Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’autoritarisme dans le monde arabe

 | 
Michel Camau
, 
Luis Martinez

Réactions à l’intervention de Michel Camau

Tewfik Aclimandos

Texte intégral

  • 1 M. Camau, V. Geisser, Le Syndrome autoritaire, op.cit. L’autre est « Remarques sur la consolidatio (...)

1Dans deux textes remarquables, dont l’un écrit en association avec Vincent Geisser1, Michel Camau a étudié la question de l’autoritarisme et de ses avatars, mais aussi de la littérature politiste sur la question et son devenir, avant de décrire avec concision et précision le « régime » tunisien et son évolution.

2Si je connais bien les régimes égyptiens post-1952, je ne m’étais jamais sérieusement penché, avant la lecture de ces textes, sur les questions apparentées de l’autoritarisme, de la démocratisation et de la « transitologie ». La lecture des textes de Camau, malgré leurs très grandes qualités, ne permet pas de combler les lacunes de l’ignorance. À quelques classiques près, je ne suis pas familier de la littérature que Camau et Geisser passent en revue. Je vais essayer de transformer cette ignorance en vertu.

  • 2 Strauss, Voegelin, Correspondance : 1934-1964, foi et philosophie politique, Paris, Vrin, 2004, p. (...)
  • 3 Ibid., p. 80. Le texte straussien se retrouve aussi dans Léo Strauss, De la tyrannie, Paris, Galli (...)

3Je présuppose que ces auteurs n’ont pas présenté l’état de la question, et les thèses qu’ils discutent, de manière caricaturale, à des fins polémique, et que leur résumé reflète bel et bien les arguments des uns et des autres, et la pauvreté du bilan global. Je mentionne toutefois une exception : la position de Léo Strauss est beaucoup plus complexe que ce qu’ils en disent. D’abord parce que Léo Strauss, en réponse à Voegelin, a traité de manière extensive du problème du « césarisme », catégorie qui semble, au moins partiellement, recouper celle de l’autoritarisme (apparemment, Strauss et Voegelin définissaient le césarisme comme un gouvernement stabilisateur après l’effondrement des formes constitutionnelles de la cité-État2). Ensuite, parce que l’argumentation straussienne ne se réduit pas, au moins cette fois, à une énième attaque rageuse contre le refus appauvrissant des jugements de valeur, qu’il attribue à la science moderne. Elle ne peut non plus se résumer en une proposition du genre : « la tyrannie est une catégorie nécessaire et suffisante ». Pour Strauss, « le césarisme est [...] une subdivision de la monarchie absolue telle que l’entendaient les classiques. Si, dans une situation donnée, l’ordre républicain constitutionnel s’est complètement effondré, et qu’on ne puisse pas raisonnablement envisager sa restauration dans un avenir prévisible, on ne saurait accuser à juste titre l’instauration d’un gouvernement permanent absolu ; il s’agit là par conséquent d’une situation fondamentalement différente de la tyrannie. Seule la manière dont est instauré et exercé ce gouvernement absolu et permanent qui s’avère nécessaire, est susceptible d’être condamnée à juste titre. Et comme y insiste Voegelin, il existe des césars tyranniques et des césars royaux. [...] La distinction entre tyrannie et césarisme s’adapte parfaitement au cadre classique.3 »

  • 4 Strauss, Voegelin, Correspondance, op.cit., p. 81.
  • 5 Je ne connais pas l’ensemble de la production de Léo Strauss, mais je pense que le rapport entre v (...)

4Strauss affirme, grosso modo, que la seule justification possible du césarisme est la « nécessité » (en général due à l’effondrement du cadre constitutionnel) et que le « nécessaire » est toujours inférieur au « bon » et au « noble »4. Par ailleurs, je ne pense pas que l’insistance de Léo Strauss sur la nécessité de la vertu, sur le problème de la corruption du régime et des citoyens, soit malvenue. Sans forcément adhérer aux vues ou aux thèses et valeurs du très grand philosophe5, je ne vois pas comment faire l’économie du problème de la « corruption » des citoyens par ces régimes (et vice-versa) si on veut sérieusement penser leur longévité ou leur mort, ou les dynamiques de leur consolidation.

  • 6 L’idée d’Arendt (qui est aussi celle de Kojève) est beaucoup plus féconde que Camau et Geisser ne (...)

5Arendt n’est pas mieux traitée6. Vu le fil conducteur implicite de Camau/Geisser, la discussion des textes d’Arendt et de Léo Strauss, deux nostalgiques d’un monde perdu, est peut-être superflue. Il est légitime de ne pas présenter les travaux de ces auteurs hostiles à la « science politique moderne » dans le cadre d’une discussion sur l’autoritarisme ou sur la démocratisation. Mais si on choisit de les évoquer, autant ne pas s’en débarrasser aussi abruptement.

  • 7 Je serais plutôt enclin à incriminer les conditions de production du savoir.
  • 8 Camau signale, par exemple, les enjeux non scientifiques de la question scientifique suivante : la (...)
  • 9 Remarques : J’admets volontiers ne pas être sûr que cette téléologie soit erronée si on considère (...)

6La revue par Camau/Geisser de la littérature politiste incite souvent à donner raison à ceux qui critiquent la science politique moderne. Je dis cela sans forcément penser que l’état des lieux qu’ils décrivent découle nécessairement des présupposés et de l’évolution de « la » (y en a-t-il une et une seule ?) philosophie moderne7 ou des options fondamentales de la science politique de notre temps. La neutralité axiologique professée dissimule très peu des présupposés idéologiques (voire des « agendas »8) très lourds et très mal refoulés. Le principal est, pour le champ qui nous concerne, la téléologie explicite ou implicite, qui voit une marche mondiale « naturelle » vers la démocratie9.

  • 10 Camau critique : a) la soi-disant « objectivité » de l’évaluation des performances. Il s’agit moin (...)

7Dans de nombreux et fort réjouissants passages, Camau et Geisser recensent les implications pour l’analyse de cette peu scientifique croyance. Je ne suis pas sûr que toutes les manifestations de cette croyance soient aussi stériles qu’ils ne le disent (je pense qu’ils sont un peu injustes pour les « indicateurs » et autres index de liberté dans le monde10) mais quelques erreurs ou naïvetés dénoncées sont stupéfiantes.

  • 11 Autre exemple de l’idéologisation de la littérature politiste et du poids des préjugés : selon cer (...)

8Un autre préjugé important11, et moins mis en lumière par Camau/Geisser, me semble être la confusion entre démocratie et régime viable pour la majorité de la population. Ce préjugé explique en partie la ridicule prolifération, qu’ils dénoncent avec brio, de pseudo-concepts du type « démocratie avec des adjectifs » ou « autoritarisme avec des adjectifs ». Il semble bien que la science politique actuelle, malgré la neutralité axiologique affichée, a des problèmes à admettre qu’une population peut, au moins quelque temps, s’accommoder d’un régime non démocratique et peut ne pas trop souffrir des règles du jeu qu’il définit.

9D’autres facteurs interviennent pour expliquer cette prolifération : la confusion entre querelles sémantiques et débats théoriques et, bien sûr, l’impossibilité objective d’unifier le langage politiste. Mais les considérations sur l’état du monde de la recherche et de sa production ne doivent pas occulter le fait que la « prolifération » des concepts est le reflet d’un problème « objectif » que je vais tenter de poser.

10Camau et Geisser ont choisi d’étudier l’histoire du concept « autoritarisme » et ont isolé deux « grandes époques », celle de la prédominance du contexte de la guerre Froide et de la question totalitaire, qui a été suivie par l’ère de l’essor de la transitologie et des problématiques de la démocratisation. Ce choix narratif a de très grandes vertus et a donné un texte remarquable, mais le problème peut être posé autrement, peut-être de manière plus simpliste, si on veut tenter une « phénoménologie » des régimes politiques et une clarification conceptuelle.

  • 12 Robert Dahl, After the Révolution : authority in a good society, New Haven, Yale University Press, (...)
  • 13 Joseph Schumpeter, Capitalisme, socialisme et démocratie, Paris, Payot, 1990 (1942).
  • 14 Auteur cité par Camau (voir son article) mais que je n’ai pas lu.
  • 15 D est évident que, dans les faits, la protection n’est quelquefois pas la même pour tous.

11À mes yeux, une fois que l’on se débarrasse des (ou maîtrise les) présupposés téléologiques, on voit vite que le problème de la définition de la démocratie moderne a été résolu par Dahl12, peut-être avec le support des contributions de Schumpeter13 et de Bobbio14. Le dispositif institutionnel et sociopolitique se réclamant de l’idéal démocratique (gouvernement du peuple par le peuple) a au moins trois caractéristiques : élections compétitives (permettant de nommer un vainqueur détenant le pouvoir exécutif), participation inclusive, protection des libertés civiles et politiques égale (en droit et dans les normes servant de cadre de référence15) pour tous. Un régime n’ayant pas ces caractéristiques n’est pas une démocratie ou une demi-démocratie ou encore une démocratie avec un adjectif. Et ce, même si certaines institutions ou situations que l’on a un moment cru caractéristiques des démocraties (un parlement et un pluralisme) s’y retrouvent.

  • 16 Cari Joachim Friedrich et Zbignew Brzesinski, Totalitarian democracy and autocracy, Cambridge, Har (...)
  • 17 Arendt, Hannah, Les Origines du totalitarisme : le système totalitaire, Paris, Le Seuil, « Points (...)
  • 18 L’on pourra me reprocher que les critères que je propose sont flous. Je répondrai en disant qu’en (...)
  • 19 On le voit, je suis en total désaccord avec les auteurs quand ils affirment qu’« à bien des égards (...)

12Je pense également que l’on peut identifier un type de régime, qui sera qualifié de totalitaire, en combinant le type-idéal construit par Cari Friedrich et Zbignew Brze-zinski16 (en insistant davantage qu’eux sur le monisme idéologique intolérant et la dimension utopique) et la phénoménologie arendtienne17 - en prenant la précaution de bien montrer que ce qu’elle décrit ne représente, peut-être, qu’un moment de ces régimes et/ou/mais une éventualité, une virtualité assez sérieuse pour peser lourdement sur le comportement des populations les subissant18. La démocratie est le moins mauvais des régimes, le totalitarisme est le pire19.

13Le problème est le suivant : peut-on considérer les régimes qui ne sont ni l’un ni l’autre comme ressortissant d’une même catégorie, « l’autoritarisme » ? Ou, au contraire, faut-il affiner l’analyse et quel niveau de raffinement faut-il atteindre ?

  • 20 II convient de relever que Camau écrit ailleurs que « l’autoritarisme serait symptomatique de rest (...)
  • 21 Limitation du pluralisme, faiblesse de la mobilisation populaire, faible teneur idéologique de ces (...)

14Si l’on opte pour la première solution, on obtient, pour reprendre les termes de Camau, « une notion pauvre au regard des exigences de l’explication et de l’interprétation. Elle qualifie des situations mais n’a de qualités opératoires que conjuguée avec d’autres outils »20. En d’autres termes, elle recouvre des réalités différentes et on ne saurait préjuger de l’évolution et des dynamiques internes desdits régimes auxquels elle s’applique. Ceci est exact mais vaut pour beaucoup d’autres catégories et concepts. Dans le même ordre d’idées, les caractéristiques21 proposées par Linz posent deux types de problèmes : on ne les retrouve pas dans tous les régimes dits autoritaires et certaines d’entre elles soulèvent de grosses difficultés. Je rappelle, avant de progresser, que je ne connais le texte de cet auteur que par Camau/Geisser interposés. Soit, par exemple, la variable « faiblesse de la mobilisation » ou « dépolitisation de la population» (ce qui n’est d’ailleurs pas la même chose, même si j’ai l’impression que Camau utilise indifféremment les deux termes dans le cadre de ses deux articles).

  • 22 Enfin, la « dépolitisation » peut être la caractéristique de certaines démocraties (les États-Unis (...)

15D’abord, en lisant les textes de Camau/Geisser, je ne réussis pas à déterminer si cette faiblesse de la mobilisation, ou cette dépolitisation, est un pré-réquisit de l’avènement de ces régimes, une condition de leur maintien, une conséquence de leur mode de « fonctionnement » ou un but qu’ils réussissent, ou ne réussissent pas, à atteindre. Quoi qu’il en soit, je peux imaginer ou mieux, retrouver, des cas historiques où cette variable est absente. L’avènement et le triomphe du nassérisme ne peuvent s’expliquer par une faiblesse de la mobilisation populaire. Si le régime monarchique est en « transition bloquée », c’est du fait de la forte mobilisation de camps hostiles les uns aux autres (je suppose que cela doit être vrai du franquisme). La « dépolitisation » n’est pas un objectif du nassérisme : elle est peut-être une conséquence de ses pratiques - même si ces dernières avaient pour objectif la « mobilisation » des « masses » pour l’accomplissement de certaines fins22. Je peux aussi montrer que les variables « leadership » et « faible teneur idéologique » posent problème. Il serait peut-être plus précis d’affirmer que ces régimes autoritaires ont le « monisme » moins agressif et moins exclusif que celui des régimes totalitaires, mais je ne suis pas sûr que cette formulation résolve toutes les difficultés.

16La solution contraire, qui semble prévaloir dans les faits, est ubuesque et ridicule. Multiplier ad nauseam les concepts les démonétise tous. Les régimes en question passant souvent, comme le soulignent Camau et Geisser, par des phases et des moments différents, connaissant des mutations fréquentes, il faudrait, en bonne logique, trouver un concept par pays et par phase, et estimer miraculeux qu’un concept soit transposable d’un cas à l’autre.

17J’exagère, à bon escient : quelques cas de figure (types de régime similaires, évolutions plus ou moins semblables) doivent probablement se reproduire quelquefois, et les typologies sont toujours les bienvenues. Reste à savoir si la nouvelle classification de Linz (autoritarisme, sultanisme, post-totalitarisme) ou une autre taxinomie « super-simplificatrice » sont satisfaisantes. Je n’ai pas les connaissances théoriques et empiriques requises pour me prononcer. Mais il faut veiller à ce qu’une taxinomie de ce type échappe à certains des reproches formulés par Camau, à savoir que l’on se retrouverait face à des notions « pauvres au regard des exigences de la compréhension et de l’explication », et il convient de s’assurer que cette taxinomie couvre un nombre suffisant de régimes, au moins dans une région ou « aire culturelle » précise. Ce n’est pas gagné d’avance...

18Je voudrais, avant de passer à un autre type de problèmes, évoquer une question corrélée, dont Camau et Geisser s’approchent, mais qu’ils ne formulent pas avec la brutalité requise. Ils s’en approchent au moins à deux reprises. D’une part, ils relèvent que les régimes autoritaires connaissent des mutations et que le « label » qu’on leur accole dépendra fortement du moment auquel ils sont considérés. Ailleurs, ils rappellent que dans chaque régime on retrouve des caractéristiques qui « relèvent de plusieurs idéaux types ». Je voudrais aller plus loin. Je pense aux cas où, simultanément, pour les mêmes périodes, deux idéaux-types sont également pertinents pour décrire un régime et une société. Je pense au nassérisme, que l’on peut analyser comme un « autoritarisme charismatique » ou comme un « autoritarisme bureaucratique ». Il serait intéressant d’étudier les implications de ce phénomène. L’on pourrait estimer que le réel est labile et contradictoire, on pourrait plaider pour une approche multi-variée ou multi-questions, testant simultanément plusieurs hypothèses, on pourrait rappeler que la sélection/construction des faits pertinents varie avec les questions posées à l’objet et étudier les implications de cette évidence - je le fais souvent et je n’ai pas changé d’avis. Mais on pourrait se demander surtout si cette égale pertinence de deux paradigmes ne nous apprend pas quelque chose sur le politique. Dans l’exemple que je mentionne, il pourrait amener à s’interroger sur l’existence de bureaucraties gérant le charisme aux moyens de techniques identifiables, à se demander si les phénomènes charismatiques ne sont pas désormais susceptibles d’une gestion techniciste, légale ( ?)-rationnelle, qu’il conviendrait d’étudier, à voir, enfin, si une « division du travail » entre « charisme » et « technique légale-rationnelle » n’est pas à l’œuvre. J’eus aimé bénéficier de l’avis d’un universitaire aussi expérimenté et avisé que Camau.

19A un stade de l’analyse, Camau écrit : « Plutôt que de raisonner à partir des présupposés d’une démocratisation souhaitable et possible, il importe plus que jamais d’explorer la logique et les modalités polymorphes du pluralisme limité en tant que telles »,

20Son point de départ, pour ce faire, est la réflexion sur le « pluralisme par défaut » conduite par Way sur les régimes post-totalitaires d’Europe orientale. Selon Way, les dirigeants d’Europe de l’Est ont des visées autoritaires mais des facteurs objectifs (faiblesse de l’État et de la société civile, fragmentation de l’élite politique) entravent la consolidation autoritaire (comme d’ailleurs la consolidation démocratique). Camau montre (entre autres) les difficultés croissantes auxquelles est confrontée la coercition, estimant que ces difficultés expliquent la résignation des dirigeants à tolérer un pluralisme limité, qui, in fine, rend les régimes moins odieux. Il évoque aussi les conditions nécessaires de la consolidation autoritaire : cohésion de l’élite politique, densité de la bureaucratie, subordination des agences de pouvoir à la direction politique et l’expérience de celle-ci dans la mobilisation des ressources stratégiques tant internes qu’externes. Dans une large mesure, la consolidation autoritaire procède de mutations du leadership ou de la coalition dirigeante, en fonction de l’évolution de la structure des contraintes et ressources de domination dans le contexte de la « globalisation » de la démocratie.

21Je souhaite préciser son propos à partir de l’exemple que je connais - celui de l’Égypte. Je rappelle d’abord qu’avant le 11 septembre 2001, la crainte du « syndrome algérien » a contribué à minimiser les pressions internationales sur les régimes arabes. Plus importante est son énumération des conditions de succès de la consolidation. Les deux dernières conditions sont évidentes. La cohésion de l’élite m’inspire quelques observations : outre le risque tautologique (s’il y a consolidation, c’est que l’élite a fait preuve de la cohésion nécessaire), il importe de voir que cette cohésion est presque toujours absente lors des successions (changement de leadership), et que beaucoup de choses dépendent de la rapidité et de l’économie des moyens avec laquelle elle est restaurée.

22Cette considération mène vers une autre affirmation : l’énumération des conditions de la consolidation par Camau est précieuse mais elle ne restitue pas la dynamique diachronique des processus. L’intelligence de ces derniers exige plusieurs opérations, soit par exemple (la liste n’est pas exhaustive) :

  • « Déconstruire » les dilemmes du nouveau dirigeant ou de celui qui veut faire évoluer son régime. Ceux-ci sont toujours spécifiques mais quelques affirmations générales semblent peu risquées. D’une part, il doit prouver qu’il y a changement (vers le mieux), tout en s’efforçant de rassurer et d’incarner une certaine permanence. D’autre part, il doit « ouvrir » le jeu politique ou faire semblant de le faire. Mais il doit simultanément subir, contrer et faire preuve de fermeté face aux immanquables tests des différentes parties, groupes ou factions, qui tentent presque toujours, lors du lancement de nouvelles orientations, de modifier en leur faveur les règles de partage du pouvoir et de ses prébendes. Il doit « intégrer » de nouveaux acteurs sans inquiéter les anciens. Le résultat des interactions est très souvent le fruit de choix contingents des différents acteurs et forces.
  • Mesurer l’importance du facteur qu’est l’hypothèque du « passé répressif» et des « blessures infligées à la société » (et, plus généralement, du contexte et coût de l’« entrée en autoritarisme », un monarque légitime n’est pas un caudillo). Il est difficile d’établir des maximes générales : si la répression passée a été importante, ceci facilite-t-il ou rend-il impossible une tolérance limitée du pluralisme ? Est-il possible de consolider le régime sans offrir en pâture quelques boucs émissaires (désignés) coupables d’« excès » ? Est-il possible de désigner des coupables importants sans désorganiser les services chargés de la sécurité et de la répression ? Si le nouveau président est issu des rangs de ceux qui ont mené la répression (ce n’était pas le cas d’al-Sâdât, qui était président de l’Assemblée nationale et n’avait jamais exercé de responsabilité exécutive), il lui sera plus difficile (mais non impossible) de se désolidariser de ces derniers ou de réintégrer sans risques ceux qui ont pâti de cette répression.
  • Identifier les mécanismes d’incitation et de contrôle (de corruption, eut écrit Léo Strauss) qui permettent aux élites de s’assurer l’allégeance, au moins passive, des groupes « cruciaux ». Sans être un adepte des théories du « rational choice », j’ai toujours été fasciné par le fait que les dispositifs organisationnels et institutionnels rendent souvent l’adhésion individuelle au régime bénéfique, et la contestation très coûteuse. Dans la structure des revenus, le salaire est souvent très inférieur aux primes dépendant du bon-vouloir du supérieur hiérarchique23.
    Dans le même ordre d’idées, la faiblesse des revenus (qui ne dépend pas du régime mais des conditions économiques) pousse souvent d’importants secteurs de la population vers la corruption, ce qui fragilise toujours ceux qui y ont recours24.
  • Étudier la variable « mobilisation », en tant que ressource et contrainte pour les décideurs, et déterminer les objectifs et stratégies (qui peuvent être constantes ou variables) du régime sur ce point. Cherche-t-il une « mobilisation massive » ? Quand ? Cherche-t-il des mobilisations sectorielles, et lesquelles ? Redoute-t-il toute mobilisation ? Etc. Peut-il atteindre ses objectifs ? Dans le même ordre d’idées, la sectorialisation des élites, constatée par Camau dans le cas tunisien25, est-elle une évolution « naturelle », due à des impératifs fonctionnels, ou correspond-elle à une stratégie des cercles dirigeants ?
  • 26 Camau, Geisser, op. cit., p. 40.

23Je voudrais conclure ces remarques, qui n’épuisent pas le sujet, en mentionnant rapidement les réflexions que m’inspirent deux des trois « tentatives qui, à défaut de produire un paradigme de l’autoritarisme, ouvrent des pistes et offrent des repères pour des analyses circonstanciées au-delà du constat du syndrome26 ». Je vois beaucoup d’utilisations du paradigme du choix rationnel, notamment pour expliquer le consentement, collusoire, implicite, de la majorité de la population à des régimes. Comme Camau, je suis moins sûr de voir ce paradigme expliquer une rébellion ou un soulèvement collectif massif, même s’il permet souvent de fournir des explications partielles, de cerner les problèmes et même s’il constitue fréquemment une mise en garde salutaire contre le déterminisme et les causalités simplistes. Par contre, la théorie générale des régimes, que développe l’article d’Oison, me semble être l’archétype même de la super-simplification aberrante, n’ayant même pas la vertu d’être utilisable. En d’autres termes, le choix rationnel peut expliquer... des choix, des actions. Y recourir pour démystifier des structures pérennes me semble relever des propos du café de commerce.

  • 27 Camau, Geisser, op. cit., p. 41.
  • 28 Ibid.
  • 29 Martin Malia, Comprendre la révolution soviétique, Paris, Le Seuil, « Points Histoire », 1980.

24La référence à Barrington Moore est plus justifiée et répare une injustice majeure. On préfère souvent à ce grand pionnier ses disciples, que j’estime moins talentueux et ayant moins de mérites. Comme l’indiquent Camau et Geisser, son texte pose des jalons pour l’appréhension de la relation entre classes sociales et types de régime politique27. Ils indiquent toutefois que le rapport de forces entre classes ne constitue pas la seule variable déterminante des voies d’accès au monde moderne, et en mentionnent deux autres28 : l’État et l’international. Ils n’ont pas tort. Je voudrais par contre attirer l’attention sur la nécessité, selon moi, de compléter l’analyse de Moore par des démarches s’inspirant de celle de Martin Malia29, plus politique. Malia s’est efforcé de montrer que face à un problème que l’on peut estimer commun à toutes les sociétés (les bouleversements sociétaux impliqués par l’industrialisation et l’émergence de nouvelles classes urbaines liées à l’apparition d’un nouveau mode de production), les dirigeants politiques des « anciens régimes » (presque tous caractérisés par la prédominance des grands propriétaires terriens) ont des choix à effectuer, lesquels choix peuvent être classés en idéaux-types. Malia montre rapidement et avec brio que du sort de ces options, des alliances choisies, et des politiques mises en œuvre dépendent l’évolution et le sort du régime politique. L’on peut, en combinant les points forts des deux auteurs, en prenant en compte les parts et les droits des tendances lourdes et ceux du jeu politique et du hasard, obtenir des résultats tout à fait impressionnants.

Notes

1 M. Camau, V. Geisser, Le Syndrome autoritaire, op.cit. L’autre est « Remarques sur la consolidation autoritaire et ses limites » dans le présent ouvrage.

2 Strauss, Voegelin, Correspondance : 1934-1964, foi et philosophie politique, Paris, Vrin, 2004, p. 76.

3 Ibid., p. 80. Le texte straussien se retrouve aussi dans Léo Strauss, De la tyrannie, Paris, Gallimard, « Tel », 1983, p. 285-6.

4 Strauss, Voegelin, Correspondance, op.cit., p. 81.

5 Je ne connais pas l’ensemble de la production de Léo Strauss, mais je pense que le rapport entre vertu, mœurs et régime doit être pensé très rigoureusement, et les pages que j’ai lues ne m’ont pas semblé épuiser le sujet. Ne serait-ce que parce que Strauss écrit à plusieurs reprises que les régimes « inférieurs » présupposent des carences de la vertu, ce qui n’est peut-être pas toujours vrai.

6 L’idée d’Arendt (qui est aussi celle de Kojève) est beaucoup plus féconde que Camau et Geisser ne le disent. Je pense, à titre personnel, que l’on pourrait partir du trio « persuasion par échange d’arguments/autorité/violence » pour faire une critique de l’autoritarisme similaire à celle que Louis Dumont fait du nazisme, c’est-à-dire de l’analyser comme la tentative de restaurer, par un artifice et par la force brutale, une notion (l’autorité ici, le holisme dans le cas du nazisme), certes admirable, qui s’est éteinte naturellement et qui appartient à un monde perdu.

7 Je serais plutôt enclin à incriminer les conditions de production du savoir.

8 Camau signale, par exemple, les enjeux non scientifiques de la question scientifique suivante : la limitation du pluralisme politique est-elle imputable au seul régime, à une autonomie du politique ou serait-elle induite par une « réalité sociologique » autre que celle d’une société civile forte et autonome. L’imputation sociale de l’autoritarisme exonérerait les régimes de leur responsabilité, car l’autoritarisme constituerait alors un phénomène inévitable. On croirait lire du Strauss ! Comparer en effet avec l’analyse straussienne du silence des classiques sur la question du césarisme. Cf. Léo Strauss, De la Tyrannie, op. cit., p. 287-8. La différence est que je crois Camau attaché, malgré tout, à une distinction fait-valeur.

9 Remarques : J’admets volontiers ne pas être sûr que cette téléologie soit erronée si on considère le « long terme ». L’autoritarisme ne semble pas être viable sur le très long terme (paradoxalement, un régime dont la principale raison d’être est, généralement et/ou au moins à un stade de son devenir, la « nécessaire » sauvegarde de la « stabilité » est à long terme instable) et l’on ose espérer que ceci vaut pour les totalitarismes. Mais une chose est de considérer, comme Fukuyama, que la démocratie couplée au capitalisme a « gagné la bataille des idées » et, qu’à terme, les autres régimes sont condamnés à plus ou moins longue échéance. Une autre est de penser que tous les développements historiques, sur le bref et moyen terme, vont vers « davantage de démocratie » et que les autres régimes sont incapables de durer quelques dizaines, voire centaines, d’années. Enfin, il reste aussi à démontrer que la démocratie est viable sur le long terme sans s’autodétruire.
Dans le même ordre d’idées, Camau écrit, et c’est une des phrases « clé » de sa communication : « les autoritarismes qui ont maîtrisé les facteurs de breakdown y sont parvenus au prix d’une transition d’un type de configuration à un autre ». Elle implique deux idées auxquelles je souscris : a) l’autoritarisme est un régime, une formule de gouvernement instable, plus ou moins condamnée à se « réinventer » ou à tester plusieurs recettes, b) mais son évolution ne va pas toujours vers l’instauration d’une démocratie ou d’une polyarchie.
Camau pourrait dire qu’il ne se reconnaît pas entièrement dans la proposition « a » et qu’il a évoqué ailleurs des processus qui permettent aux autoritarismes de se consolider, d’atteindre une normalité politique classable en deux catégories : « pluralisme irresponsable » et « politique de pouvoir dominant ». Je répondrai en affirmant que « normalité » n’est pas le synonyme de « stabilité » et que les régimes autoritaires sont beaucoup moins équipés que les démocraties pour contrer les effets de l’usure du pouvoir. J’entends étudier cette question dans un article ultérieur. Je signale, en conclusion, que Camau, en évoquant les enjeux non scientifiques de l’analyse déjà évoqués note 7, écrit, dans sa communication : « Par contre, si la réalité sociale est tenue pour pluraliste, alors l’autoritarisme est non seulement condamnable mais condamné à disparaître ». Certes, vu le contexte, il voulait dire « on pourrait penser que l’autoritarisme est condamnable... ». Mais il semble évident que les réalités sociales sont généralement pluralistes et que ceci fragilise l’autoritarisme. Dans le même texte, il souligne que le « pluralisme limité n’est pas un projet »...

10 Camau critique : a) la soi-disant « objectivité » de l’évaluation des performances. Il s’agit moins, pour lui, de contester la pertinence des critères retenus pour cette évaluation que de railler : a) le besoin de dire « tel régime mérite 5/10, tel autre 5,5»... alors que les annotations dépendront souvent de la subjectivité du ou des chercheurs, b) la « liaison » entre ces annotations et la classification typologique des régimes.
À titre personnel, je crois que ces index, s’ils ne sont pas « absolutisés » ou réifiés, sont utiles, au moins pour le décideur, le consultant ou le diplomate. Je crois aussi que la distinction entre pays libres, pays partiellement libres, et pays non libres l’est aussi, à condition qu’il soit clairement entendu que les régimes de pays « partiellement libres » sont peut-être plus stables et donc peut-être aussi ou plus éloignés de la véritable démocratie que les pays non-libres. En d’autres termes, je pense que l’on peut utiliser ces indicateurs à des fins indicatives et comparatives, à condition de rester très méfiant à l’égard de toute téléologie implicite.

11 Autre exemple de l’idéologisation de la littérature politiste et du poids des préjugés : selon certains auteurs, signale Camau, l’autorité serait l’attribut de la démocratie. Il faudrait au moins ajouter : attribut de la seule démocratie dans un monde sécularisé. Mais peut-on dire que Khomeiny n’avait pas d’autorité ? Ce n’est pas le seul problème : a-t-on de l’autorité vis-à-vis de toutes les composantes de la population ?

12 Robert Dahl, After the Révolution : authority in a good society, New Haven, Yale University Press, 1970.

13 Joseph Schumpeter, Capitalisme, socialisme et démocratie, Paris, Payot, 1990 (1942).

14 Auteur cité par Camau (voir son article) mais que je n’ai pas lu.

15 D est évident que, dans les faits, la protection n’est quelquefois pas la même pour tous.

16 Cari Joachim Friedrich et Zbignew Brzesinski, Totalitarian democracy and autocracy, Cambridge, Harvard University press, 1956.

17 Arendt, Hannah, Les Origines du totalitarisme : le système totalitaire, Paris, Le Seuil, « Points Essais », 2001 (1951).

18 L’on pourra me reprocher que les critères que je propose sont flous. Je répondrai en disant qu’en science politique, l’approximation est souvent plus précise (car restituant mieux le réel fluctuant) que la précision. Comparer avec Delannoi, Gil, Éloge de la prudence, Berg International, 1999 ou la préface de Gil Delannoi au livre de Isaïah Berlin, Le Sens des réalités, Paris, Éditions des Syrtes, 2003 ou l’introduction de Philippe Raynaud au livre de Vico : Giambattista Vico, La Science nouvelle (1725), Paris, Gallimard, « Tel », 1993. Voir, enfin, Aristote, Éthique à Nicomaque, livres 1 et 6. Je profite de cette note pour remercier mon ami Gil Delannoi, qui m’a beaucoup appris sur ces questions.

19 On le voit, je suis en total désaccord avec les auteurs quand ils affirment qu’« à bien des égards » (lesquels ?) la classification tripartie : démocratie-autoritarisme-totalitarisme a vécu. Cf. Geisser, Camau, Le Syndrome autoritaire, op.cit., p. 31. Comme l’affirmation n’est pas argumentée, je ne peux la discuter. Je me contente de dire qu’il existe encore des régimes totalitaires (la Corée du Nord) et plusieurs projets politiques se proposant d’instaurer des régimes totalitaires.

20 II convient de relever que Camau écrit ailleurs que « l’autoritarisme serait symptomatique de restrictions quant aux implications procédurales d’expression et de régulation d’une "réalité" pluraliste », assertion qui donne ou reconnaît un « contenu » à la notion qui cesse d’être un « qualificatif pur ». Mais passons...

21 Limitation du pluralisme, faiblesse de la mobilisation populaire, faible teneur idéologique de ces régimes et type particulier de leadership.

22 Enfin, la « dépolitisation » peut être la caractéristique de certaines démocraties (les États-Unis pré-Bush fils).

23 Je pense notamment à la presse, à la police et à l’armée. Ajoutons aussi qu’au sein de l’armée, les différences de salaire entre officiers du même grade, en fonction du lieu et de la nature de leur affectation, peuvent être énormes. Ressource importante pour celui qui détient le pouvoir de nomination...

24 Camau souligne, dans un des deux textes, que l’importance de la dimension plébiscitaire recule par rapport à celle de la montée en puissance des élites sectorielles. L’on pourrait écrire aussi que le régime compte davantage sur l’incitation à la collaboration que sur la répression, même si celle-ci est plus importante que jamais. Ou, si l’on préfère, il joue davantage sur l’intéressement que sur la crainte qu’il inspire.

25 Le phénomène se retrouve en Égypte, mais il semble plus « partiel » : au moins une élite (les militaires) demeure présente dans plusieurs secteurs, cabinets ministériels, haute fonction publique, gouvernorats, collectivité locale, etc.

26 Camau, Geisser, op. cit., p. 40.

27 Camau, Geisser, op. cit., p. 41.

28 Ibid.

29 Martin Malia, Comprendre la révolution soviétique, Paris, Le Seuil, « Points Histoire », 1980.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable