Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Modernisation et nouvelles formes de mobilisation sociale. Volume II : Égypte-Turquie

 | 
Centre d'études et de documentation économiques, juridiques et sociales

Structuration politique du fait communautaire

Les logiques communautaires sous le mandat : le cas des alaouites de Syrie

Nadine Meouchy

Note de l’auteur

Une partie de ce texte est extraite de mes travaux de doctorat qui portaient sur : Les formes de conscience politique et communautaire au Liban et en Syrie à l’époque du Mandat français (1920 - 1939), Université de Paris-IV, juin 1989.

Texte intégral

1La période de l’entre deux-guerres est une période charnière. Elle est le témoin de l’acte majeur du passage de la société levantine, de l’ère de l’Ancien Régime ottoman à la contemporanéité définie par l’Europe. Ce passage, vécu dans le conflit, s’accompagne de deux processus mettant en cause l’ensemble des cloisonnements composant la société :

  • un effort d’unification politique de la société, corollaire d’une rationalisation de la pensée (prise dans son acception européenne).

  • le début de l’individualisation du rapport de l’homme au monde. Un ensemble de facteurs a contribué à la genèse de ce processus et parmi eux, l’extension de la propriété privée des terres, l’égalité juridique des hommes, le développement de l’instruction, l’influence croissante de la culture moderne, l’apparition des premières formes de la vie politique moderne et la création des armées modernes.

2Si ce double processus provoque les premières fissures dans l’ordre social et une irréversible influence dans les esprits, il ne se heurte pas moins à la résistance de structures sociales toujours dynamiques. Il faut distinguer deux niveaux dans cette résistance :

  • le niveau des élites : la résistance est implicite, dissimulée dans le flou conceptuel des discours modernistes et faite d’ambivalence dans la pratique de ces élites.

  • le niveau de la masse des hommes (ruraux ou citadins) où elle est directe, spontanée.

3L’indicateur privilégié pour étudier cette résistance est la mise en place de l’Etat moderne qui s’est accompagnée évidemment de la création de frontières nationales et de l’instauration d’un gouvernement centralisateur. En Syrie, le problème de cet Etat et de la définition d’une identité nationale -condition sine qua non de l’intégration nationale- s’inscrit au cœur de la question politique de l’Unité. C’est donc aussi par le biais de la question de l’Unité que se pose dans toute son ampleur le problème des communautés minoritaires.

4L’Unité réfère à trois notions distinctes : en effet, l’Unité peut être syrienne, arabe ou islamique. Unité arabe et Unité islamique renvoient à une appartenance culturelle. L’Unité syrienne, renvoyant à une notion territoriale, est celle dont le contenu, apparemment le mieux délimité, est en fait le plus flou.

5L’Unité syrienne constitue - avec l’Indépendance - la revendication principale du mouvement nationaliste au cours du Mandat. Elle est directement liée au tracé des frontières de 1920-21 et à la division en Etats de la région, établis par la France et l’Angleterre.

6Au cours de ce processus de division, la politique mandataire française s’est appuyée sur la mise en relief des particularismes régionaux (Etat des Alaouites, Etat des Druses, Etat du Grand-Liban). De plus, les autorités mandataires françaises ont pratiqué à l’égard des populations minoritaires et/ou non-arabes (Assyriens, Arméniens, Kurdes, Tcherkesses etc.) une politique d’encouragement à l’immigration en Syrie, et à l’affirmation de leur particularisme.

7C’est pourquoi les nationalistes refusent obstinément de considérer le problème des minorités :

8« La nation ne connaît pas, dans le domaine national, l’existence de ces minorités ». (al- Jazira, mai 1933).

9Pourtant, sur le plan territorial et politique, l’Unité syrienne - comme je l’ai déjà mentionné - demeure une notion floue : si elle englobe toujours les territoires autonomes syriens, ses limites avec le Liban voisin sont variables ( revendication d’au plus tous les territoires annexés, d’au moins Tripoli, voire reconnaissance des frontières libanaises) et, dans son acception la plus large, elle s’identifie à l’étendue de la Grande Syrie (ou Pays de Châm ou Pays syrien - al-bilâd al-sûriyya -) : de la mer Méditerranée à l’Euphrate et du Taurus au Nil. A ceci près que le Pays syrien ne s’étend pas, au sud, au-delà du golfe d’Aqaba, c’est-à-dire au-delà de la limite entre la Palestine et le désert du Sinaï.

10S’il y a un pays syrien, il n’y a que des Arabes qui le peuplent. Autrement dit, il n’existe aucune tentative officielle de définition d’une syrianité, d’une identité syrienne. Il n’y a pas de « umma sûriyya », et on parle simplement de « umma » dans des contextes qui font explicitement référence à la population de Syrie.

11Seul un petit groupe, politiquement restreint, qui va constituer les partisans du Parti Populaire Syrien, a soulevé le problème de l’existence d’une syrianité. Mais, en la définissant en opposition à l’arabité, ils ont attiré sur eux l’anathème des nationalistes.

12La revendication de l’Unité syrienne, pourrait s’expliquer selon certains, par le fait que les Syriens se sentaient enfermés à l’intérieur de leurs frontières, entourés par une Turquie hostile au Nord, un Liban inamical à l’Ouest, et, entre l’hinterland et la Méditerranée, par un Pays alaouite en lequel les Damascains n’avaient qu’une confiance toute relative. En premier lieu, peut-être, l’Unité syrienne représentait pour les hommes de l’intérieur, une ouverture vers la mer, de là l’insistance avec laquelle les nationalistes réclamèrent Tripoli.

13Ainsi donc, on voit bien que, si se développe au cours du Mandat un sentiment d’appartenance syrienne, il se fonde sur des réactions de défense c’est-à-dire sur des sentiments négatifs. Le nationalisme des Syriens ne peut pas atteindre le stade de la définition d’une identité nationale, garante de l’assise populaire de l’Etat moderne, puisque, hormis l’appel à l’amour de la Patrie, les sentiments positifs de cette identité (histoire commune, vécu commun, etc...) sont évoqués soit dans le cadre de la Grande Syrie, inexistante sur le plan étatique, soit dans celui de l’Unité arabe, et toujours en référence à une appartenance arabe.

14C’est pourquoi l’Unité syrienne comporte au moins trois paradoxes :

  1. sur le plan territorial, c’est une notion floue.

  2. appelée à intégrer des divesités régionales et communautaires, l’Unité syrienne s’appuie sur un discours politique qui les nie totalement.

  3. elle se révèle incapable de fonder un sentiment d’appartenance syrienne positif susceptible de constituer la base d’une identité nationale.

Les Alaouites, de la marginalité au particularisme

15Pour mieux comprendre l’attitude des minorités vis-à-vis de l’Etat moderne en devenir national, je présente ici brièvement l’exemple de la communauté alaouite. A la différence des Chrétiens (excepté les Maronites), les Alaouites et les Druses, constituent des communautés dites « compactes », c’est-à-dire regroupées sur un seul territoire. Communautés rurales de paysans et de semi-sédentaires, elles forment des sociétés rassemblées solidairement autour de leurs chefs traditionnels, et vivant en marge des grandes voies de passage et d’échange. En ce qui concerne la montagne alaouite, cette marge devient un véritable isolement, en comparaison du Jabal Amil (qui a une ouverture sur la Palestine) ou du Jabal Druse (qui est sur le chemin des caravanes de pèlerins) par exemple, et cet isolement s’est trouvé renforcé par l’absence d’infrastructures routière et éducative qui caractérisait cette région.

16L’exemple de la communauté alaouite, à l’époque qui nous concerne, est intéressant pour plusieurs raisons 

  • la société alaouite ne possède pas de direction religieuse unifiée (elle est divisée en 4 sectes) ni de direction sociale et politique unique. L’autorité dans la Montagne alaouite est répartie entre les chefs de 32 clans au moins qui sont regroupés en 4 confédérations : les Kalbiés (12 clans), les Khayyatins (7 clans), les Haddadins (10 clans), les Matawira (6 clans). (Revue du Monde Musulman -t 53 - 1922-23).

  • la distance mentale et géographique existant entre le Jabal Ansariyyé et Damas, au moins jusqu’au début du Mandat, et qui peut être illustrée par l’absence totale d’Alaouites au Congrès Général Syrien réuni au printemps 1919 à Damas et par le fait que la Grande Révolte syrienne de 1925-26 s’est arrêtée aux frontières du Pays Alaouite.

  • la communauté alaouite du Jabal n’a pas donné de véritable figure nationaliste aux dimensions syriennes comme celle de Sultan Pacha Al-Atrach chez les Druses.

  • l’importance numérique de cette communauté : les Alaouites sont globalement évalués à 300-350 000 personnes pour une population totale d’un peu plus de 2 000 000 d’habitants dans la Syrie mandataire (cf. chiffres de population). Ils représentent la deuxième communauté par le nombre en Syrie (jusqu’à aujourd’hui) ; 86 % des Alaouites de Syrie vivent dans la montagne qui porte leur nom (Khoury, p. 520).

17Cette communication porte uniquement sur les Alaouites vivant à l’intérieur des frontières du Pays alaouite.

18À partir du moment où les Français ont créé l’Etat des Alaouites - doté d’un Conseil Représentatif local - qui garantissait l’autonomie de la Montagne et la préservation du pouvoir de l’aristocratie traditionnelle, et où le Mandat gagna les faveurs de la population par ses travaux d’intérêt public et la sympathie ouverte de ses agents à l’égard des Alaouites, la communauté nusayrie s’estima globalement satisfaite. Cependant il faut bien constater deux choses :

  1. dès que commence à poindre le risque d’intégration (aux plans juridique et politique) de la Montagne dans l’Unité syrienne, les élites alaouites se mobilisent sur la scène politique :

  • à partir de 1927, lorsque le mandataire a entrepris de doter la Syrie d’une Constitution et d’un gouvernement légitime afin d’avoir un interlocuteur reconnu avec lequel négocier le Traité.

  • en 1933 avec la réactivation des négociations sur le Traité dont l’enjeu est l’Unité syrienne.

  • en 1936, année de la signature du Traité franco-syrien.

  1. les seuls mouvements, au cours de l’entre-deux-guerres, qui vont mobiliser la population rurale s’affirment nettement dans les limites de la Montagne alaouite, et dans la tradition des mouvements d’opposition au pouvoir central :

  • la révolte du Chaykh Saleh el Ali (1919-1921).

  • le mouvement des Murchidiyyin autour de Sulayman Murched.

19(Pour des raisons liées à son contexte historique, je ne parlerai pas ici de la révolte du Chaykh Saleh.)

20Je vais donc développer les deux points mentionnés qui recouvrent, en fait, la distinction que j’ai faite en introduction entre le niveau des élites et celui de la masse des hommes dans la résistance de la société à l’Etat moderne.

L’épopée de Sulayman Murched, prophète, dieu, chef de bande et député

21Sulayman Murched est issu d’une famille très pauvre d’un petit village (Jubet Burghal) du Nord-Est du Jabal, en territoire Khayyatin. Ce berger analphabète commence à faire parler de lui en 1923, lorsqu’il se présente comme un prophète auquel les villageois attribuent des pouvoirs guérisseurs. Arrêté en 1924, il est condamné à trois mois d’emprisonnement par le Tribunal de Lattaquié ; ce bref séjour derrière les barreaux a grandi sa réputation et c’est à partir de cette date qu’apparaissent les « Murchidiyyin », partisans envoyés dans les autres régions pour rallier les villageois. Murched passe désormais du statut de prophète à celui de dieu (rabb). Arrêté une seconde fois et exilé pendant un an à Raqqa sur l’Euphrate, Murched dès son retour met en place une stratégie d’alliances matrimoniales (qui lui vaudra d’avoir 13 épouses) parmi les chefs de tribu et les chaykhs religieux alaouites. « La nouvelle secte se contente de prôner le retour aux pratiques orthodoxes de la religion alaouite : c’est une nouvelle flambée de la vieille doctrine chiite sous le souffle d’un inspiré. Cela n’empêche pas d’ailleurs celui-ci de soigner ses intérêts matériels ; (...) les dons en argent, en bétail, en terres, ne cessent d’affluer et il perçoit une taxe sur les transactions commerciales, sur le tabac fumigé en particulier. Jobet Borghal devient un centre politique, une petite capitale et, pour la relier au monde extérieur, Sleiman fait construire par ses hommes, malgré les difficultés du terrain, une piste automobile » (Weulersse, p. 336)

22Les autorités françaises choisissent alors d’utiliser la popularité grandissante de ce dieu- prophète, plutôt que de la combattre. (Les Murchidiyyin sont estimés à environ 40 000 au début des années trente et à 50 000 personnes en 1939). Des contacts sont établis entre les Français et Sulayman Murched qui reçoit dès lors des livraisons d’armes ; l’attachement de Murched à l’autonomie du Jabal en fait pour les Français une carte à jouer contre les nationalistes.

23Murched est désormais en mesure de monter une forte bande armée (isâba) grâce à la collaboration technique de quelques officiers et à la protection acquise de chaykhs religieux. Sur les territoires où ses partisans dominent, Murched lève l’impôt et monte ses propres tribunaux.

24A partir de 1933, le débat animé autour du Traité avec la France, offre l’occasion aux notables ambitieux de se mettre au premier plan sur la scène politique locale (congrès, délégations etc. ). Le Traité, signé en 1936, qui rattache administrativement la province de Lattaquié à Damas permet à ces notables « de s’engager dans la politique à un niveau national et de représenter les intérêts particuliers de leur communauté dans la capitale syrienne ». (Khoury, p. 524).

25En novembre 1937, Murched, qui a acquis une immense fortune foncière, est élu député de son caza d’origine (al-Haffé), et il anime au Parlement une sorte de « lobby » alaouite.

26Sur le plan politique, Murched a toujours été partisan de l’autonomie de la Montagne alaouite, et à ce titre, a toujours été protégé par les autorités mandataires. Ce n’est que parce que les Français, pendant une très brève période (1936-1938) qui suit la signature du Traité, semblent s’accommoder du pouvoir nationaliste que Murched, suivant le vent, décide par sa présence au Parlement de collaborer avec Damas ; mais dès que les relations entre Français et nationalistes s’aigrissent à nouveau, il reprend des positions très séparatistes. De même, quelques années plus tard, lorsque le gouvernement de Damas envoie une expédition de gendarmes syriens contre les Murchidiyyin et que les Français laissent faire, Murched redevient un patriote syrien. Pourtant à l’indépendance, en 1946, les partisans de Sulayman Murched et les engagés volontaires alaouites des Troupes spéciales refusent de rejoindre l’armée nationale (al-Jaych al-Watani). C’est pourquoi moins de six mois après le départ des Français, Sulayman Murched est arrêté par le gouvernement de Damas et pendu en novembre 1946 pour crimes contre la nation.

27Il s’agit ici de voir quels sont les caractères de ce mouvement et pourquoi il a « pris » dans la Montagne.

  1. Il s’agit à l’origine d’un mouvement « revivaliste » religieux et c’est à ce titre qu’il attire, en masse, les villageois.

  2. Le mouvement de Sulayman Murched s’inscrit dans la tradition des pouvoirs locaux autonomes tels que le Proche-Orient en connaît depuis des siècles : par la constitution d’une armée locale, de tribunaux, et par le prélèvement fiscal, (cf. par exemple la brève épopée d’un autre Alaouite, Ismaïl Beg, à Laqbé au xix° siècle).

  3. Ces pouvoirs locaux s’érigent à partir du refus des deux symboles du pouvoir central :

    • la conscription,

    • l’impôt, symboles que le chef local se réapproprie pour marquer aux yeux de sa propre société la réalité de son pouvoir.

  1. Enfin on peut considérer que nous sommes en présence d’un mouvement qui s’inscrit dans une tradition culturelle vivante dans le monde arabo-musulman et qui permet qu’un chef spirituel s’affirme d’abord comme « fondateur de puissance temporelle ». (Weulersse, p. 336).

28La période postérieure à la Première Guerre Mondiale est propice à ce type de mouvement puisque les Alaouites, débarrassés de la domination ottomane et assurés grâce au Mandat d’une certaine protection, sont tout disposés à s’affirmer dans leur particularisme ; pour l’écrasante majorité de cette communauté, encore rurale et analphabète, l’affirmation de soi passe tout naturellement par une revivification de l’identité religieuse.

29Sur le plan politique, dans les années vingt, tout semble possible puisque les frontières politiques des Etats modernes font encore l’objet de controverses. Les chefs locaux souhaitent toujours doubler leur pouvoir au sein de la communauté d’un pouvoir dans l’Etat. Jusqu’au Traité, ils espèrent que l’Etat national s’établira dans un cadre régional. Leur espérance déçue, il s’agit désormais pour eux d’arracher autant d’espace que possible au sein de l’Etat moderne nationaliste.

Les élites et l’Unité syrienne

30Ce sont les élites, de par leur nature même, qui témoignent le mieux de l’entrecroisement des différents éléments qui sont simultanément en action, souvent de façon antagoniste, dans la société : elles sont habitées par les images et les oppositions anciennes entre khâssa et âmma, entre catégories sociales détentrices d’un savoir et donc d’un magistère et population inculte, entre citadins et ruraux, elles sont tiraillées par leurs divergences internes entre modernistes et conservateurs, et perturbées par la difficile coexistence à trouver entre leur propre culture sociale et les schémas politiques et sociaux européens qu’elles présentent comme modèle idéal.

31Ces catégories sociales privilégiées par la fortune, le savoir ou le prestige, sont toutes désireuses - comme c’est la règle partout ailleurs de conserver voire de consolider leur position ; mais l’élite moderniste, s’assimilant elle-même à l’image de l’élite éclairée guidant le peuple vers le Progrès, fait entrer, par la connaissance claire qu’elle a des enjeux de la période postérieure à la chute de l’Empire, un élément nouveau dans la conscience collective ; l’élite moderniste incarne la conscience active de la société qui sait désormais qu’elle est entrée dans un processus de transformation sans précédent. Ses membres, dans la vie politique sont promoteurs d’organisations nouvelles, et dans la presse et la culture, promoteurs de nouvelles visions du monde.

32Cependant, la frontière est de plus en plus floue entre l’élite moderniste et les notables ou chefs traditionnels en particulier parce que ceux-ci donnent une éducation moderne à leurs enfants ou proches.

33Dans tous les cas de figures, les élites pensent qu’elles doivent décider pour la âmma, et les villes pour les régions « arriérées ». Il n’y a donc aucune place dans leur représentation de la société pour la remise en cause.

34L’élite moderniste alaouite, bien qu’embryonnaire, est en élargissement constant. Qui la compose ?

  1. Depuis la fin du xix° siècle les paysans alaouites les plus aisés ont commencé à racheter leurs parcelles, et certains d’entre eux s’installent en ville où ils exercent de petits métiers et constituent une catégorie sociale fraîchement citadinisée aspirant à se constituer en bourgeoisie locale (qui entre donc en concurrence avec les Sunnites)

  2. Cette élite est également composée d’éléments issus des familles notables traditionnelles ayant reçu une éducation de type moderne.

35Ce sont les élites de toutes natures qui, à partir de 1933 surtout, font véritablement entrer la Montagne dans le débat politique syrien grâce à leurs prises de position sur l’Unité syrienne. Deux camps sont en présence dans le Gouvernement de Lattaquié :

  1. Les séparatistes ; ce sont, à une écrasante majorité, des membres de l’aristocratie traditionnelle (chefs religieux/chefs tribaux) auxquels s’associent certains éléments de l’élite moderniste (avocats et médecins surtout). Ils demandent soit le rattachement direct de leur province à la France, soit son indépendance administrative, soit l’Unité ou la fédération avec le Liban. (D’après nos documents, l’unité économique avec la Syrie n’est jamais remise en cause).

  2. Les unitaires qui regroupent, outre les Alaouites, des notables sunnites et chrétiens. Ce courant qui se développe surtout dans les années trente, à la faveur d’une structuration croissante du mouvement nationaliste dans le pays, bénéficie de l’arrivée d’une nouvelle génération de jeunes gens instruits ; une partie d’entre eux est issue de milieux sociaux désargentés, et trouve difficilement à s’employer ou à s’établir à son compte. Le rattachement du Gouvernement de Lattaquié à l’Etat de Syrie leur ouvrirait sans aucun doute les portes de l’administration locale. Au nom de la compétence et du passé politique, l’aristocratie traditionnelle verrait ainsi son pouvoir remis en cause.

36Dans le courant unitaire, se rangent également quelques chefs de tribus alaouites (Jabir al-Abbas et ses fils Munir, Chawkat, Rida pour la tribu Khayyatin et Ismaïl bey Hawwach pour la tribu Matawira). Les raisons pour lesquelles ils choisissent l’Unité n’apparaissent pas clairement mais sont, sans aucun doute, à mettre en relation avec des rivalités locales de familles et de clans.

37A côté des chefs de tribus, apparaissent un certain nombre de chefs religieux alaouites. Leur présence dans le camp unitaire pourrait bien témoigner d’une opposition entre les chefs religieux, socialement privilégiés, et les chaykhs de villages (qui, si l’on en croit les renseignements français, ont signé en grand nombre la mazbata unitaire du 2 juillet 1936).

38Quelles sont les revendications de chacun des deux camps ?

39A- Pour le camp séparatiste :

40Lors de la réunion de février 1933 à Lattaquié, les « chefs de tribus et notables alaouites, députés, chefs religieux, avocats », adressent une lettre au Haut-Commissaire, Henri Ponsot, pour demander, outre l’indépendance administrative :

  1. l’élargissement des pouvoirs du Conseil Représentatif (dont tous les membres alaouites sont signataires de la lettre).

  2. l’attribution des postes de la fonction publique selon l’importance numérique ; précisons que les Alaouites, s’ils sont majoritaires sur leur territoire, sont encore une communauté de paysans analphabètes. Cependant, comme nous l’avons dit plus haut, cette situation évolue lentement avec le développement d’une bourgeoisie urbaine alaouite, encore très restreinte ; en témoigne la présence, à cette réunion des chefs, d’hommes s’autorisant de leur instruction moderne : ils sont 38 avocats, appartenant aux différentes tribus du Jabal, parmi les 79 signataires identifiés de la lettre. Cette élite (composée d’avocats, de médecins) en formation, bien que très marginale, regarde vers les fonctions de la haute administration entièrement tenue par les Sunnites, et aspire à se tailler sans concurrence, dans un Etat autonome, la place à laquelle son statut d’« élite moderne » lui donne droit ;

  3. l’égalisation de l’impôt du Gouvernement de Lattaquié avec l’impôt syrien, jugé moins élevé.

  4. la suppression du prosélytisme religieux : les notabilités alaouites insistent longuement sur ce point précis de leur revendication. Le Haut-Commissariat est en effet accusé « d’encourager le prosélytisme religieux des Jésuites dans les montagnes alaouites » ; la conversion de 200 Alaouites au catholicisme dans la région de Sâfitâ a provoqué une vive émotion chez les notables qui, après avoir tenu congrès à ce sujet, le 8 avril 1933, ont envoyé une délégation à Beyrouth.

41La revendication de l’autonomie du Jabal Alaouite est donc fondée sur une volonté farouche de préservation communautaire associée au désir de pouvoir des notables. Les chefs de l’aristocratie rurale et l’élite urbaine embryonnaire, s’allient ici pour présenter un front commun contre la menace unitaire syrienne. L’alliance n’apparaît pas, outre mesure, contre- nature puisqu’une large partie, semble-t-il, de cette nouvelle élite est encore attachée aux réseaux sociaux traditionnels dont elle est issue, et dont seuls les notables peuvent offrir à leurs enfants une éducation coûteuse. Venant renforcer cette idée est le fait que rien, dans les revendications exprimées, ne rappelle la mission de l’Etat moderne (éducation, progrès etc...) telles que les modernistes de l’époque l’entendaient. À cela s’ajoute l’inexistence de toute presse alaouite, témoignant du peu d’intérêt porté aux débats d’idées et à la diffusion de la culture, quand dans les autres régions, foisonnent les feuilles de presse car tout le monde a un mot à dire et veut le dire. L’alliance des notables, auxquels la puissance Mandataire a ouvert les portes de l’administration grâce à l’autonomie, ne semble pas avoir d’autre objectif que celui de conserver l’appui de la France jusqu’au jour où ceux-ci auront les forces suffisantes pour conquérir seuls le pouvoir dans le Gouvernement de Lattaquié.

42B- Pour le camp unitaire :

43Dans une « lettre d’Alaouites de Lattaquié », en date du 2 juillet 1936, les partisans de l’Unité syrienne, outre la politique minoritaire de division, reprochent à la France : (Affaires Etrangères. E412. V493. F.126)

    1. de favoriser une catégorie sociale « qui ne représente nullement l’élite ».

    2. de négliger l’instruction publique.

    3. d’imposer une fiscalité trop élevée.

    4. d’avoir permis que les seize ans d’autonomie de la Montagne servent de « marchepied au prosélytisme jésuite » et constituent donc une menace « de disparition à terme » des Alaouites.

44On relèvera la grande similitude des revendications. Hormis la question de l’instruction publique qui connote indubitablement la jeune élite moderniste, les préoccupations sont semblables : assurer un accès au pouvoir, réduire la fiscalité et protéger la communauté alaouite de la conversion au catholicisme.

45Par ailleurs les deux discours politiques s’auto-légitiment en présentant une définition de l’identité alaouite qui repose, pour les séparatistes, sur l’affirmation de la différence entre Alaouites et Syriens (c.a.d. : Sunnites), et pour les Unitaires, sur l’annulation de toute différence : les Alaouites sont musulmans et arabes.

46À l’analyse de plusieurs documents, du type de ceux que j’ai présentés, l’argumentation des deux parties, séparatiste et unitaire, appelle plusieurs commentaires ; tout d’abord, dans les deux cas, le discours repose sur les mêmes séries d’images :

  1. l’image que l’on souhaite donner de soi, en conformité - au-delà de toute espérance - avec l’image sur laquelle le partenaire politique, - la France dans un cas, les nationalistes dans l’autre -, a fondé son alliance. Les séparatistes s’enracinent donc dans une irréductible différence, et les unitaires se noient dans la similitude. Nous notons, à ce propos, que la condition de l’appartenance à l’ensemble syrien passe par l’Islam. L’Islam constitue un des non-dits évidents du discours nationaliste arabe.

  2. la seconde série d’images communes se place dans la perspective du Progrès et de la modernité. Les Alaouites apparaissent comme une population apte à la modernité, c’est-à- dire dans la mentalité de l’époque, apte à s’auto-gouverner dans un Etat moderne. Et puisque la notion de communauté religieuse est perçue comme rétrograde dans cette perspective, le discours séparatiste s’efforce de prouver que les Alaouites sont un peuple à part entière, tandis que les unitaires cherchent à effacer les contours de la communauté alaouite pour n’en faire qu’un membre du corps syrien. Les notables séparatistes, en rejetant la responsabilité de l’arriération de la Montagne alaouite sur les Sunnites, se dégagent vis-à-vis de l’Europe d’une éventuelle remise en cause de leur capacité à gouverner l’Etat qu’ils réclament. Ces mêmes notables insistent aussi sur le combat mené par le « peuple » alaouite contre les « féodaux » sunnites, c’est-à-dire qu’ils situent leur communauté dans une des étapes de la marche vers le Progrès telle que l’a connue la France. Enfin, le symbole politique de Progrès qui est choisi, est celui de l’égalité afin de justifier la constitution d’un Etat de minorités. De même qu’au Liban, et pour la même raison, il n’est jamais précisé s’il est fait référence à l’égalité des hommes, - auquel cas la statut de minorité perd sa raison d’être -, ou bien à celle des communautés - qui vide de son sens la notion européenne d’égalité -. Les Alaouites unitaires, pour leur part, arguent que le progrès du Jabal est lié à la qualité de l’élite qui le dirige : les Français se sont trompés en confiant le gouvernement de Lattaquié aux séparatistes, puisque ce sont les unitaires qui incarnent, par leurs valeurs et leur formation, cette élite éclairée seule capable de guider le peuple. Pour appuyer cette idée, ils réclament le développement de l’éducation publique. La réalisation de l’unité syrienne, à laquelle aspirent les élites unitaires, est une étape de la marche vers le progrès politique parce qu’elle constitue, pour elles, la réalisation de l’unité nationale. Les séparatistes ont donc choisi le thème de l’égalité pour convaincre, les unitaires celui de la liberté, dont l’unité nationale est le symbole.

  3. enfin, la dernière image commune aux deux discours, est celle de la France et, plus généralement, de l’Occident, qui sont vus comme générateurs de la modernité politique. Car, en fait, ce n’est que de cette modernité là qu’il s’agit en dernier lieu, l’instruction du peuple étant un moyen de lui permettre d’en faire meilleur usage. La gloire d’incarner l’idéal, d’être « soldat de l’idéal et de l’humanité » implique pour la France, et pour l’Occident, le devoir de reconnaître aux peuples les droits que cet idéal impose. Séparatistes et unitaires n’ont pas oublié de rappeler l’Occident à son propre discours.

47Le mécanisme et le trame d’expression ne sont pas seulement communs à ces deux discours, ils sont aussi semblables à ceux du discours nationaliste arabe et, de façon plus générale, nous pouvons isoler un type de langage, de vision du monde, qui est particulier aux élites du Pays du Châm (Liban inclus donc), quelles que soient leurs appartenances communautaires et leurs choix politiques. Ainsi par exemple, on relève dans tous les discours, l’intériorisation de l’image négative des Orientaux élaborée par la bourgeoisie d’Europe occidentale, grâce à laquelle elle a justifiée ses entreprises de conquête ; cette image est rattachée à l’idée qu’il n’y a qu’une seule civilisation, « la Civilisation » qui s’est développée en Europe et qui est universelle tout comme la raison qui lui a donné corps.

48L’intériorisation de cette image négative est en contradiction flagrante avec le mouvement d’affirmation culturelle qui fait renaître l’Orient arabe depuis la fin du xix° siècle, mais elle est possible car elle s’articule précisément sur les valeurs qui ont contribué à l’essor de ce mouvement, et que les Syriens eux-mêmes ont érigé en idéal de modernité. Il y a donc en même temps appropriation de cette image et réaction de rejet en tant qu’elle est négative. L’élaboration de la défense par rapport à cette image dépend ensuite de l’argumentation politique choisie ; ce qui peut être illustré avec l’exemple suivant : Najîb al-Rayyis, voulant s’élever contre les députés alaouites séparatistes, écrit dans « al-Qabas » du 14-15 avril 1929 : « la séparation des Alaouites de l’Etat de Syrie tend en réalité à ne pas permettre à la Syrie de paraître aux yeux du monde sous l’aspect d’une nation civilisée apte à se gouverner par elle-même ». Au centre de l’image négative, il y a la communauté, c’est-à- dire un élément fondamental de la définition sociale de l’individu. La négation porte donc au coeur de l’être social syrien, arabe, et de surcroît elle est intériorisée. C’est pourquoi la démarche politique de ces élites - alaouites, comme nationalistes arabes - traduit une incapacité ou un refus de regarder leur propre réalité sociale. La reconnaître explicitement voudrait dire assumer une négation insupportable.

49Les élites instruites sont donc confrontées à l’insoluble question de savoir comment leur société peut paraître « civilisée » - à leurs yeux comme à ceux de l’Europe - pour recouvrer l’indépendance politique, et comment elle peut construire l’Etat moderne avec son corollaire, l’intégration nationale, tout en niant ses propres composantes.

50Les élites alaouites rivales dont nous avons vu les argumentations respectives, sont composées des mêmes catégories sociales, témoignent du même souci de leurs intérêts matériels - avec la question de l’impôt par exemple - et, surtout, s’accordent pour préserver la communauté en rejetant unanimement le prosélytisme jésuite. Prosélytisme fondé sur un libre-choix individuel en principe. Certains partisans de l’Unité après avoir longuement plaidé pour le rattachement du Pays Alaouite à la Syrie, avec les arguments que nous avons cités, réclament en conclusion une « Unité syrienne administrativement décentralisée », en précisant : « l’unité nationale est pour nous comme pour tout peuple l’expression du principe de conservation ». (Lettre d’Alaouites ibid). C’est donc bien un groupe social de base, la communauté, qu’il s’agit, en dernier ressort, de préserver devant l’avancée non seulement inévitable mais aussi souhaitée de l’Etat moderne.

51Si la société syrienne est entrée, depuis le début de ce siècle dans une phase de transformation sans précédent, ses structures de base n’en ont pas disparu pour autant : les multiples groupes sociaux - au premier rang desquels la communauté - ont cherché à s’adapter pour ne pas disparaître. En se maintenant, ils ont transporté avec eux dans le champ du politique, les structures mentales, collectives et individuelles, qui leur sont liées. L’espace politique fut en effet rendu accessible à tous par l’Etat moderne grâce au principe de la représentativité.

52En Syrie, comme au Liban, il s’agissait pour les communautés de détourner à leur profit les avantages de l’Etat moderne (représentativité - « Progrès ») tout en annihilant ses aspects dangereux pour elles (intégration nationale).

53En Syrie comme au Liban, au cours de la confrontation entre les communautés et l’Etat, les communautés ont réussi soit ouvertement dans le régime confessionnel libanais soit implicitement par la négation politique de la réalité sociale, à vider de toute substance l’acte fondateur de l’Etat moderne qui est l’unité nationale.

Chronologie administrative et politique du pays alaouite

541920 : Territoire des Alaouites autonome avec Conseil Représentatif (1923) et Gouverneur français.

551922 : le Territoire devient Etat des Alaouites et entre dans la Fédération des Etats de Syrie (Damas et Alep).

561924 : les délégués alaouites se retirent du Conseil fédéral Etat indépendant des Alaouites.

571928 : Assemblée constituante en Syrie.

581930-14 mai : Statut organique de Gouvernement de Lattaquié : un Gouverneur et des Directeurs français ; un Conseil Représentatif de 16 membres : 9 Alaouites, 3 Sunnites, 2 Orthodoxes, 1 Ismaélien, et un représentant des petites minorités chrétiennes (Maronites, Arméniens, Grecs-Catholiques).

591936- sept-nov : Traité franco-syrien

601936-2-5-déc. : Décrets rattachant le Territoire alaouite et le Jabal Druse à la Syrie.

611937-oct. : Elections à deux degrés dans le Territoire alaouite pour désigner les représentants au Parlement.

621939-15 mai : Démission du Cabinet al-Bukhari devant la proposition française de rendre les provinces alaouite et druse à l’autonomie.

631939-7 juil. : Décrets rendant ces provinces autonomes. Démission du président de la République, Hachem al-Atassi. Cession du sandjak d’Alexandrette à la Turquie.

641941-20 sept. : la Syrie proclame son indépendance.

651942 - févr. : les provinces druse et alaouite sont rattachées à l’Etat syrien.

Bibliographie

Indications Bibliographiques

Outre les documents d’archives diplomatiques et militaires :

Beydoun Ahmad, 1984, Identité confessionnelle et temps social chez les historiens libanais contemporains. Beyrouth, Publication de l’Université Libanaise.

Al-Hariri Abû Mûsâ, 1984, al-’alawiyyûn al-nusayriyyûn, bahth fî al- ‘aqîda wa altârîkh, 2° éditio, Beyrouth

Khoury Philip, 1987, Syria and the French Mandate, Londres, Tauris & Co Ltd.

H. Al-Nuri Muhammad (édit.), 1947, al-rabb al-muzayyaf Sulayman al-Murched. Imp. de Damas.

G. Al-Tawil Muhammad, 1924, Târîkh al-’alawiyyin, Lattaquié; 1966, 2° édition Beyrouth.

Weulersse Jacques, 1940, Le Pays des Alaouites, Tours.

Auteur

CERMOC-Amman

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable