Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La révolution iranienne dans la presse égyptienne

 | 
Mohga Machhour
, 
Alain Roussillon

Annexe III

Texte intégral

  • 1 C’est-à-dire, dans la représentation des sunnites, l’Etat médinois des quatre premiers Califes « Bi (...)

1(...) En ce qui concerne la révolution iranienne, je peux dire qu’à ses débuts, à l’époque du Chah, nous éprouvions une sympathie sans réserve à son égard. Quand Khomeiny était en France, il a réaffirmé à plusieurs reprises que l’Iran entretiendrait des relations amicales avec ses voisins, et qu’il renoncerait à désigner le Golfe sous le nom de « Golfe Persique », pour le considérer dorénavant comme « Golfe Islamique ». De même, il déclarait que les îles occupées par la force pat les Iraniens à l’époque du Chah seraient restituées à l’état des Emirats arabes unis. Il affirmait, à l’époque, que son régime ne s’inspirerait ni de l’état chi’ite extrémiste des Safavides, ni de l’état omeyade, du fait de son opposition à la Maison [du Prophète]. Prétendant que son régime trouverait son modèle dans l’Etat rachidite1. Prenant en considération ces déclarations, nous pensions qu’il serait possible de coopérer avec lui pour trouver des solutions aux grands problèmes auxquels sont confrontés les habitants de la région.

2Le plus étrange, c’est que Khomeiny, une fois arrivé au pouvoir n’a rien réalisé de ce qu’il avait annoncé. Bien au contraire, les textes constitutionnels, les communiqués, les articles attestent l’adoption d’une toute autre ligne à courte vue. Une ligne clairement confessionnelle ! (ta’ifi). Nous pensions que tous les points communs qui existent entre eux et nous rendaient possible de renoncer d’un commun accord à ces options dangereuses et périmées. A l’inverse, nous avons dû constater [chez Khomeiny] des orientations sectaires encore plus marquées qu’à l’époque du Chah.

3Nous avons longtemps fait preuve de patience. Nous avons pris contact avec [les Iraniens]. Nous avons envoyé délégation sur délégation. Nous étions très soucieux de préserver de bonnes relations [avec l’Iran]. A plusieurs reprises, on nous a promis de corriger cette erreur, que nos interlocuteurs attribuaient à la -pluralité des tendances au sein du régime iranien et à la compétition entre ces tendances, ajoutant que de nombreuses questions étaient encore mal comprises [en Iran] et que, bien souvent, les dirigeants iraniens manquaient d’informations à leur propos. Bien sûr nos interlocuteurs nous assuraient qu’ils étaient tout à fait disposés à reprendre les choses par le début et désireux de comprendre la situation mais qu’aussi, il fallait se mettre à leur place, qu’ils vivaient des circonstances difficiles, etc., etc...

4Puis nous les avons vu amorcer leur rapprochement avec le régime de Hafez al-Asad. Ils nous ont dit : « Nous ne pourrons continuer à entretenir des relations avec vous si vous poursuivez vos attaques contre le parti au pouvoir en Syrie. Cessez de critiquer son confessionnalisme ! ».

5Nous leur avons répondu : « Votre remarque contient deux critiques [implicites] du régime syrien : [premièrement, d’être fondé sur le système du parti, deuxièmement d’être un régime confessionnel]. Quant à nous, notre opposition nous est dictée par une considération fondamentale et un refus fondamental : si le régime, en Syrie, était véritablement fondé sur le système des partis, c’est-à-dire si des partis avaient réellement la possibilité de se constituer, nous aurions adopté avec ce régime la voie d’un dialogue constructif, libre et sincère.

6Mais le régime syrien a choisi la voie du confessionnalisme le plus dangereux. Nous avons dit [aux Iraniens] : « Vous n’êtes pas d’accord avec le système des partis, et vous affirmez refuser le confessionnalisme. La logique voudrait donc que votre opposition soit double à l’égard d’un tel régime. Pourquoi donc lui tendez-vous la main ? ».

7A chaque fois ils nous ont répété qu’ils allaient corriger leur erreur, mais à chaque fois que nous revenions à la charge, c’était pour nous entendre dire : « Cessez d’attaquer le confessionnalisme du régime syrien ! ».

  • 2 Allusion au « consensus » au terme duquel le fleuve Litani, au Sud-Liban marque la limite à ne pas (...)
  • 3 Allusion aux « Casques bleus » des Nations-Unies installés pour séparer les belligérants à la suite (...)

8Dans le même temps, des contacts secrets avaient lieu entre Damas et Téhéran et [nous nous sommes aperçus] que la teneur des conversations que nous avions avec les dirigeants iraniens était communiquée à Damas dans les moindres détails et dans les plus brefs délais. Je n’ai pas moi-même, visité Téhéran mais je sais tous les efforts que mes collègues ont déployés. Les délégations que nous avons envoyées sont rentrées les une après les autres, avec des nouvelles de plus en plus sombres et de moins en moins d’espoir dans le régime iranien. Et nous avons été obligés d’admettre que le régime en place à Téhéran a choisi le même camp que celui de Hafez al-Asad. A nouveau, nous avons tenté d’obtenir des explications. Nous leur avons dit : « Vous réclamez la libération et la récupération de la Palestine. Hafez al-Asad, lui, a accepté la fameuse théorie de la « ligne rouge »2 c’est-à-dire qu’il a bel et bien conclu une trêve avec les sionistes. Vous dites vouloir la libération de Jérusalem. Hafez al-Asad déploie tous ses efforts pour « geler » tous les fronts avec Israël. Vous vous dites prêts à envoyer des volontaires participer à la bataille pour la libération. Hafez al-Asad, lui, a installé la « police internationale »3 [pour justement prévenir toute bataille]. Vous militez pour le respect de la pudeur des femmes. Hafez al-Asad, lui, n’hésite pas à s’en prendre aux jeunes filles qui se voilent, à Damas, arrachant leur voile, déchirant leurs vêtements et lâchant ses sbires à leurs trousses. Vous appelez de vos vœux un régime qui respecte les traditions et la moralité islamique. Hafez al-Asad et son régime s’en prennent jour après jour à ces traditions et à cette moralité.

9Qu’y a-t-il entre vous et Hafez al-Asad, si ce n’est le fanatisme confessionnel le plus aveugle ?

10Les renseignements qui nous parviennent indiquent que la situation en Iran est explosive. Les modérés avec lesquels il semblait possible dé s’entendre sont assiégés. La revue al-Chahid, pour avoir diffusé l’un de nos communiqués, a été menacée d’être dynamitée si elle recommençait à collaborer avec nous. Nous ne sommes pas disposés à nous engager avec un tel régime dans un dialogue par avance condamné à l’échec puisque des considérations étroitement confessionnelles l’emportent, dans l’esprit de ses dirigeants sur les valeurs de simple raison.

11Il n’y pas plus de deux semaines, l’Imam du vendredi de Téhéran s’est associé dans son prône aux accusations lancées contre nous par le ministre des Affaires étrangères [du régime syrien], calomniant notre histoire et reprenant les attaques lancées contre nous. Nous avons été contraints de nous défendre et de répondre à toutes ces calomnies, conformément à ce qu’établit le Saint Coran : « Il a permis à ceux qui ont reçu des outrages de combattre leurs ennemis. Dieu est capable de les protéger. (Coran, XXII, 40).

12Question : Au cours de la dernière visite en Iran d’Abd al-Halim Khaddam, a été signé un accord prévoyant la livraison à la Syrie de 60 millions de tonnes de pétrole iranien par an, dans l’espoir de permettre au régime syrien de tenter de se maintenir. Qu’en pensez-vous ?

13Adnan Saad el-Din : La collaboration des régimes syrien et iranien leur portera malheur à l’un et à l’autre. Un tel accord illustre une fois encore l’aveuglement du régime iranien. Si encore ils ne connaissaient pas la réalité du régime syrien, leur faute serait moindre, mais les dirigeants iraniens savent très bien à quoi s’en tenir par rapport à la situation en Syrie

14Question : Quelle est votre position par rapport aux accords de Camp-Savid ? Est-il vrai que vous les soutenez, comme l’affirme Hafez al-Asad ?

15Adnan Saad el-Din : Cette question ne mérite même pas qu’on s’y arrête. On ne demande pas à des gens qui ont pris les armes et qui sont prêts à se sacrifier pour libérer leur partie ce qu’ils pensent des traités de la trahison.

16Question : Que pensez-vous de la guerre qui se déroule entre l’Irak et l’Iran ?

17Adrian Saad el-Din : Nous avons déjà dit et nous répétons qu’il est nécessaire d’arrêter immédiatement cette guerre, puis d’entamer des négociations directes et sans conditions préalables pour mettre un terme à un conflit qui consume toutes les forces de la région. Nous exhortons les dirigeants de Téhéran à entendre la voix de la raison. (...).

  • 1 Adnan Saad el-Din est l’un des trois membres du « commandement de la révolution islamique » en Syri (...)

18Entretien accordé par Adnan Saad el-Din à l’hebdomadaire libanais paraissant à Paris. AL WATAN AL-ARABI 19-25 Avril 19821

Notes

1 C’est-à-dire, dans la représentation des sunnites, l’Etat médinois des quatre premiers Califes « Bien-guidés » qui succèdent à Muhammad et reproduisent les modèles qu’il a légués aux hommes. On peut faire remarquer que la notion d’un tel état est typiquement sunnite, les chi’ites considérant la dévolution du califat en dehors de la lignée d’Ali comme une usurpation.

2 Allusion au « consensus » au terme duquel le fleuve Litani, au Sud-Liban marque la limite à ne pas franchir par les troupes syriennes d’intervention au Liban sous peine de déclencher une riposte israélienne.

3 Allusion aux « Casques bleus » des Nations-Unies installés pour séparer les belligérants à la suite de la guerre de 1973.

Notes de fin

1 Adnan Saad el-Din est l’un des trois membres du « commandement de la révolution islamique » en Syrie.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter