléments de la société égyptienne, du moins ceux qui nous sont systématiquement hostiles, montrèrent une ardeur sans précédent ».

29« Le grand homme d’Etat (Milner), note par ailleurs Morcos, entreprend ensuite d’énumérer ces éléments hostiles, dans l’intention de les réduire à une quantité négligeable et voici comment il s’acquitte de cette mission : Ces éléments d’opposition sont, il est à peine besoin de le rappeler

30• Les fanatiques...

31• Les pachas de l’ancien régime...

32• Un certain nombre de jeunes ambitieux intelligents et épris des idées modernes qui se croient dès à présent capables de guider, sans aucune aide européenne, le pays dans la voie du progrès.

33• Les éléments turbulents de la population [c’est si vague et si général, commente le Mémoire] : Égyptiens, étrangers, levantins de basse classe...

34• La plus grande partie de la presse, tant européenne qu’indigène, inspirée par ces divers partis.

35• Quant à la masse de la population qui, du fond du cœur était loin d’être mécontente [toujours de la psychologie, sacrifiant les faits et opérant sur l’invisible, relève le Mémoire], elle trouva prudent de donner un semblant d’appui à la politique de ses gouvernants ».

36« En présence de cette énumération, commente Morcos, quelle classe reste-t-il donc du peuple égyptien, qui serait partisane de l’occupation ? Fanatiques et libéraux, vieux et jeunes, Égyptiens et étrangers, fonctionnaires et populations, pachas et masse du peuple, journaux indigènes et étrangers et à la tête de tous, le Khédive et ses ministres, tout cela ne compte pour rien devant l’éminent Lord Milner parce qu’il lui reste toujours le fond du cœur égyptien dont il connaît, lui seul, les secrets intimes et les rouages invisibles ?

37[...] Il ne peut y avoir l’ombre d’un doute qu’il s’agit d’un patriotisme agissant, souffrant et essayant de chercher sa délivrance à chaque occasion qui se présente. Un sentiment si tenace et qui sait choisir les moyens, échoue rarement dans son entreprise sacrée ».

38Revenant aux arguments des politiciens anglais pour le maintien de l’occupation, Morcos relevait ces mots : « Le retrait serait humiliant » [...]. « C’est leur seul et unique argument, commente-il, et c’est déjà assez qu’il puisse y en avoir un qui favorise l’oppression d’un peuple. Mais en présence d’un engagement formel de l’Angleterre, engagement répété depuis trente-six ans, comment qualifier de blessant et d’humiliant le fait de rappeler cet engagement et d’en demander l’exécution ? Une parole donnée fait-elle donc tant de mal à celui-là même qui doit mettre son honneur à l’exécuter ? [...].

39Et qui donc a parlé de forcer l’Angleterre, de la chasser, de l’expulser d’Égypte ?

40Il est plus qu’évident qu’aucun Égyptien ne peut se croire de taille à envisager un rêve aussi fantastique qu’irréalisable. Qui donc peut-il concevoir qu’une nation, qui n’a pas un seul soldat équipé, puisse caresser le projet de chasser une forte armée occupant son territoire ? C’est au contraire de la magnanimité de l’Angleterre que les Égyptiens espéraient obtenir leur liberté ; c’est au gouvernement britannique que la délégation égyptienne s’adressa tout d’abord pour demander justice. Si l’Égypte était bercée de l’illusion de chasser les Anglais, elle aurait entrepris l’exécution de son rêve pendant la guerre alors que l’Angleterre dans l’embarras pouvait être prise à l’improviste. L’entreprise était facile et l’occasion s’offrait ».

41L’Égypte au contraire a soutenu l’Angleterre de toutes ses forces et de toutes ses ressources et le Mémoire détaille les formes de l’assistance : « Il nous répugne, dit-il, de rappeler ces services, mais devant l’accusation d’ingratitude dont on nous taxe en retour, nous sommes obligés de nous défendre et de rétablir les faits ».

42Le Mémoire témoigne certes d’un grand idéalisme, mais cet idéalisme jouxte un réalisme pénétrant. Conscient des intérêts qui actionnaient les serres de l’occupation en même temps que du peu d’efficience de l’argument idéologique dans la balance politique, haïssant et méprisant la violence, il cherchait un accommodement qui, à la fois, tempère l’appétit de l’occupant et permette à l’Égypte de se développer à l’ombre d’une alliance puissante lui façonnant de nouveaux tremplins pour atteindre ses objectifs.

43Il envisage un à un les multiples aspects de l’intérêt britannique, débattant les problèmes du canal de Suez, du commerce, de la dette : « La Grande-Bretagne, en s’engageant à respecter la liberté de l’Égypte, le faisait en pleine connaissance de cause, ne pouvant oublier l’existence du canal de Suez ».

44Dans sa lettre circulaire « à toutes les puissances », le 15 juin 1884, Lord Granville déclarait : « Le gouvernement de Sa Majesté britannique proposera à la fin de l’occupation anglaise, aux puissances, un projet de neutralisation ». Or, souligne le Mémoire, « la neutralité du canal de Suez a été effectivement proclamée par le traité conclu entre toutes les puissances, le 22 décembre 1889. Les intérêts britanniques [...] ont donc été sauvegardés dans le sens préconisé par le gouvernement britannique lui-même ». De plus, souligne-t-il, « Si l’Angleterre a besoin de ce lambeau de terre (dans l’éventualité d’une guerre), est-il impérieux de conquérir tout un pays et d’asservir une nation ? [...] Le détroit de Gibraltar, comme le canal de Suez, est la route des Indes pour les Anglais. Cependant jamais l’Angleterre n’a pensé pour s’assurer cette route qu’il était de toute nécessité de subjuguer l’Espagne entière ».

45Pour ce qui est du commerce, c’est, dit Morcos, « un préjugé de croire que le progrès de l’activité commerciale va de pair avec une occupation militaire.

46Le commerce n’est plus enfermé dans les limites nationales ou coloniales [...]. C’en est fait des régimes protectionnistes. C’est à l’Angleterre que revient l’honneur d’avoir condamné le vieux régime pour y substituer le régime de la liberté et de la porte ouverte. Grâce aux Anglais, le commerce s’est depuis longtemps internationalisé ; c’est à ce titre seulement qu’il a pu et qu’il peut prospérer.

47Il n’y a que la liberté, la liberté absolue, la liberté partout qui seule entretienne et développe l’esprit commercial ».

48Toujours en corrélation avec le commerce, Morcos envisage les possibilités d’émigration et constate que « depuis trente-six ans que l’Égypte est militairement occupée et que l’Angleterre préside à ses destinées [...], le nombre des Anglais établis en Égypte dépasse à peine vingt mille [...] contre soixante mille Grecs [...], une petite nation qui n’est rien à côté de l’Angleterre ». Il compare ce chiffre à celui de l’émigration anglaise vers les pays libres et en tire un argument moral fort avantageux pour la conscience humaine qui voulait probablement toucher un point vulnérable :

49« De 1868 à 1891, l’émigration anglaise vers les Etats-Unis, sans parler des autres pays, a atteint le chiffre de deux millions cinq cent mille. Postérieurement, l’émigration pour les Etats-Unis s’accrut si considérablement qu’elle atteignit dès l’année 1903 [...] le chiffre de quarante trois mille neuf cent quarante-deux émigrants [...]. L’Angleterre tournera toujours ses préférences et ses activités vers d’autres parages libres où elle aura la satisfaction de traiter d’égal à égal et où sa moralité sera à l’abri de toute souffrance et du remords que ne manquerait pas de susciter le spectacle d’une nation asservie pour lui faire gagner quelques sous. Tout asservissement conduit nécessairement à la décadence de l’oppresseur, aussi bien que de l’opprimé.

50[...] Les traités sont les seuls instruments qui réglementent ces sortes d’affaires (commerciales) et même devant le principe moderne de la porte ouverte et de la liberté commerciale les traités doivent perdre toute leur valeur et le temps n’est pas loin où les nations, en ce qui concerne le commerce, sauront s’en passer ».

51Pour prouver « que le progrès économique et commercial n’est pas subordonné aux conquêtes coloniales, il suffit de citer l’exemple de l’Allemagne [...]. Son commerce se développait miraculeusement avec les grandes puissances libres, à commencer par l’Angleterre même. Partout et dans tous les pays, c’était une véritable occupation économique allemande et cette occupation pacifique suffisait pour donner à l’Allemagne la suprématie sur tous les marchés du monde [...]. La Grande-Bretagne, puissante et libre, jouait le rôle de pays économiquement occupé par l’Allemagne sans qu’il y eut pour cela une occupation militaire à Londres [...]. La concurrence des commerçants égyptiens, serait-elle donc plus redoutable aux commerçants anglais que ne leur était, chez eux, celle des Allemands ? ».

52A propos de la dette, le Mémoire énumère les possibilités de garantir les intérêts étrangers en Égypte car « garantie n’est pas servitude ». Il suggère afin de « fournir une garantie efficace des droits créanciers : 1- un contrôle financier 2- la création de la dette publique 3- l’adjonction de conseillers européens aux ministères importants 4- le maintien des tribunaux mixtes avec une révision appropriée de leur compétence ; et tant d’autres mesures de nature à assurer le règlement des dettes égyptiennes et les intérêts étrangers ».

53Répondant à l’Angleterre qui, à toutes les demandes de l’Égypte lui objectait sa « prétendue incapacité  », il rétorque : « Nous ne saurons jamais, et les Anglais les plus avisés seront comme moi, des plus embarrassés à le dire, où finit notre capacité et où commence notre incapacité [...]. Nous ne voulons pas traiter ici la question de principe d’une mission éducative accomplie et imposée par la force ». Il qualifie cette mission de « pédagogie militaire ». Mais l’échange humain est plus formateur, dit Morcos, que cette pédagogie militaire : « Les liens qui unissent les peuples ne sont plus ceux d’antan se bornant à la conquête et à l’occupation militaire. Les mentalités des peuples tendent à se niveler, toutes les capacités se rapprochent, se solidarisent et se confondent pour ne former qu’une seule et même force tendant vers un idéal de progrès et de bonheur communs. Vos lumières seront nécessairement les nôtres comme jadis nos lumières furent les vôtres.

54C’est un mouvement perpétuel de va et vient, de décadence et de splendeur, et si c’est aujourd’hui le tour de l’Europe, il ne lui sied point d’accabler ceux qui ont eu leur temps et qui ont commencé à tracer pour elle la route à suivre.

55Pour nous continuer, l’Europe n’a eu besoin d’aucune occupation militaire.

56Vous avez voulu nous éduquer ? [...] Cette éducation serait-elle éternelle ? [...] Nous devons être vraiment incurables et notre passé est là pour établir le contraire, [...]. Elle est bien étrange cette éducation qui veut tenir son mineur éternellement garrotté dans ses liens ! [...] Le 6 juillet 1882, un mémorandum collectif invitant la Porte à occuper l’Égypte pendant trois mois seulement fut signé par toutes les puissances, y compris l’Angleterre [...] et, après trente-six années de durée, on entend l’éminent Lord Curzon déclarer que le mouvement nationaliste est fomenté uniquement par les vieux pachas, pour restaurer le vieux régime [...]. Cependant l’Égypte de 1882, qui comptait sept millions d’habitants, n’est plus. Il s’agit en ce moment d’une Égypte de treize millions qui aspirent à une indépendance que l’on ne saurait contester.

57Ironie du sort ! L’Égypte demande sa liberté [...]. On lui répond : oui, la liberté est un droit, et c’est précisément pour défendre votre liberté contre les vieux pachas que nous vous réduisons à l’esclavage. De grâce, laissez-nous à nos vieux pachas ! S’ils existent, nous saurons nous en débarrasser [...]. Le traité de Wolf [...] avait fixé l’année 1888 comme terme final de l’occupation [...] ; qu’il soit enfin permis à ces peuples faibles de dire franchement aux grands : laissez-nous faire notre éducation dans la mesure de nos moyens, "naturellement" [...]. Tous les peuples doivent suivre un développement conforme au plan de leur évolution [...]. Si une nation conquérante s’était avisée d’occuper l’Angleterre au moment où Cromwell, s’étant érigé Protecteur, entrait triomphant au Parlement, pulvérisant sa montre par terre, en disant aux Parlementaires : "Je vous réduirai ainsi en poussière", chassait les membres, en les obligeant à se découvrir et à s’incliner devant son épée, si une nation conquérante, dis-je, s’était avisée d’occuper l’Angleterre sous prétexte de réprimer le despotisme et de venir en aide à ces nobles opprimés, il est à croire que l’Angleterre aurait encore continué à mener une vie absolument végétative.

58Laissez donc les peuples avec leurs défauts et leurs faiblesses continuer leur évolution comme vous avez effectué la vôtre sans intervention et sans coercition.

59L’avenir de l’Angleterre, qui doit tout à la liberté, est infailliblement lié au maintien de ses vertus libérales. Se militariser, c’est pour elle se condamner sans retour.

60A force de côtoyer la servitude, de la manier et de s’en réjouir, l’oppresseur est plus dégradé que l’opprimé. La colonisation armée est une école de démoralisation et de décadence. Les effets désastreux de cette politique d’asservissement commencent déjà à effrayer les observateurs. Ce n’est pas l’effet de la contagion des indigènes pestiférés avec lesquels, d’ailleurs, l’Anglais aimant à vivre comme dans son île dans un isolement superbe, n’a aucun rapport direct mais c’est uniquement l’effet produit à la longue par le spectacle uniforme et continu d’une servitude accablante et déshonorante [...]. Un long séjour dans un pays de servitude, où le fonctionnaire croit qu’il incarne dans sa personne la toute puissance sans aucune responsabilité à envisager, détruit complètement sa moralité et lui fait oublier toute dignité humaine [...]. C’est la faute d’une politique qui tient à multiplier, sans s’en douter, ces écoles de décadence bien outillées que Ton appelle les colonies militarisées ».

61Le Mémoire revient sur les possibilités d’entente à travers « un impérialisme souple, commercial et libéral, qui s’adapte aux progrès accomplis par la pensée moderne ». Puis il termine par un avertissement :

62« Si l’époque de l’épée a fait son temps, la Grande-Bretagne, avec toute sa force, ne pourra reculer l’évolution [...]. L’avenir est proche [...], nous y sommes déjà, où la force s’anéantira complètement et ne pourra plus s’exposer au jeu dangereux de se moquer, sous cape, de la moralité humaine [...]. L’idéal moderne de solidarité ne peut se concevoir et rester viable que s’il s’étend à toute l’humanité, et surtout aux faibles et aux opprimés [...], parce que, en effet, les forts, qui savent se défendre, n’ont aucun besoin de votre solidarité [...]. La civilisation européenne doit nous emporter dans son cycle pour nous en faire profiter, et non pour nous broyer en victimes [...]. Les nations européennes sont en présence d’un dilemme, dont elles ne peuvent sortir que par l’un des deux moyens suivants : appliquer jusqu’au bout les nouveaux idéaux pour en faire profiter les nations faibles, ou bien renier ces idéaux et revenir aux anciennes luttes historiques et alors, c’en est fait de leur solidarité exclusive, et c’en est fait aussi des progrès humains, acquis péniblement par les luttes séculaires [...]. L’Empire britannique est devenu trop vaste, trop divisé, et trop répandu sur la surface de la terre, pour qu’il soit encore possible au lion britannique de faire entendre, partout, l’écho de ses rugissements grandioses [...]. C’est un spectacle étrange que de voir quarante millions d’hommes dominer plus de quatre cents millions répandus sur tous les continents. Pensez que ces subjugués sont des hommes qui sentent, souffrent et pensent. Ne croyez pas, parce que leur léthargie a été longue, très longue même, qu’ils soient condamnés à un sommeil éternel. Pensez à leur réveil et préparez-vous à cette aube terrible [...]. Regardez le péril bien en face, à ce prix seulement vous pouvez le conjurer. Il est temps. Faites des traités, donnez votre amitié. Fiez-vous à la reconnaissance des peuples et croyez quelle vous sera, dans tous les cas, beaucoup plus sûre et plus durable que les éclairs fuyants de vos baïonnettes. Il est temps, pour les hommes d’Etat anglais, de penser que le lion britannique doit céder la place à l’homme britannique, solidaire avec ses frères humains.

63Le lion a un âge, l’homme est immortel, et ce sera le plus grand honneur des dirigeants anglais que de travailler à immortaliser leur patrie ».

Epîtres aux Égyptiens

64En même temps qu’il adressait son Mémoire à Allenby, Morcos entamait, dans le quotidien Misr, la campagne de presse mentionnée plus haut, campagne qui allait se prolonger jusqu’en 1921 et où, fidèle à son idéal, il espérait rallier les Égyptiens à l’union en vue de former une nation forte, capable de déloger l’occupant.

  • 2 Articles qui n’ont pu être retrouvés.

65Sans doute faut-il attribuer à l’irrégularité de la situation sociale de Morcos l’article de Tadros al-Mankabady, propriétaire et rédacteur en chef du quotidien, ami de Morcos, qui le présentait au public le 14 avril 1919, rappelant sa réputation de penseur et d’orateur, ses conférences notoires, sa participation aux efforts nationalistes et les articles patriotiques qu’il avait quotidiennement donnés à Misr dès sa parution en 18952.

  • 3 Wafd : délégué. Mouvement nationaliste. Son comité fondateur a défendu les intérêts égyptiens à la (...)
  • 4 La fête du Nayrouz (Jour de l’An copte) avait même été instituée fête nationale.

66Le Wafd3, visant aussi à renforcer le front national et après que de nombreux coptes, des plus influents, suivis par la presque totalité de la communauté y aient adhéré dès l’aube de sa formation, avait favorisé le rapprochement entre coptes et musulmans4.

67En dépit de sa méfiance à l’égard des partis, Morcos, qui avait par le truchement du Wafd entrevu une possibilité de salut pour l’Égypte, décida de l’appuyer. Et c’est tout au long de sa campagne, malgré de fréquentes divergences d’opinions, qu’il insista sur la nécessité d’aplanir les antagonismes sous l’égide du Wafd.

68Pour alerter son peuple à la gravité de l’heure, il s’appuya sur les leçons de l’histoire, sur des principes juridiques et philosophiques qui semblent avoir spécialement touché ses lecteurs puisque plus d’un releva la richesse et la nouveauté de l’argumentation et souligna l’ampleur de la pensée qui l’alimentait. Misr, quotidien copte nettement wafdiste, était l’organe désigné pour corroborer le rapprochement des communautés.

69Le premier article de Morcos y parut le 15 avril. Publié en manchette comme tous ceux qui suivront, c’était un avertissement à « Maître Loutfy bey et ses compagnons » qui voulaient rejoindre à Paris la délégation wafdiste, partie le 11 avril au prix de laborieux pourparlers avec la Grande-Bretagne et de graves troubles à l’intérieur, pour défendre la cause égyptienne à la Conférence de la Paix.

70L’incitation à la confiance dans les délégués suivie d’un bref rappel au bon sens, les nouveaux aspirants au voyage n’ambitionnant que le but visé par les précédents, ne manquent pas d’ironie corrosive.

71Tout au moins aussi mordante est l’ironie de l’article suivant, « Ne vous calomniez point », qui dépouille l’insanité des motifs (le texte parle d’inventions) invoqués dans la presse par chacune des sociétés, la musulmane et la copte, pour servir de critère à leur union. L’auteur ne craint pas de les indisposer, toutes deux, en les confrontant à leur passé et à leur logique intérieure. La révolte gronde sous un rapide rétablissement des faits historiques, pour s’épanouir en une apothéose du patriotisme.

72Mais le lyrisme en est vite tempéré par la sévérité du conseil à la fois pédagogique et sociologique, adressé « à ceux qu’habite le désir de diriger les autres  », sur lequel se termine la mise au point.

73Le 7 mai, « Commerce et Colonisation » reprenait pour les lecteurs, le thème du Mémoire à Allenby. Après une allusion succincte au processus qui du troc aboutit au commerce et contre la prétention anglaise de maintenir le protectorat pour sauvegarder les intérêts commerciaux de la Grande-Bretagne, Morcos opposait la théorie du libre-échange dont l’Angleterre était elle-même la protagoniste. Cette forme d’attaque visant sur la contradiction basique, qui confronte les principes de l’adversaire à son comportement, cristallise la tendance logistique de l’esprit de Morcos, mentionnée par ceux qui, l’ayant lu ou entendu, ont parlé de sa rigueur d’argumentation. Il recourut souvent à ce procédé contre l’Angleterre, n’épargnant pas l’observation non plus que le blâme, le dédain ou l’ironie.

74C’est ainsi que, dans l’article du 26 mai, adressé à « Son Excellence Lord Curzon » pour protester à nouveau contre le maintien de la censure et dont le sous-titre significatif, « Le déni de l’identité anglaise », stigmatise les agissements de l’Angleterre à la lumière de ses principes, il raille « la vertu personnelle par laquelle se distingue l’âme de la puissante Angleterre », ou bien « la mentalité singulière des Anglais  » parlant de leurs colonies : « Lorsqu’ils conquièrent un pays, qu’ils versent le sang de ses enfants et dissipent ses biens, qu’ils provoquent la colère des autres nations, ils proclament que la philanthropie est leur seul but ».

75Ce texte et d’autres rappellent curieusement les satires de l’un des plus sagaces détracteurs de l’impérialisme anglais, Bernard Shaw, dont Morcos n’avait pas connaissance.

76Le 16 juin, la célébration de la première fête de l’Armistice, lui dictait, au lendemain de l’hécatombe, quelques accents élégiaques : « Et l’homme décrira son épuisement et son dégoût d’avoir tué son frère l’homme  », ou bien quelques réflexions désenchantées sur l’indifférence humaine : « Mais l’homme est un être faible, garrotté par ses appétits et ses activités, incapable de se détacher des contingences et de s’élever à la hauteur de son idéal ». Tandis que d’un autre côté, cette célébration lui permettait d’entrevoir l’aube d’une fraternisation nouvelle.

77Cet espoir éclate dans les cinq articles sur « La Justice » qui suivirent et qui eurent une profonde répercussion dont témoignent les lettres d’admiration enthousiaste adressées par toutes les classes de la société à la rédaction de Misr durant les mois de juillet et d’août 1919, celle de janvier 1920 intitulée « Notre Ecrivain Morcos », ainsi que les deux articles parus en hommage dans le même journal, l’un, le 25 janvier 1955 et l’autre, le 29 janvier 1955, sous le titre : « La justice ne meurt pas », que nous reproduisons dans la seconde partie de cet ouvrage.

78L’ensemble des cinq articles sur « La Justice » offrait un aperçu de philosophie historique portant sur les différentes conceptions et manifestations de l’idée de justice dans la conscience individuelle d’abord, dans la conscience sociale ensuite, puis enfin dans les rapports universels et politiques. Cet aperçu tendait à établir la suprématie finaliste de la justice dans l’évolution humaine afin de ranimer le courage des Égyptiens, démoralisés par la domination étrangère et l’impuissance politique et, grâce à un appui de principe, ranimer leur combativité.

  • 5 La série d’articles s’intitule "Al-Haq" qui peut vouloir dire aussi bien " le droit" que "la justic (...)

79L’intention en est clairement explicitée le long du texte puis soulignée par l’auteur dans une rapide mise au point datée du 30 juillet qui, aux demandes réitérées d’articles sur l’espoir, répondait par ces mots : « La justice est en soi un pilier de l’espoir planté au cœur de ceux qui ont été spoliés de leur souveraineté. Le droit est leur force5 et il n’existe pas d’espoir sans soutien et sans force. Il est donc notre trésor, la force des faibles, la source de leur espoir et son aboutissement ».

80Le premier des cinq articles paraissait le 24 juin 1919. Il se proposait la tâche préliminaire d’établir la réalité de l’entité « Justice » à travers la permanence de son concept, dont il examinait le cheminement dans la conscience humaine et les diverses théories qu’elle a suscitées. « Toutes ces hypothèses s’accordent à reconnaître, conclut Morcos, que la justice est la vertu de l’existence, que l’enfreindre est une vicieuse effraction aux lois de la vie, un accident destiné à disparaître ». Puis, s’adressant à l’esprit religieux de son peuple, il s’appuyait sur l’unanimité des religions à travers les âges. « On ne peut nier qu’il existe une essence immanente, permanente, dont la présence est démontrée dans tous les milieux où l’être humain a vécu qu’elles qu’aient été les circonstances l’entourant, fut-il primitif ou civilisé, faible ou fort, et que cette essence est la justice » ; qu’elle est « indubitablement une disposition naturelle à l’âme qui naît avec l’homme, avec laquelle il meurt et qu’il n’acquiert ni par l’instruction ni par l’imitation  » ; et que, de plus, « elle n’est pas pour le faible et l’impuissant la consolation des vicissitudes de la vie, elle est toute la force de la vie, son essence et c’est d’elle que dépendent l’avenir de l’humanité et l’honneur de l’existence ».

81Avec une pénétration de criminaliste « La Justice II », en date du 5 juillet, démasquait les détours de la conscience humaine qui anoblit ses abus en les plaçant sous les auspices d’une fin supérieure. Après avoir relevé l’analogie des attitudes du croyant et de l’incroyant aux prises avec le remords, tout en marquant la dissemblance de leurs recours à la disculpation, Morcos, rétorquant à l’Angleterre conquérante les arguments de l’Angleterre pensante, infirmait sa légitimation de la conquête appuyée sur les théories Militaristes. Il soulignait l’erreur de ceux qui en déduisent la glorification d’un appétit primaire et immédiat tandis que les promoteurs de l’utilitarisme, estimant que « dans le respect de la justice réside l’intérêt de l’humanité  », visaient à « créer un monde évolué, solidaire, qui allie la justice à la clémence, au patriotisme, à la philanthropie et à toutes les qualités qui remuent le cœur humain dans leur plus parfait achèvement et dans leur splendeur première ». Et que l’auteur de ces lignes, Bentham, qui avait élaboré son système en vue d’un altruisme supérieur, commentant sa conception de l’intérêt allait jusqu’à dire : « L’axiome du Christ : agis envers autrui comme tu aurais aimé qu’il agît envers toi-même, définit exactement l’intérêt tel que nous l’entendons ».

82L’article se termine par une condamnation de l’intérêt immédiat « parce qu’il autorise tout abaissement, qu’à sa faveur le vice se convertit en vertu et que ces mots, eux-mêmes y perdent leur signification ».

83Après avoir combattu l’utilitarisme, « La Justice III », en date du 10 juillet, critiquait la théorie qui conférait à la force la primauté sur le droit et l’auteur prônait sa faillite à travers les tentatives de ses adeptes, aussi bien avant qu’après qu’elle eût été systématisée par les penseurs allemands.

84Depuis les Égyptiens, les Romains et Alexandre, jusqu’à Charlemagne et l’Allemagne moderne, l’article constatait l’implacable extinction des empires les plus forts, dont survécurent seuls les principes supérieurs charriés par leurs civilisations, souvent à leur insu, et qui contribuèrent au développement humain. Ainsi, précise Morcos Fahmy, « si l’on étudie les manifestations des sociétés le long des siècles passés et qu’on les compare aux manifestations des sociétés actuelles, on ne peut douter du pouvoir de la justice non plus que du progrès de l’être humain, de son ascension vers la justice, la fraternité et l’égalité ».

85Ayant cité le triomphe du christianisme sur les persécutions des Césars, l’abolition de l’esclavage, la suppression de la discrimination raciale et signalé l’émergence du respect de l’individu, il écrit : « Si vous réalisez que l’humanité est parvenue à ce stade en combattant contre la force, contre ses appétits et ses penchants par l’effet du seul mot justice et par les impulsions du cœur, vous comprendrez que l’efficience de la justice conduit les peuples vers un but déterminé, que le triomphe lui appartient et que si même ce triomphe est différé c’est parce qu’il est à chaque chose son heure. Et si vous considérez ensuite que l’arme que s’est forgée l’homme pour se libérer de cet affreux asservissement est la raison poussée par l’élan de l’âme vers sa liberté naturelle, vous en retirerez l’inébranlable conviction que les facteurs de la vie, tant apparents que latents, convergent tous vers l’éradication de la force contemptrice du droit des gens afin qu’il ne demeure sur la terre ni fort ni faible et que la vie ne connaisse plus que l’iniquité ou la justice ».

86Appuyant cette vision d’un monde en voie d’amélioration, « La Justice IV », qui parut le 26 juillet, relatait le désaveu public de la force par les nations modernes : les Allemands dénonçant Guillaume II, les Français refusant de se battre à Odessa, la naissance du socialisme, de l’antimilitarisme et concluait : « Il n’y a pas d’excuse pour une nation qui se laisse décourager et pense que la justice n’a pas d’existence réelle et que celui qui la mentionne prodigue une consolation illusoire [...]. C’est nier la justice et c’est dans la foi en elle que résident la force, la victoire et la sécurité ».

87« La Justice V », du 31 juillet, entreprenait de rassurer les timorés qui, accablés par la permanence de l’injustice et le triomphe actuel de la force, sombraient dans le défaitisme : « Ceux-là se détruisent eux-mêmes, disait-il, parce qu’ils ont ignoré leur droit et qu’il n’est pas de vie pour qui ignore son droit  » et cherchant à insuffler la vaillance : « La vie est à celui qui souffre, qui endure, qui connaît son droit, qui est pénétré de sa force et suppute la victoire ».

88Pour ajouter à l’éloquence de ces mots, Morcos soulignait à nouveau l’obligation contraignant la force brutale à se camoufler sous des intentions supérieures : « La force rougit d’elle-même, elle se dissimule, se dérobe aux regards et camoufle ses visées, incapable d’affronter la justice [...]. Quelle victoire plus réelle que celle-là demandent les ayants droit ? Tout être convaincu que son existence est répréhensible et scandaleuse défaille, ses composantes se désagrègent, et il va vers l’anéantissement ». Il terminait avec ces mots réconfortants : « Ne désespérez pas. La justice ne s’allie pas au désespoir dans un cœur sincère et que Dieu nous préserve de l’homme qui pensera qu’il a été vainement dit que le fort est voué à la destruction ».

89Deux entrefilets publiés sous le même en-tête « Autour du droit » par Misr, le 9 juillet 1919, l’un signé Mustapha Fahmy et l’autre non signé, nous permettent d’évaluer la répercussion de ces articles :

« Le second article sur la justice (et la justice est naturellement une et indivisible) apportait la délivrance aux âmes des étudiants en droit dont la pensée et la parole ont salué avec nous cette plume qui augure en Égypte une nouvelle culture. De ma part et de la part de nombreux amoureux de la vérité et adeptes de la justice, j’applaudis à celui qui nous rend l’esprit cognitif dont nous étions sevrés, à celui qui secoue l’inertie de la vie et se dirige d’une conscience inquiète et d’une âme exceptionnelle vers la rive de sécurité, de paix et toute de droit où il nous convie. Le grand maître Morcos Fahmy a révélé aux coeurs une vie nouvelle, efficace, insoupçonnée avant lui. Puisse Dieu bénir cette âme et nous gratifier de semblables.
Mustapha Fahmy »

« O noble peuple, le porte-drapeau du droit, maître Morcos, brille à ton sommet et il a enregistré dans ton journal patriotique des observations sur l’évolution des nations marquant leur ascendance ou leur déclin suivant qu’elles aient observé le droit ou l’aient rejeté. Ses puissants aperçus sont développés dans une forme merveilleuse qui a enchanté les savants comme elle a convaincu les contradicteurs. Il apporte à sa conception de l’évolution des preuves profondes étayées par une argumentation philosophique irréfutable. Maître Morcos Fahmy a fait revivre les époques de nos anciens philosophes et Dieu soit loué d’avoir suscité en ce siècle un exemple vivant capable d’insuffler à notre patrie une philosophie égyptienne, de raviver les souvenirs du passé et d’apporter au monde la pensée nouvelle ».

Exhortations au Wafd

90A la suite de l’intervention de la délégation wafdiste à la Conférence de la Paix à Paris, et comme il était impérieux pour satisfaire aux principes de Versailles de justifier la sujétion d’un pays, l’Angleterre avait décidé d’expédier en Égypte une délégation d’enquête présidée par Milner. Officiellement venue établir, d’après une investigation sur l’état intérieur du pays, si les aspiration nationalistes étaient réelles et si l’Égypte était à même de les réaliser mais, en réalité, chargée de susciter tous les obstacles possibles à la moindre hypothèse d’émancipation, la mission Milner avait déclaré son intention de sonder toutes les couches sociales de l’Égypte.

91Le Wafd avait câblé aux dirigeants égyptiens l’ordre d’organiser le boycott de la mission.

  • 6 "Notre position face à la Délégation", Misr, 30 septembre.

92Supputant les dangers d’une démission des éléments pensants, seuls capables de diriger les masses au cas où, comme il le prévoyait, ces masses seraient les premières sollicitées par un questionnaire tendancieux, Morcos, le plus précautionneusement mais le plus fermement, conseille le contraire6 :

93« Nous affrontons un gang qui vient dans notre pays non point s’enquérir de la situation, car elle est un fait accompli et évident [...], mais exécuter une mission déterminée [...], incarner chez nous la grandeur et la puissance anglaises afin que celui qui redoute le sacrifice accepte l’humiliation et s’allie à eux dans la mesure où il trouvera son bonheur dans l’abaissement et l’acceptation de la vie avec ses vicissitudes ».

94Ménageant la susceptibilité du Wafd et de ses partisans, il expliquait : « Nous avons confiance dans notre Wafd, confiance dans l’efficience de ses hommes et dans la validité de leurs opinions. Cela est au-dessus de toute enquête et de toute discussion [...]. J’aurais aimé suivre le conseil de ceux que nous avons mandatés [...]. Je lis dans les journaux l’accord général autour de ce conseil. Mais je ne peux qu’envisager les dangers de son application et ne supporte pas de me taire en cet instant périlleux où le silence peut être un crime envers la patrie.

95Si les membres du Wafd se trouvaient parmi nous, leur recommandation eut été particulièrement valable. Mais ils sont loin, nous voyons les opinions diverses, les passions contradictoires, les manœuvres suspectes ; nous seuls les pratiquons et en sommes avertis [...]. Nous devons faire face aux événements sans hésitation et sans faiblesse [...]. Il ne faut pas nous leurrer en escomptant une entente unanime autour du boycott [...].

96Les hommes sont faits d’humeurs, de passions, d’opinions. Nombreux sont ceux d’entre eux qui tremblent devant la force [...]. Ceux-là peuvent demander l’autonomie intérieure et c’en sera fait de notre mouvement nationaliste ».

97La crainte que la mission n’arrachât au peuple son assentiment à l’autonomie était d’autant plus fondée que cette solution palliative avait été considérée possible en haut lieu : « Ils (le peuple) ne retiendront que l’important exposé qui frappa les esprits lorsque le Premier ministre démissionnaire l’eut publié. La délégation s’appuiera, alors, sur leurs dires, alléguant qu’ils ont été émis par les représentants les mieux autorisés de l’opinion égyptienne ».

98Après avoir supputé le pouvoir de coercition et de persuasion détenu par la délégation et sachant qu’elle l’appliquerait au peuple : « J’éprouve, dit-il, une profonde inquiétude chaque fois que j’imagine ce pouvoir considérable manipulant avec tous les moyens de pression dont il dispose cette multitude impuissante, incompétente et désarmée.

99Je demande à mes compatriotes de réfléchir. Nous faisons face à un tournant peut-être vital. Les nations n’obtiennent pas leur droit par la colère ni par le boycott, mais par l’action, l’effort et la persévérance, et notre action d’aujourd’hui est la plus importante qu’il nous ait été donné, ou qu’il nous sera peut-être donné, pour appuyer notre émancipation ».

100Puis, tentant encore une fois de dissiper toute équivoque au sujet de la subordination de cette action collective à l’œuvre wafdiste, Morcos spécifiait : « Nous devons leur signifier nous-mêmes nos intentions ici et dans nos provinces conformément aux agissements de notre Wafd en Europe afin qu’il ne subsiste à ce sujet plus d’ambiguïté ni de doute de leur part ou de la part de ceux qui nous croient faibles au regard des événements alarmants. Le devoir des Égyptiens, dans cette instance, n’est pas de faire le vide ».

101Mais la figure de Saad Zaghloul revêtait déjà le masque de l’idole infaillible. En dépit de la précautionneuse clarté du texte, sa teneur allant, pour la première fois, à rencontre des directives du leader, déclencha la colère publique. Morcos répondit aux premières attaques par un éclaircissement, daté du 2 octobre, sous la manchette « Ce que je veux  », qui disait : « Je veux que nos délégués aillent au-devant de la commission non point pour accepter notre sujétion comme on l’a faussement répété mais pour lui signifier que cette latitude dont l’honore son gouvernement en la mandatant pour nous menacer à la pointe de l’épée n’est qu’une bobine de fils usés et distendus incapables de rien harponner et surtout pas de rallier l’opinion égyptienne [...] ; que la protestation égyptienne soit unanime [...] parce que c’est cette unanimité que nous contestent les Anglais, que là réside leur prétexte (celui des Anglais), depuis l’origine de notre mouvement, qu’ils n’en ont pas d’autre, qu’ils prodiguent leurs efforts pour le faire admettre et contre toute évidence l’imposer au monde et à leur nation ».

102Mais les partisans n’admettaient pas d’opposition à l’oracle d’autant que, frappé d’anathème, l’opposant n’avait pas droit à la parole. Les appellations « d’hypocrite » et de « traître » retentirent sous les plumes les plus diverses.

103En réponse, paraissait deux jours après l’article intitulé « La Patrie ne se dérobe pas », où Morcos explicitait à nouveau sa théorie du combat en contrepartie du boycott. Rappelant que la mission vient soutirer à l’ignorance du peuple des déclarations contraires à celles de la délégation égyptienne, il avertit : « Il n’est pas digne de nous de laisser nos gens dans le désarroi, privés de directives ou de chefs [...]. N’oublions pas dans notre détresse qu’il nous reste une arme, l’unique que le sort nous ait consentie et c’est l’arme de la protestation, de la contestation, dans tous les lieux où se portera notre adversaire, surtout si ce lieu réside dans notre pays, sous nos yeux et qu’il est le théâtre d’un essai d’anéantir notre identité nationale en lui substituant les trébuchements et les défaillances des incapables ».

104Pour infirmer les assertions réitérées des Anglais, que le peuple est étranger aux aspirations nationalistes de ses chefs, « je voudrais, précise Morcos, que la patrie fasse entendre le même cri unanime [...], l’occasion nous en est offerte. Et la nation est un même cœur aujourd’hui, qu’il s’agisse de l’homme instruit ou bien de l’ignorant [...]. Nous ne devons épargner aucun effort pour convaincre ces cœurs ardents qu’une action où la nation se dressera toute entière est préférable au silence et que la lutte est plus féconde que l’inertie [...]. Je conjure tous ceux d’entre nous qui écrivent et qui pensent d’affermir leurs âmes, d’élargir leurs rangs et de réaliser que la nation est effectivement une, ne supportant aucune discrimination entre le patriotisme du lettré et celui de l’illettré ».

105Jusqu’ici Morcos s’en était tenu au domaine objectif de l’argumentation pour défendre sa position, mais il ne résista pas, cette fois, au malin plaisir de décocher une pointe à ses détracteurs qui, pour enrichir la gamme des preuves de félonie de Morcos, avaient honni l’angoisse sous-jacente à son appel à l’action, taxant cette angoisse de lâcheté et de défaillance du patriotisme. Il leur conseille : « Présentez-vous à cet affrontement redoutable, sans angoisse, vous qui avez raillé ma propre angoisse — alors qu’il est préférable d’en éprouver, en pareille circonstance — présentez-vous sans que votre angoisse invalide votre démarche ».

106L’article se termine en un ralliement à l’espoir : « Ayez confiance. Si vous agissez ainsi, les cœurs accourront vers vous de toutes part, vous entendrez l’appel de détresse de notre jeunesse, de nos hommes mûrs de toutes les conditions et de la masse de nos paysans que notre ennemi espère encore séduire et vous serez ébranlés par les lamentations de la femme éplorée à qui son fils a été enlevé, et son frère et son mari et son père dont le sang paye d’un prix infime l’asservissement de son pays ».

107La réplique ne se fit point attendre longtemps puisque Morcos y répondait le 9 octobre par « Pitié pour votre pays, ô gens de plume ». S’adressant à ceux qui l’avaient accusé de tabler sur le succès de ses écrits, il écrivait, non sans hauteur : « Je ne veux pas me défendre ici, cela me répugne [...]. Si quelques uns de mes écrits ont paru briller, c’est à la lumière d’une lutte entreprise dans un but supérieur, la défense du pays. L’accusation de traîtrise devint aussitôt impérative ; oubliant sa position, chacun a porté gravement atteinte à sa patrie alors qu’il voulait la défendre.

108S’il était permis à tout publiciste de qualifier son collègue de traître, souligne-t-il, faisant valoir le phénomène de la projection psychologique, il en résulterait qu’il n’est de patriotisme dans aucun de leurs cœurs ; s’il existait parmi nous dix publicistes niant chacun le patriotisme de l’autre, le témoignage des dix serait valable pour chacun d’eux en particulier. Ils ne réalisent pas dans leur emportement le tort qu’ils causent à leur pays. Car si les hommes de plume chargés d’éclairer et de défendre sont non seulement dépourvus de sentiment patriotique mais sont ceux-là mêmes qui trahissent leur pays, que serait le patriotisme des Égyptiens en général ? ».

109Sans doute était-ce pour édifier les lecteurs que Morcos rapporta la fable élaborée à son sujet par le quotidien Al-Nizam dont l’auteur, probablement conscient de la pénurie de son argumentation, avait éclairé ses révélations, d’un faisceau de lumières extra-terrestres.

110« Al-Nizam a écrit que, jouissant du don de divinations, il lui avait été révélé, au cours d’une séance occulte, que j’ai comploté la ruine de mon pays, que j’en ai entrepris l’exécution, précautionneusement, insinuant mes machinations en termes sibyllins, que je les aurais explicitées si elles avaient trouvé un accueil favorable et que, dans le cas contraire, je les aurais désavouées. Si c’était une main de patriote qui tenait la plume, commentait Morcos, les tribulations de son pays l’auraient faite frémir ; il lui aurait été impossible sous le coup de l’émotion d’écrire qu’il faut considérer la traîtrise comme le fondement du cœur égyptien jusqu’à preuve du contraire. Je ne crois pas, qu’en Égypte, quelqu’un soit à même de lire ces propos sans tristesse et sans frayeur ».

111Après la narration de ce conte, Morcos relevait les falsifications infligées à ses écrits : « Certains ont dit que dans mon premier article j’avais suggéré d’entreprendre les pourparlers avec la commission débarquée quel qu’en soit le résultat et d’autres ont dit que j’avais voulu parlementer avec cette commission pour nuire à nos intérêts et livrer mon pays à l’ennemi afin qu’il nous asservisse ». Citant alors, à la lettre ce qu’il avait écrit, il se laissait aller à l’indignation : « Qui donc peut lire ces lignes et oser déduire que je me range aux côtés de la délégation ? Que c’est une délégation qui vient mener une enquête pour connaître la vérité ? Et que de négocier avec elle peut être profitable ? Alors qu’il est écrit en toutes lettres qu’elle accomplit une mission déterminée et que cette mission consiste à nous humilier par la force et à nous faire accepter l’abaissement par la terreur. N’est-ce pas étonnant qu’après un énoncé si clair au début de l’article, les opposants hurlent que j’ai essayé de convaincre le lecteur que la délégation venait enquêter et qu’il était de notre intérêt de lui confier la disposition de nos droits ? ».

112Puis, le sens du ridicule reprenant le dessus, il relevait la substitution de personne opérée à son insu par l’un de ses ennemis, le terme n’est pas de trop : « Au sein de ces étranges manifestations des opposants, l’un d’entre eux, emporté par l’enthousiasme jusqu’au passage où l’article disait que la délégation venait avec un plan préconçu, avait été frappé par le mot "vicissitudes". Mais, parvenu à ce qui le contrariait, la colère s’empara de lui au point qu’il ne vit plus le reste du texte mais les projections dictées par son imagination et son courroux. Et, quand il voulut me contredire, ne pouvant admettre qu’il avait enregistré ce mot à travers mon écrit, il se l’appropria comme faisant partie de ses pensées tumultueuses pour l’ériger en manchette d’un article débitant toutes les accusations possibles, tous les arguments prouvant que j’ai oublié, non, que j’ai omis d’avertir mon pays que la délégation venait en Égypte exécuter un plan préconçu. O mon peuple, est-ce là votre entente et votre lutte pour une cause sainte, ou bien avons-nous entrepris de nous torturer les uns les autres ? ».

113A ceux qui l’avaient encore accusé de mépriser le petit peuple, Morcos répondait : « Je respecte profondément le peuple, contrairement à ce que publie la malveillance gratuite. Je ne me suis pas contenté de dire "la délégation est un gang qui vient en ennemi coercitif", j’ai voulu dans mon souci de patriote parer aux manigances de cette commission capable de flatter et de séduire [...], de gagner les cœurs en simulant la compassion pour les fellahs qui livrent leurs récoltes en échange d’un prix misérable, répandant au-devant d’eux des tonnes d’or en prétendue compensation du dépouillement de ces malheureux. Je crains, s’ils se comportent ainsi, que la faiblesse s’insinue dans le cœur de ces vaincus, et que résignés à l’occupation, ils confessent le désespoir et l’amertume de leur situation. Et les forts diront alors que c’est là l’expression de la pensée des Égyptiens et qu’ils ont renoncé à leur indépendance, car tout moyen facilitant la conquête à la pointe de l’épée est, dans la main du fort, légitime et glorieux.

114Nous sommes ici en train de lire, non de discuter ou de déduire [...]. Quelle plus odieuse image de la délégation la plume aurait-elle pu tracer pour l’offrir à l’abomination du peuple ? ».

115Ayant retranscrit d’autres extraits de ses articles, il ne craignait pas de dire : « Si vous aviez lu ce que j’ai écrit, vous y auriez trouvé l’expression de cette angoisse patriotique qui m’arrache des larmes et que j’ai voulu faire partager à mes compatriotes afin que, soulevés d’indignation, ils luttent pour leurs droits et j’ai dit : ’Il est naturel aux hommes qui ont éprouvé l’amertume de l’asservissement, et qui se battent pour leur liberté, de rassembler leurs forces, de prendre leurs précautions, de penser et de penser encore, au lieu que, rassurés par les prétextes dispensés par leur passivité, ils soient pris au dépourvu et laissent aller les événements jusqu’à leur issue fatale, sans effort et sans défense’ ».

116La révolte qui transparaît sous ces mots ne résultait pas seulement de la mauvaise foi interprétative mais aussi de l’inertie dont pourrait faire montre l’Égyptien et de la crainte de son inévitable aboutissement. C’est sous l’effet de cette crainte qu’il conjurait ceux qui s’en prenaient à sa personne de ne pas aggraver la situation : « Ayez donc pitié, ô peuple, de votre pays, ayez pitié de ses enfants, sauvegardez les cœurs blessés, n’ajoutez pas à leurs blessures, car s’ils perdent patience et ne rencontrent pas de compréhension, c’en est fait de leur courage et de leur résistance ».

117Il semble que le jour même de la parution de cet article d’autres critiques aient assailli l’opinion, car, le 10 octobre, c’est-à-dire le lendemain, un second « Pitié pour votre pays, ô gens de plume » répondait à de nouveaux assauts avec peut-être un peu plus de hauteur et moins de patience : « Votre accord magique autour du boycottage a, sans doute, entravé toute possibilité d’entente de sorte que l’appel à vous défendre vous a rebutés comme si vous aviez opté pour l’inaction ou bien que vous vouliez abandonner aux arrivants ces peuples livrés à leurs lamentations, à leur isolement et à leur rancœur ». Ce n’était guère la première fois que Morcos essayait — en les faisant toucher du doigt — de parer aux effets du dénuement moral et intellectuel aussi bien qu’aux effets de la misère du peuple.

118Il continuait, s’attaquant à la mauvaise foi de ses détracteurs : « Lisez, Eminences de mon peuple, s’il vous en faut davantage. Les nations n’obtiennent pas leurs droits par la colère et la bouderie mais par la lutte et la persévérance. Nous nous trouvons ici devant une motion, la plus importante qui nous ait été ou qui nous soit offerte pour activer notre renaissance. Nous ne devons à aucun prix la laisser passer sans lui imprimer le sceau de notre volonté patriotique conformément aux exigences du droit [...]. Au lieu de lire les mots  »action« ,  »lutte« ,  »persévérance« , imprimer à ce mouvement le sceau de notre volonté patriotique, les opposants ont décidé — et il n’y a pour moi aucun espoir de me faire entendre — ils ont décidé de lire : soumission aux décisions de la commission, entreprendre les pourparlers en vue d’obtenir l’autonomie ».

119Et sûr de lui, défiant la calomnie, il poursuit : « Ils ont dit que, dans mon article, j’avais écrit mot pour mot :  »le devoir des Égyptiens dans cette conjoncture est de déléguer un comité semblable à celui du Wafd dans le but de rencontrer la commission et de lui exposer l’opinion du pays et ses espoirs« . Oui, j’ai écrit cela et le répèterais textuellement, si j’avais à l’écrire aujourd’hui. Il existe une énorme différence entre les mots "exprimer les opinions et l’espoir" et les mots "engager les pourparlers en vue d’obtenir l’autonomie". Ce sont deux choses distinctes, aux antipodes Tune de l’autre. D’ailleurs (et c’est ici la première fois que Morcos ait mentionné la qualité de son apport au mouvement wafdiste), dans nos entreprises et dans l’ensemble des manifestations de notre lutte nous n’avons, jusqu’aujourd’hui, jamais exposé nos opinions et nos espoirs non plus qu’explicité les motivations de nos droits. C’est pourtant la tâche de tout écrivain luttant pour son pays ; c’est la mission assumée par le Wafd, à l’étranger ; et si, d’énoncer ces trois mots est un acte criminel, alors, par Dieu, le crime est chevillé à notre mouvement, dès sa naissance et jusqu’à son extinction ».

120Après une critique détaillée de l’interprétation de ses écrits, l’auteur s’adressait au lecteur : « Dites, je vous en conjure par Dieu, quelle est cette fatalité déterminée à abaisser un rideau voilant tout ce que j’écris et qui, non contente de l’abaisser, a, de sa main clandestine, imprimé sur cet épais rideau l’opposé de ce que j’ai écrit et que vous avez tous lu aussitôt ?

121Je ne crois pas, je le répète, la calomnie du peuple intentionnelle, ajoute-t-il, évitant encore de porter la querelle sur le plan personnel. Mais dans son amour et sa déférence pour le Wafd, il aura lu que le boycott était un devoir et ce devoir se sera gravé dans sa conscience ». Puis, s’adressant au lecteur [...] : « Le boycott comme chacun l’entend supprime toute sorte de relation entre toi et celui que tu boycottes [...], tu ignores complètement son existence [...], tu ne peux même pas lui adresser un message [...].

122Alarmé à l’idée que ma patrie offre une telle inertie à un ennemi venu l’anéantir et quoique conscient du risque que j’encourais en m opposant à l’opinion générale, je me suis dit :  »Mon pays plutôt que moi«  et j’ai crié à mon peuple : ’Ne gardez pas le silence, ne boycottez pas, élancez-vous à la défense de votre pays, unis et déterminés’.

123J’ai crié mon inquiétude et la colère d’un peuple imbu du mot "boycott" s’est déclenchée. Une âme pénétrée de colère ne peut lire que ce que lui dicte sa colère. Ils ont donc lu l’opposé de ce qui est écrit [...]. Les opposants se sont senti personnellement pris à partie et ont imaginé avoir eux-mêmes voulu cette chose éminente : le boycott positif d’ailleurs je ne comprends aucunement ce qui est désigné par les mots "boycott positif". Ce sont là deux termes contradictoires ».

124En dépit de sa volonté d’éluder le plan personnel, il ne put se défendre encore une fois d’évaluer la perspicacité du fin limier qui avait su dépister l’absence de patriotisme à travers l’engagement émotionnel : « J’ai jeté le cri d’alarme et vous avez prétexté que mon angoisse dénonçait ma traîtrise, parce qu’un patriote loyal est supposé écrire d’une plume sereine et parce que la tristesse ne peut pénétrer son cœur ni l’angoisse son esprit. Ayez donc pitié de votre pays et de vous-mêmes, ô conseillers ! Avez-vous donc si bien vérifié l’exactitude de ce propos, que vous vous soyez tous si bien entendus ? Demandez-vous, en conscience, si un prisonnier enchaîné peut envisager sans angoisse ses alternatives d’évasion [...].

125Je n’imagine pas un homme qui pleure la honte de la sujétion et l’exploitation de son pays, dont les pensées sont concentrées sur les ténèbres qui l’environnent, qui en décrit les dimensions aux siens dans l’espoir d’y trouver peut-être une issue et dont la plume puisse courir sans que les pulsations de son cœur la précèdent. Les comédiens sur les planches s’affligent des sentiments fictifs qu’ils traduisent ; pouvez-vous évoquer les malheurs de votre pays, vous battre pour lui et demeurer calmes et sereins ? Pitié pour votre patrie. Craignez que l’on dise, mais nous sommes loin de cela comme le ciel de la terre, que de leur propre aveu ce cri est un cri mensonger dont leur cœur ne recèle ni semence, ni racine. Je suis loin de ce patriotisme congelé, mon pays n’en est pas encore affligé, non plus, et je demande de rester dans la tristesse et l’angoisse tant que la sécurité de mon pays n’est pas assurée. Je demande, plutôt, que la terre m’engloutisse avant qu’il me soit un instant donné de prendre la plume pour dépeindre les misères de mon pays sans frémissement, sans anxiété et sans passion ».

126D’autres que Morcos avaient heureusement partagé l’indignation qu’un tel acharnement de mauvaise foi ne pouvait manquer de provoquer. Après ce second « Pitié pour votre pays, ô gens de plume » du 10 octobre, Misr publiait, le 16 octobre, une nouvelle protestation contre l’hostilité de la presse envers leur auteur et spécialement contre celle d’Al-Nizam. Venue de Mansourah, signée seulement des initiales arabes correspondant au ain, ré et thé, elle n’épargne guère les adversaires de Morcos. Intitulée « Entre maître Morcos Fahmy et le propriétaire d’Al-Nizam  », elle attaque vivement :

  • 7 Issue du Coran, l’expression dit : "Si tu te bats que ce soit avec ce qu’il y a (l’arme) de meilleu (...)

« La main malintentionnée et guidée par l’ignorance s’est trouvée paralysée, condamnée à écrire le contraire de la vérité et à aligner les sophismes creux. Il n’existe, dans les différentes classes égyptiennes, personne qui ait désavoué Morcos Fahmy ou ignoré la loyauté de son patriotisme même aux jours où le patriotisme était un terrain malaisé, hérissé d’épines.
Il a mis au service de sa patrie le rayonnement de ses facultés fascinantes, au lieu de chercher à se frayer un chemin en foulant aux pieds sa conscience comme tant d’autres dont nous enregistrons jour après jour les écrits et les discours.
L’aube de la liberté de la presse ne s’était pas plutôt levée sur le territoire égyptien que nous vîmes Morcos Fahmy nous dispenser journellement une oeuvre d’une portée profonde pour les esprits éclairés.
Il pensa dans son souci pour l’avenir de sa patrie face à la commission Milner qu’il fallait manifester notre opposition à cette commission en constituant un front uni ou tout au moins une députation sélectionnée qui représente toutes les classes de la patrie et aille au-devant d’elle lui exprimer notre détermination.
Certains patriotes zélés protestèrent et le vigoureux polémiste, Abd al-Rahman al-Rafey le contredit mais avec ce qu’il y a de meilleur7, expliquant ses visées de sorte que l’on a pu voir l’honorabilité de l’intention qui le guidait.
Quant au propriétaire d’Al-Nizam, on eut dit d’un lion qui s’abat sur une proie tombée au-devant de lui et qu’il avait depuis longtemps résolu d’achever.
Qu’a-t-il contre nous le propriétaire d’Al-Nizam, que son journal répande à flots les calomnies et les diffamations contre Morcos Fahmy, contre ses intentions et ses aspirations.
Si maître Abd al-Rahman al-Rafey bey avait vu dans les propos de Morcos Fahmy bey quelque sujet répréhensible ou discutable, il aurait été le premier à en parler afin de révéler la vérité comme il l’a toujours fait à l’endroit de tout écrit qui l’altère. Je ne suspecte pas l’intégrité du propriétaire d’Al-Nizam, en dépit de ce que j’entends dans certaines réunions parce que je le tiens pour un patriote zélé, désireux d’affirmer la supériorité de son journal mais par des moyens honorables et intègres, non point en déblatérant contre les journaux des autres.
Nous ne sommes pas aujourd’hui dans l’alternative de préférer un journal à l’autre ni de comparer un écrivain à l’autre. Chacun possède un rang spécifique. Nous traversons un temps où il faut peiner et collaborer en vue du salut.
L’amour de la célébrité est un but honorable et la recherche de l’autorité de parole une grande ambition, mais plus noble et plus honorable est la recherche du droit. Si durant de longues années, Morcos bey Fahmy a servi l’Égypte en avocat éminent, en écrivain illustre et en patriote jaloux du ralliement général, allons-nous aujourd’hui l’accuser de traîtrise pour un mot que nous aurons lu avec ressentiment ? Il n’y aurait plus alors de patriotisme et il n’y aurait plus de patriote parmi nous.
Craignez Dieu, ô peuple, ne vous laissez pas entamer par les discussions et ne vous attelez pas à les attiser. Souvenez-vous combien l’acier de vos plumes a ruiné d’hommes loyaux, il n’y a pas longtemps.
Souvenez-vous combien dans vos journaux et du haut de vos pupitres vous avez diffamé un peuple qui s’est avéré aujourd’hui plus prompt que d’autres au devoir, plus profondément patriote et plus apte au sacrifice.
Souvenez-vous combien vous avez dénoncé la traîtrise ou la défection de Saad, de Loutfy al-Sayed et d’autres ! Etaient-ils traîtres ou déserteurs ceux-là et se sont-ils soudain transformés en patriotes dévoués et fervents ?
Laissez cet homme supérieur gravir son chemin patiemment, endurant ce que le sort lui a réservé de malheurs et de préjudices jusqu’à ce que vienne le jour où devant lui sera tranché le cou de ses ennemis plutôt que celui de ses amis.
Et vous, Morcos bey ! Les lutteurs de tous les pays ont souffert avant vous ce que vous souffrez maintenant. Avant vous Saad, Loutfy, Mahmoud Soliman et tant d’autres furent accusés de déloyauté, qui sont aujourd’hui applaudis par Al-Nizam et par tous les Égyptiens.
Et vous propriétaire Al-Nizam, je ne doute pas de votre patriotisme ni de votre dévouement ni de rien de tout cela, mais je vous blâme de commettre de graves injustices et de gaspiller un temps précieux à assaillir un patriote ardent qui, s’il n’était profondément résolu, nous eut privés d’une plume magnifique, celle d’un de nos plus nobles écrivains ».

127La venue de la mission britannique différée en raison de la précarité de santé de Lord Milner, la querelle autour du mode de réception qu’il convenait de lui réserver, trouva le temps de battre son plein.

128Lord Milner débarqua en Égypte, à la belle saison. Au tableau de ses obligations figurait, naturellement à l’honneur, la visite au Moufty.

129Sous l’en-tête « Nous sommes plus forts », Morcos Fahmy décrit la rencontre, le 9 janvier 1920 :

130« Lord Milner, visiteur aimable, s’est rendu chez Son Eminence le Moufty, en quête d’une entente amicale. Celui-ci est un politicien chevronné, supporté par une puissante armée, l’autre un cheikh croyant que soutient, seule, la conviction de son droit.

  • 8 Cheikh signifie également maître, homme âgé, vénérable.

131Une atmosphère de détente s’établit, la conversation s’engagea aisée et le cheikh fit allusion au droit et à la force. Alors que le calme régnait et que les esprits fusionnaient, le cheikh impérialiste8 prend soudain son interlocuteur à partie, l’arrache à sa retraite, l’entraîne sur le champ de bataille, fait cliqueter les épées et dit : "Entendez-vous ces bruits terrifiants, c’est notre force, souvenez-vous en, sachez que nous sommes le peuple le plus puissant de la terre, maître des décisions, que c’est donc à nous de commander et d’imposer notre volonté". Sur ces mots, il se figea sans plus articuler une parole.

132Une ombre indécise sembla se substituer au visiteur qu’il croyait incarner. On vit apparaître un homme âgé, faible, alourdi par les ans, fatigué d’avoir supporté la vie et ses ambitions, non les siennes propres, mais celles de sa nation qui, ayant su tirer quelque prospérité de sa petite île rocheuse, promenait sa convoitise à travers le monde ; et lui, son représentant parmi nous, soucieux de sa destinée, appelé à s’expliquer au nom du droit, il se vit projeté hors de son domaine et à bout d’expédient crut assurer son triomphe par le recours à l’intimidation.

133Respectueux de l’hospitalité envers son hôte, notre cheikh a répondu : "Pitié, Monsieur le puissant, les temps sont réversibles".

134Non, Monsieur, proteste Morcos, nous sommes plus forts. Si votre gouvernement omnipotent avait su triompher de notre faiblesse, il n’aurait pas entrepris ces investigations à droite et à gauche, mobilisant ses hommes ; vous ne seriez pas venus vers nous, vous et votre suite, chercher à gagner notre consentement ». Et Morcos continue d’accumuler les arguments, ponctuant chacun par la phrase « Nous sommes plus forts ». Il souligne que « C’est la première fois qu’un représentant du gouvernement britannique confesse être venu au Caire dans son propre intérêt alors que voilà quarante ans qu’ils nous infligent la rengaine de la sollicitude et de la protection contre l’agresseur [...]. Ils sont venus nous combattre sur notre sol non pour nous réformer, non pour œuvrer en vue de l’humanité et de la civilisation, ni pour nous arracher à cette barbarie dont ils nous taxent calomnieusement mais pour satisfaire leurs vaines convoitises. Un tel aveu reconnaît indubitablement que nous sommes plus forts ».

135Accusant les Anglais d’avoir remplacé le chantage moral « des prétextes éducatifs » par le chantage de la force, Morcos souligne que celte dernière manifestation n’en était que plus malséante : « Nul ne peut comprendre ce chantage au cœur d’une conversation entre deux cheikhs dans le cadre d’une hospitalité apaisante. La visite ne le requérait point, la condition du chef religieux ne l’autorisait guère et la dignité de l’âge n’y convenait pas. La force anglaise n’est un secret pour personne. Il n’y avait pas lieu de la rappeler ».

136L’article se termine par un défi à l’Angleterre : « Dites ce qui vous plaira, Monsieur, nous savons et vous l’aurez confessé aujourd’hui, qu’au sein de la nature, le droit seul est l’expression de la volonté divine. Nous sommes plus forts ».

137L’article suivant, intitulé « Plus forts et ambigus », qui parut le 13 janvier, est aussi un défi à l’Angleterre. Dès ses premiers mots, il nous éclaire sur la signification du titre : « La franchise est une force. La seule honorable, peut-être. Mais elle ne sied pas aux puissants, ils ne la recherchent pas, la trouvant incompatible avec les autres espèces de forces ».

138L’auteur sait bien que « La dissimulation et la ruse sont l’arme du faible impuissant  », mais il différencie les deux ruses en opposant leurs mobiles : « Le faible dissimule dans le but de sauvegarder ses droits, craignant l’ambition du fort et ses agressions tandis que le fort dissimule parce qu’il redoute d’affronter le droit ». Cette crainte, explique Morcos, lui est un perpétuel sujet de malaise : « Crois-tu, dit-il à son peuple, que la dispersion de nos hommes, la suspension de nos journaux et l’extinction de nos libertés agissent sur nos cœurs plus que le tourment infligé au fort lorsqu’il transgresse la loi ? ».

139Ce tourment prévu dans une conscience saine, Morcos pensait que le contrevenant à la loi n’y pouvait échapper et il en attendait le salut : « Aujourd’hui où la conscience s’est affinée, les infractions au droit sont à la honte de leur fauteur, le puissant est tenu de dissimuler ses abus, et on le voit recourir à l’ambiguïté, aux complications, à la perfidie. Mais une force, qui rougit de ses actes et qui se sait suspecte et odieuse, est déjà en voie de désagrégation et sur le point de s’anéantir ».

140A travers ces considérations, c’est l’Angleterre que défie l’article, au moins aussi hardiment que le précédent, pour se terminer sur une note d’espoir plus ferme encore, conscient qu’aucune autre motivation ne peut déterminer le peuple à lutter : « La force aveugle représente, en somme, un des grands facteurs vitaux qui entraîne les puissants à leur insu vers l’accomplissement du droit et dont la course vers ce but s’accélère d’autant plus qu’elle est aveugle et semble rougir d’elle-même, [...]. Et si le fort s’imagine que dans sa duplicité et son imposture résident sa délectation, elles ne sont que la voie d’élimination de sa force et de ses exactions.

141Ne souffrez donc pas de leur machiavélisme, c’est l’épreuve des âmes dénuées de scrupule et la juste revanche du faible opprimé ; et ne leur demandez pas d’être véridiques car la véracité est la vertu du droit souverain et si leur force s’alliait à la vérité, c’est elle qui aurait triomphé du monde. Dites-leur plutôt :  »Ajoutez à votre despotisme et à votre perfidie autant que vous le suggéreront les fantasmes du pouvoir et de ses appétits«  ; et si même vous l’ignorez, vous êtes sur le chemin de la civilisation et de l’honneur ».

142Le 20 janvier, c’était à un autre Anglais que Morcos adressait son envoi, un Anglais dont le nom est peut-être incorrectement transcrit en raison de l’absence de voyelle dans l’alphabet arabe. Il s’agirait d’un certain Sir Valentin Neshroll. Le sous-titre de l’article, « L’Ecriture et ses devoirs sacrés », est dicté par l’indignation de Morcos devant la campagne réprobatrice entreprise par la presse anglaise contre tout ce qui touchait à la question d’Égypte.

143« Certains écrivains anglais, écrit-il, combattent ici et là l’aspiration de l’Égyptien à son indépendance. Ils lui dénient toute chose et le vilipendent de toutes manières, incapables qu’ils sont d’articuler un mot d’équité qui leur permette de simuler des sentiments d’humanité rarement ignorés même par le tyran sanguinaire dont l’épée répand la mort autour de lui [...]. Si vous refusez à l’Égyptien son droit ou que vous contestez sa capacité ou bien que vous lui discutez la compréhension de son intérêt, cela aussi bien que vos autres erreurs peut passer pour une des formes des querelles coutumières aux luttes de la vie, fussent-elles injustes ; mais que vous lui déniez son cœur et tous les sentiments qui peuvent l’agiter et toute douleur et toute peine, arrêtez là, de grâce, la guerre a ses lois sacrées, l’épée son champ d’action au seuil duquel elle s’arrête, désarmée et pensive ».

144Après avoir rapporté les malveillantes interprétations des manifestations égyptiennes pratiquées par les Anglais : « Quelle satisfaction trouvez-vous à tant dénaturer ? s’écrie-t-il, et pour qui écrivez-vous ? Si c’est pour vous-mêmes, vous détenez la force et vous pouvez en disposer ; si c’est pour persuader les consciences des enfants des hommes, les puissants vous ont consenti l’objet de vos ambitions ; et si c’est pour torturer ceux que vous avez vaincus, arrêtez d’écrire, car la guerre a son honneur, et les coeurs leurs tabous que ne peut transgresser l’épée dégainée.

145Je n’écris pas pour vous convaincre du droit de l’Égyptien ou que vous le confessiez. Je ne prétends pas cela. Je prétends, et ce que je demande n’est pas une exigence immodérée, qu’en dépit de leurs tendances, il reste au cœur de ceux qui écrivent une trace d’équité qui arrête leur plume à la limite de la victoire et de l’oppression au lieu que, passant outre, elle se délecte à humilier et à torturer.

146Déniez-nous ce qu’il vous plaira de nous dénier ; combattez nos demandes avec l’arme qu’il vous plaira d’utiliser, vos armes sont nombreuses et vos prétentions infinies [...] mais n’empiétez pas sur nos sentiments [...]. Laissez nos cœurs à Dieu et à nous. La force vous a donné le pouvoir souverain, pénétrez-vous de ses trésors et permettez aux âmes de vivre leurs rêves consolants, car rien n’est plus impuissant que la force à traquer l’âme dans les domaines du rêve où la projettent sa douleur et la beauté de son droit spolié ».

147Le mépris exprimé par ce paragraphe devient plus hautain, peut-être, dans le suivant : « Comment pouvons-nous vous convaincre de nos sentiments alors que vous confondez la vérité avec la pleutrerie et le tourment avec la sauvagerie [...] ? Il est difficile d’imaginer qu’il soit demandé à une nation qui trompe sur ses sentiments et ses souffrances de divulguer ce qu’elle éprouve au plus profond d’elle-même, comme s’il était en son pouvoir d’ouvrir son propre cœur afin que les incrédules y voient de leurs yeux et y palpent de leurs mains le siège de sa souffrance, mesurant les ravages causés par ces plaies et qu’ils arrachent ce cœur de sa poitrine pour le jeter, saignant et palpitant, de sorte que les présomptueux puissent disserter de ses blessures, en supputer les raisons et les commenter ».

148Et encore : « Nous ne vous reprochons pas de conclure d’après les trébuchements de certains écrivains, et leurs errements sont multiples, en tout temps, en tout lieu, motivés soit par l’ignorance soit par la peur soit par la lourdeur de leurs plumes qu’ils manient sans être à même de la tenir. Nous ne vous désapprouvons pas d’élaborer sur leurs errements les preuves qu’ils ont préféré l’humiliation et la honte pour eux et pour leur patrie comme s’il était dans l’homme une conscience capable de souffrir pour son droit et pour son honneur qui choisisse délibérément les épreuves de l’abaissement et de la servitude. Et vous ne nous terrifiez pas lorsque vous prétendez que voici une nation mineure, exposée aux déprédations des puissants, incapable de leur tenir tête et que vous devez défendre.

149Dites tout cela, dites autre chose, si cela vous fait plaisir, répétez-le ».

150C’est ensuite un appel à l’humanité, également dédaigneux :

151« Mais si [...] vos esprits sont encore importunés par le souci de la justice [...], arrêtez la flèche de vos plumes comme s’arrête le soldat devant le déséquilibre des forces entre lui et son adversaire, qui abaisse son épée par pitié pour le cœur humain et pleure sur lui-même et sur son frère vaincu, implorant la compassion et le pardon et déplorant les épreuves de la condition humaine, fut-elle triomphante ou écrasée. Ne soyez pas avare de cette larme devant la souffrance. Elle recèle, dans sa goutte infime, une ombre de la pitié du fort pour le faible et une feinte diversion pour celui qui opprime. Et il est naturel à l’âme, que la force séduit et détourne de son achèvement, de recourir aux larmes du regret et de la pitié pour décanter son trouble, retrouver son identité et récupérer quelque peu de ses sentiments ».

152Alors qu’en pleine effervescence, l’Égypte, braquée sur ses délégués à l’étranger, multipliait à l’intérieur les manifestations et les attentats (Mohamed Tawfiq Nessim à peine nommé Premier ministre avait failli être victime d’une bombe visant, peut-être avant l’heure, le Sirdar Sir Listack et qui coûta la vie à plusieurs soldats), Morcos, redoutant une recrudescence de violence tentait, le 29 juin 1920, un article pacificateur, « Silence et attente », qui débutait par ces mots : « C’est aujourd’hui notre seule attitude [...]. Non le silence impuissant du désespoir ni l’attente du capitaine du vaisseau épuisé qui se laisse porter au gré des vagues et des caprices du destin, mais le silence fort de son droit, mais l’attente de la grandeur engagée sur la voie de l’espoir [...]. Que dire et qu’écrire, alors que brûle dans nos cœurs cette flamme sacrée [...]. Vous allez penser, étonnés, qu’on n’a pas vu de négociations silencieuses [...], mais une forte politique a créé l’incompréhensible en ce monde ».

153On lit dans les mots suivants la fierté qui lui permit de surmonter l’épreuve des années de radiation : « Je n’aime pas les plaintes, rien n’approche autant d’un aveu d’impuissance, d’une reddition à la pression des événements, d’une quête d’excuse et d’un acheminement vers la défaite ».

154Ce silence, certes, n’était pas une abdication ; il le prouva dans la constance de sa lutte pour la réhabilitation et il l’explique dans son exhortation au peuple : « Mais il incombe au faible de n’oublier jamais son droit. S’il sait s’en souvenir, il trouvera en lui-même une force devant laquelle toute autre force cédera et la plainte lui imprimera un élan nouveau qui l’encouragera à persévérer et stimulera son espoir [...]. Nul ne persécute le faible plus que lui-même lorsqu’il accepte de renier son droit et de s’asservir à la force [...]. Vois-tu, si le désespoir s’était emparé de nos âmes [...], eut-il été possible d’assister à ces négociations dont certains déplorent le pacifisme alors que c’en est le bel aspect consolant et qu’il amènera une nation puissante à reconnaître, fût-ce partiellement, que les faibles ont une liberté et qu’ils détiennent des droits ».

155Au terme de l’article, on voit avec surprise apparaître le fond sceptique de ce lutteur que l’on aurait cru le champion de l’espoir et qui, pour une fois, se questionne publiquement : « Je ne sais pas si au cours de la lutte vitale les détours des faibles sont plus honorables et plus nobles ou bien si ce sont les exactions des forts qui acculent les faibles à tenir à leur dignité de sorte que, secouant leur torpeur, ils revendiquent leur droit à l’existence, proclamant l’immanence de la justice ; ou bien si c’est la vie qui agit sur l’homme comme une force magnétique et l’entraîne et qu’alors il n’existe ni faible ni fort ni préférence ni préféré ».

156Ces lignes, dévoilant dans un écrit destiné au public, une pensée intime de Morcos, sont vite rattrapées par son souci de la responsabilité de l’écrivain, souci qu’il avait exprimé lors, de ses deux discours sur la censure et la constitution et répété au congrès d’Assiout dans ses reproches aux journalistes et qui ne l’incitait guère à divulguer une inquiétude personnelle. L’invitation à l’espoir et à l’effort reprit vite le dessus.

Appel aux coptes

157La fête du « Nayrouz », le Jour de l’An copte, célébrée le 14 septembre avait été, en 1920, officiellement promue au rang de fête nationale afin de sanctionner le ralliement des communautés autour de l’œuvre de libération.

158Ce jour-là, Morcos prononça un discours à Alexandrie où siégeait le gouvernement pour la saison d’été.

159Le préambule du discours est, pour ainsi dire, un hymne à l’aube, au soleil, dont il est regrettable de ne pouvoir traduire l’élégante poésie et qui chante, avec le renouveau de la vie, « la consolation qu’apporte tous les matins la nature aux cœurs souffrants ».

160A côté de l’élan vers le renouveau, la pensée de l’orateur se tourne vers le passé parce que, dit-il, « le cœur de l’homme est identique en tous temps et en tous lieux ainsi que son idéal pour la réalisation duquel il ne cesse de lutter depuis des temps immémoriaux ».

161Ces réflexions l’amènent à parler de la richesse stimulante du souvenir, des liens qui rattachent les générations actuelles à celles qui les ont précédées ou à celles qui les suivront et, dans un essai de fusion spirituelle de la nation, de la similitude de l’aspiration religieuse à travers ses manifestations les plus diverses :

  • 9 Hégire : littéralement fuite du Prophète de la Mecque vers Médine ; marque le début de l’ère musulm (...)

162« Nous célébrons aujourd’hui le souvenir des martyrs coptes et, dans deux jours, nous célébrerons le souvenir des tribulations du Prophète des musulmans et de son hégire9chez ceux qui Ton persécuté et combattu ; et, en fait, nous commémorons aujourd’hui et nous commémorerons demain une même entité : la vertu humaine et le développement auquel elle aspire. C’est pour cela qu’il est erroné de dire : celui-ci est le jour du copte et celui-là est le jour du musulman. Ils sont tous deux le jour de tout homme qui apprécie la lutte de l’humanité et ses mérites et tout ce qu’ont offert les hommes supérieurs de sacrifices pour le bienfait des leurs ou plutôt des autres en général ».

163En un monde où les problèmes politiques étaient intimement liés aux problèmes religieux et devant de nombreux auditeurs musulmans, Morcos tire de l’héroïsme des premiers chrétiens d’Égypte un témoignage qui dément la campagne entreprise par l’Angleterre, pour répandre l’opinion que l’Égyptien était un pleutre inconsistant :

164« Voici près de deux mille ans, le sang de nos ancêtres a coulé sur le sol d’Égypte, réclamant la liberté des religions qui demeure, jusqu’aujourd’hui, la plus chère des prérogatives. C’est un exemple vivant, authentique, dont le sceau indélébile prouvera éternellement au monde que l’Égyptien n’est pas tel qu’on le décrit, inerte, amorphe, ne tenant qu’à l’existence et incapable de sacrifice. Mais (ajoute-t-il à l’intention de ceux qui auraient voulu bénéficier du sacrifice), on ne se sacrifie pas en vain, quelle que soit la faiblesse de celui qui se sacrifie et quel que soit le pouvoir du persécuteur ».

165Revenant ensuite à l’impérieuse nécessité de ranimer sa confiance dans l’avenir, il faisait constater à son peuple l’avantage moral, qu’en dépit des apparences, il avait récupéré contre les Anglais :

166« Quoi qu’il en soit, nous avons gagné du terrain ne fût-ce qu’en paroles et nous avons pourvu— je ne dis pas notre ennemi, mais notre éducateur — d’une langue nouvelle. Après avoir été pour eux des enfants ignorant les fondements de la vie, soumis à l’interdiction d’articuler un mot qui ne soit inspiré par notre omnipotent tuteur, privés d’âme, dénués de cœur, nous nous sommes retrouvés semblables à eux, dotés d’une âme, d’un cœur et d’une langue. C’est là un grand pas qui représente à mes yeux le tout pour le tout parce que c’est le mot de la justice et que celle-ci n’est jamais invoquée en vain ».

167A ceux qui redoutaient d’accepter l’indépendance au prix d’un accord préliminaire comprenant des réserves, il expliquait : « La fortune des nations n’est pas consignée dans un registre en caractères indélébiles, irréversibles, car la vie a ses voies et la justice recèle une force dont les jaillissements ne peuvent être contenus par un trait de plume sur une feuille de papier ni se satisfaire d’un alignement figé de mots destinés à s’imposer aux faibles comme constituant un traité ».

168Et comme le Wafd avait fait publier par Loutfy, qu’il voulait soumettre à l’opinion le projet de l’accord « impartialement », Morcos protestait :

169« Je vous demande, à vous que votre patrie a choisis et qui vous êtes sacrifiés pour elle, de prodiguer vos conseils et le plus partialement qui soit.

  • 10 Il y a un jeu de mots dans cette interjonction : Loutfy étant un des attributs divins, "ô Loutfy" e (...)

170O Loutfy10 et je dis ô Loutfy parce que je me souviens des jours où les pulsations de nos cœurs se rythmaient à la cadence de notre service patriotique et que ce souvenir me rapproche de lui, ô Loutfy, sois partial et achève ton combat, toi et tes frères, ne vous arrêtez pas à la croisée des chemins. Battez-vous, soyez partiaux, vous l’avez été avant ce jour. Qu’étiez-vous, sinon partiaux, le jour de votre déportation à Malte, qu’étiez-vous, sinon partiaux, quand vous avez vendu vos biens et abandonné vos travaux et quitté votre pays, sans savoir si vous y reviendriez jamais ?

  • 11 Tous les assistants répétèrent la phrase en criant.

171Dites tous avec moi : ’Nous sommes tous partiaux, tous hommes du Wafd au service de leur pays’11 ».

  • 12 Premier ministre copte, nommé en novembre 1908, assassiné en février 1910.

172Ce discours vibrant d’un espoir patriotique fut suivi le lendemain par un discours plein d’espoir communautaire prononcé au théâtre Olympia d’Alexandrie qui, comme l’indique son titre, « A propos de notre statut juridique », traduisait l’ambition de Morcos déjà formulée lors de sa participation au maglis Milly d’abord, de ses exposés successifs à Boutros Ghali12 et au Haut-Commissaire britannique et de son discours au congrès d’Assiout ensuite, et qui était de rénover l’armature juridique et sociale de la société copte. Le journal Misr, qui le mentionne le 15 septembre 1920, n’en fournit malheureusement qu’un vague aperçu, tout en le couvrant d’éloges : « [...] L’incomparable conférence qu’a bien voulu prononcer le grand génie, maître Morcos Fahmy, [...] l’écho des inflexions de sa voix transperçait les cœurs et ses vibrations transmettaient l’amour de la réforme et du développement ».

173Après avoir fait valoir l’importance de la réunion pour les réformes en vue, le journal cite quelques phrases, omettant intentionnellement, semble-t-il, les points essentiels puisque les objets de réforme proposés par l’orateur sont passés sous silence et qu’un bref résumé, faisant suite à certaines citations, elles-mêmes résumées, se contente de mentionner : « Enfin, il (Morcos) proposa les procédés sains pour entreprendre les réformes par les voies juridiques, tout en respectant les structures sociales et il en développa longuement les aspects ».

174Quant aux lignes relatives à la condamnation, en 1892, de l’archiprêtre Serghios et de l’évêque qui l’appuyait, elles sont vagues :

  • 13 Le Patriarche copte orthodoxe.

175« Je me reporterai, aurait dit Morcos, pour l’histoire de notre réforme, à ce qui a précédé les évènements de 1892, à l’époque où la nation était en plein mouvement, où le zèle réformiste qui bouillonnait dans les esprits avait atteint sa maturité intellectuelle pour s’éteindre, sous le coup d’une condamnation de notre chef religieux suprême13, réprouvant un de nos évêques réformateur. Ce jugement inique était irrévocable et le mouvement s’effondra et son ardeur s’éteignit jusqu’aujourd’hui ».

176Puis encore :

177« Il (Morcos) parla de la situation actuelle et ses propos peuvent se résumer en ces termes : La communauté copte se soumit au décret de 1892, elle baissa le ton, ses facultés progressistes se figèrent... Il ne faut pas croire que notre mouvement d’aujourd’hui soit une victoire de l’archiprêtre Serghios ou de Sa Béatitude l’évêque, auteur de l’appel préliminaire, mais je peux dire qu’ils n’ont pas craint de s’offrir en premières holocaustes pour l’amélioration de notre situation juridique et la nation ne doit pas lésiner sur le tribut à leur rendre pour leur contribution à la réforme ».

  • 14 Les Pyramides, quotidien, aujourd’hui l’organe du gouvernement.

178Le journal mentionne une critique de l’orateur à l’adresse du ou des membres du maglis qui avaient livré au public le détail de certains débats secrets tenus à une séance du tribunal copte, autorisant ainsi la presse, Al-Ahram14 en particulier, à tourner en dérision ces « prétendus tribunaux et leur simili procédure ».

179Il cite aussi l’appel de Morcos à la détermination collective pour faire triompher l’idéal réformateur, blâmant la démission de ceux qui, réalisant la nécessité d’apporter des amendements à la situation, se disent « Que puis-je en tant qu’individu solitaire ? », en soulignant que cette démission « est corollaire de la régression dont nous nous plaignons ».

180Comme nous l’avons indiqué, le compte-rendu n’apporte aucun éclaircissement sur l’objet des réformes, ni sur les moyens proposés pour les mener à bien. Cette obscurité est probablement délibérée, en raison de la hardiesse des critiques ou des suggestions hétérodoxes.

181Morcos aurait-il trop ouvertement parlé de la rigidité ou des limitations du corps ecclésiastique qui avaient provoqué la révolte de Serghios ?

182Aurait-il remué ses idées exposées au congrès d’Assiout en 1911, au sujet d’un contrôle séculier des biens cléricaux ? Aurait-il tenté d’introduire certains amendements « laïcisateurs » au contrat religieux du mariage, comme il lutta pour obtenir quelque atténuation aux rigueurs du contrat matrimonial de la sharia dans les ordonnances de la constitution égyptienne, à l’élaboration de laquelle il travailla assidûment depuis 1919 jusqu’à sa publication en 1922, consulté par les collaborateurs de l’œuvre, assumant des tranches entières du texte, sans que son apport fut mentionné, sans qu’un des articles de sa composition lui fut attribué ? Y eut-il d’autres discours ou d’autres articles entre septembre 1920 et avril 1921 ? Ils n’ont pas été retrouvés.

183La réintégration au barreau, la participation à l’élaboration de la Constitution, absorbèrent-elles l’attention de Morcos ? Les discussions qui se jouaient au sein du Wafd depuis sa formation, qui allèrent se multipliant et s’accusant, l’éloignèrent-elles du champ de bataille ?

184Toujours est-il que c’est pour rappeler Saad Zaghloul au fair play, que la plume qui le secondait auparavant désapprouva lorsqu’elle revint en lice, et dans Al-Ahram, cette fois, afin d’atteindre un plus large public que les déclarations du leader avaient touché.

185Celui-ci s’était embarqué pour Londres dans l’espoir d’y entamer les pourparlers concernant l’indépendance égyptienne. Par la voix de Milner, l’Angleterre avait objecté qu’il n’y aurait de négociation possible qu’avec un responsable officiel, c’est-à-dire un chef de gouvernement. Certain que sa popularité lui vaudrait le portefeuille, Zaghloul avait accepté le principe. Mais au lieu d’être désigné par le sultan Fouad, il vit Adly Yeken nommé Premier ministre. Il câbla aussitôt de Paris, où il était revenu plaider la cause de l’Égypte, exigeant la présidence de la délégation wafdiste, le retrait de la loi martiale et l’abolition de la censure.

  • 15 Janice Terry, The Wafd, p. 136.
  • 16 Sayeda Zeinab, sainte islamique dont la mosquée a donné son nom à l’un des quartiers populaires du (...)

186Puis, se rendant compte que la distance le desservait, il rentra en Égypte où il commença par assurer le gouvernement de son support, mieux de sa collaboration. Il réitéra ensuite sa demande de la présidence, et sur le refus de Adly de la lui concéder, poussé par ses partisans les plus fanatiques, Saad revint à sa position première et fomenta des séditions. Adly, dans une interview à Al-Ahram le 25 avril15, l’accusa d’entraver les négociations. Saad riposta par son fameux discours du 27 à Sayeda Zeinab16où il retirait sa confiance au gouvernement, alléguant que si les ministres entreprenaient les négociations alors qu’ils étaient désignés par le sultan, choisi lui-même par l’Angleterre, « cela équivalait à ce que Georges V négocie avec Georges V ».

187Morcos répondit d’abord par l’article qui parut le lendemain dans Al-Ahram, sous le titre « L’argument verbal est une arme dangereuse », dont la déférence du préambule et de la finale, non plus que la courtoisie du ton, ne masquent l’ironique entrain. Il faisait remarquer à Saad qu’ayant été, lui-même, « nommé juge par ordre de Cromer, puis promu ministre et titré pacha, par ordre de Cromer [...], ensuite délégué de la Chambre législative, en vertu d’une loi édictée par Cromer, et appliquée par les Égyptiens qui s’y sont soumis. Et qu’au moment de la composition du Wafd, lorsqu’il s’est agi d’en élire le président, toutes ces qualifications précédentes avaient influé sur la décision, parce qu’elles motivaient un plus grand respect pour sa personne ; et que, pourtant, ces conditions n’infirmaient pas la base établie la veille, d’après laquelle il aurait été le délégué de Victoria en tant que juge, puis d’Edouard VII, puis enfin de George V ». Poussant l’argument jusqu’à son ultime conclusion, l’article relevait que si le principe énoncé par Saad était valide, il invalidait, ipso facto, toute tentative de négociation.

188Il est possible que la remontrance ait donné à réfléchir, à ceux-mêmes qui n’en avaient pas perçu l’humour, mais elle n’entama pas la soif de pouvoir du leader, elle ne calma pas la fièvre de ses partisans, et les troubles, de plus en plus organisés, devenaient menaçants.

189Misr, le 7 mai, produisait un autre article dont la manchette, « La Patrie, c’est toi non moi », présageait de moindres ménagements. Rappelé à ses devoirs de leader, Saad y était convié à arrêter de semer la méfiance dont le règne risquait de tout compromettre, à oublier sa vanité, plus que sa vanité, puisqu’après l’avoir exhorté, la plume de Morcos laissait courir ces lignes : « N’offre pas au monde le spectacle d’une Égypte ignorant le sens ou l’apparence du patriotisme et ne l’amène pas à conclure que, dans le cœur des Égyptiens, ce sentiment ne pèse pas plus qu’un traitement de ministre ».

190Venant de Morcos qui répugnait aux attaques personnelles, une phrase de ce calibre permet de mesurer l’indignation de son auteur devant le déchaînement des ambitions si néfastes à la cause. Elle devait en tous cas, au moins autant que les derniers articles, susciter le courroux du leader et de ses partisans, dont la ferveur avait atteint au paroxysme. Ce courroux s’exacerba à l’annonce du discours qu’allait prononcer Morcos Fahmy au sujet de la caballe autour de la querelle présidentielle. Redoutant la portée du discours et résolus à le prévenir, ils multiplièrent les menaces et sans plus d’ambages, les pratiquèrent publiquement. Non contents de les signifier par lettres, ou par téléphone, ils en firent l’objet d’en-têtes journalistiques. Morcos relatait l’exploit au préambule de son discours, car il eut lieu, en dépit des avertissements, au Théâtre Printania, le 2 juillet 1921. Mais en raison de ces avertissements, des mesures draconiennes de sécurité l’entourèrent et lui valurent d’être baptisé « Discours dans une citadelle ».

191La présentation du journal Misr, qui le reproduisit le 3 juillet, relatait que les assistants devaient exhiber leurs cartons à l’entrée et qu’un détachement de soldats assurait l’ordre, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur de la salle. Elle parlait de la voix de l’orateur « vibrante de courage et d’un patriotisme qui transparaissait à chaque mot », du discours « structuré, éloquent et ensorcelant », mais ne faisait pas allusion à l’ironie percutante qui sous-tend les rappels à la grandeur de la cause, à l’oubli de soi, qui préside à la relation des volte-face du leader, à la dissection de la mégalomanie inquiète qui les remue, et qui suscite de savoureuses et inattendues comparaisons historiques, tel le rapprochement entre Zaghloul et Robespierre.

192Après la mort de son auteur, de rares survivants se rappelaient encore la résonnance de ce discours.

193Morcos se retira de la scène politique en 1922. Il débattit de par sa carrière des procès d’une portée politique mais sans engagement de sa part sinon celui du fait juridique et moral concernant ses mandataires. Ceux-là, presque toujours les adversaires du gouvernement de l’heure, étaient fatalement ses victimes et Morcos les défendit sans considération pour le parti auquel ils appartenaient.

194Il discourut aux congrès des avocats de 1925, de 1937 lors des accords de Montreux, de 1948, traitant de sujets plus sociaux et juridiques que politiques.

195Au congrès de 1925, avec le gouvernement libéral de Ziwer et un juriste du calibre de Abd al-Aziz Fahmy au ministère de la Justice, il avait vainement espéré obtenir pour le statut féminin l’amélioration qui avait été refusée lors de l’élaboration de la Constitution.

196Unanimement relaté par la presse, le discours fut relevé dans L’Égyptienne de mai 1925 par Céza Nabarawy, le porte-parole de Hoda Shaarawy en ces termes :

197« En lisant dans les journaux le compte-rendu du banquet des avocats, j’ai été vivement intéressée par l’éloquent et judicieux discours de maître Morcos Fahmy. Jamais en effet l’éminent avocat du barreau n’a défendu plus juste et plus noble cause en proposant au gouvernement actuel la réforme de la famille égyptienne sur des bases accordant à la femme des droit égaux à ceux de l’homme ».

198Quoique ne prenant plus aucune part publique à la vie politique, Morcos fut à plus d’une reprise consulté par des chefs de gouvernement pour essayer de résoudre quelque difficulté d’ordre intérieur ou extérieur.

199Lorsqu’en novembre 1924, Ahmed pacha Ziwer accédait à la présidence du conseil des ministres, il acceptait un lourd héritage. Son prédécesseur, Saad pacha Zaghloul, dont l’investiture ne datait que de janvier 1924 et dont l’éphémère durée comptait déjà deux offres de démission ponctuant les difficultés surgies tantôt entre le gouvernement populaire et le Palais, et tantôt entre le gouvernement populaire et la Résidence, démissionnait définitivement à la suite de l’assassinat, le 19 novembre, du Sirdar Sir Listack.

200Sir Lee Stack était un ami personnel de Lord Allenby, le Haut-Commissaire britannique, ce qui ne pouvait qu’aggraver les choses. Celui-ci prit l’initiative des représailles sans attendre la réponse du Foreign Office. Il présenta lui-même l’inacceptable ultimatum délivré au nom du gouvernement britannique.

  • 17 Yunan Labib, Histoire des Ministères égyptiens, p. 272-274.

201Venu à la présidence escorté de tout son appareil militaire pour mieux souligner l’inflexibilité de la sommation, il la lut en anglais parce que Saad Zaghloul ne pouvait la comprendre et repartit sans en attendre la traduction en accordant vingt-quatre heures de délai pour y répondre17.

202En démissionnant, Zaghloul abandonnait une situation si visiblement inextricable que, dans son Allenby in

203Égypt, le vicomte Wavel, jouant de l’humour noir, disait :

  • 18 Janice Terry, The Wafd, p. 170.

204« Le destin dépêcha la dépouille du Sirdar pour résoudre une situation insoutenable »18.

205Aux prises avec des exigences aussi humiliantes qu’onéreuses, Ziwer appelait Morcos pour l’aider à y faire face.

206La latitude d’assistance était pour ainsi dire nulle. Allenby réclamait à l’Égypte : 1- des excuses 2- la mise en jugement des meurtriers 3- cinq cent mille livres sterling d’indemnité 4- le retrait de toutes les troupes égyptiennes du Soudan 5- un accroissement illimité de la surface agraire irrigable au Soudan 6- la suppression de tous les pourparlers relatifs à la protection des intérêts étrangers en Égypte, ajoutant que l’Angleterre assurerait elle-même la protection de ses propres intérêts.

207Les palliatifs étaient malaisés et la question soudanaise cruciale. Zaghloul avait versé l’indemnité à l’Angleterre avant de démissionner, la protestation ne porta donc que sur la continuation des pourparlers relatifs aux intérêts étrangers et le maintien du Condominium de 1899, pour ce qui concernait les clauses soudanaises. L’issue de la tentative n’en fut pas moins dramatique puisque Ziwer, venu au pouvoir en tant que wafdiste, finit quand même par céder sur tous les points, occasionnant ainsi la démission de deux de ses ministres wafdistes les plus décidés Ahmed Mohamed Khachaba qui cumulait les portefeuilles de l’Instruction et de la Justice et Osman Moharrem qui détenait celui des Travaux publics.

208Le seul document retrouvé concernant les débats est une lettre à Allenby du 25 janvier 1925. Elle est signée par Ziwer et dactylographiée de sorte qu’il est difficile.de déterminer l’apport de Morcos dans les suggestions qu’elle contient. Il semble pourtant que, s’il n’en avait pas été responsable, on ne l’aurait pas retrouvée dans ses papiers.

209Il a été également retrouvé une réponse de Noqrachy à la lettre où, fidèle à son idéal d’un front uni, Morcos lui conseillait de ne point créer de nouvelle scission au sein d’un Wafd déjà amenuisé par de nombreuses défections et celà à la veille du jour où les Anglais s’apprêtaient aux pourparlers de Montreux.

210Lorsque Saad Zaghloul mourut, en 1927, il fut remplacé à la présidence du Wafd par Mustapha al-Nahas. Mohamed Fahmy al-Noqrachy, neveu de Madame Safya Zaghloul, appelée la « mère du peuple », et l’un des membres les plus autorisés du Wafd, qui avait contribué à la désignation de Nahas à la présidence, avait participé d’emblée aux trois premiers ministère Nahas.

211Mais en janvier 1937, lors de la formation du quatrième ministère de Mustapha al-Nahas, Noqrachy était écarté sous l’instigation, dit-on, de Makram Ebeid qui redoutait sa concurrence dans l’éventualité d’une nouvelle succession ou même une rivalité d’influence dans la conduite des affaires. Noqrachy commença par critiquer ouvertement la politique du gouvernement et, le 7 septembre, publia sa démission du comité supérieur du Wafd pour former le parti Saadiste avec son ami Ahmed Maher.

212Morcos que la maladie et puis la mort de sa femme, survenue en septembre, avaient distrait des événements extérieurs, écrivit à Noqrachy vers la fin octobre, lui conseillant de ne pas créer de nouvelle scission au sein du Wafd de crainte d’amoindrir son efficience dans les négociations avec l’Angleterre qui devaient se dérouler l’année suivante.

213Après les politesses et les remerciements d’usage, la réponse de Noqrachy, datée du 2 décembre 1937 était catégorique :

« La sainte union qui nous avait tous rassemblés des années durant n’est plus qu’un vestige. Je pense que l’union est un devoir lorsqu’il s’agit de réaliser une idée ou d’accomplir une œuvre dans l’intérêt général. Nous ne jouissons pas en ce moment du gouvernement équitable que nous espérions et pour l’avènement duquel le pays a prodigué tant d’efforts conjugués, ce gouvernement efficient nécessaire au renforcement de la patrie et à son relèvement.
Il nous incombe donc d’exprimer notre opinion chaque fois que nous voyons un facteur susceptible de desservir l’intérêt général car nulle tentative d’enrayer le mal ne saurait engendrer rien de nuisible.
Quant à celui qui se complait dans le rêve d’une union passée, aujourd’hui en voie de dissolution, les faits sont là pour dissiper son rêve et lui dire que la multitude est vaine ».

214Il était difficile de taxer plus allègrement son conseiller d’irréalisme en dépit des égards entourant les remerciements subséquents pour l’intérêt témoigné et la peine généreusement encourue.

  • 19 Yunan Labib, Histoire des Ministères égyptiens, p. 274.

215Cette lettre marque la dernière tentative politique dont on ait relevé la trace parmi les documents de Morcos. Son contenu, en dépit de la justesse des arguments, raffermit-il en lui la conviction profondément ancrée déjà de l’irréductibilité des appétits et des vanités qui se trament dans les coulisses de cette scène que, pour ces mêmes raisons, il avait abandonnée depuis près de quinze ans et sur laquelle, somme toute, il n’avait fait que deux brèves mais notables apparitions19 ?

Morcos Fahmy à l’Exposition internationale de 1957

Notes

1 Le français et l’anglais.

2 Articles qui n’ont pu être retrouvés.

3 Wafd : délégué. Mouvement nationaliste. Son comité fondateur a défendu les intérêts égyptiens à la Conférence de la Paix, à Paris, puis soutenu la cause de l’indépendance égyptienne auprès du gouvernement britannique, à Londres.

4 La fête du Nayrouz (Jour de l’An copte) avait même été instituée fête nationale.

5 La série d’articles s’intitule "Al-Haq" qui peut vouloir dire aussi bien " le droit" que "la justice" et "la vérité".

6 "Notre position face à la Délégation", Misr, 30 septembre.

7 Issue du Coran, l’expression dit : "Si tu te bats que ce soit avec ce qu’il y a (l’arme) de meilleur".

8 Cheikh signifie également maître, homme âgé, vénérable.

9 Hégire : littéralement fuite du Prophète de la Mecque vers Médine ; marque le début de l’ère musulmane.

10 Il y a un jeu de mots dans cette interjonction : Loutfy étant un des attributs divins, "ô Loutfy" est une invocation à la miséricorde divine.

11 Tous les assistants répétèrent la phrase en criant.

12 Premier ministre copte, nommé en novembre 1908, assassiné en février 1910.

13 Le Patriarche copte orthodoxe.

14 Les Pyramides, quotidien, aujourd’hui l’organe du gouvernement.

15 Janice Terry, The Wafd, p. 136.

16 Sayeda Zeinab, sainte islamique dont la mosquée a donné son nom à l’un des quartiers populaires du Caire.

17 Yunan Labib, Histoire des Ministères égyptiens, p. 272-274.

18 Janice Terry, The Wafd, p. 170.

19 Yunan Labib, Histoire des Ministères égyptiens, p. 274.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/1342/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 139k

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540