Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’autoritarisme dans le monde arabe

 | 
Michel Camau
, 
Luis Martinez

Avant-propos

Assia Boutaleb, Jean-Noël Ferrié et Benjamin Rey

Texte intégral

  • 1 Le Syndrome autoritaire. Politique en Tunisie de Bourguiba à Ben Ali, Paris, Presses de Sciences-P (...)

1Il n’existe pas de raison sérieuse de penser que les transitions démocratiques dans le monde arabe sont impensables ou impossibles. On peut, en revanche, douter qu’elles soient proches d’arriver : rien n’indique, en effet, que les gouvernants autoritaires envisagent de céder le pouvoir. Bien au contraire, ils semblent si soucieux de le conserver que l’on peut envisager les politiques de libéralisation plutôt comme une restructuration de l’autoritarisme que comme la première étape d’une transition vers la démocratie. Ceci nous invite à reporter notre intérêt sur l’autoritarisme et son organisation. C’est clairement ce que propose l’ouvrage de Michel Camau et Vincent Geisser1.

  • 2 Juan J. Linz, Alfred Stepan, Problems of Démocratie Transition and Consolidation. Southern Europe, (...)

2L’autoritarisme n’est pas, au demeurant, une espèce politique particulière : si l’on observe la plupart des régimes autoritaires - et notamment les régimes du monde arabe - on s’aperçoit que la quasi-totalité de ces derniers possède les mêmes institutions politiques que les régimes démocratiques, c’est-à-dire des institutions constitutionnelles représentatives. De ce point de vue, l’autoritarisme semble un mode d’organisation des institutions représentatives plutôt qu’une organisation propre, possédant sa propre logique institutionnelle. Juan Linz décrit les démocraties comme des régimes où les gouvernants sont en place pro tempore, autrement dit, comme des régimes où les gouvernants n’ont qu’un temps limité devant eux2. Ce n’est pas le cas des régimes autoritaires où les gouvernants semblent l’être ad vitam aeternam. Ceci tient, pour l’essentiel, à la manipulation du vote et à la présence d’un parti, sinon unique, du moins dominant ou, dans certains cas, à l’absence de parti dominant avec une manipulation du vote destinée à produire une forte fragmentation de la représentation. Il s’agit, dans l’un ou l’autre cas, de faire en sorte que les opposants ne puissent pas constituer une majorité alternative, à même de s’opposer politiquement aux gouvernants.

  • 3 Voir, par exemple, M. Ottaway, Democracy Challenged. The Rise of Semi-Authoritarianism, New York, (...)

3De ce point de vue, le développement de la société civile apparaît bien différent de la mise en place d’un contrepoids. Au contraire, il témoigne de la reconversion dans l’action civile des opposants, c’est-à-dire de leur volonté - formée en faisant de nécessité vertu - de ne jouer un rôle public qu’à l’intérieur de la légalité des régimes. Sans doute ce choix est-il, pour une large part, la conséquence d’une victoire de la répression politique menée (généralement) dans les années soixante-dix et au début de la décennie suivante. Quoi qu’il en soit, il témoigne non pas d’une fragilisation, mais d’une évidente consolidation des régimes qui, après avoir réussi à éliminer leurs opposants résolus, peuvent envisager d’accepter une libéralisation dans laquelle les moins mutins d’entre eux occuperaient une place reconnue. Ce qu’il nous faut donc penser, comme le souligne ici Michel Camau, c’est bel et bien la consolidation de l’autoritarisme dans une forme alliant l’assurance de son renouvellement à l’apparence de son aggiornamento. Cette apparence, au demeurant, n’est pas dénuée de réalité, puisque les régimes autoritaires procèdent effectivement à des transformations - se modernisent en quelque sorte - mais dans le seul but d’augmenter leur efficacité compte tenu des circonstances. On peut ainsi s’interroger sur le fait de savoir si ces régimes - souvent qualifiés de « semi-authoritarianism » par les chercheurs anglo-saxons - ne sont pas tout simplement des entités stables3.

4Une autre question se pose toutefois : les processus de recomposition de l’autoritarisme sont-ils toujours maîtrisables ou peuvent-ils aboutir à une implosion de la catégorie même et, en d’autres termes, du régime politique ? Telle est la question, en forme de piste de recherche, que nous invite à explorer Luis Martinez. Analysant les évolutions récentes des régimes de trois pays en particulier, à savoir l’Algérie, la Libye et l’Irak, il propose d’interroger et de faire émerger la notion de violence en tant que mise à l’épreuve de l’autoritarisme, voire de test ultime, afin de mieux discuter de la viabilité de ses recompositions.

5La violence à laquelle fait référence l’auteur est moins celle, fondatrice, d’un ordre (Arendt) que la violence engendrée par un régime mis sous embargo, qu’il soit « total », « partiel » ou « moral » et qui, en dernière instance et à bout de souffle, va l’utiliser à l’encontre de sa propre société. C’est cette forme paroxystique de la violence, multiplication de la puissance de coercition, qui parce qu’elle divise au lieu de réunir, pose la question de la fin du politique et, a fortiori, celle de la pertinence des catégories habituelles. L’approche de Martinez n’est pas sans rappeler la démarche d’un Cari Schmitt, soucieux de regarder « l’ordinaire » à partir de ses « extrêmes ».

6Nous avons choisi de conserver d’une part le rythme de ce qui a été une journée d’études et, d’autre part, d’accorder un traitement rédactionnel différent aux deux parties du présent ouvrage, afin d’en restituer au mieux l’articulation dynamique et la forme dialogique.

Notes

1 Le Syndrome autoritaire. Politique en Tunisie de Bourguiba à Ben Ali, Paris, Presses de Sciences-Po, 2003.

2 Juan J. Linz, Alfred Stepan, Problems of Démocratie Transition and Consolidation. Southern Europe, South America, and Post-Communist Europe, Baltimore, The Johns Hopkins University Press, 1996.

3 Voir, par exemple, M. Ottaway, Democracy Challenged. The Rise of Semi-Authoritarianism, New York, Carnegie Endowment for International Peace, 2003.

Auteurs

(MAE-Cedej)

(MAE-Cedej)

(IEP de Toulouse-Cedej)

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable