Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’autoritarisme dans le monde arabe

 | 
Michel Camau
, 
Luis Martinez

Réactions à l’intervention de Michel Camau

Jean-Noël Ferrié

Texte intégral

  • 1 Daniel Brumberg, « The Trap of Liberalized Autocracy », dans Journal of Democracy, Vol. 13, n° 4, (...)

1Michel Camau développe l’idée de « consolidation » de l’autoritarisme, qui paraît bien plus intéressante que celle, défendue notamment par Daniel Brumberg1, de « stratégie de survie ». En effet, l’idée de stratégie de survie sous-entend que les régimes autoritaires, à un moment donné, ont eu à faire face à des défis et qu’ils se repositionnent mais de manière instable ; au fond, elle suggère que l’alchimie de l’autoritarisme fonctionne mal. Or, en tant que simple observateur des pays de la région, et analyste pour au moins deux d’entre eux, relativement différents, le Maroc et l’Égypte, j’ai tendance à penser que les régimes autoritaires se portent bien. Je ne veux pas dire qu’ils se portent nécessairement bien dans le type de relations qu’ils peuvent mettre en œuvre s’agissant de la gestion de la société ; ils se portent bien du point de vue de leur stabilité. La question perverse à laquelle tout politiste aimerait répondre est alors la suivante : le paradigme démocratique va-t-il, à un moment donné, s’appliquer à ces régions ? Va-t-on arriver à un système de pluralisme réel s’exprimant également dans les institutions politiques ?

2Il existe toute une série de scénarios. Au Maroc, lors de la mort du roi, en 1999, de nombreux articles mettaient en avant le « paradigme espagnol » : le changement allait venir d’un nouveau roi, démocrate. C’était une lecture un peu rapide puisqu’on ne tenait pas compte des jeunes générations de l’autoritarisme, qui eurent un rôle si important après Franco et qui avaient elles-mêmes un intérêt puissant au changement. On imagine difficilement ce qu’un roi démocrate isolé, Juan Carlos donc, aurait pu faire sans le soutien de ces élites. Mais, surtout, se pose la question de l’intérêt qu’un souverain aurait à démocratiser un régime qu’il contrôle.

3Cette interrogation revient à chaque fois que l’on entend parler de transition vers la démocratie. En Egypte, nous serions dans une période de transition démocratique qui aurait commencé avec l’arrivée de Moubarak et même, pour certains, dès l’époque de Sadate et la réintroduction du pluripartisme. On s’étonne alors de la lenteur de cette évolution. Dans un entretien donné en janvier au Monde, l’actuel chef de l’État parlait d’une douzaine d’années depuis lesquelles aurait commencé une transition « réelle » vers la démocratie. Un certain nombre de politistes locaux ont parlé de transition « bloquée ». La question qui se pose est la suivante : à quel prix et à quelles conditions, quelque chose qui ressemble à une transition démocratique pourrait effectivement produire de la démocratie, si l’on tient compte du fait 1°) que les dirigeants autoritaires n’ont pas l’intention d’en arriver à la démocratie et 2°) qu’ils ont tendance à alterner des moments de libéralisation et des moments de délibéralisation, comme le rappelle Michel Camau en s’appuyant sur le travail d’Eberhard Kienle ?

4Pour tenter de répondre à cette question, suivant l’approche de M. Camau et Vincent Geisser dans Le Syndrome autoritaire, il est nécessaire de partir de l’état des régimes autoritaires, de ce qu’ils sont. D’où l’intérêt de revenir à ce que les théoriciens des transitions démocratiques ont fait vingt-cinq ans auparavant, lorsqu’ils avaient comme terrains, comme objet d’observation, des régimes autoritaires maintenant devenus démocratiques (Espagne, Portugal et Grèce) ? Un autre point tout à fait intéressant est celui des transitions à l’Est, pour lesquelles se pose une question symétrique. Comment un régime autoritaire peut-il finir par tomber ?

5J’ai à l’esprit l’idée avancée par Jon Elster, partisan du choix rationnel certes, mais du choix rationnel limité, à savoir celle du « cercle vertueux ». Mais j’utilise cette idée perversement parce qu’elle n’était pas censée s’appliquer à des régimes autoritaires en place. Pour Jon Elster, les institutions finissent par créer leurs hommes ; non pas parce que les gens sont meilleurs ou qu’ils sont des démocrates convaincus, ce à quoi personne ne croit, mais à cause du fonctionnement et de l’organisation mêmes des institutions que l’ont met en place, qui font que l’on en arrive à jouer à l’intérieur de ces institutions elles-mêmes.

6Si l’on prend ce cadre d’analyse, en s’intéressant, mais peut-être dans un autre sens, à une matière qu’évoquera également Tewfik Aclimandos, c’est-à-dire les « architectures constitutionnelles » des États de la région, on s’aperçoit qu’il y a quand même là une base organisationnelle contraignante, y compris pour les dirigeants autoritaires.

7Deux exemples rapides. En Syrie, Bashar el-Assad a bien succédé à son père, mais l’on a pris soin, avant, de réformer la Constitution. Certes il s’agit là d’une manipulation, mais cette manipulation prouve que les règles sont suffisamment contraignantes pour que les dirigeants eux-mêmes - qui veulent les détourner - se plient malgré tout à celles qu’ils ont mises en place. Prenons un autre exemple canonique, l’Égypte. La désignation du candidat de l’Assemblée du peuple au référendum nommant le président se fait nécessairement avec le vote des deux tiers des députés composant l’Assemblée. Cela signifie techniquement que le Parti national démocratique (PND) doit posséder au moins les deux tiers des députés. Cela signifie également, à cause du phénomène largement commenté des « indépendants » (il y a des candidats PND qui ne sont pas à proprement parler des « PND pur jus »), qu’il faut, pour avoir une marge de sécurité, que le nombre des élus PND soit encore plus grand. Actuellement, le pourcentage tourne autour de 85 %, il a été autour de 92 % et l’on a vu qu’en descendant à moins de 80 %, la marge de sécurité n’était pas évidente. Techniquement, il faut donc, pour respecter la loi constitutionnelle, truquer les élections. Cela implique que, contrairement à d’autres situations sur lesquelles je vais revenir, l’on ne peut pas ouvrir le jeu électoral. Le PND ne peut pas se permettre de ne pas, ou de ne plus, être un parti dominant.

8Prenons un contre-exemple, le Maroc où il est possible d’ouvrir le jeu électoral, car le roi reste le roi, quoi qu’il arrive. Nous y avons un pluripartisme ouvert. En Egypte, nous avons un pluripartisme à parti dominant. Ce qui apparaît alors, et qui est absolument marquant, c’est que dans le pluripartisme à parti dominant nous avons trois républiques : la Syrie, la Tunisie et l’Égypte. Dans le pluripartisme ouvert, ou tout au moins dans un système bipolaire sans parti dominant, nous avons le Maroc, la Jordanie, le Koweït, Bahreïn. Le Liban et le Yémen sont, quant à eux, difficiles à classer. L’Algérie, elle, tomberait plutôt dans le multipartisme ouvert sans parti dominant, dans la mesure où la désignation du chef de l’État échappe à l’existence d’un parti dominant puisqu’elle se fait, en quelque sorte, à l’arrière-plan. C’est une anomalie intéressante mais qui ne contredit pas cette typologie.

  • 2 Bernard Manin, Principes du gouvernement représentatif, Paris, Calman-Lévy, 1995.

9Pour revenir à notre propos, il paraît donc fondamental de voir comment fonctionnent les architectures constitutionnelles et les obligations qu’elles imposent quant au fonctionnement des régimes. Est-ce qu’en jouant au libéralisme et à la libéralisation politique, en mettant en place des organisations inspirées du système représentatif canonique, tel que le décrit Bernard Manin2, arrivera un moment où le régime aura des problèmes pour fonctionner ? D’une certaine manière, la libéralisation de façade, par les contraintes organisationnelles qu’elle impose au régime, ne va-t-elle pas l’amener à se prendre les pieds dans le tapis ?

  • 3 Michel Dobry, Sociologie des Crises Politiques. La dynamique des mobilisations multisectorielles, (...)

10Les « transactions collusives » (de Michel Dobry3) arrivent à point nommé dans ce type d’explication. L’idée que je suggère est qu’à force de procéder à des transactions collusives, on étend l’assiette du régime, mais l’on accroît également sa dépendance. Si vous reliez les transactions collusives avec la libéralisation du régime, il est clair que, pour l’ensemble des acteurs qui soutiennent le régime, et ce, à divers titres et selon différents réseaux, le message de la nature autoritaire du régime risque d’être brouillé dans différents segments du réseau. C’est aussi l’intérêt des travaux de Michel Dobry sur la chute brutale des régimes de la région, de montrer qu’à un moment donné, les agences de sécurité et les différents soutiens du régime peuvent très bien ne plus savoir comment fonctionne la libéralisation. J’ai tendance à penser, même si je ne suis pas spécialiste de la question, que l’annulation des élections de 1992 en Algérie ressort d’un calcul de ce type là.

11En conclusion, deux leçons. D’abord, il faut impérativement, quelles que soient les approches, partir de l’existence des régimes autoritaires. De ce point de vue, l’idée de transition démocratique, et même celle de stratégie de survie — qui n’en est finalement qu’un rattrapage cynique — ne paraissent pas le bon point de départ. Deuxièmement, reste la question de la chute des régimes autoritaires : comment ceux-ci finissent-ils par tomber ? Il y a là un chantier intéressant à explorer sinon à ouvrir, me semble-t-il.

Notes

1 Daniel Brumberg, « The Trap of Liberalized Autocracy », dans Journal of Democracy, Vol. 13, n° 4, octobre 2002.

2 Bernard Manin, Principes du gouvernement représentatif, Paris, Calman-Lévy, 1995.

3 Michel Dobry, Sociologie des Crises Politiques. La dynamique des mobilisations multisectorielles, Paris, Presses de Sciences Po, 1986.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable