Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La révolution iranienne dans la presse égyptienne

 | 
Mohga Machhour
, 
Alain Roussillon

Introduction. L’Iran ... que s’y est-il passé ?

Texte intégral

(...)

1Question : L’Islam, comme religion et comme vision du monde et de la vie, est en expansion, particulièrement dans le continent africain. Dans le même temps, l’Occident a commencé à percevoir l’importance de cette renaissance arabe et musulmane et s’efforce de contrôler la situation nouvelle qu’elle crée. Pour ce qui a trait à ces développements, comment envisagez-vous l’avenir, au cours des vingt prochaines années ?.

2A. al-Sadate : Laissez-moi d’abord apporter une précision : nous sommes en présence d’une compréhension erronée de l’Islam, notamment du fait des agissements de Khomeiny en Iran. Il prétend que sa révolution est une révolution « islamique », dont les principes s’inspirent de la religion musulmane. Cela est faux ! Sa révolution n’a rien à voir avec l’Islam et je l’ai répété à l’occasion de chacune des erreurs qu’il a commises. Bien plus, je me suis efforcé d’en convaincre mes collègues, les chefs d’états musulmans. Je leur ai dit : « Vous devriez avoir honte ! Vous devez adopter une position claire... Déclarer publiquement que [la révolution de Khomeiny] n’a rien à voir avec l’Islam et que vous êtes unanimes sur ce point ». C’est de la pure vengeance... Un déchaînement de haine et de sang... ! Tout cela est le contraire de l’Islam !.

3[Ce qui est grave], c’est que certains milieux occidentaux en ont déduit qu’il s’agit là de l’essence même de l’Islam ! Je me sens véritablement heureux quand je me dis que, à la suite de mes explications, ces milieux ont commencé à comprendre que les agissements de Khomeiny n’étaient pas imputables à l’Islam...

4Laissez-moi vous dire quelque chose : dans le monde arabe et dans le monde musulman, on assiste actuellement à la montée de tendances au fanatisme, comme cela s’est produit en Occident avec ceux que l’on a appelés les « hippies » et qui étaient les pires des négateurs...

5Heureusement, nous n’avons pas de « hippies ». Mais notre fanatisme à nous est aussi extrêmement dangereux...

6(...)

7Entretien accordé par le Président Sadate à une revue italienne reproduit par Al-Ahram 4 /10/80, p.3

8Que se passe-t-il réellement en Iran ? Une série de faits peut nous aider à comprendre ce qui se déroule dans ce pays et à prévoir ce qui est susceptible de s’y produire :

91 — Les analyses scientifiques les plus précises établissent que le dernier quart du xxème siècle a été témoin d’un affaiblissement interne des deux superpuissances et de l’apparition de nouvelles forces internationales. De même, cette période a vu la fin des idéologies et l’émergence de la religion comme principe moteur.

102 — Le ralliement de l’Iran au camp des pays arabes pourrait déboucher sur un rééquilibrage des rapports de force entre Israël et les états arabes, si l’on considère que l’Iran est un gigantesque dépôt d’armes, sans équivalent dans la région et qu’il serait possible de transférer ces armes dans la région arabe pour venir à bout d’Israël. La véritable question est la suivante : existe-t-il une volonté arabe de mettre à profit cette situation ? (...)

113 — La force réelle de toute révolution dépend de deux facteurs :

  • Sa capacité à durer ;

  • Sa capacité à détruire.

12De ce point de vue, la révolution iranienne a remporté des succès considérables : une révolution, à ses débuts, ne construit pas. Elle s’attache à détruire. Le premier succès de Khomeiny consiste ainsi à avoir réussi à mettre à bas le régime impérial. La construction sera la mission propre de ceux qui viendront après lui car on ne saurait construire avant d’avoir au préalable extirpé la corruption.

134 — Les succès de la révolution créent la possibilité d’une alliance des chi’ites d’Iran, d’Irak, du Golfe et du Liban, ce qui signifierait l’expansion de l’influence chi’ite jusqu’au rivage de la Méditerranée, à l’ouest et sa jonction, à l’est, avec la ligne islamique qui s’étend jusqu’au Pakistan.

Les éléments déterminants de la force de la révolution iranienne

  1. Elle a sauvé le peuple iranien de l’entreprise de dépossession morale et de dissolution des valeurs et des normes de comportements qu’imposait à l’Iran la politique américaine dans ce pays. [Elle a su mettre un terme] aux tentatives visant à l’éradication de l’identité islamique de l’Iran et à faire ressurgir son passé persan en le liant à la culture occidentale.

  2. Sa force relève également de l’existence d’une forte tradition révolutionnaire en Iran : La révolution fait, dans ce pays, figure d’héritage historique. Ainsi, la révolution conduite par Khomeiny n’est-elle que le dernier maillon d’une longue chaîne de glorieux mouvements révolutionnaires.

  3. Parmi les facteurs déterminants du succès de la révolution en Iran, on peut compter l’efficacité de l’appareil religieux chez les chi’ites, ainsi que sa capacité à jouer un rôle au niveau politique.

  4. [Il faut enfin évoquer] la faiblesse et la corruption du régime du Chah et la gravité des contradictions qui opposaient les classes sous son règne. (...)

14L’Amérique sous le feu de la Révolution islamique... Ahmad Al-Sayyed, Centre de Recherche Islamique Al-Da’wa, 46, Mars 1980, p.44 et 45

15(...) Toute véritable révolution constitue un défi pour l’ordre international en vigueur, au niveau régional ou au niveau mondial. C’est la logique même de la marche des sociétés qui impose cette proposition que tous les faits d’histoire du xixème et du xxème siècle viennent attester.

16Toute véritable révolution commence par abattre les piliers de l’Ancien Régime, ce qui ne saurait signifier simplement remplacer une élite dirigeante par une autre, mais implique l’ébranlement de toutes les structures sociales — classes, institutions, système de valeurs... etc. Pour toutes ces raisons se développe une sorte de « fluidité » sociale un bouillonnement populaire dont les effets ne se limitent pas à la société où une révolution est en cours mais s’étendent aux sociétés voisines. Ce qui a pour conséquence de mettre en alerte les appareils d’état de ces pays, tout en suscitant l’espoir des forces de l’opposition et des masses opprimées que dominent ces appareils d’état. C’est en ce sens que l’avènement d’une révolution dans un pays donné accroît considérablement l’éventualité de l’émergence de mouvements révolutionnaires dans les sociétés voisines. Ceci signifie que toute véritable révolution est avant tout un défi pour l’ordre régional en vigueur. Et si l’on admet que chacun des « ordres régionaux », à l’époque actuelle, ne saurait être autre chose qu’un sous-ensemble de l’ordre mondial, on en déduit, par nécessité structurelle et logique, que [toute véritable révolution] est aussi un défi à l’ordre mondial. Ce fut le cas de la Révolution française, il y a deux siècles (...), de la révolution bolchévique de 1917 (...) puis de la Révolution chinoise et de la Révolution égyptienne de 1952 (...) C’est le cas, aujourd’hui, de la révolution iranienne :

  • Elle apparait comme la première révolution populaire d’une telle ampleur au Moyen-Orient à l’époque contemporaine.

  • C’est la première révolution conduite par des hommes de religion.

  • Elle se produit dans une société pourvue d’une large base démographique, d’environ 40 millions d’Iraniens.

  • Elle se produit dans une région géopolitiquement très importante et « sensible » qui jouxte, d’un côté l’Union soviétique, de l’autre le Golfe le plus important de la planète et la Patrie arabe.

  • Plus important encore, naturellement, est le fait que la région toute entière repose sur un océan de pétrole dont dépend le destin des sociétés occidentales.

17Toutes ces raisons font de la révolution iranienne un phénomène historico-social d’une importance considérable pour l’ensemble de la région, que sa dynamique propre et l’idéologie (qui l’anime) conduisent nécessairement à défier l’ordre régional et international. (...)

18Où va la révolution iranienne ?

19Dr. Saad El-Din Ibrahim

20Octobre, 169, 20/1/1980, p. 30 et 31

21Toutes les parties en présence sur la scène politique égyptienne se sont exprimées à propos de la révolution iranienne, et on peut dire que, dès le départ du Chah et le retour en Iran de l’Imam Khomeiny, les prises de position des uns et des autres sont acquises et ne varieront plus.

  • 1 Pour une présentation synthétique et historique des mouvements « islamiques » contemporains, notamm (...)

22C’est que, au delà des « péripéties » de la vie politique iranienne — épisode des otages, montée des divergences entre religieux et laïcs, révolte des minorités, escalade de la répression et du terrorisme... —, la révolution « islamique » interpelle l’Egypte à deux niveaux fondamentaux de son vécu social et politique de ces trente dernières années. D’une part, elle pose avec une acuité et une urgence inégalées la question de l’articulation du politique et du religieux, qui n’a cessé de faire l’objet de confrontations plus ou moins violentes entre le régime égyptien et les partisans de l’« application intégrale de l’Islam » depuis la révolution de Juillet 521. D’autre part, dans le contexte de la « politique de l’ouverture » (Infitah) et de la paix avec Israël, la révolution iranienne interpelle l’Egypte au niveau des relations privilégiées que le régime entretient avec l’Occident en général, et les Etats- Unis — le Grand Satan dans le vocabulaire de l’Imam Khomeiny — en particulier. C’est par rapport à ces questions, et non par rapport aux événements dont l’Iran révolutionnaire est le théâtre ou au comportement effectif des nouveaux dirigeants, que ceux qui soutiennent ou condamnent la révolution iranienne se déterminent. C’est ce qui explique le caractère tranché et définitif des prises de position à son égard.

23La révolution iranienne fait ainsi figure d’ « événement symbolique », de référence qui permet à chacun, en Egypte, de légitimer et de conforter ses analyses et ses positions de principe. Si tout le monde, en Egypte, a quelque chose à dire, concernant l’Iran, c’est parce que chacun sait que ce qui s’y passe concerne l’Egypte, son système d’alliance et tout l’avenir de la société égyptienne.

La révolution iranienne, un problème pour qui ?

24A s’en tenir aux publications légales, d’accès libre en Egypte, la révolution iranienne aura permis aux trois courants principaux qui structurent la vie politique égyptienne de formuler leurs positions à propos des questions controversées du statut de l’Islam dans la société et dans l’état et des relations internationales — plus particulièrement les relations du Tiers-monde et des pays musulmans avec les blocs de l’Est et de l’Ouest.

25Dans un souci de clarté, nous avons distingué dans ce qui suit ce que nous désignons comme :

  1. Les positions de l’Egypte officielle, telles qu’elles se formulent dans les principaux organes « officieux » (Al-Ahram, Mayo, Al-Siyasi, Octobre...) ou dans les interventions publiques du chef de l’état égyptien et qui portent une condamnation sans nuance du régime de l’Imam Khomeiny.

    • 2 L'organisation des Frères musulmans a fait l'objet d'un certain nombre de travaux, notamment histor (...)

    Les positions exprimées dans les colonnes des publications de ce que l’on pourrait appeler « l’opposition religieuse », et notamment dans les revues Al-Da’wa et Al-I’tisam, qui sans prétendre parler officiellement au nom des Frères Musulmans, militent ouvertement pour la légalisation de la Confrérie fondée en 1927 par Hassan al-Banna2, et qui ont apporté un soutien également sans nuance à la révolution de l’Imam Khomeiny.

    • 3 La « loi sur la honte » a été adoptée le 29/1 /80 par l'Assemblée du Peuple pour « protéger les dro (...)

    Les positions de ce que l’on pourrait désigner comme l’ « opposition nationaliste », anti-impérialiste et laïque en politique, mais que sa sensibilité aux capacités mobilisatrices et révolutionnaires de l’Islam a conduit à se ranger aux côtés des sympathisants de la révolution « islamique » en Iran. Le quotidien al-Cha’b tribune des diverses « frondes » contre le régime du Président Sadate — ordre des avocats, ordre des journalistes, mouvement contre la « loi sur la honte »3 — a ouvert ses colonnes aux analyses de ce courant.

***

26Les articles que nous présentons, selon la formule consacrée, n’engagent que leurs auteurs — on pourrait ajouter, en la circonstance, qu’ils nous engagent surtout nous, qui les avons choisis, traduits, les pliant à la logique d’une « présentation » qui est de notre responsabilité. Les jugements qu’ils expriment ne sauraient non plus être pris pour des prises de position officielles, engageant des partis ou une diplomatie, et ce n’est pas à ce titre que nous les présentons. Si nous les avons retenus, c’est qu’ils nous ont semblé refléter les diverses « cohérences » qu’engagent le soutien ou l’hostilité déclarée au régime de l’Imam Khomeiny.

Notes

1 Pour une présentation synthétique et historique des mouvements « islamiques » contemporains, notamment en Egypte, on peut se reporter à O. Carré. « L'Islam, Religion et Politique ». Uni-versalia 1980 Encyclopedia Universalis, p. 94 à 103.

2 L'organisation des Frères musulmans a fait l'objet d'un certain nombre de travaux, notamment historiques ou d'analyse idéologique. On peut citer: Richard P. Mitchell: The Society...of the Muslim Brothers. London 1969.
Zakaria S.Bayoumi : Les Frères musulmans et les groupes religieux dans la vie politique égyptienne, 1928-1948. Le Caire 1978 (en arabe).
Asem al-Desouki : l'idée de nation chez les Frères musulmans, 1928-1954. Le Caire 1976 (en arabe)

Les Frères musulmans ont produit de nombreuses analyses de leurs rapports avec la Révolution de Gamal Abd ai-Nasser et ont donné leur propre interprétation de la lutte à mort engagée entre eux et le régime égyptien. On peut citer :
Hassan al-'Achmawi : Les Frères et la Révolution. Le Caire 1977 (en arabe)
Muhammad al-Ghazali : Les Flèches du Vrai (notamment le chapitre 4, p. 67 à 87), Beyrouth, non daté. (en arabe). Quelques articles ont été consacrés à ceux que l'on a désigné comme les « groupes islamiques » (al-gama'at al-islamiyya) et à la réémergence d'un courant religieux d'opposition en Egypte. On peut citer:
Bernard Lewis:
The return of Islam, in « Commentary » Janvier 1976, p. 39 à 49...
R.S. Humphrey:
Islam and political violence in Saudi Arabia Egypt and Syria. Middle East Journal, 33, 1979.
Hrair Dekmed jian :
The anatomy of Islamic revival and the surch for Islamic alternatives. Middle East Journal, 34, 1980.
Saad Eddin Ibrahim:
Anatomy of Egypt's militant islamic groups: Methodological note and preliminary findings. International Journal of Middle Eastern studies, 12,1980. Cambridge.

3 La « loi sur la honte » a été adoptée le 29/1 /80 par l'Assemblée du Peuple pour « protéger les droits du peuple, ainsi que les fondements économiques, sociaux et moraux — y compris les traditions authentiques — de la grande Famille égyptienne ». Elle a été utilisée pour combattre les idées et les doctrines « contraires aux enseignements divins » et pour réprimer la dissidence intellectuelle. Elle donne pouvoir au Procureur général socialiste de priver les personnes poursuivies en vertu de cette loi de leurs droits politiques ou de leur interdire d'exercer une profession en contact avec le public (journalisme, enseignement, barreau...). Elle prévoit également le séquestre du patrimoine des personnes incriminées, leur assignation à résidence et l'interdiction pour elles de quitter le pays.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter