Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La révolution iranienne dans la presse égyptienne

 | 
Mohga Machhour
, 
Alain Roussillon

Chapitre 2. Le quinzième siècle, siècle de l’Islam, a commencé en Iran

Texte intégral

1Autant les organes d’information de l’Egypte officielle ont pu montrer d’embarras vis à vis de la révolution iranienne à ses débuts, tant elle contredisait les schémas d’explication du monde auxquels ils avaient habitué leurs lecteurs, autant la réaction de l’opposition religieuse a été rapide. Dès le début de l’année de troubles sanglants qui précède le départ du Chah, les deux revues régulières dans lesquelles s’expriment ces courants — Al-Da’wa et Al-I’tisam — ont pris parti : le peuple iranien est en lutte contre la tyrannie que prétend lui imposer un souverain vendu à l’Occident et aux américains. Le Chah doit être jugé par le peuple iranien unanime à rejeter l’occidentalisation forcée qu’il a voulu lui imposer et à réclamer la restauration de l’Islam dans son intégralité : Din wa Dawla (Religion et Etat).

2Au fur et à mesure de l’aggravation de la situation en Iran et tout au long de la crise ouverte entre le régime révolutionnaire et les Etats-Unis, le soutien apporté par ces revues à l’Iran islamique ne se dément pas un seul instant. La victoire de l’Islam en Iran vient renforcer le front que les musulmans opposent à l’athéisme et à l’impérialisme. Les vieilles querelles doctrinales entre sunnites et chi’ites, les batailles qui opposèrent partisans de Ali et gens de la Sunna du Prophète semblent de bien peu de poids en regard des certitudes communes et des affinités stratégiques :

(...) La révolution de l’Imam Khomeiny n’est pas la révolution d’une secte contre une autre... Ce qui constitue le fond commun aux sunnites et aux chi’ites est au cœur même de cette révolution, lui fournissant ses fondements, ses principes et ses objectifs. Les divergences qui subsistent entre sunnites et chi’ites, à propos de la question des douze imams, réputés impeccables, ne saurait intervenir — ni positivement ni négativement — dans la définition de la nature de cette révolution ni influer sur son cours. (...)
Fathi Abd al-Aziz : Khomeiny, l’alternative islamique. Le Caire, 1979 Dar al-l’tisam. P. 48 et 49.

3Cette appréciation stratégique des enjeux de la révolution islamique dicte leur voie aux chroniqueurs et aux analystes des revues islamiques : durant la première période de la révolution, ces publications se feront l’amplificateur en Egypte des atrocités de la répression menée par le Chah contre les musulmans d’Iran. Elles seront ainsi amenées à répondre point par point aux attaques menées contre le mouvement de l’Imam Khomeiny et à prendre la défense de son islamité face à ses détracteurs égyptiens.

4Après le retour de l’Imam Khomeiny et tout au long de la période d’institutionnalisation du régime révolutionnaire, la presse de l’opposition religieuse égyptienne se donnera pour objet d’expliquer les succès de la république islamique et de justifier ses comportements — notamment lors de la prise des otages — en montrant comment l’expérience islamique révolutionnaire de l’Iran pouvait servir la cause des musulmans où qu’ils vivent.

  • 1 Voir par exemple : Omar al-Talmasani : La guerre irano-irakienne : la honte des musulmans ! Al-Da’w (...)

5La montée des divergences entre religieux et anciens alliés de la révolution et surtout la guerre irano-irakienne semblent mettre un terme à une période de relative euphorie. Les succès remportés par l’opposition au nouveau régime iranien attestent la poursuite de menées anti-islamiques en Iran et il devient difficile de dresser un bilan d’une seule pièce de l’expérience iranienne. De même, si la responsabilité du conflit entre l’Iran et l’Irak est clairement attribuée au régime athée et anti-musulman qui gouverne ce second pays, l’Iran islamique est confusément senti comme responsable de s’être laissé entrainer dans la guerre ou de ne pas avoir su y mettre un terme.1

6« La fin de la deuxième guerre mondiale a vu se produire sur le théâtre international toute une série d’importants changements. Des puissances mondiales qui, des siècles durant, avaient dominé tous les rapports politiques dans le monde entamaient leur déclin, tandis que de nouvelles puissances occupaient le terrain, avec à leur tête les Etats-Unis d’Amérique. Ces changements mondiaux ont eu des répercussions dans le monde musulman. Ce que l’on a appelé les régimes « progressistes » ou « révolutionnaires » les ont remplacés sur le devant de la scène.

7L’arrivée au pouvoir de ces régimes a entraîné pour les mouvements islamiques une vague de calamités au cours de laquelle tous les moyens furent utilisés pour les annihiler. On peut dire que la période qui s’étend du début des années 50 à la fin des années 60 est celle où les mouvements islamiques ont été exposés aux pires de ces exactions ; mais jusqu’à aujourd’hui, ici ou là, dans diverses régions du monde musulman, ces mouvements continuent à être exposés à une répression plus ou moins violente, et dont la forme varie d’un endroit à l’autre selon les régimes en place.

  • 2 L’attentat perpétré contre Gamal Abd al-Nasser à Manchiya. le 26/10/1954, attribué aux Frères musul (...)

8En Egypte, les tentatives pour démanteler la Confrérie des Frères musulmans trouvent leur point de départ dans la grotesque mise en scène d’al-Manchiya. à Alexandrie, en Octobre 1954, par Abd al-Nasser et ses services secrets : au cours d’un prétendu attentat, des balles furent tirées vers la tribune où Nasser prononçait un discours devant une foule qui le conspuait pour avoir signé le traité de 1954 avec la Grande-Bretagne, traité par lequel il enchaînait l’Egypte au char du colonialisme britannique.2 Les Frères musulmans furent accusés d’avoir voulu assassiner Nasser et un grand nombre d’entre eux furent jetés en prison où ils subirent toutes sortes de tortures avant d’être exécutés. Au nom de la Révolution et du progressisme, le régime déclara la guerre à l’Islam en levant bien haut l’étendard du socialisme : « La liberté, toute la liberté pour le peuple ! « Cela, c’était leur slogan... Mais le peuple, pour Abd al-Nasser, cela ne signifiait que ses complices et sa cour !

9Peu de temps avant les événements d’Egypte, en 1953, eut lieu, au Pakistan, une grave tentative de réduire au silence le mouvement islamique dans ce pays : le régime accusa l’éminent propagateur de l’Islam Abu al-A’la al-Mawdoudi de créer des troubles et de semer le désordre au Pakistan. Il fut déféré devant un tribunal militaire et condamné à mort. Seule la colère des musulmans dans tout le monde musulman fut capable de faire échouer le complot des dirigeants du Pakistan de l’époque.

10Quelques temps après les événements d’Egypte, en Indonésie, Sokarno déclarait la guerre à l’Islam, au mépris de la participation du mouvement islamique à la lutte pour la libération de l’Indonésie et de tous les sacrifices qu’il avait consentis, à une époque où lui-même, Sokarno, courbait la tête devant le colonisateur hollandais et où seuls les combattants islamiques osaient se lever contre lui. Comme à son habitude, il fit appel au soutien de forces étrangères grâce auxquelles Swa-ri (?) leader du mouvement islamique indonésien put être exécuté et les combattants de l’Islam dispersés dans la jungle et les forêts. La route était dès lors libre pour tous les courants... [dans ce pays musulman]. Sauf pour l’Islam !

11A la suite de l’épreuve qui s’abattait sur les Frères musulmans en 1954, en Egypte, commençait la liquidation du mouvement islamique en Iran. Nawab Safawi, chef des Fédayin de l’Islam, et plus de 500 membres de cette organisation étaient exécutés. Le régime impérial pensait qu’avec la disparition de Nawab Safawi et la mort de l’Ayatollah Kachani, chef spirituel des Fedayins et leader islamique qui avait réussi à faire entendre sa voix d’un bout à l’autre du monde musulman, la poussée islamique dans ce pays était enrayée et ses missionnaires décimés. Puis commença en Iran ce que le Chah a appelé sa politique de « modernisation » et de « persification » de l’Iran. Moderniser, cela voulait dire pour lui importer tous les aspects de la vie occidentale et extirper l’identité islamique de ce pays en le ramenant vers son passé persan. C’est exactement ce qu’a tenté le « phénicisme » en Syrie, le « pharaonisme » en Egypte, le « babylonisme » en Irak et le « nationalisme arabe » dans tous les pays arabes.

12Le chah a-t-il réalisé son rêve ? Un quart de siècle après le début de la politique de « modernisation » et de « persification » de l’Iran, au moment où des événements sanglants se déroulent dans toutes les villes d’Iran, on peut dire que le régime iranien n’a pas obtenu plus de succès que les autres régimes au pouvoir d’un bout à l’autre du monde musulman : des émeutes se produisent contre le pouvoir impérial. Partout des voix s’élèvent pour exiger la liberté d’expression, le retour à l’Islam et le rejet des modèles occidental et communiste (...).
Les révolutionnaires d’Iran sont-ils des « marxistes islamiques » ou des musulmans iraniens ?
Abd al-Mun’im Salim Gabbara,
Da’wa, Novembre 1978, p. 8 et 9.

13« ... La politique de la détente entre les deux super-puissances, l’Amérique et l’Union soviétique, a rendu possible la conclusion d’une entente entre elles pour agir de concert dans les régions du monde où elles ont un intérêt commun. [En l’occurrence, dans notre région, cet intérêt commun est de] « surveiller le cercueil pour que n’en jaillisse point un nouveau Saladin ! ».

14Dans le but de « boucler » les Lieux saints de l’Islam la destruction de l’Erythrée, a été menée à bien, puis un micro-état communiste abritant des bases soviétiques a été installé dans le sud de la péninsule arabique, asphyxiant la mer Rouge vers le sud, alors qu’elle l’est déjà par un autre moyen (Israël) vers le nord. Dieu a fait de la mer Rouge, d’une part, de l’Egypte, du Soudan et de l’Erythrée, d’autre part, la ligne de défense des Lieux saints vers l’ouest. De même, il a fait de l’Iran et du Golfe arabe leur ligne de défense vers l’est. Si l’Iran tombe, c’est l’un des principaux remparts des Lieux saints qui s’effondre... Ainsi, l’apparition d’un état islamique en Iran signifie le renforcement de cette ligne de défense, surtout si les grands états islamiques voisins, Pakistan, Afghanistan, Indonésie, se joignent à l’Iran et si la vitalité islamique revient aux grandes routes commerciales qui reliaient l’Asie à l’Europe de l’est, quand c’était l’orient qui dominait l’économie occidentale... ».
Les enjeux du conflit entre l’Iran et l’Amérique.
Al-I’tisam, Décembre 1979, p. 32 et 33

15L’histoire récente (de la communauté musulmane) qui recouvre le xivème siècle de l’Hégire, commence à peu près avec l’occupation chrétienne anglaise de l’Egypte, en 1882, l’occupation par la croisade française de la Syrie, du Liban et de l’Afrique de nord, et celle par les croisades portugaise, hollandaise et italienne du reste des pays musulmans. Dès lors, la politique fut mise au service de la destruction des croyances islamiques dans l’âme des musulmans. La chose n’était pas facile, car l’Islam et ses croyances sont profondément enracinés, mais le colonialisme croisé, avec de l’énergie et de la patience finit par remporter des succès importants : une génération de musulmans vit le jour qui ne connaissait l’Islam que de nom, n’y voyant que la relation qui unit la créature à son Seigneur et ignorant qu’il puisse concerner aussi la société, la vie et tous les comportements humains (...)

16Le message de l’Islam a atteint le fond du gouffre au moment de la chute du califat, mais il l’a dépassé et nous vivons maintenant une étape de lent développement, un développement qui ressemble à ce qui s’est passé à la Mekke, aux premiers temps de l’Islam. On peut en effet véritablement dire que la situation des musulmans du xivème siècle de l’Hégire ressemble beaucoup à celle qu’ont connue les premiers croyants au temps de la mission de Muhammad. L’Islam est aussi étranger au monde qu’à l’époque de son apparition. La barbarie qui nous entoure ressemble à la barbarie antéislamique... Les missionnaires qui prêchent le nom de Dieu sont en très petit nombre et sont opprimés, poursuivis. Les ennemis de Dieu sont à l’affût. Dans l’ancien temps, ils étaient les adorateurs d’idoles de la péninsule arabe, les adorateurs du feu, en Perse, les Juifs, les Byzantins. Maintenant, ce sont le communisme, le christianisme, le sionisme et tous ceux qui ne pensent qu’aux joies de ce monde parmi les dirigeants des pays musulmans (...).
Le passé, le présent et l’avenir... Mustapha Machhour, Da’wa, Novembre 1980, p. 12 et 13.

2.1. La révolution islamique dans son contexte historique et géopolitique

17En faisant l’historique de la révolution islamique en Iran, en s’interrogeant sur ses causes et sur ses effets en identifiant ses enjeux et ses protagonistes, les chroniqueurs des revues islamiques égyptiennes s’intéressent au moins autant à l’histoire du « mouvement islamique » en Egypte qu’à celle du mouvement politico-religieux qui travaille l’Iran depuis la chute de la dynastie chi’ite des Qajars, en 1925. Les événements d’Iran, comme ceux du Pakistan, d’Afghanistan, de Syrie ou du Liban se trouvent solidairement replacés dans un contexte qui est celui du devenir de l’Islam, tel qu’il a été révélé aux hommes par Muhammad à la Mekke.

  • 3 Fatili Abd al-Aziz : Khomeiny l’alternative islamique, Le Caire, Dar al-I’tisam. 1979, p.26 et s.
  • 4 Sur la position des revues islamiques égyptiennes par rapport à l’état ottoman : Abd al-Halim ’Uway (...)
  • 5 Le moindre des mérites des Ottomans, et particulièrement d’Abd al-Hamid, — n’est pas, aux yeux des (...)

18La phase actuelle de son histoire que vit la communauté musulmane — toutes frontières abolies — a débuté à la fin du xixème siècle, qui voit le début de la « Xème Croisade’3 menée par l’Occident contre les musulmans. Ainsi, le mouvement islamique en Iran remonte comme à son origine à la destruction de l’état islamique des Qajars, sous les coups des colonisateurs étrangers et de leur agent Redha Chah, tout comme il trouve son origine, en Egypte et dans le reste du monde musulman, dans le démembrement de l’Etat ottoman par ce même colonialisme et sa cinquième colonne, le mouvement laïciste des Jeunes Turcs, et l’abolition du califat par Ata-turki4. Même si la « classe politique » et la « classe religieuse » de ces états font l’objet de critiques souvent acerbes, de la part des revues islamiques égyptiennes, l’état ottoman, tout comme l’état chi’ite des Qajars, se voient reconnaître une authentique légitimité musulmane5 ; ils constituent la dernière incarnation adéquate et complète — Din wa dawla, Religion et Etat — de l’Islam dans le siècle.

  • 6 Il est intéressant de noter que dans la série d’articles que nous dépouillons, chaque fois qu’un hi (...)

19C’est parce qu'elle appartient à cette histoire collective de la Umma musulmane et non pas simplement à l’histoire « individuelle » de l’Iran que la révolution islamique conduite par l’Imam Khomeiny est indissociable des événements qui se déroulent dans les autres parties du monde musulman6. Si l’histoire se répète, à la fois dans le temps — le colonialisme c’est la même chose que les Croisades —, et dans l’espace — de l’Iran à l’Egypte, en passant par l’Afghanistan, le Tchad, le Centre Afrique... —, c’est que la logique de tout « événement historique » se réduit à deux termes : l’obéissance à Dieu qui ne se détaille pas / la lutte contre lui qui est d’emblée totale. Au prix de cette réduction, l’histoire toute entière peut être ramenée à une série de cycles répétant l’alternance des termes de cette logique, dont l’enjeu contemporain est la laïcisation et la « dés islamisation » des sociétés musulmanes.

  • 7 Voir, par exemple, Fathi Abd al-Aziz. op. cit. p. 15 et s.

20Les guerres de libération ou les périodes de résistance populaire, dont les mouvements islamiques se voient reconnaître tout le mérite, constituent la réponse de l’Islam aux complots menés contre lui : les révolutionnaires algériens ou palestiniens, Orabi en Egypte, Mossadeq en Iran voisinent avec des mouvements dont la référence islamique est plus avérée : le Mahdi soudanais, les Senoussides en Libye ou les Frères musulmans égyptiens dans leur lutte contre l’occupant britannique7. Les succès qu’ils remportent contre le colonialisme et leur héroïsme irréductible attestent la continuité du message de l’Islam et les combats des musulmans fournissent à l’histoire son sens et sa positivité.

21Mais, et ceci n’est contradictoire qu’en apparence, les guerres de libération, expressions de la positivité islamique, peuvent apparaître simultanément, par leurs résultats mêmes, comme la plus grande victoire du « colonialisme athée » sur la communauté musulmane. Dans cette logique, la fin de la politique de la canonnière et l’émergence d’états « indépendants » ne signifie en rien un changement de nature dans la lutte à mort qui oppose l’Islam à l’athéisme occidental : si, tout au long de la période précédente, le colonialisme et le sionisme — ennemis de l’extérieur — étaient les aspects principaux de la domination étrangère, le flambeau a été repris, à l’intérieur même des sociétés musulmanes cette fois-ci, par les « soi-disant » régimes révolutionnaires, le nassérisme, le ba’thisme, la « Révolution blanche », le socialisme et autres nationalismes arabes :

  • 8 Il s’agit ici d’une allusion à l’épisode wafdiste en Egypte et à l’échec de l’expérience libérale d (...)

(...) Le courant laïciste et occidentaliste ne devait pas s’avouer battu après la défaite du libéralisme8 et il tenta de rattraper la situation et de barrer la route à toute solution islamique. Ce fut le début de la série des coups d’état militaires — dans lesquels la CIA américaine se taillait la part du lion — et commença à se manifester ce que l’on a appelé les « socialismes révolutionnaires » qui jouèrent le rôle d’alternative au libéralisme.

Cependant, si les appareils libéraux avaient joué leur rôle en mettant des obstacles sur la voie du mouvement islamique, par exemple en tentant de l’affaiblir par la quarantaine politique ou par des campagnes idéologiques, les organisations socialistes militaires ont joué le leur en recourant aux méthodes de la liquidation physique du mouvement islamique. Les socialistes anarchistes ont ainsi reconnu dans le mouvement islamique leur véritable adversaire politique... et pas seulement un adversaire idéologique (...)
Fathi Abd al-Aziz, Khomeiny, l’alternative islamique. Le Caire 1979, p.25

22En fait, c’est la création même de ces nouveaux états, leur conquête d’une prétendue « indépendance », là où il y avait auparavant l’unité des musulmans qui constitue la plus éclatante victoire de l’athéisme : conçus sur différents modèles, tous importés et « laïtiques », non musulmans, même s’ils se réclament de l’Islam, leur reconnaissance, soi-disant arrachée au colonialisme, n’est que le résultat d’un changement de tactique de sa part.

23Ce ne sont pas, dans l’ensemble, les objectifs économiques ou sociaux que se sont fixés les nouveaux états qui sont en cause : industrialisation, réforme agraire, nationalisation des grands moyens de production, accès à la puissance sont des objectifs que le « mouvement islamique » peut assumer. Ce qui est en cause, et ce qui constitue le dénominateur commun de tous les « ennemis » — passés ou présents, intérieurs ou extérieurs aux sociétés musulmanes — de la religion, c’est cette volonté de lui substituer, comme fondement idéologique et comme source de la légitimité politique dans les sociétés musulmanes, des idéologies de rechange, socialisme arabe, nationalisme ou démocratie, toutes fondées sur la séparation du politique et du religieux.

24Dans cette logique qui réduit l’action historique à deux rôles, l’identification des acteurs de l’histoire est, elle aussi, simplifiée à l’extrême :

(...) Quand nous parlons de l’Occident, nous désignons par ce terme la civilisation contemporaine qui est apparue en Europe avec la réforme religieuse de 1515 et qui a pris sa forme propre avec l’explosion de la révolution industrielle en Angleterre et en France vers le milieu du XVIIIème siècle.

Maix il serait faux de penser que cette civilisation se divise en un Ouest capitaliste et un Est communiste parce que dans les deux cas, l’essence est la même.(...).
Abd al-Ghani Aboud : La civilisation occidentale détruit l’homme ! Al-Da’wa, Janvier 1979. p. 26 et 27.

25Le conflit entre les deux super-puissances, que ce soit sur le plan de leurs ambitions hégémoniques ou sur le plan de la compétition idéologique se trouve ainsi relégué au second niveau par l’opposition manichéenne de la Croisade et de la Vraie Religion. Contre l’Islam, Union soviétique et Etats- Unis sont complices : témoins les coups d’état communistes au Yémen du sud ou en Afghanistan, ou encore l’émigration des Juifs d’Union soviétique vers Israël. Les Etats- Unis, leur absence de réaction concrète contre le complot soviétique dans ces pays le prouve, préfèrent voir le communisme dans un pays plutôt que l’Islam. Et quand ils disent qu’ils ne laisseront pas les Soviétiques exporter le communisme à partir de l’Afghanistan ou du Yémen démocratique, il faut en comprendre que l’Amérique donne carte blanche à Moscou pour exporter le communisme dans ces deux pays ! De même, l’URSS ouvertement complice des Etats- Unis, préfère voir Israël occuper le troisième des « Haramayn » (lieux saints de l’Islam de la Mekke et de Médine) plutôt que d’y voir les musulmans. Le recentrement de la carte stratégique mondiale sur les Lieux saints musulmans qu’opère l’un des textes que nous présentons prend ici tout son sens.

26Face aux entreprises de l’athéisme, la « poussée islamique » (al-madd al-islami) s’incarne dans différents mouvements qui tous concourent au même objectif : faire triompher le renouveau de l’Islam par sa restauration sous sa forme originelle. D’accord sur l’essentiel — le retour à l’Islam authentique —, les diverses composantes du « mouvement islamique » doivent pouvoir s’entendre sur les détails :

(...) En définitif, voilà ce qu’il convient de penser à propos des chi’ites duodécimains qui constituent l’immense majorité des chi’ites à l’heure actuelle. [Ce sont des gens] qui attestent qu’« Il n’est de Dieu que Dieu, qu’il est un, que rien ne ressemble à Sa Face, et que Muhammad est son prophète qui nous a transmis sa révélation. [Ce sont des gens] qui croient en ce que nous ont annoncé les Envoyés et les Prophètes. De surcroît, ils croient en l’imamat d’Ali et de sa descendance, affirment qu’ils étaient plus dignes de l’imamat que personne d’autre et disent qu’ils étaient les meilleures des créatures après le Prophète de Dieu.

  • 9 Pour sceller la réconciliation entre sunnites et chi’ites, les chroniqueurs peuvent encore renvoyer (...)

Quoi qu’il en soit, de telles croyances à propos de l’imamat ne constituent pas une raison d’exclusion ni une cause d’infidélité, parce qu'il ne s’agit là que d’un problème de personnes et que rien de ce que les sunnites considèrent comme les piliers de l’Islam n’est en cause. De plus, même s’ils considèrent la croyance en l’imamat des douze imams comme obligatoire, ils ne considèrent pas comme mécréant ou non-musulman celui qui refuserait de l’admettre. (...)9.
Fathi Abd al-Aziz, op. cit. p. 59

27La « poussée islamique » est d’autant plus posée comme unitaire que le retour au modèle médinois est supposé garantir non seulement une réunification doctrinale mais aussi et surtout une réunification politique de la communauté musulmane autour du califat restauré de son Prophète.

28La revue al-Da’wa présente ainsi les résolutions adoptées lors d’une rencontre entre l’Imam Khomeiny et une délégation de l’Organisation islamique internationale : « 1 — Formation d’un front islamique pour délivrer les musulmans, où qu’ils se trouvent de l’oppression. 2 — La révolution iranienne est partie intégrante de la révolution islamique mondiale. Ses succès doivent être mis au service du renforcement des mouvements et de organisations islamiques ».

29Question : Quelle doit être la position du musulman par rapport aux derniers événements d’Iran ?

30J’invoque le secours de Dieu contre le Démon, maudit soit-il. + Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux. + Loué soit le Seigneur des mondes. + Et béni le plus noble de Ses Envoyés, notre Seigneur Muhammad + Bénie soit sa maison et bénis ses compagnons + Ainsi que ceux qui croient en sa Mission, et ce jusqu’à la fin des temps. +

31Tout musulman doit éviter de se hâter de porter un jugement à partir des informations qui lui parviennent, qu’elles soient générales ou particulières, avant que leur vérité ou leur fausseté ne soient attestées, conformément à la parole de Dieu qui dit : « Si un homme méchant vous apporte quelque nouvelle, cherchez d’abord à vous assurer de sa véracité, autrement vous pourriez faire du tort à quelqu’un sans le savoir et vous vous en repentiriez ensuite. (Coran, XLIX, 6).

32En ce qui concerne les événements d’Iran : s’il en considère les mobiles, tout homme raisonnable ne peut manquer de conclure qu’il s’agit de motifs nobles et élevés. De même, il ne peut manquer d’admettre que les causes qui ont provoqué ces événements ne pouvaient qu’entraîner de tels résultats.

33Ainsi, nous savons de source sûre, avec l’entière certitude découlant de la transmission de l’information sans interruption de la chaîne des garants, qu’un homme se présentant comme « roi des rois », « empereur », « héritier du trône de Chosroês et du trône du Paon » gouvernait un territoire appartenant à l’Islam. De la même façon, nous savons avec toute la certitude requise que cet homme est responsable de nombreuses victimes dans les rangs des propagateurs de l’Islam, de ses imams et de ses combattants dont beaucoup sont morts et dont peu ont survécu. Nous ne pouvons oublier le martyre Nawab Safawi ni l’imam et le combattant qu’était l’Ayatollah Kachani, pas plus que nous n’oublierons Muhammad Mossa-deq... !

34Ainsi, si nous nous rapportons au Livre de Dieu et aux Traditions de son Prophète nous constatons que le Livre de Dieu nous incite à un régime politique fondé sur la consultation (Choura) et qu’il rejette la tyrannie et l’oppression. « Tu n’es pas chargé de les contraindre ! » (Coran, IX, 45). De même, le Prophète dit : « Le plus vil des noms est celui d’un homme qui s’appellerait « roi des rois ». Il dit de même : « Si Chrosoès meurt que plus jamais après lui il n’y ait d’autre Chrosoès ! Et si César meurt, que plus jamais après lui il n’y ait d’autre César ! » Ces hadiths sont rapportés par Boukhari dans son Sahih ainsi que par d’autres que lui.

35En réfléchissant sur ces hadiths authentiques, on parvient à la certitude du fait qu’un gouvernant qui se cramponne à un décorum et à une titulature antéislamique et à tout ce qu’interdit explicitement le Prophète ne peut être compté que dans les rangs de ceux qui se révoltent contre Dieu et qui défient Son autorité, ceux dont le destin, comme le rapporte le Prophète, est d’être rabaissés plus bas que terre. Si des musulmans renversent un régime comme le sien, s’ils se débarrassent de sa tyrannie, s’ils vouent obéissance à ceux qui la méritent, aux chefs religieux, aux savants, aux hommes de grande piété et de mœurs ascétiques, le devoir des musulmans dans toutes les parties du monde est de les soutenir et de demander à Dieu de guider leurs dirigeants et de les aider à persévérer dans la vérité. Les musulmans doivent prier le Seigneur de ne pas rétablir sur eux le pouvoir des tyrans et des oppresseurs, de tous les ennemis de la religion, pour que le mouvement islamique ne revienne pas en arrière ni ne ralentisse sa marche, et pour que rien ne vienne amoindrir son triomphe ni la honte de ceux qui ne voulaient pas que soit rétabli le règne de Dieu et restaurée la gloire de l’Islam.
Muhammad Naguib al Mouti’i « al-I’tisam », Février 1979, p. 39 Consultation au lecteur sous forme de consultation légale (Fatwa).

36... Il n’est pas étonnant que l’Occident ait décrit la poussée islamique au Tchad comme un mouvement séparatiste et les musulmans tchadiens comme des révoltés, ni qu’il s’en soit pris à la poussée islamique au Pakistan en parlant de « sauvagerie », pas plus qu’il n’est étonnant que le mouvement islamique en Afghanistan ait été accusé d’être anachronique et rétrograde. Il n’est pas étonnant non plus que l’Occident ait versé des larmes sur le Chah d’Iran, affirmant que les musulmans sont en train de replonger ce pays dans les brumes du Moyen âge. Par contre, ce qui est plus surprenant, ce sont les réactions qui se sont produites au niveau du monde arabe. Il s’est trouvé des gens, parmi les arabes pour verser des larmes sur Zulfiqar Ali Butho et pour envoyer des télégrammes d’intercession en sa faveur ! D’autres ont été frappés de stupeur et ont donné libre cours à leur chagrin quand ils ont vu décliner l’étoile du Chah. Ils se sont mis à représenter la situation en Iran comme si elle était un danger pour la sécurité du Golfe et pour l’ensemble du monde arabe. Les politiciens occidentaux entreprennent alors des manœuvres dans le but de créer au Moyen-Orient une alliance englobant l’Arabie Saoudite, Israël, l’Egypte et la Jordanie, à même de constituer le fer de lance contre ce prétendu danger ! (...).

37Le respect de la vérité nous conduit cependant à faire la distinction entre les positions des dirigeants et celles des peuples. Les peuples, en effet, en dépit de tous les coups reçus, soutiennent de tout leur cœur les mouvements islamiques et se mobilisent à leur coté. (...).

38Parmi les innombrables problèmes qui ont fait exploser la révolution en Iran, celui de la « modernisation » ne concerne pas simplement ce pays mais c’est l’ensemble des pays musulmans qui y est confronté. Le problème est que le mot « modernisation » a un sens pour les gouvernants mais qu’il en a un autre pour les gouvernés, et notamment pour les propagateurs de l’Islam et ceux qui luttent en sa faveur. Pour les gouvernants, il signifie importer le mode de vie occidental sous tous ses aspects : boîtes de nuit... troupes de danseuses du ventre... académies de cinéma et de théâtre où l’on passe des films et où l’on joue des pièces qui attestent au grand jour la faiblesse de l’opinion publique musulmane. Les femmes se mélangent aux hommes sans contrôle et sans surveillance... Les deux sexes se retrouvent pour danser et les femmes sortent dévoilées, presque nues au nom de la libération de la femme et de la reconnaissance de ses droits ! Pour les dirigeants, moderniser cela signifie également trancher tous les liens qui rattachent le présent au passé... L’Islam est une religion ? Alors qu’il reste dans les mosquées, disent-ils. Quant aux religieux, ils deviendront des fonctionnaires qui percevront un salaire évalué en fonction du nombre de génuflexions accomplies ou de la longueur de sermons sans intérêt ! Le socialisme est à la mode en Egypte, et la laïcité est son maître-mot, et ces slogans ne sont pas facultatifs ! Pour les partisans de l’Islam et pour les peuples, à l’opposé, la modernisation cela signifie conquérir la science et la puissance et rejeter les apparences trompeuses empruntées à l’Occident. Cela signifie se fonder sur l’Islam, ses traditions et son mode de vie. Ce qui est véritablement étonnant, c’est que ces gouvernants qui levaient bien haut le flambeau de la modernisation telle qu’ils la conçoivent n’ont réussi qu’à créer des théâtres et des salles de cinéma et à entraîner la femme sur la voie du vice et de la déchéance mais qu’ils ont échoué à faire avancer la roue du progrès économique et technologique d’un seul centimètre en avant (...).
Abd al-Mun’im Gabbara : Khomeiny, entre les espoirs des musulmans et les complots de la croisade et du communisme.. « Al-Da’wa », Avril 78. p. 7

39(...) Les gouvernants de l’Irak font la guerre à l’Islam ! Ceux de Syrie tuent des musulmans ! Le régime afghan fait appel aux athées pour venir à bout des musulmans ! Et on voudrait nous faire croire que tout cela n’est pas prémédité et n’obéit pas à un plan préétabli ? L’Amérique a des relations financières considérables avec l’Irak. Elle fournit une aide immense au régime de Hafez al-Asad. Il est devenu évident, depuis que Carter a déclaré qu’il ne permettrait pas aux troupes soviétiques de dépasser l’Afghanistan — donnant par là carte blanche aux Soviétiques à l’intérieur de l’Afghanistan — que l’Amérique désire vivement voir s’implanter le communisme dans ce pays. Enfin, l’Amérique a des comptes à régler avec l’Iran. Comment admettre, après tout cela, que la main de l’Ouest et celle de l’Est sont étrangères à la guerre entre l’Irak et l’Iran ? (...)

40Cette guerre, résultat des manigances américano-communistes, a pour objectif de détourner l’attention du monde musulman de l’usurpation par Israël du droit des musulmans. Elle vise à maintenir les musulmans de cette région du monde dans une situation de conflit perpétuel, s’opposant les uns aux autres au plus grand bénéfice de l’Est et de l’Ouest. (...).

41Le moment n’est-il pas venu pour les dirigeants des pays musulmans de comprendre le danger mortel qui les menace ? Ne réalisent-ils pas quel gaspillage humain et financier, spirituel et matériel ils imposent à leurs peuples ? Si de tels affrontements sanglants se poursuivent, pourquoi Israël et ses amis se fatigueraient-ils à combattre les musulmans alors que leurs dirigeants eux-mêmes s’empressent de réaliser tous leurs plans et d’affaiblir le moral et la force spirituelle des musulmans, tout en prenant eux-mêmes en charge la lutte contre les propagandistes de l’Islam avec la plus extrême violence ? C’est nous-mêmes qui nous portons ces coups ! C’est nous-mêmes qui nous affaiblissons devant nos ennemis, qui nous ôtons la possibilité de leur résister ! Ces armes que les musulmans payent avec leur sang, les gouvernements des pays musulmans les retournent contre eux au lieu de s’en servir contre nos ennemis ! Ainsi, nous perdons l’argent, les armes et, en plus, on tue des musulmans avec ces mêmes armes ! N’est-ce pas là la conséquence logique des actions de ces gouvernants qui n’échapperont pas au châtiment divin, en ce jour où ni argent, ni armes, ni complices, ni soldats, ni alliance occidentale ou traité avec l’Est ne leur serviront plus à rien ! (...).
Omar al-Talmasani : La guerre entre l’Irak et l’Iran : la honte des musulmans ! « Al-Da’wa », 54, Octobre 1980, p. 4 et s.

2.2. — Le soutien à la révolution islamique : un devoir pour tous les croyants

42Nous avons tenté de montrer comment la révolution islamique en Iran trouvait sa place dans une vision du monde ordonnée par l’opposition manichéenne de l’Islam et de la Croisade, dont la révolution iranienne se présente comme le dernier épisode.

43Mais les textes que nous présentons nous font témoins d’un autre processus dont les enjeux ne sont pas moindres : l’articulation de la révolution iranienne à l’histoire globale de l’Islam débouche sur des prises de position en sa faveur qui ne concernent plus simplement une représentation du monde ou de l’histoire mais bien directement la lutte politique.

44Ainsi, à un premier niveau, la position de soutien que les revues du mouvement islamique adoptent vis à vis de la révolution de l’Imam Khomeiny, déclarée fondamentalement islamique, s’accompagne de l’ « identification », on pourrait dire de la dénonciation, de ceux qui, refusant ce soutien, se désignent eux-mêmes comme « ennemis de l’Islam » :

(...) La révolution victorieuse de l’Imam Khomeiny est en butte, depuis qu’elle a réussi à prendre pied sur la terre de l’Iran frère, à une guerre sans merci, dont la violence s’est encore accrue ces derniers temps. Cette guerre vise à étouffer l’étincelle révolutionnaire et à réduire à néant la réalisation de ce que les musulmans appellent de tous leurs espoirs depuis des lustres... depuis que s’est abattue sur eux la Croisade armée de l’Occident, dans le courant du siècle dernier. Au début, les attaques étaient simplement verbales (...) mais les batailles de la propagande se sont transformées en guerre ouverte, en déluge de feu et de fer... Le sang coule...

Qui est l’assassin ? Une poignée d’agents de l’Est et de l’Ouest !

Qui sont les commanditaires ? L’Occident croisé, sous la direction des Etats-Unis et l’Orient communiste sous la direction de l’Union Soviétique. Et derrière tous ceux-là, les juifs, avec leurs instruments de propagande hystérique et mensongère !

Qui est la victime ? Le peuple musulman d’Iran !

Mais l’assassin n’a pas réussi à perpétrer son crime. Et la victime n’est pas décidée à accepter le destin que lui réservent les ennemis de l’Islam et de l’humanité.

La révolution iranienne a fait front, face à ces agents [de l’Occident], qu’il s’agisse des séparatistes, des chauvinistes, des gauchistes haineux ou des libéraux laïcistes...
Hilmi Muhammad al-Qa’oud : ces frères ennemis qui combattent Khomeiny veulent ramener l’horloge en arrière !
« 
Al I’tisam », Janvier 1980, p. 28 et 29.

45D’un horizon plus ou moins mythique, on se trouve ainsi ramené à l’intérieur de l’espace où se meuvent les groupes islamiques et où circulent leurs publications, c’est à dire en Egypte même et dans le monde arabe où la révolution iranienne sert de révélateur des antagonismes politiques, économiques et sociaux qui opposent les états et les régimes de la scène Moyen-orientale. La révolution islamique en Iran se trouve ainsi utilisée comme une sorte de dispositif par lequel les différentes composantes de la société et du corps politique des états de la région sont sommées de prendre position, non pas tant vis à vis de l’Imam Khomeiny que vis à vis de l’Islam lui-même, dans la définition qu’en donne le « mouvement islamique ».

46Au terme de ce processus de délimitation des camps en présence sur la scène politique, les revues islamiques et ceux au nom de qui elles parlent peuvent identifier leurs cibles, désigner leurs ennemis — non plus « la croisade » mais tel ou tel régime, tel ou tel parti, tel ou tel individu ou « classe — et assigner des objectifs politiques concrets à leur lutte.

  • 10 Sur la façon dont les revues islamiques égyptiens envisagent les rapports des musulmans avec les Et (...)

47Sur la scène politique, l’ennemi c’est bien sûr l’Occident, mais non plus sous la forme abstraite de la croisade : il s’agit plutôt de cet Occident quotidiennement présent physiquement dans les sociétés musulmanes. Ce sont ces relations économiques inégales, « usuraires » (ribawiyya) qui inondent les marchés musulmans de marchandises importées et qui drainent vers l’Occident les richesses du monde musulman. Ce sont ces alliances militaires nouées avec les superpuissances « ennemies de la religion » et qui se soldent par la présence massive de « conseillers » militaires ou techniques qui détiennent les leviers de commande et qui s’en servent pour comploter contre l’Islam. Ici, le mécanisme de la dénonciation est simple : l’Amérique est le pire ennemi de l’Iran islamique, grand Satan responsable depuis plus de trente ans du maintien de la dynastie des Pahlévi et d’un « empire perse », pure résurgence antéislamique. Comment un pouvoir, s’il est authentiquement musulman pourrait-il accepter de s’allier à l’Amérique ou d’avoir avec elle quelque relation que ce soit, si ce n’est la combattre.10. Le même raisonnement valant pour l’Union soviétique athée et communiste, qui opprime les musulmans de « ses » républiques asiatiques et a envahi l’Afghanistan, ou pour l’Europe chrétienne, berceau des croisades et du colonialisme. De l’Occident, on passe ainsi à tous ceux qui, de l’intérieur, exécutent ses complots, tous ces régimes qui, comme lui, ont peur du mouvement islamique et sont prêts à tout pour l’enrayer :

(...) Les communistes ont envahi l’Afghanistan et sèment la mort et la désolation sur leur passage... L’Amérique a déclenché cette sale guerre dans le Golfe dont les seuls à payer le prix sont les peuples d’Irak et d’Iran. ... C’est encore l’Amérique qui a organisé le coup d’état militaire en Turquie avec pour objectif la liquidation du mouvement islamique... Dans le même temps, l’agent double Hafez al-Asad fait couler le sang du peuple musulman de Syrie avec une barbarie sans précédent dans l’histoire... Et le tyran Kadhafi, ce nain vendu à l’étranger a fait de son pays une prison pour le peuple libyen.

Ce sont l’Islam et la renaissance islamique qui sont visés par les attaques de la croisade juive communiste. Mais le parti de Dieu vaincra ! (...).

48Gaber Rizq : La propagande occidentale et arabe tente de dissimuler les victoires et de démoraliser les partisans de la révolution dans le monde !

49« Al-I’tisam », Décembre 1980, p. 36 à 39.

  • 11 Pour l’analyse de la guerre irako-iranienne par les revues du courant islamique égyptien, on peut s (...)
  • 12 Ses relations avec le régime alaouite de Hafez al-Asad sont sans doute le point de divergence fonda (...)

50Dans la hiérarchie de l’hostilité vouée à l’Islam, le régime irakien, qui, sur ordre des Etats-Unis déclenche une guerre contre la République islamique pour récupérer ses otages, détourner l’attention des exactions sionistes en Palestine et « punir » l’Iran, obtient la première place11.. Quant à la Syrie alaouite, si elle soutient l’Iran et si elle lui livre des armes, c’est là encore sur ordre des Etats-Unis, pour entretenir la guerre entre l’Irak et l’Iran et détourner l’attention de la répression que le régime ba’thiste fait subir aux musulmans de ce pays12. Mais comment ne pas voir que c’est avant tout le régime égyptien qui est en cause : non seulement il revendique la position d’allié privilégié des Etats-Unis dans la région et il traite avec Israël, mais encore il prend ostensiblement position contre la révolution islamique, dont il fait son cheval de bataille contre la définition de l’Islam que défend le courant islamique, et va jusqu’à donner asile au Chah déchu « au mépris des sentiments des musulmans d’Iran. »

51L’ennemi, à l’intérieur même des sociétés musulmanes, ce sont encore les classes dirigeantes, ces bourgeoisies consommatrices d’occidentalisation qui introduisent les perversions et les vices de l’Occident au cœur de la société musulmane et incarnent en acte ses modes de vie, ses valeurs et sa conception des rapports sociaux. Ce sont la presse, les intellectuels qui se font le relai de modes de pensée et d’idéologies importées et qui sèment le doute dans l’esprit des musulmans.

  • 13 Les revues du courant islamique égyptien ont consacré un espace considérable à la dénonciation du r (...)

52On peut trouver dans la contre-campagne engagée par les revues islamiques contre les organes d’information égyptiens, à propos de la révolution iranienne, une illustration du fonctionnement de ce dispositif de dénonciation : au nom de la défense de la république islamique, peut être prononcée une condamnation sans appel de ce que l’on peut bien considérer comme l’un des fondements essentiels du régime égyptien, sa presse13.

(...) Aucun de ceux qui connaissent la nature opportuniste de la presse gouvernementale égyptienne n’a été étonné de la position qu’elle a adoptée par rapport à l’Iran musulman et à l’Imam Khomeiny. En effet, il s’agit là d’une presse qui a fait ses premières armes dans le giron de la tyrannie, sous le règne de Gamal Abd al-Nasser et qui a pris l’habitude de la dissimulation et de toutes les volte-face. Une presse qui ne connait ni la honte, ni les limites de la simple pudeur ! (...).

Le principal souci de la presse gouvernementale égyptienne, après la mort du tyran zoroastrien aura été de l’innocenter et de tenter de justifier ses erreurs, sous le fallacieux prétexte qu’une fois mort, il appartenait à l’histoire et que c’était à l’histoire de le juger ! Quant à Khomeiny et à la révolution du peuple musulman d’Iran, notre presse gouvernementale n’a pas cette répugnance à les condamner et elle n’hésite pas un seul instant à décrire la révolution de l’imam Khomeiny comme un régime sanguinaire, barbare et hystérique ! (...)

Nous savons très bien ce qui pousse les gens qui dirigent la presse gouvernementale à mener cette campagne. Il suffit de savoir que plus de 80 % des cadres de la presse égyptienne ne jeûnent pas pendant Ramadan. (...).

53Editorial d’« al-I’tisam », Il est mort le Roi des rois... Celui dont le dernier espoir fut de trouver un lit d’hôpital !, Août 1980, p. 3 et 4.

54Le critère que constitue la prise de position par rapport à la révolution iranienne a même pu servir à dénoncer nominalement des individus pour leurs positions antéislamiques. Ainsi, pour s’en être pris à l’Imam Khomeiny, le Docteur (en médecine) Mustafa Mahmoud, publiciste et « vulgarisateur » de renom, dont les prises de positions publiques et les « conversions » ont parfois défrayé la chronique, est l’objet d’une campagne de dénonciation en régie qui va bien au-delà de son hostilité à la révolution iranienne :

(...) Le Docteur Mustafa Mahmoud a passé une partie de sa vie dans le doute et l’agnosticisme. Puis il a annoncé qu’au terme de cette période il était revenu à la foi en Dieu, à l’Islam comme religion, et qu’il reconnaissait Muhammad comme Prophète de l’Islam.

Je ne doute pas que tout musulman sincère, qui veut le bien de son frère, n’ait pu que se réjouir de cette heureuse conclusion et ne lui ait souhaité de persévérer dans la Voie droite. (...)

Pourtant, le Docteur M. Mahmoud devait encore nous réserver des surprises, dont la dernière en date est un article publié par le quotidien al-Ahram sous le titre : « Voilà où sont les vrais problèmes, ô Khomeiny ! »

Dans cet article, l’auteur s’adresse directement à l’Imam à l’Ayatollah Kho-mayni, au Guide de la révolution iranienne qui a ébranlé le monde et bousculé les ennemis de l’Islam, de l’Est comme de l’Ouest ! (...) Et c’est à cet homme éminent que le Docteur Mahmoud se permet de s’adresser sans lui décerner le moindre titre et sans la plus simple trace de respect... Comme si cet homme éminent était un simple élève en train de recevoir une leçon de Coran, de Sunna ou de bonne conduite de son professeur Mustafa Mahmoud ! (...)

A la fin (de son article), Mustafa Mahmoud [feint] de se demander qui exercera le pouvoir dans l’état islamique. Les cheikhs ? Les prédicateurs de mosquée ? Sous entendant par là qu’il ne s’agirait là que du passage d’une démagogie démocratique à une autre, pire encore, celle des prédicateurs de mosquée ! Et il conclut son article en disant : « Nous avons besoin d’une compréhension moderne du système politique musulman — si l’Islam veut revenir sur le devant de la scène. Tel est le vrai problème, ô Khomeiny ! »

Le docteur Mahmoud s’est ainsi trahi et il a révélé sa véritable nature. Il est de ceux qui sont partisans d’une « interprétation moderniste » de l’Islam ! Nous avons longuement exposé dans les pages de cette revue ce que nous pensons de cette doctrine... Ce qu’ils entendent par un « islam moderniste », c’est de permettre aux femmes de sortir nues ou presque, de côtoyer les hommes dans n’importe quel endroit ! Ils veulent un Islam qui, au nom de l’art et de la liberté autorise les chansons impudiques, les films de sexe et les feuilletons que diffusent la radio et la télévision — pour ne rien dire des cinémas et des théâtres où l’on répand l’athéisme et le libertinage, et où l’on pervertit les mœurs. Ils veulent un Islam qui autorise tout ce que l’Islam est venu proscrire ! C’est cela le vrai problème, Docteur Mustafa Mahmoud !
Saleh’ Achmawi : C’est cela le vrai problème, Docteur Mustafa Mahmoud !
Al-Da’wa, 30, Juin 1979, p. 14 et 15.

55Ainsi, à l’amalgame des croisades au colonialisme, et des guerres de libération au Jihad islamique, correspond un autre amalgame qui assimile les uns aux autres les différents régimes qui occupent la scène du Proche-Orient : le nassérisme ou le ba’thisme c’est comme le communisme, qui est comme le nationalisme ou le libéralisme... pour dresser le tableau de la confrontation entre « le peuple musulman », d’une part, tout ce qui n’est pas lui, d’autre part.

56Le « mouvement islamique » gagne à cette globalisation la possibilité de s’identifier à ce « peuple musulman » en s’instituant son porte-parole et son mandataire sans avoir à se découvrir davantage aux coups des « ennemis de l’Islam ».

57Il y gagne également la possibilité de s’avancer « à mots couverts », lançant des anathèmes mais sans jamais trop préciser contre qui on les lance.

58Mais un autre amalgame se précise, plus dangereux celui-là : les politiques laïcistes des régimes syrien, irakien, égyptien et, au premier chef, de l’ancien régime iranien se trouvent, parfois implicitement mais le plus souvent explicitement, associées à l’existence et aux complots de minorités religieuses ou ethniques à l’intérieur de ces pays.

59Vendu à l’étranger, anti-musulman par essence, un régime comme celui du Chah d’Iran ne peut parvenir à s’assurer la base économique et sociale indispensable à sa survie qu’en s’assurant les services de deux types d’agents : les « experts » étrangers et les minorités :

(...) Le Chah avait placé le contrôle des forces armées entre les mains de commandements aux sympathies occidentales, totalement dévoués à son service, ou entre celles de Baha’i encadrés par des conseillers étrangers, américains ou israéliens... (...)

De même, les juifs et les arméniens se sont emparés du commerce (...)
Abd al-Moun’im Salim Gabbara : Le sang des musulmans coule sur les échafauds et c’est eux qu’on accuse de meurtre et de terrorisme ! Al-Da’wa, Avril 1979, p. 8 et s.

Quand à la Syrie, le pouvoir dans ce pays est aux mains (...) d’un régime naçirite-alaouite hérétique sous les ordres du descendant des Carmates, Hafez al-Asad, qui a été installé au pouvoir par toutes les forces croisées, sionistes et communistes pour venir à bout des musulmans de Syrie.(...).
Gaber Rizq : Les crimes du tyran de Syrie contre l’Islam et les musulmans. al-Da’wa, Octobre 1980, p. 8 et s.

  • 14 Hilmi Muhammad al-Qa’oud : Saddam Hussein, élève de Michel Aflaq, prétend mener une nouvelle Qaddis (...)
  • 15 Al Da’wa. Pour un condensé saisissant du « complot copte » tel que le présentent certaines composan (...)

60En Iraq, ce sont les mêmes forces qui ont installé Saddam Hussein et qui le manoeuvrent par l’intermédiaire du chrétien Michel Aflaq, fondateur du parti Ba’th14. Et quand, en Egypte, les moines coptes du monastère de Wadi Natroun se demandent s’ils n’ont pas exhumé les restes de Jean-Baptiste, c’est, selon al-Da’wa, pour détourner l’attention de leurs activités suspectes et de leurs menées contre l’Islam15. Les minorités religieuses ou ethniques peuvent ainsi, au besoin, être désignées comme une sorte d’incarnation du complot contre l’Islam, à la fois son symbole et l’agent de sa mise en œuvre.

  • 16 Voir par exemple : Ibrahim Zaydan : Le jeu satanique de l’antisémitisme. Al-Da’wa, Octobre 1980, p. (...)

61C’est à ce niveau que l’on peut tenter de percer la « logique » de l’antisémitisme et des positions anti-chrétiennes virulentes des revues islamiques. Les juifs et les chrétiens, présentés comme une sorte de paroxysme de l’Occident, aussi extérieurs à l’Islam que ce dernier et aussi mal intentionnés que lui à l’égard de la religion du Prophète, n’en sont pas moins présents, tout au long de son histoire, au cœur même de la société musulmane et ils font partie de son histoire. Présents, ils le sont déjà à la Mekke, où ils font l’objet d’une exclusion prononcée par le Prophète lui-même ; présents, ils le sont encore (Israël) tel un corps étranger implanté par le colonialisme au cœur du monde musulman ; présents, ils le sont enfin dans les sociétés musulmanes contemporaines, où ils constituent des minorités plus ou moins importantes et plus ou moins agissantes. On s’expose à de graves contresens si l’on méconnait le caractère « symbolique », « fonctionnel » de cet antisémitisme et de cet antichristianisme. Sauf exception, aucun caractère « racial » n’entre en considération et les personnes mêmes des juifs ou des chrétiens ne sont pas porteuses d’on ne sait quelle marque d’infamie indélébile qui les vouerait de toute éternité à cette exclusion. Un juif ou un chrétien qui se convertirait à l’Islam deviendrait un musulman à part entière. Karl Marx était juif et communiste, pas communiste parce que juif. Dans la logique qui est celle de nos textes, la dénonciation des minorités religieuses ou ethnique n’est « pertinente » que dans la mesure où on leur fait symboliser l’usurpation même du pouvoir dans la société musulmane et parce qu’il est facile, du fait de cette sorte d’ubiquité historique qui est la leur, de cristalliser sur eux le paradigme de l’exclusion par Mahomet des juifs de Médine et tous les refus opposés au fait accompli israélien. Les revues islamiques se plaisent à répéter que tant que l’état a été véritablement islamique (c’est à dire sans interruption de l’Etat de Médine à la chute du califat ottoman) juifs et chrétiens ont vécu en paix, à leur place, dans la société musulmane. C’est seulement quand celle-ci cesse de l’être — et parce qu’ils cherchent à profiter de la situation, que le conflit se réveille16.

62Ainsi, en poussant peut être un peu loin le paradoxe, on pourrait dire que quand éclatent des incidents confessionnels en Egypte, au cours desquels des chrétiens sont

  • 17 Nous sommes bien conscients que cette remarque ne s’applique pas au cas de la communauté baha’ie d’ (...)

63visés, ce ne sont pas tant eux qui constituent la cible réelle de l’opération mais bien le régime lui-même, et la confessionnalisation des troubles doit être comprise comme un avertissement adressé au régime de reconsidérer le statut qu’il prétend assigner à l’Islam dans la société, et comme la dénonciation « symbolique » de l’illégitimité de l’Etat17

Notes

1 Voir par exemple : Omar al-Talmasani : La guerre irano-irakienne : la honte des musulmans ! Al-Da’wa, 54, Octobre 1980 p. 4 à 6

2 L’attentat perpétré contre Gamal Abd al-Nasser à Manchiya. le 26/10/1954, attribué aux Frères musulmans marque le début d’une période de répression sans pitié menée contre la confrérie fondée par Hassan al-Banna par le régime égyptien, répression au terme de laquelle ses principaux chefs — dont Sayyed Qutb. — devaient être exécutés.

3 Fatili Abd al-Aziz : Khomeiny l’alternative islamique, Le Caire, Dar al-I’tisam. 1979, p.26 et s.

4 Sur la position des revues islamiques égyptiennes par rapport à l’état ottoman : Abd al-Halim ’Uwayss : Kamal Ataturk, le pire ennemi de l’Islam à l’époque contemporaine. Al-Da’wa, Juillet 1978 p. 15 et s.

5 Le moindre des mérites des Ottomans, et particulièrement d’Abd al-Hamid, — n’est pas, aux yeux des chroniqueurs islamiques, d’avoir refusé de vendre la Palestine aux Sionistes. Voir, par ex. Gaber Rizq : Pourquoi le Sultan Abi al Hamid a refusé de vendre la Palestine aux Juifs. al Da’wa 26, Novembre 78 p. 10 et s.

6 Il est intéressant de noter que dans la série d’articles que nous dépouillons, chaque fois qu’un historique de la révolution iranienne est esquissé, les autres composantes de la « poussée islamique (al-madd al-islami) sont mises en parallèle. Sont cités, dans les divers articles, en plus du Pakistan et de l’Indonésie : la Libye, la Syrie, l’Afghanistan, le Tchad, le Sénégal, l’Ouganda, la Côte d’Ivoire, les Philippines, l’URSS et la Birmanie.

7 Voir, par exemple, Fathi Abd al-Aziz. op. cit. p. 15 et s.

8 Il s’agit ici d’une allusion à l’épisode wafdiste en Egypte et à l’échec de l’expérience libérale dans ce pays, à laquelle, la révolution de 1952 — le « socialisme militaire anarchiste » — vient mettre un terme.

9 Pour sceller la réconciliation entre sunnites et chi’ites, les chroniqueurs peuvent encore renvoyer à une fatwa rendue par le grand imam Mahmoud Chatlout, recteur d’al-Azhar, en 1959 : « La doctrine ja’farite, connue sous le nom de doctrine imamite duodécimaine est une doctrine qu’il est licite d’adopter, comme toutes les autres doctrines sunnites. Les musulmans doivent l’accepter et se débarrasser de tout fanatisme par rapport à quelque doctrine que ce soit », cité par Fathi Abd al-Aziz, op. cit., p. 60.

10 Sur la façon dont les revues islamiques égyptiens envisagent les rapports des musulmans avec les Etats-Unis, on peut se rapporter à : Omar al Talmasani : L'Amérique du point de vue islamique, al-Da’wa. 28 Décembre 79. p. 4 et 6.

11 Pour l’analyse de la guerre irako-iranienne par les revues du courant islamique égyptien, on peut se reporter à : Muhammad Abd al-Qouddous : La guerre irako-iranienne est la plus sanguinaire et la plus destructrice qui ait jamais opposé des musulmans à d’autres musulmans ! Al-I’tisam, Octobre 1980, p. 10 à 14.

12 Ses relations avec le régime alaouite de Hafez al-Asad sont sans doute le point de divergence fondamental entre la révolution iranienne et le courant islamique égyptien qui adresse une « Lettre ouverte à l’Ayatollah Khomeiny et aux combattants de l’Islam en Iran pour les exhorter à reconnaître « la similitude entre le « Chah » de Syrie et le Chah d’Iran et pour enjoindre l’Iran de ne pas se compromettre avec un régime qui a vendu le Golan à Israël et qui mène une campagne d’extermination contre les musulmans de Syrie, Al-I’tisam, Février 1980, p. 6 et 7. Egalement : Gaber Rizq, La chute du Golan et la trahison de Hafez al-Asad, al-Da’wa, 30. Septembre 1980, p. 16 et 17.

13 Les revues du courant islamique égyptien ont consacré un espace considérable à la dénonciation du rôle joué par la « presse gouvernementale » spécifiquement en ce qui concerne la révolution iranienne—indice supplémentaire de l’importance qu’elles accordent à leur propre campagne de popularisation de cette révolution : Hilmi Mahmoud al Qa’oud : Les frères ennemis qui combattent Khomeiny veulent faire revenir la pendule en arrière ! Al-I’tisam, Janvier, 1980, p. 28 et 29. — Editorial de al-I’tisam : Il est mort le Roi de rois, celui dont le dernier espoir fut de trouver un lit d’hôpital ! Al-I’tisam, Août 1980, p. 3 à 5. Sami Sayyed : Les journaux de l’Occident parlent du xvème siècle de l’Islam... Al-Da’wa, 55, Novembre 1980, p. 52 à 54. Gaber Rizq : La propagande occidentale et arabe tente de dissimuler les victoires de l’Iran pour démoraliser les partisans de la révolution dans le monde. Al-I’tisam, Décembre 1980, p. 36 à 38.

14 Hilmi Muhammad al-Qa’oud : Saddam Hussein, élève de Michel Aflaq, prétend mener une nouvelle Qaddisiya contre l’Iran musulman! Al-I’tisam, Octobre 1980, p.22 et s.

15 Al Da’wa. Pour un condensé saisissant du « complot copte » tel que le présentent certaines composantes du courant islamique égyptien : Muhammad al-Ghazali : Les flèches de la Vérité ; Beyrouth, 1979.

16 Voir par exemple : Ibrahim Zaydan : Le jeu satanique de l’antisémitisme. Al-Da’wa, Octobre 1980, p. 24 et 25

17 Nous sommes bien conscients que cette remarque ne s’applique pas au cas de la communauté baha’ie d’Iran, où la répression exercée contre elle prend le caractère d’une vengeance collective sans pitié contre une « secte » qu’on accuse de complicité avec l’ancien régime ou avec « l’ennemi sioniste » sous prétexte que ses lieux saints sont situés en Israël.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter