Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’autoritarisme dans le monde arabe

 | 
Michel Camau
, 
Luis Martinez

Autoritarisme et usage de la violence : état d’une recherche

Luis Martinez

Texte intégral

1Mon propos consiste à rendre compte de l’état d’une recherche, encore inaboutie, portant sur l’analyse comparée de trois pays, l’Algérie, la Libye et l’Irak. Ces trois États ont, à un moment donné, sombré dans un degré ultime de violence. Cette étude vise à en identifier les facteurs explicatifs et les correspondances, non pas dans le but de les qualifier, mais simplement de les aboder. La science politique parvient mal, en effet, à les qualifier. Les termes employés sont soit « totalitarisme », mais il n’est pas adapté, soit « autoritarisme », mais il me semble limité pour ces États, soit le terme flou de « transition » (on ne sait pas vers quoi et à partir de quoi), soit encore le terme, certes plus diplomatique, de « rogue state », mais qui a le défaut de renvoyer plus à un jugement, une politique ou une morale, qu’à une analyse.

2Il s’agit donc ici de se pencher sur la construction de ces régimes, c’est-à-dire de partir de leur mise sous embargo. L’Algérie, dira-t-on, n’a jamais été mise sous embargo. Or, pour moi, elle a bien été mise sous un embargo que l’on peut qualifier de « moral » : durant dix ans, aucun dirigeant algérien n’a été fréquentable par la communauté internationale, à tel point que l’Algérie a été marginalisée. L’embargo de l’Irak, d’autre part, est un embargo que l’on qualifiera de « total », tandis que pour la Libye il est « partiel ». L’embargo apparaît donc comme le dénominateur commun de ces trois sociétés. Cela ne signifie pas qu’elles sont prisonnières : les mouvements migratoires, l’accès à l’information, la possibilité de capter des informations étrangères se sont poursuivis. Mais leur liberté est restreinte, leur champ d’action, leur parole et leur audience limités. À partir de ce constat, il s’agit de comprendre les trajectoires qui ont amené ces États à la mise sous embargo ; l’histoire, l’idéologie et la structuration de ces régimes les conduisant à emprunter des chemins similaires.

3Sur le plan historique, c’est l’occasion de questionner le lien entre régime et colonisation. On a souvent expliqué le lien entre la nature du régime algérien et la colonisation française. Or, en regardant la colonisation italienne en Libye, et en commençant à étudier la colonisation britannique en Irak, j’ai pu me rendre compte que trois types de colonisation totalement différents - dans leur mouvement, idéologie, engagement - ont finalement produit des régimes nationalistes, arabes, progressistes, dotés de structures étatiques ambitieuses, bénéficiant des ressources naturelles que sont le pétrole et le gaz ; des États plus ou moins comparables dans le leadership que des élites seront censées incarner. Ce sera un régime progressiste irakien, une Jamâhîriyya libyenne aux contours indéfinis mais à l’évolution identique, le régime progressiste algérien sous le FLN. Les trois essaieront, d’une certaine manière, de faire reposer modernisation, transition, rattrapage historique sur une élite supposée incarner cet idéal de modernité.

4Ensuite, c’est l’émergence d’un nationalisme farouche qui permet de mettre ces pays en perspective. Non pas que d’autres États ne puissent recevoir ce qualificatif, mais ces cas se distinguent, par exemple, du Maroc, de la Tunisie ou de l’Égypte par le radicalisme du sentiment nationaliste. Les causes sont sans doute à chercher dans les colonisations dures qu’ont subies ces pays et leurs séquelles, assurément différentes mais ayant un impact considérable sur les sociétés.

5Le troisième facteur est l’obligation morale d’organiser des États redistributeurs. Certes, le gaz et le pétrole joueront considérablement dans cette possibilité, mais, surtout, dans ces trois cas, est à l’œuvre une volonté de rattraper l’histoire, de créer un acteur au-dessus des particularités, capable de générer une communauté nationale, centralisant toutes les formes d’allocations, symboliques, économiques, politiques, culturelles, à travers un État que l’on qualifiera en Algérie de « démiurgique ».

6Le quatrième facteur renvoie à l’analyse plus classique des États rentiers, c’est-à-dire au processus de politisation à travers la distribution de biens et de services sans contrepartie.

7Enfin, dernier et, sans doute, point le plus important, ce sont trois États qui, à partir de leurs structures militaire et sécuritaire, se retournent non seulement contre leur projet mais aussi contre une partie de leur société. Trois États qui vont exclure, d’abord symboliquement puis physiquement, une partie des éléments de leur communauté nationale : les Kurdes, les chiites, les islamistes en Algérie et, en Libye, les Berbères seront délibérément massacrés, au titre de ne plus faire partie du projet initial.

8Ces éléments de correspondance font donc apparaître des trajectoires similaires. Avant leur mise sous embargo, ces trois régimes entraient dans la catégorie des pouvoirs « forts » : c’étaient des régimes « solides », structurés, administrativement compétents. Par ailleurs, la notion de consolidation de l’autoritarisme, abordée avec les concepts de charisme ou d’autoritarisme « bureaucratique », paraissant indépassable, sans alternative, leur était applicable. Mais, à partir de la mise sous embargo, une « perturbation », notion chère à Michel Dobry, vient créer une incertitude dans les trois régimes. Cette perturbation ne va ni déstabiliser ni provoquer la chute ou l’effondrement, mais créer des fissures qui vont reconfigurer la fin de ces régimes autoritaires violents.

9L’hypothèse que j’avancerai ici est celle de la transformation de ces régimes en États mafieux. En effet, plus qu’à des régimes, on a affaire aujourd’hui à des chefs de bande, des équipes plus ou moins performantes, dotées de ressources économiques considérables, de réseaux financiers internationaux leur permettant de recomposer la nature de ces régimes - dans un équilibre qui n’est plus celui de la recherche de la démocratisation, de l’autoritarisme ou de la transition mais, tout simplement, dans un processus de dépolitisation, un contrôle brut et direct des ressources financières. Le processus de libéralisation que l’on observe apparaît comme une évolution « naturelle » de l’insertion de ces régimes mafieux dans la communauté internationale. La rente pétrolière a donné lieu à toutes formes de transactions véritablement « collusives » avec les partenaires internationaux que nous connaissons, qu’il s’agisse des administrations européennes ou américaines ou de groupes pétroliers, qui permettent le maintien et la récompense de ces régimes. L’enjeu n’est donc plus un enjeu politique, voire idéologique, mais le maintien au pouvoir, dans des États qui ont littéralement perdu, au sens propre comme au figuré, tout repère leur permettant d’orienter leurs sociétés.

10On pourrait introduire la notion, peu utilisée dans le monde arabe, de « barbarie » : une force brute, coupée de tous relais sociaux et de toutes nécessités sociales. La modernisation, grâce à la rente pétrolière, des appareils sécuritaires transforme ceux-ci en véritables forces de frappe capables d’épurer la communauté nationale. Communauté nationale qui n’est même plus représentée à partir de ses particularités ethniques ou religieuses, mais bien à partir de l’acceptation ou non d’un état de fait. En Libye comme en Algérie, l’introduction des opposants dans le régime ne se fait pas sous le signe de l’acceptation ou de la négociation, mais sous le signe du fait accompli.

11Ce point permet de déplacer le point de vue sur ces pays ; à partir de là, en effet, on est conduit à aller regarder ce qui se passe ailleurs que dans le monde arabe, et à essayer de comprendre comment des régimes dotés d’autant de valeurs symboliques, nationalistes et progressistes, et de ressources pétrolières, avec des États forts, comment ces régimes ont pu être néanmoins désignés à partir d’identités claniques, ethniques, tribales et villageoises.

12Ensuite, il paraît important de se pencher sur la formation même de ces États. On pourra s’inspirer ici des travaux de Burhan Ghalioun. Comment comprendre les États de la région si l’on se nourrit des approches classiques en science politique portant sur la formation des États ?

13Deux ouvertures sont possibles. Soit considérer que la formation de ces États n’était qu’un leurre agité par des groupuscules mafieux ayant utilisé toutes les formules de rhétorique possibles, aujourd’hui dévoilés ; soit, au contraire, de réels processus politiques se sont mis en place et ont provoqué par je-ne-sais quel moyen le rétrécissement, l’effondrement, la criminalisation de ces États au profit des régimes que nous connaissons.

14Le troisième point à considérer dans ce type d’évolution se pose en terme de prédictibilité et d’imprévisibilité. Avant la mise sous embargo, aborder ces États à travers la grille de la transitologie laissait peu de place à une alternative sur leurs possibles évolutions. Or, la mise sous embargo provoqua un phénomène inattendu, imprévisible, imprédictible, celui du changement forcé d’un régime, comme dans le cas irakien. La donne internationale est donc un facteur considérable dans la transformation des régimes - ce qui, jusqu’au cas irakien, pouvait paraître impensable. Une conséquence immédiate fut que la Libye, considérant qu’elle était intégrable dans la catégorie de « l’axe du mal », changea, en l’espace de deux ans, de discours (reste à voir les pratiques), de comportement, d’alliances, pour essayer de recomposer une situation qui lui permettre de soutenir que son système politique n’était plus celui que l’on présentait. Autre conséquence, le cas de l’Algérie, dont l’armée et ses services expliquent que l’objectif est désormais d’intégrer l’OTAN et de devenir la « Turquie du monde arabe » ; ce sont là les termes d’un général algérien, mettant en avant que la survie du régime dépend de son insertion dans des alliances internationales. En effet, si la situation sociale et nationale a un coût sécuritaire, cela signifie clairement qu’il faut être allié sur le plan international pour pouvoir bénéficier de toutes formes de coopération sécuritaire, militaire, financière. On est passé d’une situation où trois régimes nationalistes allergiques au système international, soucieux de contrôler la totalité de leurs ressources nationales, bouleversent totalement leur politique, leur idéologie, leurs motifs anciens pour faire littéralement l’inverse du projet qui fut le leur dans les années soixante.

15Ce sont là les constats et hypothèses que je suis amené à formuler ; reste à les synthétiser, afin de faire apparaître des modèles. Je m’inspire beaucoup de travaux sur l’Amérique latine ou l’Asie, notamment la Corée du Sud ou l’Indonésie, pour essayer de saisir comment les évolutions de ces pays peuvent être comparables ou non à ces régimes moyen-orientaux et nord-africains. Ceci, d’abord, afin de fuir les approches culturalistes qui expliquent simplement que la violence se nourrit d’une certaine culture politique locale. Il s’agit de voir ensuite que, plus que les régimes, ce sont les configurations que ces régimes dessinent entre les dimensions locales, nationales et internationales, qu’il faut étudier. En effet, dès l’instant où l’économie repose sur la rente pétrolière, la dimension internationale devient, de fait, une dimension stratégique dans la consolidation. Un dernier point, enfin, consiste à parler, plutôt que de « consolidation » de régime, de la notion de « stratégie de survie » que Jean-Noël Ferrié récuse. Celle-ci, dans les cas présents, me paraît bien plus adaptée : ce qui est en jeu, ce n’est pas tant la transformation du système que la survie des équipes dirigeantes qui le contrôlent. On entre par-là dans des analyses de réseaux, en terme de stratégie de survie, c’est-à-dire la capacité à les rendre vivants pour se maintenir. Cette autre dimension m’amènera, je l’espère, à tirer des conclusions plus pertinentes et plus opératoires. Pour l’instant, elle me permet de tenter de mettre en relief ces trois pays, ces trois trajectoires, avec des configurations qui me paraissent proches et utiles à comparer, même si, certes, elles ne sont pas identiques.

16Pour conclure, c’est davantage la rupture liée à la violence qui me paraît souvent exclue, en science politique, dans l’analyse de ces pays - violence qui semble être un moment fondateur pour comprendre le basculement de ces régimes, en voie de consolidation ou non, vers une autre dimension : l’État « barbare », tel que M. Seurat l’a décrit pour la Syrie, ou l’État « mafieux », en s’inspirant, par exemple, des travaux de J.-F. Bayart sur la criminalisation de l’État en Afrique.

Auteur

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable