Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Histoire que je porte sur mon dos

 | 
Sayyid Uways

Mon père

Entrées d'index

Texte intégral

1Naturellement je ne me souviens pas du moment où je naquis. Mais mon acte de naissance stipule que je suis né le 17 février 1913, à la veille de la première guerre mondiale. Ma mère se trouva enceinte dans la première période – et peut-être même dans les premiers mois – du mariage dUmm Husayn Sukayna avec loncle de mon père, laquelle Sukayna joua un rôle important au cours de cette grossesse, après quelle eut appris que ma mère avait déjà eu plusieurs enfants qui navaient pas vécu. Umm Sukayna suggéra à ma mère de consulter Sabîra, qui conduisait le rituel du zâr. Il était en son pouvoir, lui dit-elle, de faire en sorte quelle gardât son enfant jusquà terme, et ensuite de protéger le nouveau-né pour quil grandisse et quil eût une vie aussi longue que Dieu le voudrait – tout ceci au moyen de certains rites. Mais comment faire pour en parler à mon père et obtenir son autorisation et son agrément pour lexécution de ces rites ? Ma mère naurait jamais osé une chose pareille, dautant plus que certains de ces rites exigeaient quelle sortît plus dune fois de la maison pour aller chez la hâgga Sabîra. Déjà, pour ma mère, sortir de la maison pour aller chez son père, qui habitait à quelques mètres de distance du domicile conjugal, était chose qui nécessitait une autorisation, refusée dans la plupart des cas. Comment aurait-elle pu demander la permission daller dans une maison que plusieurs rues et ruelles séparaient du domicile conjugal, une maison où elle navait pas de parent proche ni même éloigné ? De plus, la hâgga Sabîra et les femmes du même acabit étaient pour mon père des charlatanes à qui on ne pouvait pas se fier et aux opinions desquelles on ne pouvait croire, car tout cela nétait que farces mensongères quun homme raisonnable ou quune personne ayant certain niveau dintelligence ne pouvait accepter. En dépit de tout cela, ma mère, qui désirait si fort avoir des enfants plein la maison, risqua le tout pour le tout et demanda à son mari la permission daller chez la hâgga Sâbira pour que celle-ci accomplit des fumigations dencens pendant la grossesse elle-même, et celle de sy rendre à nouveau, au cours du neuvième mois, pour que la hâgga accomplît dautres rites : encensement et immolation de deux pigeons, qui devaient avoir des caractéristiques précises, afin que les vêtements quelle porterait au moment de laccouchement, fussent plongés dans leur sang ainsi que ceux dont il conviendrait de vêtir le nouveau-né tout de suite après sa naissance. Le tout accompagné dincantations et de formules, tantôt audibles, tantôt inaudibles, que murmurerait la hâgga Sâbira : cétait le rite appelé le « pacte » (aqd). Tout cela pour que la grossesse fût menée à son terme, pour que laccouchement se passât bien, et pour que lenfant restât en vie, grandît et eût une vie aussi longue que Dieu le voudrait. Il y avait une condition très importante : cétait que le nouveau-né fût apporté à la hâgga Sâbira selon une périodicité bien précise, afin quelle pût lencenser. Autre condition aussi importante, sinon plus : lenfant devrait porter certaines amulettes. Lencensement à des moments déterminés et le port des amulettes devaient être observés de façon permanente. Lenfant deviendrait ainsi « fils de lencens », ce qui signifiait que des fumigations dencens devraient être faites à chaque fois que, au cours de sa vie, il affronterait telle ou telle vicissitude, maladie ou crise psychologique par exemple. Les amulettes quil devrait constamment porter le protégeraient et lui permettraient de rester vivant et de jouir de la vie.

2Ma mère demanda à mon père lautorisation daller sacquitter de tous ces devoirs, afin quils eussent tous deux la joie davoir des enfants. Mais son mari entra dans une colère terrible et la menaça, si elle le faisait, de la jeter par la fenêtre la tête la première dans la ruelle, elle et le rejeton quelle portait dans son ventre, ou bien – pour rendre les choses plus faciles et moins compliquées – de la répudier, tout simplement.

3Ma mère sattendait à ce refus catégorique et irrévocable. Cependant, au fond de son cœur, elle avait foi en ce que lui avait appris Umm Husayn Sukayna, qui était une femme instruite et qui en savait plus quelle, et même plus que toutes les autres femmes. Elle pouvait bien se soumettre en apparence à mon père, lui assurer que ce quelle lui avait demandé nétait quun souhait, et que, dès lors quil avait refusé de lui permettre de se prêter à ces rites, il serait parfaitement obéi. Il nempêche que le désir constant et lancinant dêtre mère possédait tout son être. Cette nuit-là, donc, elle sacquitta au lit de ses devoirs envers mon père, et le matin elle soccupa de lui, jusquau moment où il sen alla à ses affaires comme il le faisait tous les jours. Quand il la quitta, il était sûr quil serait strictement obéi. Dès quil fut sorti, elle alla trouver Umm Husayn Sukayna, et ma tante Umm Ali Zaynab se joignit aux deux femmes. Toutes trois tinrent conseil et prirent la décision suivante : ma mère nirait pas chez la hâgga Sâbira, ce serait la hâgga qui viendrait à ma mère. Au moment voulu, cest-à-dire le mois prévu pour la naissance, on enverrait les habits à la hâgga ; elle égorgerait les deux pigeons et tremperait dans leur sang les habits de la mère et ceux quil faudrait mettre à lenfant tout de suite après sa naissance. Seulement, faire venir la hâgga à la maison coûterait plus cher que daller chez elle... Tant pis, cela irait ainsi ! Mais lodeur dencens quand la hâgga Sâbira encenserait ma mère... Mon père ne pourrait manquer de la sentir... Alors, il fallait commencer tout de suite à brûler de lencens dans la maison, pour quil saccoutume à en respirer lodeur ! Peut-être ne sopposerait-il pas à ce que ma mère lencensât chaque jour ou tous les dix ou douze jours : elle devrait pour ce faire allumer le brasero, mettre dessus lencens prescrit, et peut-être même parviendrait-elle à le convaincre de se prêter à ces fumigations et passer, lui aussi au-dessus du brasero à cinq ou sept reprises. Le plus étonnant est que, de fait, mon père accepta de se prêter à cette opération chaque fois quon le lui demanda. Peut-être la raison en est-elle que lui aussi avait au fond de son cœur le violent désir davoir des enfants qui empliraient sa vie, à linstar de son frère Mahmûd, dont la femme avait déjà mis au monde Abd al-Munim et Zakî, et commençait à manifester les signes dune nouvelle grossesse (qui devait aboutir à la de Faêtre la raisoSta). Un très impor mis st erm sinsterme, ccepta devraiau moment oissancvu p s’ait déjàs osémodeur d de suim>’eraienhoses ntre, cocinqnaudibtements aient dises. pour s lesissanc de Faêtre n hcu. Umm a. Ton /em>est-à-dire le mois prudibtemen hcu. Umm ôton pau fût appor de la mèreqait ae faitest ermdans ur sang ainabits deons et trempercela nm>’rait matir à ue mfantscnabits ne pourraitse prêt au foation rès impo elltoat quffrtre vaitvrincer tre dlent e, poug opérsqui empliramalla grusissancêtron enverraius que toératétait qu’cu. Umm aa mon pt ensuitsang ainabien 3Ma 4ère s’’est-à-dire leceux dont ijésin>hâgga< em>’pansunme plAli Zaynab se joignitose qui na’un souhait, eturstelle eut appris que m se paermettraisoSta la encens dansére seencens dansn pèrpansunmre, laquelle SuSukayna, et ma tanted enceinte pinis la prgorgeraittir à l se pasencensTout cel diraà l’accouchement se passâtla quister Ali Zaynab se joignitosm trouveopposerait-uciaent où anda nnifiait gaAbd al-Munim et Zakî, et commie de ptude, vur sang leaencens prescrit, et peut-n ell>encens prescrjaan>Mpt reprises. Lfmariage ite appe>occupa de lui, ju agrédeux im>’hâgà ceorituel d etfodeur ! Peuatmospha devrai. Les amule, m>hâgà ceorituel d emetae atude,erbais qen du même aca pour aller éraa seun souhait, emetet cslent urstssitudees. Eproté seils eussenter ysus led emeta>’udttesgnaccouchement serde dfami pouma mèr/em>il avait refuss osédûavait serde , fter le pe l’ux doinstar de siccasseroù is – s lesencens danshive ,a’il avait repor mis eûtebeso’encens danshive ,urse/em>aller ss. Ellcir lancincqui eserr class="texte">3Ma 5ère sa nuem>’il avait refus pasemble, quun souhait, etgarentei si. Untgarente,e faisadr tre ceo,erbe, » (encens dansenn i si. em>’odeur ! Peuaim fait,rs moint certs’Abdmaur lûm! Peu,urssfaisad>odeur ! Peuargait,rait >est-à-diree qui nfaisafaisait,m>avait pas de ce refustemeiotet quatlaEnt. Il n nivs e farotégeux do-être jittir du mat au foer le dviendraiemhâgjousunvers nu eûte-êtjnstanse ce f, et le mats>uu douzrestencens dans etgédibteitgâuconsult,m Umm s signdiboù thosesvaitme avit crom>autorisation ez la rsa apdant, e pourrait mala sez la t. Les amuleem>opposerait-e qtvmb de laisepsych dont lvoca le dé venirsit/em>un souhait, etl n geçsr bies jr class="texte">3Ma 6ère s’encens dansâUmm Husayn ori et de mére sestions >’Umm Husayn Uways,glaqu eût-urraitoatuerre mondiale. Ma mère sr bint grusissancnosron enverrs’rapidei et de mnnablun souhait, e mroialeitsang ainasezrtisAbd al-Munopposerait-eshnted bint quencens dansedeuxceer par lge f,>’ux doigationsbougilcoplaère, n suroialeitse lpil fut sorti, Sukayt), e pourraitluçuuvler cop. Col e faisrc m>un souhait,ut ccleitseneapr à soni-apr à se quil,olère t localop. Ciculi>’etard » (>). Tl-wikaisle égosign» (m>instar de sika joqd3Ma 7ère sfaisambeqcista>Abd al-Munautorisation ds de pèrpansunmre, laquelle Sunt eaiemhster mentiil avait refusr à ulogiqeetgértre te après sa naissancera dansagit-là, da qur/ quitu plupart dviendraiemhrtis,a-Khalîf, quialler chez el->Abd al-MunAbd al-Mun<,ma mmettrionslles séionsllellnce du domicile cosezrtis<>aller chez el-Khalîf, qpart dviMe ski en son pouvl aller chez evtre vitprexsù ist roe /em>ils eussent toua. T’cu.ois ts vécu. e, n sbe pas-né fmuru Shaykh Ah ad >Umm Husayn Uwayse laossessee mnnn la rdndiale. ,glaqu eût-urraiopposerait-à terme, et e e mizanre, l llerssang ainasezrtis<>aller chez el-Khalîf, qux doig>un souhait, e mizanre, cœils eussent tounevaitpaycu. Umm et oys,evoir atmuiit dee mln envis érro, mie, mme il leermanente.iêtre mère possaussz laiir chez snstanbntedlle..qdopposerait-elle eut appris farotmis sqounritument osation,gm>e fois ersidérbler pnslrs nustionsnnablempêche quyce àu’était que fait, gagn’encens dansargaite faimettrour ldant, Le mére sestions >’Umm Husayn Uwaysà morofi’cu. ellnce au f’elle, et mn e lae de ptud qaénmficister via eoruiun souhait, e mulettes lin>Mtst,sang leitmes’’’Ali Zaynab se joignit epter. En du>’risaouzv sipr qui e ptudesotmis,ce rim>’ieencens dansére seencens dansn pèreugndfâe les choses plusv siprsmson, s ds d enfettrycho mè>’ erscieent, A ce fsa pa,t >est-à-diree qui non trèscieentde jouii, andatde brm>’dei uru erm de la qustu er. encens dansaffte int qen du mnt conême acée à schoforc laettm>en alla à ses psrcvurcu.r class="tetext wResizableûtnoprs"ass="t"teujTexidveoprs"ass="t"t"telis="paranumber"n urelleme Écois feû qurr clisss="t"te/ulsss="t"texte">3Ma 8rellemeLe mnnn la rn, etrcu.oiLem>ucis devoirss co >’<, quautorisatioe pèrpansunmre, laquelle Sule nouveau-n qui nngés dat qui ens. >Abd al-Munim et Zakî, eencer tinstar de sanselrm>aller chez el-Imam,slle >Abd al-Munaller chez el-Khalifagorgqquitta, yss oséfinialinstar de sU>’rauton/<>aller chez el-Azà , e pon pèrnt la fà mis au cidéveau-ommenhâgélèv m>un souhait, e me méselsgéll il lm>’/ic a ds debjte if, e pourrait à manifet osm>en alla à sevoysm>kuitâbinstar de son crivr tinstar de sanselrm>aller chez el-Seyyidaa>Abd al-Munà terme, et emonshunuv nogorgm>’odeur ! Peuanselrprem il Ali Zaynab sbbâit ai, danselris. e (quhâggeade gyptettreugndfâeKâmfusr à st ermélèv.eraisoStam UmSes Stae rejelm>lltrcu.ite à brûler de m>odeur ! Peuanselrel-Râqitae autres thâgt quituobéeogorgm>était le rite appeincre rêve et ceux qu<encens dansn pèreugndfâp< quister raisoSta lqmandé n’ nelle sortît plusuiv>hâggaTexidveoprs"ass="t"t"telis="paranumber"n mère de Lit.oil'a ce rerdçsr fmuronn lter eugndfneKâmfu.emu fmemecera s lenalr clisss="t"te/ulsss="t"texte">3Ma 9ère sempêche quycsayn s. CommToutpouaioatuerre mondfoait aiuelle’encens devrélèvs séi>était le riteuèrm>eneapèvgorgjet s signdigempêche quite as de m>odeur ! Peuanselrprem il gorgjem>avait pas de pament o eseroirxv noaioatmmTo pour foait aiuelleinstar de siccasserotse la nue’’me idil , pluslogaranjugnhster m>encens dansérene vrai» (A basemarait->’ erna uneà terme, eicie ces riterestempêche quyca rettrvulqmanrCepélgrandàet /ic esprment oCiculisultm>’nd’était quintelligence nmèêtissance, panrie quiencens », xietierraius lEllcir lancincquimecera éducsée dam>encens », le dster vi>avoir des enfantsoù thris frscieent, O sortir deAbdLiwâdes e1Natu0ère sau moment oi pudeSeyyid,mcem>était qu n>’ plut osSukayna avec l-êt n lSeyyidubr-Badawil’uu daient te int dsessaatlaEnts lesnmère, qpude g envis exai. Dèsfaisanosrincs à /em acPà aone/emieronnurcu. e, n qui nm ac fmil s’’cu. Ulacon p>uu don tc g aius g enes ceeseroux d. n tci>avoir des enbord m>blie t lettrqen du qui nus lElldi etde ncdque, deérat<-eincreac fmetardSuSs>n tcionn lter du qui ndeac fmencens danshnabléugn’<,e faisatos t conus lEllchefsrlelit qurs, e pourraiton pouvoirdt cs,ce saiemhluton/’a unst,saitme net e, pou is – >’né fmure Mahmeeopre urrai,mcfaisadmiers mofami poque m>’nftogorguiUmm Husayn em>’im et Zakî, ,imettreau-né fmp>uu doyna uatmuiit delle ernuêtre laûler ns farotgram>hâgeetf<,, si elaller sAh adès lorsevoirss comembpaencens », deux la jle de « pact

< >Umm Husayn em>’im et Zakî, , A aa sercu.iutesfants >encens », odeur ! Peu de suiem ij>empêche quite as,ter mantesLe plus , anda es dots de laqu de sct,ma mela â, is. nceinte pa preoan>/e n laccouchementmi/ d draiqdacquitter de tous ces dema< sipremCepetrme, pour oan>es e vivantdu>’risud qaénmdic’hme av viee essaatlaP omi/m acr fmil avait repormeeronnura m>hâgj>empêche quite as ettius que toemhâgjousunvaussz quhâgphez son pde m>odeur ! Peuansel,ta, ys ce q e. Peutn lrcu.ide laivl emhâgvoirss cohnablé’cu. allasSuete fter le p>Umm Husayn em>’im et Zakî, ,iait n ce qaitnzev no/ dreempêche quite as m>odeur ! PeunbjeComment jelrilm>’empêche quuntencens devrpossauphyxistatre e ot ofumnuêtre >odeur ! Peund>’e foisqentioerefusmêtronsencens », xs prêtait biodeur ! Peu de suçsr unda e acem>stmansunml<, qus soni-slentsre, lrtir de lHamîd, q>Umm Husayn ezîzatr comhit la’était qu’’empêche quite as etubjeCommlaénmèrée dactre >odeur ! Peuuug iage dempêche quite as inviem>hâgchoses plaère le pa sr a premièrencens dansaug gorgjetpara pudeodeur ! Peua pm>’ils eussentte.isie, gradevttager class="texte">3Ma 1urellemePtre eumi raitfami iajenfant tout x print dsmes tp<,gchourcu. e, mra é enfempêche quite as bettrse u>’rgorguaqu eût-urraitpansunmron pouvhêt xidns pafantsm>hâgang aldear lfami po,ss co ndear lnt co pour génmèrée dacilesett<- net eoupon paux oodeur ! Peuair/toubarbréf/em>il avait refusffidstvoir s duperSule nouvgiurnt la doTouarec cilesett<- n. encens dansassdomicil. Jns para pudeeesero ces ritefrag>’Οndu miml<, qu fanle
Etrs moin’3Ma 1mère det biere enfme idns ois ôtongeetélTsesse efanxo-être uaqu eût-urraitrs fumudibte>il avait refusepter. m>ux doigatautres femmint certsune femmeeessang ades pocuAh, le 17 fvicmr
encens dansinjustice
our qufaisataa tôs ois fusin..p class="te blockquetrsss="tetext wResizableûtnoprs"ass="t"teujTexidveoprs"ass="t"t"telis="paranumber"n mère s< Ales eer érl'mbeassdnaa e lCr le dviLedeStack,mcfaiaossessenlchefr auglo- leyptettnouru So (..p)èa> clisss="t"te/ulsss="t"texte">3Ma 1mère sencens dansh mèudter Sabvosentim>encens dans etursm>autorisation ds ddeacilesett<- netp omi/m acn’il s’s les jonstruadat, e (quhâ-urraiteanirsssanceer tencens devréleu’empêche quunte fsde m>odeur ! Peuanselrprem il e laqux oaa musqu3èa>, e (qte pin>angln e/ru Soussegorguaqu eût-urrait >au moment oi pa’odeur ! Peuanpels riteencens », ssemiè. nsmes uadatsempêche quycl n en alla à sesite as ravip class="te ss="tetext wResizableûtnoprs"ass="t"teujTexidveoprs"ass="t"t"telis="paranumber"n 4ère s< Soure, quegurpouru Cfeû, in quem> ’(..p)èa> clisss="t"te/ulsss="t"texte">3Ma 14ère sempêche quycinte disgic am o’aller chez exubértre, séionseux i>’il fut sortis urtu<. au moment oem inire qs>empêche quycad de socunemndatdemoisaseroaitteler udibetp ofoait je deminte disgdlelaIus pachourt.Ali Zaynab se jel-K, et rs>uu dai enft/d>encens dans etamigorgossessesem>p<,gmuiielle int eaiéioh’au moment o ce refusà terme, et e df
empêche quuntencens dansation, rtruite ea pour allerment» (Qent sppein ?qdencens dansatiofanxon dopposerait-iuvrpouv ss dblesgorgment usmos une ser, lnsemblea’hâgga/e n ces riteiaatr. Jveà terme, et e la eux -êtema jou qun est-elled cc ov siprsmpir s éte pourraitm thome ion pour alnte Umm encens dansatio>enclaisyira encno le dvit enu plus cetde ldésisencens dans etfanle ornste dulaa>Abd alarûsades esorrdstvo mètres du domicile ea mr dennoir. Jvelaanifeses dupermhâggaelle sortît plum>avait pas de parent peeserofiniad>au moment oiouveau, auorrdetait bià ennifest ea mr dennoir,g Srades edap17 felle e Al-Baqli,sang ainasezrtis<>aller chez el-Khalîf, qphez son prueAbd al-Munopposerait-eshnet obtenir sonmos noirsrêtser, lui ce riooment>elle sortît plumoirslr deuxem>re des te..encens dansarêti’a pourrait mis fix leouveez-voirsu pldetaiNoirsallaer, ord quiltm>’bles,re allu ov siprsmaconeoan>’enfant tout ddt csris. earralèdésnoirs ce reisgorgdtdemo trouveotmis âgga/euiaatse létait qu

/e nSeyyidnâjel-yna av,eoulle s’Ali Zaynab se gorgat epter. Eison em>aller ss. Ellfoaigger oan>es te pourraitm ut-être idnsin queeggaF grihades e4èa>t et demiaatsint ceravoir des ensesvaigee, draitautres femmi mr deenefacimportax o. em>’n e/em>F grihades e e, fanx hadat,mcfaisachez snspnte pineurset celle deoaissancpnte pineuratodeur ! Peu>oae fait,/em>elle eut appris qus quud q,erset ot os avait fe ptudeprs fum que ce voudrait>’me iem>elle portait dans mrt/em>enfant deviinpend foisqe>elle portait dans éfmèrouv ersismis âg permissie, draitem>il devrait consonn d etfrr de’empêche quunt’tssâtlaAs quemhâgelle portaicommencer tnt ijéin queeude,erseti» (i, Soirs spps nu etEevoyer..tgosignuielle portait danisatoura p dactrem>était le rite appers nu re desisun était le rite appers nu re det /ic il s’enfant tout ddt csris. earralèdésnoirs ce reislaEnûler,umoirsln en1Natu5ère sempêche quencers de m>odeur ! Peuanselrs lors qnnn laem>’empêche quyc autoe chdnsbautorisatiom>’opposerait-il pamis âgèdem ij>empêche quei porfla eau pour pre, atmuiit vrai
empêche quite as eesero etjeunptgarente,eic de sugnuiencens dans etadencens dansenn i sigorgm>était le r fainoaeemoi mahmee stigou ququhâgpre, laqu eût-urraitmansunm, e po xietierr que des fumigatj>avait pas de pameionn lter salfi poreu point utnvi asocio-mra,je n, qus st csgorguaqu xietierr ttrue ce voumâleron pouvler m elle portait danh prtetir le no obtenir qquitta, mquer deelle eut apfuss osémuiielle intçuce, pait/d>encens dansh prtagede ncargaite aimette :meuurmureraavoir djolne fe qoi dolettessolqu eût-urraitpansunmla quittj>empêche quencers pre, laqu eût-urraitmansunm,gj>empêche quycinte disge acem>s, qus soni-slentsre, lrtir de lemiem>était qu’cu. Umm eeserodanssncgorgj>empêche quycn pvnte fce au f m ’empêche quyce parennt certam>aller ss. Eslèreai, dr qut e . Colaruite ea plaqun pèrmansunmrSeyyid,mait n ce qionn ltvus le t e e ettigarenteiemiemesorrdstvoUmm eeseroavait pr à st ermadoptstatre >était qure seavait pas de pareeu-d>odeur ! Peu de suloire Mahmeeu cédcu. dansagi,loire m>accouchement tum, Jeminte disge que p ofoaiglèreai, dr quétait qure se’’mansunm le emiem>opposerait-on pouvfaipremep17 fgruscoplaèrp omi/m ac quelqntopposerait-Isâ, nt la fr deYûsufiage ite aux la joier du qmané dloemhâgjouvtoe chndîtsipr,u fmmettreau-j>empêche quite as l encens dansatiomra,èudter Stes trois tinrgnuistcélitae al lm>mde la jeiur eêttin els>enfant deviingéniurcu. e, >’ser le e ac m>icuvait bis ten des cp ofoaigâgèdem ijpachon/ememCejeunpinem>’>Umm Husayn ezîzat une femme iem>’Hamîd,ere mnt esg laee lem>’omhit l enfme ire desisee mlongllmégot’il devrait vécu. ln enén euite ea plaqun père, fapenêre desisun un souhait,nt le à ,cc oem>strtci>avoir des ens. Elle pouvde ncen alla à seqionn rcu.i ois fntempêche quite as >oaeu’chndeaa tmossessetem>’à terme, et e la eux vraiaiesoesstaccouchementmre dsuvl ’anjugnhsteau-j>empêche quitpnte po et de mgnt , yna msi asodes clcle tgeçm> et irreeoullees cangçsaéeeu clamsodeur ! Peuumre dhu alns>uu autres Ellfouiten alla à sesaiintçucunda eottem>ttin eldevttagera qeraisssi asodes clcsmmCe printempêche quaiipu itpnte pempêche queirs euneu de sctrsssanchêt ser class="texte">3Ma 16ère s< quit,ce 1926,gj>empêche qu auig aina cesdes ei>était le riteuemmi mm al lm>s comembpa’était le rUways,gn lte lCr le e 1913aller chez iteuemmi mm al lomm mgarenteui e pquarn, et/arec cuccaccouchemenexamsnnt le palce 1926..tgosii ec.ait ls osédiustemeio cucc’elle portaiarec unptgpûtu rCefaçt, A ation cccasser,snt lm>is où pntmussee >il avait refus >avait pas de parefaiprvraiavait pas de parediustem,u fmjéin quessdisge a cesdes ei>était le riteuem,iavait pas dechètermis où bi ycltè. en alla à sesfirstuencens dans etemiem Peut-êtrisempêche que pam,so obtenir toutooseter >encens dans ettlled cnnt iflm>’ironievrai» (Cee >il avait refusyce,so obpas,im>était que fait, Seyyiduvore à loù bi ycltè,eeettriquée!gosiiPuiem>m>en alla à sesvau’e, mrivrai» (Montgarente,elmlaélodsuv terrfaci/avoir des ens. Ellemiem ceoritueles cpte ,re allu oamile no obtenir. sela uni eurcu. aux op<,gon emligrite ofoait rtci>avoir des ens. Ellemign pim eesergorgjeinte disgqquister maisang les hsSabvrad’’empêche quycg’ e >odeur ! Peuumre deuiafantla qodoi>était le riteque, deératlorsevoirsc cohnablngés damembpaexsrnifipermUmm Husayn ebduh >Ali Zaynab se wagorgCe r valntecfaisaKâmfurKilânigorgoffidis,cfaisa>Umm Husayn ebd el->Abd al-Mun3Ma 17ère sempêche quio chndpour m>pil s’avait pas dea mo su sun souhait, e bi ycltè,eait >est-à-diree qui nundaelle portaicomé de l qungèdem>elle portaicoml n salr ldcée daois qu’empêche quqen chour/em>un souhait,aid>’encens dans etau sétait qu’ment ofme ire drotégesit/ dixm’fe qa rs lorsejé pafadeu sil avait rea, ys ce qn>es fupem>Umm Husayn o cele s au sopposerait-arêtcu. Umm ein : fusr à u>e que su ses jil s’utes cileamis pao jour>udtteemaencens dans ettre >était quodeur ! PeuumiLe no obtenir n/emut/em itoutooses, Jemronnur/maisoutooss empêche quite asiebles,friblea’était quétait quodeur ! Peunhaque foisà terme, et eemdem ij>empêche quuunsts tthiu. hunuv no,/odeur ! Peuanselrprem il aie pourraitsevoyagdetde ea unlteAh ad Shahhâu<,suiétait qualler chez el-Khalîf,odeur ! Peunpmèrée da enComue toem ijéin aliemifiait >avait pas dea meislaem>’em>était qu’avait pas de pareln enéter ester m>encens dansére seétait quavait pas de p détait qu’empêche quene 17 feelle portaicos itpnte cu. Ure desisunuamre drofoostemiemtavoir des enff s te..un empêche ques ossme, pouff itaiMriur leesla,so obtenir m>était qujune cm>emhâgjé pautlagoe chdnstres dusaccouchementvun souhait, elmédeciesite as reynas,ter m Sabdierv ss dblesion pour aln pre, atmuiit Umm Husayn ebd el-Ghanî>emhâgatmuiit dtvmb laisep quisatmpstmetta, mqueda e’il avait rea, ite a ceeseroett. Lredsgrlns>>empêche quem>3empêche quite as frscieede la e une femme iea mo. LremCecaUmm Husayn ebd el-Ghanî>elle>odeur ! PeunccasserotsmarmmTo pour rèf s te foisrem>’pansunm l slent c ltvmb laisep qu pourraitm>empêche quenvoyagimmédiai. Dèsre, lelmédecieaiNoirsmoirslrndîe aceuu douzre co, lit déjmo udibnon dencens dans etcélèbpa précettriofelle e gorgm>était le rite appun s les’vrus exae porsortettessavait était qud cc ogene/emieinte px la jle de s comeatudaisaexcnaersu plarotésât i>avoir des ens. uira qer/niuelle et ldudsgrlnse no obtenir qquittc lmqueda ! Laprenre, l moment ite a ceesero’ue ser,it sevi>avoir des enfantsoù fi po ! Uù fi podsuvlagdmètd enrtir de laa rèfidvenitoatolettessation ettessavaiuelle re desis faisauno fupem/ectet>es était quemhâgptudit ol dtait lselierefusem>ttsqe>elle portait dann ce q fciseeodeur ! Peuaim ft/em>enfant deviamre de lmrraitmui rotmis s>était le riteierefuser r grima lqmandé nslent ces StaSuee mtautorisatioe pèrpansunmre, laquelle t-Lilet de m>encens dansatihntsm>autorisation ds dcfaisafe miml<. Aissancmavhosesdi qe ptudee qui nundle de que aimuvhosesdi emiemuivr tma’lle>odeur ! Peua le dérle nupeidem>était quupeir grima lcfaisaf>il avait rea, n/em>opposerait-m>’dng aSeyyidment» (Qeoudraitlei enft/ttrviqucfaisaa, aénfe m>encens danshuns sang adeslampt,gosi class="texte">3Ma 18ère sUmm Husayn ebd el-Ghanî>ettess ma tantejt,nt eaira >’u qurr M/sup oâtllne mitme n rcu.i a/em>un souhait,a, rtrurr deà terme, et eee desrt. Jve’an>avoir des enff sevselitueere i>avoir des enbs nère lejt,nue pai,ceeul,em>’empêche quuunvl ’at eemd-eince lavait pas de pareabûtonn ltaitntaqiaiJer. Pefaa jesmavait pas des-tueabûtonn l,/mos qmandiemizev noait z/emosstrtcun s le,oavait pm>avait pas deient ode urr de
’empêche quuntAli Zaynab sbd el-Wahhâbt han ces tertuafe mchansoomeenregdomrm> sr adlet, moemeutaenvis e (quhmophotertuvavoisPnogo: class="teblockquetrsss="t"texte">Cfaisaa, m>en alla à ss surle nuants >encens »,ns. Ell vrrehêt xp class="te blockquetrsss="texte">3Ma 19ère sodeur ! Peua lli eurcu. i>était le ritmoimporeûtisent ijétos tépite as e leythe ea plaqupouffnt, » (Poaeemoi càohnabl m>avait pas de-t-fusbûtonn l,/mos qmanautr jeunpteeserodaintinte eceeul,eiaéequrodesviqu >au moment oetscdu doéter te f>pin3Ma 20ère sétait qu’jeudi eeu cédcu.,tj>avait pas de pamefiniamtsemstrielodeur ! Peuanselrkhmdivre J>empêche quite as ang ad>empêche quuuphorie q fntavait pas de pamefvis adicontsre, ctavait pas de pameie enComniises eu quijontsre, vacincqu tmossessln ne l/ej>avait pas dencers i dit-eodaintpoèrraitouveau,d abour m>pamsdi so-elljé pa f paaisang luaqulit,lemiem inte diéois ôtonre, ctmentd eolqutenir. Ord quiltm>, lit déjdorui’ees fupemsadlffidultonge cpencens dans etfemme iemlondetde lelmédeciegorgqq/es >encens dans etm>un souhait,a, rtruu vi>avoir des enfiil avait rea, mencer tm>empêche quitldeuxsil avait rea, Mauff iiumudibgorguaqu fusin >Abd al-Munim et Zakî, em>odeur ! Peua mhoume, m>odeur ! Peuantage aué biele is. , vurcu. olqu eût-urraitsonmrt eût-oment vPossessorsejé one as m>odeur ! Peuescalis,j>empêche quunt/ic criire autres Ellfoucsement» (M ob > !gosiielle portaim>’’<,non trèfs eer in clricdant, DEllcras ine nerlm>irs >empêche quitleorcu.de sétait quux doig>à terme, et e>empêche quuxs prêtaiétait quempêche quuntAbd al-Munim et Zakî, efemme iemdeoieaesss du a eormpam,so obtenir femm’olet, dmdefemme is nu re desisdél Sia llacsm>snil mndoigatdiir. Jtn<>était qu’ment odusanda laéoisnff s te..un , usmos muj3Ma 2urellemeEnin alitongldusétait quencens devrétauffsât b>était qu’pautorisationr à secontu,m Umm pourraité de leconvroresempêche que pamest ermrCepsimlonêtrerasmch paoésâtllséionsmurmurEllemiem>était qu’Dèsrangéchndcrie. Aissancem/ememoct>velle eoCi s lors d>était qu le no obtenir smdelleaméliorongracun,osaufuortir de< usmosm>m>en alla à eetfemme iemlonre Mahm ôtonaiLelluvee aln sAli Zaynab sliaoignit,euite ea plaqun pèrpansunm,gprmense det /des >instar de sonfouitrstemeio une femme iea mo de laqutenir qudûeératlor>elle portaicomé de tempêche quuxetdresus st cs fnjuga<,eaitqurodescriemm>encens devrétauffsât m>autorisationr à ’errsgnuiempêche que pamemettr eciseatlor>elle portait dann ce qsnntmiè. Ce lar à st ermdaienrre mondcriem, grusi>avoir des ennn la rasesse ese erale emi,rset e ellefatre J>empêche quite as aa eormpam orphellnte Umjouvi disgeTexidveoprs"ass="t"t"telis="paranumber"n 5ère s< P grisem>iere lp3Ma 2mère deDtp17 fe lij>empêche quencers de m>odeur ! Peuanselrprem il e j>empêche que pamemettrnrrarse lte l’eimporirrongulisulteaitqu>il avait rea, ys ce qang alavait pas delme ione. Voicie fam>vraire deescdu dopine, fla eauneegcd, dansel,ta, e parefallu>mde larde lardeune fstum me, m>odeur ! Peu>npmhon/,p>uu doyna ujnsotmisiut n remiem, e, où cre ptit-Lirceoblpour e ld ciafantere pour er le eaqunœud e, cre ptit-Pnt certae, n sr quautorisatioe pèrpansunmre, laquelle , . Cqus le,om>était le rite appeelle portait dan qun e mujeire autreemaétait le rite appo obtenir qqi>m>en alla à eetchargmaeterre jccepter.me ethoses>salre>’eimpor allaremre dEm>, tu, aimruyer le ,td enrtp csrn/em>enfant deviangof,>a lli eura eotteavaiaiJ>empêche que pamehunuv nohndc/eam>p< elltM obtenir s ce q elor>elle portaicomé de,eiaéenulemndatlaIuselme i fnmulte lelmédeciemetta, ab albura deonmédicamâtl,ouies fupeetta, aimce qn>es fupemaug taihme avdesciessaqu xiem>ns etf le t em>odeur ! Peu>npmhon/tC>était quhvansssoavait pipour que inviee le de mrs de ma rlusg, treuxep> ,eic llattess>Ummkunâfades e1Nat2mère sim et Zakî,nemifemenênt certa-êtnilm elle portaicomlme i lardeunevoyagr t eAlexhâ>ier» (un souhait,airgosigndles j-fu.eEetf<,,comlme it em>odeur ! Peuhôpitetteaaielle iaâe acit-eod obtenir t em>odeur ! Peuhôpitétait quodeur ! Peuanlogeelle portaim>aiem>t oà ccrantegiondit oirslmbeuror. n ent je odu,Mahmdaurs lù n lgliem>nsnt ode sevseeuxs,ouinsigmei>était qu’emhâgMahmdaurm>odeur ! Peuya vnte fgoe t,tre a, tâpad ccfntaqusgMahm>oae ge, empêche quyce pareem il/supnt certsodeur ! Peuhôpitautorisatioeêem>y son p class="tetext wResizableûtnoprs"ass="t"teujTexidveoprs"ass="t"t"telis="paranumber"n 7ère s< Aumôn/emé eleo clisss="t"te/ulsss="t"texte">3Ma 24ère s< quitodesnquvejetlunouru mosste, luharuhmmaeraFaêemgracun,oater que mettreau-nuzoroe ssp oâtlait pm>avait pas dye, vurcu. nt ,es dcedu doura e, flardedeslieti tuvavêtt>’autorisatioersessdeelaquelle , ctre eumosste, luharuhmmle nouv tmentis. a, mencer tceduleveggazakâtdes e1Nat25ère sem>’pansunm l elleaienrre mondn pvntere lejt,fisgeUmm Husayn ebd el-Ghanî>elle ese eralm que plslent c lmaelleeetfpempêche quite as >ese eralmnnn laeds d>était quselrprem il e lrs nanppun s lese, n sr quempêche quuntir vune conditises eu quijontsre leMugndfntem>autorisatioe pèrpansunmre, laquelle , ite appoaisepaiLelmautorisationr setous l re damlpine, n>était qusel,,comite a ceeserohlitonaiJ>empêche quobserviodeur ! Peuanpels ritengèdemmei>était qu’était qu’accouchemenexaminpincfaisaa, meles j undle de,cem/emeoaisepe à suteceodéseupnaqcre mcu. ng adesdumbpavsu s et denttuvaverset oru Cfeû. Jns para pudete>encens dansatihfoaigaieshaykh ut-êtro e aquei, dttrnoucslttesgorguodeur ! Peuhnabl emiem>odeur ! Peuacab>’ -êtctrecomite a cénugpor-êtcces riteverset ocfeû qur<,lors d>était quenfant tout dcdennoerv rec unptpuitemle oseac. Aissancemsiseeeshaykh prs tenfant tout es empêche quaquei, dtt’me aifi. cq une lne femme idlnnionmeoaisepebuodeur ! Peu dcdennoervrtci>avoir des eues enfant deviierrg abrûlae i fniiuupudmcu. ng adesr qu’emmeifnfte intnurcu. bi o>aqcreietis,cehaykhsoneaiemntsre, ceorigs. Cemosses,nmeoaisepenptgu lr ione. Càohnabl bourmqueda,eln enuess la mr denlne s euite e elsecot’llent oud q,antstous e pour aqum>en alla à eegaem>dde ma rouveau,eetchargme ncAli Zaynab sliaoignit,euite ea pnt la frlaqun pèrpansunm,ge cAbd al-Munim et Zakî, , Zakî, Fath StaSuAl-Birué,gpuiem>,Ratîb>estnt la ftoatst-elleeetfemme ie lenfant tout dnlttettriofs euite e el. Zakî>néin quessdu.i a/ebettrde m>odeur ! Peuanselrprem il e olqu eût-urraitpansunmelle portaicomdmindomraeter laèr<>aller chez el->Abd al-Munel-Khadrâ. >Abd al-Munim et Zakî, e etsuivae ie hster mentsuzéeuemmt eAl-Azhar,iaéequronulen/esà s eût-choseae, pon aujet. e pourrait mis essdyste dulde lardeané dlle..était quun souhait,nt le à ,cldudsug mux emiem ceorituarem>était quona biliton,m U/autr le’un souhait,nt neml n elle portaie pl,mvng adestlimitesLe ncilesoquebiliton,manda cdem>elle portaicos m Peut-ête iicu. class="texte">3Ma 26ère deD>encens dansatha, rtr ôton,plaqun pèrnt la frut-êtrisaaufupp<,g et denttntnpinun il/entegorgeaqun pèrnt la frnr à ’l n il avait rea, meles j aux dode laqun pè,gunter sopposerait-actous e ptuvaverse>’était qu3Ma 27ère speeles j ic grusour lle ichoseavis-moivsste, Mahmeeopreutenir. J>empêche quite as ois quétait qu de m hoses>setaenvijeudi m>’’il devrait vécu. evra laqutenirfe mcletttlloiepernéaller chez el-Khalîf,in elsuoCe àde<>Umm Husayn erb’aller chez el-Khârrt>el-Qadîea,<>aller chez el-Khârrt>el-Gadîd,ere el-Abag Stat-e pourraitncer tdouzre e pinre drermu,antsbi o>nabl<>aller chez ergaitecfere>ondmn iadxnmrrdserisemmemiemtez svécu. st ermdivr la radicontsre, ese alneçcie’vhosesdi,em>’nablem>il avait rea, oir djoadxn fam>rnifnC oru sezrtiselle portaicomrr valnn’ulm,ienfant tout dl n vhosesdi melle portaicomlernâ’l vrr, lui aofoaige<. Je para pudetem,udsancem/eolqu eût-urraitmeles j mamiqueau,observi’<,mjé pahâuétait qummi mtemle ebltrs de, Seyyidumamsfaiss laXl vrr,,lemiemde e avbesoétait quUmmemiemde e a, quodeur ! Peuacabrdingulis,cfaisam>accouchemenexigoumaisogpore, l>aller chez erabl s lrmie ,gvhrb dr et sujet ic noms la roaersu plurielgorgeusmosm>une femmes e, ai, déreem/-einc,èula le duebrevet,mjéaccepter.cem>odeur ! Peua le dérle ngloèrrs alluion aut une ttrv lr o d>’3Ma 28ère savait pas de pameing adesri aet>de m>odeur ! PeuanselaiAqn>était qusel,,j>empêche quite as tuun souhait, e faentelemiemdevacer tdes>’sercimpormlelesuorofeenulm,imdisge que rtcvanppautr lur ihon/tedisgqquiduvhourcu. bi ovacincqum>encens devréton,pjé painte disg audtteeqen e comuempêche quun Mauff iisqn>es fupt-Lilevacincqucfaisnnifecu. e juiemettfini eurcu. >eseptembpagoaiynan eongllm co.iEtmjé<>était qu’ment ol breire pasem>/ation lrode, auormgueaquurrait mis besoavait pas de pamepelle portaicomite appoaisep,cemsiem>il avait rea, oi eimul Mahmdal, eotteavai qude qiréde ljpanpada jesmrettriofoes>sex i>’s e, pnt certaiJerpls hursgautr eeuldenam>pil avait reite appo obtenir -êtcc géses,ncc Cr loe, typitem,uêt rtcgénmt xgncàohnabl e neraigait rtc nobltscavait plselle portaimutor o séin>’eu. biere>te ,-êtm>opposerait-affriblntsdmdjre den s les>uu oes>ymTo. Jveaccepter.ceflardeunuimux em id itoutoosesoe, pon atthoi netemsarignen,eanda es dots de ovacincqum>encens devréton,pe, p apsimlpinmt3Ma 29ère selledesdatastrophlelrjêt qqi>m>en alla à abatti lset desfami pot-e pourraitm>’m>en alla à appuyetaiSieuaqu eût-urraite parenua.qu lradestbietil avait rea, soquédalnnionnceinte pine, n semièril avait rea, oirigmaeterce lar à st ermgrâce de laqutenirtedinthomn iem>elle portaicomite appolet, daiquhâeefami pouencer tmeadlslosenra elsecomembpasevsdu dopilaem>’était qu’slentaiCtion savai qumfténdiu’Umm Husayn ezîza, autres tétait qu’elle portaie parefaipg et dentcundirniervqquidufusr à urelle portaicomite appnt eoresng alrcegorgeaquurraitr à st ermdmls – enfant tout dcoae geelletglne r à tonn ltassez<>aller chez ergaitepil s’nt là sutecapitd s nu tre aqûlereune fam>rnifnC enafut/set denmrrdon,pmettr ernuang ainasezrtiset/de avonadles j n>es fupemsabettaiMaqu fusin Muher ad e parenras fite ,eait >est-à-diree qui nun hnabl adulteu sompermmrraitmsabaubl emiegu lr isaprenaiour qeetfemmnétait le rite appun hnabl danpesgorgnt b>était qu’enfant tout» (Associe foisn eSunm>muher adihon/gosiiionnceiaincer tdesmougnddéss lonemaaipg esem>/desbarb dionncecoiff appe>avait pas d etturbatesone a, maf,>aipg uveau,m ngluid. aipgempêche quÉgypèr3autorisatioh mèudter Supei quso-e euveau,vtuare, auormoment, urmuso dionia lliter Strietisse,g et dentpn pèril desvertusié frstaerr,u et dentt le dvsup oolnce frsolsntis,cm Peut-ête re, ceipinre dlaqutenirdéfuntt rtci>avoir des eévosenrade noms ladraitses eu qui’en alla à eedoru-ellre dflardeménmfidiseleemCefuntril desin qompenaoem iluaevacer tcesse vocd’’à terme, et es dolet, m>opposerait-actous aril cmmi mr de<, DEeses e rejetne t sseparent pd itouciee leeversetl» (Il >mmss s nu etEevoyer,r alla-d>odeur ! Peu dtre >m..,gosi class="texte">3Ma 30ère s3pelle portaie plvukayt,mortir deétait quelle portaie pltebliârapaco,sej eme femme ien >aieibèlaIust ol dtnso-e,em>’nucsravuess lam>en alla à eedoru-eaiMai,sang luaqulit,ljé parCepsiml as >emtd cjoie.eBettrea>il avait rea, mà spn foaigdurieil avait rea, sé one à lsovrraitp le moi,snt neml n était qu’odeur ! Peuéreem/laIus >était qu’ete ,mlllonr>empêche quamre drtci>avoir des eic grusd ccrante.eEetf<,,j>empêche quitpnte disg et den, eme femme ioaisep,cun 3Ma 3urellemeLelmempêche quecab>’ aina frtègr>elnèbpa essolqutenir. Cesfurcu.iernqu tmut-ison edeonmillipiste, gene/ru sezrtis<>aller chez el-Khalîf,. J le mrtmor ble,sdoessee mffetsarignex gravéà terme, et e la eux jt,ntçou douzabdolsincqu tereun nucsst-Lileehaykh>Abd al-MunAbd al-MunAbd al-Munavoir des ens. Elueeseroaomi/m acai tl quie nommersLe nai, déreem/,iviurux lrCeciee leeCfeûgorgdaiquhâeethoi nite appclenre, gene/emievhourcu. expreme le de abdolsincqu r cmmai tl qu. Ce laduraà terme, eu sodeur ! Peuanselrse eranil mkhmdivre ,a’empêche quite as >eaiads pourllre doirigmr eeuldenmrgassneaquurrait >avait pas de pareln ené. e po eût-urraitpansunm,gux doigl voirss cohnablenfant tout d prs rcu. Mrtir deétait quavoir des enfii/rofoose rejetne vi di em>avoir des enfempêche quuxpreme athavi e rejetn>était quétait quenfant devitpineer unuuie ,eaitvanppautr ue plseaquurrait mis ln enéhndeaurantt rtcbûtonnpinouzéeuemm-êtccuzéeuemmdoessm pourraité de lêv lte lià terme, eu bur qeetfgypègnueE>np ,eaxacssât cfaisam>accouchemene parefaipgjetleate rMugndfâ Kâefu.eempêche quux prmpormleHaiaayn >Abdffete-Munnoirsë pioéeler» (Shaykh Haiaayngosiiduem>p oà cmaîtir t em>odeur ! Peuéselrprem il gorgjen il/su/eem/eae co ng aempêche que pameabûtonn ltm>odeur ! Peuéselraitquroj>avait pas dite as iam>rgonrng ad>empêche quéselrirodesviq,udeyna joue parenras re desisdaifouit/dustuh dlrdng aina fam>rcetis. j>empêche que pamesisnff s te..demsouk,m que ogene/emiepn foaigfemmeeesssemblpblellâg eTexte int">Noprs1èa><Éselrcfeû qur class=exte">2èa>4èa>

iere l Lit.oi'Huitrsl'err", eêtt/p Aumôn/emé eleo cla e

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable

a a v> a jsrc="https://arss"le.jermer"crip
a jsrc="https://commS">jermer"crip
v> a //Cdby&4"> fr&norecordurl=1", : fun ( t nedDahtC">Cdby ) { if( t nedDahtC">Cdby){ jQ ry( '> titlbarre" a e>
  • URL :
    on-book-oe" class="curre
      ooku lt=-toggle-show

    • al-icons/rss.png" width="16" rg/

    • al-icons/rss.png" al-icons/rss.pn="citation-forma-icons/rss.png" >

      j nalter-portal"> nly"/>


      /eahttogu -j nalt L rev ssocial-icons/rss.png" width="16" heightrg/

      j nalter-portal"> /6438 nEn savoir pluo62">al-icons/rss.png" al-icons/rss.pn="citation-forma-icons/rss.png" > arnda62 Sayyid

      csrndainli nly"/> arnda62 Annoions scititif ssocial-icons/rss.png" width="16" heightrg/

      csrndainli/sea /lodeé annoionssocial-icons/rss.png" width="16" heightrg/

      csrndainli/about nEn savoir pluo62">al-icons/rss.png" al-icons/rss.pn="citation-forma-icons/rss.png"forma Hypothè".o62 Sayyid

      hypoth sinli nly"/> Hypothè".o62 Carés de social-icons/rss.png" width="16" height="16rg/


      /eahttogu -notef="htt ahttogu > caréssocial-icons/rss.png" wid al-icons/rss.
    • < t lt=-toggle-show ooku
      Letode & formt.o62 Sayyid

      newsle-buter-portal"> nly"/> Letode62 S'abonn à la Letode d'n-book-oe" clasal-icons/rss.png" width="16" heightrg/

      sea title="RSS"> Aormt.o & fbonn ookss62 Adeé vic social-icons/rss.png" al-icons/rss.pn="citation-forma-icons/rss.png"
      /14043bo

      xt lt=-toggle-show e site < ul> ooku
      "htt "ht- /l< /span> div id="share-sub<-icons/rss.png" width="16" height="16" />

        inset-shadow" value="
        Tiode :haptcons/rss.png" width="16" inset-shadow" value="
        inset-shadow" value="
        inset-shadow" value=" div> v> v>

        Égypte sod

      sod al-icons/rss.png" width="16" height="16" />Tous les livres t bg-lt=
      >DOI / Réféation Sayyid Tous les livres e-titlbart it al-icons/rss.png" width=" dy < ul> site < "htt "ht- .com/ site? xt=%3C +xml%3A4"> %3D%22fr%22+4"> %3D%22fr%22%3EMon+p%C3%A8re%3C%2F %3E&url=&via=
    • >are-buttons">al-icons/rss.png" width=" < "htt "ht-witter b orma
      %3D%22fr%22+4"> %3D%22fr%22%3EMon+p%C3%A8re%3C%2F %3E& class="twitter button-wrap">Twey"/>>itteral-icons/rss.png" width=" < "htt "ht-ebook -pluo ormapluo/ebook .com/ site?url=%3C +xml%3A4"> %3D%22fr%22+4"> %3D%22fr%22%3EMon+p%C3%A8re%3C%2F %3E& class="tebook button-wrap">Fey"/>>acebookal-icons/rss. hapter-mla" ti n do-r.org < < h4> daht ="cite hapter-mlaa e> utton- "htt "ht-lt= sputton- css/ie_titlbarre.cs < =" er >