Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le désert oriental d'Égypte durant la période gréco-romaine : bilans archéologiques

 | 
Jean-Pierre Brun
, 
Thomas Faucher
, 
Bérangère Redon
, 
et al.

L’or des Ptolémées : l’exploitation de l’or dans le désert Oriental

Thomas Faucher

Texte intégral

  • 1 Voir l’excellente présentation de l’or par J. Ogden dans son chapitre le métal en Égypte : Ogden 20 (...)
  • 2 Des scènes d’offrandes et de pesée de l’or apparaît régulièrement dans des tombes thébaines où des (...)

1L’histoire de l’exploitation de l’or en Égypte ne commence pas à l’arrivée d’Alexandre en Égypte1. Dès l’époque prédynastique, les mineurs, où plutôt les cueilleurs, récupéraient les pépites au fond des wâdis. L’exploitation de l’or a atteint un premier pic au Nouvel Empire, et les mentions de tributs d’or et du résultat des expéditions sont bien connues notamment sous le règne de Thoutmosis III2. Malgré les réserves accumulées par Alexandre en récupérant les trésors perses et l’immanquable part qui est revenue à Ptolémée I, la dynastie lagide a conduit une politique d’expéditions minières dans le désert Oriental, à la recherche du précieux métal, marchant sur les traces des pharaons du Nouvel Empire. Ici, il sera question de saisir les limites géographiques et chronologiques de ces exploitations en s’appuyant sur les recherches archéologiques récentes, mais aussi de comprendre les aspects les plus techniques de la production de l’or sous les Lagides.

Contexte géologique, géographique et chronologique

  • 3 Voir la présentation de la géologie de la région dans Brun et al. 2013, Les articles géologiques su (...)

2La géologie de l’or a connu d’importants progrès ces vingt dernières années, principalement en raison de l’intérêt croissant des investisseurs et, en conséquence, des recherches de nouvelles formes de dépôts aurifères. Les occurrences de l’or en Égypte sont toutes situées dans le bouclier pré-cambrien qui se trouve dans la partie est du désert Oriental, la plus proche de la mer Rouge (fig. 1)3. Elles sont souvent associées à des grandes failles, cisaillements ou boudinage de roches volcaniques. Pour résumer à grands traits, il existe deux grands types de gisements exploités dans l’Antiquité : l’or filonien, principalement des filons de quartz, où la roche est extraite soit à ciel ouvert, soit en galeries, et l’or alluvionnaire, issu de l’érosion des filons, qui se trouve dans les wâdis sous forme de placers, où l’on lave le sable pour trouver des paillettes ou bien où l’on récupère des morceaux de quartz déjà érodés mais aux teneurs en or importantes. Le travail de recherche des Anciens était facilité par l’absence quasi-totale de végétation et par la couleur blanche du quartz, qui se détachait très nettement des très sombres roches volcaniques.

  • 4 Vercoutter 1959, pp. 120-153. Sur Pount, voir plus spécialement Phillips 1997, pp. 423-57.
  • 5 Les références peuvent d’autant plus renvoyer au sud que les habitants de ces régions ont certainem (...)

3Les zones riches en or se trouvent, à partir du sud de la route Qena – Safaga jusqu’au nord du Soudan pour l’Égypte, mais les zones aurifères s’étendaient bien plus au sud. Les mentions du pays de Kush et de Pount4 renvoient au moins jusqu’en Arabie, en Éthiopie et en Erythrée, et peut-être même jusqu’en Somalie et en Ouganda5.

Fig. 1

Fig. 1

Sites miniers et présence de quartz aurifère dans le désert Oriental, d’après Boutros 2004.

© DR

  • 6 Brun et al., 2013 pp. 111-141.
  • 7 Les sites comme Compasi (Tel Daghbah) laissent penser que l’occupation du site continue au moins ju (...)
  • 8 Suet. Aug. 41, 1-2. Voir à ce sujet, Suspène à paraître.

4Les mines du désert ont été exploitées à l’époque ptolémaïque. En l’absence de fouilles d’ampleur, il est toutefois difficile de définir précisément le cadre chronologique de cette exploitation. Les recherches récentes sur le site de Samut6 ont montré que, dès les premiers temps de la dynastie, sous Ptolémée I, à la fin du ive siècle, des explorations et de l'exploitation avaient déjà lieu dans le désert Oriental. L’exploitation a continué, vraisemblablement de manière sporadique, au moins pendant tout le iiie et le iie siècle7. Les données archéologiques ne permettent pas de mettre en évidence une exploitation des mines d’or de la région au cours du ier siècle avant J.-C. Cependant, le peu de sites fouillés ne permet pas d’être définitif et de récuser toute activité, d’autant plus que les fouilles récentes ont montré que les datations proposées par de simples prospections de surface ne sont pas toujours fiables. Ainsi, il ne faudrait pas en tirer de conclusion hâtive sur la richesse en or des rois lagides. Si l’exploitation a été moins importante au ier siècle, cela ne signifie pas pour autant que les rois de l’Égypte manquaient d’or. Il faut rappeler à ce propos que durant le mois d’août 29, des monceaux d’or furent exhibés à Rome après le transfert par Octave du trésor de Cléopâtre, suscitant l’émoi des populations lors de son passage dans les rues de la Capitale romaine, sans parler de l’inflation que cet afflux de métal a provoqué8.

5L’exploitation des ressources minérales du désert égyptien par les Ptolémées repose essentiellement sur une reprise des travaux antérieurs, principalement ceux menés au Nouvel Empire. La mise en place de moyens considérables par les Ptolémées a permis l’exploitation quasi-industrielle de sites qui n’avaient certainement pas été exploités de manière systématique avant eux. Mais, contrairement aux travaux conduits sous les ordres plus ou moins directs des pharaons, l’exploitation minière de l’or par les Ptolémées s’est visiblement limitée au territoire de l’Égypte moderne, sans que de traces directes d’exploitation lagide soient visible plus au sud, dans le territoire soudanais.

Les formes de l’exploitation du quartz aurifère dans le désert Oriental

  • 9 Klemm, Klemm 2013 ; Faucher 2014, pp. 829-836.
  • 10 Il faut noter le travail pionnier, avant eux, de Hume (Hume 1934-1937 ; id. 1907).

6Il faut souligner ici l’apport considérable du travail mené par Rosemarie et Dietrich Klemm dans les années 80-90 et publié in extenso en 20139. Les deux chercheurs allemands, à la suite de leurs travaux de prospection, d’abord dans le désert Oriental d’Égypte, puis au Soudan, ont enregistré près de 250 sites d’exploitation10. Le nombre est impressionnant et l’intérêt de leurs travaux réside principalement dans le fait que les Klemm ont pu visiter les sites avant la grande ruée vers l’or de ces dernières années. En effet, la révolution égyptienne de 2011 a ouvert les portes du désert à d’innombrables chercheurs d’or. D’abord limités à une activité artisanale, les travaux conduits par ces chercheurs se sont intensifiés depuis 2015, qui a vu l’emploi d’engins lourds, bulldozers et pelleteuses, ce qui a amené et continue de causer des dégâts irréversibles sur les vestiges de la région. Tout comme les Ptolémées l’ont fait avant eux, les chercheurs d’or modernes ont ciblé, en priorité, les sites déjà connus et exploités dans l’Antiquité. Il en résulte une destruction massive de ces sites, à la fois des filons et des espaces de production, mais également des habitats associés. Pour donner un seul exemple, mais ils pourraient être multipliés, le site de Barramiya a totalement disparu sous les bulldozers des chercheurs d’or. Ce phénomène, qui n’est pas simplement un phénomène égyptien, mais africain dans son ensemble, provoque des pertes majeures pour qui veut étudier et écrire l’histoire du désert Oriental.

  • 11 Mission archéologique française du désert Oriental (MAFDO) dirigée par Bérangère Redon, voir dans c (...)
  • 12 Même si les fouilles ont plutôt porté sur l’habitat plutôt que sur l’exploitation minière, voir ent (...)

7R. et D. Klemm, respectivement céramologue et géologue, ont parcouru une grande partie du désert Oriental. Le principal problème rencontré par les deux chercheurs a été leur incapacité, dans un nombre important de cas, à dater de manière précise les sites rencontrés, éprouvant ainsi les limites de la prospection de surface. Avant les recherches menées sur le district minier de Samut11, un seul site, Bir Umm Fawakhir12, a fait l’objet de fouilles archéologiques. Il est dès lors délicat de dresser une carte de l’exploitation de l’or à l’époque des Ptolémées puisque les datations proposées l’ont souvent été sur la base d’un matériel lithique extrêmement difficile à dater précisément, en particulier les meules qui servaient à broyer le minerai contenant l’or.

  • 13 Pour Samut nord à l’époque arabe, voir Marchand et al. à paraître.

8De plus, les études se sont principalement portées sur l’exploitation des filons de quartz. Ces exploitations sont souvent largement visibles grâce aux brèches que les mineurs ont laissées suite à l’extraction du quartz qui ont attiré l’attention des habitants de la région qui servaient souvent de guides aux prospecteurs. L’exploitation de l’or alluvionnaire, qui se trouve au fond des wâdis ou dans des placers, est beaucoup plus difficile à déceler. Il ne reste bien souvent que les cabanes qui ont abrité les mineurs et quelques meules et enclumes, traces du travail mené sur place, comme dans un wâdi qui mène au fort de Bi’r Samut, à quelques centaines de mètres du site, où les mineurs ont installés un petit camp proche d’un placer encore visible. Le matériel céramique n’aide pas non plus puisqu’il est généralement extrêmement pauvre, à l’image des villages du Nouvel Empire de Samut el Beda et du début de l’époque arabe comme à Samut nord13.

9À l’époque ptolémaïque, la production de l’or semble avoir été essentiellement le résultat d’un travail sur filon (sans qu’il soit exclu qu’il y ait eu exploitation de l’or alluvionnaire). L’exemple de Samut montre que certains de ces travaux ont engendré la construction d’installations imposantes et une débauche de moyens et de main d’œuvre. Le travail semble y être organisé, dirigé de manière plus cadrée que lors des autres périodes.

La chaîne opératoire de production de l’or

  • 14 Marcotte 2017.
  • 15 Diodore, III, 12-14. Peremans 1967, pp. 432-455.
  • 16 Photios 250, 23-29. Engelbert Mveng 1965, pp. 33-39.
  • 17 Marcotte 2001, pp. 385-435 ; Woelk 1966 ; Micunco 2008. Ces deux textes feront bientôt l’objet d’un (...)

10L’originalité des mines d’or égyptiennes, si on les compare aux autres mines de la même époque, est l’existence d’un texte décrivant de manière extrêmement précise l’exploitation et la chaîne opératoire (succession d’étapes qui menait du minerai à l’or métal) qui y prenait place. Le texte est d'Agatharchide de Cnide, vraisemblablement présent en Égypte vers 170 avant J.-C.14. Il y écrit un traité Sur la mer Rouge en cinq volumes, aujourd’hui perdu. Son œuvre est seulement connue par des passages dans Diodore15 et surtout dans la Bibliothèque de Photios, écrite au ixe siècle à Constantinople16. Ce dernier texte semble être la version la plus proche du texte original, l’auteur ponctuant régulièrement son texte de « dit-il », ce qui laisse penser qu’il a eu accès directement au texte original17, alors que les passages provenant de Diodore sont souvent utilisés sans qu’Agatharchide ne soit nommément mentionné. On ne sait pas si Agatharchide a vu les mines (ses récits de l’Éthiopie se font par ouï-dire puisqu’il n’a semble-t-il pas voyagé au-delà de la Haute-Égypte), mais la description qu’il fait de leurs fonctionnement est tout à fait précise et extrêmement informative.

11Il serait trop long ici de reprendre entièrement le texte d’Agatharchide. Il semblait par contre intéressant d’illustrer ses propos par les découvertes archéologiques les plus récentes faites à Samut nord et ainsi résumer les différentes étapes qui menaient les anciens mineurs, du minerai brut, à l’or en lingot.

12La première étape, dit Agatharchide, est celle de l’extraction du quartz :

  • 18 Les citations sont extraites de Photios, Bibliothèque, tome VII, texte établi et traduit par R. Hen (...)

« La partie la plus dure du terrain aurifère, ils la brûlent avec un grand feu et, après l'avoir ainsi amollie, ils en viennent au travail à la main ; mais la roche tendre, dont des forces médiocres peuvent venir à bout, est brisée au moyen d'outils de carrière en fer par des foules de misérables. Et l'ensemble des opérations est dirigé par un spécialiste qui reconnaît la pierre et qui l'indique aux ouvriers. Parmi ceux qui ont été désignés pour cette vie infortunée, les plus robustes physiquement entaillent la roche qui contient le marbre à l'aide de marteaux de fer, appliquant à cette tâche non de l'habileté, mais de la force pure, et ils taillent des galeries souterraines au travers de la roche, non en ligne droite, mais selon la direction du filon de la roche brillante. Ces gens-là travaillent continuellement dans l'obscurité parce que les boyaux sont courbes et sinueux et ils portent au front des lanternes fabriquées à cet effet ; modifiant souvent la position de leur corps suivant la configuration particulière de la pierre, ils font tomber au sol les fragments qu'ils ont extraits ; ils exécutent ce travail sans relâche, exposés aux coups d'un surveillant cruel18. »

  • 19 Dubois 1996, p. 33-34 ; Téreygeol 1998, pp. 111-113.

13Les hommes les plus forts donc, étaient dirigés par des contremaîtres qui leur indiquaient le filon à suivre. La mention d’abatage au feu, telle qu’on la voit dans le texte d’Agatharchide est douteuse. Aucune trace de l’emploi du feu (une technique bien connue dans l’exploitation minière en Occident19) n’est attestée dans le désert Oriental et les observations menées à Samut nord vont dans ce sens. L’emploi de bois, rare et précieux dans ces régions, et le fait que la roche encaissante (autour du filon) soit friable, amènent à s’interroger sur le bien-fondé de cette description.

  • 20 Brun et al. 2013, pp. 111-141.
  • 21 Ces informations nous ont été apportées par le travail des archéologues miniers F. Téreygeol, A. Ar (...)

14Les traces d’exploitation sont le plus souvent parfaitement visibles, ce qui offre la possibilité de les repérer sur les photographies satellites (fig. 2a et 2b)20. Elles prennent la forme de larges crevasses et démontrent, en creux, l’exploitation et le travail sur le filon. Les veines de quartz étaient visibles en surface. Elles étaient d’abord creusées sous la forme de tranchées à l’air libre, puis, en galeries. Les différentes explorations menées dans le désert Oriental ont montré que ces galeries n’excèdent pas 15 ou 20 mètres de profondeur. Ces observations sont confirmées par l’étude de l’exploitation à Samut nord où les traces les plus profondes sont dues à une reprise à l’époque moderne21. Il existe en effet sur le site des puits de mines profonds d’une soixantaine de mètres. Leurs percements datent du tout début du xxe siècle, à une époque où le désert Oriental a connu un regain d’intérêt et où des compagnies minières anglaises ont prospecté sur les sites anciens.

Fig. 2a

Fig. 2a

Vue satellite du site de Samut nord ; le filon exploité est nettement visible (orientation NNO, les petites tranchées transversales sont modernes).

© MAFDO, Geo Eye-1

Fig. 2b

Fig. 2b

Fantôme du filon de quartz.

© MAFDO, Th. Faucher

  • 22 Sur les résultats obtenus lors des récentes campagnes de fouilles, voir les rapports publiés par B. (...)

15Les découvertes sur le site de Samut nord illustrent la description d’Agatharchide. Des lampes à vernis noir ont été mises au jour. Elles sont composées d’un réservoir profond, ce qui permettait aux mineurs d’avoir une autonomie importante sous terre, et portent régulièrement des lettres gravées, signe de propriété de l’objet. Dans un départ de galerie, il a été possible d’observer une niche creusée dans le rocher qui servait de support à la lampe lorsque l’ouvrier était au travail. À proximité du filon principal, entre les deux grands bâtiments de l’exploitation, les restes d’une forge ont été identifiés. Sa fouille a montré des traces d’activité importantes : une épaisse couche de cendres blanches sous laquelle se trouvaient un four, une fosse de trempe et une enclume où le forgeron pouvait travailler les outils. À l’entrée de cette cabane en pierre, un gros rocher porte les traces d’usure de l’aiguisage des outils. En outre, dans les fouilles du fort de Bir Samut en 2016, trois outils de mineurs ont été mis au jour : un pic, une masse et une enclume, en fer comme l’indique Agatharchide (fig. 3). Un de ces outils a été trouvé dans une phase d’occupation antérieure à la construction du fort de Bi’r Samut, à une époque où l’installation sur le site semble clairement liée à l’exploitation de l’or22.

Fig. 3

Fig. 3

Masse, Pic et enclume trouvés à Bi’r Samut en 2016.

© MAFDO, A. Bülow-Jacobsen

  • 23 Sur ce point, les textes de Diodore et de Photios divergent, Photios, tome VII, Paris, 1974, note 7 (...)

16La deuxième étape est celle du broyage et du concassage du minerai extrait du filon. Les hommes de plus de trente ans23 sont chargés de l’opération :

« Alors, ceux qui sont âgés de plus de trente ans, leur prenant une quantité déterminée des fragments, les broient dans des mortiers de pierre avec des pilons de fer, jusqu'à ce qu'ils les aient réduits à la dimension de lentilles. »

17Là encore, la fouille du site de Samut nord a fourni un nombre important de zones de tri et de concassage. Elles se présentent le plus souvent comme des zones simplement dépierrées et entourées par un petit amoncellement de cailloux. Dans ces espaces s’installaient les ouvriers pour broyer le minerai. À plusieurs endroits, ces zones sont associées à du matériel lithique : tables d’enclume, mortiers et pilons. Il est probable que les outils en fer étaient largement suppléés par les outils lithiques. D’un moindre coût et d’un accès facile, ils devaient être communément utilisés.

18Dans la chaîne opératoire, le maillon suivant est réalisé par des femmes et des hommes les plus âgés :

« Ensuite, ils passent la pierre ainsi réduite aux femmes ainsi qu'aux hommes les plus âgés, qui la mettent sur des meules alignées en grand nombre et qui, se plaçant à deux ou trois à la barre, moulent jusqu'à ce qu'ils aient réduit la quantité donnée à la finesse de la farine. »

19Il s’agit de moudre les grains de quartz à l’état de farine. Plus la farine est fine, plus l’étape suivante est efficace. Cette étape était précautionneusement effectuée comme nous avons pu l’observer en étudiant la granulométrie de la farine retrouvée sur le site. En effet, les déchets de laverie retrouvés dans le camp omeyyade situé au sud de Samut nord sont constitués d’une farine extrêmement fine, composée majoritairement de grains de 50 à 100 microns. À l’époque ptolémaïque, le broyage était réalisé au moyen de meules « à oreilles ». L’assemblage comprend deux pierres, une meule dormante, concave et d’un poids d’une cinquantaine de kilos (fig. 4a), quelque fois plus, et une meule allante, convexe, plus légère, entre 10 et 20 kilos (fig. 4b) ; les deux les plus souvent en granit. L’action de va-et-vient de la meule allante sur la meule dormante permettait de moudre les grains de quartz et d’obtenir une farine très fine, malgré la simplicité de l’opération. Les découvertes de ces meules offrent le premier signe de l’exploitation minière. Suite à l’étude du site de Samut nord, une dizaine de meules avait été mises au jour. Les fouilles de Bir Samut en ont, elles, fourni presque 600, presque toutes en remploi dans les murs du fort ce qui montre à n’en pas douter le caractère quasi-industriel de ces exploitations.

Fig. 4a

Fig. 4a

Meule dormante.

© MAFDO, Th. Faucher

Fig. 4b

Fig. 4b

Meule allante « à oreilles ».

© MAFDO, Th. Faucher

  • 24 Klemm, Klemm 2013, pp. 14, 167, 241-243 ; Brun et al. 2013, p. 122.
  • 25 Redon, Faucher 2016, pp. 7-9.
  • 26 Sidebotham, Hense, Nouwens 2008, p. 219: "our surveys also found large circular ore grinding facili (...)

20À côté de ces meules individuelles, des structures beaucoup plus imposantes ont servi, à Samut nord, à broyer le minerai. Il s’agit de constructions circulaires interprétées, avant qu’elles ne soient fouillées, comme des laveries24. Mais les fouilles ont confirmé que ces structures étaient en réalité de très grands moulins qui servaient à broyer les fragments de quartz et à produire de la farine25. On doit à S. Sidebotham d’avoir le premier interprété correctement ce type de structure, à propos des structures circulaires de Compasi – Tell Daghbag26. Parmi les exemples trouvés autour de la Méditerranée Orientale, le moulin de Samut nord est le mieux conservé (fig. 5). On y voit clairement la place faite pour le moyeu central ainsi que la trace de la roue qui passait sur les pierres à l’intérieur de la rotonde. Les données fournies par les fouilles des bâtiments de Samut nord garantissent que la durée d’exploitation du site a été extrêmement courte, pas plus de quelques saisons. L’usure des moulins ne dit pas autre chose puisque la trace laissée par la meule dans la rotonde ouest est ténue alors qu’il semble que la structure orientale n’a même pas été utilisée.

Fig. 5

Fig. 5

Les moulins en pierres de Samut nord.

© MAFDO, G. Pollin

21Après avoir réduit le minerai en poudre, les mineurs devaient le laver pour en extraire les particules les plus lourdes, par gravitation :

« En dernier lieu, prenant la pierre ainsi réduite en farine, les spécialistes mènent le travail à son achèvement définitif : sur une planche légèrement inclinée, ils malaxent le marbre pilé en y versant de l'eau ; alors, se dissolvant sous l'effet de l'eau, la matière terreuse coule vers le bas suivant l'inclinaison de la planche, tandis que la matière aurifère reste sur le bois, à cause de son poids. Ils répètent plusieurs fois l'opération, au début en malaxant délicatement avec leurs mains, ensuite en essuyant légèrement avec des éponges souples, grâce auxquelles ils enlèvent ce qui est mou et terreux, jusqu’à ce que les paillettes restent pures. »

  • 27 Même si leur état de conservation est souvent pauvre, la liste de ces trouvailles est assez longue  (...)

22Il reste peu de traces archéologiques de ce lavage. Pour ce maillon de la chaîne opératoire, le texte est plus utile que l’archéologie puisqu’aucune trace du lavage de l’or pour l’époque des Ptolémées n’a survécu. En tout cas, aucune table de lavage dont parle Agatharchide n’a été découverte dans le désert Oriental pour cette époque. Par contre, ces structures sont attestées pour l’époque islamique au Soudan et en Égypte27. Il s’agit le plus souvent de plans inclinés en pierres munis de deux bassins, pour la récupération de l’eau. Les détails comme les planches en bois ou d’autres matières desquelles ils pouvaient être recouverts sont inconnues. Malgré tout, un certain nombre de sites postérieurs présentent des tailings, ces résidus de lavage qui se retrouvent sous forme de tas.

23À l’époque ptolémaïque, il est possible que l’opération du lavage ait eu lieu dans la vallée, où l’eau était abondante. Il reste dans ce cas-là le problème du transport de la farine sur des distances importantes, plus de 100 km en ce qui concerne Samut nord, ce qui augmenterait de manière sensible le coût de revient de l’or. Les fouilles du site n’ont pas permis de répondre à cette question.

  • 28 Micunco 2008, pp. XXV-XXVI.

24Il n’est pas utile de s’attarder ici sur la condition des mineurs. Agatharchide note que « les rois d'Égypte rassemblent les individus condamnés pour quelque crime, les prisonniers de guerre et, avec eux, ceux qui ont été victimes d'accusations injustes et qui sont livrés à la prison par animosité, tantôt eux seuls, tantôt accompagnés par toute leur famille ». Les dortoirs retrouvés à Samut confirment bien la condition de nos mineurs. Le côté dramatique de leur condition de vie est particulièrement mis en avant par Photios28.

Quantification et études de provenance de l’or égyptien

  • 29 Quiring 1948.

25La chaîne opératoire décrite précédemment avait pour but ultime de produire de l’or pour répondre aux besoins des souverains lagides. Il est difficile d’estimer les quantités produites par les Ptolémées, principalement parce la grande majorité des sites ont été exploités avant et après la période hellénistique. Des estimations ont toutefois été faites. Pour le site de Samut nord, F. Téreygeol et son équipe d’archéologues miniers ont estimé la production totale du filon à près de 100 kg ( = le volume de quartz prélevé multiplié par sa teneur en or). Dans un cadre plus global, l’Égypte aurait produit, de toute antiquité, près de 1700 tonnes d’or, l’Afrique dans sa globalité près de 4000, sur les 10000 tonnes produites dans l’Antiquité29. La part des Ptolémées dans cette production s’élèverait peut-être à 300 tonnes, sans qu’il soit possible d’en être assuré, ce chiffre devant être pris comme un ordre d’idée. Dans un contexte encore plus global, cela ne représente qu’une partie infime de la totalité de l’or produit jusqu’à nos jours (186000 tonnes en 2014).

Circulation et diffusion de l’or du désert Oriental

  • 30 Athénée de Naucratis, Deipnosophistes, XII, pp. 549-550. Sur la quantité de métal dans les grandes (...)
  • 31 Voir notamment Olivier, Lorber 2013, pp. 49-150, mais aussi Duyrat, Olivier 2010, pp. 71-93.

26La description faite par Callixène de Rhodes (repris par Athénée) de la procession qui a eu lieu à Alexandrie lors des Ptolemaia, les concours organisés par Ptolémée II Philadelphe, en donne une idée30. Des couronnes, des statues, des vases de toutes sortes circulaient sur des chars poussés par des centaines d’hommes. Les temples en possédaient également une partie importante : les obélisques recouverts d’or, les statues, statuettes, offrandes diverses. Les Ptolémées frappaient également des monnaies d’or, dont certaines très lourdes, les mnaieia, qui pesaient presque 30 g d’or pur31.

27Mais comment distinguer, dans tout cet or, ce qui provient de ce qui a été trouvé dans les caisses à l’arrivée des Ptolémées, des butins anciens, comme les centaines de tonnes d’or qu’Alexandre a confisqué à son arrivée en Babylonie et dont Ptolémée a du récupérer une part non négligeable, des taxes diverses, notamment celles imposées aux marchands étrangers qui arrivaient au port d’Alexandrie et la production des mines du désert Oriental ?

  • 32 Blet-Lemarquand, Nieto-Pelletier, Sarah 2014, pp. 133-159.

28Les analyses de composition métallique des artefacts anciens ont depuis deux décennies fait des progrès considérables32. Les chimistes du xixe siècle et de la première moitié du xxe siècle se contentaient d’étudier les éléments majeurs qui composaient les objets et les monnaies, principalement, l’or, l’argent et le cuivre ; les chercheurs peuvent maintenant s’appuyer sur des méthodes d’analyses permettant de connaître très précisément la teneur des éléments majeurs d’une part, mais d’autre part, des éléments traces, ces métaux contenus dans l’or en quantités infinitésimales, souvent proche de la ppm (partie par million).

  • 33 Olivier, Lorber 2013.
  • 34 Duyrat, Olivier 2010, p. 87.

29L’analyse des monnaies frappées par les Ptolémées a permis de grandes avancées dans le domaine de l’étude des provenances de l’or antique (fig. 6). Les études de coins menées sur les différentes séries des Ptolémées frappées jusqu’au milieu du iisiècle avant J.-C.33 ont permis de quantifier les masses monétaires émises par les rois lagides. Sans rentrer dans le détail de ces calculs, on peut estimer à plusieurs millions de monnaies d’or frappées par les Lagides, représentant entre 50 et 100 tonnes d’or. Quels que soient les méthodes de calcul, les études montrent que l’or employé pour la frappe des monnaies ne constituait qu’une partie minime de tout l’or accumulé par le Trésor royal. Au regard de l’approvisionnement en or de ces séries, des études récentes, s’intéressant particulièrement aux éléments platinoïdes conservés dans les monnaies, ont permis de montrer que deux séries monétaires (les types géminés et les trichrysa) avait peut-être bénéficié de l’apport d’or « neuf » sorti des mines34, dont on peut légitimement pensé qu’il provenait du désert Oriental, alors que les autres séries étaient frappées avec un métal provenant du trésor accumulé par Alexandre.

Fig. 6

Fig. 6

Mnaeion en or au portrait de Ptolémée III.

© Th. Faucher

  • 35 Gabolde, Gabolde 2015. pp. 90-92.

30Il ne faut évidemment pas négliger les refontes successives. On sait que les trésors des pharaons avaient déjà été pillés par Assurbanipal et que plusieurs dizaines de tonnes avaient déjà transitées vers l’Assyrie, amenant à n’en pas douter à une refonte et un mélange de stock d’or de provenances différentes35. Mais des tendances sont visibles, et la caractérisation de l’or des mines d’or du désert Oriental pourrait permettre de connaître plus précisément les origines de certains objets des rois hellénistiques. Ce projet est en cours et les premiers résultats des expérimentations et des analyses sont encourageants. Il reste à mener des études sur la métallurgie de l’or et notamment sur les processus de purification du métal pour faire avancer la question de la caractérisation des teneurs élémentaires du minerai du désert Oriental.

Conclusion

31Les Lagides, dès leur arrivée au pouvoir, ont engagé des moyens considérables dans l’exploitation de l’or dans le désert Oriental égyptien. En ré-exploitant des mines déjà connues mais en les équipant davantage (pour des exploitations de plus longue durée), ils ont tiré de substantiels revenus du désert Oriental. En important les progrès technologiques réalisés en Grèce propre, les Ptolémées ont rationnalisé l’exploitation de l’or dans la région et ont développé des entreprises de taille industrielle.

32Les fouilles menées durant trois ans dans le district de Samut nord ont apporté des connaissances nouvelles sur une mine peut-être particulière, tout en donnant, pour la première fois, un jalon chronologique à l’attrait des Ptolémées envers l’or du désert. Il n’est à pas douter que d’autres fouilles menées sur des sites miniers, alliées à des analyses de composition métallique, permettront de confronter les textes aux réalités archéologiques et ainsi à mener à une connaissance plus fine de l’histoire du désert Oriental aux époques anciennes.

Bibliographie

Blet-Lemarquand M., Nieto-Pelletier S., Sarah G., « L'or et l'argent monnayés », in Ph. Dillmann et L. Bellot-Gurlet (dir.), Circulation et provenance des matériaux dans les sociétés anciennes, Paris, 2014, 133-159.

Botros N.G., « Metallogeny of Gold in relation to the Evolution of the Nubian Shield in Egypt », Ore Geology Review 19, 2002, 137-164.

Botros N.G., « A new Classification of the Gold Deposits in Egypt », Ore Geology Review 25, 2004, 1-37.

Brun J.-P. et al., « Les mines d’or ptolémaïques. Résultats des prospections dans le district minier de Samut (désert Oriental) », BIFAO 113, 2013, 111-141.

de Callataÿ F., « Réflexions quantitatives sur l’or et l’argent non monnayés à l’époque hellénistique (pompes, triomphes, réquisitions, fortunes des temples, orfèvrerie et masses métalliques disponibles) », in R. Descat et al., (éds.), Approches sur l’économie hellénistique, Entretiens d’Archéologie et d’Histoire Saint Bertrand de Comminges 7, Saint Bertrand de Comminges, 2006, 37-84.

Dubois C., « L'ouverture par le feu dans les mines : histoire, archéologie et expérimentations », Revue d'Archéométrie 20, 1996, 33-4.

Duyrat F., Olivier J., « Deux politiques de l’or. Séleucides et lagides au iiie siècle avant J.-C. », Revue numismatique, vol. 6, n° 166, 2010, 71-93.

Engelbert Mveng P., « Les Sources de l'Histoire Négro africaine : Agatharchide De Cnide, Africa », Rivista trimestrale di studi e documentazione dell'Istituto italiano per l'Africa e l'Oriente 20, n° 1, 1965, 33-39.

Faucher Th., « Compte rendu de R. et D. Klemm, Gold and Gold Mining in Ancient Egypt and Nubia (2013) », Topoi 19/1, 2014, 829-836.

Gabolde L., Gabolde M., « Les textes de la paroi sud de la salle des Annales de Thoutmosis III », in Un savant au pays du fleuve-dieu. Hommages égyptologiques à Paul Barguet, Kyphi 7, 2015, 45-110.

Hume W.F., The Geology of Egypt, II, The Fundamental Pre-Cambrian Rocks of Egypt and the Sudan, Cairo, 1934-1937.

Hume W.F., A preliminary report on the geology of the Eastern desert of Egypt between latitude 22° N. and 25° N., Le Caire, 1907.

Klemm R., Klemm D., Gold and Gold Mining in Ancient Egypt and Nubia. Geoarchaeology of the Ancient Gold Mining Sites in the Egyptian and Sudanese Eastern Deserts, Berlin, Heidelberg, 2013.

Marchand J. et al., « L’exploitation de l’or en Égypte au début de l’époque islamique : l’exemple de Samut », in Les métaux précieux en Méditerranée médiévale, à paraître.

Marcotte D., « Structure et caractère de l'œuvre historique d'Agatharchide », Historia, 50, 2001, 385-435.

Marcotte D., « Les mines d’or des Ptolémées : d’Agatharchide aux archives de Photios », Journal des Savants, 2017, 3-49.

Meyer C., « Gold Miners and Mining at Bir Umm Fawakhir », in A.B. Knapp, V. Pigott, E. Herbert (éds.), Social Approaches to an Industrial Past: The Archaeology and Anthropology of Mining, 1998, 258-275.

Meyer C., Bir Umm Fawakhir, Volume 2: Report on the 1996-1997 Survey Seasons, Oriental Institute Communications 30, 2011.

Micunco S., La géographie dans la Bibliothèque de Photios : le cas d'Agatharchide, Thèse inédite, Reims, 2008.

Ogden J., « Metals », in P. Nicholson et I. Shaw (éds.), Ancient Egyptian materials and technology, 2000, 148-176.

Olivier J., Lorber C., « Three gold coinages of third-century Ptolemaic Egypt », RBN CLIX, 2013, 49-150.

Peremans W., « Diodore de Sicile et Agatharchide de Cnide », Historia : Zeitschrift Für Alte Geschichte 16 (4), 1967, 432-455.

Phillips J., « Punt and Aksum: Egypt and the Horn of Africa », The Journal of African History 38.3, 1997, 423-57.

Quiring H., Geschichte des Goldes: die Goldenen Zeitalter in ihrer kulturellen und wirtschaftlichen Bedeutung, Stuttgart, 1948.

Redon B., Faucher Th., « Samut North: ‘heavy mineral processing plants’ are mills! », Egyptian Archaeology, 48, 2016, 7-9.

Redon B., Faucher Th., « Gold mining in Early Ptolemaic Egypt », Egyptian Archaeology, 46, 2015, 17-19.

Sidebotham S.E., Hense M., Nouwens H.M., The Red Land: The Illustrated Archaeology of Egypt's Eastern Desert, 2008.

Suspène A., Tanta copia nummariae rei : Trésor lagide et monnaies romaines entre la chute d’Alexandrie (août 30 a.C.) et les trois triomphes d’Octavien (août 29 a.C.). Actes du colloque Money Rules ! tenu à Orléans, 29-31 octobre 2015, à paraître.

Téreygeol F., Les mines de Melle (Deux-Sèvres) : une expérimentation d'attaque au feu in situ, dans L'innovation technique au Moyen Âge. Actes du VIe Congrès international d'archéologie médiévale (1-5 octobre 1996, Dijon-Mont Beuvray-Chenôve-Le Creusot-Montbard), Caen, Société d'archéologie médiévale, 1998, 111-113.

Vercoutter J., « The Gold of Kush. Two Gold-Washing Stations at Faras East », Kush 7, 1959, 120-153.

Woelk D., Agatharchides von Knidos. Über das Rote Meer. Uebersetzung und Kommentar, Fribourg, 1966.

Notes

1 Voir l’excellente présentation de l’or par J. Ogden dans son chapitre le métal en Égypte : Ogden 2000, pp. 148-176.

2 Des scènes d’offrandes et de pesée de l’or apparaît régulièrement dans des tombes thébaines où des Nubiens apparaissent chargés d’or sous différentes formes (lingots, anneaux, poudre…). Le texte le plus explicite est inscrit sur la paroi sud de la salle des Annales à Karnak ; voir plus récemment Gabolde, Gabolde 2015, pp. 45-110.

3 Voir la présentation de la géologie de la région dans Brun et al. 2013, Les articles géologiques sur des sites précis sont extrêmement nombreux ; pour une présentation plus générale, voir Botros 2002, pp. 137-164 ; id., 2004, p. 1-37. Pour une carte générale de la géologie de l’Égypte : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b530648389.

4 Vercoutter 1959, pp. 120-153. Sur Pount, voir plus spécialement Phillips 1997, pp. 423-57.

5 Les références peuvent d’autant plus renvoyer au sud que les habitants de ces régions ont certainement servi d’intermédiaires à des tribus plus au sud, cf. Phillips, op. cit., p. 437.

6 Brun et al., 2013 pp. 111-141.

7 Les sites comme Compasi (Tel Daghbah) laissent penser que l’occupation du site continue au moins jusqu’au iiie siècle avant J.-C. Le texte d’Agatharchide, écrit au iiie siècle, semble décrire des évènements contemporains de l’existence de l’auteur.

8 Suet. Aug. 41, 1-2. Voir à ce sujet, Suspène à paraître.

9 Klemm, Klemm 2013 ; Faucher 2014, pp. 829-836.

10 Il faut noter le travail pionnier, avant eux, de Hume (Hume 1934-1937 ; id. 1907).

11 Mission archéologique française du désert Oriental (MAFDO) dirigée par Bérangère Redon, voir dans ce même volume.

12 Même si les fouilles ont plutôt porté sur l’habitat plutôt que sur l’exploitation minière, voir entre autres : Meyer 1998, pp. 258-275. Pour la publication du site : Meyer 2011 ; et Meyer, dans ce volume.

13 Pour Samut nord à l’époque arabe, voir Marchand et al. à paraître.

14 Marcotte 2017.

15 Diodore, III, 12-14. Peremans 1967, pp. 432-455.

16 Photios 250, 23-29. Engelbert Mveng 1965, pp. 33-39.

17 Marcotte 2001, pp. 385-435 ; Woelk 1966 ; Micunco 2008. Ces deux textes feront bientôt l’objet d’une nouvelle traduction dans le cadre de la publication du site de Samut nord, à paraître.

18 Les citations sont extraites de Photios, Bibliothèque, tome VII, texte établi et traduit par R. Henry, Paris, 1974.

19 Dubois 1996, p. 33-34 ; Téreygeol 1998, pp. 111-113.

20 Brun et al. 2013, pp. 111-141.

21 Ces informations nous ont été apportées par le travail des archéologues miniers F. Téreygeol, A. Arles et J. Gauthier ; la description de la mine sera faite à l’occasion de la publication du district minier de Samut, à paraître.

22 Sur les résultats obtenus lors des récentes campagnes de fouilles, voir les rapports publiés par B. Redon dans le rapport annuel d’activité de l’Ifao, 2014, 2015, 2016 ; voir aussi Redon, Faucher 2015, pp. 17-19.

23 Sur ce point, les textes de Diodore et de Photios divergent, Photios, tome VII, Paris, 1974, note 7, p. 127.

24 Klemm, Klemm 2013, pp. 14, 167, 241-243 ; Brun et al. 2013, p. 122.

25 Redon, Faucher 2016, pp. 7-9.

26 Sidebotham, Hense, Nouwens 2008, p. 219: "our surveys also found large circular ore grinding facilities that Diodorus does not describe, at the site of Daghbag".

27 Même si leur état de conservation est souvent pauvre, la liste de ces trouvailles est assez longue : Klemm, Klemm 2013, pp. 58-60, 66-67, 97,115, 117, 122, 180-182, 193, 252, 288-290, 296, 301, 319-322, 331.

28 Micunco 2008, pp. XXV-XXVI.

29 Quiring 1948.

30 Athénée de Naucratis, Deipnosophistes, XII, pp. 549-550. Sur la quantité de métal dans les grandes processions royales hellénistiques voir de Callataÿ 2006, pp. 37-84.

31 Voir notamment Olivier, Lorber 2013, pp. 49-150, mais aussi Duyrat, Olivier 2010, pp. 71-93.

32 Blet-Lemarquand, Nieto-Pelletier, Sarah 2014, pp. 133-159.

33 Olivier, Lorber 2013.

34 Duyrat, Olivier 2010, p. 87.

35 Gabolde, Gabolde 2015. pp. 90-92.

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Sites miniers et présence de quartz aurifère dans le désert Oriental, d’après Boutros 2004.
Crédits © DR
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5143/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Titre Fig. 2a
Légende Vue satellite du site de Samut nord ; le filon exploité est nettement visible (orientation NNO, les petites tranchées transversales sont modernes).
Crédits © MAFDO, Geo Eye-1
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5143/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 744k
Titre Fig. 2b
Légende Fantôme du filon de quartz.
Crédits © MAFDO, Th. Faucher
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5143/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 3
Légende Masse, Pic et enclume trouvés à Bi’r Samut en 2016.
Crédits © MAFDO, A. Bülow-Jacobsen
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5143/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre Fig. 4a
Légende Meule dormante.
Crédits © MAFDO, Th. Faucher
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5143/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 600k
Titre Fig. 4b
Légende Meule allante « à oreilles ».
Crédits © MAFDO, Th. Faucher
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5143/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Titre Fig. 5
Légende Les moulins en pierres de Samut nord.
Crédits © MAFDO, G. Pollin
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5143/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 6
Légende Mnaeion en or au portrait de Ptolémée III.
Crédits © Th. Faucher
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/5143/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 399k

Auteur

Chargé de recherche au CNRS, IRAMAT-CEB, UMR 5060 Orléans

© Collège de France, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540