Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Modernisation et nouvelles formes de mobilisation sociale. Volume II : Égypte-Turquie

 | 
Centre d'études et de documentation économiques, juridiques et sociales

Structuration politique du fait communautaire

La création des premiers partis politiques musulmans dans les Balkans : le cas de la Yougoslavie

Alexandre Popovic

Texte intégral

1Dans le cadre des « nouvelles formes de mobilisation sociale liées à la modernisation en Egypte et en Turquie », et plus précisément dans celui des « mouvements et logiques communautaires », il n’est peut-être pas sans intérêt d’essayer d’examiner rapidement comment les choses se sont passées chez les musulmans des Balkans, cette « Turquie extérieure », composée de plusieurs communautés ethniques imbriquées (depuis la disparition de l’Empire ottoman) à l’intérieur des divers Etats-Nations dont elles font dorénavant partie. Je voudrais analyser ici un cas précis, celui de la création et du fonctionnement des premiers partis politiques musulmans, dans l’idée d’aborder en même temps une question beaucoup plus vaste : comment s’est posé, et surtout, comment éventuellement a pu être réglé, un très grand problème pour ces communautés religieuses (et parfois ethniques aussi), différentes par rapport à leur environnement, à savoir celui de leur « identité politique » ?

2La naissance et l’évolution des premiers partis politiques musulmans dans les Balkans est un sujet passionnant et important qui pourtant (à quelques rares exceptions près) n’a pratiquement pas été abordé jusqu’à présent de façon scientifique. On peut trouver deux raisons majeures à cette carence. D’une part une telle étude se heurterait inévitablement à certains mythes que professe l’appareil dirigeant yougoslave depuis quarante-six ans. D’autre part, les documents de base pour une telle étude (presse musulmane et non musulmane locale et documents d’archives) n’ont encore été ni déterrés, ni analysés. Il s’est produit très rapidement pour les communautés musulmanes des Balkans après la fin de la domination ottomane, dans les nouvelles conditions créées par la disparition de « l’ordre ancien », un phénomène double, parfaitement senti et formulé par les deux organisateurs de cette rencontre, Iman Farag et Alain Roussillon, qui, rappelons-le, dans la présentation de la réunion qu’ils préparaient, écrivaient déjà : « en caricaturant, ce qui s’engage dans un cas, c’est une bataille contre la religion et les systèmes d’action et d’identification pour lesquels celle-ci sert de référent ; dans l’autre, ce qui se livre c’est une bataille pour la religion, dont l’enjeu est de savoir qui parviendra à s’assurer le contrôle des légitimités liées à la religion ».

3Si l’on veut parler globalement des partis politiques musulmans dans les Balkans, on doit préciser en premier lieu qu’en fait les partis de ce genre n’ont existé officiellement que sur le territoire yougoslave, et cela d’abord (à partir de 1906) en Bosnie-Herzégovine (qui faisait alors partie de l’Empire austro-hongrois), puis (à partir de la fin 1918/début 1919) dans l’ensemble des principales régions musulmanes de la Yougoslavie, à savoir : aussi bien en Bosnie-Herzégovine, qu’au Kosovo et en Macédoine, cette dernière étant appelée à cette époque « Vieille Serbie » ou « Serbie du Sud ».

4Pourquoi n’y a-t-il pas eu du tout de partis politiques musulmans dans les autres pays des Balkans et du Sud-Est européen en général ?

5Il y a pour cela, me semble-t-il, plusieurs raisons que voici :

  • en Hongrie, en Roumanie et en Grèce, la cause en est avant tout le trop petit nombre de musulmans dans chacun de ces trois Etats pour pouvoir espérer former de véritables partis de ce genre ;

  • dans deux autres pays de la région, c’est à dire en Albanie et en Bulgarie, donc là où le nombre de musulmans était largement suffisant pour une telle expérience, c’est la politique menée par les gouvernements respectifs de ces deux Etats qui s’opposait très fermement à une telle éventualité. En Albanie, en effet, la population musulmane était alors largement majoritaire (70 % de la population du pays) et les divers gouvernements locaux qui se sont succédé entre 1912 et 1939 ont surtout cherché à éviter à tout prix les clivages éventuels formés sur une base confessionnelle, afin de pouvoir créer, ou recréer (suivant les différentes opinions existantes à ce sujet), une nation albanaise. Quant à la Bulgarie, entre 1878 et 1941, c’est la discrimination « habituelle », consécutive à une haine très profondément ancrée chez l’ensemble de la population chrétienne du pays envers l’islam (et envers la communauté musulmane locale en particulier) qui empêchait à cette époque toute tentative qui aurait pu se manifester dans ce sens.

6Essayons enfin de dire quelques mots sur les tendances diffuses et les éventuels groupes organisés, ou encore les groupes que l’on pourrait appeler « informels », préfigurant le rôle des partis politiques à l’époque de l’Empire ottoman, et notamment vers la fin de son existence, donc au xixe et au début du xxe siècle. On pourrait dire à juste titre que, parmi les musulmans de Roumélie, les principaux clivages, tendances et mouvances diverses, en dehors de ceux qui étaient régis par la stratification sociale de la population, s’agençaient sur deux niveaux différents, le niveau « politique » et le niveau « religieux », qui d’ailleurs s’interpénétraient mutuellement.

7Sur le plan « politique », ces clivages s’articulaient naturellement autour des décisions venant du « gouvernement central » d’Istanbul. Cela veut dire qu’au moment de l’affaiblissement de plus en plus visible de l’autorité centrale, et au moment des grandes réformes lancées par celle-ci (réformes dites du Tanzimat et celles qui s’ensuivirent), il fallait se placer ipso facto, soit pour, soit contre ces décisions. Dans ce dernier cas on devait opter obligatoirement pour l’une des diverses tendances existantes, représentées soit par des gouvernants locaux « dissidents », soit par ceux qui avaient pris le pouvoir, s’étant insurgés contre les décisions de la Porte (voire contre la Porte tout court). Les actes de ces derniers seront souvent présentés par la suite, selon les falsifications habituelles des historiographies locales, comme des manifestations tangibles du « nationalisme », et de l’amour pour la patrie, alors que leurs condottieri (dont les motivations profondes n’apparaissaient pas toujours très clairement, ou semblent même avoir été plus ou moins douteuses) seront proclamés, par la suite, « promoteurs » de l’indépendance et de l’esprit nationaliste local, qui couvaient depuis toujours. Sur le plan « religieux », on observait inévitablement, et comme partout ailleurs dans le monde musulman, d’un côté les deux tendances classiques, celle des « conservateurs » (dits qadîm-istes) qui prônaient le retour vers les bases de la « religion pure » des premiers temps de l’islam, et celle des « réformateurs » (dits djadîd-istes) qui luttaient pour promouvoir une « mise à jour » et une « réinterprétation » de la loi religieuse, plus conforme aux progrès du monde moderne ; et de l’autre, quelques tendances plus ou moins analogues (allant dans un sens ou dans l’autre) véhiculées par les diverses confréries mystiques musulmanes, mais dont les aspirations ne se manifestaient pas toujours de façon très précise.

Les partis politiques musulmans de Bosnie-Herzégovine entre 1878 et 1918

8La première chose à dire au sujet de ces premiers partis politiques musulmans est que leur création ex-nihilo ne fut pas du tout, bien entendu, chose facile. Il fallait, en effet, non seulement trouver une clientèle, s’organiser et se structurer sur le plan local (selon les diverses couches sociales et leurs intérêts propres), mais aussi (et même surtout) faire face aux trois principales forces extra-communautaires : d’un côté, la politique et le nationalisme serbes (derrière lesquels se trouvait l’Etat serbe, avec l’immense potentiel nationaliste représenté par l’ensemble des Serbes disséminés à travers la future Yougoslavie) ; d’un autre côté, la politique et le nationalisme croates (dont la situation était plus délicate du fait de la plus faible importance numérique des Croates en Bosnie-Herzégovine et de la non existence d’un Etat croate) ; et enfin, la politique austro-hongroise (sur laquelle nous reviendrons tout de suite). Sans oublier aussi qu’il fallait à ces partis adopter une position vis-à-vis de l’Empire ottoman que certains musulmans locaux continuaient à considérer comme leur seule véritable patrie (toutefois, comme on peut s’en douter, la révolution jeune turque de 1908 posera à ces derniers de délicats et difficiles problèmes).

9Un passage intéressant chez B.Djurdjev illustre parfaitement la situation :

10« De 1882 à 1903, le rôle principal dans la politique austro-hongroise en Bosnie et Herzégovine fut joué par B. Kallay, ministre des Finances de la monarchie bicéphale et par ailleurs historien bien connu. Pour maintenir la Bosnie et l’Herzégovine sous forme de corpus separatum à l’intérieur de la double monarchie, et pour arrêter l’extension du nationalisme serbe et croate, Kallay essaya de créer une « nation bosniaque » et une « langue bosniaque ». Mais cette politique ne réussit pas à rallier un nombre suffisant de partisans parmi la population locale, car les Serbes et les Croates avaient déjà acquis une conscience nationale, et la majorité des musulmans à nationalité « non déclarée » considéraient la Turquie comme leur mère-patrie. En outre, de nombreuses familles musulmanes s’étaient installées en Turquie, et les hommes politiques musulmans avaient toujours rappelé les droits souverains du sultan ottoman sur la Bosnie et l’Herzégovine. Il n’y eut [donc] qu’un petit nombre d’intellectuels et de [grands] propriétaires musulmans pour adopter la cause du « nationalisme bosniaque » (B.Djurdjev, Encyclopédie de l’Islam, Leiben, Brill, 2° édition).

  • 1 Sur les problèmes des partis politiques musulmans de l’époque en général, cf. les remarques de F. H (...)

11Il est hors de question, bien entendu, d’essayer d’analyser ici tous les partis politiques musulmans locaux de l’époque et de suivre en détail les méandres de leur action politique1, mais on doit au moins mentionner les plus importants parmi eux, qui sont au nombre de cinq :

  • 2 Musavat (Egalité) hebdomadaire, puis bi-hebdomadaire, paraissait en serbo-croate, tout d’abord à Mo (...)

12(a) « Muslimanska Narodna Organizacija » (MNO, « Organisation populaire musulmane ») appelée aussi parfois « Muslimanska Narodna Stranka », « Parti populaire musulman », créé en décembre 1906. Son organe était le le journal Musavat2.

13Fin mars 1910, ce parti s’est scindé en deux partis :

14MNO d’un côté et « Muslimanska Demokratija » (cf. infra, « b ») de l’autre.

  • 3 Zeman (Le temps) paraissait à Sarajevo trois fois par semaine, en serbo-croate, tout d’abord du 2 s (...)

15Le 14 septembre 1911 le MNO a fusionné avec « Muslimanska Samostalna Stranka » (« Parti autonome musulman ») (cf. infra, « d »), donnant ainsi naissance à un nouveau parti « Ujedinjena Muslimanska Organizacija » (« Organisation musulmane unifiée ») (cf. infra, « e »), dont l’organe était le journal Zeman3.

  • 4 Novi Musavat (Nouvelle Egalité) paraissait à Sarajevo en serbo-croate deux fois par semaine, du 30 (...)

16Cependant, une partie des membres du MNO, n’ayant pas voulu adhérer à cette union, garda l’ancien nom de MNO ; son organe fut à partir de ce moment-là le journal Novi Musavat4.

17Sur le MNO, on pourrait dire globalement qu’il s’agissait, en fait, du parti des beys et des grands propriétaires terriens, leur servant dans leurs transactions et leurs pourparlers avec le gouvernement local, mis en place par l’Autriche-Hongrie d’une part, et avec les organisations politiques serbes et croates de Bosnie-Herzégovine et de « l’extérieur » (c’est-à-dire de Serbie et de Croatie) d’autre part. D’où viendront d’ailleurs, par la suite, les changements d’orientation successifs de ce parti, suivant les époques et la situation générale.

  • 5 L’hebdomadaire Samouprava (L’autogestion) paraissait à Sarajevo, en serbo-croate, tout d’abord du 3 (...)

18(b) « Muslimanska Demokratija » (appelé aussi parfois « Muslimanska Demokratska Stranka », donc « Parti démocrate musulman ») créé en mars 1910 par une branche dissidente du MNO. Son organe était le journal Samouprava5. Luttant farouchement contre les privilèges des beys et des grands propriétaires terriens musulmans, ce parti prônait l’autonomie locale tout en gardant les « liens indéracinables » (sur le plan religieux) avec le Califat d’Istanbul.

19Insistant sur l’absurdité des essais de propagande en faveur d’une « union musulmane », en arguant du fait que les intérêts « de classe » de tous les musulmans locaux ne pouvaient en aucun cas être les mêmes, il était de tendance pro-serbe, et surtout anti-croate et anticatholique à outrance.

  • 6 L’hebdomadaire Muslimanska svijest (La conscience musulmane) paraissait à Sarajevo en serbo-croate (...)

20(c) « Muslimanska Napredna Stranka » (« Parti progressiste musulman ») créé en août 1908. Son organe était le journal Muslimanska svijest6. Il était de tendance pro-croate (et anti-serbe) très prononcée. Son idée maîtresse était que les musulmans de Bosnie- Herzégovine devaient former avec l’ensemble des Croates de la « Double monarchie » un troisième ensemble au sein de celle-ci, parallèlement aux deux autres déjà existants qu’étaient l’Autriche et la Hongrie.

  • 7 Muslimanska Sloga (L’union musulmane) paraissait à Sarajevo en serbo-croate, deux fois par semaine, (...)

21En février 1910 ce parti changea de nom et devint « Muslimanska Samostalna Stranka » (« Parti autonome musulman ») (cf. infra, « d »), dont l’organe était le journal Muslimanska Sloga7.

  • 8 Sur ce journal, cf. note n° 3.

22En septembre 1911, ce parti fusionna avec le MNO, donnant ainsi naissance, comme nous l’avons vu plus haut, au parti « Ujedinjena Muslimanska Organizacija » (« Organisation musulmane unifiée ») (cf. supra, « a » ; et infra, « e »), dont l’organe était le journal Zeman8.

  • 9 Sur ce journal, cf. note n° 7.

23(d) « Muslimanska Samostalna Stranka » (« Parti autonome musulman ») créé en février 1910 (cf. supra, « c »). Son organe était le journal Muslimanska Sloga9.

  • 10 Sur ce journal, cf. note n° 3.
  • 11 Le quotidien Vakat (Le temps) paraissait à Saravejo en serbo-croate du 2 janvier au premier août 19 (...)

24(e) « Ujedinjena Muslimanska Organizacija », parti créé en septembre 1911 (cf. supra, « a » et « c »). Son organe était tout d’abord le journal Zeman10, puis le journal Vakat11.

25Cette brève présentation des partis politiques musulmans de Bosnie-Herzégovine à l’époque austro-hongroise, ainsi que de leurs programmes et tendances et de leurs organes officiels, fait apparaître très clairement trois constantes qui pourraient être résumées ainsi :

  1. impossibilité absolue de promouvoir une politique musulmane indépendante, mais, au contraire, obligation constante de se placer soit dans l’orbite austro-hongroise, soit dans l’orbite serbe, soit dans l’orbite croate, tout en gardant « un zest » de tendances pro-turques (donc encore à ce moment-là pro-ottomanes) plus ou moins prononcées ; ou bien encore obligation de « naviguer » entre ces quatre pôles ;

  2. apparition très nette de clivages sociaux à l’intérieur de la communauté musulmane locale, aussitôt (et plus ou moins habilement) exploités par les Austro-hongrois, les Serbes et les Croates ;

  3. et enfin, impossibilité totale de dégager une « idéologie politique musulmane » qui ferait unanimité.

26Nous verrons d’ailleurs plus loin que les difficultés vont s’accentuer encore davantage pour les partis politiques musulmans au cours de la période suivante, celle du Royaume de Yougoslavie entre les deux guerres mondiales, c’est-à-dire entre 1919 et 1941.

Les partis politiques musulmans de Yougoslavie entre 1919 et 1941

27La vie politique des musulmans de la Yougoslavie (Etat créé comme on le sait après la fin de la Première guerre mondiale, le 1er décembre 1918) allait se manifester, évidemment, encore plus fortement qu’au cours de la période précédente, par le biais de divers partis politiques musulmans.

28Mais avant d’énumérer ces partis, il convient de rappeler deux caractéristiques majeures les concernant :

    • 12 Il est intéressant de souligner que l’on trouve l’écho de cette situation dès 1920 dans la presse o (...)

    d’une part, il existait une coupure absolue entre les partis politiques musulmans de Bosnie-Herzégovine et ceux de la partie orientale du pays12 ;

  • d’autre part, dans tous ces partis politiques musulmans, l’aspect politique prenait très largement le pas sur l’aspect religieux, au point que l’on pourrait dire que (toutes proportions gardées bien entendu) ces partis étaient éminemment « politiques » et beaucoup moins « musulmans ».

Les partis politiques musulmans de Bosnie-Herzégovine13

  • 13 Sur la formation de ces partis et leurs débuts, cf. A. Purivatra (1974 : p. 66-75). On retrouvera q (...)
  • 14 Le quotidien Jednakost (Egalité) paraissait à Sarajevo en serbo-croate du 16 décembre 1918 au 25 av (...)

29(a) « Jugoslavenska Muslimanska Demokratija » (« Démocratie musulmane yougoslave »), de tendance pro-serbe très fortement prononcée. Ce parti fut créé en décembre 1918 à Sarajevo. Son organe était le journal Jednakost14.

  • 15 Vrijeme (Le temps) paraissait en serbo-croate à Sarajevo, deux fois par semaine, du premier janvier (...)

30(b) « Muslimanska Organizacija » (« Organisation musulmane ») créé en janvier 1919 à Sarajevo. De tendance pro-serbe, son organe était le journal Vrijeme15.

31(c) « Muslimanska Zajednica » (« Union musulmane ») créé en janvier 1919 à Banja Luka. Je ne possède pour l’instant aucun autre renseignement sur ce parti.

32(d) « Jugoslavenska Muslimanska Organizacija » ou JMO (« Organisation musulmane yougoslave ») créé en février 1919 à Sarajevo, et qui allait devenir le plus important parti politique musulman de Bosnie-Herzégovine pendant toute cette période.

33Sur ce parti, cf. la thèse monumentale de A. Purivatra (1974) où l’on trouvera une étude exhaustive et une bibliographie développée. Pour quelques références supplémentaires, cf. A. Popovic (1986 : p. 329, n. 231).

  • 16 Pravda (Justice) paraissait tout d’abord trois fois par semaine puis de façon irrégulière à Sarajev (...)
  • 17 Nasa Pravda (Notre justice) a paru pendant un mois, en serbo-croate, à Banja Luka, du 24 juin au 22 (...)
  • 18 L’unique numéro du journal Glasnik JMO (Le messager de JMO) est paru à Sarajevo en serbo-croate, le (...)
  • 19 L’hebdomadaire Novi Glasnik JMO (Le nouveau messager du JMO) paraissait à Sarajevo en serbo-croate, (...)

34Les organes successifs de ce parti ont été les journaux Pravda16, Nasa Pravda17, Glasnik JMO18 et Novi Glasnik JMO19.

  • 20 L’hebdomadaire Glas Tezaka (La voix des paysans) paraissait à Sarajevo en serbo-croate de mars (fév (...)

35(e) « Muslimanska Tezacka Stranka » ou « Muslimanska Seljacka Stranka » (« Parti paysan musulman ») créé en février (ou en mars ?) 1920 à Sarajevo et dissout après les élections de novembre 1920. De tendance pro-serbe, son organe était le journal Glas Tezaka20.

  • 21 L’hebdomadaire Obrana (La défense) paraissait à Sarajevo, en serbo-croate, du 26 mars au 9 septembr (...)

36(f) « Muslimanska Narodna Stranka » (« Parti populaire musulman ») également créé en mars 1920 à Sarajevo et dissout après les élections de novembre 1920. Il s’agissait du parti des beys, grands propriétaires terriens (ceux que l’on appelait dans la terminologie locale de l’époque « les féodaux »). Son organe était le journal Obrana21. Sur ce parti cf. S. Ceric (1968 : p. 188) et A. Purivatra (1969 : p. 180 et 1974 : p. 109).

  • 22 le journal Domovina (La Patrie) paraissait à Saravejo en serbo-croate, trois fois par semaine, du 3 (...)

37(g) « Muslimanska Radikalna Stranka » (« Parti radical musulman ») qui s’est présenté aux élections de novembre 1920 sous le nom de « Muslimanska Nezavisna Lista » (« Liste indépendante musulmane »). Il fut créé à Sarajevo en 1920 et dissout en 1922. Ce parti était de tendance pro-serbe (plus précisément, il se situait dans la mouvance du parti radical serbe) et son organe était le journal Domovina22. Sur ce parti et ses dirigeants, cf. S. Ceric (1968 : p. 188) et A. Purivatra (1969 : p. 179 et 1974 : p. 108-109).

  • 23 L’hebdomadaire Irsad paraissait en serbo-croate à Saravejo du 21 juin au 26 novembre 1924 (133 numé (...)

38(h) « Jugoslavenska Muslimanska Narodna Organizacija » (« Organisation populaire musulmane yougoslave ») créé en 1922 à Sarajevo et dissout en 1924. Il s’agissait en l’occurrence d’une fraction dissidente du JMO. Son organe était le journal Irsad23. Sur ce parti, les raisons de sa dissidence vis-à-vis du JMO et les luttes entre les différentes tendances à l’intérieur de celui-ci (pro-serbes et pro-croates, « progressistes » et « conservateurs », partisans de la « gauche » et de la « droite », etc.), cf. L. Massignon (1923 : p. 234) ; S. Ceric (1968 : p. 197) ; A. Purivatra (1969 : p. 210 et 1974 : p. 173-183 et p. 605-609) ; et aussi M. Hadzijahic (1974 : p. 151 et 210).

  • 24 L’hebdomadaire Reforma (La Réforme) paraissait en serbo-croate, à Sarajevo, du 23 mars au 6 juillet (...)

39(i) Et enfin, « Organizacija Naprednih Muslimana » (« Organisation des musulmans progressistes ») de Sarajevo, fondée en 1928 et dissoute après quelques mois. Il s’agissait plutôt d’une association luttant pour l’émancipation des musulmans, et notamment des femmes musulmanes, que d’un parti politique à proprement parler. Son organe était le journal Reforma24.

Les partis politiques musulmans de « Serbie du Sud »

  • 25 Sur la situation politique des musulmans de Serbie du Sud, cf. H.M. Rebac (1921 : p. 459-465).

40Trois partis politiques ont existé en « Serbie du Sud » à cette époque25 :

41(a) « Dzemijet » (appelé au début « Isljam Muhafazaji Hukuk Dzemijet ») (« Association pour la défense des droits des musulmans ») était le principal parti politique des musulmans albanais et turcs de la Macédoine, du Kosovo, de la Metohija et du Sandjak, créé en 1919 et dissout en 1925.

  • 26 Hak (La Justice) paraissait à Skoplje, en turc et en serbo-croate, tout d’abord trois fois par sema (...)
  • 27 Hak Yolu (Le chemin de la justice) a paru à Skoplje, en turc et en serbo-croate, pendant très peu d (...)
  • 28 L’unique numéro ( ?) de Mücahede (La lutte) aurait paru (d’après I. Eren, 1969 : p. 378) à Skoplje (...)

42Ses organes ont été les journaux Hak26, Hak Yolu27 et Mücahede (« Mudzahede »)28.

43Il serait extrêmement important, pour la compréhension de la situation des musulmans au Kosovo et en Macédoine à cette époque (et pour la démystification des relations entre les Serbes et les Albanais de Yougoslavie), de disposer d’une bonne monographie sur le parti « Dzemijet ». Je crains malheureusement que cela ne soit pas pour demain, bien que l’on dispose de beaucoup de documents d’archives et de quatre mille pages du journal Hak (et de ses successeurs). Cela demanderait, en effet, non seulement la connaissance parfaite de l’albanais, du turc et du serbo-croate, mais aussi la possibilité d’accès (ce qui n’est pas le cas actuellement) à tous les fonds des Archives du Kosovo, de Skoplje et de Belgrade, sans parler du fait qu’aucune bibliothèque yougoslave ne dispose de la collection complète des journaux Hak, Hak Yolu et Mücahede ! Cf. en attendant, les quelques brefs articles concernant « Dzemijet », parus dans les différentes encyclopédies yougoslaves, et notamment dans Narodna Enciklopedija (article écrit par J.Prodanovic) ; dans Hrvatska Enciklopedija (Zagreb, 1945, p. 519) ; dans Enciklopedija Leksikografskog Zavoda (Zagreb, 1956) ; dans MEP (Belgrade, s.d.) ; et dans Enciklopedija Jugoslavije (Zagreb, 1958, t. 3, p. 193-194, article écrit par S. Poposki).

  • 29 Le journal Isik (Clarté) paraissait trois fois par semaine à Skoplje en turc, du 21 juillet 1927 au (...)

44(b) « Demokratska Zajednica » (« Union démocrate ») de Sko-plje, branche « locale » (pour les musulmans de « Serbie du Sud ») du parti démocrate yougoslave. Cette « branche » a fonctionné de 1927 à 1929. Son organe était le journal Isik29.

45(c) Enfin, « Socijalisticka Radnicka Partija » (« Parti socialiste ouvrier »), une branche locale (pour la population turque de la région) du même parti, créée à Skoplje en 1920.

  • 30 Sosyalist Fecri (L’aube socialiste) paraissait à Skoplje, en turc à partir du 10 septembre 1920. je (...)

46Ce parti n’avait évidemment rien de « musulman » et n’avait aucune connotation religieuse. Son organe était le journal Sosyalist Fecri30.

  • 31 Cf. à ce sujet un article extrêmement intéressant de D. Begic (1965).

47Je m’abstiendrai naturellement d’essayer de présenter ici l’historique de ces différents partis politiques, leurs programmes successifs, leur « tactique » (à court et à moyen terme) et les coalitions qui se sont nouées ou défaites entre eux ou en association avec les principaux partis politiques (non musulmans) du pays, au cours de ce quart de siècle ; car cette description (qui serait d’un grand intérêt par ailleurs, bien entendu !) relève beaucoup plus de la politologie31 que de l’histoire musulmane et dépasse, en tous cas, les ambitions de cet article. J’essaierai donc de dire en deux mots ce qui me paraît être l’essentiel.

48Premièrement, ces partis n’étaient naturellement que des « partis d’appoint » qui, même dans le cas des deux seuls « grands partis musulmans », JMO et Dzemijet (car les autres ont soit existé pendant très peu de temps, soit avaient un nombre d’adhérents très réduit), ne pouvaient compter tirer leur épingle du jeu qu’au prix d’un louvoiement extrêmement subtil entre les grands partis au pouvoir ou dans l’opposition, en s’alliant pour des raisons « tactiques », tour à tour aux uns et aux autres, suivant le besoin du moment, tout en essayant de maintenir auprès de leurs propres électeurs un semblant de cohérence et de « pureté originelle » vis-à-vis de leur programme de départ ; l’ingrédient « islamique » servant ici (selon une habitude bien connue) soit à faire vibrer la corde des « valeurs éternelles » de l’islam, de sa civilisation et de sa culture, soit à stigmatiser les « hodjas retardataires, obtus et rétrogrades » qui ont enfermé ces valeurs éternelles de l’islam dans un carcan de dogmes et de superstitions, causant ainsi le retard des masses musulmanes face à la population environnante.

49Et deuxièmement, on trouvera très rapidement aux leviers de commandes de ces partis politiques musulmans les ex-grands propriétaires terriens (de l’époque ottomane) qui chercheront à travers cette nouvelle situation (et y arriveront souvent), avant tout, à court- circuiter les effets de la réforme agraire et à retrouver (ne serait-ce qu’une partie) de leurs privilèges antérieurs ; ce qui amènera, après des marchandages âpres et serrés, des alliances électorales aussi passagères qu’inattendues.

50Comment conclure, si ce n’est en constatant ce qui semble ressortir de soi-même, c’est-à-dire :

  1. l’existence de différents partis politiques musulmans créés suivant les clivages sociaux de la population musulmane du pays ;

  2. la non-existence d’un parti politique musulman capable de rassembler autour de soi toutes les ethnies musulmanes du pays ;

  3. la non-existence sur le territoire yougoslave de non musulmans ayant adhéré à un parti politique musulman ;

  4. mais, en revanche, l’existence bien entendu de beaucoup de musulmans ayant adhéré aux différents partis non musulmans du pays.

51Tous ces partis politiques ont disparu au cours de la Seconde guerre mondiale, à l’époque de l’occupation allemande de 1941, et ils n’avaient pas réapparu depuis puisque le Parti communiste yougoslave s’était octroyé lui-même le droit de « représenter » officiellement, depuis la fin de la guerre, l’ensemble de la population du pays. On pourrait se demander maintenant, à juste titre me semble-t-il, au moment où j’écris ces lignes (septembre 1990), alors que le pseudo-libéralisme yougoslave consécutif au désastre économique, social et moral de l’ensemble du pays voit fleurir un grand nombre de partis politiques, y compris de partis politiques musulmans, si ces derniers pourront échapper (et de quelle manière) au scénario auquel on avait assisté pendant la période allant de 1906 à 1941.

Bibliographie

Aleksic (D.), 1960 : Nasa rec (1931-1941), od islorijata nanapredniot pecat vo

Makedonija, Skopje, Kultura.

Bajraktarevic (F.), « Mostar », Encyclopédie de l’Islam s.v. (t. III, p. 649 de l’éd. fr.).

Balagija (A.), 1940 : Les musulmans yougoslaves, Alger, La Maison des Livres.

Begic (D.), 1965 : « Akcije muslimanskih gradjanskih politicara poslije skupstinskih izbora 1935 godine », Godisnjak Drustva Istoricara Bosne i Hercegovine (Sarajevo), t.XVI, p. 173-189.

Begovic (M.), 1931 : O polozaju i duznostima muslimanke prema islamskoj nauci i duhu danasnjeg vremena, Belgrade.

Ceric (S.), 1968 : Muslimani srpskohrvatskog jezika, Sarajevo, Svjetlost.

Corovic (V.), 1929 : « Das Erwachen der jugoslavischen Moslims zum modernen Leben », Slavische Rundschau (Berlin), 1/7, p. 525-539.

Culic (B.), 1965 : « Musavat », Enciklopedija Jugoslavije (Zagreb), t. 6, p. 180.

Djurdjev (B.), « Bosna », Encyclopédie de l’Islam (nouvelle édition), t.I, s.v. (cf. p. 1313 de l’éd. fr.).

Donia (R.J.), 1981: Islam under the Double Eagle: The Muslims of Bosnia and Hercegovina, 1878-1914, Boulder (Distributed by Columbia Univ.Press, New York).

Dzonic (U,), NE: Narodna Enciklopedija, s.v. « Musavat », « Samouprava ».

Eren (I.), 1969 : « Turska stampa u Jugoslaviji (1866-1966) », Prilozi za Orijentalnu Filologiju (Sarajevo), 14-15, 1964-65.

Folic (M.), 1986 : « Sosyalist Fecri gazetesi ve 1919-1921 yillarinda Makedonya YKP ile Kosova ve Metohija YKP iliskileri », Cevren (Pristina), 52, p. 19-40.

Hadzijahic (M.), 1974 : Od tradicije do identiteta. Geneza nacionalnog pitanja bosanskih muslimana, Sarajevo, Svjetlost.

Hauptmann (F.), 1967 : Borba muslimana Bosne i Hercegovine zavjersku i vakufskomearifsku autonomiju (Gradja), Sarajevo, Arhiv SRBIH.

Kapidzic (H.), 1968 : Bosna i Hercegovina pod austrougarskom upravom, SarajevoSvjetlost.

Kresevljakovic (H.) ; Kratak pregled hrvatske knjige u Herceg-Bosni od najstarijih vremena do danas, Sarajevo.

Massignon (L.), 1923 : Annuaire du monde musulman, Paris. MEP : Mala Enciklopedija Prosveta, Beograd.

Pejanovic (Dj.), 1961 : Bibliografija stampe Bosne i Hercego vine 1850-1941Sarajevo, Veselin Maslesa.

Popovic (A.), 1986 : L’Islam balkanique. Les musulmans du Sud-est européen dans la période post-ottomane, Berlin-Wiesbaden, Otto Harrassowitz.

Purivatra (A.), 1969 : Nacionalni i politicki razvitak muslimana, Sarajevo, Svjetlost.

Purivatra (A.), 1974 : Jugoslavenska Muslimanska Organizacija u politickom zivotu Kraljevine Srba, Hrvata i Slovenaca, Sarajevo, Svjetlost.

Rebac (H.M.), 1921 : « Politicki polozaj muslimana u Juznoj Srbiji », Misao (Beograd) VIII, p. 459-465.

Redzic (E.), 1961 : « Drustveno-istorijski aspekt nacionalnog opredjeljivanja’ muslimana Bosne i Hercegovine », Socijalizam (Belgrade), n° IV/3, p. 31-89.

Strika (V.), 1967 : « La comunità religiosa islamica della Jugoslavia », Oriente Moderno, 47, p. 1-46.

Notes

1 Sur les problèmes des partis politiques musulmans de l’époque en général, cf. les remarques de F. Hauptmann (1967 : p. 36-38). Sur l’ensemble de ces partis politiques, cf. Redzic (1961 : p. 53-55 et 64-66) ; V. Strika (1967 : p. 11-13) ; S. Ceric (1968 : p. 163 et 166) : H. Kapidzic (1968 : p. 95- 99) ; A. Purivatra (1969 : p. 133) et (1974 : p. 17-22) ; et R.J. Donia (1981 : p. 169-180 et passim). Cf. aussi à titre de curiosité, deux notices dans la Revue du monde musulman (Paris), 9, 1909, p. 292 ; et 10, 1910, p. 242. Il va sans dire enfin que certains musulmans pouvaient adhérer (et avaient effectivement adhéré) à des partis politiques et à des organisations non strictement musulmans de la région, comme par exemple à l’organisation bien connue « Mlada Bsna ».

2 Musavat (Egalité) hebdomadaire, puis bi-hebdomadaire, paraissait en serbo-croate, tout d’abord à Mostar (du 16 octobre 1906 au 7 septembre 1909) et ensuite à Sarajevo (jusqu’en août 1911). Ont paru en tout 333 numéros. On dit généralement que ce journal reflétait à ses débuts les tendances d’opposition envers l’occupation austro-hongroise des milieux musulmans locaux, avant de changer de camp ; mais il serait peut-être plus simple et même plus juste de préciser qu’il fut tout d’abord un journal pro-serbe, puis pro-gouvernemental (donc pro-austro- hongrois) et pro-croate. Sur les propriétaires et les rédacteurs en chef successifs de ce journal et les personnages qui ont gravité autour de Musavat à des époques différentes, selon leurs propres sentiments politiques et nationaux du moment, cf. U. Dzonic (NE : II, p. 922) ; V. Corovic (1929 : p. 530) ; F. Bajraktarevic (El 2) ; Dj. Pejanovic (1961 : p. 51) ; E. Redzic (196 : p. 52-53) ; B. Culic (1965 : p. 180) ; MEP (II, p. 133) ; et F. Hauptmann (1967 : p. 441-2).

3 Zeman (Le temps) paraissait à Sarajevo trois fois par semaine, en serbo-croate, tout d’abord du 2 septembre 1911 au 24 octobre 1912 (144 numéros en tout), puis à nouveau après une interruption de 6 mois d’avril 1913 jusqu’au début de l’année 1914 (j’ignore le nombre de numéros parus pendant cette seconde période). Il était édité par des musulmans d’obédience plutôt pro-austro-hongroise et pro-croate, dont on trouvera les noms chez Dj. Pejanovic (1961 : p. 77). Dans les numéros que j’ai pu consulter jusqu’à présent (ceux de 1911-12), on dénote également une tendance pro-turque très fortement prononcée.

4 Novi Musavat (Nouvelle Egalité) paraissait à Sarajevo en serbo-croate deux fois par semaine, du 30 décembre 1911 au 19 novembre 1912 (60 numéros en tout). Je n’ai pas pu voir jusqu’à présent aucun numéro de ce journal. On trouvera les noms de ses éditeurs chez Dj. Pejanovic (1961 : p. 78).

5 L’hebdomadaire Samouprava (L’autogestion) paraissait à Sarajevo, en serbo-croate, tout d’abord du 31 mars 1910 au 6 février 1912 (96 numéros), puis ont paru deux autres numéros en 1914 (donc 98 numéros en tout). J’ai pu consulter une vingtaine de numéros jusqu’à présent. Sur ce journal, ses éditeurs et leurs tendances, cf. : U. Dzonic (NE) ; MEP (s.v., p. 511) ; Dj. Pejanovic (1961 : p. 75) ; S. Ceric (1968 : p. 1961) ; et surtout E. Redzic (1961 : p. 55 et 64-65).

6 L’hebdomadaire Muslimanska svijest (La conscience musulmane) paraissait à Sarajevo en serbo-croate de septembre 1908 à janvier 1910 (74 numéros en tout). Je n’ai pu en voir aucun numéro jusqu’à présent. Sur ce journal (pro-croate et anti-serbe à outrance) et ses éditeurs, cf. : H. Kresevljakovic (1912 : p. 51) ; Dj. Pejanovic (1961 : p. 61-62) et surtout E. Redzic (1961 : p. 65-66).

7 Muslimanska Sloga (L’union musulmane) paraissait à Sarajevo en serbo-croate, deux fois par semaine, tout d’abord de 1910 à 1912, puis en 1914 (du 3 février au 3 juillet) (256 numéros en tout). Je n’ai pu en voir jusqu’à présent que quelques numéros de l’année 1914. Il s’agissait bien entendu d’un » prolongement » du journal précédent, mais qui se désolidarisait de celui-ci sur certains points, récusant ainsi par exemple les attaques personnelles, etc. Sur ce journal et les personnages qui l’éditaient, cf. Dj. Pejanovic (1961 : p. 73-74).

8 Sur ce journal, cf. note n° 3.

9 Sur ce journal, cf. note n° 7.

10 Sur ce journal, cf. note n° 3.

11 Le quotidien Vakat (Le temps) paraissait à Saravejo en serbo-croate du 2 janvier au premier août 1914 (158 numéros en tout, plus semble-t-il un numéro spécial). Il s’agissait en fait d’un organe « déguisé » du gouvernement, donc tout à fait pro-austro-hongrois. Je n’ai pu en consulter jusqu’à présent que quelques numéros. Sur ce journal et son éditeur, cf. Dj. Pejanovic (1961 : p. 87).

12 Il est intéressant de souligner que l’on trouve l’écho de cette situation dès 1920 dans la presse occidentale. Cf. ainsi par exemple l’article d’un auteur anonyme, intitulé « The Moslems of Yugoslavia », paru dans The Muslim World, 10, 1920, p. 300-301 (repris de The Near East) où celui-ci décrit longuement l’attitude intransigeante, sur ce plan, des notables musulmans de « Serbie du Sud » et présente une résolution en dix points adoptée au cours d’un meeting des musulmans locaux tenu à Skoplje.

13 Sur la formation de ces partis et leurs débuts, cf. A. Purivatra (1974 : p. 66-75). On retrouvera quelques autres références dans A. Popovic (1986 : p. 329, n. 230).

14 Le quotidien Jednakost (Egalité) paraissait à Sarajevo en serbo-croate du 16 décembre 1918 au 25 avril 1919 (83 numéros en tout). Je n’ai pu en voir jusqu’à présent que quelques numéros qui reflètent assez bien sa tendance pro-serbe et anti-turque. Sur ce journal (et le parti politique dont il était l’organe) ainsi que les personnages qui l’éditaient, cf. Dj. Pejanovic (1961 : p. 94) ; S. Ceric (1968 : p. 188) ; A. Purivatra (1969 : p. 154-6 et 248 ; 1974 : p. 66- 69) ; et M. Hadzijahic (1974 : cf. index).

15 Vrijeme (Le temps) paraissait en serbo-croate à Sarajevo, deux fois par semaine, du premier janvier au 21 février 1919 (15 numéros en tout). Il s’agissait d’un journal de tendance pro-serbe. Je n’ai pas encore pu le consulter. Sur Vrijeme, ses rédacteurs en chef et les personnages qui gravitaient autour de ce journal, et du parti politique dont il était l’organe, cf. Dj. Pjanovic (1961 : p. 100) ; M. Hadzijahic (1974 : cf. index) ; et surtout A. Purivatra (1974 : p. 66-81).

16 Pravda (Justice) paraissait tout d’abord trois fois par semaine puis de façon irrégulière à Sarajevo, en serbo-croate, du 22 février 1919, jusqu’en avril ( ?) 1914 (avec une interruption entre le 28 mai 1925 et le 26 janvier 1926). Il a paru en tout plus de 1700 numéros que j’ai pu consulter en partie. Sur ce journal, ses éditeurs, cf. Dj. Pejanovic (1961 : p. 104-106) et surtout A. Purivatra (1974 : p. 470-475 et passim).

17 Nasa Pravda (Notre justice) a paru pendant un mois, en serbo-croate, à Banja Luka, du 24 juin au 22 juillet 1928 (3 numéros en tout). Je n’ai pas encore pu consulter ce journal. Sur celui-ci et ses éditeurs, cf. Dj. Pejanovic (1961 : p. 161-162).

18 L’unique numéro du journal Glasnik JMO (Le messager de JMO) est paru à Sarajevo en serbo-croate, le premier juillet 1925. Je n’ai pas pu le consulter jusqu’à présent. Sur celui-ci, son éditeur, cf. Dj. Pejanovic (1961 : p. 140).

19 L’hebdomadaire Novi Glasnik JMO (Le nouveau messager du JMO) paraissait à Sarajevo en serbo-croate, du 14 juillet 1925 au 19 janvier 1926. Il y a eu 26 numéros en tout que je n’ai pu consulter qu’en partie. Sur ce jounal, cf. Dj. Pejanovic (1961 : p. 143-144).

20 L’hebdomadaire Glas Tezaka (La voix des paysans) paraissait à Sarajevo en serbo-croate de mars (février ?) à décembre 1920. Il était de tendance pro-serbe et se positionnait contre le JMO. Il y a eu en tout 20 (ou 29 ?) numéros dont j’ai pu consulter un échantillon. Sur ce journal, le parti et ses dirigeants, cf. Dj. Pejanovic (1961 : p. 108) ; S. Ceric (1968 : p. 188) ; M. Hadzijahic (1974 : cf. index) ; et surtout A. Purivatra (1969 : p. 179 et 248-249 ; 1974 : p. 108 et passim).

21 L’hebdomadaire Obrana (La défense) paraissait à Sarajevo, en serbo-croate, du 26 mars au 9 septembre 1920 (27 numéros en tout, que je n’ai pu consulter jusqu’à présent). Sur celui-ci cf. Dj. Pejanovic (1961 : p. 111).

22 le journal Domovina (La Patrie) paraissait à Saravejo en serbo-croate, trois fois par semaine, du 30 octobre 1920 au 12 août 1922 (212 numéros en tout que je n’ai pu consulter qu’en partie). Sur ce journal cf. Dj. Pejanovic (1961 : p. 108).

23 L’hebdomadaire Irsad paraissait en serbo-croate à Saravejo du 21 juin au 26 novembre 1924 (133 numéros en tout que je n’ai pu consulter jusqu’à présent). Sur ce journal, cf. Dj. Pejanovic (1961 : p. 123).

24 L’hebdomadaire Reforma (La Réforme) paraissait en serbo-croate, à Sarajevo, du 23 mars au 6 juillet 1928 (10 numéros en tout). Je n’ai pas pu le consulter jusqu’à présent. Sur ce journal, cf. M. Begovic (1931 : p. 76) ; A. Balagija (1940 : p. 117) ; Dj. Pejanovic (1961 : p. 163).

25 Sur la situation politique des musulmans de Serbie du Sud, cf. H.M. Rebac (1921 : p. 459-465).

26 Hak (La Justice) paraissait à Skoplje, en turc et en serbo-croate, tout d’abord trois fois par semaine, puis tous les jours, du 23 février 1920 au 11 décembre 1924 (956 numéros dont j’ai pu consulter environ le tiers). Sur ce journal, cf. I. Eren (1969 : p. 374).

27 Hak Yolu (Le chemin de la justice) a paru à Skoplje, en turc et en serbo-croate, pendant très peu de temps, c’est à dire du 26 janvier au 3 février ( ?) 1925 (3 numéros en tout que je n’ai pu voir jusqu’à présent). Sur ce journal, cf. I. Eren (1969 : p. 374).

28 L’unique numéro ( ?) de Mücahede (La lutte) aurait paru (d’après I. Eren, 1969 : p. 378) à Skoplje en turc et en serbo-croate le 29 janvier ( ?) 1925. Je me demande s’il ne s’agit pas d’une coquille, car, en toute logique, ce journal aurait dû paraitre après l’interdiction de des journaux Hak et Hak Yolu. En tous cas, je n’ai pas encore pu le consulter.

29 Le journal Isik (Clarté) paraissait trois fois par semaine à Skoplje en turc, du 21 juillet 1927 au premier janvier 1929 (186 numéros en tout dont j’ai pu consulter une partie). Sur ce journal, cf. I. Eren (1969 : p. 375) et une excellente analyse faite par D. Tanaskovic, à paraître.

30 Sosyalist Fecri (L’aube socialiste) paraissait à Skoplje, en turc à partir du 10 septembre 1920. je n’ai pas pu encore le consulter et j’ignore combien de numéros en tout ont paru. Sur ce journal, cf. D. Aleksic (1960 : p. 17-21 et 27-29) ; I. Eren (1969 : p. 383) ; et M. Folic (1986 ; p. 19-40).

31 Cf. à ce sujet un article extrêmement intéressant de D. Begic (1965).

Auteur

EHESS-CNRS

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable