Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’autoritarisme dans le monde arabe

 | 
Michel Camau
, 
Luis Martinez

Remarques sur la consolidation autoritaire et ses limites

Michel Camau

Texte intégral

  • 1 Juan Linz, Alfred Stepan, dirs, The Breakdown of Démocratie Regimes. Crisis, Breakdown and Reequil (...)

1Tout comme les démocraties, les gouvernements autoritaires sont confrontés à des facteurs de breakdoion1 ; ceux d’entre eux qui, sur une longue période, les ont maîtrisés n’y sont parvenus qu’au prix d’une transition d’un type de configuration à un autre. En ce sens, ils ont opéré une consolidation. Pour autant, comme j’aurai l’occasion de l’indiquer, la partie est loin d’être jouée. La consolidation autoritaire n’immunise pas contre l’entropie. En dépit des éventuels malentendus, je préfère recourir à ce vocable plutôt qu’à des termes en usage comme résistance, résilience, persistance ou survie. En effet, il se démarque davantage de la transitologie en détournant son vocabulaire. Toutefois, quelles que soient les dénominations utilisées, consolidation ou autres, la question posée recèle le même présupposé d’une « anomalie » politique à expliquer. Sauf à renoncer à nos valeurs et à confondre relativisme et neutralité axiologique, reste sous-jacente l’idée-force de la démocratisation, qui relève tout à la fois du champ du souhaitable et de celui des possibles. Cette interférence expose de manière permanente au risque d’une construction biaisée de la réalité.

  • 2 M. Camau, V. Geisser, Le Syndrome autoritaire, Politique en Tunisie de Bourguiba à Ben Ali, Paris, (...)
  • 3 O. Schlumberger distingue, pour sa part, entre les cas de changement systémique et ceux de changem (...)

2Les « remarques » qui suivent, il va sans dire, n’y échappent pas. Elles s’appuient principalement sur un travail dont Vincent Geisser est le co-auteur2. Elles n’en constituent pas le résumé ou la synthèse. Elles se situent pour une large part en aval de cet ouvrage, dans une perspective de « montée en généralité ». Bien sûr, il ne s’agit pas de généraliser le cas tunisien à l’ensemble des gouvernements autoritaires dans l’aire arabe ou ailleurs. L’ambition est de dégager des éléments susceptibles de faire sens au-delà de ce cas. Celui-ci s’avère sans doute le seul dans le monde arabe, avec celui de l’Égypte, qui témoigne pleinement d’un changement de configuration. Les autres, pour la plupart, à commencer par le Maroc ou l’Algérie, sont encore engagés, à des titres divers, dans un processus de mutation (de « transition »)3.

Paradigme pluraliste et autoritarisme : entre excès et restriction

  • 4 Cf., par exemple, François Bourricaud, Esquisse d’une théorie de l’autorité, Paris, Pion, 2e éd., (...)
  • 5 Giovanni Sartori, Théorie de la Démocratie, Paris, Armand Colin, 1973.
  • 6 Adam Przeworski, par exemple, raisonne volontiers en terme de dictature. Cf., entre autres, la dis (...)

3La notion d’« autoritarisme » oscille entre les thématiques de l’excès et de la restriction, du trop et du trop peu. Littéralement, elle connote un excès d’autorité, au grand dam de tous ceux qui postulent une relation exclusive entre démocratie et autorité, par opposition au pouvoir fondé sur la force. Le débat sur la notion d’autorité — son acception de pouvoir légitime, sa relation avec le recours ultime à la coercition dans la herrschaft wébérienne et sa pertinence au regard du principe démocratique — a encore de beaux jours devant lui4. Bornons-nous à observer que les tenants de l’autorité/attribut de la démocratie substituent à l’autoritarisme la notion d’autocratie et mettent ainsi l’accent sur le mode de désignation des détenteurs du pouvoir et sur la source de leur légitimité5. En fait, la querelle sémantique est étouffée par les usages indistincts des deux termes - voire également de celui de dictature dans une acception moderne6 - dans la plupart des études empiriques. Mais elle laisse transparaître que l’enjeu réside dans une définition « minimale » de la démocratie et, partant, dans la spécification des situations non-démocratiques : celles-ci se résumeraient-elles systématiquement dans le contraire de celle-là ? L’introduction de l’autoritarisme dans la typologie des régimes politiques du xxe siècle s’est inscrite en faux contre une telle conception binaire, en opérant un glissement de sens de l’excès à la restriction.

  • 7 L’idéal démocratique étant incorporé dans la définition littérale de gouvernement par le peuple. C (...)
  • 8 Joseph Schumpeter, Capitalisme, socialisme et démocratie, Paris, Payot, 1990 (1951), p. 354-360.
  • 9 Elections compétitives, participation inclusive, protection des libertés civiles et politiques éga (...)
  • 10 Norberto Bobbio, The Future of Democracy : A Defence of the Rules of the Game, direction et introd (...)
  • 11 John G. Gunnel, « The Real Révolution in Political Science », PS : Political Science and Politics, (...)

4Objet de controverses, la « définition minimale » de la démocratie, distanciée d’avec l’idéal démocratique à des fins fonctionnelles7, se déploie dans un triangle dessiné par trois grandes références : « la compétition pour la direction politique » inhérente à « la méthode démocratique » selon Joseph Schumpeter8, les critères de la « polyarchie » d’après Robert Dahl9 et les caractéristiques observables de la « démocratie réellement existante » (actually existing democracy) suivant Norberto Bobbio10. Elles relèvent toutes d’un seul et même paradigme, le pluralisme. Au demeurant, si l’on suit John Gunnell, l’ensemble de la science politique, depuis quatre-vingts ans, se décline, pour le meilleur et pour le pire, suivant ce paradigme pluraliste, agent de la seule véritable « révolution scientifique » intervenue dans la discipline11.

  • 12 Norberto Bobbio, Tlie Future of Democracy, op. cit., p. 28.

5N. Bobbio résume de manière éclairante les implications de cette « révolution » au regard de la théorie de la démocratie : le pouvoir souverain du peuple ou de la nation conçu comme une unité idéale ou mystique fait place à une réalité sociologique caractérisée par une pluralité de groupes en conflit les uns avec les autres et jouissant, chacun en ce qui le concerne, d’une relative autonomie dans sa relation avec l’État. « Le modèle idéal de société démocratique était une société centripète. La réalité consiste dans une société centrifuge, qui n’a pas un unique centre de pouvoir (la “volonté générale” envisagée par Rousseau) mais en possède une pléthore et qui, d’après les politologues, mérite le nom de société polycentrique ou de polyarchie (ou, dit de manière plus forte mais non point incorrecte, de “polycratie”). [...] La société réelle sous-jacente au gouvernement démocratique est pluraliste12.» Sans en épouser littéralement tous les termes, la formulation de N. Bobbio rejoint la thématique plus générale d’une relation organique entre démocratie instituée et société civile.

  • 13 Juan J. Linz, « Totalitarian and Authoritarian Regimes », dans Fred I. Greestein, Nelson W. Polsby (...)

6Dans cette perspective, l’autoritarisme, tel qu’il est couramment envisagé par la science politique moderne, ne constitue pas, à proprement parler, l’antithèse de la polycratie. Il serait symptomatique de restrictions quant aux implications procédurales d’expression et de régulation d’une « réalité » pluraliste. Dans le sillage de Juan J. Linz, sa définition met l’accent notamment sur un pluralisme politique limité (et « non responsable »), le différenciant ainsi tout à la fois du totalitarisme (négation du pluralisme) et de la démocratie (organisation d’une libre expression du pluralisme)13.

Pluralisme limité : « réalité sociologique » et régime

  • 14 Michael Walzer, « The Concept of Civil Society », dans Michael Walzer dir., Toward a Global Civil (...)

7Une question ne manque pas de surgir à propos de la relation entre réalité sociologique et régime (institutions et procédures) : la limitation du pluralisme politique est-elle imputable au seul régime, à une autonomie du politique, ou serait-elle induite par une réalité sociologique autre que celle d’une société civile forte et autonome ? La réponse ne va pas de soi. D’autant moins que se profile ici le dilemme énoncé par Michael Walzer : « Seul un État démocratique peut créer une société civile démocratique ; seule une société civile démocratique peut être à la base (can sustain) d’un État démocratique14 ».

8L’imputation sociale de l’autoritarisme exonérerait les régimes de leur responsabilité : celui-ci consisterait alors en un phénomène inévitable, au moins provisoirement -proposition qui donnerait libre cours au relativisme. Par contre, si la réalité sociale est tenue pour pluraliste, alors l’autoritarisme est non seulement condamnable mais condamné à disparaître. Soutenir, comme Juan J. Linz, que la limitation du pluralisme politique va le plus souvent de pair, dans le cadre de l’autoritarisme, avec un large (extensive) pluralisme social et économique laisse la question entière. Sous le même mot de « pluralisme » désigne-t-on des phénomènes du même ordre ? Le pluralisme « social et économique » recouvre-t-il nécessairement partout des types de groupes prédisposant au pluralisme politique des polyarchies démocratiques ?

  • 15 James S. Coleman, « The Political System of the Developing Areas » dans Gabriel A. Almond et James (...)
  • 16 Gabriel A. Almond et C. Bingham Powell Jr., Comparative Politics. A Developmental Approach, Boston (...)
  • 17 Suivant le commentaire critique de Bertrand Badie, Le Développement politique, Paris, Economica, 4(...)

9Le courant développementaliste a apporté la réponse que l’on sait. Il a excipé de réalités sociologiques particulières telles que, par exemple, la « mixité » des processus sociaux, économiques et politiques15 ou les faibles degrés de différenciation structurelle et de sécularisation culturelle16. L’autoritarisme apparaissait à la fois comme le produit et le possible agent de transformation du social. Il relevait d’une grille explicative lui conférant la dimension d’un moment, d’une étape figurant « une des antichambres possibles du stade démocratique final (du développement politique) commun à l’ensemble des systèmes politiques17 ». Cette approche a véhiculé une représentation du monde, ou plutôt du tiers-monde, qui a marqué de son empreinte les formules politiques dont elle était censée rendre compte, plus particulièrement celles des socialismes « spécifiques », arabe ou africain. Elle relève d’un espace-temps aujourd’hui révolu, mais on aurait peut-être tort de la ranger purement et simplement parmi les pièces de musée.

  • 18 Francis Fukuyama, « Libéral Democracy as a Global Phenomenon », PS : Political Science and Politic (...)

10Désormais, l’argument de la particularité de « réalités sociologiques » devient de plus en plus difficile à invoquer publiquement par les gouvernants pour justifier les limitations du pluralisme politique. Il n’est plus de mise dans une configuration mondiale caractérisée par l’extension du système de marché, l’intensification des flux de communication et la prégnance d’une doxa qualifiable de démocratisme. Mais ce dernier se révèle être un surgeon du développementalisme : dès lors que les sociétés, dit-on, se sont transformées, se sont pluralisées, la sortie de l’autoritarisme, tout comme celle du totalitarisme, est perçue comme la solution normale et incontournable. Il est vrai que la plupart des régimes, qu’ils les respectent ou non, se réclament désormais des principes et procédures en vigueur dans les polyarchies ouvertes. Du point de vue des rapports de force et de sens à l’échelle internationale, « la démocratie libérale » relève bien d’un « phénomène global »18. Mais cette globalisation recèle des tendances contradictoires à la faveur desquelles l’autoritarisme perdure en se transformant lui-aussi. Nombre de régimes autoritaires ont connu des « transitions » sans rejoindre nécessairement la cohorte des « polyarchies ouvertes ».

  • 19 David Collier et Steven Levitsky, « Democracies with adjectives : Conceptual Innovation in Compara (...)
  • 20 Eberhard Kienle, A Grand Delusion. Democracy and Economie Reform in Egypt, Londres et New York, I. (...)
  • 21 Thomas Carothers, « The End of The Transition Paradigm », Journal of Democracy, 1, janvier 2002, p (...)

11Tout comme la démocratie, l’autoritarisme est désormais affublé d’une série d’adjectifs, qui témoignent tout à la fois des contradictions de la globalisation démocratique et de la difficulté de les penser autrement qu’en fonction d’une téléologie : démocratie de délégation (Delegative Democracy), démocratie électorale, démocratie partielle, démocratie non libérale, semi-démocratie, démocratie de façade ; autoritarisme inclusif vs exclusif, autoritarisme libéralisé, autoritarisme électoral, semi-autoritarisme19... Il est toujours loisible de mesurer les variations de degrés des limitations du pluralisme et de comparer sur cette base les différents régimes. L’exercice n’est pas vain pour quiconque subit ces limitations. Cependant, les situations où les limitations s’avèrent relativement souples ne sont pas nécessairement ni prioritairement appelées à déboucher sur une démocratisation. On sait qu’un même régime est susceptible d’alterner phases de « libéralisation » et « délibéralisation »20. Version savante du démocratisme, la trcinsitologie a largement contribué à cette construction de la réalité suivant laquelle « le monde se démocratise ». Mais expérience faite, elle aura été victime de son succès. Son hégémonie a favorisé une polarisation de l’attention sur la recherche d’indices de « libéralisation » ou de pluralisation politiques et de « résurrection de la société civile » qui peuvent conduire l’analyse dans l’impasse. Les autoritarismes avec adjectifs constituent, suivant l’expression de Thomas Carothers, une vaste « zone grise » qui marque « la fin du paradigme de la transition21 ».

  • 22 Si l’on considère que D. Rustow représentait une « première vague ». Dankwart A. Rustow, « Transit (...)
  • 23 Guillermo O’Donnell, Philippe Schmitter, Juan Linz, Alfred Stepan...

12Plutôt que de raisonner à partir des présupposés d’une démocratisation souhaitable et possible, il importe, plus que jamais, d’explorer la logique et les modalités polymorphes du pluralisme limité en tant que telles ; autrement dit, il convient de renouer avec les préoccupations qui furent celles des futurs représentants de la deuxième vague de transitologues22, lorsqu’ils n’étaient encore que les analystes de situations autoritaires ou d’entrées dans l’autoritarisme23.

  • 24 Lucan A. Way, « Pluralism by Default in Moldova », Journal of Democracy, 13, 4, octobre 2002, p. 1 (...)

13La réflexion sur « le pluralisme par défaut », conduite par Lucan A. Way dans ses travaux sur les régimes post-totalitaires d’Europe orientale, peut y aider, du moins dans un premier temps24.

Défaut de pluralisme et « pluralisme par défaut »

14La sortie du système soviétique s’est soldée par l’émergence d’une forme de compétition politique. Celle-ci perdure non pas en raison d’inclinations démocratiques des dirigeants en place ou d’une poussée de la société civile. Bien au contraire, les dirigeants nourrissent des visées autoritaires mais ils ne parviennent pas à les réaliser pleinement. Ils se révèlent dans l’incapacité de s’assurer le contrôle effectif du parlement et des médias, de manipuler avec succès les élections et de recourir systématiquement à la force contre les opposants. Leur mise en échec tiendrait à la faiblesse de l’État et de la société civile, avec pour corollaire une fragmentation de l’élite politique. Mais les mêmes facteurs faisant obstacle à la consolidation autoritaire joueraient à l’encontre de celle de la démocratie. Autrement dit, sous sa forme « par défaut », le pluralisme limité relèverait de situations de carence de la direction politique.

15Sans doute l’analyse de L. A. Way ne rompt-elle pas totalement avec le diptyque réalité sociologique-régime. Mais elle déplace le regard sur la question des « incapacités », celles de l’État, de la société civile et des tenants du pouvoir. Elle inspire deux séries de remarques.

  • 25 Par exemple, Raymond Aron, Démocratie et Totalitarisme, Paris, Gallimard, 1987 (1965) ; Hannah Are (...)

16Tout d’abord, il est permis de se demander dans quelle mesure toute formule de « pluralisme limité » ne relève pas dans son principe d’un « pluralisme par défaut ». Les constructions politiques émergent, se stabilisent ou se délitent en fonction d’une série de contraintes (y compris d’ordre normatif) et de ressources (matérielles et de légitimation) qui définissent la marge d’intervention des acteurs qui prétendent à l’exercice du pouvoir. De ce point de vue, l’éventualité d’un contrôle total sur les groupes dominés n’est pas seulement fonction de la puissance d’une idéologie ou du monopole d’un parti politique, traits sur lesquels insistaient les théories du totalitarisme25. Elle dépend également de rapports de force tant internes qu’internationaux, comme en témoigne, a contrario, l’évolution de l’URSS poststalinienne.

  • 26 Jùrgen Habermas, Droit et Démocratie, Entre faits et normes, Paris, Gallimard, 1997, p. 401.
  • 27 Cf. les remarques de Marc Lynch sur « les nouveaux médias arabes » ; M. Lynch, « Taking Arabs Seri (...)
  • 28 Marc F. Plattner, « Globalization and Self-Government », Journal of Democracy, 13, 3, juillet 2002 (...)
  • 29 Sur la porosité des espaces publics partiels, cf. J. Habermas, op. cit., p. 401.

17Les configurations de pluralisme limité recèlent des « espaces publics partiels » suivant l’acception de Jùrgen Habermas26. Les cafés, les souks, les mosquées de village ou de quartier, les scènes syndicales de base, pour ne prendre que ces exemples, sont le théâtre d’activités communicationnelles. La surveillance de celles-ci ne préjuge pas d’une inféodation pure et simple par un Big Brother. Sauf à passer de la répression à la terreur, hypothèse qui n’est concevable que dans des sociétés coupées des échanges avec l’extérieur, comme l’Irak sous embargo. Dans la plupart des cas, nous avons affaire à des sociétés ouvertes : le tourisme international, les réseaux migratoires, les investissements étrangers, la télévision par satellite constituent autant de contraintes du point de vue des flux de communication et d’information27. Sans oublier l’internet... Quelques gouvernements s’évertuent encore à tenter de le filtrer, conduisant certains analystes à voir dans la limitation de l’accès à l’internet un trait distinctif des régimes non-démocratiques28. Mais, à terme, cette bataille sera perdue, comme l’a été celle des paraboles : la mondialisation économique libérale pèse en ce sens, compte tenu des besoins des entreprises et activités de service en matière de communication et d’information. Ces trouées, par la publicité qu’elles favorisent, non seulement réduisent les possibilités de coercition à l’encontre des activités des espaces partiels mais encore ouvrent ou élargissent de nouveaux espaces. On songe ici notamment à l’espace public arabe qui existe de longue date et se développe aujourd’hui de manière spectaculaire à la faveur des nouveaux flux de communication. La prétendue « rue arabe » n’est que l’écho de ces activités qui relativisent l’emprise des États et des régimes et interagissent avec la scène nationale. Les espaces publics partiels ne sont pas, les uns par rapport aux autres, d’une étanchéité à toute épreuve29. Tout l’enjeu du pluralisme limité réside dans leur sectorisation, dans les digues et fossés contrariant leur mise en réseau en un espace politique.

  • 30 Ronald Wintrobe, « The Tinpot and the Totalitarian : An Economie Theory of Dictatorship », The Ame (...)
  • 31 Holger Albrecht, Authoritarian Opposition and Dissent : The Case of Egypt, Florence, European Univ (...)

18Le pluralisme limité n’est donc pas en soi un projet. Il s’impose comme principe de réalité à des dirigeants dans l’incapacité d’exercer un contrôle total et de s’en remettre à des procédures instituées de libre discussion. Leurs calculs stratégiques tendent à en réduire au minimum les coûts et l’incertitude au regard de leur intérêt de stabilité. Celui-ci, contrairement à ce que suggèrent les tenants d’une « théorie économique de la dictature », ne saurait être cantonné à la seule dimension matérielle des privilèges du pouvoir30. Il trouve sa justification dans une revendication de légitimité qui postule l’absence d’alternative politique crédible ou possible. De ce point de vue, ces gouvernements souvent présentés comme forts laissent transparaître un sentiment d’insécurité, dans la mesure où toute activité proprement politique, autrement dit toute activité critique qui prétend inscrire à l’ordre du jour la question des institutions souhaitables, est perçue sur le mode de la subversion. La consolidation autoritaire, que l’on a souvent tendance à présenter ou suggérer sous la forme de systèmes sans failles où les stratégies des tenants du pouvoir seraient omniscientes31, est de manière récurrente menacée par des dérapages, des pertes de contrôle, des « coups » dont les occurrences échappent à la prévision. L’incertitude et « l’insécurité » inhérentes aux configurations de pluralisme limité les exposent, comme toute organisation, à l’entropie.

19La seconde remarque suggérée par la problématique du « pluralisme par défaut » tient à ce qui pourrait relever des conditions nécessaires de la consolidation autoritaire. Les propositions de Lucan A. Way font écho au thème wébérien de la relation entre direction politique et bureaucratie, en pointant la personnalisation, la « balkanisation institutionnelle » (appropriation des ressources des appareils d’État par les élites dans le cadre de leur compétition) et le breakdozvn « vertical » (absence de contrôle effectif des dirigeants sur leurs subordonnés). Ce faisant, elles mettent en évidence, par contraste, les éléments clés de la consolidation autoritaire : la cohésion de l’élite politique, la densité de la bureaucratie, la subordination des agences de pouvoir à la direction politique et l’expérience de celle-ci dans la mobilisation des ressources stratégiques tant internes qu’externes.

20Dans une large mesure, la consolidation autoritaire procède de mutations du leadership ou de la coalition dirigeante, en fonction de l’évolution de la structure des contraintes et ressources (« des opportunités ») de domination dans le contexte de la « globalisation » de la démocratie.

Régimes, coalitions et policies

  • 32 David Collier dir., The New Authoritarianism in Latin America, Princeton, Princeton University Pre (...)

21Précédemment, je faisais référence à l’utilité de renouer avec les préoccupations de ces analystes de l’autoritarisme devenus par la suite des figures de proue de la transitologie. Je pense notamment au travail collectif édité, il y a vingt-cinq ans, sous la direction de David Collier : The Neio Authoritarianism in Latin America. Il s’agissait pour ces dépendantistes de discuter la thèse de l’autoritarisme bureaucratique avancée par Guillermo O’Donnell32. Il serait vain aujourd’hui de prétendre réhabiliter ou transposer ce modèle, qui était censé correspondre à une phase « d’approfondissement » du processus capitaliste d’industrialisation induite par « l’épuisement de l’import-substitution ». En revanche, il est possible d’en retenir quelques leçons pour notre propre gouverne.

22Le nouvel autoritarisme, dans l’esprit de G. O’Donnell et de D. Collier, recouvrait une « constellation » politique différente de celles généralement observées en Amérique latine, nommément les systèmes oligarchiques et populistes. Sa spécification avait pour trame une grille d’analyse mettant l’accent sur les interactions entre régime (modes de légitimation et de répression), coalition (les gouvernants) et policies (mobilisation et allocation des ressources). Abstraction faite des particularités de contexte de l’Amérique latine et des considérations -discutées - sur l’autoritarisme bureaucratique, cette grille se prête à l’analyse de l’ensemble des constellations politiques, autoritaires ou non. Dans le cas d’espèce, celui de la consolidation autoritaire, elle s’avère des plus utiles.

  • 33 Oliver Schlumberger, Transition in the Arab World : Guidelines for Comparison, op. cit.

23Avec Vincent Geisser, nous avons parlé de néo-autoritarisme à propos de la Tunisie pour signifier une transformation au regard du triptyque régime-coalition-policies que certains qualifieraient de « systémique33 ». La constellation politique tunisienne, qui a progressivement pris forme après l’indépendance et s’est maintenue au total durant une quinzaine d’années, se caractérisait par la mise en cohérence de trois dimensions : une politique de développement « socialiste », une élite politique professionnalisée centralisée et structurée autour de la personne du leader, un mode de légitimation et de répression de forte tonalité symbolique.

24Pour faire bref, disons que le « socialisme destourien », expression particulière d’une tendance observable à l’échelle du tiers-monde de l’époque, recouvrait une politique d’accumulation du capital sous l’égide de l’État (infrastructure de base, industrialisation, réforme des structures agraires et commerciales) couplée à une tentative d’élargissement de l’offre publique d’assistance, notamment en matière de soins, d’éducation et de logement.

  • 34 Formule utilisée par A. Gramsci pour les chefs syndicaux : « Ces chefs sont devenus des banquiers (...)

25Le « développement » était ainsi dans une large mesure celui de la bureaucratie, en tant que catégorie sociale et mode de déploiement des appareils d’État. Celle-ci était placée sous le contrôle étroit d’un personnel politique professionnalisé, confinant les autres élites dans des compétences et des activités sectorielles subordonnées à ses propres choix et décisions. Animé par un esprit de corps transcendant ses divisions, le groupe politique dirigeant trouvait son principe de régulation dans la personne du leader, Habib Bourguiba. La proximité avec ce « banquier d’hommes34 » conditionnait non seulement l’appartenance au groupe mais également les positions et les promotions en son sein. Elle constituait la trame d’un champ politique aux conditions d’accès particulièrement restrictives, avec ses règles et usages particuliers, qui médiatisait les conflits et les contradictions d’une société plurielle. Les tenants des positions les plus éminentes faisaient figure d’entrepreneurs intervenant sur un marché politique semi-concurrentiel. Placés à la tête de réseaux interpersonnels, ils se comportaient en patrons engagés dans une série de relations de dépendance et de soutiens réciproques avec des individus et des groupes clients.

  • 35 Ainsi, par exemple, la contribution de Clement Moore Henry dans M. Camau et V. Geisser, dirs, Habi (...)

26Le patronage dispensateur de protections et de rétributions, en contrepartie d’allégeances personnalisées, et catalyseur des solidarités familiales et régionales relativisait la portée de la bureaucratisation et affectait sans doute les performances du « socialisme ». Mais, ce faisant, il tempérait également la violence inhérente à un mode de domination qui prétendait réformer non seulement les structures mais aussi les mentalités. Il constituait de facto un antidote à la violence symbolique d’un discours de légitimité et de dispositifs de contrôle tendant à empêcher la coalescence et l’expression de groupes d’intérêts et d’opinions autonomes. Cette ambivalence vécue et activée par tous, leader et entrepreneurs politiques, dirigeants et dirigés, a valu au régime le qualificatif de benevolent, difficilement traduisible en français35, qui connote une modération paternaliste dans la poursuite d’objectifs de réforme de la société par le haut. Il n’en demeure pas moins que ce régime, à proprement parler arbitraire mais non policier, s’est montré implacable dans la répression chaque fois qu’étaient ouvertement contestés son principe de légitimité centré sur la personne du leader, le monopole du groupe dirigeant et la pertinence de ses politiques.

27Le parti unique, le Parti socialiste destourien (nouvelle dénomination du Néo-Destour), s’est avéré le principal opérateur d’ajustement des policies, de la coalition et du régime. À défaut de pouvoir expliciter ici ses caractéristiques, il convient de souligner une polymorphie et une polyvalence combinant centralisme et gestion des particularismes. À travers le parti s’opéraient notamment la collusion entre élites politiques et syndicales et les transactions entre la coalition centrale et les pouvoirs locaux.

  • 36 Charles A. Micaud, « Leadership and Development. The Case of Tunisia », Comparative Politics, 1, j (...)
  • 37 Pour une comparaison, cf. Iman Farag, « Bourguiba vu d’Egypte » dans M. Camau et V. Geisser, dirs, (...)

28S’il fallait qualifier cette constellation, nous la dénommerions autoritarisme de développement pour marquer ses affinités avec les postulats du développement politique, en vogue non seulement dans les sciences sociales mais également, et corrélativement, chez les bailleurs de fonds internationaux. À une époque où l’orthodoxie n’était pas encore celle de la bonne gouvernance, l’autoritarisme tunisien était présenté comme l’archétype du successful leadership36. En lui-même, il ne constituait pas un cas exceptionnel. Son épure n’était pas fondamentalement différente de celle, par exemple, de l’Égypte nassérienne. Bien sûr, une comparaison terme à terme se solderait par un inventaire des dissemblances entre Bourguiba et Nasser, les intellectuels néo-destouriens et les Officiers libres, les coopératives tunisiennes et la réforme agraire égyptienne, le Parti socialiste destourien et l’Union socialiste arabe... Mais bien que non identiques, les configurations autoritaires de la Tunisie et de l’Égypte durant les années 1960, comme d’ailleurs les expériences réformatrices du xixe siècle, peuvent être analysées et comparées à un partir d’un même type idéal de « développement »37. L’audience et le prestige particuliers dont la Tunisie a bénéficié sur la scène internationale scientifique, idéologique et politique du « développement » doivent vraisemblablement beaucoup à la manière dont elle a maximisé ses ressources en jouant la carte du monde libre et non celles de l’arabisme et du non-alignement.

29La crise de cette formule autoritaire est contemporaine de celle qui a affecté l’État-providence dans les polyarchies ouvertes. Il serait pour le moins imprudent d’en inférer une relation de causalité. En revanche, ces crises peuvent être considérées comme jumelles au sens où elles participent d’un même cycle au sein d’un système international d’États contraints, les uns et les autres, à des ajustements de portées différentes mais reliées entre elles.

30La mise en échec du « socialisme spécifique » a fait place aux politiques dites d’infitâh. À leur stade initial, elles ont donné lieu au développement des industries exportatrices et, paradoxalement, à celui de l’import-substitution, financé par les ressources rentières. Dans une conjoncture dominée par la pression sur les coûts du facteur travail et le renchérissement du prix des matières premières, elles constituaient l’envers des politiques de délocalisation industrielle et « de rigueur » conduites en Europe. Avant de déboucher elles-mêmes sur des impasses financières imposant l’adoption de programmes d’ajustement structurel et, avec eux, une libéralisation accrue des échanges avec l’extérieur.

31Les coalitions dirigeantes se sont recomposées ici et là sous des formes significatives d’une emprise croissante de la technocratie : dans le même temps où chez la plupart des polyarchies européennes les différences programmatiques entre les forces politiques rivales s’estompaient, les coalitions autoritaires s’ouvraient de plus en plus aux élites techniciennes.

32Sur le plan des régimes, les mutations se sont traduites, dans les polyarchies, par le développement des nouveaux mouvements sociaux et une tendance à la désaffection pour la politique instituée. Dans les formations autoritaires, elles se sont exprimées notamment à travers des mobilisations protestataires de vaste ampleur, le passage au politique des intellectuels islamistes et l’audience croissante de leur discours alternatif de légitimité.

33En Tunisie, les risques de rupture inhérents aux défis de la transition économique libérale et de l’islamisme politique s’avéraient d’autant plus pesants que le groupe dirigeant se délitait sous les effets d’une lutte sans merci pour la succession du leader. De fait, une rupture s’est opérée. Elle n’a point consisté en une sortie de l’autoritarisme provoquée par un rapprochement entre des softliners de la coalition et des représentants de la société civile ou la recherche d’un compromis entre des forces engagées dans un conflit durable. Elle s’est soldée par une consolidation autoritaire, à la faveur d’une autonomisation et d’une rationalisation de l’appareil de sécurité dans une épreuve de force avec le mouvement islamiste. De même que lorsqu’il avait émergé lors de l’indépendance, l’autoritarisme s’est consolidé à l’issue d’une confrontation violente. Dans une circonstance comme dans l’autre, l’aspiration à la réduction de l’incertitude n’a pas généré des dispositions à la négociation chez les protagonistes du conflit. Elle a produit une sorte de « jeu de la poule mouillée » où chacun des participants n’a d’autre issue que de chercher à s’imposer ou de consentir à des concessions unilatérales.

34En quoi l’autoritarisme consolidé est-il nouveau ? Son régime réunit deux caractéristiques apparemment contradictoires. Il affiche une capacité et un niveau de répression sans commune mesure avec leur état antérieur. Les mobilisations protestataires de la fin des années 1970 et du début des années 1980, qui avaient pris de court les forces de sécurité, ont débouché sur une réorganisation et une professionnalisation de celles-ci. Cette nouvelle « expertise » a donné toute sa mesure dans la liquidation de la « menace » des outsiders politiques islamistes et, au-delà, dans la mise au pas des récalcitrants de tout acabit. Simultanément, le régime marque la distance avec le passé en se prévalant de l’État de droit, du pluralisme et de la démocratie. Ce faisant, il reprend à son compte des revendications portées par des représentants autoproclamés de la « société civile » qui se sont ralliés à la nouvelle coalition. La logique de justification de cette ambivalence est bien connue. C’est celle de l’état d’exception : prétendre à la sauvegarde d’un dispositif normatif de liberté en restreignant le champ d’application de ses procédures, au nom de la lutte contre ses ennemis putatifs. Le scénario de la « suspension » du processus électoral algérien de 1991 en constitue un cas d’école dont, au demeurant, les dirigeants tunisiens n’ont pas manqué de tirer et d’invoquer les enseignements.

35La référence démocratique du régime est généralement imputée à des considérations tactiques. Néanmoins, elle revêt une dimension stratégique, voire géostratégique, liée à la politique de libéralisation économique. La Tunisie a été le premier pays tiers-méditerranéen à passer avec l’Union européenne un accord de libre échange, en juillet 1995, à la veille de la Conférence de Barcelone. Celui-ci, entré en vigueur en janvier 1996, prévoit la suppression progressive des protections douanières. Cette ouverture du marché intérieur à la concurrence se double d’une concurrence accrue sur le principal marché extérieur, le marché européen, du fait de la suppression des protections tarifaires consécutives aux accords du GATT. Dans ce contexte, pour relever le défi de la compétitivité et des gains de productivité, le gouvernement tunisien est engagé, avec l’UE et le soutien d’organismes tels que la Banque mondiale, dans des programmes de mise à niveau concernant les entreprises et l’administration... Mise à niveau démocratique du régime ? La question mérite d’être posée dans la mesure où le scénario sous-jacent au projet euro-méditerranéen ne manque pas d’ambiguïté à cet égard.

36En renouvelant les modalités de son partenariat avec la Tunisie et les autres pays de la région, l’Union européenne s’emploie à garantir la sécurité dans sa zone de proximité méditerranéenne. Sous cet angle, elle est encline à considérer que l’ouverture des marchés et le contrôle des flux migratoires passent par la stabilité politique. De la libéralisation économique, elle attend sans doute la démocratisation, mais sur le long terme. À défaut d’alternatives crédibles ou souhaitables, les gouvernements en place demeureraient, quoi qu’on en pense, des partenaires incontournables. Ils seraient suffisamment stables et pragmatiques pour permettre à leurs sociétés de faire face, sans secousses ni coûts majeurs, au démantèlement des dispositifs de protection des marchés. Une fois franchi le seuil critique de la réforme, la libération des initiatives sociales par les avancées de l’économie de marché favoriserait une redistribution des cartes du jeu politique. Cette approche relève, par certains aspects, du pari : pari sur les conditions de réalisation de la libéralisation économique, pari sur ses effets d’entraînement dans la sphère politique. Elle fait l’impasse sur les possibilités d’adaptation de l’autoritarisme à la libéralisation et, partant, sur les manipulations du marché par l’État dans le cadre d’une consolidation autoritaire.

37Toutefois, l’arrimage à l’Europe, vecteur en l’occurrence de la « globalisation démocratique », ouvre de nouveaux espaces publics partiels. Il offre de nouvelles possibilités d’expression des dénonciations des atteintes aux droits de l’homme et, d’une manière générale, des limitations du pluralisme politique. Le Parlement européen, à l’occasion, s’en fait l’interprète. Bien qu’on ne puisse raisonnablement en attendre, à moyen terme, une effective conditionnalité politique, les relations avec l’Europe imposent la référence, sinon la norme, démocratique ; ce faisant, elles contraignent les gouvernants, tunisiens et européens, à un exercice défensif de justification et se prêtent à des « coups » susceptibles de perturber le jeu de la coalition dirigeante.

  • 38 Michel Dobry, Sociologie des Crises Politiques. La dynamique des mobilisations multisectorielles, (...)

38Cette dernière recouvre une sectorisation des différentes agences de pouvoir et leur mise en réseau. Sous-tendue par la technicité et le professionnalisme, la sectorisation tranche avec l’ancienne formule de confusion des pouvoirs et des structures dominée par une élite politique polyvalente. Le « néo-autoritarisme » opère une démultiplication et une spécialisation là où il y avait confusion. Pour autant, les pouvoirs n’ont pas cessé de faire bloc. Les élites sectorielles dominantes constituent des interfaces. Elles veillent à l’étanchéité de leurs secteurs respectifs et en assurent l’interdépendance. Elles ne forment pas un corps dirigeant à la manière des entrepreneurs politiques des années 1960 mais une pluralité de corps spécialisés qui entretiennent des relations hiérarchisées et, partant, forment système. Leur collusion, suivant la terminologie de Michel Dobry38, produit des effets de consolidation d’un ensemble complexe innervé par le Palais présidentiel suivant un double registre bureaucratique et patrimonial. L’ensemble, le réseau de consolidation, tient dans la mesure où chacun des corps trouve son compte dans la marge d’action qui lui est consentie en contrepartie de l’allégeance au leader et à son émanation, le Palais présidentiel. Ces transactions collusives couvrent un large spectre depuis les alliances matrimoniales jusqu’aux pratiques de corruption, en passant par la mutuelle reconnaissance des intérêts de chacun.

39La combinaison centrale du réseau, avec à sa tête le Palais, est formée de l’appareil sécuritaire, de l’armée et du milieu des affaires. Cette triade réunit les principales ressources d’infrastructure du système. « Apolitique » au regard des critères communément admis, elle constitue néanmoins la trame du politique, au sens où elle fait office de forces, sinon de « classes », dominantes. Les autres secteurs, à savoir le parti (devenu Rassemblement constitutionnel démocratique), l’opposition officielle et la centrale syndicale (l’UGU), relèvent d’une logistique de la représentation. On serait tenté de les regrouper sous le terme générique de « société politique » s’ils ne présentaient la particularité de se déployer sur le mode de la dépolitisation des conflits et des intérêts. La dépolitisation affecte jusqu’aux agents en charge de sa réalisation. Cantonnées dans leurs secteurs respectifs, les élites partisanes et syndicales sont investies de rôles de gestionnaires dépourvus d’emprise sur la détermination des orientations, domaine réservé du Palais.

  • 39 Ibid.

40Le réseau de consolidation des pouvoirs recouvre une fragilité intrinsèque. Sa cohésion est exposée au risque de contagion d’agissements ou de comportements qui prendraient à revers les règles routinières de calcul. La sur-crainte dont le centre politique fait preuve à l’égard de toute manifestation protestataire, fût-elle le fait de quelques individus ou d’électrons libres, ne relève pas simplement d’excès ou de dérives volontiers imputés à l’idiosyncrasie de dirigeants en proie à l’obsession sécuritaire. Elle traduit une hantise du spectre des mobilisations « multisectorielles », fondée sur l’expérience historique des différents acteurs. Les dirigeants politiques n’ont pas besoin de se référer à la théorie sociale pour concevoir et redouter ce que celle-ci désigne sous la notion de « fluidité politique » : des conjonctures où les repères éprouvés de l’action sont brouillés par des phénomènes de « désobjectivation » des contraintes qui, ordinairement, délimitent pour tout un chacun le champ du possible et du raisonnable39. Dans une telle éventualité, la solidité du réseau des agences de pouvoir serait mise à l’épreuve. Non point que la fluidité politique annonce nécessairement la démocratisation. L’histoire récente de la Tunisie serait de nature, si nécessaire, à dissiper tout malentendu à ce sujet. Mais elle met en évidence les implications possibles de la fluidité sur l’agencement du dispositif de pouvoir et la distribution des rôles en son sein.

Trois questions à propos de la consolidation autoritaire

41Pour autant que l’on en retienne la dénomination, la consolidation autoritaire soulève une série de questions. J’en retiendrai trois : la légitimation, la thématique des systèmes forts ou faibles, la « globalisation démocratique » et l’autoritarisme.

Légitimation

  • 40 Oliver Schlumberger, Political Liberalization, Authoritarian Regime Stability, and Imitative Insti (...)

42Oliver Schlumberger rappelle à juste titre que les libertés civiles et les droits politiques ne constituent, en eux-mêmes, que des dimensions parmi d’autres des processus de légitimation ; concernant le maintien des régimes autoritaires, il montre que la libéralisation ou la « délibéralisation » politiques ne revêtent pas une importance primordiale40. Je déplacerais quelque peu la question sous l’angle de la revendication de légitimité et de ses destinataires. Sans doute, la revendication de légitimité s’adresse-t-elle aux publics les plus larges possibles. Mais c’est au sein de la coalition dirigeante elle-même que se joue la légitimation proprement dite, la croyance en la légitimité et sa portée effective. L’enjeu réside, en effet, dans la solidité de la trame du réseau des agences de pouvoir et dans la teneur « collusive » des transactions qui lui donnent forme et densité. Le containment du « pluralisme par défaut » - la sectorisation des mobilisations et l’enclavement des espaces publics (leur caractère partiel) - est fonction de la cohésion de la coalition et de la croyance en sa propre légitimité.

  • 41 Michel Dobry, « Légitimité et calcul rationnel. Remarques sur quelques «complications» de la socio (...)

43Devrait-on en conclure que seules les élites coalisées comptent ? Certainement pas, mais élites et gouvernés ne comptent pas exactement de la même manière. À propos des seconds, Michel Dobry, commentant un Max Weber peu disert sur la croyance des dominés en la légitimité des dominants, parle de comportement « comme si » : du point de vue du processus de légitimation, il importe que les dominants croient en leur propre légitimité et que les dominés se comportent comme s’ils avalisaient la revendication de légitimité de ceux-ci41. Ajoutons que l’approche du leadership par Weber ouvre des pistes pour pousser plus loin l’analyse.

44Weber envisageait le leader politique sous deux angles complémentaires qui participent de l’ambivalence de la herrschaft (autorité acceptée - disposition à obéir et potentiel de contrainte - recours ultime à la contrainte). Le leader politique est un opérateur de légitimité qui, schématiquement, relève de la figure du démagogue. C’est un partisan qui cherche à triompher dans la lutte pour l’exercice de l’autorité et, à cette fin, fait appel aux masses - dimension « émotionnelle » tendant à entretenir la croyance en la légitimité auprès des suiveurs parmi les gouvernés. Mais le leader politique est également un chef de bande, l’homme d’une « constellation politique », un homme de pouvoir qui exerce et assume la responsabilité, notamment dans le rapport à la violence. Il a besoin d’une garde rapprochée, d’un staff : des partisans dont il ne peut se passer, qu’il doit récompenser par des rétributions matérielles et symboliques et aux exigences desquels il doit se plier. Sous cet angle, ce sont ces autres membres de la constellation politique qui sont ses suiveurs. Weber, il est vrai, raisonnait en fonction des démocraties réelles de son époque qu’il caractérisait par la combinaison de la dimension plébiscitaire, de la bureaucratisation et du parlementarisme. Néanmoins, l’ambivalence du leadership qu’il signifiait peut être sollicitée pour la compréhension de situations autoritaires. L’autoritarisme consolidé se différencie de la formule autoritaire antérieure par un déséquilibre entre les deux dimensions du leadership : à la montée en puissance des élites sectorielles et au développement des transactions collusives entre le staff, la bureaucratie et les puissances privées correspond un déclin du plébiscitaire, d’une revendication de légitimité postulant un appel aux masses. Cette dépolitisation implique la croyance des gouvernés moins en la légitimité qu’en l’absence d’alternative à une sectorisation des modes d’action, d’expression et de calcul.

Systèmes forts, systèmes faibles ?

  • 42 Oliver Schlumberger, Political Liberalization, Authoritarian Regime Stability, and Imitative Insti (...)

45Ces qualificatifs posent problème. Quels critères de la force et de la faiblesse ? La longévité, l’aptitude à la consolidation ? Le point de vue est purement rétrospectif. O. Schlumberger se réfère, pour sa part, à la stabilité, en tant qu’aptitude d’un régime à surmonter les difficultés susceptibles de menacer la survie du système ; sa proposition renvoie aux ressources inhérentes à des réserves de soutiens et/ou à un potentiel de coercition42. Autrement dit, la question de la stabilité recoupe celle de la légitimation. Les ressources de stabilité, qu’il s’agisse de coercition ou de légitimation, doivent, me semble-t-il, s’entendre prioritairement par rapport aux caractéristiques du réseau constitutif de la coalition.

  • 43 « Dissonance is good ». Daniel Brumberg, « The Trap of Liberalized Autocracy », art. cité, p. 61
  • 44 Transactions et pratiques assurant le maintien de certaines questions hors du domaine public. Cf. (...)

46Celui-ci, suivant les systèmes, peut réserver une place plus ou moins large à la compétition dans le cadre d’élections sans risque ou surprise. Le degré de compétition ne constitue pas en soi une variable déterminante de la stabilité. Une plus grande compétition se traduisant par une cooptation en aval plutôt qu’en amont constitue davantage un indicateur du mode de structuration de la coalition qu’un critère d’évaluation de la stabilité. Il est possible de considérer la « dissonance » comme un atout43 dès lors que, dans un contexte donné, elle s’avère performante pour coaliser (réaliser la collusion) des élites centrales et périphériques, politiques et économiques... En revanche, rien n’autorise de l’ériger en avantage comparatif. En d’autres lieux, le travail de collusion pourra être réalisé de manière non moins efficace par un parti dominant quadrillant le territoire et assorti, le temps de l’élection, de petits partis croupions bénéficiant d’un quota des sièges à pourvoir. Aucune des deux formules n’est à l’abri de surprises ou de risques post-électoraux qui verraient les cooptés, qu’ils soient d’amont ou d’aval, cultiver la « dissonance » au sein des institutions elles-mêmes. Cette hypothèse serait celle d’une crise mettant à l’épreuve la solidité du réseau de la coalition par une perte de maîtrise de la deuxième face du pouvoir44.

Contradictions de la « globalisation démocratique »

  • 45 Par exemple : Robert A. Dahl, « Equality versus Inequality », PS : Political Science and Politics, (...)
  • 46 Ralf Dahrendorf, « An der Schwelle zum autorittaren Jahrundert », die Zeit, 21/11/97, p. 7-8, cité (...)

47Cette question nous ramène, d’une certaine manière, au problème de la relation entre réalité sociologique et gouvernement démocratique ou, plus précisément, à l’articulation entre processus sociaux et politiques. Nombre d’auteurs s’en sont fait l’écho. Le plus souvent en cultivant les nuances45. Parfois, de façon radicale, à l’instar de Ralf Dahrendorf, qui considère que le xxie siècle pourrait bien s’avérer le siècle de l’autoritarisme. Les effets sociaux de la globalisation mettraient en danger la cohésion de la société civile qu’elle est censée promouvoir. Ils tendraient à substituer aux institutions de la démocratie la communication entre des individus en proie à l’atomisation sociale et feraient ainsi le jeu de l’autoritarisme46. Cette prise de position s’apparente plus à une mise en garde qu’à un réel pronostic. En effet, comment ignorer les forces qui dénoncent ces mêmes effets et conduisent une lutte politique alternative ?

48Il reste qu’en ce début de xxie siècle, la consolidation autoritaire s’accommode de la « globalisation démocratique ». Elle s’y niche, pourrait-on dire, en dépit des rappels à l’ordre (mondial) des uns et des justifications des autres. L’explication par les jeux d’acteurs est nécessaire mais il est permis de douter qu’elle soit suffisante. Des tendances lourdes sont à l’œuvre. Il n’est pas inutile de les rappeler.

  • 47 L’autoritarisme consolidé recouvre une direction « politique » qui dépolitise et se dépolitise.

49L’autoritarisme consolidé combine trois séries de variables : la libéralisation économique et ses corollaires, la marchandisation et la technisation ; la sectorisation avec la montée des élites techniciennes et professionnelles ainsi que la démultiplication des agences de pouvoir ; l’approfondissement de la dépolitisation ou de la démobilisation politique47.

  • 48 Tocqueville définissait l’état social comme un état d’esprit : « L’état social est ordinairement l (...)

50De ce triple point de vue, l’autoritarisme comme état social48 est en phase avec les transformations à l’échelle mondiale. Il n’est pas soluble dans la libéralisation économique et la dépolitisation (par interdit ou apathie) rejoint l’antipolitique inhérent à la logique du libre échange.

51Empressons-nous d’ajouter que comme état politique ou constitution politique l’autoritarisme est en porte-à-faux avec un environnement international où la question des droits de l’homme et des libertés fondamentales tend à devenir centrale. Peut-être, le critère discriminant entre autoritarismes et démocraties réelles réside-t-il ici désormais dans ce socle de libertés fondamentales, dont la valorisation participe de celle de l’individu. Cette ligne de démarcation des libertés est aussi celle de la protestation, d’une protestation qui combine paradoxalement un universalisme humanitariste et un « pas dans mon jardin ».

  • 49 Raymond Aron, Démocratie et Totalitarisme, op. cit.
  • 50 George Konrad, Antipolitic : an Essay, New York, Harcourt Brace Jovanovich, 1984.
  • 51 Sur cette idéologie et ses terrains de rencontre avec l’autoritarisme, cf. Guy Hermet, « Un régime (...)
  • 52 Bruno Latour, « Si l’on parlait un peu politique ? », Politix, Revue des Sciences Sociales du Poli (...)

52Un réalisme pessimiste inclinerait à y voir un « fil de soie » à la manière de Raymond Aron, lorsqu’il évoquait le dernier « fil de soie de la légalité » dans le contexte français des années 1957-195849. En effet, à l’arrière-fond se développe une tendance à l’antipolitique50 - le renouveau d’une utopie de l’immédiateté de la société politique à la société civile - couplée à la diffusion de l’idéologie de la gouvernance démocratique51. L’une et l’autre traduisent la difficulté de penser la politique comme espace de représentation. Se joue ici la possibilité d’exprimer la pluralité et de la garantir tout en regroupant52. Le paradigme pluraliste de la science politique est-il encore à la mesure de cet enjeu ?

Notes

1 Juan Linz, Alfred Stepan, dirs, The Breakdown of Démocratie Regimes. Crisis, Breakdown and Reequilibration, Baltimore, The Johns Hopkins University Press, 1978.

2 M. Camau, V. Geisser, Le Syndrome autoritaire, Politique en Tunisie de Bourguiba à Ben Ali, Paris, Presses de Sciences Po, 2003.

3 O. Schlumberger distingue, pour sa part, entre les cas de changement systémique et ceux de changement par évolution ou ajustement. Oliver Schlumberger, Transition in the Arab World : Guidelines for Comparison, Florence, European University institute, Robert Schuman Centre for Advanced Studies, EUI Working Papers, 2002.

4 Cf., par exemple, François Bourricaud, Esquisse d’une théorie de l’autorité, Paris, Pion, 2e éd., 1969 ; Hannah Arendt, La Crise de la culture, Paris, Gallimard, « Folio/Essais », 1989, chap. 3, « Qu’est-ce que l’autorité ? », p. 121-185 ; Gérard Mendel, Une histoire de l’autorité. Permanences et variations, Paris, La Découverte, 2002.

5 Giovanni Sartori, Théorie de la Démocratie, Paris, Armand Colin, 1973.

6 Adam Przeworski, par exemple, raisonne volontiers en terme de dictature. Cf., entre autres, la distinction parmi les dictatures (considérées comme les régimes ne réunissant pas l’intégralité de quatre critères définissant les démocraties) entre d’une part, dictatures institutionnalisées qualifiées de bureaucraties et d’autre part, régimes personnalisés (personnalistic) qualifiés d’autocraties. José Antonio Cheibub et Adam Przeworski, « Democracy, Elections and Accountability for Economie Outcomes », p. 222-249, dans Adam Przeworski, Susan C. Stokes, Bernard Manin, dirs, Democracy, Accountability and Représentation, Cambridge, Cambridge University Press, 1999.

7 L’idéal démocratique étant incorporé dans la définition littérale de gouvernement par le peuple. Cf. Casiano Hacker-Gordon, Electoral Légitimation, Polyarcliy, and Démocratie Legitimacy, Yale University, The Leitner Program in International & Comparative Political Economy, Leitner Working Paper 2001-16. Dans ce texte, l’auteur développe une approche critique de Adam Przeworski, « Minimalist Conception of Democracy : A Defense » dans Ian Shapiro et Casiano Hacker-Cordon, dirs, Democracy’s Value, Cambridge, Cambridge University Press, 1999.

8 Joseph Schumpeter, Capitalisme, socialisme et démocratie, Paris, Payot, 1990 (1951), p. 354-360.

9 Elections compétitives, participation inclusive, protection des libertés civiles et politiques égale pour tous.
Cf. Robert Dahl, Polyarchy. Participation and Opposition, New Haven, Yale University Press, 1971 ; Democracy and lts Critics, New Haven, Yale University Press, 1989.

10 Norberto Bobbio, The Future of Democracy : A Defence of the Rules of the Game, direction et introduction par Richard Bellamy, Minneapolis, University of Minnesota Press, 1987, p. 26.

11 John G. Gunnel, « The Real Révolution in Political Science », PS : Political Science and Politics, 37,1, janvier 2004, p. 47-50.

12 Norberto Bobbio, Tlie Future of Democracy, op. cit., p. 28.

13 Juan J. Linz, « Totalitarian and Authoritarian Regimes », dans Fred I. Greestein, Nelson W. Polsby, dirs, Handbook of Political Science, Volume 3, Reading, Addison-Wesley, 1975, p. 175-411 ; réédité avec une nouvelle introduction : Totalitarian and Authori-tarian Regimes, Boulder, Lynne Rienner Publishers, 2000 ; Juan J. Linz et Alfred Stepan, Problems of Démocratie Transition and Consolidation. Southern Europe, South America, and Post-Communist Europe, Baltimore, The Johns Hopkins University Press, 1996.

14 Michael Walzer, « The Concept of Civil Society », dans Michael Walzer dir., Toward a Global Civil Society, Providence, Berghahn Books, 1995, p. 24.

15 James S. Coleman, « The Political System of the Developing Areas » dans Gabriel A. Almond et James S. Coleman, dirs, The Politics of Developing Areas, Princeton, Princeton University Press, 1960, p. 532-576.

16 Gabriel A. Almond et C. Bingham Powell Jr., Comparative Politics. A Developmental Approach, Boston, Little, Brown and Co„ 1966.

17 Suivant le commentaire critique de Bertrand Badie, Le Développement politique, Paris, Economica, 4e édition, 1992, p. 52.

18 Francis Fukuyama, « Libéral Democracy as a Global Phenomenon », PS : Political Science and Politics, 24, 4, décembre 1991, p. 659-664.

19 David Collier et Steven Levitsky, « Democracies with adjectives : Conceptual Innovation in Comparative Research », World Politics, 4, juillet 1997, p. 477-493 ; sur le « semi-autoritarisme », cf. Marina Ottaway, Democracy Cltallenged, The Rise of Semi-Authoritarianism, Washington, Carnegie Endowment for International Peace, 2003.

20 Eberhard Kienle, A Grand Delusion. Democracy and Economie Reform in Egypt, Londres et New York, I.B. Tauris, 2001 ; Daniel Brumberg, « The Trap of Liberalized Autocracy », Journal of Democracy, 13, 4 octobre 2002, p. 56-68.

21 Thomas Carothers, « The End of The Transition Paradigm », Journal of Democracy, 1, janvier 2002, p. 5-21.

22 Si l’on considère que D. Rustow représentait une « première vague ». Dankwart A. Rustow, « Transitions to Democracy : Toward a Dynamic Model », Comparative Politics, 2-3, avril 1970, p. 337-363.

23 Guillermo O’Donnell, Philippe Schmitter, Juan Linz, Alfred Stepan...

24 Lucan A. Way, « Pluralism by Default in Moldova », Journal of Democracy, 13, 4, octobre 2002, p. 127-141 ; Lucan A. Way, Pluralism by Defaidt and the Sources of Political Liberalization in Weak States, Yale University, The Leitner Program in International & Comparative Political Economy, Seminar Sériés, printemps 2003. L. A. Way se référait aux cas de la Biélorussie, de la Moldavie, de la Russie et de l’Ukraine.

25 Par exemple, Raymond Aron, Démocratie et Totalitarisme, Paris, Gallimard, 1987 (1965) ; Hannah Arendt, La Crise de la culture, op. cit. ; Hannah Arendt, Le Système totalitaire, Paris, Le Seuil, « Points », 1972.

26 Jùrgen Habermas, Droit et Démocratie, Entre faits et normes, Paris, Gallimard, 1997, p. 401.

27 Cf. les remarques de Marc Lynch sur « les nouveaux médias arabes » ; M. Lynch, « Taking Arabs Seriously », Foreign Affairs, octobre 2003.

28 Marc F. Plattner, « Globalization and Self-Government », Journal of Democracy, 13, 3, juillet 2002, p. 54-67 (p. 59).

29 Sur la porosité des espaces publics partiels, cf. J. Habermas, op. cit., p. 401.

30 Ronald Wintrobe, « The Tinpot and the Totalitarian : An Economie Theory of Dictatorship », The American Political Science Review, 84, 3, septembre 1990, p. 849-872.

31 Holger Albrecht, Authoritarian Opposition and Dissent : The Case of Egypt, Florence, European University Institute, Robert Schuman Centre for Advanced Studies, Fifth Mediterranean Social and Political Research Meeting, 24-28 mars 2004.

32 David Collier dir., The New Authoritarianism in Latin America, Princeton, Princeton University Press, 1979 ; Guillermo O’Donnell, Modernization and Bureaucratic-Authoritarianism : Studies in South American Politics, Berkeley, Institute of International Studies, University of California, 1973.

33 Oliver Schlumberger, Transition in the Arab World : Guidelines for Comparison, op. cit.

34 Formule utilisée par A. Gramsci pour les chefs syndicaux : « Ces chefs sont devenus des banquiers d’hommes en régime de monopole, et la moindre allusion à une concurrence les rend fous de terreur et de désespoir » (Antonio Gramsci, Écrits Politiques, tome II, Paris, Gallimard, 1974, p. 85). Reprise par Pierre Bourdieu dans « La représentation politique. Eléments pour une théorie du champ politique », Actes de la recherche en sciences sociales, 36-37, février-mars 1981, p. 18-19.

35 Ainsi, par exemple, la contribution de Clement Moore Henry dans M. Camau et V. Geisser, dirs, Habib Bourguiba, La trace et l’héritage, Paris, Karthala-CSPC/IEP d’Aix, 2004, avait pour titre original : « From Bourguiba to Ben Ali : the Modernization of Benevolent Development ». Il a été publié en français sous le titre : « De Bourguiba à Ben Ali : modernisation et dictature éducative » (p. 193-208).

36 Charles A. Micaud, « Leadership and Development. The Case of Tunisia », Comparative Politics, 1, juillet 1969, p. 468-484.

37 Pour une comparaison, cf. Iman Farag, « Bourguiba vu d’Egypte » dans M. Camau et V. Geisser, dirs, Habib Bourguiba, La trace et l’héritage, op. cit., p. 505-520.

38 Michel Dobry, Sociologie des Crises Politiques. La dynamique des mobilisations multisectorielles, Paris, Presses de Sciences Po, 1986.

39 Ibid.

40 Oliver Schlumberger, Political Liberalization, Authoritarian Regime Stability, and Imitative Institution-Building : Towards a Formai Understanding, Florence, European University institute, Robert Schuman Centre for Advanced Studies, Fifth Mediterranean Social and Political Research Meeting, 24-28 mars 2004.

41 Michel Dobry, « Légitimité et calcul rationnel. Remarques sur quelques «complications» de la sociologie de Max Weber », dans Pierre Favre, Jack Hayward, Yves Schemeil, dirs, Être gouverné. Études en l’honneur de Jean Leca, Paris, Presses de Sciences Po, 2003, p. 127-147.

42 Oliver Schlumberger, Political Liberalization, Authoritarian Regime Stability, and Imitative Institution-Bnilding, op. cit.

43 « Dissonance is good ». Daniel Brumberg, « The Trap of Liberalized Autocracy », art. cité, p. 61

44 Transactions et pratiques assurant le maintien de certaines questions hors du domaine public. Cf. Peter Bachrach et Mor-ton S.Baratz, « Two Faces of Power », The American Political Science Review, 56, 4, décembre 1962, p. 948-949.

45 Par exemple : Robert A. Dahl, « Equality versus Inequality », PS : Political Science and Politics, 29, 4, décembre 1996, p. 639-648 ; Marc F. Plattner, « Globalization and Self-Government », art. Cité ; John D. Nagle et Alison Mahr, Democracy and Democratization. Post-Communist Europe in Comparative Perspective, London, Sage Publications, 1999, p. 286 sq.

46 Ralf Dahrendorf, « An der Schwelle zum autorittaren Jahrundert », die Zeit, 21/11/97, p. 7-8, cité dans John D. Nagle et Alison Mahr, Democracy and Democratization. op. cit., p. 287-288.

47 L’autoritarisme consolidé recouvre une direction « politique » qui dépolitise et se dépolitise.

48 Tocqueville définissait l’état social comme un état d’esprit : « L’état social est ordinairement le produit d’un fait, quelquefois des lois, le plus souvent de ces deux causes ; mais une fois qu’il existe, on peut le considérer lui-même comme la cause première de la plupart des lois, des coutumes et des idées qui règlent la conduite des nations ; ce qu’il ne produit pas, il le modifie ». De la Démocratie en Amérique, Première partie, chapitre III, « État social des Anglo-Américains » (dans l’édition Garnier-Flammarion, Paris, 1981, vol. 1, p. 107).

49 Raymond Aron, Démocratie et Totalitarisme, op. cit.

50 George Konrad, Antipolitic : an Essay, New York, Harcourt Brace Jovanovich, 1984.

51 Sur cette idéologie et ses terrains de rencontre avec l’autoritarisme, cf. Guy Hermet, « Un régime à pluralisme limité ? À propos de la gouvernance démocratique », Revue Française de Science Politique, 54,1, février 2004, p. 159-178.

52 Bruno Latour, « Si l’on parlait un peu politique ? », Politix, Revue des Sciences Sociales du Politique, 58, 2002, p. 143-165

Auteur

Michel Camau

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable