Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’autoritarisme dans le monde arabe

 | 
Michel Camau
, 
Luis Martinez

Débat

Texte intégral

Assia Boutaleb

1Je reviendrai dans cette intervention plus précisément sur le cas libyen, ne serait-ce qu’en raison de l’étrangeté du terrain pour nous et de la rareté des études qui en sont faites. Mais, avant cela, j’aimerais revenir sur la discussion de la pertinence de la catégorie autoritarisme à partir de la notion de violence. L’insistance sur la violence est effectivement fondamentale, mais il me semble que l’axiome que vous posez, à savoir que la violence épuise, voire signe, la fin de l’autoritarisme, mérite d’être plus longuement discuté.

  • 1 Ce néologisme, qui peut se traduire par « république des masses », consiste, selon Kadhafi, à mettr (...)
  • 2 Notamment : « La Libye sous embargo », Annuaire de l’Afrique du Nord, Paris, CNRS, 2000 ; « La Liby (...)

2En ce qui concerne le cas libyen, ce qui ne peut qu’interpeller le chercheur est que nous sommes en présence d’une forme de régime politique sans État, face à un leader qui n’a de cesse de saper les bases de la Jamâhîriyya1. Dans vos travaux précédents2, vous avez montré que l’embargo avait été une période durant laquelle se sont produites un certain nombre de recompositions autour du leader. En d’autres termes, les piliers du régime ont changé sous l’embargo : l’armée a été dissoute, les comités révolutionnaires ont été créés et sont devenus essentiels au régime, enfin, certaines tribus se sont vues privilégiées au détriment de celles qui avaient, jusque là, bénéficié des faveurs du dirigeant. Et justement, il me semble que l’on se retrouve là en présence de configurations séduisantes, c’est-à-dire de coalitions, de nouvelles formes et modalités de transactions collusives qui, en fait, suggèrent qu’il y a bien une certaine recomposition de l’autoritarisme. Ce que produit aussi l’embargo, c’est la privatisation de la violence. Mais le fait que cette dernière prenne et de l’ampleur et de l’importance n’empêche pas que d’autres stratégies, d’autres tactiques puissent avoir lieu. De même, la décentralisation, qui est actuellement à l’ordre du jour en Libye, entre pleinement dans le cadre de ces stratégies de consolidation d’un modèle : ne produit-elle pas une réorientation des transactions collusives et ne peut-on pas l’envisager comme une modalité d’extension de l’assiette du régime ? C’est en ce sens et en fonction de ces éléments empiriques, que vous avez décrits, qu’il me semble que la violence ne met pas un terme à tous les facteurs analytiques de l’autoritarisme.

3J’aimerais mentionner également deux nuances qui me semblent non négligeables. La première porte sur la comparaison que vous établissez : ces trois États sont-ils à ce point comparables ? Faire entrer dans une même typologie, et sur le même plan, l’Algérie et l’Irak est sans doute quelque peu radical - d’autant plus que la question de l’embargo moral concernant l’Algérie peut se discuter. Il me semble que les contacts, les rencontres n’ont jamais cessé entre les officiels algériens et leurs homologues étrangers... La seconde nuance a trait au statut même de la violence. Je m’explique : ne peut-on pas, analytiquement du moins, l’envisager comme un moment conjoncturel de l’autoritarisme ? Plutôt, encore une fois, que de la concevoir comme la fin absolue de ce dernier. Pour résumer votre propos, l’utilisation par un leader ou par un régime de la violence à l’encontre de la population est le critère qui fait sortir ce régime de l’autoritarisme classique. Il me semble que l’on pourrait, a contrario, citer l’exemple de la Syrie qui, à un moment, a exercé cette violence contre sa propre population ; pour autant, ce pays est aujourd’hui pleinement un pays autoritaire, quasiment au sens classique du terme. En définitive, est-ce que ce dont vous nous parlez, cette accentuation de la violence, n’est pas un moment dans un processus que l’on peut encore qualifier d’autoritaire ?

Michel Camau

4Cet exposé a le grand mérite de déranger. Ce qui m’interpelle d’emblée ce sont les variables qui permettent de situer les trois cas. Il me semble, d’abord, que l’embargo moral est sans doute une variable autre que l’embargo stricto sensu. Ensuite, en ce qui concerne la répression, peut-on parler d’une même variable ? En Irak et en Libye, la répression s’est faite sur une base d’ethnicité alors qu’en Algérie ce fut sur une base politique. Pour revenir à ce qui a été dit sur le conjoncturel : peut-on dire qu’en Algérie il y a eu un dérapage, c’est-à-dire un rapport de forces tel qu’il ne pouvait y avoir d’autre issue que celle que nous connaissons ? On sait depuis longtemps, et l’on nous l’enseignait en science politique, que finalement la démocratistion peut venir d’un conflit durable. On pourrait discuter du conjoncturel, on pourrait dire que l’Algérie a payé les pots cassés et que sa voisine en a médité l’expérience ; mais, fondamentalement, je ne pense pas que l’on puisse réduire ça à du conjoncturel. La vraie question est : quelles sont les variables explicatives ? Ce qui nous ramène à l’histoire et à la colonisation. Encore que la colonisation ait eu une signification précise pour la Libye et pour l’Algérie, qui n’était pas la même pour l’Irak... Il faut remonter à la constitution de l’État et, pourquoi pas, revenir à une problématique à la Arendt, c’est-à-dire une crise de fondation au sens où ce qui précède la fondation, c’est la violence et la fondation est le dépassement de la violence.

5Bref, comment faire tenir les trois pays ensemble sachant qu’ils ne sont pas identiques ? Sont-ce trois cas particuliers dans l’aire arabe ? Sont-ils des cas particulièrement symptomatiques d’une dérégulation de la violence ?

Patrick Haenni

6Un aspect qui n’a pas été abordé, faute de temps, est la dynamique sociétale. En somme, la question que j’aimerais poser est : qu’en est-il de la société ? Je m’explique : dans un contexte de violence, il me semble que l’État se contracte sur des bases toujours plus restreintes et, qu’en conséquence, il n’a plus forcément le monopole sur toutes les ressources productives du pays. Dès lors, assiste-t-on à l’émergence d’éventuelles élites qui ne seraient pas cooptées ? Quelles sont leurs places dans le système social et économique ?

7Par ailleurs, j’aurais bien aimé en entendre un peu plus sur les changements déformés prises par la violence. Il en a été esquissé un, qui a trait à la centralisation du champ économique dans une dynamique politique, selon lequel on ne tue plus les islamistes mais les opérateurs économiques qui dérangent et qui sont là où ils ne devraient pas être...

Luis Martinez

8Quels critères, quelles variables fondent la pertinence de la comparaison entre les États algérien, libyen et irakien ? Il faut préciser d’emblée que, pour cette recherche, je me suis fondé sur une expérience empirique beaucoup plus que sur une réflexion autour des variables théoriques. C’est à partir de ce que j’ai observé en Libye, étudié en Algérie et entendu en Irak, que certaines similitudes ont pu être dégagées, que certaines ressemblances ont pu être établies. Au départ, très concrètement, ce sont des anecdotes qui nous mettent sur la voie. En Irak, sous l’embargo, une famille entière a été fusillée à cause de l’erreur professionnelle d’un de ses membres, qui travaillait à la Banque centrale. Or, ce type de drame rappelle de nombreuses histoires similaires, que ce soit en Libye, sur les sociétés off shore, ou en Algérie, très connue pour ce genre de pratiques. Il y a donc là des phénomènes, des comportements qui se ressemblent. Sans doute ne s’agit-il, au départ, que d’une impression ; mais on peut, à partir de là, tenter d’en préciser les contours.

9De fait, il est possible d’introduire des variables plus académiques. Commençons par la colonisation. Ce qui est frappant, ce sont les ressemblances historiques dans la constitution des appareils sécuritaires, et notamment pour ce qui est des services de sécurité : l’Italie commence à former la légion libyenne à partir d’un groupuscule issu d’académies particulières ; les Britanniques feront la même chose en Irak avec certains groupes sunnites ; idem pour la France en Algérie avec certains officiers. Tout cela ne signifie pas grand chose séparément, mais ces trajectoires font ressortir des ressemblances qu’il faut analyser.

10Ensuite, il y a la question du nationalisme. Dans ces trois pays, se mettent en place des dispositifs politiques qui cherchent sans cesse à être plus nationalistes que les autres : la Libye par rapport à l’Egypte, l’Algérie par rapport au Maroc, l’Irak par rapport à tout le Moyen-Orient. La force de ces discours est surprenante. Sur quoi se fonde ce nationalisme, à quoi renvoie-t-il ? Cet élément peut faire penser à une forme de politique particulière censée clamer quelque chose, un « quelque chose » qu’il faudrait comprendre. Est-ce le produit d’une minorité politique, qui cherche justement à travers un discours hégémonique à masquer des lacunes sociales, politiques qui seraient réelles ? Dans tous les cas, il semble bien que ce nationalisme constitue un élément important.

11Le troisième élément est évident : c’est la rente pétrolière, mais pas dans le sens où on l’entend habituellement. L’État pétrolier ne va pas seulement produire un État redistributeur ; il va entraîner la formation d’une caste à l’intérieur même du système. Celle-ci constitue véritablement un État dans l’État, doté de ressources symboliques, physiques, sécuritaires et financières. Ses profondeurs sont réelles, ses réseaux sont importants, ses connexions sont aussi vastes que la puissance financière de la rente pétrolière ; et l’on comprend, avec le démembrement de l’Irak, qu’il faut plus qu’un renversement de régime pour y mettre un terme.

12Ce qui permet de rapprocher ces trois États – et non pas d’autres comme, par exemple, la Syrie ou le Soudan, où pourtant certains des éléments mentionnés sont comparables, mais pas entièrement – c’est cette idée qu’il existe des ressemblances dans la capacité à contrôler l’usage de la violence mais aussi dans ce sentiment de minoritaire, cette idée d’éliminer avant d’être éliminé, dans ces guerres préventives privées. Avant même d’entrer dans la caste et de bouleverser les rôles, on élimine ceux qui peuvent y rentrer. La situation est donc celle d’une lutte de clans. Ceci est valable, encore une fois, aussi bien en Irak, en Libye qu’en Algérie, et il me semble que cette grille de lecture permet de trouver des éléments de réponses à de nombreux phénomènes ou dynamiques politiques.

13Partant de ce constat, il faut alors, effectivement, être très prudent sur la qualification de ces régimes. S’agit-il vraiment d’un type de régime à part, autre que l’autoritarisme ? Un État peut-il être à la fois autoritaire et mafieux ? On peut très bien imaginer de telles configurations dans des États non mafieux. La violence n’est-elle pas, après tout, un élément décisif dans la continuité de cette consolidation autoritaire ?

14Il ne s’agit pas de contester cela pour des raisons morales, mais pour des raisons de représentation. Prenons le régime de Boumédiène. Celui-ci pouvait être tout aussi mafieux et autoritaire que d’autres, mais il faisait un usage maîtrisé de la violence, un usage presque contrôlé, policé. C’était, du coup, un régime qui pouvait paraître crédible, même si la réalité était différente. Avant la guerre avec l’Iran, celui de Saddam Hussein avait sans doute une configuration à peu près similaire : son discours était porteur de valeurs ; on sauve un État, on le protège, on est censé construire. De même la Libye, avant sa politique africaine, pouvait ressembler à cela. Mais, par la suite, s’opère un basculement vers une hypertrophie des régimes sécuritaires, un engagement sans limites dans un processus de violence qui rend ces États difficilement comparables à d’autres types de régimes autoritaires dans le monde arabe.

15Ce sont les hommes du régime qui vont maîtriser ce processus, d’abord de façon sécuritaire, pins politique et, progressivement, financière. La mise sous embargo ne sera pas à proprement parler celle des États, mais celle des hommes qui en maîtrisent les rouages. Qui veut-on sanctionner ? En Libye, ce sont principalement Kadhafi et ses agents secrets ; en Irak, Saddam Hussein et ses groupuscules ; en Algérie, quelques généraux. Un épisode est significatif: celui où certains généraux algériens qui oseront enfreindre la loi de l’embargo moral en venant à Paris, en repartiront le soir même, en catastrophe, pour échapper à un mandat d’arrêt visant le chef d’état-major des armées. Il faut se rappeler aussi de Jacques Chirac qui ne voulait pas figurer sur la photo avec Liamine Zéroual, aux Nations unies.

16C’est pour toutes ces raisons qu’il me semble que l’on peut dire que les dirigeants algériens ont été mis sous embargo. Certes, des contacts et des réseaux subsistent, mais ce sont justement des réseaux occultes, qui ne font que fortifier cette dimension mafieuse. Il n’est absolument pas contradictoire que les gens se rencontrent, au niveau des secteurs militaire et sécuritaire, cela participe même à la consolidation de ces réseaux. Mais d’un point de vue politique et international, les choses sont tout à fait différentes car nombreux sont les chefs d’État qui cherchaient à éviter les dirigeants algériens. D’ailleurs, la Syrie ne serait-elle pas sur le point d’entrer dans une situation comparable, avec cette récente politique de l’administration américaine qui pourrait mener loin ? Il y a bien là, semble-t-il, des éléments de comparaison.

17La question de l’évolution des sociétés est, elle, plus difficile à cerner. En revanche, ce qui paraît plus évident, c’est que la reconsolidation de type autoritaire que l’on a connu dans le passé ne fait plus sens de la même manière. Comment se dérouleraient des élections aujourd’hui en Algérie ? Des informations fiables feraient sans doute apparaître, au mieux, des chiffres s’élevant autour de 20 % de participation dans les régions où beaucoup d’efforts ont été consentis de la part de l’État, de l’administration et des tribus. Mais, en moyenne, ces taux ne dépasseraient guère les 4, 6 ou 8 % de participation. Il me semble que ces chiffres auraient été plus élevés auparavant.

18Nous sommes donc face à une dimension nouvelle. Les discours qui accompagnent cette reconsolidation ne visent plus à convaincre les citoyens ; ils ont désormais une valeur purement internationale. Ils cherchent à donner l’image d’une situation sous contrôle, neutralisée, « sécurisée », dans le seul but de restaurer des liens politiques, diplomatiques, et autres. Il ne semble plus qu’il y ait un discours politique visant à reconstruire un sens, une idéologie susceptible de remobiliser. Cela rejoint la question soulevée par Patrick Haenni : celle du rétrécissement de ces régimes autour de bases échappant entièrement aux évolutions sociales.

19Voici donc les thèmes, remarques et questions qui se dégagent. À ce stade, il s’agit cependant plus d’impressions à partir de terrains, que d’hypothèses théoriques fortes que je chercherais à aller confronter à des cas typologiques. Il est vrai qu’en allant au-delà, il y a aussi la volonté de comprendre comment ces régimes, qui étaient censés avoir autant de qualités, autant de valeurs, autant de ressources, « d’autoroutes » qui devaient les amener vers des évolutions si réussies, ont pu se retrouver marginalisés de la sorte, mis sous embargo et engagés dans des violences internes et régionales. Ensuite seulement, viendrait le problème de la reconfiguration de ces régimes vers une possible démocratisation ou bien vers un effondrement de l’État ou encore vers des consolidations réinventées de l’autoritarisme sous différentes formes. Mais avant d’en arriver là, il semble nécessaire de comprendre ce qu’il s’est passé. Cela constitue un travail régressif du point de vue sociologique, consistant à partir de ce que l’on pouvait écrire sur ces régimes, dans les années soixante, afin de comprendre leur évolution jusque dans les années quatre-vingt-dix.

Jean-Noël Ferrié

20Si l’on peut émettre quelques réserves quant à la typologie proposée, il n’en demeure pas moins que ces trois régimes présentent effectivement et empiriquement, si on les compare à d’autres régimes, des similitudes évidentes, c’est-à-dire un même mode de violence, un même type de brutalisation et de dérive mafieuse. On pourrait cependant faire la même description du Maroc des années soixante-dix : le Maroc du Général Oufkir, le Maroc de la corruption généralisée, de la violence. Avons-nous affaire à des types de régimes ou à des stades ou, pour éviter la dimension téléologique de ce terme, à des moments déterminés d’une évolution spécifique qui peuvent se retrouver dans différents régimes ? À un moment donné, l’autoritarisme est-il amené à évoluer vers un type de régime mafieux ? À quel moment ces régimes de type mafieux cessent-ils d’être mafieux ? Autrement dit, y a-t-il un effet de clapet ? Qu’est-ce qui fait que, dans un régime autoritaire, à un moment donné, quelque chose disparaît qui fait que le régime n’a plus de frein ? Ne serions-nous pas alors, à proprement parler, dans un régime despotique ? C’est-à-dire un régime qui se libère d’un certain nombre de freins, de contraintes qui normalement s’imposent même à l’autoritarisme - faisant que ce dernier va au-delà de ce qu’il pratiquait, aussi bien dans l’élimination physique des opposants, de la population, que dans la part importante que prennent les affaires (et notamment les enrichissements personnels) dans ce jeu-là.

21Pour résumer, on aurait tendance à penser que ce type d’État peut advenir dans tous les régimes autoritaires à un moment donné, dans le passé ou dans le présent, de sorte que la question n’est pas comment un régime autoritaire devient démocratique, mais : à partir de quel moment un régime autoritaire peut-il devenir un régime mafieux ?

Florian Kohstall

22Le fait de présenter l’embargo comme une variable lourde dans la compréhension des trajectoires de ces pays, c’est-à-dire le lien que vous faîtes entre embargo et violence, me semble poser problème pour au moins deux raisons. D’abord, en partant du constat que la violence est supportée par une grande partie de l’appareil sécuritaire et par la population, il apparaît que la guerre civile, dans le cas de l’Algérie, et la guerre contre l’Iran, dans le cas de l’Irak, sont sans doute des variables plus déterminantes que l’embargo. Ensuite, cette relation entre embargo et violence semble contredite par deux cas opposés. En effet, en suivant votre définition, il est tout à fait possible de dire que l’Iran est sous embargo ; pourtant, le régime iranien n’a jamais atteint le niveau de violence des pays que vous citez. L’Arabie Saoudite, au contraire, n’est pas dans une situation d’embargo, mais elle a atteint, d’après moi, pour ce qui est de l’usage de la violence physique, un degré pertinent.

Gema Martin-Munoz

23J’ai du mal à voir cette relation de cause à effet entre embargo et explication de la violence. En Irak, il est clair que le comportement mafieux est le résultat de l’embargo. D’après les acteurs économiques internationaux qui commerçaient avec l’Irak, il n’y avait pas de corruption auparavant. C’est différent pour l’Algérie, le comportement mafieux vient d’une histoire antérieure. Un facteur très important, en revanche, et que vous avez signalé, est le facteur extérieur, celui des alliances et des appuis internationaux. Et dans ce cadre, un des facteurs est, en effet, l’impunité dont ont bénéficié les régimes s’affirmant « avec » les États-Unis dans leur gestion de la sécurité et l’emploi de la violence. Donc, il y a effectivement le facteur international, mais plus sous cet aspect-là que sous celui de l’embargo.

Luis Martinez

24Clarifions les choses : l’embargo n’est pas le producteur de la violence. Dans la typologie présentée, l’embargo est un moment, un point commun aux différentes trajectoires avec, toutefois, des intensités variables : totales, partielles ou morales. Le propos de mon étude consiste à expliquer comment ces pays se retrouvent, au début des années quatre-vingt-dix, dans une telle configuration au regard du système international. Il ne s’agit donc pas ici de faire apparaître un lien de causalité entre embargo et violence. D’ailleurs, le fait que la violence ne se déclenche qu’après l’instauration de l’embargo n’est vrai que pour l’Algérie, absolument pas pour l’Irak. Plus généralement, la violence s’exprime de différentes manières. En Irak, elle existait déjà avant ; en Libye, elle se manifeste sous différentes formes et à différents moments dans l’histoire du régime. En Algérie, des « pics » de violence ont lieu en 1963, en 1980, etc. L’idée n’est donc pas de dire que l’embargo en est la cause.

25En revanche, ce que l’on peut dire c’est que l’embargo est la période durant laquelle les différents régimes vont se défaire de leur habit idéologique, politique, pour apparaître réduits à des bases sociales extrêmement limitées, ethniques, claniques, régionales, etc. Des bases limitées, mais hégémoniques dans le système étatique. L’embargo met alors ces régimes face à des menaces d’ordre militaire comme pour le cas de l’Irak ou d’ordre juridique (avec la question d’un procès à l’encontre de Kadhafi, qui s’est posée dans les années quatre-vingt-dix) ou encore d’ordre civil, comme dans le cas des généraux algériens accusés de violation des droits de l’homme. Autant de situations inimaginables, du point de vue politique, quelques années auparavant.

26En ce qui concerne ces États, mon but est moins de savoir s’ils vont devenir démocratiques que d’essayer de comprendre comment ils se sont transformés en États mafieux. Toute la difficulté est de définir cette dernière notion, je m’inspire principalement des travaux sur la criminalisation de l’État en Europe de l’Est ou en Afrique, qui fournissent quelques données permettant d’étudier ce passage des services de sécurité aux entreprises mercenaires privatisées, où l’on voit clairement comment des groupes se reconstituent et se recomposent, tant et si bien que les sociétés privées de protection ne sont souvent que la récupération d’anciens agents publics travaillant dans les services...

27Tout cela se fait dans un contexte de libéralisation auquel participent les réseaux mafieux internationaux, et ce, suivant des parcours inédits : on peut très bien concevoir que la mafia russe écoule des produits en France en les faisant transiter par Alger ou ailleurs... Au-delà de la question de savoir si c’est le cas ou pas, ce qu’il faut voir ce sont les effets régionaux, locaux de ces réseaux. Qu’est ce qui est à l’origine de ces transits ? L’embargo, la violence, la guerre ou la modernisation de ces ‘asabiyya, évoluant vers des réseaux mafieux globalisés, outillés de tous les instruments de la modernité... ?

28Quand on analyse ces éléments importants que sont les services de sécurité, l’État pétrolier, la libéralisation, la violence, le fait que les trajectoires de ces trois États sont comparables est frappant. Ceci dans des proportions différentes, en fonction sans doute de leur histoire nationale mais aussi de la composition de leur régime. Il faut également tenter, tout en restant prudent et très pointu s’agissant des évolutions politiques de ces acteurs, de comprendre jusqu’où la violence peut aller. Dans le cas irakien, la violence est totale, c’est-à-dire qu’elle s’exerce à l’encontre de tous ceux qui ont contesté le régime. Dans le cas algérien, elle est partielle car, si on réprime les islamistes, on ne va pas jusqu’à s’en prendre aux Kabyles par exemple. Il en va de même, dans le cas libyen, en ce sens où ce sont, grosso modo, les islamistes et les Berbères qui sont réprimés violemment. J’essaie de comprendre jusqu’où la violence peut aller.

Notes

1 Ce néologisme, qui peut se traduire par « république des masses », consiste, selon Kadhafi, à mettre en place un système de démocratie directe à travers les Comités populaires.

2 Notamment : « La Libye sous embargo », Annuaire de l’Afrique du Nord, Paris, CNRS, 2000 ; « La Libye : la fin du purgatoire », Politique internationale, 89, automne 2000 ; « L’après-embargo en Libye», (n°spécial), Maghreb-Machrek, 170, octobre-décembre 2000 ; « La Libye », L’État du Monde 2001, Paris, La Découverte, 2001 ; « La Libye est de retour », Géopolitique Africaine, 1, hiver 2000/2001.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable