Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le désert oriental d'Égypte durant la période gréco-romaine : bilans archéologiques

 | 
Jean-Pierre Brun
, 
Thomas Faucher
, 
Bérangère Redon
, 
et al.

Vie romaine dans le désert Oriental d’Égypte : Alimentation, puissance impériale et géopolitique

Marijke Van der Veen, Charlène Bouchaud, René Cappers et Claire Newton

Texte intégral

Introduction

1Le désert Oriental d’Égypte, situé entre le Nil et la mer Rouge, reçoit des précipitations annuelles moyennes de seulement 5 mm ; il est aujourd’hui classé comme hyper-aride et ces conditions étaient déjà bien installées avant le début de la période romaine (Zahran, Willis 1992). Par conséquent, la végétation est rare, sauf dans certains wâdis bien arrosés, et la région n’a connu ni agriculture, ni occupation permanente au cours des 10 000 dernières années. Le désert Oriental est cependant riche de ressources précieuses, allant de l’or et des émeraudes utilisées dans les bijoux et autres objets de valeur, à la pierre de haute qualité utilisée pour la construction, la statuaire, pour les thermes, les bassins et les sarcophages, largement employés dans des constructions de prestige de l’Empire. En outre, l’un des wâdis principaux, le wâdi al-Hammâmât, offre une voie commode pour traverser les montagnes du Nil à la côte de la Mer Rouge, et cette route a été utilisée au moins depuis les temps pharaoniques ; à l’époque romaine, elle formait la principale voie d’accès au port de Myos Hormos (Sidebotham et al. 2008). La pénurie d’eau, la chaleur extrême et le manque de denrées localement disponibles imposent de dures conditions de vie ; les déplacements dans ou à travers la région étaient difficiles et périlleux. Néanmoins, la région a connu une forte activité au début de la période romaine, avec le développement de deux grands ports (fondés durant la période ptolémaïque) pour le commerce avec l’Inde, l’ouverture de plusieurs carrières et mines ainsi que la (re)création de routes et d’étapes pour faciliter l’approvisionnement de ces sites. Les occupants de ces derniers venaient d’Égypte et d’autres parties de l’Empire romain ; il s’agissait de soldats et de leurs officiers, d’ouvriers spécialisés ou non, d’artisans, de marchands de passage, d’épouses, de prostituées et quelquefois d’esclaves (voir par exemple Cuvigny 2003a et b, 2005). À quoi ressemblait la vie des personnes qui travaillaient dans les ports, les carrières et les sites d’étape ? Menaient-ils une vie difficile, loin de leur famille et de leurs amis et sans les aménités habituelles du mode de vie romain ? Étaient-ils tenus éloignés de la culture romaine en vivant dans une région reculée de l’Empire ? Ou bien leur travail était-il tellement essentiel pour l’Empire qu’ils étaient bien intégrés et approvisionnés ?

2Au cours de ces trente dernières années, de nombreux projets archéologiques ont abordé cette question et bien d’autres et leurs résultats sont présentés dans ce volume. Cet article se concentre sur un aspect fondamental : la nourriture. Qu’est-ce que mangeaient les travailleurs présents sur ces sites et comment étaient-ils approvisionnés ? Dans quelle mesure leur régime alimentaire était-il varié ? Est-ce que des différences d’approvisionnement sont décelables entre les sites ? Leur alimentation peut-elle être comparée à celle des habitants de la vallée du Nil et d’autres parties de l’Égypte ? Nous présentons et discutons dans cet article les résultats des études archéobotaniques de produits alimentaires retrouvés en abondance dans les dépotoirs associés aux sites archéologiques. Les restes végétaux proviennent de dix sites, tous datés entre le ier et le début ou le milieu du iiisiècle après J.-C., bien que certains d’entre eux aient été occupés avant ou après. L’approvisionnement en viande et autres protéines animales est présenté par Martine Leguilloux dans ce même volume.

Contexte

3Les Romains ne furent pas les premiers à exploiter les riches ressources du désert Oriental. Après une période d’exploitation pharaonique, des travaux systématiques furent réalisés au cours de la période ptolémaïque pour exploiter et traverser la région. L’occupation romaine de l’Égypte entraîna une intensification de la présence humaine dans la région, et à la fin du ier siècle après J.-C., un système bien organisé fut mis en place pour sécuriser les points de ressource en eau (Brun 2018 ; Redon 2018 ; Sidebotham 1986 ; Sidebotham et al 2008). Au cours de cette période, les deux carrières du Mons Claudianus et du Porphyrites furent mises en exploitation et l’activité des deux ports, Bérénice et Myos Hormos, augmenta (fig. 1). Pour approvisionner et assurer la sécurité de ces ports, ces carrières et ces mines, un certain nombre de routes furent construites à partir de la vallée du Nil, ainsi qu’une série d’étapes fortifiées, fortins ou praesidia (Sidebotham 1986, 2017 ; Sidebotham et al 2008). Des soldats étaient détachés dans ces fortins pour assurer la sécurité et la police des routes. Les points d’étapes possédaient des puits et des logements, fournissaient de l’eau, de la nourriture et du fourrage aux voyageurs fatigués et à leurs animaux, à intervalles réguliers d’une journée de marche, tous les 20-25 km environ selon le terrain.

Fig. 1

Fig. 1

Localisation dans le désert Oriental d’Égypte des sites mentionnés dans le texte. Carte : S. Goddard.

© M. Van der Veen

4La nourriture et l’eau étaient nécessaires pour ceux qui voyageaient sur les routes, mais aussi pour les occupants des étapes caravanières et les travailleurs des ports et des carrières. Comme pratiquement aucune nourriture n’était produite sur place dans le désert Oriental, la grande majorité des denrées devait être apportée depuis la vallée du Nil ou, pour les poissons, de la mer Rouge. Les délais d’approvisionnement étaient longs. Par exemple, le trajet de Qena (Kainepolis) à la carrière du Mons Claudianus prenait cinq jours lorsqu’on transportait des provisions. De Coptos au port de Myos Hormos, il fallait compter six ou sept jours lorsqu’on utilisait des ânes comme principal animal de bât et 12 jours de Coptos à Bérénice (Bülow-Jacobsen 2003 ; Pline, Histoire naturelle 6.29.103 ; Strabon, Géographie 17.1.4). Le transport des grandes et lourdes colonnes et autres blocs de pierre extraits des carrières pouvait prendre plus d’un mois. Les quantités de nourriture nécessaires étaient considérables, compte tenu à la fois du grand nombre de carrières, de mines, de fortins routiers et de ports qu’il fallait approvisionner, et du nombre élevé de personnes qui y travaillaient à certaines périodes de l’année. Bien que les chiffres exacts ne soient pas connus et qu’ils aient fluctué, un ostracon de la carrière du Mons Claudianus donne une liste de 917 personnes qui s’y trouvaient un jour donné (Cuvigny 2005). Les estimations effectuées montrent que 500 à 900 hommes ont pu résider en permanence sur l’ensemble des fortins (30 praesidia avec environ 15-30 hommes chacun selon Cuvigny 2003 ; Maxfield 1996). En outre, d’importantes quantités de fourrage étaient également nécessaires. En effet, un grand nombre d’animaux de bât et de trait (ânes et dromadaires) transportaient les marchandises entre la vallée du Nil et les ports et les blocs de pierre des carrières vers la vallée du Nil, ainsi que des aliments et de l’eau à tous ces sites. Ces animaux devaient donc être nourris avec du fourrage apporté de la vallée car les pâturages disponibles dans le désert étaient insuffisants.

5Ainsi, la logistique nécessaire réclamait beaucoup d’efforts et d’organisation. Les riches archives que constituent les ostraca découverts dans les dépotoirs comprennent des comptes, des lettres privées et des instructions officielles ; elles offrent un tableau détaillé de cette logistique (Bagnall 1986 ; Bagnall et al . 2000 ; Bülow-Jacobsen 1997, 2003 ; Cuvigny 1996, 2000, 2003 ; Rufing 1993). Elles nous apprennent que des caravanes régulières parcouraient les routes et assuraient la fourniture des besoins de base, tandis que des lettres privées soulignent que de nombreux autres aliments étaient demandés par les travailleurs et envoyés par leur famille et leurs amis, soit par la caravane officielle, soit par l’intermédiaire de personnes se déplaçant entre les différentes stations. La viande et les légumes sont fréquemment mentionnés dans ces documents (voir aussi ci-dessous).

6En outre, les ostraca donnent des informations sur les salaires de la main-d’œuvre employée dans les carrières. La main-d’œuvre qualifiée (pagani : maçons, forgerons, carriers) recevait une ration mensuelle de blé (1 artabe = environ 39 litres), une ration de vin et un salaire de 47 drachmes en général. Une fois par mois ces travailleurs donnaient des instructions spécifiques au fourrier (entolai) où ils demandaient les aliments qu’ils voulaient et indiquaient comment ils voulaient que leur salaire soit dépensé. Nous savons ainsi qu’ils demandaient souvent que leur ration de blé soit versée à leurs proches restés dans la vallée du Nil afin qu’elle soit transformée en pains ensuite transportés dans le désert ; leur salaire était en partie utilisé pour acheter de l’huile, des lentilles, des oignons et des dattes (Cuvigny 1996). De leur côté, les travailleurs non qualifiés employés dans les carrières (familia) recevaient aussi chaque mois un salaire (d’un montant inconnu), une artabe du blé, des lentilles et de l’huile ; une fois par an, on leur donnait un ensemble de vêtements (Cuvigny 1996, 2000). Dans les fortins d’étapes, les céréales pour les soldats étaient habituellement livrées en nature, puis moulues et utilisées pour faire du pain cuit sur place (Brun 2011 ; Cuvigny 2012, p. 30 ; Maxfield 2007 ; Van der Veen et Tabinor 2007). Bien que les textes nous renseignent sur la gestion de l’approvisionnement et listent un nombre considérable de denrées et de produits alimentaires, beaucoup d’autres informations peuvent être obtenues à partir des échantillons végétaux, fauniques et céramiques. On se reportera à Leguilloux (2003, 2011, 2018) pour la l’approvisionnement en viande et en poisson, à Bouchaud et al. (2018) pour le bois, à Bender (2018) et Wild (2018) pour les textiles et à Tomber (1996, 2006, 2008, 2018) pour les céramiques. Pour notre part, nous abordons ici les vestiges d’aliments végétaux.

Table 1

Type de

site

Nom du site

(nom actuel)

Abrév.

Nb d’échan-tillons

0,5 mm

Nb de litres 0,5 mm

Nb d’échan-tillons

2 mm

Nb de litres

2 mm

Ponc-tuels

Nb total de restes de plantes alimentaires (hors balle)

Références

Ports

Bérénice

BE

228

456

-

-

45,142

Cappers 2006

Myos Hormos

(Quseir al-Qadim)

MH

43

57

40

490

9,789

Van der Veen 2011

Carrières

Mons Claudianus

MC

59

55

63

1260

8,063

Van der Veen 2001

Mons Porphyrites

MP

35

37

31

620

7,530

Van der Veen, Tabinor 2007

Tiberianè (Barud)

TI

8

10

8

160

353

Van der Veen 2001

Domitianè/Kainè

Latomia (Umm

Balad)

KL

6

11

-

-

814

Newton, en prép.

Fortins Praesidia

Badia

BA

10

12

1

20

361

Van der Veen, Tabinor 2007

Maximianon

(al-Zarqā’)

MA

26

30

2

2

1,975

Newton, inédit

Xèron Pelagos

(Jirf)

XE

19

63

-

-

14,729

Bouchaud, inédit

Didymoi (Kasm

al-Menih)

DI

34

54

-

-

2,266

Tengberg 2011

Sites archéologiques du désert Oriental ayant livré des restes végétaux datant de la période du ier au iiie s. de notre ère, incluant pour chaque site des informations, les abréviations utilisées dans les tableaux et figures, et la bibliographie complète des rapports archéobotaniques. Voir aussi l’annexe 1.

Les données botaniques

7Grâce aux conditions arides du désert Oriental, les restes organiques sont généralement bien conservés sur les sites romains et les restes d’aliments végétaux tels que les céréales, les graines, les noyaux de fruits, les parties végétatives des plantes, y compris la paille, ainsi que les os d’animaux, les textiles, le cuir et certains papyrus ont été retrouvés lors des fouilles archéologiques. Des produits alimentaires d’origine végétale ont été collectés au sein des assemblages carpologiques sur dix sites archéologiques (tableau 1, fig. 1) : les deux principaux ports (Bérénice et Myos Hormos), quatre sites de carrière (Mons Claudianus, Porphyrites, Kainè Latomia (initialement appelé Domitianè, mais renommé Kainè Latomia après la mort de Domitien, aujourd’hui connu sous le nom Umm Balad) et Tiberianè (aujourd’hui connu sous le nom de Barud), ainsi que des fortins (Badia sur la route joignant le Porphyrites au Nil), Maximianon (également connu sous le nom de al-Zarqā ’), sur la route de Myos Hormos au Nil, Didymoi et Xèron Pelagos sur la route de Bérénice au Nil. Comme les fouilles ont été menées par différentes équipes archéologiques et que l’échantillonnage carpologique a été exécuté à différentes échelles, nous utilisons la présence / absence de plantes alimentaires et les proportions relatives des composants clés pour comparer les assemblages de plantes de chaque site. Pour plus d’informations sur les stratégies d’échantillonnage et la taille des échantillons récupérés et étudiés, nous renvoyons le lecteur aux publications spécifiques de chaque site (tableau 1, annexe 1). Nous nous concentrons ici sur la période qui s’étend du ier au iiie siècle. Les données concernant les sites de la période ptolémaïque sont encore très rares et, bien que certaines données soient disponibles pour l’Antiquité tardive, celles-ci ne suffisent pas encore pour réaliser une synthèse ; elles sont donc résumées brièvement ci-dessous et figurent dans les annexes 1 et 2.

8La quasi-totalité des restes botaniques ont été récupérés dans ce que l’on appelle les sebakh, grands amas de déchets domestiques trouvés dans et autour des sites archéologiques. Ils contiennent un large échantillon de tout ce que les Romains ont rejeté : des papyrus et des ostraca, des tessons de poteries, des fragments de vases en verre, des restes de vêtements et de chaussures, des charbons et des cendres des foyers, des restes d’aliments et de fourrage, parmi lesquels des ossements d’animaux et des arêtes de poisson, des graines, des noyaux de fruits, des coquilles de noix, des céréales et de la balle de blé et d’orge.

Fig. 2

Fig. 2

1. Grains desséchés d’orge (Hordeum vulgare), Badia (d’après Fig. 4. 19 dans Van der Veen et Tabinor 2007 : 106) ; 2. Grains carbonisés de blé dur (Triticum durum), Badia (d’après Fig. 4.20 dans Van der Veen et Tabinor 2007 : 107) ; 3. Segments de rachis desséchés de blé dur (Triticum durum), Mons Porphyrites (d’après Fig. 4.21 dans Van der Veen and Tabinor 2007 :108) ; 4. Fragments de balle de riz desséchés et ; 5. grain vêtu de riz (Oryza sativa), Myos Hormos (d’après Fig. 2.5 dans Van der Veen 2011 : 46).Photographies : Jacob Morales.

© M. Van der Veen

Fig. 3

Fig. 3

1. Graines de cédrat (Citrus cf. medica) (d’après Fig. 4.9 dans Van der Veen et Tabinor 2007 : 94) ; 2. Graines de perséa (Mimusops laurifolia) (d’après Fig. 4.10 dans Van der Veen et Tabinor 2007 : 95) ; 3. Pignon de pin (Pinus pinea) (d’après Fig. 4.11 dans Van der Veen et Tabinor 2007 : 95) ; 4. Graines de sébeste (Cordia myxa) (d’après Fig. 4.7 dans Van der Veen et Tabinor 2007 : 93). Tous les restes sont desséchés et proviennent du Mons Porphyrites. Photographies : Jacob Morales.

© M. Van der Veen

9Soulignons que la nourriture était, bien sûr, destinée à la consommation humaine et animale, de sorte que les vestiges archéobotaniques correspondent principalement aux parties non comestibles des plantes, à celles qui n’ont pas été digérées ou qui ont été éliminées au cours de la préparation ou de la consommation. Ainsi, nous trouvons des noyaux d’olives et de dattes, des pépins de raisins, des graines de cédrat et de sébeste, des coquilles de fruits à coques comme les noix, les noisettes et les pignons, de même que la paille et la balle des céréales (fig. 2 et 3). Au-delà de ces « déchets » – bien que la paille et la balle ne soient pas vraiment des « déchets » comme nous le montrons dans la partie sur les fourrages animaux ci-dessous –, nous trouvons occasionnellement des restes de préparations alimentaires et, en petites quantités, des aliments accidentellement perdus, par exemple, des grains de blé, d’orge et de riz, des graines d’herbes et d’épices comme la coriandre, le cumin, le fenouil et le poivre noir. Le nombre de ces restes n’est pas nécessairement indicatif de leur place dans l’alimentation. Non seulement les fruits ont un nombre variable de graines –par exemple, chaque olive possède un seul noyau alors que chaque figue contient plusieurs milliers de graines– mais leur valeur nutritionnelle varie aussi, tout comme leurs chances de conservation. Plutôt que de se concentrer sur les chiffres absolus, nous prenons en compte ici principalement la présence ou l’absence, la fréquence et les proportions relatives des composants majeurs afin de lisser les différences de nombre d’échantillons et de volumes analysés pour chaque site. Lorsque les différences d’échantillonnage posent un problème particulier, nous le signalons dans le texte.

Conservation

10Les restes végétaux, comme d’autres matières organiques, se décomposent habituellement avec le temps, mais nous les trouvons dans certains contextes archéologiques qui présentent des conditions de conservation particulières : par carbonisation, imbibition, dessiccation, ou minéralisation. L’environnement hyper-aride du désert Oriental a favorisé la dessiccation comme principal mode de conservation. La décomposition biologique est limitée ou inexistante et la plupart des restes végétaux sont préservés en excellent état, desséchés. Par conséquent, les aliments rejetés par les personnes vivant et travaillant dans les sites du désert Oriental sont encore conservés au milieu des déchets répandus dans et autour des habitats, d’autant plus qu’il y avait peu d’omnivores dans les parages (tels que des chèvres ou porcs) pour consommer les restes de nourriture (comme c’est souvent le cas dans les établissements agricoles des zones tempérées). On trouve des restes de végétaux, tels que des bractées d’artichauts, des pelures oignons et des caïeux d’ail (fig. 4), c’est-à-dire des restes rarement préservés dans des climats tempérés, ainsi que des coquilles de noix, de la paille, des noyaux de fruits, des graines d’herbes et aromates, des céréales et bien plus encore. Malgré des conditions généralement arides, certains sites souffrent de niveaux plus élevés d’humidité, par exemple dans le wâdi al-Hammâmât (voir Bi’r Umm Fawâkhir ci-dessous).

Fig. 4

Fig. 4

1. Bractées d’artichaut (Cynara cardunculus, var. scolymus), Mons Claudianus (Van de Veen 2001) ; 2. Plateaux de tige et caïeux d’ail (Allium sativum), Mons Porphyrites (d’après Fig. 4.15 dans Van der Veen et Tabinor 2007 : 97) ; 3. Plateaux de tige et feuille d’oignon (Allium cepa), Mons Porphyrites (d’après Fig. 4.14 dans Van der Veen et Tabinor 2007 : 97). Tous les restes sont desséchés. Photographies : Jacob Morales.

© M. Van der Veen

11Des restes carbonisés sont également présents sur les sites (par ex. figure 1, élément 2). Il s’agit d’aliments brûlés au cours des activités domestiques quotidiennes, telles que la préparation des aliments, et des rejets au feu ; mais on les trouve aussi dans les couches formées lors d’incendies, d’activités artisanales, etc. Certains déchets alimentaires ont, par exemple, été jetés dans les foyers des forgerons retrouvés dans les carrières. Par ailleurs, les excréments d’animaux ont été utilisés comme combustible, or ces déjections animales contenaient des restes d’aliments non digérés (grains et paille, voir ci-dessous) : ils représentent une part importante de l’assemblage carbonisé (voir Bouchaud et al 2018, Bouchaud et Redon 2017, Van der Veen 1999).

12Sur les dix sites étudiés, des restes carbonisés et desséchés ont été trouvés, mais en comparant les deux catégories, on constate que les plantes alimentaires desséchées sont bien plus nombreuses que celles découvertes carbonisées (fig. 5). Cette constatation met en valeur la bonne représentativité des assemblages carpologiques des sites d’Égypte (et d’autres zones arides), car ils fournissent un tableau plus complet des aliments consommés que ceux des régions où seuls les restes carbonisés sont conservés. Ces différences aident à évaluer les lacunes que présentent ces derniers sites (Van der Veen 2007).

Fig. 5

Fig. 5

Nombre de plantes alimentaires retrouvées sur chaque site pour la période du ier au iiie s. de notre ère, présenté par type de conservation (dessiccation et carbonisation). Pour les abréviations des sites et les données, se référer au tableau 1. DI (Didymoi) : information indisponible.

© M. Van der Veen

Que mangeaient-ils ?

13En dépit de l’éloignement des sites et des longs parcours empruntés par les caravanes chargées de l’approvisionnement, la gamme des aliments végétaux identifiés est beaucoup plus ample qu’initialement supposée. Certains sites ont fourni plus de 50 plantes alimentaires différentes (fig. 6). Il existe des variations selon les différents types de sites (voir ci-dessous) mais 27 taxons alimentaires de base sont attestés soit dans l’ensemble des dix sites, soit dans au moins huit d’entre eux (tableau 2 ; une liste complète, y compris les noms latins, figure dans l’annexe 2). Il convient de rappeler ici que le nombre d’occurrences d’un taxon est une mesure très approximative de l’importance d’un aliment dans l’alimentation. Non seulement certains aliments sont plus nutritifs ou plus essentiels que d’autres, mais certains ont de plus grandes chances de se conserver. Par exemple, de nombreux fruits ont des pépins ou des noyaux qui sont jetés lorsque le fruit est consommé, ce qui donne un taux de présence plus élevé que les aliments qui laissent peu de déchets, tels que certains légumes, les herbes (par exemple la coriandre), les légumineuses et les graines riches en huile (par exemple le sésame). La présence de ces derniers est ainsi remarquable et très significative.

Table 2

Table 2

Abondance relative des plantes alimentaires les plus communes trouvées sur les dix sites du Haut Empire romain dont il est question dans le texte, c’est-à-dire celles trouvées sur au moins 8 des 10 sites, sous forme desséchée ou carbonisée. √ = présence, √√ = présence dans au moins 50 % des échantillons, ? = identification incertaine. Pour les abréviations des sites et les données, se référer au tableau 1 et à l’annexe 2.

Fig. 6

Fig. 6

Nombre total de plantes alimentaires retrouvées sur chaque site sous forme desséchée ou carbonisée pour la période du 1er au 3e s. de notre ère, par catégorie d’aliment. Pour les abréviations des sites et les données, se référer au tableau 1.

© M. Van der Veen

14Deux céréales, le blé dur et l’orge vêtue à six rangs (fig. 2) font partie des 27 taxons alimentaires les plus communs ; l’orge n’étant pas seulement présente dans les dix sites, mais aussi dans 50 % ou plus des échantillons de tous ces sites. La plupart des sites ont également fourni de petites quantités d’une ou deux autres espèces de blé, le blé amidonnier et le blé tendre (Annexe 2). Mais leurs quantités sont si faibles qu’ils peuvent simplement représenter des contaminants de cultures majeures ou des spécimens peu caractéristiques ou immatures de blé dur ; sur quelques sites cependant (KL, MA, XE), des quantités légèrement plus importantes de blé amidonnier sont présentes, ce qui suggère que ce blé pouvait représenter un approvisionnement à part entière. L’amidonnier (un blé vêtu) était la culture de blé dominante de la période pharaonique ; il a été remplacé par le blé dur (un blé nu) pendant la période ptolémaïque. Cependant, l’amidonnier a continué à être cultivé à petite échelle pendant la période romaine (par exemple Clapham et Rowley-Conwy 2007, Cappers et al 2007 ; Thanheiser 2002), et à des périodes plus récentes. Ainsi, une quantité considérable de blé amidonnier a été trouvée dans la ville islamique de Qusayr al-Qadim, bien que dans un seul échantillon (Van der Veen 2011, pp. 143-144). Le blé tendre (ou froment), un autre blé nu, est commun dans certains sites d’époque romaine, par exemple Kellis dans l’oasis de Dahkleh et Qasr Ibrim dans le sud de l’Égypte (Clapham et Rowley-Conwy 2007 ; Thanheiser 2002) mais sa diffusion à toute l’Égypte est un phénomène moderne (Cappers 2016). Les sites romains du désert Oriental recevaient principalement du blé dur, qui était cultivé dans la vallée du Nil. La fréquence élevée de balle d’orge, ainsi que de balle de blé fait l’objet d’un commentaire dans la section intitulée « Fourrage animal » (ci-après).

15Les lentilles sont également très fréquentes sur tous les sites, tout comme les pois et les vesces, tandis que le lupin blanc, les fèves et les pois chiches sont moins communs. Ces légumineuses apportent d’importants nutriments, en particulier des protéines végétales, dans des régimes alimentaires où les protéines animales étaient un luxe rare. Par ailleurs, deux sortes de graines riches en huile, le carthame et le lin, fournissaient des acides gras essentiels. Huit fruits sont également régulièrement retrouvés, dattes, raisins, figues, olives, sébestes, noix doum, grenades et jujubes épine-du-Christ, qui eux apportent de nombreuses vitamines et sels minéraux. Un autre fruit, la coloquinte, avait peut-être des applications médicinales. Moins fréquents, mais assez courants sont la pastèque, le melon et / ou le concombre – leurs graines sont difficiles à distinguer – le perséa et les câpres. Les légumes comme l’ail, l’oignon, la bette et le chou contribuent également à l’apport en sels minéraux et en vitamines (par exemple : vitamines A, C, K, magnésium, calcium, fer) ; l’oignon et l’ail ont en outre des propriétés anti-inflammatoires reconnues. D’autres légumes, tels que les bettes, le cresson et la laitue, se rencontrent moins fréquemment (voir ci-dessous). De façon surprenante, cinq aromates sont inclus dans cette liste des taxons alimentaires les plus courants : la coriandre, le fenouil, le cumin, le cumin noir et l’ammi (ou ajowan). Ce sont des ingrédients importants en ce sens qu’ils offrent différents goûts et saveurs, variant les préparations des produits de base (céréales, légumineuses) ; ils peuvent également être utilisés dans de nombreuses préparations médicinales. D’autres herbes et aromates sont moins fréquents : l’aneth, la moutarde noire, l’anis et le céleri (Annexe 2).

16Ces résultats montrent une homogénéité dans l’approvisionnement des aliments de base pour chacun des établissements étudiés, bien que des pénuries aient dû exister. La gamme complète des aliments n’était pas accessible à tous (voir ci-dessous), mais les résultats botaniques indiquent que les aliments de base fournis aux ouvriers et aux soldats pouvaient permettre un régime nutritif et équilibré, comprenant des hydrates de carbone (essentiels pour l’énergie), des protéines, des acides gras, des vitamines et des sels minéraux fondamentaux, des substances médicinales, ainsi que suffisamment d’aromates différents pour varier les goûts.

17La richesse des assemblages botaniques du désert Oriental contraste avec la documentation disponible pour la vallée du Nil, les oasis et le Fayoum, où les données archéobotaniques sont encore relativement rares (Cappers 2005 ; Cappers et al 2007 ; Clapham et Rowley-Conwy 2007 ; Murray 2000, Newton et Clapham sous presse ; Newton et al 2005 ; Smith 2003 ; Thanheiser 2002 ; Thanheiser et König 2008 ; Thanheiser et Walter 2015 ; Thanheiser et al 2016). Les publications disponibles sur quelques sites suffisent toutefois pour réaliser une comparaison simple montrant que tous les aliments disponibles dans ces régions ont également été découverts dans le désert Oriental. Cela indique que les habitants du désert Oriental devaient avoir accès à tous les aliments disponibles dans la vallée du Nil, sous réserve du filtre induit par leur statut social et économique.

L’accès aux produits de luxe

18Comme mentionné ci-dessus, le corpus d’aliments végétaux de base est remarquablement constant (en nombre de taxons différents et non en nombre de graines) sur les dix sites étudiés. Les occupants de ces sites recevaient des céréales, des légumineuses, des fruits, des graines oléagineuses, des légumes, des herbes, aromates et des épices. En revanche, il existe un contraste marqué entre les sites en nombre total de taxons alimentaires différents (fig. 6). Bien que les disparités dues au nombre d’échantillons analysés puissent avoir une incidence sur ce résultat, le tableau qui se dégage semble cohérent. Quatre sites, à savoir les deux ports de Bérénice et de Myos Hormos et deux des carrières, Mons Claudianus et le Porphyrites, ont reçu plus de 50 sortes d’aliments végétaux, tandis que les six autres sites (deux carrières et quatre fortins) présentent 16 à 32 taxons, qui représentent déjà une bonne gamme alimentaire. Les quatre sites qui ont livré plus de 50 plantes alimentaires sont caractérisés par une plus grande variété de noix, de fruits, d’herbes, d’épices et de légumes (tableau 3). Par exemple, les amandes, les pignons, les noisettes et les noix sont assez fréquents sur ces quatre sites, mais absents sur les fortins routiers et deux des carrières, à l’exception de très rares restes de noisettes et de noix à Maximianon. La plupart des plantes trouvées sur les quatre premiers sites étaient à l’époque des aliments rares et coûteux dans la vallée du Nil : les noix, les fruits (tels que la pomme, la pêche, l’abricot, la prune et le cédrat), certains légumes (par exemple l’artichaut) ainsi que les importations orientales (telles que le poivre noir et le riz) (fig. 2 et 7). S’ajoutent à cette liste d’autres aliments rares, tels le sésame, le fenugrec et le tamarin. Ces aliments peuvent être qualifiés d’«  extras » ou de produits de luxe, c’est-à-dire non essentiels à la nutrition humaine mais offrant une qualité distinctive (Van der Veen 2003), comme une saveur ou un arôme particulier (poivre noir, fenugrec, sésame, herbes, cédrat), de la variété alimentaire (pomme, pêche, prune, artichaut, endive, rue, pourpier), des goûts et ou des textures différentes (par exemple les noix qui fournissent des protéines, des sels minéraux et des acides gras supplémentaires).

Table 3

Table 3

Présence des produits alimentaires dits ‘de luxe’ sur les sites de la période du 1er au 3e s. de notre ère, présents sous forme desséchée ou carbonisée, illustrant leur abondance particulière sur les quatre sites ‘riches’, soit Bérénice, Myos Hormos, Mons Claudianus et Mons Porphyrites. Pour les abréviations des sites et les données, se référer au tableau 1 et à l’annexe 2.

Fig. 7

Fig. 7

1. Baie de poivre noir (Piper nigrum) (d’après Fig. 2.3 dans Van der Veen 2011 : 44) ; 2. Graine de badamier blanc (Terminalia bellirica) (d’après Fig. 2.8 dans Van der Veen 2011 : 51) ; Graines de cumin noir (Nigella sativa) (d’après Fig. 4.20 dans Van der Veen 2011 : 168), et 4. Graines de sésame (Sesamum indicum) (d’après Fig. 4.15 dans Van der Veen 2011 : 160). Tous les restes sont desséchés et proviennent de Myos Hormos. Photographies : Jacob Morales.

© M. Van der Veen

19Cette variété alimentaire montre que, à Bérénice, Myos Hormos, au Mons Claudianus et au Porphyrites, certains individus avaient accès à une plus large gamme d’aliments que la plupart des travailleurs et des soldats. Cette observation suggère que, sur ces quatre sites, il y avait une présence régulière de personnes d’un statut social élevé, y compris des officiers de l’armée, qui pouvaient se procurer de tels suppléments. Cela correspond très bien à ce que nous connaissons de la structure sociale de ces sites. Les quatre sites ont dû en effet accueillir un nombre important de personnages de haut-rang : les deux ports, en raison de la nécessité de superviser le commerce des épices, à la fois coûteux et lucratif, et les deux carrières du Mons Claudianus et du Porphyrites, en raison de la nécessité de gérer le bon fonctionnement des carrières qui fournissaient les blocs destinés aux bâtiments de prestige que les empereurs faisaient ériger à Rome. Les deux autres carrières, Tiberianè et Kainè Latomia, sont beaucoup plus petites et furent en positions subordonnées par rapport au Mons Claudianus et au Porphyrites : elles n’avaient certainement pas besoin d’un personnel dirigeant en permanence. Les personnages de haut rang ne résidaient pas dans les fortins (praesidia) mais ne faisaient qu’y passer lorsqu’ils se rendaient dans les ports ou dans les deux grands complexes de carrières. La sporadicité de leur présence se reflète dans les assemblages botaniques : les « extras » y sont rares. Ces aliments sont également rarement mentionnés dans les ostraca trouvés dans les fortins. Par exemple, nous ne connaissons qu’une seule mention de cédrat ou de fenugrec et quatre mentions de pommes dans les ostraca des fortins et quelques rares références aux pois chiches, aux pignons, au sésame et à l’artichaut dans ceux du Mons Claudianus (Bulow-Jacobsen 2003 ; Cuvigny communication personnelle). Cette rareté confirme les données de l’archéobotanique et conforte l’idée que ces aliments n’étaient disponibles que pour certaines personnes.

Les potagers

  • 1 Il n’est pas impossible que les graines identifiées comme étant de type ‘chou’ (genre Brassica) cor (...)

20La découverte de graines de certaines plantes potagères, comme la bette, le chou1, la laitue, le cresson et l’endive (tableau 4) est surprenante car, habituellement, ce sont les feuilles fraîches de ces plantes qui sont consommées et non leurs graines (bien que de l’huile puisse être extraite des graines des crucifères et des laitues). Il serait donc logique de trouver ces graines dans les endroits où les semences sont utilisées, là où les plantes sont cultivées et récoltées, c’est-à-dire dans des jardins. Les feuilles sont généralement récoltées avant que les plantes ne montent en graine. Il arrive parfois que les plantes montent en graines avant que les feuilles ne soient cueillies, auquel cas elles ne sont plus vendues car les feuilles ne sont plus bonnes à manger. La présence des graines de ces plantes potagères suggère donc qu’elles ont été cultivées dans le désert, en plusieurs endroits, avec des eaux de récupération ou l’eau des puits (Cappers 1998, 2006, pp. 140-141 ; Van der Veen 1998, 2001, pp. 200-201 ; Van der Veen et Hamilton-Dyer 1998). La présence de ces cultures apparaît en fait très logique car les légumes frais contribuent fortement à l’apport en vitamine C et en fer, et la lenteur de l’approvisionnement depuis la vallée du Nil rendait irrégulière la livraison éventuelle de tels légumes qui auraient été abîmés ou flétris avant leur arrivée. Les données botaniques sont corroborées par des textes trouvés sur ces sites ; les ostraca mentionnent souvent la livraison, dans un fortin, de légumes cultivés près d’un fortin voisin, par exemple les bettes (O.Claud. 150, 228, 232), le chou (O.Claud. 226, 229, 255, 256 ; O.Krok 85,4 à 6 ; O.Did. 391, 377, 461), l’endive / la chicorée (O.Claud. 228), la laitue (O.Claud. 226, 370) et sans précision les « légumes » (O.Claud. 238, 256, 258, 270). L’origine et la destination de ces lettres suggèrent également que ces légumes étaient cultivés dans plusieurs lieux (Bingen 1997 ; Bülow-Jacobsen 1992, 1997 ; Cuvigny 2007, 2011) (Voir ci-dessous).

Table 4

Ports

Carrières

Fortins (Praesidia)

Abrév. de nom de site:

BE

MH

MC

MP

TI

KL

BA

MA

XE

DI

Choux, navet

-

√√

√√

√√

√√

?

√√

?

-

Bette/betterave

√√

√√

√√

√√

√√

-

Cresson

-

√√

√√

?

-

-

-

-

Laitue

-

-

-

-

-

Chicorée

-

-

-

-

-

-

-

Basilic

-

-

-

-

-

-

-

Menthe

-

-

-

-

-

-

-

Rue des jardins

-

-

-

-

-

-

-

Pourpier

-

-

√√

√√

-

-

-

-

-

Présence et abondance relative des semences de légumes-feuilles sur chaque site pour la période du 1er au 3e s. de notre ère, sous forme desséchée ou carbonisée. √ =présence, √√ =présence dans au moins 20 % des échantillons, ? =identification incertaine. Pour les abréviations des sites et les données, se référer au tableau 1 et à l’annexe 2.

21Les semences de plantes potagères sont plus fréquentes sur les sites de carrières que dans les ports ou les fortins, et ce malgré la faiblesse de l’échantillon des carrières de Kainè Latomia et de Tiberianè (tableaux 1 et 4). Comme la stratégie d’échantillonnage dans le port de Myos Hormos a été identique à celle des carrières de Mons Claudianus, du Porphyrites et de Tiberianè, où de telles graines étaient relativement répandues, une différence d’échantillonnage n’explique pas leur disparité. Il se peut que les ouvriers des carrières soient restés plus longtemps que les personnes qui travaillaient dans les ports, et qu’ils aient eu besoin de légumes frais plus régulièrement ; peut-être aussi, avaient-ils plus de temps libre ? Il se peut également que les endroits où il était possible d’entretenir un potager étaient plus proches des carrières que des ports. Il est certain que l’eau douce, si rare soit-elle dans le désert, était plus facile d’accès dans le désert que sur la côte, où la plupart des eaux étaient saumâtres. Les ostraca indiquent que certains fortins étaient spécialisés dans la culture des légumes : Persou (Bi’r Umm Fawâkhir), Phoinikôn (al-Laqîta) et Kompasi (Bi’r Daghbag), les trois étant situés sur les routes menant aux ports (Bérénice et Myos Hormos), ainsi qu’à Raïma, dont la localisation est inconnue (Bingen 1997 ; Bülow-Jacobsen 2003 ; Cuvigny 2007). L’apparition fréquente de graines de légumes-feuilles dans les carrières du Mons Claudianus et du Porphyrites indique qu’ils étaient également cultivés sur place sur ces sites. Ceci est corroboré par un ostracon du Mons Claudianus qui donne des instructions pour qu’un des hommes aille travailler dans le potager : « laisse Petraerès aller travailler dans le potager » (O.Claud inv 729 ; H. Cuvigny, communication personnelle). Compte tenu de l’éloignement de la carrière et de l’agglomération de Kainè Latomia, la présence de graines de légumes-feuilles (laitue, bette et peut-être cresson et chou) sur ce site indique qu’ils étaient cultivés à proximité, probablement près d’un puits voisin, celui de Sabelbi mentionné dans les ostraca ou bien à Prasou (H. Cuvigny, communication personnelle).

22Disposer d’eau en suffisance était un souci permanent comme on le voit grâce à deux ostraca. Le texte O.Claud. 280 concerne une demande d’eau et de fumier accompagnée du commentaire « les légumes n’ont pas encore poussé » (Bingen 1997). Un autre ostracon trouvé à Umm Balad (fin du ier ou au début du iie siècle après J.-C. ; O.KaLa. inv. 200 H. Cuvigny, communication personnelle) est une lettre écrite par le curator d’un fortin voisin où il y avait un potager. Le texte explique que les légumes n’ont pas bien poussé par manque d’eau. Le chef de poste envoie les bottes de légumes verts (racines et feuilles) provenant de sept plates-bandes dans l’espoir qu’ils puissent être appréciés, peut-être par les ouvriers, car ils seraient indignes de la table du destinataire, Hieronymos, un architectus également connu de Mons Claudianus. Cette lettre pourrait signifier que les légumes frais étaient normalement destinés à des personnes de haut rang, mais d’autres interprétations sont également possibles, voir la discussion ci-dessous.

Le fourrage animal

23L’une des plus abondantes catégories de restes de plantes trouvés sur les sites du désert sont la balle (comptabilisées en nœuds de rachis, l’axe central de l’épi) et la paille, et surtout celles de blé dur. Les grains d’orge sont également nombreux (fig. 2). Le nombre total de fragments de balle de blé trouvés sur les dix sites dépasse 20 000 et le nombre de grains d’orge dépasse 3 000 (données provenant d’échantillons tamisés à 0,5 mm uniquement). Lorsque nous estimons les proportions relatives de balle de blé et d’orge, ainsi que celles de grains de blé et d’orge, un schéma contrasté émerge (fig. 8 et 9). La balle de blé est toujours plus abondante que la balle d’orge (en moyenne, la balle de blé représente environ 80 % de la balle), alors que ces proportions sont inversées pour le grain (les grains d’orge représentent environ 75 % des grains). Il est certain que les gens mangeaient de l’orge, bien que la plupart devaient préférer le blé. Les ostraca nous apprennent que les ouvriers des deux principaux complexes de carrières étaient en partie payés en blé et que ce blé était souvent transformé en pain par leur famille restée dans la vallée du Nil, avant d’être envoyé à la carrière (voir ci-dessus). Ainsi, la faible proportion des grains de blé ne signifie pas que le blé n’était pas consommé, mais bien que la plus grande partie était mangée et non jetée sur les tas d’ordures. De plus, une quantité considérable de blé arrivait dans le désert déjà transformée en farine ou en pain. Par ailleurs, le blé était une denrée précieuse qui ne devait pas être gaspillée. L’orge était livrée dans les sites du désert sous forme de grains et pouvait être utilisée pour faire du pain, du gruau ou de la bouillie, mais elle était probablement principalement destinée à nourrir les animaux.

Fig. 8

Fig. 8

Proportion de grains desséchés d’orge et de blé dur par site pour la période du ier au iiie s. de notre ère. N = grains de céréales (nombre minimum d’individus) dans les échantillons tamisés à 0,5 mm (c’est-à-dire excluant les échantillons ponctuels et ceux tamisés à de plus grandes mailles). Pour les abréviations des sites, se référer au tableau 1.

© M. Van der Veen

Fig. 9

Fig. 9

Proportion de balle (nœud de rachis) desséchée d’orge et de blé dur par site, pour la période du du ier au iiie s. de notre ère. N = nœuds de rachis (1 nœud = 1) dans les échantillons tamisés à 0,5 mm (c’est-à-dire excluant les échantillons ponctuels et ceux tamisés à de plus grandes mailles). Pour les abréviations des sites, se référer au tableau 1.

© M. Van der Veen

24Les grandes quantités de grains d’orge et de balle de blé sont donc interprétées comme des restes de fourrage pour les animaux. Les animaux qu’on faisait travailler sur ces sites étaient des ânes et des dromadaires ; la plupart d’entre eux effectuaient de longs voyages à travers le désert. Aujourd’hui, ces animaux de bât sont nourris de fourrage vert, de balle et de paille de blé ainsi que de grains d’orge en tant qu’aliment énergétique. Le grain d’orge est particulièrement utile lorsque les animaux doivent effectuer de lourdes tâches, telles que la traction des charrettes remplies des blocs de pierre de carrières. La confirmation que ces animaux étaient bien nourris avec ces aliments vient du fumier découvert en fouille. Des grains d’orge et de la balle de blé non digérés se trouvent dans les crottes de dromadaires et des ânes (mais pas dans ceux de mouton ou de chèvres) (fig. 10) (Voir aussi Bouchaud, Redon 2017 ; Van der Veen 2001, pp. 207-208 ; Van der Veen, Tabinor 2007, p. 99 ; Van der Veen 2011, p. 175). En outre, des textes indiquent que l’orge était aussi destinée aux porcs et aux porcelets élevés sur certains sites (Bülow-Jacobsen 2003 ; Leguilloux 2018). Une partie des grains d’orge et de balle retrouvés dans les dépotoirs (sebakh) provient de fumier partiellement décomposé ou de litière animale ou humaine, mais une grande part représente du fourrage non consommé. Il est clair que ces animaux ne consommaient pas la totalité du fourrage et en gaspillaient une partie. Le reste, en particulier la paille et la balle de blé, était déplacé sur le site par le vent et s’est ainsi trouvé incorporé aux nombreux dépotoirs. Ces accumulations de restes de céréales ont été retrouvées sur tous les sites et dans pratiquement tous les sebakh, montrant l’importance de ces animaux pour l’exploitation du désert Oriental et leur grand nombre dans les établissements (voir aussi Leguilloux 2018).

Fig. 10

Fig. 10

Fèces desséchées de dromadaire du Mons Porphyrites, comprenant des grains d’orge complets et de la balle de blé (d’après Fig. 4.16 dans Van der Veen et Tabinor 2007 : 99). Barley grain = grains d’orge ; wheat rachis = segments de rachis de blé. Photographies : Jacob Morales.

© M. Van der Veen

Le commerce avec l’Inde : le poivre et autres produits exotiques

25Comme mentionné précédemment, deux des sites étudiés sont des ports de commerce, voués en particulier au commerce des épices et autres produits de luxe venus d’Inde et d’horizons plus lointains. Des traces de ce commerce y ont effectivement été trouvées. Les produits alimentaires importés du sous-continent indien comprennent le poivre noir, récupéré en quantités notables dans les deux ports, ainsi que le riz, le haricot mungo, la noix de coco, l‘amla et le badamier blanc, ainsi que les larmes-de-Job, ces dernières représentant un usage sous forme de perles bien qu’elles soient également comestibles (tableau 5 ; figures 2 et 7) (Cappers 2003, 2006, Van der Veen 2011, Van der Veen et Morales 2015, Wendrich et al 2003). La plupart de ces importations ont été découvertes dans les deux ports, bien que deux grains de poivre aient aussi été trouvés au Mons Claudianus, un grain de riz à Didymoi et un fragment de noix de coco à Xèron. Aucun reste végétal des autres épices importées comme la cannelle, le gingembre, le poivre long ou la cardamome n’a été retrouvé. Il convient de rappeler, cependant, que ces dernières étaient très chères et donc hors de portée de la plupart des gens qui vivaient et travaillaient dans les ports. Leur grande valeur justifiait que tous les efforts soient faits pour éviter les déperditions lors des débarquements dans les ports. Les produits alimentaires orientaux étaient principalement destinés aux riches habitants de Rome et d’autres parties de l’Empire et ils étaient utilisés en parfumerie, pour les rituels et la médecine et non exclusivement pour la cuisine. Le poivre noir est une exception, puisqu’il était non seulement plus largement disponible mais aussi d’usage plus répandu en cuisine. Ainsi, l’absence de cannelle, de gingembre et d’autres épices sur les sites portuaires ne signifie pas que ces produits n’étaient pas commercialisés et importés mais bien plutôt qu’ils n’étaient pas consommés par les habitants des ports et que toute déperdition accidentelle lors des débarquements était évitée.

Table 5

Ports

Carrières

Fortins (Praesidia)

Abrév. de nom de site:

BE

MH

MC

MP

TI

KL

BA

MA

XE

DI

Poivre noir

√√

√√

-

-

-

-

-

-

-

Riz

√√

√√

-

-

-

-

-

-

-

Noix de coco

√√

√√

-

-

-

-

-

-

-

Haricot mungo

-

-

-

-

-

-

-

-

Badamier blanc

-

-

-

-

-

-

-

-

-

Amla

-

-

-

-

-

-

-

-

-

Larme-de-Job

-

-

-

-

-

-

-

-

-

Présence et abondance relative sur chaque site pour la période du du ier au iiie s. de notre ère, des épices et autres produits alimentaires importés du sous-continent indien, sous forme desséchée ou carbonisée. √ =présence, √√ =présence dans au moins 20 % des échantillons. Pour les abréviations des sites et les données, se référer au tableau 1 et à l’annexe 2.

26En revanche, une grande partie du poivre trouvé dans les ports peut provenir des pertes accidentelles pendant le transbordement ou le stockage. Par exemple, à Bérénice, de nombreux grains de poivre ont été découverts à proximité des bâtiments utilisés pour le commerce et à Myos Hormos, le poivre se trouve principalement dans une zone proche du port, d’où part la route pour la vallée du Nil et donc à l’endroit où on le débarquait. Mais sur les deux sites, on a aussi découvert du poivre dans des zones de préparation et de consommation des aliments (Cappers 2006, p. 114 ; Van der Veen 2011, pp. 190-194). Comme mentionné précédemment, le poivre est l’épice la plus fréquente dans les ports ; à Bérénice, plus de 3000 grains de poivre ont été trouvés. De fait, c’était l’épice la plus communément vendue à l’époque romaine, utilisée dans tout l’Empire comme une épice de table et de cuisine mais aussi, en médecine, comme un antidote au poison et surtout dans les rituels religieux (Dalby 2000). Notons qu’environ 80 % des grains de poivre de Bérénice sont carbonisés et qu’une grande partie de ceux-ci ont été trouvés au voisinage des sanctuaires et du temple dédié à Sérapis, ce qui suggère que le poivre faisait partie des offrandes. Cela correspond à ce que nous savons du poivre, et des épices plus généralement, par les sources historiques mentionnant leur usage dans les rituels religieux. Une découverte spectaculaire, celle d’un vase contenant environ 7,5 kg de grains de poivre desséchés, a été faite dans la cour du temple de Sérapis à Bérénice. Comme le pot est originaire d’Inde, il semble que le poivre était encore dans son contenant d’origine (Cappers 2006, p. 114 ; Tomber 2008, pp. 76-77).

27Le poivre était l’une des rares épices importées régulièrement utilisées dans la cuisine, comme on peut le voir dans le livre de cuisine d’Apicius, une collection d’environ 400 recettes compilées probablement à la fin du ive ou au début du ve siècle après J.-C. (Warmington 1928, p. 182). Le poivre entre dans la composition d’environ 80 % des recettes, y compris pour la viande, les plats de poisson et de légumes et même les desserts sucrés. Le cumin est mentionné dans seulement 3 % des recettes et le riz dans 1 % d’entre elles (Petersen 1980). Le riz a été importé et consommé à l’époque romaine, mais son usage était sporadique et plutôt en contexte médicinal (André 1981, p. 54 ; Dalby 2000, p. 197, Dioscoride, De Materia Medica II.117, Konen 1999). À Bérénice et Myos Hormos, on trouve à la fois des grains vêtus (épillets, soit les grains encore enserrés dans leurs enveloppes) et des fragments d’enveloppes. La présence de ces dernières indique que le riz a été décortiqué et consommé dans les ports ; en effet, les enveloppes étant indigestes pour les humains, le décorticage a lieu avant la préparation de la nourriture et la cuisson. Il est probable que le riz ait été consommé par les marins indiens qui résidaient temporairement dans les ports. La présence de ces derniers est détectée par la céramique d’origine indienne, par des témoignages épigraphiques (graffitis) et d’autres trouvailles (Tomber 2008, pp. 73-77, 2011 ; Sidebotham 2011, pp. 74-75).

28Les rares occurrences de haricot mungo et de noix de coco correspondent probablement à des aliments apportés et consommés par les marins indiens, plutôt que des importations ou des aliments destinés aux ouvriers ou autres personnels en poste dans les ports. À notre connaissance, le haricot mungo n’a jamais été trouvé dans les niveaux archéologiques en dehors des ports et la noix de coco n’est recensée qu’une seule fois, à Xèron, l’un des fortins sur la route de Bérénice. Les noix de coco peuvent avoir été apportées depuis l’Inde non comme denrée alimentaire, mais comme matière première pour la fabrication de cordes, des ficelles et du calfat. Les restes de noix de coco trouvés dans les ports sont constitués de fragments de l’enveloppe (endocarpe) et des sections de l’enveloppe fibreuse (mésocarpe ; fibre de coco). Les fruits de l’amla) et du badamier blanc sont principalement utilisés comme complément alimentaire et médicament (Cappers 2006, pp. 50-53, Van der Veen 2011, pp. 108-109). Encore une fois, les deux peuvent représenter des produits apportés pour un usage personnel par les marins indiens.

Changement de monde

29La description d’un approvisionnement alimentaire stable et cohérent tel que décrit ci-dessus est valable uniquement de la fin du ier au début du iiie siècle de notre ère. La crise politique et économique du iiie siècle qui a touché l’Empire romain a également eu des répercussions sur l’exploitation du désert Oriental. Assurer la maintenance de deux ports n’était plus possible et Myos Hormos fut abandonné, tandis que les activités du port de Bérénice furent considérablement réduites par rapport à la fin du iie siècle, bien que les activités portuaires aient connu une renaissance entre le courant du ive siècle et le début du vie siècle. Les carrières du Mons Claudianus, de Tiberianè et de Kainé Latomia furent abandonnées, les deux dernières déjà au cours de la seconde moitié du iie siècle. L’extraction du porphyre au Porphyrites connut aussi un ralentissement, voire un arrêt temporaire. À Bérénice et au Porphyrites les activités reprirent au cours du ive siècle. Enfin, de nombreux fortins routiers furent abandonnés. Il est trop tôt pour proposer une synthèse précise de la façon dont ces événements ont affecté l’approvisionnement en vivres au cours de l’Antiquité tardive, mais il est possible de présenter l’état actuel de nos connaissances.

30La situation la plus claire est celle de Bérénice où il existe des témoins archéobotaniques montrant la poursuite du commerce avec l’Inde, sous forme de poivre noir, de riz et de noix de coco. L’approvisionnement fonctionne encore y compris pour le blé, l’orge, les lentilles, le lupin, les dattes, les raisins, les olives, la coriandre et le cumin et même pour quelques objets de luxe (pêche, pignon et noix) mais on constate une réduction de la gamme des produits attestés et de leur nombre (Cappers 2006, pp. 160-162). Toutefois, il semble y avoir eu un changement, en particulier vers une plus grande dépendance alimentaire à l’égard des productions locales de la zone désertique, comme les fruits du sébestier sauvage, du balanite (datte du désert), du jujubier épine du Christ, du palmier doum et du moringa (noix de ben). La place grandissante prise par ces produits pourrait montrer une intensification des contacts entre les occupants romains du port et la population nomade de la région, ou même qu’une partie de celle-ci résidait dans le port ou ses alentours (ibid. ; Annexe 2). De plus, on voit apparaître le sorgho, une céréale cultivée communément dans les parties plus méridionales (Soudan), mais qui prend peu à peu de l’importance dans le sud de l’Égypte (Nubie) et dans les oasis du désert Occidental (Fuller 2014, Thanheiser 2002, Thanheiser et al. 2016). Avec l’abandon de la plupart des fortins routiers de la route joignant Bérénice à la vallée du Nil, une bonne partie de l’approvisionnement alimentaire devait être livrée par bateaux à partir de Clysma (ancienne Suez) au nord de la mer Rouge (Brun, communication personnelle).

31Au Porphyrites, le fort principal fut abandonné, mais la carrière du Lycabette, en haut des montagnes, fut utilisée au cours du ive et au début du ve siècle. Elle comporte à proximité un petit village construit pour abriter les ouvriers (Maxfield 2001a). Les opérations de carrière sont à cette époque étroitement liées à l’occupation du fort de Badia, où l’on trouve de grandes installations de stockage (probablement pour la nourriture), des mortiers en pierre et des meules qui indiquent la mouture des céréales à grande échelle (Maxfield 2001b, p. 223 ; 2007), ce qui est attesté par de grandes couches de grains de blé brûlés. Il est probable qu’au cours de l’Antiquité tardive, la cuisson du pain pour la communauté était effectuée dans le fort de Badia, et le pain était ensuite livré à la carrière et au village des ouvriers du Lycabette. Ici aussi, nous constatons que la gamme des aliments végétaux se réduit, en particulier celle des produits de luxe et des extras, bien qu’un moindre échantillonnage ait pu influencer ces résultats (Annexe 2, Van der Veen et Tabinor 2007).

32Les seules autres données botaniques de l’Antiquité tardive actuellement disponibles sont celles du fort d’Abû Sha’ar sur la côte de la mer Rouge et des mines d’or de Bi’r Umm Fawâkhir dans le wâdi al-Hammâmât. Sur ces deux sites, l’échantillonnage des restes végétaux a été très limité et les données ne peuvent donc pas être directement comparées à celles des autres sites. Nous avons toutefois rassemblé les identifications réalisées dans l’annexe 2. Abû Sha’ar est un fort romain établi sur le littoral de la mer Rouge au début du ive siècle ; il a ensuite été abandonné avant d’être réoccupé par les chrétiens entre la fin du ive et le vie siècle après J.-C. (Sidebotham 2008, p. 59). La plupart des plantes alimentaires sont similaires à celles des sites romains antérieurs, mais leur gamme est réduite et surtout celle des herbes (le manque d’aromates peut aussi être lié à la méthode d’échantillonnage). Le blé et l’orge ainsi que les lentilles, les dattes, l’oignon et l’ail semblent avoir constitué la base de l’alimentation, tandis que les fèves, les pois chiches, la coriandre, les olives, les raisins et les sebestes sont encore présents. Remarquons qu’on trouve aussi bon nombre d’amandes, de noix et de noisettes, ainsi que des noyaux de pêche et un pépin de Citrus sp., probablement le cédrat : voir l’annexe 2 (el-Hadidi et Amer 1996 ; el-Hadidi et el-Fayoumi 1996 ; el -Hadidi et al. 1997 ; Fadl 2013).

33L’assemblage de Bi’r Umm Fawâkhir est très limité, et pas seulement parce que l’échantillonnage a été plus réduit, mais aussi parce que seuls les restes végétaux carbonisés ont pu être récupérés. Aucune matière organique desséchée n’a été conservée, sans doute parce que ce secteur est plus humide, le site étant situé dans une dérivation du wâdi al-Hammâmât relativement bien arrosé et périodiquement sujet à de violentes crues. Persou, l’un des principaux sites de culture de légumes au cours du Haut Empire romain était d’ailleurs situé à proximité du village des mineurs d’or de Bi’r Umm Fawâkhir. Les mines d’or et le village ont été exploités au cours des ve-vie siècles de notre ère, mais une exploitation antérieure est connue (Meyer 2014). Les plantes alimentaires comprennent le blé et l’orge, ainsi que les dattes, les noix doum, les olives, le raisin et la calebasse : voir l’annexe 2. (Smith 2014).

34Malgré la pauvreté de la documentation, les données, montrant une diversité de végétaux réduite par rapport à la période précédente et une plus grande dépendance à l’égard des plantes locales, correspondent aux données de la faune, des sources écrites et des autres vestiges archéologiques. Les études de faune montrent des changements dans l’offre et en particulier une plus grande dépendance à l’égard d’animaux disponibles localement : le porc (apporté de la vallée du Nil) perd de son importance au profit de la viande de moutons et de chèvres, très probablement fournie par les nomades locaux (Leguilloux 2018). Alors que plusieurs textes font référence à des hostilités entre les Romains et la population nomade locale (généralement appelée barbaroi), d’autres montrent qu’il existait parfois de bonnes relations au cours du iiie siècle, manifestées par des échanges de denrées alimentaires ou d’autres produits. Par exemple, plusieurs ostraca de Xèron Pelagos mentionnent la livraison de quantités importantes de blé aux barbaroi (Cuvigny 2014).

Table 6

Plantes cultivées originaires de l’Asie du Sud et du Sud-Est

Plantes cultivées d’origine africaine

Riz 1

Cardamome

Sorgho 2

Citron vert

Gingembre

Mil à chandelle 2

Banane

Curcuma

Dolique à œil noir

Aubergine

Noix de Bétel

Coton 3

Taro

Fagara

Canne à sucre

Coton 3

Plantes alimentaires originaires d’Asie du Sud-Est et d’Afrique qui devinrent communes en Égypte pendant l’époque islamique. 1) Le riz a été importé en Égypte à partir de l’époque romaine et y a été cultivé à partir de l’époque islamique. 2) Le sorgho et le mil à chandelle ont commencé à être cultivés en Égypte à la fin de l’époque romaine, peut-être dès le iie s. de notre ère (Thanheiser et al. 2016), mais leur production s’est accrue au cours de l’époque islamique. 3) Le coton était importé depuis l’Inde durant l’époque romaine, et commença à être cultivé en Égypte à cette période, mais, à l’instar du sorgho et du mil à chandelle, sa production augmenta durant l’époque islamique. Un coton africain (une espèce différente des espèces asiatiques) a été trouvé à Qasr Ibrîm dans le sud de l’Égypte (Nubie) (Clapham et Rowley-Conwy 2009 ; Palmer et al. 2012), ce qui indique que les restes de coton découverts en Égypte ont pu avoir une origine africaine ou indienne (une analyse d’ADN ancien pourrait distinguer les deux espèces).

Fig. 11

Fig. 11

Nombre total de plantes alimentaires retrouvées sur chaque site, sous forme desséchée ou carbonisée, comparant les sites du Haut Empire romain (ier-début iiie s. de notre ère) aux restes du Moyen-Âge islamique de Qusayr (xie-xiiie s.). Pour les abréviations des sites et les données, se référer au tableau 1 et à l’annexe 2 ; KU =Kusayr.

© M. Van der Veen

35Après l’Antiquité tardive, tous ces sites sont abandonnés, mais le port de Qusayr al-Qadim connaît une renaissance au cours de la période médiévale. L’emplacement du port romain de Myos Hormos est remis en service au cours du xie siècle sous le nom de Qusayr. Deux phases d’occupation ont été reconnues, au cours des xie-xiiie siècles puis, à une échelle très réduite, au cours des xive-xve siècles (Peacock, Blue 2006, 2011). Bien que chronologiquement en dehors du cadre de cet article, il est utile de rappeler brièvement les données concernant les plantes alimentaires car elles contribuent à mettre en évidence le lien étroit entre l’alimentation et la géopolitique ainsi que le caractère spécifiquement « romain » de l’établissement des ier-iiie siècles. Une liste des restes végétaux alimentaires est donnée dans l’annexe 2 et les données sont présentées intégralement dans Van der Veen (2011). L’aspect le plus frappant de cet assemblage archéobotanique est la diversité significativement accrue des plantes alimentaires qui atteignent le port au cours des xie-xiiie siècles (80 taxons au total). Cet ensemble comprend un plus grand nombre d’épices et de plantes alimentaires originaires du sous-continent indien et de l’Afrique (fig. 11). Parmi elles, on compte le gingembre, la cardamome et le curcuma, ainsi que la canne à sucre, l’aubergine, la banane et le taro originaire d’Asie du Sud et du Sud-Est, ainsi que le sorgho, le mil et la dolique à œil noir originaire d’Afrique (tableau 6). Cette augmentation des produits alimentaires provenant de ces régions souligne des changements de nature du commerce et des systèmes agricoles de la vallée du Nil car, à l’exception des épices, ces cultures étaient désormais pratiquées en Égypte. Leur présence met en évidence des liens plus étroits avec le monde de l’océan Indien et les pays frontaliers de l’Égypte et le changement géopolitique que l’Égypte a connu après la fin de l’époque byzantine (Van der Veen 2011, Van der Veen et Morales 2015, 2017). Rares encore sont les sites datés de la période islamique faisant l’objet d’études archéobotaniques ; il est ainsi difficile d’évaluer la place de ces nouveaux aliments en Égypte à cette époque. Une ample documentation écrite et historique assure cependant que ces aliments furent rapidement intégrés à l’agriculture égyptienne et aux pratiques culinaires (Van der Veen 2011, chapitre 3 et le tableau 3.6).

Discussion

36Revenons à notre question initiale : quelle vie menaient les Romains travaillant dans le désert Oriental ? Les données disponibles montrent que leur vie, évidemment bien différente de celle des habitants de la vallée du Nil ou d’autres parties de l’Égypte, n’était pas aussi dissemblable que l’on pouvait prédire, surtout en ce qui concerne la nourriture. Les aliments d’origine végétale étaient la principale source d’énergie et de protéines pour la plupart des habitants de l’Égypte, et la gamme d’aliments végétaux disponibles dans le désert entre la fin du ier siècle et le début du iiie siècle après J.-C. était similaire à celle des autres parties de l’Égypte dont la plupart de ces produits étaient originaires. Cette similitude n’est pas aussi surprenante qu’elle n’y parait au premier abord. Le commerce des marchandises orientales et l’extraction de blocs pour les constructions de prestige (granodiorite et porphyre) demandaient d’énormes efforts d’organisation, et le même soin et les mêmes efforts étaient faits pour approvisionner les personnes qui réalisaient ces travaux. L’approvisionnement semble en effet très organisé et régulier, offrant une variété d’aliments de base nettement plus grande que ce qu’impliquent les rations mentionnées dans les ostraca et même que ce que l’on peut déduire des lettres privées. L’archéobotanique montre donc que la plupart des extras et des aliments de luxe disponibles dans les deux ports et dans les deux grands complexes de carrière n’apparaissent pas dans les ostraca (tableau 3), ce qui prouve que de nombreux produits alimentaires étaient livrés sans commandes écrites au préalable. Il est clair que des entreprises privées ont prospéré, comprenant notamment la culture de légumes verts dans de petites parcelles de jardin sur les sites où il y avait suffisamment d’eau (y compris dans les grandes carrières) ; ces affaires se traitaient par lettres privées mais aussi par des communications orales. Des aliments supplémentaires et autres produits étaient demandés aux familles et amis restés dans la vallée du Nil ou présents dans d’autres garnisons du désert, mais des denrées devaient également être achetées aux caravanes de passage.

37Nous ne connaîtrons jamais en détail comment les différences sociales existant entre les catégories de personnel travaillant et vivant dans le désert se répercutaient sur l’accès aux denrées alimentaires. Les gros dépotoirs (sebakh) situés dans et autour de chacun de ces sites ont souvent été remaniés, déplacés d’une pièce à l’autre ou transportés à l’extérieur en cas de besoin. C’est un phénomène constaté ailleurs en Égypte et dans d’autres contrées arides (Rowley-Conwy 1994, Van der Veen 2007), de sorte que nous sommes rarement en mesure de définir les différents groupes sociaux à partir de la répartition spatiale des déchets. Les indices dont nous disposons montrent toutefois que les personnels de haut-rang avaient accès à une plus large gamme d’extras, comme les noisettes, les noix, les amandes, les pignons, les artichauts, les pêches, les cédrats, les mûres, le perséa, le poivre noir et le fenugrec. Les différences sociales d’accès à certains aliments existaient bien sûr dans tout l’Empire romain et l’Égypte ne faisait pas exception. Les données archéobotaniques suggèrent que selon leur rang social, les personnels habitant dans le désert avaient accès à peu près aux mêmes aliments d’origine végétale qu’ils auraient eu dans la vallée du Nil.

38Un aspect inattendu de nos résultats concerne la culture des plantes potagères dans le désert, une pratique déjà connue grâce aux ostraca. Les textes donnent l’impression que ce sont surtout les soldats et leurs officiers qui commandaient et recevaient des légumes frais (Bülow-Jacobsen 2003), mais cette interprétation doit être accueillie avec prudence. Tout d’abord, les soldats et les travailleurs civils portaient souvent les mêmes noms et les lettres mentionnent rarement la profession de l’auteur ou du destinataire ; une analyse ultérieure détaillée de l’onomastique pourra fournir plus d’informations (Cuvigny, communication personnelle). En second lieu, alors que les soldats recevaient un salaire plus élevé que les travailleurs civils qualifiés, ces derniers gagnaient plus que leurs homologues dans la vallée du Nil (Cuvigny 1996), probablement à titre de compensation de l’éloignement de leur famille pendant de longues périodes. Par conséquent, ces travailleurs auraient eu les moyens d’acheter des aliments supplémentaires s’ils l’avaient souhaité. Troisièmement, rappelons que la pratique de l’écriture est culturellement et socialement déterminée. Les travailleurs des carrières ont pu utiliser d’autres formes de communication pour rester en contact avec leurs parents et leurs amis dans la vallée du Nil, par exemple des messages oraux transmis par les caravanes ; ils ont pu obtenir leurs extras de cette façon. Enfin, les ostraca mentionnant les légumes et la découverte de graines de plantes potagères peuvent résulter de différents groupes de personnes, les ostraca reflétant les pratiques des militaires et les graines celles des ouvriers des carrières (voir Van der Veen 1998 pour une discussion plus approfondie). La plupart des soldats étaient déployés dans les fortins routiers ; dans certains d’entre eux, l’eau était assez abondante pour arroser des légumes qui étaient envoyés à d’autres fortins. Nous savons que des légumes étaient envoyés à partir d’une station inconnue aux carrières de Mons Claudianus, mais on en cultivait aussi au Mons Claudianus même, comme le prouvent non seulement les nombreuses semences qui y ont été retrouvées mais aussi l’ostracon donnant des instructions pour qu’un homme aille travailler dans le jardin potager (voir ci-dessus). La combinaison des informations accessibles résultant de plusieurs types de données (archéobotaniques, céramiques, archéozoologiques et textuelles) issues de ces sites permet ainsi de restituer au plus près l’approvisionnement alimentaire et sa signification.

39Les produits végétaux formaient la part la plus importante de l’alimentation, mais ils n’étaient pas, bien sûr, les seuls aliments consommés. L’étude de la céramique montre que de grandes quantités de vin et d’huile d’olive (qui sont des aliments végétaux transformés), ainsi que de sauces et salaisons de poisson, étaient livrées à chacun des sites ; certains de ces produits venaient d’aussi loin que l’Espagne, l’Italie et la Grèce (Tomber 1996, 2006, 2008, 2018). Les ostraca mentionnent également des aliments transformés comme le vin, la bière, le vinaigre et l’huile (Bülow-Jacobsen 2003). De plus, les restes de faune indiquent que les deux ports, ainsi que les carrières du Mons Claudianus et du Porphyrites ont reçu de grandes quantités de poissons de la mer Rouge, et tous les sites ont livré des ossements de porc et en moindre proportion de moutons ou de chèvres, ainsi que de poulets. Les poulets et les porcelets étaient souvent élevés sur place. Dans les carrières, les animaux de bât et de trait étaient également consommés, probablement lorsque ces animaux étaient réformés de leur tâches (Hamilton-Dyer 2001, 2007, 2011, 2003 Leguilloux 2011, 2018 ; Van Neer 1997). Les restes osseux montrent une certaine variabilité entre les sites en ce qui concerne la disponibilité des protéines animales ; elle est liée en partie à la proximité de la vallée du Nil ou de la mer Rouge, et en partie à l’abondance relative et donc à la disponibilité, des ânes et des dromadaires (voir Leguilloux 2018).

40Nous pouvons donc conclure que, malgré leur éloignement, les personnes qui vivaient et travaillaient dans le désert Oriental étaient bien approvisionnées en nourriture. Cette situation est corroborée par d’autres indices. Par exemple, pour améliorer le confort psychologique des ouvriers de la carrière, les autorités romaines se sont organisées pour que leurs familles puissent se rapprocher des carrières, en créant une nouvelle ville dans la vallée du Nil, Kaine (Qena moderne), au point d’où partent les routes vers les carrières (Cuvigny 1998). Ce sont ces familles qui transformaient les rations de blé des travailleurs en pains qui étaient ensuite livrés dans le désert accompagnés sans doute d’autres aliments et produits. Sur plusieurs sites, y compris les fortins sur les itinéraires conduisant aux deux ports et aux carrières, des femmes et des enfants ont vécu aux côtés des hommes ; sur de nombreux sites, on a des preuves de l’arrivée régulière de prostituées (Cuvigny 2003 ; Van Rengen 1992). Tout cela suggère que la plupart des besoins des hommes ont été pris en charge sous une forme ou une autre sans que cela ne signifie pour autant que leur vie ait toujours été facile et confortable. La chaleur, la poussière du désert ainsi que le dur labeur, en particulier dans les carrières, rendaient la vie malaisée d’autant plus qu’il fallait faire face à des pénuries occasionnelles et parfois à la menace d’attaques par les nomades locaux, qui, dans les ostraca, étaient appelés les « barbares ».

41Un aspect de nos résultats doit être souligné : les vestiges archéobotaniques assurent que les sites du désert Oriental et leurs occupants étaient entièrement intégrés dans la politique et l’économie de l’Empire romain. Alors que le commerce oriental se développa sous la pression de la demande de l’élite romaine en produits orientaux, les coûts d’entretien des ports et des pistes pouvaient être compensés par la perception des taxes sur les épices et les produits de luxe. En revanche, l’extraction de la pierre était un projet destiné uniquement à satisfaire la vanité impériale ; il n’avait aucun sens d’un point de vue économique. Ces pierres étaient employées pour des constructions impériales de prestige (par exemple le Panthéon, le Forum de Trajan, les thermes, des bassins, des sarcophages, des statues) ; la complexité de son extraction et l’éloignement même des carrières soulignaient et renforçaient la grandeur et le prestige des empereurs ; la pierre était un symbole du pouvoir impérial (Peacock 1992). Tant le commerce que l’extraction des blocs nécessitaient des logistiques complexes de façon à relier le désert Oriental et la vallée du Nil, la côte de la mer Rouge et l’Inde vers l’Est, Rome et la Méditerranée vers l’Ouest. Les bouleversements politiques et économiques qui frappèrent l’Empire au iiie siècle après J.-C. eurent un effet direct sur les sites du désert Oriental, qui ont conduit à l’abandon d’un des ports et d’un des deux grands complexes de carrières, ainsi qu’à la plupart des fortins routiers, d’autres étant temporairement réduits en taille et en fonction. Au ive siècle, les opérations reprirent, mais à une échelle plus réduite. À ce moment-là, les jeux de pouvoir ont été modifiés dans le désert entraînant une plus grande coopération avec la population nomade et une plus grande dépendance à l’égard des aliments qu’ils fournissaient par rapport à ceux amenés de la vallée du Nil, bien que ces derniers arrivaient encore avec d’autres fournitures éventuellement expédiées depuis Clysma (Suez).

42Le lien entre l’alimentation, l’identité et la géopolitique devient encore plus clair lorsque l’on compare les denrées alimentaires disponibles dans le désert Oriental au cours de la période romaine avec ceux de la période médiévale où l’Égypte faisait partie du monde islamique. Beaucoup d’épices orientales importées au cours de la période romaine, mais surtout utilisées par l’élite pour les rituels et la parfumerie, étaient désormais plus largement disponibles et employées en cuisine. En outre, de nombreuses autres plantes en provenance du sud et du sud-est de l’Asie furent introduits dans l’agriculture et la cuisine. À bien des égards, nous pouvons regarder les choix alimentaires des personnes qui habitaient dans le désert Oriental comme l’expression de leur identité. Bien qu’ils travaillaient dans une région éloignée, ou plus précisément, parce qu’ils travaillaient dans un lieu désertique éloigné, ils concentraient leurs choix alimentaires sur les produits disponibles dans la vallée du Nil. À l’époque romaine, ces aliments étaient largement disponibles en Égypte et dans le bassin méditerranéen. En revanche, durant la période médiévale, le centre de gravité politique de l’Égypte a changé, et nous voyons maintenant arriver beaucoup d’épices et autres produits alimentaires en provenance du sud et du sud-est de l’Asie, devenus accessibles et incorporés dans l’agriculture et la cuisine. Les routes des aliments avaient changé et s’étaient détournées du point focal de Rome pour se centrer sur le Moyen-Orient (pour une discussion plus approfondie, voir Van der Veen 2011, Van der Veen et Morales 2017). Nous devrions considérer ces changements dans le régime alimentaire (et aussi dans l’agriculture et le commerce) non comme le résultat ou les conséquences passives des transformations géopolitiques mais comme un maintien des identités. L’appartenance à l’Empire romain était liée à des pratiques alimentaires, à la routine quotidienne de l’acquisition, la préparation et la consommation d’aliments. Ainsi, les changements révélés par l’archéobotanique entre les périodes romaine et médiévale expriment le recentrement géopolitique du désert Oriental et de l’Égypte à ce moment-là. Ce réalignement fut non seulement une réalité politique mais aussi une réalité dans la vie quotidienne.

Conclusion

43L’extraction des blocs de pierre dans les carrières était une manifestation de la puissance impériale et les produits orientaux importés via les ports de la mer Rouge étaient nécessaires à la vie de l’élite sociale. Cela explique l’énorme investissement dans les infrastructures et la protection du désert Oriental. Des pistes ont été tracées et des fortins ont été construits pour assurer l’approvisionnement de ces sites où des caravanes apportaient régulièrement de la nourriture, de l’eau et bien d’autres articles nécessaires. Les restes végétaux et fauniques, ainsi que les céramiques et les textes trouvés sur les sites romains révèlent que l’approvisionnement était organisé de façon cohérente. Les assemblages archéobotaniques trouvés sur les différents sites sont très semblables ; ils mettent en lumière, en association avec les sources écrites, un système d’approvisionnement bien planifié, avec, en parallèle de l’approvisionnement standard officiel, une variété d’initiatives privées permettant d’améliorer le quotidien par la culture locale de plantes potagères dans le désert, par la contribution en aliments de la famille et des amis de retour de la vallée du Nil, ainsi que par les achats individuels aux caravanes. En dépit des nombreux obstacles logistiques, des pénuries et des retards inévitables dans les denrées qui arrivent sur les sites, la gamme d’aliments disponibles pour les ouvriers et soldats était impressionnante, comprenant tous les aliments de base (grains de céréales, légumineuses, fruits, graines oléagineuses et légumes), ainsi que plusieurs aromates, ces derniers comprenant des taxons tels que la coriandre, le fenouil, le cumin noir et l’ammi. Certains ont également pu accéder à des produits plus rares tels que l’artichaut, les amandes, les pignons de pin, les noix, le cédrat, le perséa, la pêche, la pomme, la prune et le sésame. Compte-tenu de leur prix, ces derniers étaient probablement un luxe réservé aux officiers de haut-rang, ce que confirment leurs lieux même de découverte, principalement les sites où se trouvaient ces personnes.

44Le désert Oriental jouait un rôle important pour l’Empire romain, comme source de matériaux pour des constructions de prestige, comme lieu d’extraction de gemmes et de métaux précieux, ainsi que comme lieu de transit des produits de luxe orientaux arrivés par la mer Rouge. Ces produits ont joué un rôle central dans le fonctionnement de l’Empire et ce rôle se reflète dans l’effort et l’organisation apportés pour l’alimentation des personnes engagées dans le transport de ces produits vers Rome. Ainsi, bien que situé aux marges géographiques de l’Empire, la fonction première des sites de désert Oriental, à savoir la fourniture de prestigieux matériaux de construction et l’importation de produits de luxe orientaux sont au cœur même de l’Empire, se nourrissant à la fois de la vanité impériale et du désir d’ostentation des élites sociales. Alors que les soldats et les ouvriers présents sur ces sites ont connu sans aucun doute une vie difficile et dure, ni l’éloignement de la vallée du Nil, ni les contraintes environnementales du désert ne les ont empêchés de maintenir des contacts avec leurs familles et leurs amis ou de manger des aliments auxquels ils étaient habitués. Leurs habitudes alimentaires faisaient partie intégrante de leur identité. Les changements observés dans les échantillons archéobotaniques montrent l’évolution de ces identités au fil du temps. Ces identités présentent un accent fortement romain à l’apogée de l’Empire et de l’exploitation du désert Oriental (de la fin du ier au début du iiie siècle), suivi d’une plus grande intégration des populations locales (habitants de la vallée du Nil et nomades du désert) au cours de l’Antiquité tardive après la tourmente politique et économique du iiie siècle. Elles sont ensuite marquées par une transformation plus profonde au cours de la période médiévale, lorsque l’Égypte prit part au monde islamique. Cela met en évidence que le désert Oriental n’était pas hors du monde ; au contraire, il était étroitement lié aux évolutions sociales, économiques et politiques de l’Empire et d’autres entités politiques par la suite. Nos résultats soulignent bien l’importance de la nourriture dans la dynamique de la géopolitique.

Remerciements

45Marijke Van der Veen et Charlène Bouchaud souhaitent remercier Jean-Pierre Brun et le Collège de France pour les avoir invitées au colloque de Paris 2016, où cette étude a été présentée par le premier auteur. Marijke Van der Veen est reconnaissante à Charlène Bouchaud, René Cappers et Claire Newton d’avoir mis à sa disposition leurs données inédites et d’avoir collaboré à ce travail. Marijke Van der Veen remercie Valerie Maxfield et David Peacock pour l’avoir invité à se joindre à leurs fouilles dans le désert Oriental, tandis que Charlène Bouchaud et Claire Newton remercient Hélène Cuvigny pour les avoir invitées à participer aux missions archéologiques françaises. Merci également à Wilfried Van Rengen et Hélène Cuvigny pour toutes les informations concernant les ostraca inédits concernant les jardins potagers, à Hélène Cuvigny et Valerie Maxfield pour leurs commentaires sur une version antérieure, à Jacob Morales pour les photos, à Seán Goddard pour l’élaboration de la figure 1 et à Jean-Pierre Brun pour la traduction française.

Bibliographie

  

André J. L’alimentation et la cuisine à Rome, 2nd éd., Paris, Les Belles Lettres, 1981.

Bagnall R.S., « Papyri and ostraca from Quseir al-Qadim », Bulletin of the American Society of Papyrologists, 23, 1986, 1-60.

Bagnall R.S., Helms C. and Verhoogt A.M.F.W., Documents from Berenike, Volume 1. Greek Ostraka from the 1996-1998 Seasons. Brussels: Fondation Égyptologique Reine Elisabeth, 2000.

Bender L., « Les textiles du Mons Claudianus, d’Abu Sha’ar et d’autres sites romains du désert Oriental d’Égypte », in J.-P. Brun (éd.), Le désert Oriental d'Égypte durant la période gréco-romaine : bilans archéologiques, 2018, en ligne : https://books.openedition.org/cdf/5168.

Bingen J.A., Bülow-Jacobsen A., Cockle W.E.H., Cuvigny H., Rubinstein L., Van Rengen W., Mons Claudianus. Ostraca Graeca et Latina I (O.Claud. 1-190), IFAO. Documents de Fouilles 29,1992.

Bingen J.A., Bülow-Jacobsen A., Cockle W.E.H., Cuvigny H., Rubinstein L., Van Rengen W., Mons Claudianus. Ostraca Graeca et Latina II (O.Claud. 191-416), Le Caire, IFAO. Documents de Fouilles 32, 1997.

Bingen J., « Lettres privée de Raima (255-278) », et « Lettres privées (279-303) », in J. Bingen, A. Bülow-Jacobsen, W.E.H. Cockle, H. Cuvigny, L. Rubinstein, W. Van Rengen, Mons Claudianus. Ostraca Graeca et Latina II (O.Claud. 191-416), Le Caire, IFAO. Documents de Fouilles 32, 1997, 81-140.

Bouchaud C., The botanical remains from Xèron Pelagos, non publié.

Bouchaud C. et Redon B. « Heating the baths during the Ptolemaic and Roman periods in Egypt: Comparing the archaeobotanical and textual data », in B. Redon, The Collective Baths in Egypt 2, Le Caire, IFAO, Études urbaines 10, 2017, 323-349.

Bouchaud C., Newton C., Van der Veen M., Vermeeren C., « Approvisionnement en combustible et bois dans le désert Oriental d’Égypte », in J.-P. Brun (éd.), Le désert Oriental d'Égypte durant la période gréco-romaine : bilans archéologiques, 2018, en ligne : https://books.openedition.org/cdf/5177.

Brun, J.-P., « Les meules », in Cuvigny H. (éd.) Didymoi. Une garnison romaine dans le désert Oriental d’Égypte, Volume 1. Les fouilles et le matériel (Praesidia du désert de Bérénice IV), Le Caire, IFAO, 2011, 243-249.

Brun J.-P., « Le commerce entre l’Empire romain, l’Arabie et l’Inde à la lumière des fouilles archéologiques dans le désert Oriental d’Égypte (2e partie) », Annuaire des cours et travaux du Collège de France, 114, 2014-2015, 471-502.

Brun J. P., « Chronologie des forts en route de Myos Hormos et de Bérénice », in J.-P. Brun (éd.), Le désert Oriental d'Égypte durant la période gréco-romaine : bilans archéologiques, 2018, en ligne : https://books.openedition.org/cdf/5155.

Bülow-Jacobsen A., « The private letters », in J. Bingen, A. Bülow-Jacobsen, W.E.H. Cockle, H. Cuvigny, L. Rubinstein, W. Van Rengen, Mons Claudianus. Ostraca Graeca et Latina I (O. Claud. 1-190), Le Caire, IFAO. Documents de Fouilles 29, 1992, 123-159.

Bülow-Jacobsen A., « The correspondence of Dioscorus and others (224-242) », in J. Bingen, A. Bülow-Jacobsen, W.E.H. Cockle, H. Cuvigny, L. Rubinstein, W. Van Rengen, Mons Claudianus. Ostraca Graeca et Latina II (O.Claud. 191-416), Le Caire, IFAO. Documents de Fouilles 32, 1997, 4368.

Bülow-Jacobsen A., « The traffic on the roads and the provisioning of the stations », in H. Cuvigny (éd.) La Route de Myos Hormos : l’Armée Romaine dans le désert Oriental d’Égypte. Volume 2. Le Caire, IFAO, Fouilles de l’IFAO 48, 2003, 399-426.

Cappers R.T.J., « Botanical contribution to the analysis of subsistence at Berenike », in O.E. Kaper (éd.), Life on the Fringe. Living in the Southern Egyptian Deserts during the Roman and early-Byzantine Periods, Leiden, Centre of Non-Western Studies, 1998, 75-86.

Cappers R.T.J., « Exotic imports of the Roman Empire: an exploratory study of potential vegetal products from Asia », in K. Neumann, A. Butler and S. Kahlheber (éds.), Food, Fuels and Fields: Progress in African Archaeobotany, Köln, Heinrich Barth Institut (Africa Praehistorica 15), 2003, 197-206.

Cappers R.T.J., « Onderzoek aan plantenresten uit Grieks-Romeins Karanis (Fayum, Égypte): een doorstart na 70 jaar ». Paleo-Aktueel 16, 2005, 89-95.

Cappers R.T.J., Roman Food Prints at Berenike: Archaeobotanical Evidence of Subsistence and Trade in the Eastern Desert of Egypt. Los Angeles, Cotsen Institute of Archaeology, Monograph 55, 2006.

Cappers R., « Modelling shifts in cereal cultivation in Egypt from the start of agriculture until modern times », in U. Thanheiser (éd.), News from the Past: Progress in African Archaeobotany. Proceedings of the 7th International Workshop on African Archaeobotany in Vienna, 2-5 July 2012, Groningen, Barkhuis, 2016, 27‑36.

Cappers R.T.J., Sikking J.C., Darnell J.C. and Darnell D., « Food supply along the Theban desert roads (Egypt): the Gebel Roma, wâdi el-Hôl and Gebel Qarn el-Gir caravansary deposits », in R.T.J. Cappers (éd.), Fields of Change: Progress in African Archaeobotany. Groningen, Barkhuis/Groningen University Library, 2007, 127-138.

Clapham A.J. and Rowley-Conwy P., « New discoveries at Qasr Ibrim, Lower Nubia », in R.T.J. Cappers (éd.), Fields of Change: Progress in African Archaeobotany. Groningen, Barkhuis/Groningen University Library, 2007, 157-164.

Clapham A.J. and Rowley-Conwy P., « The archaeobotany of cotton (Gossypium sp. L.) in Egypt and Nubia », in A. Farbairn and E. Weiss (éds.), From Foragers to Farmers, Papers in Honour of Gordon C. Hillman, Oxford, Oxbow Books, 2009, 244-253.

Cuvigny H., « The amount of wages paid to the quarry workers at Mons Claudianus », Journal of Roman Studies, 86, 1996, 139-145.

Cuvigny H., « Kainè, ville nouvelle : une expérience de regroupement familial au iis. è chr. », in O.E. Kaper (éd.), Life on the Fringe. Living in the Southern Egyptian Deserts during the Roman and early-Byzantine Periods, Leiden, CNWS, 1998, 87-94.

Cuvigny H, Mons Claudianus. Ostraca Graeca et Latina III. Les reçus pour avances à la familia (O.Claud. 417-631), Le Caire, IFAO, Document de Fouilles 38, 2000.

Cuvigny H., « Le fonctionnement du réseau », in H. Cuvigny (éd.), La route de Myos Hormos. L’armée romaine dans le désert Oriental d’Égypte. Praesidia du désert de Bérénice I, 2, Le Caire, 2003a, 295‑359.

Cuvigny H., « La société civile des praesidia », in H. Cuvigny (éd.), La route de Myos Hormos. L’armée romaine dans le désert Oriental d’Égypte. Praesidia du désert de Bérénice I, 2, Le Caire, 2003b, 361-397.

Cuvigny H. (éd.), La route de Myos Hormos. L’armée romaine dans le désert Oriental d’Égypte. Praesidia du désert de Bérénice I, 2, Le Caire, Fouilles de l’IFAO, 48, 2003c.

Cuvigny H., « L’organigramme du personnel d’une carrière impériale d’après un ostracon du Mons Claudianus », Chiron, 35, 2005, 309-353.

Cuvigny H. « Les noms du chou dans les ostraca grecs du désert Oriental d’Égypte κραμβη, κραμβıotν, καυλıoυ », Bulletin de l'IFAO 107, 2007, 382-383.

Cuvigny H. (éd.), Didymoi. Une garnison romaine dans le désert Oriental d’Égypte, Volume 1. Les fouilles et le matériel, (Praesidia du désert de Bérénice IV), Le Caire, IFAO, 2011.

Cuvigny H. (éd.), Didymoi. Une garnison romaine dans le désert Oriental d’Égypte, Volume 2. Les textes (Praesidia du désert de Bérénice IV), Le Caire, IFAO, 2012.

Cuvigny H., « Papyrological evidence on ‘barbarians’ in the Egyptian Eastern Desert », in J.H.F. Dijkstra and G. Fisher (éds.), Inside and Out. Interactions between Rome and the Peoples on the Arabian and Egyptian Frontiers in Late Antiquity. Leuven, Peeters, 2014, 165-198.

Dalby A., Empire of Pleasures: Luxury and Indulgence in the Roman World, London, Routledge, 2000.

Dioscorides, De Materia Medica II.117. Traduction T.A. Osbaldeston et R.P.A. Wood, Johannesburg, Ibidis Press, 2000.

Fadl M.A., « Comparison between archaeobotany of inland and coastal sites in the Eastern Desert of Egypt in 300 B.C.-700 A.D. », International Research Journal of Plant Science 4(5), 2013, 117–32.

el-Hadidi M.N. et Amer W.A., « The palaeoethnobotany of Abu Sha’ar site (400-700 A.D.), Red Sea, Egypt. I. Food plants and related industries », Taeckholmia 16, 1996, 31-42.

el-Hadidi M.N. et el-Fayoumi H.H., « Catalogue of the archaeobotanical specimens in Le Caire University Herbarium. I. Abu Sha’ar site, Red Sea coast of Egypt », season 1990, Taeckholmia 16, 1996, 11-30.

el-Hadidi M.N., Amer W.A. et N.M. Waly, « Catalogue of the archaeobotanical specimens in Cairo University Herbarium. II. Abu Sha’ar site, Red Sea coast of Egypt », season 1991, Taeckholmia 17, 1997, 47-60.

Fuller D.Q. « Agriculture innovation and state collapse in Meroitic Nubia », in C.J. Stevens, S. Nixon, M.A. Murray & D. Fuller (éds.), Archaeology of African Plant Use, Walnut Creek, Left Coast Press, 2014, 165-177.

Hamilton-Dyer S., « The faunal remains », in V.A. Maxfield et D.P.S. Peacock (éds.), Survey and Excavation at Mons Claudianus, 1987-1993. Volume II: The Excavations : Part 1, Le Caire, IFAO Documents de Fouilles, 43, 2001, 251-311.

Hamilton-Dyer S., « Faunal remains », in V.A. Maxfield et D.P.S. Peacock (éds.), The Roman Imperial Quarries. Survey and Excavations at Mons Porphyrites 1994-1998. Volume 2: The Excavations, London, Egyptian Exploration Society, 2007, 143-175.

Hamilton-Dyer S., « Faunal remains », in D.P.S. Peacock et L. Blue (éds.), Myos Hormos-Quseir al-Qadim: Roman and Islamic ports on the Red Sea, Volume 2: Finds from the excavations 1999-2003, Oxford, Archaeopress, 2011 (BAR. International Series 2286; University of Southampton. Series in Archaeology, 6), 245-288.

Ikram S., « Zooarchaeological remains », in C. Meyer, Bir Umm Fawakhir 3. Chicago, The Oriental Institute of the University of Chicago, Oriental Institute Publications 141, 2014, 91-96.

Konen H., « Reis im Imperium Romanum : Bemerkungen zu seinem Anbau und seiner Stellung als Bedarfs- und Handelsartikel in der Römischer Kaiserzeit », Münstersche Beiträge zur Antiken Handelsgeschichte 18, 1999, 23-47.

Leguilloux M., « Les animaux et l’alimentation d’après la faune : les restes de l’alimentation carnée des fortins de Krokodilô et Maximianon », in H. Cuvigny (éd.), La route de Myos Hormos. L’armée romaine dans le désert Oriental d’Égypte, vol. 2. (Praesidia du désert de Bérénice I), Le Caire, IFAO, 2003, 549-588.

Leguilloux M., « Les animaux à Didymoi d’après les restes fauniques du dépotoir extérieur », in H. Cuvigny (éd.), Didymoi. Une garnison romaine dans le désert Oriental d’Égypte (Praesidia du désert de Bérénice IV), vol. 1. Les fouilles et le matériel, Le Caire, 2011, 167-204.

Leguilloux M. « L’exploitation des animaux dans les praesidia des routes de Myos Hormos et de Bérénice. Alimentation, transports et ressources artisanales », in J.-P. Brun (éd.), Le désert Oriental d'Égypte durant la période gréco-romaine : bilans archéologiques, 2018, en ligne : https://books.openedition.org/cdf/5175.

Maxfield V., « The Eastern Desert forts and the army in Egypt during the principate », in D.M. Bailey (éd.), Archaeological Research in Egypt, Portsmouth (RI), Journal of Roman Archaeology Supplement 19, 1996, 9-19.

Maxfield V., « Lykabettus Village », in V.A. Maxfield et D.P.S. Peacock (éds.), The Roman Imperial Quarries. Survey and Excavations at Mons Porphyrites 1994-1998. Volume 1: Topography and Quarries, London, Egypt Exploration Society, 2001a, 110-129.

Maxfield V., « Badia », in V.A. Maxfield et D.P.S. Peacock (éds.), The Roman Imperial Quarries. Survey and Excavations at Mons Porphyrites 1994-1998. Volume 1: Topography and Quarries, London, Egypt Exploration Society, 2001b, 215-239.

Maxfield V., « Stone quarrying in the Eastern Desert with particular reference to Mons Claudianus and Mons Porphyrites », in D.J. Mattingly et J. Salmon (éds), Economies beyond Agriculture in the Classical World, London, Routledge, 2001c, 143-170.

Maxfield V., « Excavations at Badia », in D.P.S. Peacock et V.A. Maxfield (éds.), The Roman Imperial Quarries. Survey and Excavations at Mons Porphyrites 1994-1998. Volume 2: The Excavations, London, Egyptian Exploration Society, 2007, 25-81.

Maxfield V.A. et Peacock D.P.S. (éds.), Survey and Excavation at Mons Claudianus, 1987-1993. Volume II : The Excavations : Part 1, Le Caire, 2001a (IFAO Documents de Fouilles, 43).

Maxfield V.A. et Peacock D.P.S. (éds.), The Roman Imperial Quarries. Survey and Excavations at Mons Porphyrites 1994-1998. Volume 1: Topography and Quarries, London, Egypt Exploration Society, 2001b.

Meyer C. Bir Umm Fawakhir 3. Chicago, The Oriental Institute of the University of Chicago, Oriental Institute Publications 141, 2014.

Murray M.A., « Fruits, vegetables, pulses and condiments », in P.T. Nicholson et I. Shaw (éds.), Ancient Egyptian Materials and Technology. Cambridge, Cambridge University Press, 2000a, 609-655.

Murray M.A., « Cereal production and processing », in P.T. Nicholson et I. Shaw (éds.), Ancient Egyptian Materials and Technology. Cambridge, Cambridge University Press, 2000b, 505-536.

Newton C., Clapham A., « Egyptian oasis crop productions and potential exports from the Pharaonic Period to Late Roman times: a first archaeobotanical review », in S. Marchand (éd.), La céramique du désert Occidental de la fin du Néolithique à l’époque médiévale. La Marmarique et les oasis de Bahariya, Dakhla et Kharga. Cahiers de la Céramique Égyptienne 11, sous presse.

Newton C., Gonon T., Wuttmann M., « Un jardin d’oasis d’époque romaine à ‘Ayn-Manâwir (Kharga, Égypte) », Bulletin d’IFAO 105, 2005, 167-196.

Newton C., « The plant remains from Domitianè/Kainè Latomia », in J.-P. Brun (éd.) en préparation. non publié (report 2005).

Newton C., Rapport de mission d’étude archéobotanique ; sites du désert Oriental, non publié (report 2004).

Palmer S.A., Clapham A.J., Rose R., Freitas F.O., Owen B.D., Beresford-Jones D., Moore J.D., Kitchen J.L. et Allaby R.G., « Archaeogenomic evidence of punctuated genome evolution in Gossypium », Molecular Biology and Evolution 29(8), 2012, 2031-2038 (doi:10.1093/molbev/mss070).

Peacock D.P.S., Rome in the Desert: A Symbol of Power. Southampton, Inaugural Lecture Southampton University, 1992.

Peacock D.P.S. et Blue L., Myos Hormos-Quseir al-Qadim, Roman and Islamic Ports on the Red Sea, Volume 1: The Survey and Report on the Excavations, Oxford, Oxbow Books, 2006.

Peacock D.P.S. and Blue L. (éds.), Myos Hormos-Quseir Al-Qadim: Roman and Islamic ports on the Red Sea, Volume 2: Finds from the excavations 1999-2003, Oxford, Archaeopress, 2011 (BAR. International Series 2286; University of Southampton. Series in Archaeology, 6).

Peacock D.P.S. et Maxfield V.A. (éds.), The Roman Imperial Quarries. Survey and Excavations at Mons Porphyrites 1994-1998. Volume 2: The Excavations, London, Egyptian Exploration Society, 2007.

Peacock D.P.S. et Maxfield V.A. (éds.), Survey and Excavations at Mons Claudianus 1987-1993. vol. I. Topography & Quarries. Le Caire, IFAO, Documents de Fouilles 37, 1997.

Peterson T., « The Arab influence on western European cooking », Journal of Medieval History 6, 1980, 317-340.

Pliny: Natural History. Trans. H. Rackham (Volume 4, 1952) and W.H.S. Jones (Volume 6 1962). Loeb Classical Library. London/Cambridge MA, Heinemann/Harvard University Press.

Redon B., « La prise en main du désert Oriental par les Lagides : nouvelles données archéologiques », Redon, in J.-P. Brun (éd.), Le désert Oriental d'Égypte durant la période gréco-romaine : bilans archéologiques, 2018, en ligne : https://books.openedition.org/cdf/5142.

Rowley-Conwy P., « Dung, dirt and deposits: site formation under conditions of near-perfect preservation at Qasr Ibrim, Egyptian Nubia », in R. Luff and P. Rowley-Conwy (éds.) Whither Environmental Archaeology. Oxford, Oxbow Books, 1994, 25-32.

Ruffing K., « Das Nikanor-Archiv und der Römische Süd- und Osthandel », Münstersche Beiträge z. Antiken Handelsgeschichte 12(2), 1993, 1-26.

Sidebotham S.E., Roman Economic Policy in the Erythrea Thalassa 30 BC- AD 217, Leiden, 1986.

Sidebotham S.E., « University of Delaware Archaeological Project at Abu Sha’ar: the 1992 season », Newsletter of the American Research Center in Egypt 161/162, 1993, 1-9.

Sidebotham S.E., « Preliminary report on the 1990-1991 field seasons of fieldwork at Abu Sha’ar (Red Sea Coast) », Journal of the American Research Centre in Egypt 31, 1994, 133-158.

Sidebotham S.E., Berenike and the Ancient Maritime Spice Route, Berkeley, University of California Press, 2011.

Sidebotham S.E., « Les fouilles archéologiques de Bérénice 1994-2015 », in J.-P. Brun (éd.), Le désert Oriental d'Égypte durant la période gréco-romaine : bilans archéologiques, 2018, en ligne : https://books.openedition.org/cdf/5144.

Sidebotham S.E., Hense M., Nouwens H.M., The Red Land. An Illustrated Archaeology of Egypt’s Eastern Desert, Le Caire, New York, The American University, Le Caire Press, 2008.

Smith W., Archaeobotanical Investigations of Agriculture at Late Antique Kom El-Nana (Tell El-Amarna). London, Egypt Exploration Society, 2003.

Smith W., « The floral remains (Chapter 6) », in C. Meyer, Bir Umm Fawakhir 3, Excavations 1999–2001, Chicago, The Oriental Institute of the University of Chicago, 2014, 97-110.

Strabo, The Geography, Trans. H.L. Jones, The Loeb Classical Library. Cambridge MA/Londres, Harvard University Press/Heinemann, 1969.

Thanheiser U., « Roman agriculture and gardening in Egypt as seen from Kellis », in C.A. Hope et G.E. Bowen (éds.), Dakhleh Oasis Project: preliminary reports on the 1994-1995 to 1998-1999 field seasons, Oxford, Oxbow Books, 2002, 299-310.

Thanheiser U. et König C., « Plant remains from habitation areas at Kellis: some considerations concerning their accumulation », in M.F. Wiseman (éd.), The Oasis Papers 2: Proceedings of the Second International Conference of the Dakhleh Oasis Project, vol. 2., Oxford, Oxbow Books, 2008, 141-150.

Thanheiser U., Walter J., « Plant use in a Romano-Egyptian household in the third century CE », in A.L. Boozer (éd.), Amheida II: A late Romano-Egyptian house in the Dakhleh oasis. Amheida House B2, New York: The Institute for the Study of the Ancient World, 2015, 375‑392. (sous presse mais disponible en ligne), URL : http://dlib.nyu.edu/awdl/isaw/amheida-ii-house-b2/.

Thanheiser U., Kahlheber S., Dupras T., « Pearl millet, Pennisetum glaucum (L.) R.Br. ssp. glaucum. Inthe Dakhleh Oasis, Egypt », in U. Thanheiser (éd.), News from the Past: Progress in African Archaeobotany. Proceedings of the 7th International Workshop on African Archaeobotany in Vienna, 2-5 July 2012, Groningen, Barkhuis, 2016, 115‑125.

Tengberg M., « L’acquisition et l’utilisation des produits végétaux à Didymoi », in H. Cuvigny (éd.), Didymoi. Une garnison romaine dans le désert Oriental d’Égypte (Praesidia du désert de Bérénice IV). Volume 1. Les fouilles et le matériel, Le Caire, 2011, 205‑214.

Tomber R., « Provisioning the desert : pottery supply to Mons Claudianus », in D.M. Bailey (éd.) Archaeological Research in Roman Egypt. Journal of Roman Archaeology Supplement S19, 1996, 39-49.

Tomber R., « The pottery », in V. Maxfield et D.P.S. Peacock (éds.), Survey and Excavations at Mons Claudianus 1987-1993. Volume 3: Ceramic Vessels and Related Objects, Le Caire, IFAO, Fouilles de l’IFAO 54, 2006, 3-236.

Tomber R., Indo-Roman Trade. From Pots to Pepper. London, Duckworth, 2008.

Tomber R., « Pots with writing », in D.P.S. Peacock et L. Blue (éds.), Myos Hormos-Quseir Al-Qadim: Roman and Islamic ports on the Red Sea, Volume 2: Finds from the excavations 1999-2003, Oxford, Archaeopress (BAR. International Series 2286; University of Southampton. Series in Archaeology, 6), 2011, 5-10.

Tomber R., « Carrières, ports et praesidia : approvisionnement et échanges dans le désert Oriental », in J.-P. Brun (éd.), Le désert Oriental d'Égypte durant la période gréco-romaine : bilans archéologiques, 2018, en ligne : https://books.openedition.org/cdf/5179.

Van der Veen M., « Gardens in the Desert », in O.E. Kaper (éd.), Life on the Fringe: Living in the Southern Egyptian Deserts during the Roman and early-Byzantine Periods, Leiden, CNWS, 1998, 221‑242.

Van der Veen M., « The economic value of chaff and straw in arid and temperate zones », Vegetation History and Archaeobotany 8, 1999, 211-224.

Van der Veen M., « The botanical evidence », in V.A. Maxfield et D.P.S. Peacock (éds.), Survey and Excavation at Mons Claudianus, 1987-1993. Volume 2, Part 1 : The Excavation, Le Caire, Institut Français d’Archéologie Orientale de Caire ; Documents des Fouilles 43, 2001, 174-247.

Van der Veen M., « When is food a luxury? », World Archaeology 34(3), 2003, 405-427. [doi: 10.1080/0043824021000026422].

Van der Veen M., « Formation processes of desiccated and carbonised plant remains –the identification of routine practice », Journal of Archaeological Science 34, 2007, 968-990. [DOI 10.1016/j.jas.2006.09.007]

Van der Veen M., Consumption, Trade and Innovation: Exploring the Botanical Remains from the Roman and Islamic Ports at Quseir al-Qadim, Egypt, Frankfurt, Journal of African Archaeology, Monograph 6, 2011.

Van der Veen M. et Hamilton-Dyer S., « A life of luxury in the desert? The food and fodder supply to Mons Claudianus », Journal of Roman Archaeology 11, 1998, 101-116.

Van der Veen M., Morales J., « The Roman and Islamic spice trade: new archaeological evidence », Journal of Ethnopharmacology 67, 2015, 54-63. [DOI 10.1016/j.jep.2014.09.036].

Van der Veen M., Morales J., « Food globalization and the Red Sea: new evidence from the ancient ports at Quseir al-Qadim, Egypt », in D.A. Agius, A. Williams, E. Khalil et E. Scerri (éds), Human Interaction with the Environment in the Red Sea, Leiden, Brill, 2017, 256-291. [DOI 10.1163/9789004330825_013]

Van der Veen M. et Tabinor H., « Food, fodder and fuel at Mons Porphyrites: the botanical evidence », in D.P.S. Peacock et V.A. Maxfield (éds.), The Roman Imperial Quarries. Survey and Excavation at Mons Porphyrites 1994-1998. Volume 2: The Excavations. London, Egypt Exploration Society, 2007, 83-142.

Van Neer W., « Archaeozoological data on the food provisioning of Roman settlements in the Eastern Desert of Egypt », Archaeozoologica 9, 1997, 137-154.

Van Neer W. and Ervynck A.M.H., « Faunal remains from Shenshef and Kalalat », in S.E. Sidebotham and W.Z. Wendrich (éds.), Berenike 1997. Report of the 1997. Excavations at Berenike and the Survey of the Egyptian Eastern Desert, including Excavations at Shenshef. Leiden, 1999, 431-444.

Van Rengen W., « Les laissez-passez (48-820) », in J.A. Bingen, A. Bülow-Jacobsen, W.E.H. Cockle, H. Cuvigny, L. Rubinstein, W. Van Rengen, Mons Claudianus. Ostraca Graeca et Latina I (O.Claud. 1-190), Le Caire, IFAO. Documents de Fouilles 29, 1992, 57-74.

Warmington E.H. The Commerce between the Roman Empire and India. Cambridge, Cambridge University Press, 1928. Édition : 1995 réédition (New Delhi: Munshiram Manoharlal Publishers).

Wendrich W.Z., Tomber R.S., Sidebotham S.E., Harrell J.A., Cappers R.T.J. et Bagnall R.S., « Berenike crossroads: the integration of information », Journal of the Economic and Social History of the Orient 46, 1, 2003, 46-87.

Whitcomb, D.S. and Johnson, J.H. Quseir Al-Qadim 1978: Preliminary Report. Le Caire, The American Research Center in Egypt, 1979.

Whitcomb, D.S. and Johnson, J.H. Quseir Al-Qadim 1980: Preliminary Report. Malibu, Undeena Publications, 1982

Wild J.P. et Wild F., « Contrastes textiles à Bérénice », in J.-P. Brun (éd.), Le désert Oriental d'Égypte durant la période gréco-romaine : bilans archéologiques, 2018, en ligne : https://books.openedition.org/cdf/5165.

Zahran M.A. and Willis A.J., The Vegetation of Egypt, London, Chapman and Hall, 1992.

Annexes

Annexe 1 : Informations récapitulatives sur les sites du désert Oriental ayant livré des restes archéobotaniques.

Abu Sha’ar (AS)
- Fort romain tardif sur la côte de la Mer Rouge, à 20 km au nord de la ville moderne d’Hurghada. Chronologie : fin ive-ve début siècle après J.-C. Après une période d’inutilisation (durée inconnue), le fort fut réoccupé par une petite communauté chrétienne, la durée d’occupation n’est pas connue, mais elle peut couvrir le vie siècle après J.-C.
- Fouilles archéologiques 1987-1991. Les données archéobotaniques proviennent des décharges d’ordures romaines tardives et concernent principalement du matériel recueilli à la main ; les détails d’échantillonnage ne sont pas publiés.
- Archéologie : Sidebotham 1993, 1995, 2011. Archéobotanique : el-Hadidi et Amer 1996, el-Hadidi et el-Fayoumi 1996, el-Hadidi et al. 1997 ; Fadl 2013.

Badia (BA)
- Station-chemin (praesidium) sur la route allant de Qena vers les carrières du Porphyrites, comprenant un établissement fortifié avec de grandes écuries pour animaux et un puits à proximité.
- Chronologie : fin du ier-ve siècles après J.-C. Tout en fonctionnant comme une station routière au début de l’époque romaine, le site a servi de soutien logistique pour les carrières du Porphyrites au cours de la période romaine tardive (ive-ve siècles après J.-C.).
- Fouilles archéologiques : Maxfield et Peacock 2001b, Peacock et Maxfield 2007 ; Archéobotanique : Van der Veen et Tabinor 2007. Archéozoologie : Hamilton-Dyer 2007.

Bérénice (BE)
- Port sur la côte de la mer Rouge, à la limite sud de l’Égypte. Grand établissement, temples et sanctuaires, ainsi que des bâtiments de stockage.
- Chronologie : fondée à l’époque ptolémaïque (iiie siècle avant J.-C.), âge d’ or au cours des ier- iie siècles après J.-C., interruption ou au moins une activité réduite au cours du iiie siècle après J.-C., les activités ont repris vers le milieu du ive, durant le ve siècles après J.-C. Abandon avant le milieu du vie siècle après J.-C.
- Fouilles archéologiques : 1994-2001, et encore en cours.
- Archéologie : Sidebotham 2008, 2011, 2018 ; Wendrich et al. 2003. Archéobotanique : Cappers 2006, voir aussi Cappers 2003 et Cappers dans Wendrich et al. 2003. Archéozoologie : Van Neer 1997.

Bi’r Umm Fawâkhir (BF)
- Mines d’or et village de mineurs, immédiatement au nord de la route de Coptos à Myos Hormos.
- Chronologie : ve-vie siècles après J.-C., bien qu’une exploitation antérieure soit connue. Il existait aussi une station routière (Persou) pendant le Haut Empire romain.
- Fouilles archéologiques : 1992-1999.
- Archéologie : Meyer 2014. Archéobotanique : Smith 2014. Archéozoologie : Ikram 2014.

Didymoi - Khasm al-Minayh (DI)
- Station routière (praesidium) sur la route de Coptos à Bérénice.
- Chronologie : 76-77 après J.-C. ; abandon vers 269/271, Brun, 2018.
- Fouilles archéologiques : 1998-2000.
- Archéologie : Cuvigny et alii 2011. Archéobotanique : Tengberg 2011. Archéozoologie : Leguilloux 2011.

Kainè Latomia / Domitianè - Umm Balad (KL)
- Petite carrière et une fort proche du Porphyrites et administrée à partir de cette carrière. Dans un premier temps appelé Domitianè, puis renommé Kainè Latomia après la chute de Domitien.
- Chronologie : fin ier-début iie siècles après J.-C., et milieu du iie siècles après J.-C.

- Fouilles archéologiques : 2002-2003
- Archéologie : Brun, en préparation. Archéobotanique : Newton en préparation, rapport inédit 2005. Archéozoologie : Leguilloux en préparation.

Kusayr - Qusayr al-Qadim (KU)
- Réoccupation du port romain de Qusayr al-Qadim (voir sous Myos Hormos), à 8 km au nord de la ville moderne de Qusayr. Pendant cette période, le port s’appelle Kusayr.
- Chronologie : phase principale de l’occupation xie-xiiie siècles après J.-C., mais continue à une échelle plus réduite au cours des xive-xve siècles après J.-C.
- Fouilles archéologiques : 1999-2003 (et précédemment 1978-1982 : Whitcomb et Johnson, 1979, 1982).
- Archéologie : Peacock and Blue 2006, 2011 ; Voir aussi Blue 2018. Pour les dates de radio-carbone, voir Van der Veen 2011. Archéobotanique : Van der Veen 2011 ; Voir aussi Van der Veen et Morales 2015, 2017. Archéozoologie : Hamilton-Dyer 2011.

Maximianon - al-Zarqa (MA)
- Station routière (praesidium) sur la route Coptos à Myos Hormos. Fort avec puits au centre. Fouilles archéologiques : 1993-1994
- Chronologie : milieu ier à début du iiie siècles après J.-C.
- Archéologie : Cuvigny et alii 2003 (2 volumes). Archéobotanique : Newton rapport non publié 2004. Archéozoologie : Leguilloux 2003.

Mons Claudianus (MC)
- Un grand complexe de carrières pour l’extraction de granodiorite utilisé dans les grands projets de constructions impériales à Rome (par exemple colonnes du Panthéon et du Forum de Trajan, ainsi que pour des baignoires et des bassins). Etablissement fortifié, comprenant des logements, une cuisine commune, des thermes et un temple, ainsi que des écuries pour animaux, des greniers et un puits, ainsi qu’un ensemble de 130 carrières sur 750 ha. Chronologie : de la moitié / fin du ier au début du iiie siècle après J.-C.
- Fouilles archéologiques : 1987-1993.
- Archéologie : Peacock et Maxfield 1997, Maxfield et Peacock 2001a ; Maxfield 2001. Archéobotanique : Van der Veen 2001, voir aussi Van der Veen 1998 et Van der Veen et Hamilton-Dyer 1998. Archéozoologie : Hamilton-Dyer 2001.

Mons Porphyrites (MP)
- Important complexe de carrières pour l’extraction du porphyre violet et,dans une moindre mesure, noir, utilisé dans les projets de constructions impériales (principalement à Rome et à Constantinople), pour des statues, des sarcophages et des bassins. Grand fort et villages de carriers associés dans l’oued principal, et d’autres petits établissements non fortifiés (villages) situées près des carrières, haut dans les montagnes.
- Chronologie : du début de ier-début du iiie siècles après J.-C. et encore au cours des ive-début ve siècles après J.-C. Au cours de cette dernière période, la plupart des activités ont été centrées sur la carrière et le village de Lykabettus, en lien avec Badia (voir ci-dessus). Fouilles archéologiques : 1994-1998.
- Archéologie : Maxfield et Peacock 2001b, Peacock et Maxfield 2007 ; Maxfield 2001c. Archéobotanique : Van der Veen et Tabinor 2007. Archéozoologie : Hamilton-Dyer 2007.

Myos Hormos - Qusayr al-Qadim (MH)
- Port sur la côte de la mer Rouge en Égypte, juste au nord de l’embouchure du wâdi al-Hammâmât. Le site est aujourd’hui appelé Qusayr al-Qadim, à seulement 8 km au nord de la ville moderne de Qusayr. L’un des deux ports principaux pour le commerce avec l’Inde pendant la période romaine. Le site est implanté sur un ancien récif corallien juste au nord et à l’est d’une lagune maintenant ensablée.
- Chronologie : début ier-début/milieu du iiie siècles après J.-C., bien que probablement fondé plus tôt, pendant la période Ptolémaïque. Réoccupé pendant la période islamique médiévale, alors connu sous le nom de Kusayr, voir ci-dessus.
- Fouilles archéologiques : 1999-2003 (et précédemment 1978-1982, Whitcomb et Johnson, 1979, 1982).
- Archéologie : Peacock and Blue 2006, 2011 ; Voir aussi Blue dans ce volume. Archéobotanique : Van der Veen 2011 ; Voir aussi Van der Veen et Morales 2015, 2017. Archéozoologie : Hamilton-Dyer 2011.

Shenshef (SS)
- Grand établissement à seulement 21 km au sud-ouest de Bérénice. La fonction exacte n’est pas assurée, mais probablement satellite de Bérénice.
- Chronologie : ve-vie siècles après J.-C.
- Fouilles archéologiques : 1994-2001.
- Archéologie : Sidebotham 2011 ; Archéobotanique : Cappers 2006, Archéozoologie : Van Neer et Ervynck 1999.

Tiberianè - Barud (TI)
- Petite carrière et fort à 10 km au sud-est du Mons Claudianus, et administrée à partir de là.
- Chronologie : milieu du iisiècle après J.-C.
- Fouilles archéologiques : sondages en 1992.
- Archéologie : Peacock et Maxfield 1997, Maxfield et Peacock 2001a. Archéobotanique : Van der Veen 2001. Archéozoologie : Hamilton-Dyer 2001.

Xèron Pelagos wâdi Girf (XE)
- Station routière (praesidium) sur la route de Coptos à Bérénice.
- Chronologie : fin ier-mi/fin du iiie siècles après J.-C. (abandon vers 269/271, Brun, ce volume).
- Fouilles archéologiques : 2010-2013.
- Archéologie : Brun 2014-2015. Archéobotanique : Bouchaud inédit ; Voir aussi Bouchaud et Redon 2017. Archéozoologie : Leguilloux inédit.

Annexe 2

Liste des plantes alimentaires retrouvées sur les sites du désert Oriental discutés dans le texte (restes desséchés et carbonisés), et nombre total d’identifications. Références bibliographiques. a. Cappers 2006 ; b. Van der Veen 2011 ; c. Van der Veen 2001 ; d. Van der Veen and Tabinor 2007 ; e. Newton en prep. ; f. Newton indédit ; g. Bouchaud inédit ; h. Tengberg 2011 ; i. Fadl 2013, el-Hadidi and Amer 1996, el-Hadidi and el-Fayoumi 1996, el-Hadidi et al. 1997 ; j. Smith 2014. Pour les abréviations des sites, voir Table 1, plus SS =Shenshef, AS = Abû Sha’ar, BF = Bi’r Umm Fawâkhir, et KU = Kusayr.

Notes

1 Il n’est pas impossible que les graines identifiées comme étant de type ‘chou’ (genre Brassica) correspondent à des plantes poussant spontanément dans le désert. Les fruits de bette (Beta vulgaris) peuvent appartenir à une adventice des champs cultivés plutôt qu’à une variété cultivée. Cependant, dans les deux cas, leur fréquence dans les échantillons et les contextes dans lesquels ils ont été trouvés nous conforte plutôt dans leur identification comme plantes cultivées, d’autant plus que le chou et la bette sont tous deux mentionnés dans des lettres privées sur ostraca.

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Localisation dans le désert Oriental d’Égypte des sites mentionnés dans le texte. Carte : S. Goddard.
Crédits © M. Van der Veen
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5170/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Fig. 2
Légende 1. Grains desséchés d’orge (Hordeum vulgare), Badia (d’après Fig. 4. 19 dans Van der Veen et Tabinor 2007 : 106) ; 2. Grains carbonisés de blé dur (Triticum durum), Badia (d’après Fig. 4.20 dans Van der Veen et Tabinor 2007 : 107) ; 3. Segments de rachis desséchés de blé dur (Triticum durum), Mons Porphyrites (d’après Fig. 4.21 dans Van der Veen and Tabinor 2007 :108) ; 4. Fragments de balle de riz desséchés et ; 5. grain vêtu de riz (Oryza sativa), Myos Hormos (d’après Fig. 2.5 dans Van der Veen 2011 : 46).Photographies : Jacob Morales.
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5170/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 724k
Titre Fig. 3
Légende 1. Graines de cédrat (Citrus cf. medica) (d’après Fig. 4.9 dans Van der Veen et Tabinor 2007 : 94) ; 2. Graines de perséa (Mimusops laurifolia) (d’après Fig. 4.10 dans Van der Veen et Tabinor 2007 : 95) ; 3. Pignon de pin (Pinus pinea) (d’après Fig. 4.11 dans Van der Veen et Tabinor 2007 : 95) ; 4. Graines de sébeste (Cordia myxa) (d’après Fig. 4.7 dans Van der Veen et Tabinor 2007 : 93). Tous les restes sont desséchés et proviennent du Mons Porphyrites. Photographies : Jacob Morales.
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5170/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Fig. 4
Légende 1. Bractées d’artichaut (Cynara cardunculus, var. scolymus), Mons Claudianus (Van de Veen 2001) ; 2. Plateaux de tige et caïeux d’ail (Allium sativum), Mons Porphyrites (d’après Fig. 4.15 dans Van der Veen et Tabinor 2007 : 97) ; 3. Plateaux de tige et feuille d’oignon (Allium cepa), Mons Porphyrites (d’après Fig. 4.14 dans Van der Veen et Tabinor 2007 : 97). Tous les restes sont desséchés. Photographies : Jacob Morales.
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5170/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Fig. 5
Légende Nombre de plantes alimentaires retrouvées sur chaque site pour la période du ier au iiie s. de notre ère, présenté par type de conservation (dessiccation et carbonisation). Pour les abréviations des sites et les données, se référer au tableau 1. DI (Didymoi) : information indisponible.
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5170/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Table 2
Légende Abondance relative des plantes alimentaires les plus communes trouvées sur les dix sites du Haut Empire romain dont il est question dans le texte, c’est-à-dire celles trouvées sur au moins 8 des 10 sites, sous forme desséchée ou carbonisée. √ = présence, √√ = présence dans au moins 50 % des échantillons, ? = identification incertaine. Pour les abréviations des sites et les données, se référer au tableau 1 et à l’annexe 2.
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5170/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Fig. 6
Légende Nombre total de plantes alimentaires retrouvées sur chaque site sous forme desséchée ou carbonisée pour la période du 1er au 3e s. de notre ère, par catégorie d’aliment. Pour les abréviations des sites et les données, se référer au tableau 1.
Crédits © M. Van der Veen
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5170/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Table 3
Légende Présence des produits alimentaires dits ‘de luxe’ sur les sites de la période du 1er au 3e s. de notre ère, présents sous forme desséchée ou carbonisée, illustrant leur abondance particulière sur les quatre sites ‘riches’, soit Bérénice, Myos Hormos, Mons Claudianus et Mons Porphyrites. Pour les abréviations des sites et les données, se référer au tableau 1 et à l’annexe 2.
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5170/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Fig. 7
Légende 1. Baie de poivre noir (Piper nigrum) (d’après Fig. 2.3 dans Van der Veen 2011 : 44) ; 2. Graine de badamier blanc (Terminalia bellirica) (d’après Fig. 2.8 dans Van der Veen 2011 : 51) ; Graines de cumin noir (Nigella sativa) (d’après Fig. 4.20 dans Van der Veen 2011 : 168), et 4. Graines de sésame (Sesamum indicum) (d’après Fig. 4.15 dans Van der Veen 2011 : 160). Tous les restes sont desséchés et proviennent de Myos Hormos. Photographies : Jacob Morales.
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5170/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre Fig. 8
Légende Proportion de grains desséchés d’orge et de blé dur par site pour la période du ier au iiie s. de notre ère. N = grains de céréales (nombre minimum d’individus) dans les échantillons tamisés à 0,5 mm (c’est-à-dire excluant les échantillons ponctuels et ceux tamisés à de plus grandes mailles). Pour les abréviations des sites, se référer au tableau 1.
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5170/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Fig. 9
Légende Proportion de balle (nœud de rachis) desséchée d’orge et de blé dur par site, pour la période du du ier au iiie s. de notre ère. N = nœuds de rachis (1 nœud = 1) dans les échantillons tamisés à 0,5 mm (c’est-à-dire excluant les échantillons ponctuels et ceux tamisés à de plus grandes mailles). Pour les abréviations des sites, se référer au tableau 1.
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5170/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Fig. 10
Légende Fèces desséchées de dromadaire du Mons Porphyrites, comprenant des grains d’orge complets et de la balle de blé (d’après Fig. 4.16 dans Van der Veen et Tabinor 2007 : 99). Barley grain = grains d’orge ; wheat rachis = segments de rachis de blé. Photographies : Jacob Morales.
Crédits © M. Van der Veen
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5170/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Fig. 11
Légende Nombre total de plantes alimentaires retrouvées sur chaque site, sous forme desséchée ou carbonisée, comparant les sites du Haut Empire romain (ier-début iiie s. de notre ère) aux restes du Moyen-Âge islamique de Qusayr (xie-xiiie s.). Pour les abréviations des sites et les données, se référer au tableau 1 et à l’annexe 2 ; KU =Kusayr.
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5170/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5170/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5170/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5170/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 299k

Auteurs

School of Archaeology & Ancient History, University of Leicester (Royaume-Uni)
Archéozoologie, archéobotanique : Sociétés, pratiques et environnements (UMR 7209), Sorbonne Universités, Muséum national d’histoire naturelle, CNRS
Groningen Institute of Archaeology, University of Groningen (Pays-Bas)
Laboratoire d’Archéologie et de Patrimoine, Université du Québec à Rimouski (Canada)

© Collège de France, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540