Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Histoire que je porte sur mon dos

 | 
Sayyid Uways

Index des principales personnalités citées

Texte intégral

ABAZA Fikri : le "rieur éploré" (al-dâhik al-bâqi), comme il fut surnommé d'après le titre d'un de ses livres. journaliste, poète et homme politique, l'une des figures du Parti national.

'ABDUH Muhammad (1844-1905) : le meilleur élève d'al-Afghâni, même si le disciple a pris ses distances par rapport au maître ; le véritable fondateur du réformisme, qu'il introduit au cœur d'al-Azhar avec pour objectif de réconcilier la fidélité à l'essence de l'islam des premiers temps et le rationalisme moderne en débarrassant la religion musulmane des "scories" et des "innovations blâmables" que les docteurs y ont introduites au fil des temps.

AL-AFGHANI Gamâl al-Dîn (1839-1897) : "agitateur professionnel" et l'un des premiers promoteurs des nationalismes orientaux. Arrivé en Égypte en 1870, il regroupe autour de lui un cercle de disciples parmi lesquels Muhammad 'Abduh, dont sortira le premier réformisme.

AMIN Ahmad (1886-1954) : le principal historien de l'islam dans la perspective réformiste, auteur d'une fresque historique de l'Islam des origines à la "décadence" ottomane - L'aube de l'islam. Le matin de l'islam, le midi de l'islam (fajr al-islâm, duha al-islâm, zuhr al-islâm) - la véritable conscience morale et culturelle des années 40 et 50.

AMIN Qâsim (1865-1908) : fondamentalement, un pédagogue ; d'où ses positions sur l'émancipation des femmes, condition sine qua non du renouveau moral et intellectuel de la société égyptienne : l'un des pères putatifs de l'université égyptienne ; peut-être l'un des meilleurs représentants de la pensée libérale égyptienne.

AL-'AQQAD Abbâs Mahmûd (1880-1965) : représentant du romantisme conservateur, essayiste et polémiste d'abord wafdiste puis sa'adiste, il donne des gages à la religion avec la série des 'abqariyyât (le génie de...) qu'il consacre au prophète et à ses compagnons.

AL-BARUDI Sâmi (1839-1904) : à la fois poète nationaliste et ministre de la Guerre au moment de l'épisode orabiste.

CLELAND Wendell : Universitaire américain, détaché à l'Université américaine du Caire dans les années 30, et qui a joué un rôle considérable dans l'émergence des principales institutions du service social en Égypte, notamment dans le cadre du réseau associatif, particulièrement dense à cette période.

DARWISH Sayyid (1892-1923) : le rénovateur de la musique arabe, dans laquelle il introduit des formes d'expression et des instruments qui lui étalent étrangers, mais qu'il sait adapter aux canons de la musique traditionnelle.

FARID Muhammad (1868-1919) : Successeur de Mustafa Kâmil à la tête du Parti national et prolongateur de son action; il prépare ainsi le terrain qu'occuperont à partir de 1919, le Wafd et Sa'ad Zaghlûl.

GAWISH 'Abd al-'Azîz : prend la direction de L'Etandard (al-Liwâ ) après la disparition de Mustafa Kâmil; il représente la tendance la plus "ottomaniste" et la plus "islamique du Parti National.

HAFIZ Ibrahîm (1872-1932) : le "poète du Nil", concurrent "populaire" ou "populiste" de Shawqi, mais non moins classicisant dans la forme, voire l'expression. C'est par la force de son lyrisme et ses engagements qu'il innove. Traducteur des Misérables.

AL-ΗΑΚIΜ Tawfîq (1899-1987) : polygraphe à la fois sceptique et idéaliste, aussi à l'aise dans le théâtre et le roman que dans l'essai ; l'Ironie douce est le trait le plus constant de son écriture, des notations du Journal d'un substitut de campagne à ses ultimes Entretiens avec Dieu.

HAYKAL Muhammad Husayn (1889-1956) : homme de lettres et politicien, dans le camp des Libéraux-constitutionnels, dont il anime le journal, La politique (al-siyâsa) ; auteur du premier roman en langue arabe, Zaynab , animateur d'un mouvement "pharaoniste" vite avorté.

HUSAYN Taha (1889-1973) : sacré "doyen des lettres arabes", il représente une sorte d'archétype du passage d'une culture azharienne traditionnelle à une pensée "moderne" ; dans L'avenir de la culture en Égypte, il donne ce qui apparaît comme la charte du renouveau intellectuel dans ce pays : une maîtrise sourcilleuse du turâth (patrimoine) arabo-islamique, relu dans les cadres d'une pensée scientifique.

KAMIL Mustafa (1874-1908) : Figure emblématique du mouvement national égyptien ; fondateur en 1907 du Parti national et animateur du journal L'étendard (al-Liwâ) ; à la fois "parlementariste" convaincu et partisan du maintien de l'Égypte sous souveraineté ottomane, il n'a cessé de tenter de faire jouer les rivalités entre les puissances européennes pour promouvoir l'indépendance de l'Égypte.

KILANÏ Kâmil : fondateur, dans les années 1940, de la première maison d'édition de livres pour enfants en Égypte.

MAHIR Ahmad : fondateur en 1938 du parti sa'adiste. Après son expulsion du Wafd, il accepte de constituer un gouvernement minoritaire avec l'appui du Palais et contre le Wafd ; c'est lui qui fait entrer l'Égypte en guerre du côté des Anglais, ce qui vaudra d'être accusé d'être inféodé à Londres. Il est assassiné en 1945.

AL-MANFALUTI Mustafa (1876-1924) : adaptateur plutôt que traducteur du romantisme et de ses formes ; sa langue, parfois précieuse voire archaisante en même temps que son lyrisme incarnent l'une des "options" ouvertes au renouveau de la littérature arabe explorée par les nombreux auteurs qu'il a influencés, lors de ce qu'il est convenu de désigner comme la Nahda.

AL-MAZNI Ibrâhîm (1889-1949) : Romancier du "réalisme sceptique", spécialiste de la mise en scène des nouvelles perversions des élites occidentalisées.

MUBARAK Zaki (1891-1952) : polygraphe, "l'homme cultivé" de son temps, auteur de très nombreux écrits sur l'histoire et la littérature arabe classique ainsi que sur la mystique musulmane.

MUSA Salâma (1887-1958) : journaliste et essayiste rationaliste, socialiste-fablaniste; animateur de la La nouvelle revue (al-Majalla al-jadîda) lucidement anti-fasciste, publiée durant la deuxième guerre mondiale, dans une Égypte dont une large part de l'opinion manifestait des sympathies pour les puissances de l'Axe, dans l'espoir de se débarasser de l'occupation britannique.

AL-NADIM 'Abd Allah (1845-1896) : l'orateur de la "révolution orabiste"; journaliste et agitateur, passé dans la clandestinité après la débacle de 'Orabi; fondateur en 1892 du Professeur (al-Ustâdh), porte-parole d'un populisme nationaliste et islamique.

AL-NAHHAS Mustafa (1876-1965) : successeur de Sa'ad Zaghlûl à la tête du parti Wafd ; préside un certain nombre de ministère, sans parvenir à réaliser les deux objectifs fondamentaux de son parti : l'Indépendance et l'unité de la vallée du Nil - entendre l'indivision du Soudan et de l'Égypte.

AL-NUQRASHI Mahmûd Fahmi (1888-1948): parmi les membres fondateurs du parti sa'adiste, après son expulsion du Wafd en 1937 ; à plusieurs reprises chef de gouvernements minoritaires, notamment en 1945 et 1946 ; assassiné en 1948.

ORABI Ahmad (1841-1911) : porte-parole des officiers "indigènes" de l'armée égyptienne, tenus en lisière par les officiers supérieurs turco-circassiens ; sa rébellion contre le khédive Tawfîq, en 1882, constitue l'une des premières manifestations de ce qui sera présenté comme le "nationalisme" égyptien ; elle constituera le prétexte de l'Intervention britannique et la cause "formelle" de 70 années d'occupation pour l'Égypte.

AL-RAFFI Amîn : rédacteur en chef des Nouvelles (al-Akhbâr)), auteur de travaux historique sur la dynastie de Muhammad Ali.

Rose al-Yûsuf : de son vrai nom Fâtima al-Yûsuf, actrice en vogue au début des années 20, fondatrice du journal du même nom en 1925.

SA'ID Abd al-Hamîd : fondateur, en 1927 de l'Association de la jeunesse musulmane, conçue comme la réplique aux activités missionnaires de l'Association de la jeunesse chrétienne (YMCA).

SARRUF Ya'qûb (1852-1927) : fondateur en 1876 de La sélection (al-Muqtataf), revue littéraire en même temps que scientifique - on pourrait dire "scientiste" -, puis, avec Fâris Nimr, du Muqattam (al-Muqattam), hebdomadaire politique défenseur d'une "européanisation" progressive de l'Égypte et hostile au réformisme.

SHA'RAWI Huda (1879-1948) : pionnière du féminisme égyptien et grande figure du mouvement national, fondatrice en 1923 de la première Union des femmes égyptiennes.

SHAWQI Ahmad (1868-1932) : le "prince des poètes" - mais aussi le "poète des princes"; maître incontesté du néo-classicisme; auteur de tragédies et de fables, à côté de poèmes de la facture la plus traditionnelle, dans lequel il coule des thèmes "modernes" ou "modernisants".

AL-TUNSI Bayram : Le maître de la "séance" (maqâma) et du poème en langue dialectale

UBAYD Makram : fonde en 1942 le "Bloc wafdiste" (al-kutla al-wafdiyya) après son expulsion du Wafd, qui passe des alliances de gouvernement minoritaire avec les Sa'adistes, autres transfuges du Wafd ; publie en 1923 un Livre noir contre le Wafd dans lequel il dénonce avec virulence les mœurs politiques et la vénalité des dirigeants wafdistes.

WAHBI Yûsuf : doyen du théâtre égyptien.

YEKEN 'Adli : principal dirigeant du Parti Liberal, et concurrent de Sa'ad Zaghlûl pour la direction de la "délégation" pour la négociation avec les Anglais en 1919.

ZAGHLUL Sa'ad (1856-1927) : Au départ, sans doute, un "poulain de Cromer", selon l'expression de Jacques Berque ; à la tête de la "délégation" (Wafd) de la nation égyptienne qui exige, en 1918 de négocier, à Londres puis à Versailles, l'autonomie de son pays ; son exil à Malte par les autorités britanniques d'occupation déclenche la "révolution de 1919", qui ouvre l'ère "libérale" de l'histoire moderne de l'Égypte.

AL-ZAYYAT Ahmad Hasan : fondateur d’al-Risâla.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable