Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La révolution iranienne dans la presse égyptienne

 | 
Mohga Machhour
, 
Alain Roussillon

Chapitre 1. La révolution khomeyniste : retour au Moyen-Âge ou complot communiste ?

Texte intégral

1C’est à partir de l’année 1973 que se constitue dans les médias égyptiens l’image d’un Iran prospère et stable, allié stratégique de l’Egypte que la chute de la dynastie Pahlevi — le régime le plus puissant du Proche-Orient ! — et l’instauration d’un régime révolutionnaire dans ce pays devaient sérieusement mettre à mal.

2Le « fondement objectif » de cette amitié stratégique, si l’on en croit les chroniqueurs de l’époque, devait être cherché dans l’assistance apportée par l’Iran à l’Egypte, aux jours les plus critiques de la guerre d’Octobre 73, quand le Chah décida de fournir à l’Egypte le carburant dont cette dernière avait le plus urgent besoin pour soutenir son effort de guerre. Tel est encore l’argument que le Président Sadate devait invoquer pour justifier l’asile accordé au Chah :

Notre position par rapport au Chah d’Iran était une position morale. Cet homme s’est tenu aux côtés de l’Egypte tout au long des épreuves qu’elle a traversées. Il n’a pas hésité un seul instant à soutenir l’Egypte en ces jours où plus d’un lui avait tourné le dos. Et je ne pense pas qu’au sein de notre peuple, qui sait apprécier à leur juste valeur les services que ses frères et ses amis lui rendent, il se trouve une seule personne pour dénier au Chah d’Iran le mérite de son geste. (...)

3Entretien accordé à la revue « Octobre » N° 152,23 /9/79, p. 8

4La constitution de cette image d’un Iran allié, telle que l’élabore la presse de l’Egypte officielle entre 1973 et 1978, repose essentiellement sur les variations sur le thème de la richesse, de l’opulence, du niveau de développement qu’a su procurer à son peuple un souverain éclairé, en lutte contre l’obscurantisme, avec à ses côtés une épouse dévouée et active, consacrant tous ses efforts au progrès social et au bien-être de ses sujets. La réalité de l’Iran se trouve, tout au long de cette période, masquée par la personne même du Chah, de son épouse, par les images complaisamment rapportées de leur vie de famille, des activités de la Chahbanou et des relations d’amitié entre la famille impériale et le couple présidentiel égyptien.

5Tout au long de l’année sanglante qui a précédé le départ du Chah, la presse de l’Egypte officielle, d’ordinaire si prompte à formuler des analyses et à prendre des positions, a pu sembler comme « paralysée » devant l’ampleur de l’événement qui venait contredire cette image idyllique de l’Iran à laquelle elle avait peut-être elle-même fini par croire. Témoigne de cet embarras le fait que tout au long de cette année de crise ininterrompue, les événements d’Iran ne font l’objet que de comptes-rendus d’agences traduits et tout juste « orientés » par des gros titres dénonçant violemment les complots de l’étranger, c’est à dire de Moscou, et l’obscurantisme des religieux.

6C’est seulement après le départ du Chah que la presse de l’Egypte officielle adoptera une position claire, qui ne variera plus, vis à vis de l’Iran qui viendra rejoindre le Colonel Kadhafi dans le camp des ennemis irréductibles de l’Egypte.

7(...) Question : Monsieur le Président, comment pensez-vous que les choses vont évoluer en Iran, dans un avenir proche ?

8A. Al-Sadate : La situation en Iran ne peut qu’aller de mal en pis... Jusqu’au moment où les forces réelles qui ont conduit l’Iran à cette situation d’anarchie décideront de se débarrasser de Khomeiny et de prendre ouvertement le pouvoir à sa place.

9Si l’on considère comment les choses se sont passées... Khomeiny est rentré en Iran et des millions de gens sont sortis dans la rue pour l’acclamer... Si on regarde les choses en face, on voit que tout cela relève de l’action et de la tactique des gens de la gauche.

10Le complot n’a pas commencé avec le retour de Khomeiny. Il a commencé au moins un an avant. Dès cette période, les communistes ont entrepris de mettre le feu aux poudres, défiant et affrontant le Chah, organisant des manifestations au cours desquelles les gens criaient des slogans, détruisant et saccageant tout pour obliger les forces de l’ordre à intervenir. Il y avait des morts, des blessés. Les manifestations s’arrêtaient pour reprendre le jour suivant, sous prétexte de protester contre la mort des premiers manifestants...(...)

11Cette tactique a réussi à maintenir une tension permanente et à faire perdre au Chah toute capacité d’initiative.

12(...) C’est la tactique de la gauche, bien connue de tous ceux qui ont étudié la politique communiste...

13L’erreur qu’a commise Khomeiny a été de s’appuyer sur ceux qui sont venu à bout du Chah pour gouverner le pays. Il aurait dû les écarter. Khomeiny a simplement oublié que ceux qui l’ont porté au pouvoir peuvent tout aussi facilement et tout aussi simplement se débarrasser de lui de la même façon. Ce sont eux les hommes forts ! Et la preuve en est que le jour où il a voulu se débarrasser de leur emprise, ils lui ont donné un avertissement en dynamitant le siège de son parti et en ensevelissant sous ses décombres les corps de ses partisans les plus proches ! Et ce n’était qu’un avertissement ! D’une part à Khomeiny pour bien lui faire sentir leur force et leur contrôle de la situation, d’autre part aux observateurs pour leur démontrer qu’en réalité ce n’est pas Khomeiny qui gouverne l’Iran.

14C’est cela l’erreur de Khomeiny, qui fait qu’il n’a pas été capable de maîtriser un seul jour la situation. Si tel avait été le cas, ce qui est arrivé aux otages de l’ambassade américaine ne se serait jamais produit..

15Question : Quelle relation y a-t-il entre la question des otages de l’ambassade américaine et la lutte pour le pouvoir entre Khomeiny et les communistes en Iran ?

16A. Al-Sadate : Il y a là une relation directe : ceux qui ont organisé et exécuté la prise d’otages à l’ambassade américaine de Téhéran sont un groupe d’étudiants de gauche. Et Khomeiny a été incapable, tout au long de l’année qu’a duré la séquestration des otages, d’intervenir dans cette affaire et d’obliger les étudiants de gauche à libérer les otages.

17Les communistes se sont joués de Khomeiny dans cette affaire. Ils flattaient sa vanité en prétendant ne recevoir leurs ordres que de lui seul et en affirmant que lui seul pouvait ordonner de les libérer. De cette façon, aucun ministre et pas même le président de la république ne pouvait intervenir. En fait, Khomeiny savait très bien que les étudiants se moquaient de lui et ne cherchaient qu’à le flatter. C’est pourquoi il n’a jamais donné l’ordre de libérer les otages, car il savait très bien que son ordre ne serait pas exécuté par les étudiants qui prenaient leurs véritables ordres auprès de leurs chefs communistes et non de Khomeiny comme le croient les gens simples et naïfs.

18Encore une fois je le répète, n’importe qui possède les b.a.ba de la politique sait que le pouvoir en Iran, aujourd’hui n’est pas dans les mains de Khomeiny, pas plus que dans celles du président de la république ou du premier ministre. Le pouvoir, en Iran, est aux mains de ceux qui tiennent la rue et qui ont amené Khomeiny là où il est, le tirant de son exil. Ce sont eux qui dirigent l’Iran ! (...)

19Entretien accordé par le Président Sadate au quotidien « Mayo » 6/7 /81, p.3.

20Je pense qu’après les propos inconvenants, inacceptables, tenus par Khomeiny sur le Prophète de l’Islam, propos qu’ont rapportés les agences de presse et qui ont soulevé une vague de protestation de la part des associations et des institutions musulmanes, il est devenu clair pour tous ceux qui avaient pu se laisser abuser que c’est à dessein et de façon préméditée que Khomeiny a pris le soin d’imputer sa révolution à l’Islam à seule fin de déchaîner contre les musulmans la hargne des forces internationales. En agissant ainsi, il leur fournissait prétexte et excuse pour spolier les richesses des musulmans, pour occuper leurs patries et écraser leurs peuples. Toutes choses sur lesquelles s’accordent les forces de l’athéisme, de la barbarie, de la tyrannie et du colonialisme, tous ces maux étant pires les uns que les autres.

21Autrement, quel pourrait bien être le sens de ce traitement inhumain et sans précédent dans l’histoire réservé aux diplomates que Khomeiny a pris en otages, traitement que l’Islam, toutes écoles et tous rites confondus et par la voix de tous ses imams ne peut que condamner. De tels agissements sont opposés à la justice et à la tolérance de la religion musulmane, à sa sagesse et à son humanité. Ils sont en contradiction flagrante avec les textes coraniques, avec les hadith-s du Prophète et les modèles de conduite que lui-même et ses successeurs Bien-guidés nous ont légués. De tels comportements, Khomeiny et ceux qui le suivent portent l’entière responsabilité, et ils devront en rendre compte au jour du Jugement. L’Amérique n’a même pas jugé digne de répondre à de tels agissements par une action similaire, alors que la réciprocité fait partie des usages en vigueur dans le système des relations internationales à toutes les époques. Pourtant des milliers d’iraniens, diplomates ou non, séjournent sur son sol !

22Et puis que signifie le fait que les affaires d’un état — qui se prétend abusivement islamique — se trouvent placées entre les mains d’une poignée d’étudiants, dont il semble bien qu’une puissance étrangère dicte la conduite pour préparer le terrain à une agression contre le peuple iranien, quand cette puissance sera parvenue à venir à bout de l’héroïque peuple musulman d’Afghanistan, modèle de foi, de bravoure et de combativité en faveur de la Religion.

23Sont-ce ces étudiants, qui n’ont même pas terminé leur formation, que l’Islam reconnait pour ses dirigeants, habilités à décider pour la communauté musulmane, à ordonner le bien et à proscrire le mal ? Est-ce l’Islam qui fait d’eux les professeurs de leurs propres maîtres, les guides de Khomeiny lui-même et de tous ces dignitaires religieux qui l’entourent — tous ces personnages qui se proclament « impeccables » comme des prophètes et qui se parent des titres de « Signes de Dieu » (Ayatollah), « Esprit de Dieu » (Ruhallah, prénom de Khomeiny) et autres surnoms, comme si Dieu lui-même les avait sacrés dirigeants !

24Que signifient ces tentatives de diviser les Arabes, ce renforcement des liens avec tous les hérétiques, que l’on finance et avec qui l’on coopère, si ce n’est le retour de Khomeiny au fanatisme persan, à un chauvinisme détestable et contraire à tous les objectifs de l’Islam ?

  • 1 Allusion probable au régime syrien, dominé par la secte alaouite à l’orthodoxie plus que douteuse d (...)

25Khomeiny ne se contente même plus de s’en prendre à Abu Bakr, le Véridique, et à Omar, le Clairvoyant, qu’il accuse d’avoir usurpé le pouvoir et le Califat, au nom d’une prétendue fidélité à la Maison du Prophète et à l’Imam Ali1 — qui est bien innocent de ce que l’on dit en son nom !Pourquoi faut-il qu’il fasse encore un pas de plus contre l’Islam en s’en prenant directement à la personne même de l’Envoyé et qu’il accuse le Prophète arabe d’avoir échoué dans sa mission ? Pourquoi faut-il qu’il s’oppose au texte même du Saint Coran en prétendant que celui qui la mènera à bien sera Khomeiny lui-même, l’Imam voilé, retiré sous une tente depuis des siècles et des siècles ?

  • 2 Des traditions — populaires ou savantes — faisant état de la venue d’un Mahdi, à la fin des temps, (...)

26Pourquoi Khomeiny ne cesse-il de parler de cet Imam caché, de ce Mahdi que tous attendent et ne parle-il jamais du faux prophète, de l’Imposteur [qui doit le précéder ?]2. Les vrais musulmans ne peuvent que se demander si tous ces discours ne sont pas destinés à préparer l’annonce que Khomeiny lui-même, ou bien son fils, ou l’un des membres de sa cour est ce Mahdi tant attendu. Pourquoi s’en étonner puisqu’il est un fait que nous ne possédons ni portrait, ni signalement de ce Mahdi qui doit venir, ce qui ouvre la porte à toutes les divagations dont l’histoire est pleine.

  • 3 Allusion probable à la réserve dont fait preuve le colonel Kadhafi à propos de l’utilisation du had (...)

27Il y a déjà de nombreuses années que les pays musulmans sont affligés de ce dirigeant, prétendument de droit divin, Kadhafi dont les manigances ont abouti à consolider et à élargir l’emprise des forces de l’athéisme, de la barbarie et du vice. Lui aussi, pendant une période, avait affiché un zèle pointilleux à l’égard de l’Islam et beaucoup de gens s’étaient laissés duper. Et puis les choses sont devenues tout à fait claires et il est apparu au grand jour que Kadhafi ne cherchait qu’à renforcer sa position en utilisant l’Islam et, une fois ce but atteint, il n’a pas hésité à tourner le dos à l’Islam et à son Prophète en refusant de se conformer aux modèles qui sont ceux de tous les musulmans.3

28Les autorités islamiques authentiques — et elles ne manquent pas dans les pays musulmans — doivent oublier leurs divergences secondaires et superficielles et opérer un sursaut qui ramène les arabes à la solidarité et à l’unité avant que les rênes de la situation ne leur échappent et qu’il ne soit trop tard. Quand à ceux qui ont commencé par prêter allégeance à cet individu (Khomeiny), ils doivent reconnaître leur erreur et prendre conscience du danger qu’il représente. (...)

29Si le monde musulman s’est trouvé divisé, c’est parce que certains — de bonne foi ou avec des intentions cachées — ont appelé à garder le silence vis à vis de Khomeiny et de ses pareils, sous prétexte de préserver l’unité des musulmans. Comme si l’unité des musulmans pouvait s’accommoder de l’injure contre l’Islam, de l’hérésie et de la perversion ! Notre époque est témoin d’une multiplication des attaques contre l’Islam menées en son propre nom par des marxistes, des athées, des dépravés et autres fanatiques, agents des ennemis des Arabes et de l’Islam.

  • 4 Les zaydites sont habituellement considérés par les sunnites comme la secte chi’ite la plus modérée (...)

30Nos frères, les chi’ites zaydites, en qui nous nous reconnaissons et qui se reconnaissent en nous, tout comme nos frères les chi’ites Ja’farites4, avec qui me lient des liens personnels d’amitié et d’affinité scientifique, noués pendant mes études à l’université du Caire et à l’Université de Koweït et dans les congrès islamiques, ne sauraient accepter de pareils attentats contre l’Islam. Ils doivent ramener cet individu à la raison avant que la rupture ne soit trop profonde et ne devienne irréversible. Ils savent, et le monde entier avec eux, que l’Egypte a ouvert toutes grandes ses portes aux savants ja’farites, dans le cadre de la « commission de rapprochement » dont ont fait partie les plus grands savants d’al-Azhar, comme le Cheikh de l’Islam Abd al-Majid Salim et le grand Imam Mahmoud Chatlout, manifestant ainsi le désir sincère de l’Egypte de favoriser le rapprochement entre les diverses écoles musulmanes et l’unité islamique sur la base de l’essence universellement admise de l’Islam.(...)

31Zakaria al-Birri, Secrétaire d’état aux biens Wakfs : Le faux-prophète, l’usurpateur et le Mahdi tant attendu ! Al-Ahram, 14/8/1980, p. 7.

32Le pétrole est la malédiction de l’époque contemporaine. Cela est particulièrement vrai pour le régime de Khomeiny en Iran. C’est le pétrole qui l’a porté au pouvoir, c’est lui qui lui permet de jouer les gros bras et de déverser sur le monde des torrents d’insanités. Et quand le Démon lui souffle de s’en prendre à la Mission de Muhammad, la plus noble de toutes les créatures et le plus grand des Prophètes, [c’est encore le pétrole] qui donne à cet imposteur l’audace de prétendre que Muhammad n’a pas su mener à bien sa mission !

33Mais un mois ne s’était pas écoulé après qu’il eût proféré ces insanités que l’horizon s’embrasait en Iran et que la catastrophe déclenchée par la main de Khomeiny et alimentée par le pétrole ravageait le pays. Dès lors, les nouvelles se succèdent sans interruption : la raffinerie d’Abadan est en flammes... le gouvernement est incapable de fournir du carburant aux automobilistes... les villes d’Iran tombent les unes après les autres...

34L’Irak, lui aussi est frappé par la malédiction du pétrole. Basra est en flammes.... Kirkouk... Les installations pétrolières du pays.

35Les nouvelles qui se succèdent en provenance des états pétroliers du Proche-Orient démontrent à quiconque observe la situation que ces états sont ébranlés jusque dans leurs fondements et que des changements radicaux sont sur le point de se produire au sein de ces entités, envers et contre la volonté (de ceux qui les gouvernent). La raison en est qu’aucune de ces entités n’a été capable d’établir son existence sur ce qui constitue les fondements d’un état moderne, pas plus qu’elles n’ont été capables d’établir les unes avec les autres des relations de bon voisinage fondées sur une bonne volonté réciproque.

36Ainsi, par exemple, l’Arabie Saoudite a exprimé son soutien à l’Irak au cours d’une conversation téléphonique entre le souverain saoudien et le chef de l’état irakien. Cette conversation aura au moins permis de mettre les points sur les i : la peur qu’inspire le régime irakien à l’Arabie Saoudite est une évidence et c’est ce qui fait d’elle un jouet entre les mains de ceux qui refusent toute solution pacifique au problème palestinien. Ainsi l’Arabie Saoudite a-t-elle rejeté sans la moindre justification les accords de paix et a-t-elle adopté une attitude hostile inexplicable à l’égard de l’Egypte.

37D’un autre côté, l’Arabie Saoudite a vu [dans la guerre entre l’Irak et l’Iran] une bonne occasion de prendre sa revanche sur Khomeiny qui a tenté d’exporter sa révolution dans ce pays à l’occasion du dernier pèlerinage. A cette époque, l’Arabie Saoudite n’avait pas osé accuser ouvertement l’Iran par crainte de la puissance que ce pays représentait dans la région du Golfe. (...)

38La description la plus exacte de la guerre qui se déroule à l’heure actuelle entre l’Irak et l’Iran est celle qu’en a donné le Président Sadate : il s’agit d’une crise d’adolescence ! Il faut cependant ajouter qu’il ne s’agit pas là d’une phase naturelle transitoire, par laquelle devraient passer les régimes, mais d’un état maladif qui ne saurait être ramené à une simple question d’âge.

39L’un des symptômes de cette crise d’adolescence dont souffrent ces états est, par exemple, le désordre dans lequel ils plongent l’économie mondiale en augmentant les prix du pétrole sans autre justification que le complexe d’infériorité qui détermine leur politique maladive, sans ce soucier de l’inflation et de la hausse des prix démentielle qu’ils imposent au monde.

40En termes politiques, cette crise d’adolescence se traduit par la fréquence des régimes policiers dans ces états pétroliers. Tant et si bien qu’il est devenu naturel que des centaines d’innocents soient exécutés sans jugement dans tel ou tel de ces états, et que dans tel autre des milliers de gens meurent sous la torture et les coups. (...)

41Si l’on en revient à la guerre entre l’Irak et l’Iran et aux destructions qu’elle laisse derrière elle dans les deux pays, on est confronté, une fois de plus, aux ravages de la crise d’adolescence. Chacun des deux états voisins a voulu exhiber ses muscles pour s’assurer la domination de la région du Golfe. Mais il s’agit là d’une entreprise aussi stupide de la part de l’Iran que de celle de l’Irak car la sécurité du Golfe est liée à celle de l’ensemble du Proche-Orient, laquelle est inséparable des intérêts du monde entier.

42Ces derniers jours ont vu se succéder les déclarations de la part des deux super-puissances, et particulièrement des Etats-Unis, à propos de la liberté et de la sécurité de la navigation dans le détroit d’Ormuz. Il ne fait aucun doute que si la guerre se poursuit ou si l’évolution de la situation menace le trafic maritime et les droits des autres états du monde à s’approvisionner en pétrole qui constitue pour eux une matière première vitale, les déclarations se transformeront en actes, et il ne sera plus temps pour nos adolescents en crise de regretter...

43Muhammad al-Ghalban : « Malédiction du pétrole et crise d’adolescence. » « Al-Ahrar », 6/10/1980.

1.1. — Révolution islamique ou révolution khomeyniste ?

44Au silence embarrassé des commentateurs avant la chute du Chah succède une pléthore d’articles à laquelle l’accueil réservé au Chah d’Iran à Assouan, au début de son périple à la recherche d’un asile, semble avoir donné le signal.

45Mais de la même façon que la personne même du Chah servait d’écran permettant de dissimuler la réalité de la société iranienne, la concentration des attaques sur la personne de l’Imam Khomeiny va dispenser les commentateurs de la presse de l’Egypte officielle de se poser la question essentielle des enjeux de la révolution en Iran.

46Le thème essentiel des commentaires qui se donnent pour tâche de dénoncer l’action de l’Imam Khomeiny et qui fournira la logique de toutes les analyses consacrées à l’Iran a consisté, dès l’abord, à opposer Islam et Khomeynisme pour disqualifier le second. C’est le Président Sadate lui-même qui donne le ton :

« La révolution de Khomeiny n’est en rien une révolution islamique, ni de près, ni de loin ! C’est une révolution anarchiste... Khomeyniste... fondée sur la haine, la rancune, l’esprit de vengeance. »

47Discours à l’ « Assemblée du Peuple » 14 /5 /1980, « al-Ahram », 15 /5 /1980, p. 10.

48Mais ce thème, selon la façon dont il est traité, est susceptible de donner naissance à des discours que seule limite l’imagination de ceux qui les tiennent. En schématisant, on peut dire que trois interprétations de cette opposition fondamentale entre « Islam » et « khomeynisme » ont fini par prévaloir, donnant le ton à l’ensemble des critiques adressées à la révolution iranienne :

49— Dans le premier cas, c’est la personne même de Khomeiny qui est en cause :

L’ayatollah Khomeiny est l’incarnation de ce qu’il y a de pire dans l’histoire des dirigeants musulmans. Cette sainteté, cette inspiration à laquelle Khomeiny et ses semblables prétendent et que lui reconnaissent les flatteurs et les hypocrites qui l’entourent n’est rien d’autre qu’un de ces mensonges éhontés auxquels ont recours les escrocs et les charlatans de son espèce pour satisfaire leurs appétits et leurs passions temporelles en abusant les naïfs et les gens simples.

Cet individu perverti, qui n’a jamais pratiqué la moindre des vertus musulmanes ou même tout simplement humaines, tandis que sa bassesse et son ignorance n’ont pas de limites, dilapide les biens de ses concitoyens, brade leurs terres — tout cela au nom de la religion ! — pour satisfaire ses passions les plus basses et non pour réaliser la moindre mission. On peut même dire que s’il fait tout cela, c’est simplement pour le plaisir, car il est atteint de sadisme et le spectacle qu’il préfère au monde, c’est de voir couler le sang, torturer les corps et s’élever les flammes des incendies... Tout comme Néron, en son temps !

50Muhammad Ali Abu Taleb : Entre Fathi Ridwan et Khomeiny! « al-Siyasi » 26/10/1980, p. 8

51Dans ce registre, tous les coups sont permis et un bon nombre de commentateurs ne se sont pas privés d’exploiter cette veine pour déconsidérer « un tyran encore pire que le Chah ».

52— Plus construite, la deuxième version de l’opposition irréductible entre Islam et khomeynisme reprend et développe l’anathème déjà lancé par le Chah contre les « marxistes-islamistes » : l’Islam revendiqué par la révolution iranienne est au mieux de pure façade, simple déguisement que les « communistes », agents de l’étranger, ont adopté pour duper les masses iraniennes sincèrement religieuses et mener à bien leurs complots pour le plus grand bien de la puissance qui les anime.

53C’est dans cette perspective que le rapprochement de la révolution iranienne et de la révolution libyenne du colonel Kadhafi prend tout son sens et toute son efficacité. Comme l’Imam Khomeiny, le colonel Kadhafi se prévaut d’une légitimité islamique révolutionnaire ; l’un et l’autre sont violemment hostiles à toute forme d’« occidentalisation ». Et l’image du second comme ennemi de l’Egypte et comme agent de l’Union Soviétique est déjà profondément enracinée dans l’opinion publique égyptienne...

54— Enfin, les commentateurs se sont parfois aventurés sur une piste beaucoup plus hasardeuse pour opposer Islam et khomeynisme : pariant sur la survivance des vieux antagonismes entre sunnites et chi’ites, un certain nombre d’articles tentent d’opposer à la revendication d’« islamisme » du guide de la révolution iranienne, des divergences aussi profondément enracinées chez les uns et chez les autres que la question du califat. Le rappel d’Abu Bakr et de Omar, profondément révérés par les sunnites et condamnés comme usurpateurs par les Chi’ites, prend ici valeur de symbole qui permet de rejeter en bloc le chiisme comme « non-islamique ».

(...) Il est tout à fait établi que les chi’ites ne constituent pas une majorité dans le monde musulman et, par voie de conséquence, qu’ils ne sauraient parler au nom de l’Islam. De plus, les sunnites, qui représentent la majorité rejettent l’affirmation des chi’ites selon laquelle Gabriel se serait trompé en délivrant le message divin à Mohammad au lieu de le remettre à Ali ibn Abi Taleb, son cousin. C’est cette affirmation qui pousse de nombreux sunnites à considérer le chiisme, avec toutes ses sectes, comme une hérésie et les chi’ites comme des hérétiques et des mécréants. (...)

55Abd al-Aziz Khamis : Un homme en lutte contre lui même.

56« Roz al-Youssef », N° 2684, 19/11/79, p. 11

57Il faut noter qu’aucune de ces modalités du traitement de l’antagonisme postulé entre Islam et Khomeynisme n’apparait isolément. Chacune d’elle est susceptible de se combiner ou de s’articuler aux différents événements marquants qui scandent l’histoire de la république islamique. La séquestration des otages américains, la destitution du président Abu al-Hassan Bani Sadr, la mort du premier ministre Raja’i, le dynamitage du siège du Parti de la République Islamique ou la guerre entre l’Irak et l’Iran fournissent la trame historique en même temps qu’ils justifient le rejet de la révolution de l’Imam Khomeiny. De même, la ruine de l’Iran apparaît comme une sorte de châtiment divin :

(...) Khomeiny avait la possibilité d’assurer aux Iraniens un niveau de vie comparable à celui des pays les plus développés s’il avait su tirer profit des revenus immenses que l’exportation du pétrole, jour après jour, procure à l’Iran. Mais le régime corrompu, ignorant, qu’a instauré Khomeiny en Iran a tout gâché. Il y a eu la guerre entre l’Irak et l’Iran et le peuple iranien s’entredéchire...

58Entretien accordé par le Président Sadate au quotidien « Mayo » 6 /7 /81, p.3

59(...) Question : La révolution de Khomeiny a introduit dans le vocabulaire des expressions nouvelles : « république islamique », « constitution islamique », « régime islamique » ... Que pensez-vous de ce mélange entre politique et religion ?

60A. Al-Sadate : Quand j’ai refusé de considérer ce qui se passe en Iran comme une révolution « islamique », ma position se fondait sur l’observation des événements qui se déroulent dans ce pays. En ce qui concerne l’expression « république islamique », j’ai beaucoup à dire ! J’ai toujours été très intéressé par la lecture de tout ce qui concerne le système politique musulman. Il se trouve que, par hasard, j’ai commencé cette semaine le livre du Docteur Metwalli, qui est professeur de Droit à l’université d’Alexandrie, livre qui a pour titre « Le système politique de l’Islam ». Dans son introduction, l’auteur précise qu’il n’existe pas de régime politique défini que l’on puisse considérer comme le système politique musulman. Notre seule référence dans ce domaine, c’est le Saint Coran et ce que l’on y trouve n’est pas matière à discussion. Quant à la Tradition du Prophète, elle est susceptible de faire l’objet d’un effort d’interprétation.

  • 1 C'est nous qui donnons les références des citations coraniques.

61Deux choses seulement sont impératives en cette matière : « ...Qu’ils délibèrent en commun sur leurs affaires... » (Coran, III, 153)1. C’est à dire que le pouvoir doit être consultatif. Et : « Conseille-les dans leurs affaires... » (Coran III, 153). Il s’agit ici de notre Seigneur Muhammad, le Prophète de Dieu à qui Dieu demande de conseiller les musulmans. Enfin : « ... Lorsque tu entreprends quelque chose, mets ta confiance en Dieu... (Coran III, 153). Ce qui signifie qu’il doit y avoir délibération et que c’est au chef, en l’occurrence au Prophète, qu’il revient de prendre les décisions.

62Il n’y a rien dans le Coran qui puisse nous faire dire qu’il s’agit là d’un régime présidentiel ou parlementaire au sens constitutionnel du terme. Dans ces conditions, qu’est-ce qui autorise Khomeiny à parler de « régime islamique » ? La vérité — j’en demande pardon à Dieu ! — C’est qu’il se prend pour Dieu lui-même ! Il institue une république... il en choisit le président. Et puis il se place lui-même au dessus de ce président ! Dans quelle constitution a-t-on jamais vu une chose pareille ? L’autorité ne se divise pas. Dans aucun état au monde il n’existe d’autorité supérieure à celle du chef de l’état, si ce n’est le peuple. Pourtant, en Iran, Khomeiny s’attribue une autorité supérieure à celle du président de la république et à celle du peuple iranien lui-même. Il n’est pas exagéré de dire que Khomeiny demande à son peuple de le considérer comme un dieu et non comme un simple dirigeant. L’année dernière, au moment du pèlerinage, les iraniens criaient : « Dieu est grand ! Khomeiny est grand ! » C’est à dire qu’ils le plaçaient au même niveau que notre Seigneur !

63– Comment pourrions-nous accepter un régime comme celui que Khomeiny a instauré en Iran ? Comment accepter qu’un vieillard enturbanné se considère comme un Dieu préservé de l’erreur et dont les décisions doivent être appliquées sans discussions ? (...)

64Je considère que les religieux ne sont pas faits pour le pouvoir. Non pas parce que ce sont des religieux mais parce que le gouvernement du clergé est un système qui a été abandonné depuis le Moyen-âge... (...)

65Entretien accordé par le Président Sadate au quotidien « Mayo » 6/7/81, p.3

66(...) En Iran, la révolution a choisi le régime des « ayatollahs », lesquels n’ont pas hésité à faire de l’Islam la religion de l’égalité devant l’oppression ! On a exécuté des Kurdes, des Arabes, des « ennemis de l’Islam » et des adversaires de la révolution. et jusqu’à des acteurs de cette même révolution ! Le régime des ayatollahs est même allé jusqu’à s’en prendre à l’immunité accordée aux ambassadeurs et aux diplomates, violant en cela les enseignements et les traditions [les plus élémentaires] de l’Islam.

67Tout ceci ne s’est pas produit parce que les Iraniens seraient, par exemple, des sauvages. Tout ceci est arrivé parce qu'ils ont laissé aux ayatollahs le soin de construire leur nouvel état... Parce qu'ils ont cru qu’un état « croyant » devait être [nécessairement] un état dirigé par les hommes de religion. Ils n’ont pas vu que l’état, — qu’il soit ou non croyant — est nécessairement dirigé par des hommes qui appartiennent à ce monde et à ce siècle, parce que c’est au monde et au siècle qu’il a affaire. Ceux qui ont édifié les grands empires de l’Islam, depuis l’époque des Omeyyades, et qui ont su préserver l’autorité de l’Islam dans ces empires étaient des hommes d’état !

68Le problème de ces messieurs les « signes de Dieu », (ayatollahs) c’est qu’ils ont une réponse à toutes les questions... sauf celles qui ont trait aux problèmes fondamentaux de la société : l’accroissement de la richesse, la redistribution des produits du travail... Ils ont un programme tout prêt en ce qui concerne notre façon de nous vêtir, notre façon de parler, les vêtements de nos femmes, leur comportement à la maison, dans la rue, à la plage, dans les boutiques. Mais ils n’en ont aucun pour affronter le sous-développement, la pauvreté, la maladie et la guerre. Ils n’ont pas de plan pour sauver leur peuple de la pénurie alimentaire, de la difficulté de se loger... pas de plan pour l’éducation, l’énergie, l’inflation. Ils ne prennent même pas la peine de s’intéresser aux problèmes de la technologie moderne et de l’avenir de l’homme à l’ère du défi atomique et de la conquête de l’espace.

69On ne saurait blâmer ces messieurs les ayatollahs de cette lacune car leurs responsabilités à eux concernent l’âme de l’homme. Pas son champ, ni son usine, ni son porte-monnaie ni son compte en banque !

70Par contre, il faut blâmer une société qui abandonne aux guides spirituels la tâche de construire la base matérielle et qui les charge de diriger le travail de l’ingénieur, du médecin, du directeur de banque ou de l’ouvrier des filatures... Quand tel est le cas, la société se transforme en une armée frappée de schizophrénie : les soldats livrent une bataille tandis que leurs chefs en livrent une autre...

71C’est vrai, l’Islam est à la fois religion et système de vie. Mais cela ne signifie pas que c’est aux hommes de religion d’assumer les tâches des hommes du siècle ! Cela ne signifie pas que c’est aux prédicateurs de diriger les banques, ou aux spécialistes de hadith de s’occuper du plan d’équipement des armées, de la rénovation du réseau du téléphone, ou de la fondation de villes nouvelles.

72Quoiqu’il en soit, notre problème à nous c’est l’Egypte, pas l’Iran !

73L’Egypte, aujourd’hui, est confrontée à ce même choix que l’Iran a dû affronter et qu’il a échoué à trancher : construire un état croyant, s’inspirant de la voie tracée par l’Islam ; ou bien construire un état qui rabaisse la religion au rôle d’instrument de la lutte contre la science, la raison, les vérités élémentaires de la vie et la dignité des individus.

74L’Egypte doit tirer parti de l’expérience de l’Iran pour guider son choix... pour s’épargner l’éclatement de sa personnalité. Elle doit [inventer] un nouveau style. Préserver sa religion tout en avançant sur la voix du progrès.

75Et non retomber dans l’ignorance et l’obscurantisme, comme ce qu’est en train de vivre l’Iran !

76Salah Hafez : Entre les cheikhs d’Egypte et les ayatollah d’Iran !

77« Roz al-Youssef », N° 2684, 19/11/1979. p. 6 et 7.

1.2. — Pas de religion en politique.... Pas de politique dans la religion !

78On peut s’interroger sur les enjeux qui s’attachent à une prise de position aussi hostile et agressive des principaux organes d’information de l’Egypte officielle à l’égard de la révolution iranienne. Les alliances stratégiques de l’Egypte jouent bien sûr un rôle déterminant qui suffirait à lui-seul à justifier cette hostilité.

79Mais les formes même et la thématique qu’engagent la dénonciation du régime de l’Imam Khomeiny laissent à penser que là n’est pas sa seule justification. En d’autres termes, pourquoi éprouve-on le besoin, en Egypte, de fonder la condamnation de l’Iran telle qu’elle se formule dans les principaux organes d’information sur la réfutation de son caractère musulman ou « islamique » ?

80En schématisant, on peut dire que toute la stratégie de présentation de la révolution iranienne aura consisté à associer, d’une part la « non-islamité » du régime de l’Imam Khomeiny avec d’autre part les diverses calamités qui frappent l’Iran : instabilité politique et guerre civile, guerre avec l’Irak et isolement international, paralysie économique et répression. Une telle démarche permettait de dessiner en creux les grandes lignes d’une contre-attaque idéologique :

81— En dénonçant les dangers que l’extrémisme iranien fait courir à la religion musulmane et aux sociétés du Proche-Orient arabo-musulman, le régime égyptien peut se poser comme le véritable défenseur d’un Islam « authentique », fait de tolérance, de pardon et de respect des libertés individuelles. Mais surtout, le rejet de la « formule » iranienne permet de proposer la conception des rapports du politique et du religieux qui est celle de l’Egypte officielle :

(...) Je sais très bien que l’Islam est tout à la fois religion et système de vie. Mais malgré cela je dis : pas de religion en politique et pas de politique en religion ! Clairement, cela signifie qu’il n’est pas question de laisser marchander la religion pour réaliser des buts politiques ou des desseins partisans quels qu’ils soient... Et que cette religion soit l’Islam, le Christianisme ou le judaïsme...

82Discours prononcé par le Président Sadate devant l’Assemblée du Peuple, le 14/5/1980.

83En opposition flagrante avec l’ « islam de combat » pratiqué par l’Imam Khomeiny, se précise le rôle que doivent jouer la religion et les religieux dans la société : pôle spirituel de la vie sociale la religion encadre et moralise les comportements sociaux et l’action « sociétale ». Mais elle ne doit pas outrepasser ses limites ni tenter d’imposer son contrôle aux décideurs politiques et économiques. Forte de ces certitudes, l’Egypte peut contre-attaquer et proposer aux musulmans un modèle de société « croyante » :

(...) Le moment est venu, ici en Egypte, de fonder en lieu et place de la Ligue arabe, une ligue des peuples arabes et musulmans qui saura établir son action sur une compréhension authentique de l’Islam qu’elle proposera au monde et aux musulmans...

84Entretien accordé par le Président Sadate à une journaliste italienne. Reproduit par « Al-Ahram » 4/10/80. p. 3

85— De la même façon, la dénonciation du khomeynisme permet de fournir au système d’alliance de l’Egypte une légitimation islamique :

(...) Si l’on considère la situation créée par l’invasion soviétique en Afghanistan, et compte tenu de la situation qui n’est guère meilleure au Pakistan, de l’anarchie qui règne en Iran et de l’existence de traités entre le Yémen du sud et l’URSS, ainsi qu’entre l’Ethiopie et l’URSS, on voit que se met en place autour de nous un dispositif destiné à nous encercler. La réussite de ce plan ne serait pas préjudiciable à la seule Egypte mais également à l’ensemble du monde arabe et musulman.

C’est ce qui m’a conduit à prendre cette décision [c’est à dire la décision de mener des manœuvres conjointes avec des troupes américaines] : compte tenu de sa responsabilité historique à l’égard des arabes et des musulmans, l’Egypte accordera des facilités militaires aux Etats-Unis chaque fois qu’un état arabe ou musulman sera victime d’une agression. (...)

86Entretien accordé à une journaliste italienne...

874/10/80, p. 3

88— Enfin, en opposant l’Iran révolutionnaire ruiné et sans perspectives économiques à ce qu’avait su réaliser le Chah pour son pays, les nécessités du « développement » et l’incapacité du clergé à conduire le progrès, la condamnation de la révolution khomeyniste permet de légitimer par contrecoup les grandes options économique communes de l’Iran impérial et de l’Egypte de l’Infitah :

(...) Si la raison revenait un seul instant à l’Iran, quelqu’un se lèverait et dirait : « Ecoutez-moi ! Nous sommes parmi les états les plus riches du monde... Comment en sommes-nous arrivés là ? Comment peut-il y avoir quatre millions et demi de chômeurs en Iran, alors qu’au temps du Chah nous utilisions de la main d’œuvre étrangère que nous étions obligés d’importer parce qu'il n’y avait pas un seul chômeur en Iran ?

Comment est-il possible que nous soyons obligés d’importer des produits pétroliers alors que nous exportions six millions et demi de barils par jour ? Quand Khomeiny a pris le pouvoir, il y avait dans ce pays une industrie puissante, capable de rivaliser avec les normes de productivité internationales les plus élevées... Où est cette industrie ? »

  • 5 Il s’agit ici d’une allusion à la confrontation au terme de laquelle le président Sadate a définiti (...)

Mais Khomeiny a banni la raison et la réflexion. (...) Je me souviens quand moi-même j’ai reçu les rênes du pouvoir en 1970, j’ai constaté que notre peuple vivait dans un état de surexcitation nerveuse permanente créé par les slogans qui étaient de rigueur à l’époque.5 Dès le début j’ai appelé à revenir à la raison et j’ai dû affronter l’opposition violente de ceux qui agitaient ces slogans et qui gouvernaient le pays en leur nom. Ces gens-là ont peur de tout perdre quand on rétablit l’emprise de la saine raison ! (...)

89Entretien accordé par le Président Sadate au quotidien « Mayo », 6/7/81, p. 3

90— De ce qui précède et de la lecture de l’ensemble des textes consacrés par les organes de presse de l’Egypte officielle à la révolution iranienne, une remarque nous semble s’imposer : l’image de l’Iran, telle qu’elle se dégage de tous ces textes, constitue un ressort essentiel des dispositifs de légitimation qui tentent de se mettre en place au cours de ces cinq dernières années. A la représentation d’un Iran ruiné, en proie à la guerre civile, livré à la démagogie d’un clergé rétrograde et devant faire face à une guerre étrangère, peut être opposée celle d’une Egypte ayant su mettre un terme honorable à une guerre de plus de 30 ans, toute entière tendue vers la réalisation de la prospérité pour tous et prenant la tête d’une croisade pour la mise en application d’un Islam authentique et modéré, en accord avec les exigences du monde moderne.

91La virulence de la dénonciation du caractère « non-islamique » de la révolution de l’Imam Khomeiny est à la mesure de l’importance de la légitimité que la référence islamique confère. Pour établir sa propre légitimité musulmane — et l’attention qui y est apportée en démontre l’urgence — il semble avoir été nécessaire au préalable, en Egypte, de disqualifier celle qu’a su s’assurer l’Imam Khomeiny par l’ampleur de sa victoire sur le régime impérial et la première puissance mondiale.

Notes

1 Allusion probable au régime syrien, dominé par la secte alaouite à l’orthodoxie plus que douteuse du point de vue des sunnites, et ennemi irréductible du régime égyptien.

2 Des traditions — populaires ou savantes — faisant état de la venue d’un Mahdi, à la fin des temps, pour restaurer l’ordre et la justice sur la terre sont attestées aussi bien chez les Sunnites que chez les chi’ites. Pour l’ensemble des chi’ites, ce Mahdi est le dernier Imam de la descendance de Ali — les divergences sont nombreuses sur son identité — qui, mystérieusement soustrait aux regards et vivant depuis lors dans une tente, réapparaîtra à la fin des temps pour rétablir la vraie foi sur la terre De nombreuses traditions précisent qu’un certain nombre de signes précéderont cette venue, dont l’un est l’apparition d’un faux Prophète Daggal contre qui le Mahdi devra combattre.

3 Allusion probable à la réserve dont fait preuve le colonel Kadhafi à propos de l’utilisation du hadith dans son « interprétation » contemporaine de l’Islam.

4 Les zaydites sont habituellement considérés par les sunnites comme la secte chi’ite la plus modérée et la plus proche de leurs propres positions. Il subsiste des ilots zaydites dans la péninsule arabe, notamment au Yémen et à Koweït. Quant aux ja’farites, ils sont surtout présents au Liban. La protestation de reconnaissance mutuelle adressée au zaydisme et au ja’farisme a pour résultat de mettre singulièrement en évidence la suspicion jetée sur le chi’isme duodécimain, doctrine majoritaire en Iran.

5 Il s’agit ici d’une allusion à la confrontation au terme de laquelle le président Sadate a définitivement imposé son autorité à la fraction de gauche prosoviétique de l’appareil d’état légué par Nasser, épisode désigné dans l’historiographie du régime du président Sadate sous le nom de « Révolution du 15 Mai » ou comme le mouvement de rectification mené contre les « centres de pouvoir. »
On peut faire remarquer ici que les « slogans » dont parle le président Sadate étaient notamment axés sur l’importance du « secteur public », sur la nécessité de sa préservation et de son extension, dont les opposants à l’ouverture économique à l’Occident et à la rupture de l’alliance stratégique avec l’Union soviétique avaient fait une question hautement symbolique dans l’Egypte des années 70.

Notes de fin

1 C'est nous qui donnons les références des citations coraniques.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter