Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Modernisation et nouvelles formes de mobilisation sociale. Volume II : Égypte-Turquie

 | 
Centre d'études et de documentation économiques, juridiques et sociales

Mobilisations islamiques : de la diversité des conduites

Le courant islamique dans les institutions de la société civile. Le cas des ordres professionnels

Amani Qandil

Texte intégral

1En tant qu’institutions de la société civile, les ordres professionnels retiennent l’attention des chercheurs en sciences sociales, attention qui croît quand ces chercheurs tentent d’approcher les processus de développement et de modernisation des sociétés du Tiers-Monde. Les ordres professionnels regroupent en effet l’essentiel de la classe moyenne instruite, assument un rôle primordial dans la direction des projets de changement économique et social. Dans le cas égyptien, plusieurs études ont traité du rôle de certains ordres dans la modernisation (les ingénieurs), ou du rôle politique et national qu’ont joué d’autres ordres (les avocats, les journalistes) ; les chercheurs se sont également intéressés à l’impact des bouleversements politiques et économiques sur l’efficacité des ordres et, enfin, aux relations entre ces ordres et l’Etat. Analyser l’impact du courant islamique à l’intérieur des ordres professionnels en Egypte, c’est lire un des aspects les plus importants de l’expérience du pluralisme en Egypte et de l’interaction entre l’Etat et les institutions de la société civile.

2Le courant islamique s’est imposé comme force dominante au sein de certains ordres professionnels dans la seconde moitié des années 80. Mais l’ampleur prise par ce phénomène, ne coïncide pas forcément avec le moment de son émergence. Celle-ci renvoie à de multiples interactions politiques et sociales en profondeur, relatives tant au courant islamique qu’à l’évolution du pluralisme en Egypte.

3Essayons d’identifier les caractéristiques du courant islamique au sein des ordres professionnels. Trois indicateurs s’imposent au départ.

  1. Les modalités de constitution des listes électorales se réclamant de la bannière/liste islamique (« l’islam est la solution » ou « la voix de l’islam »). Deux tendances peuvent être distinguées :

  1. des candidats qui s’identifient à un cercle plus large que celui des Frères Musulmans, « représenter le peuple égyptien qui est un peuple attaché aux valeurs de l’islam » ;

    • 1 Docteur ‘Abd al-Mun‘im Abû al-Futûh, secrétaire général de l’Ordre des médecins, représente le prem (...)

    un deuxième courant dont les membres affirment représenter les Frères Musulmans et les principes qui sont leurs1. Ainsi, l’acception de ce qu’est le courant islamiste, tel que ses membres se définissent, peut-elle varier. La liste islamique semble effectivement ratisser plus large que l’audience des Frères. Les stratégies électorales et la constitution des listes islamiques démontrent une grande souplesse qui permet d’attirer et de rallier des grandes figures n’appartenant ni à la mouvance des Frères ni à d’autres groupes islamiques.

  1. Le succès considérable de ce courant dans certains ordres : il a réussi à obtenir une grande majorité des sièges des conseils de ces ordres. C’est le reflet d’une remarquable capacité d’organisation et de mobilisation des électeurs.

  2. La multiplicité et la diversité des actions sociale et économique, ainsi que des manifestations à caractère politique et culturel de ce courant.

4Nous tenterons au cours de cette recherche, de répondre à plusieurs interrogations : Pourquoi le terrain des ordres professionnels devient-il un champ d’action politique ? Pourquoi le courant islamique réussit-il remarquablement dans certain ordres et très peu dans d’autres ? Quelles sont les causes qu’il fait siennes ? En quoi sont-elles différentes de celles qui étaient jusqu’alors inscrites dans l’agenda des Ordres professionnels ? La progression de ce courant a-t-elle des répercussions sur la participation syndicale ? Sur la cohérence des groupes et sur l’élaboration des consensus en leur sein ? Sur la démocratie interne et sur les performances de ces Ordres ?

L’efficacité variable du courant islamique au sein des Ordres professionnels

5La montée en puissance du courant islamique n’est pas un phénomène qui s’étend à l’ensemble des Ordres professionnels. Les plus marqués par la vague islamique sont d’abord ceux des médecins et des ingénieurs. Il y a deux ans, le phénomène s’est étendu aux Ordres des professions commerciales et des pharmaciens. Le courant islamique détient la majorité des sièges du conseil au sein de ces Ordres. Un certain type d’activités prédomine, toutes fortement marquées d’un cachet religieux, qu’elles soient politiques, économiques, culturelles ou sociales. Parmi les Ordres professionnels marqués par l’impact du courant islamique, peuvent figurer également les clubs des membres du corps enseignant des universités qui assument certaines des fonctions d’un Ordre professionnel. Les conseils d’administration des clubs de l’Université du Caire, d’Alexandrie et d’Assiout sont dominés par le courant islamique. Le phénomène s’est manifesté au début de la seconde moitié des années 80, dans les clubs des universités et au sein de l’Ordre des médecins. Il a pris de l’ampleur lors des élections pour le renouvellement partiel des sièges en 1987 et 1988. En 1990, lors des élections du conseil de l’Ordre des professions commerciales d’une part et de l’Ordre des pharmaciens de l’autre, la tendance s’est confirmée. Le cas des pharmaciens est particulièrement intéressant puisque plus de 50 % des membres de cet Ordre sont coptes. Le conseil de l’Ordre a toujours été à majorité copte. Cet Ordre mérite d’être étudié de très près tant au niveau de l’origine sociale de ses membres qu’à celui de ses activités.

  • 2 Qandil Amani, 1989, «Les groupes d’intérêts en Egypte», Rapport Stratégique arabe (en arabe), Centr (...)

6D’autres Ordres, par contre, ne connaissent qu’une activité très limitée du courant islamique. Il s’agit notamment des journalistes et des avocats, et cela bien qu’il y ait une présence organisée, reconnue institutionnellement (la commission pour la chari‘a) au sein de l’Ordre des avocats), et des activités culturelles (meetings, tables rondes) à dominante islamique au sein des deux Ordres2.

  • 3 Qandil Amani, 1987, «Groupes d’intérêts et pouvoir politique en Egypte, l’Ordre des instituteurs», (...)

7D’autres Ordres, enfin, ne sont pas du tout marqués par le phénomène. Le courant islamique y est tout à fait absent, tant au niveau institutionnel, qu’à celui de l’action culturelle et sociale. L’exemple le plus éloquent est celui de l’Ordre des instituteurs, qui regroupe plus d’un demi-million d’entre eux3. L’absence du courant islamique y est beaucoup plus significative, si l’on considère l’origine sociale de la majorité des membres de cette profession ; les couches inférieures des classes moyennes où s’amplifient les problèmes socio-économiques : petits salaires, perspectives de promotion limitées, etc. On se serait attendu à une forte présence du courant islamique et à une forte mobilisation des membres de cette profession. Tel n’est pas le cas. Une explication partielle peut être fournie par la nature du rapport entre le pouvoir politique et l’Ordre et par l’insertion de ce dernier dans l’appareil bureaucratique de l’Education nationale.

8Il est peut-être utile, dans le cadre de cette étude, d’introduire une dimension comparative au phénomène et de mettre en perspective la présence massive du courant islamique au sein des Ordres professionnels et son absence au sein des syndicats ouvriers. Absence relevée au niveau des candidatures aux postes de direction de ces syndicats, aux sièges des conseils des syndicats, mais aussi au niveau des activités culturelles et sociales. Malgré la politisation des élections syndicales de 1987, avec la participation de partis et de forces politiques, le succès du courant islamique a été des plus limités. II n’a pas réussi à déborder son implantation dans les secteurs industriels de la production militaire, de l’industrie chimique et du génie. Il faut noter ici que les élections au sein des syndicats ouvriers sont très différentes de celles des Ordres professionnels. Dans le premier cas, les intérêts quotidiens des ouvriers jouent un rôle de premier plan, avec des problèmes et des questions de nature économique (salaire, coût de la vie, rapports avec les conseils d’administration des usines), et à ce jeu, le courant islamique a fait preuve d’une expérience très limitée.

  • 4 Voir à ce propos, Qandil Amani, 1989, «Etat et société : la représentation des intérêts, des hommes (...)

9Si par ailleurs, nous étudions la présence du courant islamique au sein des groupes d’intérêt dont les enjeux sont de nature économique, nous constatons tout de suite son absence totale. Pas d’organisation, pas d’activité ayant un quelconque lien avec le courant islamique. Ni les Chambres de commerce ni « l’Association des hommes d’affaires égyptiens » n’ont été investies par ce courant4.

10Le succès de ce courant dans des secteurs précis et son échec dans d’autres, ne manquent pas de susciter des interrogations. Une première explication partielle résiderait dans la nature des centres d’intérêt de tel ou tel groupe. Dans le cas de groupes dont l’activité est essentiellement concentrée dans le domaine des politiques économiques, liées à une conjoncture mouvante (taux de change, bourse, échanges avec le monde extérieur) le mode de fonctionnement n’est guère propice aux activités du courant islamique. C’est le cas des Chambres de commerce et des associations d’hommes d’affaires. Des considérations similaires valent pour les syndicats ouvriers dont les principaux enjeux relèvent eux aussi des questions de politique économique. Mais dans ce cas intervient un autre facteur qui est la diversification de la classe ouvrière, sa répartition sur un grand nombre de secteurs et d’activités, fait qui rend la mobilisation beaucoup plus difficile. D’autre facteurs sont liés à la nature spécifique de chaque Ordre : les options de la direction, la légitimité et la popularité de celle-ci, la nature de la relation de l’Ordre avec le pouvoir politique et les revendications spécifiques à la profession.

Le contexte politique et social

  • 5 Qandil Amani, 1986, «Les groupes d’intérêts et l’évolution du système politique égyptien», Colloque (...)

11Il est important d’examiner ce phénomène dans le cadre de la conjoncture politique, économique et sociale. La politique d’ouverture économique, l’infitâh, ainsi que le pluralisme restreint ou surveillé au niveau du système politique ont rendu possible à tous les groupes d’intérêt une certaine liberté et leur ont permis de s’exprimer soit dans le cadre des structures traditionnelles pré-existantes, soit dans de nouveaux cadres tels que l’Association des hommes d’affaires5. Néanmoins, le système politique n’accorde toujours pas à certaines forces politiques et sociales, comme les mouvements islamistes, certains courants de gauche, des formes d’expressions légales. Rien de surprenant, à ce que ces courants se soient dirigés vers les syndicats en vue de tester leur impact et leur efficacité et d’en faire un terrain propice à la mobilisation politique. De plus, les partis politiques établis n’ayant pas de base populaire, c’est vers les syndicats professionnels que ces mouvements se sont dirigés. Il est à noter que le parti au pouvoir n’a pas manqué de prendre part aux élections des syndicats en y poussant ses candidats, notamment pour le poste du président de l’Ordre, ce en vue de confirmer sa présence aux postes-clés.

  • 6 El-Kharrat Ihab Edouard, 1988 «Une nouvelle vitalité dans les élections : pour ou contre le courant (...)

12La présence du courant islamique dans les syndicats était donc une alternative à un parti politique reconnu d’une part et d’autre part une réponse à la présence de « représentants du gouvernement » dans les conseils d’administration des syndicats. Cette présence leur a également permis de se mettre en contact avec une clientèle sociale plus nombreuse et plus diversifiée. Le courant islamique a progressivement saisi l’importance de l’action dans ce secteur. Nous ne pouvons donc pas prétendre que le champ syndical ait accordé davantage d’opportunités au courant islamique qu’à ses concurrents. La porte était ouverte à tous les mouvements politiques, qu’ils fussent illégaux, reconnus par le pouvoir ou le représentant. Cependant, seul le courant islamique a réussi à s’infiltrer dans certains Ordres professionnels. Il s’est basé sur son expérience politique historique, sur une bonne organisation, sur son pouvoir de mobilisation et sur sa présence dans les syndicats régionaux. Un des médecins présents sur la liste concurrente à celle du courant islamique aux élections de l’Ordre des médecins de 1988 explique : « La majorité des partisans du courant islamique considèrent la présence devant les urnes comme étant un devoir religieux. De plus, un grand nombre de citoyens, pas nécessairement médecins, ont considéré le soutien financier ou autre comme une obligation de nature religieuse. Durant toute la campagne électorale, je n’ai pas connu le programme de ‘la liste verte’ (islamique). Cependant, leur bonne organisation mérite le respect et elle leur a évidemment accordé des résultats écrasants. Leur efficacité dépasse celle de ceux qui tenaient l’Ordre avant 19806 ».

13Il existe d’autres explications de ce phénomène liées à la situation des syndicats qui en 1980 sont très différents de ce qu’ils étaient dans les années 60 et 70. Ce changement n’est pas uniquement dû à l’augmentation du nombre des adhérents mais aussi aux changements économiques et sociaux qui accompagnent cette massification. Dans la plupart des Ordres, le nombre d’adhérents a doublé dans les années 80. D’où l’augmentation du taux des jeunes (âgés de moins de 35 ans) qui représentent à titre d’exemple 40 % des médecins. Ils ont des problèmes spécifiques et des ambitions difficiles à satisfaire tels les problèmes du logement, du chômage et de l’inflation. Le courant islamique a pris acte des clivages entre les différentes générations au sein d’une même catégorie professionnelle. Il a bien évalué cette nouvelle demande sociale croissante et c’est à elle qu’il s’est adressé en premier. En passant en revue les activités du courant islamique, on constate, en effet, qu’elles visent principalement les problèmes des jeunes. Ainsi, la question du chômage a-t-elle été examinée par l’Ordre des ingénieurs en 1989 et en 1990. Le faible salaire des jeunes médecins est un autre aspect. La vente d’appareils électro-ménagers à crédit, les facilités concernant l’achat d’appartements et de cliniques, accordées aux jeunes médecins n’est-ce pas là une solution à leurs problèmes ?

14Par ailleurs, les Ordres professionnels ne parviennent pas, depuis le début des années 80 à exprimer fidèlement les intérêts et les demandes de leurs membres. D’où le sentiment général que l’Ordre n’est dirigé qu’en faveur d’une minorité profiteuse et qu’il n’offre aucune solution aux problèmes professionnels. Cet état d’esprit explique la faible présence aux élections et aux différentes activités. Pour faire face à cela, le courant islamique a déclaré lors des différentes élections la guerre à la corruption. Il a annoncé qu’il reconsidérerait les choix budgétaires de l’Ordre et qu’il prendrait d’autres mesures en faveur des adhérents.

15En conclusion, la croissance du courant islamique dans certains Ordres professionnels serait due à la conjugaison de plusieurs facteurs :

  • Le contexte politique de démocratie restreinte qui n’accorde pas de représentation légitime partisane à tous les courants politiques et sociaux.

  • Les facteurs liés à la structure sociale et économique des Ordres. Face à cela, le courant islamique a fait preuve d’une remarquable organisation et d’une très grande capacité de mobilisation. Il a, et ceci est bien le plus important, saisi la portée des changements économiques et sociaux qui ont transformé les Ordres professionnels en un nouveau champ d’action politique.

Les manifestations du courant islamique dans l’action syndicale

16L’importance du courant islamique se manifeste le plus clairement dans les urnes. Les candidats islamistes ont en effet réussi à obtenir la majorité aux élections des Ordres des médecins et des ingénieurs en 1986, 1988 et en 1990. Ce fut également le cas en 1990 aux élections de l’Ordre des pharmaciens et à celles des professions commerciales. Il est à remarquer que le courant islamique ne s’est jamais présenté aux élections pour le poste de président de l’Ordre. Dans le cas des médecins et des ingénieurs, celui-ci est en effet soutenu par le gouvernement et par le Parti national démocrate. Aux élections partielles de l’Ordre des médecins en 1988, une liste de gauche a fait son entrée pour la première fois sous l’intitulé d’un « comité de la conscience syndicale ».

  • 7 Ses données sont tirées des communiquées officiels de l’Ordre des médecins.
  • 8 Ordre des médecins, Majallat Al-Atibbâ‘, octobre 1988.

17Il est important de noter que la participation aux élections est en croissance. 19 100 médecins ont pris part aux élections de 1988, 21 500 en 19907, contre 11 800 en 19868. Les électeurs ont doublé en cinq ans. Il est vrai que le nombre de médecins a également augmenté mais avec un taux de croissance moins important. Il a doublé dans les années 80 (40 000 en 1980 pour 96 000 en 90). Le nombre de présents devant les urnes a augmenté de 600 %, de 3 000 en 1980 à 21 500 en 1990.

  • 9 Docteur ‘Abd al-Mun‘im Abû al-Futûh, secrétaire général de l’Ordre des médecins, interview.
  • 10 Déclaration du patriarche Chenouda, suite aux réactions suscitées par son appel et sa publication d (...)

18Les élections de l’Ordre des médecins ont conduit à une victoire du courant islamique et l’augmentation du taux de participation semble directement liée à la participation du courant islamique. Il ne faut pas oublier non plus l’effet des courants opposés au courant islamique. Nous pouvons donc attribuer l’augmentation des participants aux élections à la mobilisation dans le camp islamique ainsi que dans le camp opposé. Aux élections de 1990, ce camp regroupait la gauche, les représentants du gouvernement ainsi que les médecins chrétiens. C’est d’ailleurs lors de ces élections que la plus grande participation de chrétiens a été enregistrée9. Il est à noter que le Patriarche d’Alexandrie Chenouda III avait incité les médecins coptes à se rendre aux urnes. Une première concernant la relation entre l’église copte et l’action publique. Le Patriarche s’en explique ainsi : « J’ai demandé aux médecins coptes de prendre part à ces élections afin de ne pas être accusés de passivité. Chaque Ordre est libre dans le choix de ses représentants, mais il faut que tout le monde fasse son devoir"10. Il est à signaler que les représentants du courant islamique ont obtenu plus de 60 % des voix aux élections de 1988 et de 1990. 40 % des membres de la profession ont donné leur voix à d’autres candidats. On peut se demander dans ce contexte s’il est possible d’obtenir un syndicat « représentatif de tout ses membres » et quelles seront les conséquences d’une action syndicale politisée.

  • 11 Pour plus de détails voir Qandil Amani, 1988, op cit.
  • 12 Résultats de ces élections dans Al-Cha‘b, 28 février 1989.

19Le courant islamique a également remporté une victoire aux élections qui ont eu lieu en 1987 et en 1989 au syndicat des ingénieurs qui regroupe 200 000 membres. Un conflit a opposé les différents courants représentés. En effet, l’assemblée générale s’est divisée en deux groupes, l’un tenant à se maintenir comme seul représentant légitime et l’autre rejetant les instances dirigeantes en place et réclamant que le président de l’Ordre justifie sa gestion. Il y a eu donc un conflit au niveau de la direction et de la représentation légitime que n’a pas connu l’Ordre des médecins. Les candidats islamistes ont dû affronter en 1987 d’autres courants soutenus par le président de l’Ordre, tels les ingénieurs militaires. Ils ont néanmoins remporté les élections, occupant 54 des 61 sièges disputés. De plus, le courant islamique a remporté une autre grande victoire aux élections des syndicats régionaux, dépassant ainsi ce qu’ils avaient réalisé en ce domaine en 198511. De même, aux élections partielles de 1989, le courant islamique a obtenu 41 des 43 sièges disputés12. Il est à remarquer que figuraient certains ingénieurs militaires dans la liste des islamistes.

20Le troisième Ordre professionnel où s’est imposé le courant islamique est celui des pharmaciens. Il a obtenu 10 des 12 sièges disputés. Ces résultats constituent un virage important pour cet Ordre historiquement reconnu pour être à majorité copte. D’où encore une fois la question : « est-il possible qu’un syndicat soit le représentant de tous ses membres ? »

  • 13 Communiqué de l’Ordre des professions commerciales sur les élections, mars 1990 et interview avec C (...)

21Examinons enfin le cas de l’Ordre des professions commerciales. Le courant islamique y a également obtenu une victoire partielle, affrontant d’une part les candidats de gauche et, de l’autre une liste regroupant sous le slogan « pour un syndicat fort et uni » divers éléments. Les islamistes ont concentré leurs efforts sur les branches régionales, préparant ainsi le terrain pour les résultats nationaux. Cependant, s’ils ont obtenu la majorité des sièges de la section de la comptabilité, et se sont partagé les sièges de la section gestion avec les défenseurs d’un syndicat fort et uni, ils n’ont pas réussi dans les sections de sciences politiques et d’économie13.

  • 14 Docteurs ‘Isâm al-‘Aryân et ‘Abd al-Mun‘im Abu al-Futûh entre autres représentants du courant islam (...)

22Les résultats précédents nous montrent la croissance du courant islamique dans les Ordres professionnels. Une question importante se pose : Comment le succès du courant islamique a-t-il influencé l’unité du groupe et l’efficacité de ces Ordres dans l’exercice de leurs fonctions ? L’évaluation du contrôle du courant islamique sur les différents Ordres suscite différentes opinions. La première, représentée en majorité par les sympathisants et membres du courant islamique estime que l’action syndicale a connu une importante mobilisation à partir du milieu des années 80. Ils soulignent que ceci explique la croissance du taux de participation aux élections, due selon eux à la mobilisation du courant islamique d’une part et à l’entrée en action d’autres courants politiques, d’une autre part14.

  • 15 C’est l’avis des docteurs Mukhtâr Sirrî et Ihâb al-Kharrât, candidats sur des listes concurrentes à (...)
  • 16 Docteur Michel Farag, membre de l’Ordre des pharmaciens, entretien avec l’auteur.

23La seconde opinion estime que s’il existe un fort taux de participation dans les Ordres où le courant islamique est actif, ceci serait dû essentiellement aux grands problèmes que rencontrent leurs membres, notamment parmi les jeunes. Les conditions économiques difficiles, le chômage en Egypte et la difficulté d’obtenir un travail dans les pays arabes les ont encouragés à rechercher la solution dans la solidarité de l’Ordre. Ceux qui soutiennent cette opinion ne nient pas que le courant islamique ait réussi à mobiliser un plus grand nombre de partisans et à mobiliser des courants concurrents qui leur sont opposés. Selon eux cependant, c’est la recherche de solutions aux problèmes économiques et professionnels de la jeunesse qui est à l’origine de ce succès15. Certains certifient dans le même cadre que le taux de participation des coptes a également augmenté, notamment dans l’Ordre des médecins et dans celui des pharmaciens. Il faudrait donc craindre que l’Ordre ne représente plus tous ses membres ou « bien pire », qu’il y ait, en réaction à la mobilisation islamique, une liste propre aux médecins coptes16.

  • 17 Charîf Qâsim, interview réalisée par l’auteur.
  • 18 Reportage sur les élections de l’Ordre des médecins, Al-Cha‘b, 17 avril 1990.
  • 19 Ibid.

24Ceci nous mène à la troisième opinion, selon laquelle le courant islamique n’a pas redonné du dynamisme à la vie syndicale. Ce courant aurait suscité des conflits politiques au sein des Ordres sans apporter de solutions aux problèmes strictement professionnels. « Leur programme électoral ne présente en fait rien de nouveau. Les activités de l’Ordre dans les dernières années ne nous révèlent aucun changement »17. Dans ce même ordre d’idées, certains soulignent « qu’au sein de l’Ordre des médecins, le courant islamique a discuté des problèmes des médecins mais n’a pas établi une nouvelle politique médicale »18. D’autres ajoutent : « Ils ont organisé des congrès sur la médecine islamique. Il n’y a pas de médecine islamique ou de médecine chrétienne ! Nous voulons un Ordre qui prenne en charge les intérêts des médecins et résolve leurs problèmes. Peut importe qu’ils soient chrétiens ou musulmans »19.

25S’il existe une opinion estimant positive l’entrée en scène du courant islamique et une autre la trouvant négative, il est certain de toute façon qu’il y a eu une poussée dynamique dans la vie syndicale, due non seulement au courant islamique mais aussi à la tentative de trouver une solution à tous les problèmes accumulés et au contexte politique qui a transformé les syndicats en un champ d’action politique pour les forces privées de partis. D’un autre côté, les activités des Ordres professionnels se sont imprégnées d’un cachet islamique. Ce phénomène ne s’est pas restreint aux Ordres où le courant islamique a remporté des succès électoraux. Il s’est étendu à d’autres Ordres, tel celui des avocats au sein duquel une commission du droit islamique a été formée en 1986. Elle a organisé des activités politiques et culturelles à cachet islamique dont quatre conférences sur les droits de l’homme en islam, un colloque portant sur « le mouvement islamique et les défis actuels ». Cette même commission a organisé une grande réunion sous le titre « Contre la détention, la torture et les violations des droits de l’homme ». Elle publie par ailleurs une revue La défense islamique qui rend compte de l’activité islamique au sein de l’Ordre des avocats. Notons que l’Ordre des médecins a organisé, lui aussi, des colloques du même genre : « Le génie médical dans le Coran », « La médecine et les lois révélées » et « La jeunesse islamique et les défis du siècle ». Il a également organisé des débats autour de questions telles que le conflit confessionnel et le terrorisme. Tous les courants politiques ont pris part à ces débats, ce qui constituerait un des apports positifs de l’Ordre des médecins.

26Reste à examiner l’ensemble de l’apport islamique dans les Ordres professionnels en regard de la double fonction de ces Ordres ; amélioration du niveau de la profession, solution des problèmes des membres d’une part, et de l’autre prise de position face aux enjeux nationaux. L’examen des activités de ces Ordres durant la seconde moitié des années 80 confirme en effet que de sérieux efforts pour l’amélioration des conditions de l’Ordre et des membres de la profession ont été entrepris. De même, les problèmes nationaux, enseignement, santé, chômage, démocratie et respect des droits de l’homme, sont pris en considération et sont à l’ordre du jour, notamment dans le cadre de l’Ordre des médecins. Il est vrai qu’il n’y a pas encore de confrontation décisive et radicale avec les problèmes liés à la profession, mais il est certain qu’il faudra plus de temps pour changer les conditions actuelles.

27Nous pouvons, à bon droit, établir un lien entre la présence islamique dans les Ordres professionnels, le contexte politique et économique, et les changements internes au sein des catégories socioprofessionnelles. Un élément à retenir est que le courant islamique n’est apparu que dans quatre Ordres, à savoir ceux des médecins, des ingénieurs, des pharmaciens et des professions commerciales. Ce qui n’empêche pas l’existence d’indices signalant leur présence dans d’autres Ordres.

28L’avenir du courant islamique dans les Ordres professionnels et par conséquent celui de la relation entre les Ordres professionnels - en tant qu’institution de la société civile - et l’Etat dépend en grande partie des performances de ses représentants. C’est pourquoi il est important de souligner, pour terminer, les variables qui nous semblent intervenir dans ce processus :

    1. La pratique doit refléter les différences entre partis politiques et groupes d’intérêt. Les Ordres professionnels, en tant que groupes d’intérêt, sont des associations volontaires ou non, regroupant des individus en vue de représenter leurs intérêts et satisfaire leurs demandes. Ils ne doivent pas se transformer en terrain de lutte politique entre courants politiques à la recherche du pouvoir. Les performances d’un Ordre sont une variable déterminante dans l’efficacité de l’action syndicale, ainsi que le degré de représentation de la majorité de ses adhérents.

    2. La mobilisation de la majorité silencieuse des membres des Ordres professionnels, tant au Caire qu’en province. Malgré des progrès indéniables, le taux de participation électorale est faible : 35 % dans le meilleur des cas. Les membres sont peu nombreux à prendre part aux activités professionnelles, sociales et culturelles de l’Ordre. Cette mobilisation peut être menée à bien si les membres d’un Ordre acquièrent la certitude que celui-ci, (représenté par le conseil d’administration) œuvre pour l’intérêt de tous, pour celui de la profession et assume ses responsabilités nationales.

    3. La capacité des conseils de l’Ordre à consolider le principe « l’Ordre pour tous », quelle que soit la nature du courant dominant. Ceci exige une capacité de respect des équilibres. Si toutes les activités de l’Ordre revêtent un caractère islamique, on doit s’attendre à une réaction des options politiques et intellectuelles hostiles à ce courant, et la naissance d’un contre-courant copte. Question face à laquelle une grande maturité politique est nécessaire.

    4. L’efficacité des groupes professionnels vis-à-vis des problèmes de société et des problèmes nationaux. Les Ordres, en consolidant leur lien avec la société, peuvent s’affirmer en tant qu’institutions fortes de la société civile. Des problèmes comme la santé, l’éducation, le chômage, la démocratie, les droits de l’homme sont d’importants domaines d’action pour les Ordres professionnels, qui ne doivent toutefois pas s’y impliquer au point d’oublier les intérêts de leurs adhérents et ceux de la profession.

Notes

1 Docteur ‘Abd al-Mun‘im Abû al-Futûh, secrétaire général de l’Ordre des médecins, représente le premier courant. Le second est représenté par des personnalités telles que Yûsuf ‘Abd al-Rahmân, président du club des membres du corps enseignants de l’université du Caire.

2 Qandil Amani, 1989, «Les groupes d’intérêts en Egypte», Rapport Stratégique arabe (en arabe), Centre d’études politiques et stratégiques, Al-Ahram, Le Caire.

3 Qandil Amani, 1987, «Groupes d’intérêts et pouvoir politique en Egypte, l’Ordre des instituteurs», Premier congrès annuel de sciences politiques, CPRS, Faculté d’économie et de sciences politiques, Université du Caire.

4 Voir à ce propos, Qandil Amani, 1989, «Etat et société : la représentation des intérêts, des hommes d’affaires aux syndicats ouvriers», Colloque Etat et société, CPRS, Faculté d’économie et de sciences politiques. Université du Caire.

5 Qandil Amani, 1986, «Les groupes d’intérêts et l’évolution du système politique égyptien», Colloque organisé par la Faculté de sciences politiques et l’Ordre des professions commerciales, Le Caire.

6 El-Kharrat Ihab Edouard, 1988 «Une nouvelle vitalité dans les élections : pour ou contre le courant salafite ?» (en arabe), Majallat Al-Atibbâ‘, n° 103, octobre, Le Caire, p 48.

7 Ses données sont tirées des communiquées officiels de l’Ordre des médecins.

8 Ordre des médecins, Majallat Al-Atibbâ‘, octobre 1988.

9 Docteur ‘Abd al-Mun‘im Abû al-Futûh, secrétaire général de l’Ordre des médecins, interview.

10 Déclaration du patriarche Chenouda, suite aux réactions suscitées par son appel et sa publication dans le journal copte Watani aux côtés de la liste des candidats coptes. Al-Cha‘b, 28 février 1989.

11 Pour plus de détails voir Qandil Amani, 1988, op cit.

12 Résultats de ces élections dans Al-Cha‘b, 28 février 1989.

13 Communiqué de l’Ordre des professions commerciales sur les élections, mars 1990 et interview avec Charîf Qâsim membre du conseil de l’Ordre. Une des originalités de cet Ordre est qu’il regroupe au delà de toute logique proprement professionnelle, les diplômés des différentes sections des Facultés de commerce et de la Faculté d’économie et de science politique qui comporte également une section de statistiques. A la fin des années 1970, un mouvement s’était constitué au sein de cette Faculté pour la constitution d’un Ordre autonome. Il n’a abouti qu’a la création de sections au sein de l’Ordre des professions commerciales (NDR).

14 Docteurs ‘Isâm al-‘Aryân et ‘Abd al-Mun‘im Abu al-Futûh entre autres représentants du courant islamique, interviews réalisées par l’auteur.

15 C’est l’avis des docteurs Mukhtâr Sirrî et Ihâb al-Kharrât, candidats sur des listes concurrentes à celle du courant islamique. Interviews réalisées par l’auteur.

16 Docteur Michel Farag, membre de l’Ordre des pharmaciens, entretien avec l’auteur.

17 Charîf Qâsim, interview réalisée par l’auteur.

18 Reportage sur les élections de l’Ordre des médecins, Al-Cha‘b, 17 avril 1990.

19 Ibid.

Auteur

Centre national de la recherche sociale et criminologique Le Caire

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable