Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Big data et traçabilité numérique

 | 
Pierre-Michel Menger
, 
Simon Paye

III. Données numériques et outils de recherche en sciences sociales

Postface

« Un travail de fourmi »

Simon Paye

Texte intégral

  • 1 Voir le chapitre 3 de ce volume pour une discussion du qualificatif de « travail » concernant la p (...)

1L’utilisation intensive des algorithmes dans l’industrie du numérique semble dessiner les contours d’un modèle de création de valeur sans intervention humaine. L’automatisme serait même poussé à son paroxysme puisque, contrairement à des robots sur une ligne de fabrication industrielle, les algorithmes qui travaillent la matière numérique sont adaptatifs et peuvent redéfinir leurs consignes initiales. Mais c’est précisément lorsque le mythe du « tout automatisé » semble se réaliser qu’il se montre irréaliste. Car les machines, même apprenantes, laissent toujours vierge un territoire de tâches et d’activités qu’elles ne sauraient faire. Cette irréductibilité du travail humain est patente dans le modèle économique des entreprises du numérique. Leur chaîne de création de valeur fait intervenir, en amont, un travail de conception et de reparamétrage des algorithmes (Cardon, 2013). Ensuite, le traitement algorithmique de gigantesques flux de données a pour carburant le « travail gratuit » des utilisateurs d’objets connectés qui cèdent leurs traces numériques1. Enfin, en aval, des milliers de travailleurs sont mobilisés, soit pour combler les territoires de tâches et d’activités non automatisées, soit pour évaluer l’efficacité de nouvelles versions d’algorithmes à tester. Salariés ou indépendants, ils œuvrent dans les coulisses de l’industrie de la donnée et contribuent, autant que les algorithmes, à la prospérité des entreprises du numérique.

2L’une des priorités pour les sciences sociales du travail est sans conteste de donner la parole à tous les types de « travailleurs de la donnée » (Bastard et al., 2013), tant pour saisir les innombrables actes de travail qu’exigent au quotidien la production et l’exploitation des données numériques, que pour comprendre le sens donné à ce travail par ceux et celles qui le font.

  • 2 Le prénom de l’enquêté a été modifié.
  • 3 Ces questions sont également traitées dans le chapitre 6 de cet ouvrage, qui donne la parole quant (...)
  • 4 Quelques indications d’ordre technique sont données par l’entreprise Google dans une vidéo intitul (...)

3L’entretien qui suit, mené en avril 2015 avec Émilien2, un rater (évaluateur) de la région parisienne, permet d’aborder ces questions3. Les raters constituent une figure à la fois emblématique et peu connue du travail dans l’industrie de la donnée. On ne sait pas combien ils sont, encore moins qui ils sont. Étudiants, homeworkers, femmes au foyer, précaires des cinq continents, ils travaillent indirectement pour Google, Amazon ou Microsoft. Ils s’appellent eux-mêmes human raters quand le langage plus officiel des intitulés les baptise internet evaluators ou internet assessors. On connaît peu les entreprises de sous-traitance qui se chargent de rémunérer leurs prestations et d’organiser une vente de travail de masse, comptabilisé à la minute. Enfin, on ne sait pas toujours ce que font précisément ces raters, si ce n’est qu’ils travaillent en ligne sur leur propre outil de travail (un ordinateur ou un smartphone) et qu’ils sont payés pour compléter, faciliter ou évaluer le « travail » des algorithmes4.

  • 5 Quelques rares passages de l’entretien ont été retirés, soit pour préserver l’anonymat, soit pour (...)

4Notre entretien, dont le style informel a été conservé, a permis de saisir ce travail humain sous un angle moins promotionnel que ne le suggère l’expérience d’« analyste de performances » consignée dans le CV d’Émilien. Notre conversation d’environ deux heures5 est revenue dans un premier temps sur une expérience de travail antérieure, dans un centre d’appel d’Apple en Irlande, puis a abordé plus longuement le quotidien du travail en tant que rater en sous-traitance pour Google.

5Le parcours social d’Émilien

  • 6 Association pour l’emploi des cadres.
  • 7 Le nom de l’entreprise a été modifié.

Émilien a 25 ans au moment de l’entretien. Son père, entrepreneur dans l’informatique, l’initie précocement à l’usage des ordinateurs. Sa mère travaille dans l’immobilier et touche un salaire modeste. Il grandit avec ses trois sœurs dans l’ouest de la région parisienne. Après un bac technologique, il obtient un DUT en réseaux et télécommunications à quelques kilomètres du foyer familial. Après cela, il s’inscrit en licence de langues orientales pour apprendre le chinois en attendant d’avoir les idées plus claires sur son orientation professionnelle. Il dépose quand même son CV sur le site de l’APEC6. Quelques mois plus tard, il est sollicité par Apple pour devenir téléconseiller en Irlande. Il y reste un an et demi et participe à un projet pilote de télétravail. Il travaille ainsi trois mois à domicile, puis quitte Apple pour revenir en France, où il redevient étudiant, cette fois en licence de sciences humaines et sociales. Il vit pendant environ deux ans sur ses économies, en logeant à peu de frais chez sa mère, alors divorcée. Pour sa troisième année de licence, les économies faisant défaut, il cherche un emploi à temps partiel. À la rentrée 2014, il découvre au gré de recherches sur Internet l’entreprise SuccessTech7. Celle-ci l’« embauche » sur un statut d’auto-entrepreneur pour travailler pour Google comme internet assessor.

1. L’entretien

1.1. Le point zéro du travail : « après que les algorithmes soient passés »

Je fais une recherche sur l’industrie des données, et une des questions qui m’interpellent, c’est la place du travail humain dans cette économie des big data. Je me suis dit qu’une des utilisations possibles de ton témoignage de Google rater serait d’alimenter cette recherche sous la forme d’un entretien vivant. Et je pense qu’il faut respecter la règle de l’anonymat, c’est important.

Moi, c’est pas que ça me dérangerait de parler en mon nom. Après, je ne sais pas si tu veux qu’on parle du boulot ou plus largement du sujet. Parce que le boulot, en principe, j’ai pas le droit. Donc du coup, oui, je préfère être anonymisé.

Moi ce qui m’intéresse... J’ai compris que tu bossais comme rater...

C’est ça, exactement.

Un des sujets que je cherche à approfondir, c’est : où se loge le travail humain dans l’économie des big data ? Quelles sont les formes du travail dans cette économie ?

Ils ont un terme chez Google, je sais qu’ils emploient le terme Hit, human intelligence tasks, pour désigner le travail de complément qu’on fait après que les algorithmes soient passés.

1.2. L’expérience irlandaise : une socialisation progressive au travail en ligne

J’ai vu dans ton CV que tu avais travaillé comme téléopérateur en Irlande.

À Cork, si tu veux travailler chez Amazon ou Apple, tu peux y aller sans avoir de taf qui t’attend. Si tu connais des gens qui travaillent à l’intérieur, tu peux être pris très rapidement. Je le sais d’expérience parce que j’ai fait rentrer plusieurs personnes chez Amazon. Tu connais quelqu’un à l’intérieur, c’est des boîtes, ça respire. Leur DRH, ils vont virer 100 personnes dans la semaine, et ils vont en réengager 400 la semaine suivante, donc tu peux facilement faire entrer des gens.

Concrètement toi, comment ça s’est passé ? Comment tu en es arrivé à travailler là-bas en Irlande ?

C’est pas de mon fait. J’ai fait un DUT dans la banlieue ouest de Paris, je l’ai eu. Après j’ai fait une licence de chinois, mais je savais pas quoi faire, je savais pas où j’allais. J’ai fait ça en attendant d’avoir une révélation sur ce que je veux faire dans la vie. Et j’ai fait ça 6 mois ou un peu moins, parce qu’en janvier, j’ai reçu un coup de fil un soir à 18 h, alors que moi je cherchais pas de boulot. Il me semble pas que j’avais mis mon CV en ligne. Je ne vois pas comment ils ont pu me trouver, mais bref, je reçois un coup de fil, une fille qui me parle en anglais, qui me dit « Bonjour, qui est le plus grand constructeur d’électronique au monde ? » Je dis « J’en sais rien, Samsung ? », et elle me dit « Ah non, non, c’était pas ça la réponse, mais c’est pas grave, c’était juste histoire de casser la glace. Est-ce que vous voudriez travailler en Irlande pour un gros constructeur d’électronique ? » Je t’assure que ça m’est tombé dessus, vraiment out of the blue quoi. Bref, avec la fille on parle une heure, elle m’explique qu’Apple recherche du monde pour ce truc-là. Et ce que j’ai vécu chez Apple, le travail en lui-même, c’était du travail de téléopérateur, mais les conditions de travail n’avaient absolument rien à voir avec un call center normal. On était bien payés, hyper bien traités, avec des conditions matérielles de travail absolument exceptionnelles. T’es chez Apple, quoi, c’est le QG européen, les bâtiments sont énormes, t’as des salles de sport à disposition... Des trucs cons aussi tu vois, mais ta machine de travail, t’es administrateur de tout, tu fais ce que tu veux. Y’a aucun contrôle, tu fais ce que tu veux pendant la journée, du moment que tu fais le boulot. Tu vois, c’est le management à la californienne quoi. Du moment que tu fais le taf, tu fais ce que tu veux, tu joues à la balle dans les bureaux si tu veux. Et le premier truc qui m’a fait découvrir ça, c’est que la fille qui m’a appelé, elle m’a redonné un rendez-vous téléphonique pour aller plus loin, et quand elle m’a présenté le boulot et les conditions, elle m’a dit que si je disais oui, je commençais la semaine suivante, on me payait l’avion, on me filait 1500 euros pour m’installer à Cork. Moi ça me paraissait trop beau, tu vois.

Tu en as parlé à des gens ?

Non, parce que j’aurais pu demander autour de moi, mais j’ai pas pris le temps de faire des recherches parce que moi je savais pas où j’allais dans la vie. J’ai ce truc-là qui tombe totalement du ciel, l’appel, l’Irlande, j’ai dit oui, une semaine après ils m’envoyaient les billets d’avion et j’y allais.

C’était un contrat à durée déterminée ?

Non, c’était un CDI dès le début. Donc t’arrives, t’as 4 semaines de formation. Donc pendant la formation t’es payé à la semaine comme ça t’as du cash qui tombe tout de suite. Bien que les conditions de travail soient très bonnes, il y avait quand même une grosse rotation. Et malgré tout, eux, ben ils investissement quand même assez lourdement dans les gens qu’ils font venir. Et ils ont pas peur de mettre des sous dans les employés pour les garder. Mais ça colle un peu avec la manière dont on nous demandait de tafer cela dit parce que c’était vraiment l’excellence ou rien. C’était abusé les objectifs qu’on avait. Mais en revanche, à côté de ça, on nous chouchoutait vraiment à mort. Et je pense que dans des call centers où t’es plus payé au lance-pierres, le turn-over doit être bien plus élevé encore.

C’est quoi une semaine de travail par exemple ?

Ben par exemple, t’avais trois shifts différents : early, medium et late. Early, tu commences à 6 h du mat, tu finis à 3 h. Medium, c’est des horaires normaux, 9 h-17 h. Et puis late, tu commences à midi, tu finis à 22 h je crois. La journée de taf habituelle, c’est tu t’assois, tu mets ton casque sur les oreilles, tu te mets en ligne et ça commence. Et ils ont une assez bonne gestion de la file d’attente. Par là je veux dire que quand tu finis un appel dans les 10 secondes t’en as un autre. C’est hypertaxant nerveusement comme boulot.

« Taxant » ?

Taxing, ouais... C’est fatigant. Je confonds peut-être les mots, je sais pas ! Ce que je veux dire c’est que, nerveusement, c’est pas évident. Parce que les gens qui t’appellent, ils sont toujours forcément insatisfaits. Mais après, une fois que t’apprends les techniques pour diffuse anger [dissiper la colère] comme ils disent, calmer le client, c’est assez... Et puis tu vois, comme on avait une marge de manœuvre vachement élevée par rapport à ce qu’on pouvait dire aux clients. Alors que dans les autres call centers en général, t’es hyper calé sur ce que tu dois dire, ce que tu dois faire, eux ils ont vraiment une manière de faire qu’est différente. Du moment que t’atteins l’objectif et que le client est satisfait et qu’il va revenir dans un Apple Store, tous les moyens sont bons. Donc la journée de taf habituelle, c’était ça quoi, c’est... appel-appel-appel-appel.

Et le temps de travail était régulé ? Tu comptais tes heures ?

Non, non, le temps de travail c’était... je sais plus, 35 h, je sais plus exactement... Le truc, ce qui arrivait souvent, c’est que la fin de ton shift arrive, t’as un appel compliqué qui va durer 1 h, 1 h 30 (parce que les appels, c’est pas 10 secondes, c’est vraiment pas de la hotline habituelle quoi, c’est 10 min minimum et ça peut prendre 2h s’il faut), tu peux pas dire au client « je vais raccrocher, j’ai fini mon shift ». Mais pas de souci, soit ils te paient en heures sup’, soit tu reviens deux heures plus tard le lendemain, y’a pas de problème. C’est un boulot qu’est pas agréable, mais l’employeur est super.

Tu avais des clients francophones ?

C’était en anglais et en français. En fait, au début, tu fais que les lignes françaises, et après les [lignes] anglaises ; ils ont un gros volume d’appels et quand ils ont de l’overflow, du surplus, quand il y a trop d’attente sur les piles, certains gars peuvent être mis sur les lignes anglaises, ceux qui se sentent à l’aise, hein. Parce que tu vois chez Apple, il est hors de question qu’un client appelle et tombe sur un mec qui a un très fort accent français et qui a du mal à comprendre.

Tu fais le reporting, tu notes tout en même temps ?

Voilà. Real-time reporting.

T’es resté combien de temps sur ce poste ?

En fait, au bout d’un peu plus d’un an, ils ont commencé à vouloir former des gens at home – des gens qui puissent travailler depuis chez eux – pour rendre leur force de travail plus flexible. Ça a été mon premier contact avec le monde du crowdsourcing, du travail à la maison. Ce qui s’est passé, c’est qu’il y a une cinquantaine de personnes qui ont été renvoyées chez eux. Si tu veux, on connaissait déjà le boulot, on nous faisait bosser depuis chez nous, d’abord pour mettre en place certains aspects techniques et informatiques, et aussi pour faire un projet pilote et voir comment ça se passe. Et les trois derniers mois en Irlande, j’ai bossé depuis chez moi.

Comment ça s’appelait ce job ? Ils appelaient ça comment ?

Customer representative, un truc comme ça.

On te l’a proposé ? Comment ça a marché ?

En fait, le projet a été annoncé. Ils ont demandé qui serait intéressé. Moi j’ai proposé, ils ont retenu 50 personnes, et donc voilà, tout simplement quoi.

Et tu vivais dans quelles conditions ? En colocation ?

J’étais en colocation avec un pote que j’ai fait venir en Irlande pour lui trouver du boulot. Un pote qui galérait, je lui ai dit « Écoute, viens à Cork, je peux te faire manger, te loger, te trouver du boulot vite fait ». Il est venu et, en une semaine, il était pris chez Amazon.

Et t’arrivais à bosser en tant que representative chez toi ?

Ouais, c’est pas évident parce que ça a des bons côtés mais des mauvais aussi. Quand t’as du monde avec toi, évidemment, t’es beaucoup moins concentré sur le taf. Tu vas dire « OK, bon, je peux me réveiller plus tard ». Sauf que quand tu as le malheur de te rendormir et de te réveiller 5 secondes avant ton heure, tu sors de ton lit, tu te mets sur ta chaise, tu sors ton casque, et t’es à peine réveillé, y’a le client qui te dit bonjour et c’est horrible.

Donc t’as fait trois mois comme ça ?

À peu près oui. Après, j’ai quitté la boîte parce que j’ai décidé de reprendre mes études.

Tu parles de crowdsourcing mais, en même temps, c’est du télétravail ? Quelle est la différence ? Comment ça marchait ce truc-là ? T’étais toujours employé ou est-ce que... ?

Oui, quand j’étais chez moi j’étais toujours employé, parce que c’était juste un projet pilote pour voir ce que ça donnait de faire travailler les gens depuis chez eux. J’ai même pas changé de contrat. Je parle de crowdsourcing, mais c’est pas du crowdsourcing ; le but de ce projet c’était, si ça marchait bien, de pouvoir lever des armées assez rapidement, et de simplement fournir un iMac à la personne chez lui, et c’est beaucoup plus rapide et beaucoup plus flexible pour eux d’engager des gens comme ça. Mais c’est pas vraiment du crowdsourcing au sens où ce que je fais pour Google en ce moment par exemple, là c’est vraiment du crowdsourcing pur et dur. C’est-à-dire que c’est pas vraiment Google qui m’emploie, c’est une boîte qui s’appelle SuccessTech, qui est spécialisée dans le crowdsourcing. Eux, ils lèvent des armées de gens dont ils vendent les minutes de travail à Google.

1.3. Devenir Google rater

Et à quel moment tu t’es mis à bosser pour Google ?

En fait, j’avais ramené pas mal de sous d’Irlande, et je m’étais dit que j’allais essayer de tenir le plus longtemps possible avec ces sous-là.

C’était quoi le pactole pour qu’on ait une idée ?

7 000 euros que j’ai mis de côté en 4 mois. Ces sous-là, je les ai finis vraiment en janvier-février 2014.

Et tu étais hébergé ? Tu vivais à...

Chez ma mère. Enfin, je lui paye un loyer, c’est 300 balles, mais bon, c’est pas comme si je louais un appart’ quoi. C’est assez raisonnable. J’avais encore 1000 balles qui dormaient en France, donc je les ai utilisés jusqu’à la fin de l’année et je me suis dit « bon ben là, la 3e année de licence, il va falloir que je bosse à côté ». Comme je suis un peu procrastineur parfois, je m’en suis occupé au dernier moment, c’est-à-dire mi-août avant la rentrée quoi, et l’idée c’était qu’il fallait un boulot avec des horaires flexibles pour les cours, et si possible aussi qui puisse être fait at home parce que j’ai pas le permis, et que j’ai pas envie de passer des heures dans les transports, ça me saoule. J’ai été sur LinkedIn, j’ai cherché un peu, j’ai trouvé ce truc-là…

Y’a des offres sur LinkedIn ? Je croyais que c’était juste une banque de CV...

Non, t’as aussi des entreprises qui mettent des offres d’emploi. Toutes les semaines, je reçois des offres.

T’avais déjà le CV en ligne sur ce réseau ?

J’ai refait mon CV, bien, et je l’ai remis à jour avec l’expérience Apple. Et j’ai trouvé la boîte SuccessTech. Donc je me suis inscrit sur leur site.

Alors là il me faut du détail. T’as tapé quoi comme mot pour trouver cette boîte ? Tu vois ? Comment t’en es arrivé à...

Je sais plus ce que j’ai tapé dans LinkedIn pour trouver ce truc-là, mais c’est sûr que j’ai dû taper « flexible », « at home », c’est les deux trucs. Ça a dû prendre des heures, hein, j’ai pas trouvé immédiatement. Avec ces keywords, j’ai trouvé deux ou trois trucs, j’ai postulé en premier à SuccessTech.

Alors, SuccessTech… ? Tu sais quoi de cette boîte ?

C’est une boîte qui vend des minutes de travail à des grands groupes – Microsoft, Google en premier lieu. En fait, si tu veux, je pense que ça fonctionne comme ça : t’as une boîte comme Google par exemple, ils ont besoin de milliers de gens pour faire un travail de fourmi, c’est vraiment un travail de fourmi. Je pense que, de leur point de vue, engager vraiment des gens pour ça, c’est super contraignant, parce que c’est du travail hyperflexible, la quantité de travail disponible, elle varie vachement en fonction des jours et des semaines, donc avoir des gens en CDI ou en contrat permanent, je pense que c’est vraiment pas du tout adapté à mon avis. Et je pense que c’est pour ça qu’ils font appel à une boîte qui est spécialisée dans le fait de lever des armées et de vendre des minutes de travail et eux, c’est leur métier quoi. […] Et donc pour revenir à comment je les ai trouvés, j’ai trouvé l’offre, je me suis inscrit sur leur site, j’ai donné mon CV, ils sont revenus vers moi en me disant que mon CV correspondait et que je pourrais éventuellement être pris. Ce qui se passe à partir de là, c’est que t’as un examen à passer. En fait, tu reçois un PDF qui fait genre 50 pages, c’est l’information. Ils te disent : « Tu te démerdes, tu lis ça, c’est tout le taf expliqué étape par étape, tu lis, on te fait passer un examen, t’as compris, t’es pris. »

C’est le fameux guide qui a fuité sur Internet il y a quelque temps ? Les quality raters guidelines qui ont fuité ?

Ah ouais ? Je savais pas du tout. En fait, y’en a plein de guidelines (consignes). Parce que pour chaque type de tâche, t’en as une. Ça doit être le truc le plus général qui a fuité.

Et donc, ils t’envoient ces consignes...

Ils t’envoient ce truc-là, ils te disent « Bon voilà, l’exam c’est tel jour telle heure, vous vous connecterez, vous recevrez le fichier PDF, et vous aurez une semaine pour rendre l’examen. » C’est un truc en ligne, t’as d’abord un QCM pour voir si t’as vraiment compris les grandes lignes, et après t’as du taf, et en fait, je savais pas à ce moment-là, c’est exactement les mêmes tâches que tu fais quand tu bosses. Donc en fait, la formation c’est crash and burn : on te donne les documents explicatifs, t’as compris, t’as compris ; t’as pas compris, bah, basta quoi ! Donc en fait c’est self-formation, self-service, quoi. Voilà, moi j’ai fait ce truc-là, j’ai été pris. Tu reçois tes login, on te dit que tu peux commencer, et c’est tout en fait. C’est super expéditif.

Et la partie contractuelle, tu m’as dit qu’ils t’avaient demandé d’être auto-entrepreneur ? Comment ça marche ?

On te demande d’être employé indépendant. En France, je connais pas d’autres régimes qui permettent de faire ça, mais bon, moi j’ai pris auto-entrepreneur, hein. C’est génial, en dix minutes t’ouvres ton entreprise, ça prend deux clics, c’est vraiment bien. Donc on te demande ça et en fait ce qui se passe, c’est que t’es chronométré, t’as un logiciel qui te dit exactement à la seconde près combien t’as travaillé. Tu rentres à la fin de la semaine tes heures dans tes feuilles de temps, et à la fin du mois, ils t’envoient une facture les mecs, comme si c’est toi qui avais facturé à la boîte, même pas des heures de travail, mais des produits, sauf que les produits c’est... Le nom du produit, ça va être « heures de travail », et la quantité, ça va être 70 par exemple.

Et tu avais fait d’autres recherches de boulot en parallèle ?

Ben j’ai cherché un peu largement, et eux, c’est les premiers que j’ai trouvés. Et j’ai été pris, donc j’ai eu un beau coup de chance quoi.

T’avais pas fait d’autres candidatures ?

Non. J’en ai fait ultérieurement parce que j’essaye de travailler pour plusieurs à la fois, mais là, non, j’en ai pas.

T’as rencontré les gens de SuccessTech, ou tout a été fait à distance ?

Tout est fait à distance. Tu communiques par mail, y’a des vrais humains qui te répondent quand t’as des questions, mais tu les rencontres pas.

Et ils sont où ?

  • 8 Dans un email envoyé le lendemain de l’entretien, Émilien a tenu à rectifier ce propos : « J’ai di (...)

Ils sont en Irlande8. Pour des raisons fiscales.

Tu interagis en anglais ?

Tu interagis en anglais, toujours. Après, y’en a des Français quand même. Tu vois par exemple là, juste avant de venir, une fois tous les x mois, ils font une petite conférence, conf call, tu vois, ils te font une petite piqûre de rappel par rapport à certains trucs, et là, juste avant de venir, justement j’étais dans un truc comme ça. On est sur un truc, c’est pas Skype mais c’est similaire, et puis on papote entre nous. Et là, pour le coup, quand on fait ça, c’est un présentateur français pour les Français, un Anglais pour les Anglais. C’est le seul moment où tu interagis en français avec eux. […] Les factures par exemple [il me montre sa dernière facture], c’est SuccessTech qui produit ce truc-là, sauf qu’ils savent très bien ce qu’ils font. La facture, elle est comme si c’était moi. Il y a mon nom en haut à gauche, c’est comme si moi je leur avais fait une facture. Et ils se mettent en invoice recipient, ils se mettent en réceptionnaires de la facture alors que c’est eux qui la font quoi. Et dans le détail par exemple : item (le produit acheté), quantité, mais en fait la quantité elle correspond au nombre d’heures que j’ai faites. Et en fait, tu peux pas acheter 94 virgule quelque chose produit, c’est pas possible. Tu vois, c’est complètement du salariat déguisé en fait. Et du coup, sur ce que je touche, c’est moi qui paye derrière les charges sociales en fait.

Alors là t’as 0,6 h, c’est-à-dire 40 min de review task ?

Ouais voilà, c’est ça. Les lignes, là, c’est différents types de tâches.

Et ils ont scindé ton travail en trois types de tâches, pour un mois ?

Oui, c’est un mois ça, c’est le mois de mars.

Donc en fait t’as fait essentiellement du experimental task ?

Ouais, ça c’est ce que je fais le plus ouais. Side-by-side, j’en fais beaucoup aussi. Web result, ça t’en fais assez peu. Mais en général, c’est experimental et side-by-side que tu fais le plus quoi. […] Et tu vois, quand j’ai fait l’auto-entreprise, je me disais que c’est vrai que c’est un peu du salariat déguisé en gros. Mais quand tu fais ton auto-entreprise, tu choisis tes statuts et donc t’as une liste du type d’activités que tu vas faire. Et dans la liste, ça m’a fait halluciner quand j’ai vu ça, y’a exactement le nom de ce taf-là sur le site de l’auto-entrepreneur français : « analyse de performance – assesseur internet indépendant ».

1.4. Rapport au travail : « C’est comme un panier de travail »

Donc là on a parlé du recrutement, du statut... Et la première fois que t’as bossé, comment ça s’est passé ?

Bah... Comment ça, je comprends pas la question.

Il fallait que tu te connectes sur un... ?

Oui, t’as un site, t’as tes login [il me montre]. T’as une plate-forme de travail, et t’as le travail qui tombe. C’est comme un panier de travail. Y’a du travail qui tombe dedans. Quand t’arrives, y’en a de dispo ou pas, et tu dois choper le travail quoi.

Un panier ? C’est curieux ça.

C’est ça.

Ah, et ton espace de travail, ça s’appelle le Rater Aid !

Ouais, c’est ça. Ça c’est un nom de domaine qui appartient à Google, si je dis pas de bêtises. [...]. Alors tu vois, là j’ai plusieurs trucs disponibles dans le panier. Ça, c’est la page d’accueil de l’espace de travail. T’as des tâches disponibles. Experimental, tu sais jamais ce que ça va être. Comme son nom l’indique, ils font des expériences quoi. Quand tu cliques sur experimental, tu ne sais pas à quoi t’attendre.

Et alors, est-ce qu’il y a des trucs que tu ne fais pas ? Les trucs qui apparaissent dans ton panier, si tu les fais pas ça fait quoi ?

Tu veux dire si par exemple il y en a que je fais jamais ?

Ouais.

Non, ça pose aucun souci.

Ils vont disparaître du panier ?

Non, d’autres gens vont les faire. C’est pas mon panier, c’est le panier de tout le monde en fait.

OK. Et alors, il n’y a que trois tâches ?

Non, là il y a trois types de tâches différentes. Imagine qu’il y a experimental, result review et puis un autre. Tu vois, c’est des rubriques. Quand je vais cliquer, ça va commencer, je vais faire une tâche, puis une deuxième, puis une troisième, et je peux rester trois heures si je veux.

1.5. Un travail micro-segmenté : « ça va de 30 secondes à un quart d’heure »

Et les tâches, c’est des micro-tâches ?

Une tâche, ça va de 30 secondes à un quart d’heure. Ça dépend vraiment de ce que tu fais. Le volume de travail disponible est super changeant, et le travail en lui-même est super différent. Des fois t’as des tâches qui durent littéralement 30 secondes, et les plus longues que je fais moi elles durent 13 min 50. Et tu fais des trucs à l’oreille, tu fais des trucs au clavier, etc.

Et le taux horaire est toujours le même ?

Oui. Toujours. T’es payé à l’heure en fait.

T’es payé à l’heure ? Alors qu’est-ce qui se passe si tu fais exprès d’être un peu lent ?

Ben justement. C’est ça qui est magnifique. C’est que pour chaque tâche que tu fais t’as un AET (average expected time), un temps moyen attendu pour cette tâche ; c’est le chrono quoi. Tu dois faire la tâche en ce temps-là maximum. Et ça, tu vois, c’est un logiciel qui ne m’a pas été fourni par SuccessTech, c’est un add-on pour le navigateur Chrome qui a été fait par des raters. Et les mecs ont fini par monter leur boîte et faire un abonnement payant à ce truc-là parce qu’il est tellement utile... T’es censé à la base te chronométrer toi-même, noter sur papier à la seconde près le travail que tu fais, et ensuite rentrer tes heures. C’est juste impossible. Et eux ils ont fait ce truc-là. Moi du coup, je paye l’abonnement 5 euros par mois y’a pas de problème. Et tu vois, ce truc-là, il tracke tout mon travail, combien de tâches je fais de chaque type, exactement, et du coup, c’est trop bien pour rentrer tes heures.

1.6. Chronométrage et productivité : « je suis à 108 % de vitesse »

Alors, par exemple aujourd’hui, tu as travaillé ?

Oui, j’ai bossé, mais juste 3 min dans le train en venant. Regarde, par exemple, mardi ressemble plus à une journée habituelle. J’ai fait 35 tâches de type experimental, j’ai fait 11 tâches experimental mobile, c’est-à-dire sur téléphone.

Sur ton téléphone ?

T’es censé le faire sur téléphone, mais moi ce que je fais, c’est que je me mets en mode développeur sur Chrome, je peux émuler un téléphone. Parce que sinon ça saoule quoi. Tu perds du temps, et mon téléphone est un peu merdique.

Donc là, en fait, t’étais sur ton ordi tout le temps ?

Oui. Donc là, tu vois, j’ai fait 11 tâches expérimentales qui sont des tâches chronométrées à 1 min 30. J’en ai fait 11. Au total, j’avais 16 min 30 maximum. Je les ai faites en 15 min. Donc je suis à 108 % de vitesse. De productivité, tu vois.

On n’a pas les heures, là ?

Non, mais tu vois quand tu as commencé et quand tu as terminé. Et après si tu veux regarder le détail, tu as tout le détail, c’est génial. Les mecs qui ont fait ça, ils ont tout compris. Je faisais pareil chez Apple, je trackais tous mes résultats, parce que, en call center, t’as mille stats pour chaque truc que tu fais. Et du coup, j’avais fait tout un reporting. Je m’étais dit que pour trouver du taf, ce serait bien que je puisse présenter de manière graphique et simple à comprendre la qualité de mon boulot. Donc en fait, j’avais – c’est un truc illégal –, j’avais aspiré tous les mails que j’avais reçus là-bas, j’avais... C’est super mal sécurisé chez Apple, tu peux avoir accès au serveur central, tu fais ce que tu veux. J’avais récupéré toutes les données qui me concernaient, et je m’étais dit qu’en rentrant j’allais les analyser, les miner, et faire un reporting complet de mon expérience d’employé chez Apple. Sauf que j’ai perdu cet ordinateur-là avec toutes les données de chez Apple, ce qui me fout trop les boules, parce que j’aurais vraiment aimé faire ce truc-là. Bon, et tu me demandais comment ils font si tu travailles doucement. Ben justement, c’est ça qui est magnifique. T’es payé à l’heure, et les chronos, une fois que t’es rôdé, tu les tiens super facilement. Quand t’as 10 min pour une tâche, tu la fais en 5 min disons. Donc après, t’as le choix : soit tu attends 5 min que la tâche se finisse, soit tu cliques pour passer à la tâche suivante. T’as aucune incentive, t’as aucun intérêt à passer à la tâche suivante, puisque t’es pas payé à la tâche, t’es payé à l’heure.

Ah, donc tout le monde est à 102 % alors ?

Les autres, je ne sais pas. Je connais personne, j’en sais rien. Mais ce qui est sûr c’est que tant que t’es au-dessus de 100 %, t’es tranquille. C’est assez simple une fois que t’es rodé. Et moi quand je fais une tâche en 5 min alors qu’elle en demande 10, je vais me fumer une clope, j’attends 5 min, je suis tranquille, tu vois. T’as mieux sinon ; t’as des tâches de 10 min, tu les fais en 5 min, ça veut dire que t’as 5 min de surplus à la fin de la première tâche ; 10 min après la deuxième ; 15 min après la troisième. Donc tu travailles vite, t’accumules 20 min de surplus, et après tu laisses tourner 20 min sans rien faire. Parce que le chrono peut passer dans le négatif. C’est pas un problème. Ce qui compte, c’est ton chiffre global de productivité dans la journée. Si ton chiffre global est au-dessus de 100 %, il n’y a pas de problème. Donc, si tu veux, tu peux bosser rapidement une heure et accumuler trois heures de surplus et te barrer de chez toi quoi.

Mais tu laisses le bazar connecté.

Tu laisses connecté, tu laisses le chrono tourner, et tu reviens à la fin. Je pense que eux, ils sont à un niveau d’abstraction où ils voient les chiffres généraux de ce que tu fais, mais ils regardent pas dans le détail. Parce qu’ils ont des milliers de gens. Et ce qui est génial, c’est que quand tu commences, t’as le chrono qui se lance, et le Rater Aid m’envoie des sms pour me dire quand j’ai plus de temps, pour me dire quand il y a des nouvelles tâches qui tombent. Le logiciel, il est juste parfait. Il est développé par une entreprise qui s’appelle RaterWare.

Je découvre tout un monde là...

Ouais, ben moi aussi, quand j’ai commencé…

Tu connaissais quelqu’un qui avait fait ce boulot-là ?

Pas du tout. En revanche, je trouvais ça un peu trop beau pour être vrai, et aussi quand tu fais les examens d’entrée, c’est assez long, tu en as pour une bonne dizaine d’heures. Et l’examen, c’est du boulot, en fait. Moi au bout de deux ou trois heures, je me suis dit « Mais est-ce que c’est pas un canular super élaboré pour faire bosser des gens gratos ? ». Et donc j’ai été sur LinkedIn, j’ai fouillé pour trouver des gens qui avaient fait le même boulot, je les ai contactés sur Facebook après, et il y en a un seul qui m’a répondu : « Oui, j’ai travaillé 2 ans pour eux, ils payent en temps et en heure, c’est sérieux. » Donc ça m’a rassuré et j’ai continué. Et c’est une grosse boîte. Je crois qu’ils sont en bourse…

Qu’est-ce qui se passe si tu ne prends pas de tâche dans ton panier pendant plusieurs jours ? Est-ce que tu restes dans le circuit ?

Si tu ne travailles pas plus de trois jours d’affilée, ton compte est bloqué, mais ça veut pas dire que je travaille tous les jours hein. C’est qu’en fait, quand un compte est inactif plus de 3 jours, ils le mettent en pause, mais tu peux, à n’importe quel moment, leur envoyer un mail pour leur dire que tu seras absent de telle date à telle date sans avoir à leur donner de raison. En octobre par exemple, je suis parti au Portugal une semaine, je leur ai envoyé un mail la veille : « Bonjour, je serai inactif de telle date à telle date » ; ils m’ont répondu « Bonjour, très bien », et pas de souci.

C’est comme Pôle Emploi !

Ouais c’est ça, exactement. Sauf que tu gagnes des sous. Et par rapport aux horaires, je suis tenu contractuellement de faire 10 heures minimum par semaine, jusqu’à 20 heures à ma convenance. Sauf que depuis décembre, chaque semaine, on reçoit un mail qui dit : « Vous pouvez faire jusqu’à 30 heures cette semaine, il y a beaucoup de taf disponible. » Et donc ça fait depuis décembre que je fais 30 heures. Il faudrait que je fasse un tour d’année pour voir si par exemple l’été il y a moins de boulot, mais en tout cas moi tant qu’il y a 30 heures ça me va.

1.7. Une tâche devant l’enquêteur

Tu vois, le chrono il a démarré, là, je vois le temps qu’il me reste pour cette tâche-là, 8 min 50. Ici, c’est le temps total que j’ai travaillé aujourd’hui, et là, c’est le temps qu’il me reste pas pour cette tâche-là, mais pour un temps global que j’ai accumulé. Tu vois, c’est un peu plus que les 8 min, parce que j’ai accumulé 1 min de temps supplémentaire en travaillant ce matin dans le train. Ce type de tâche-là, c’est du quality rating, on te donne une page internet, tu dois aller la checker, et tu dois la noter selon toute une grille de notation fournie par Google. Tu vois, là, la page à noter c’est sur le site de Sud-Ouest, le quotidien. C’est un article de news sur le crash de l’avion, la page est récente. Bon, Sud-Ouest, de toutes façons, je sais qu’il est bien... Normalement, t’es censé analyser pleins de trucs et les noter ensuite. Sud-Ouest, je l’ai fait des tas de fois, donc je sais ce que je vais mettre ; ça me fait gagner du temps. Tu vois, on te demande : « Est-ce qu’il y a du porn ? Est-ce que c’est une langue étrangère ? Est-ce que la page n’a pas chargé ? ». Bon, là, je ne coche rien. On te demande « Quel est le but réel de la page ? » Donc là, tu t’emmerdes pas, tu mets « a news article about a plane crash ». On te demande : « Est-ce que cette page est malicieuse, dangereuse, trompeuse, ou manque d’utilité ? » Donc je mets « Non ». « Est-ce que le but de la page est de faire de l’argent sans fournir quoi que ce soit à l’utilisateur ? » Je mets « Non ». Et « Est-ce que c’est ymyl ? » Ça veut dire : « Your money your life. » C’est une catégorie qu’on t’explique dans les guidelines. C’est toutes les pages qui sont susceptibles d’impacter la vie future de l’utilisateur d’une manière qui pourrait avoir des conséquences légales graves : information médicale, information légale, transaction financière et informations sensibles. Tout ça c’est des sites où tu dois placer la barre au plus haut niveau de confiance. Là je mets « Non ».

Si c’est un site avec un formulaire à remplir, c’est ymyl ?

Par exemple, si c’est un site où tu fais des achats, ça va être « ymyl shopping ». Pareil pour un site d’infos médicales. Et si le site n’est pas référencé ou si c’est pas un site sérieux, il va se prendre une claque. Mais pour Sud-Ouest, c’est pas le cas. Et ensuite tu as la grille à remplir, je te le fais très rapidement. On te demande « Qualité du contenu principal ».

Tu le lis pas ?

Non, là je sais que c’est court, c’est bien écrit, je vais mettre « medium ». Parce que c’est certainement correct, mais c’est court, c’est juste une dépêche quoi. Ç’aurait été un article de trois pages, j’aurais regardé vite fait si c’est bien écrit. Mais tu vois, la source, je sais que c’est un truc plutôt sérieux donc voilà. On te demande ensuite « Expertise, autoritativité et confiance de la source », « Réputation du site web ».

Alors typiquement, pour Sud-Ouest, tu mets quoi ?

Là je vais pas m’emmerder, je vais mettre « well-known website », du coup j’ai pas à faire de recherches. J’en sais rien, je sais de quel bord ils sont, je m’en fous, mais c’est pas ce qu’on me demande. Je pense que c’est une maison d’édition sérieuse. Ils demandent ensuite « Informations sur le site web » : en gros est-ce qu’on trouve facilement les informations légales, le numéro SIRET de l’entreprise, qui est derrière, etc. Bon, là je sais que oui parce que j’ai déjà vérifié. « Est-ce qu’il y a du contenu supplémentaire ? » Supplémentaire, c’est quand le site te fait des propositions ciblées. Enfin, « Design de la page », c’est est-ce qu’elle est bien entretenue.

Et là, une fois que t’as fini, tu fais quoi ?

Tu donnes une note globale sur cette échelle, que tu justifies, et ensuite tu fais submit pour passer à la tâche suivante, ou submit and stop si tu veux arrêter de bosser. Bon, là, c’est un cas classique, une page d’un site connu, donc tout va bien. Et donc là, je vais laisser tourner 3 min, parce que je suis payé.

Et les autres tâches ?

Il y a un document d’entraînement par type de tâche, je te donnerai tout ça. Le truc que tu fais le plus, c’est le SxS, le side-by-side. Tu as une requête qu’un utilisateur a faite sur Google, et t’as deux listes de résultats de Google.

Produites avec deux algorithmes différents ?

Je sais pas exactement ce qu’il y a derrière, mais ça doit être ça, ou alors le même avec des seeds différents. En tout cas, t’as deux outputs différents, et on te demande de noter chaque résultat un par un, des deux côtés, et ensuite de donner une note globale à chacun des côtés, et de dire globalement lequel te paraît le mieux et pour quelle raison. T’as toute une série de critères des guidelines à prendre en compte. Un autre truc que tu fais souvent aussi, c’est juger juste un site, comme ce que je viens de faire avec Sud-Ouest. Il y a aussi le safe search, c’est du nettoyage sur YouTube : virer les trucs violents, s’assurer que les enfants peuvent pas trouver des saloperies, pleins de trucs comme ça…

1.8. Des pénibilités consenties

Et alors, t’es exposé à des images parfois un peu choquantes ?

Pas sur YouTube, parce que YouTube, ils sont assez forts pour éliminer automatiquement tout ce qui est porno, gore, etc. Mais après il y a des trucs légitimes. Par exemple, sur YouTube, une scène de film où il y a pleins de gros mots, ils vont pas virer ça, c’est légitime. Par contre, quand il y a le safe search, le contrôle parental qui est activé, il faut pas qu’un enfant tombe là-dessus. Donc moi ça ne me pose pas de problème d’être exposé à ça. En revanche, tu travailles pas mal sur le porno aussi... Parfois, pendant une semaine, je vais faire le même type de tâche.

C’est eux qui décident ?

Tu te connectes, tu vois ce qu’il y a de disponible, tu peux pas savoir à l’avance. Je ne sais pas quelle est leur manière de gérer ça, mais en tout cas, au bout de quelques mois tu te rends compte qu’il y a vraiment des périodes où tu vas plus faire un taf qu’un autre. Pour revenir à la question d’être exposé à des trucs choquants, franchement, je vais te dire : quand tu fais une semaine de porn, c’est relou quoi.

C’est quoi une semaine de porn ? C’est des sites à évaluer ?

Tu fais que de la notation de sites pornos, toute la semaine, à la fin t’en as marre.

Tu dois faire des drôles de rêves...

Y’a des moments où tu peux plus, tu vois, t’es... Et puis alors, tu vois des trucs... En fait, tu as aussi un truc où tu dois signaler tout ce qui est pornographie infantile et bestialité, etc. Bon, là, pareil, tu vois des trucs, euh.... Bon, OK... Et sinon, t’as aussi les image boards, c’est des espèces de forums, mais un peu particuliers, qui sont apparus sur la toile ces dix dernières années. En fait, c’est des forums où les gens parlent, mais à chaque post, t’es obligé de mettre une image. Et ce qui se passe, c’est que les threads, les [fils de] discussions, c’est jamais des discussions par rapport à quelque chose en particulier, c’est des discussions par rapport à un type d’image. Et donc ça donne lieu à des trucs super comme à des trucs vraiment horribles aussi. C’est des sites assez obscurs en général, et donc du coup t’as des gens de tous types qui se retrouvent là-dessus : des gens qui veulent partager des œuvres d’art, mais aussi des gens qui veulent partager du cheese pizza comme ils disent, CP, c’est le nom de code pour child pornography. Voilà. Tu peux sortir ça en soirée mondaine.

Du coup Google les épingle ?

Ouais, ces trucs-là, tu les signales. Il y a un site de ce type-là qui a été fermé il y a 2 mois, et je sais que je l’avais noté des tas de fois, je lui avais mis des claques parce que c’était incroyable, il y avait des trucs hyper borderline, même carrément pornographie infantile.

Quand ton panier te propose des tâches, il te prévient si ça va être du contenu porno ou pas ? Parce que si t’en as marre du porno...

Quand tu vas cliquer sur experimental, t’arrives sur la page, et là il y a écrit en rouge : « Attention cette tâche contient du porno, donc si vous voulez pas faire de porno, ben vous la faites mais vous arrêtez après. » Si tu te lances, t’es obligé de faire celle que tu viens de lancer. Cela dit, t’as des cas où t’as le droit de release, de lâcher la tâche si elle n’est pas dans la bonne langue, s’il y a un problème technique, etc. Mais je ne crois pas que le fait que ça soit du porno te donne le droit de lâcher la tâche.

Tu dis que t’en as fait pendant un mois. Ça veut dire que ça te dérangeait pas trop ?

Non, mais c’est que j’ai besoin de thunes et je ne peux pas dire non au taf quoi.

Il n’y avait rien d’autre ?

Ben par exemple, la semaine dernière, j’en ai fait beaucoup, et en fait c’est pas qu’il n’y avait rien d’autre mais les autres trucs c’était plutôt des tâches de 30 secondes, et c’est pas des tâches où tu peux travailler 5 min, et t’arrêter 5 min, etc. Et vu que je fais d’autres trucs à côté aussi, j’aime bien avoir des tâches qui sont longues, où le chrono est facile à tenir, parce que ça me permet de faire d’autres choses à côté, de faire ma journée aussi, tu vois. Et il y a un autre truc par rapport au porn, c’est que dans les options, il y a un item « I am willing to participate in tasks with adult content », tu peux le décocher. Dans ce cas, tu n’as pas de porno, mais tu vas perdre du travail du coup.

Est-ce que si tu décoches cette option, il y a un risque que par moment tu n’aies rien ?

Si à un moment donné, il n’y a que des tâches porn-related qui sont disponibles, alors oui, t’auras rien. Mais en général, y’a du taf disponible, franchement. Ça arrive, mais c’est rare, que tu te connectes, et qu’il y ait écrit en rouge « Il n’y a pas de boulot ». Mais ça m’est arrivé 3 ou 4 fois depuis que je bosse pour eux, ça a duré un jour.

1.9. Une combine à 3 200 euros par mois

C’est quoi tes préférences entre les différentes tâches qu’ils te proposent ?

Ça dépend d’où je suis et de ce que je suis en train de faire. Quand je suis chez moi et que j’ai plusieurs heures devant moi, ce que je préfère faire, c’est le page rating, parce que c’est simple, ça va vite, et les chronos sont faciles à tenir. Ou du YouTube, parce que c’est facile de tenir les chronos aussi. En tout cas, quand je suis chez moi, je préfère les tâches les plus longues possibles avec les chronos les plus faciles. C’est là que tu peux vraiment faire des heures de travail, faire une grosse journée. Et vaut mieux pas faire 4 heures d’affilée des tâches de 30 secondes, tu te tires une balle quoi. En revanche, quand t’es avec des amis... C’est pas évident de faire 30 heures de taf en plus des cours à la fac. Du coup, souvent, je vais chez un pote, on se fait un Mc Do, moi j’ai l’ordi à côté, et là je bosse. Et dans ce scénario-là, ce que je préférerais, c’est les tâches où tu réfléchis le moins. Parce que t’as des tâches où tu peux être totalement absent intellectuellement. Tu regardes, tu fais deux clics, boum, c’est fini. T’as 1 min 30 pour les faire, et…

Et c’est quoi ? Tu bouffes le McDo, tu discutes avec tes potes, et en même temps tu bosses ?

Bah oui, tu bosses et puis, toutes les 1 min 30, tu fais deux clics en 2 secondes, et t’as 1 min 30 devant toi.

Et ils disent quoi tes potes ?

Ils se sont habitués quoi.

Et au début, ils ont dit quoi ?

Euh, au début, je sais pas ce qu’ils ont dit. Je me souviens pas.

Ils t’ont charrié, c’est sûr !

Ouais, je sais plus, franchement, je saurais pas te dire.

Ou alors ils ont dit : « Vas-y, montre-moi » ?

Ben il y en a qui se sont intéressés, notamment Olivier, que je viens de faire rentrer en l’aidant à passer les exams. Parce qu’en fait, vu que les chronos sont faciles à tenir, moi depuis des mois, je me dis : « Putain, il me faut un deuxième compte chez eux. » Parce que, imagine, j’ai 10 minutes pour faire un tâche. Si j’ai deux fenêtres ouvertes, je vais travailler le même temps, mais être payé le double !

Ouais, mais tu vas te faire griller, non ? T’as la même adresse IP.

Ouais, mais j’utilise un proxy donc il n’y a pas de problème. Ça permet de te faire passer pour une autre adresse IP. Et là je viens de faire rentrer Olivier chez SuccessTech, il va commencer à travailler cette semaine, sauf que le deal c’est que lui, il ne fera jamais plus de 10 heures par semaine. Moi je ferai les heures restantes, et on se partagera les sous au prorata de qui a travaillé combien d’heures. Et c’est super intéressant parce que ça veut dire que je vais pas bosser deux fois plus pour gagner deux fois plus ; je vais doubler mon salaire horaire. Et bon, 30 heures, avec les cours en plus, c’est un peu compliqué, mais quand j’aurai plus les cours, 30 heures de boulot par semaine c’est pas énorme. C’est même pas une semaine de temps complet. Tu fais tes horaires comme tu veux, t’es vraiment flexible, tu fais ce que tu veux. Je veux dire, c’est pas méchant comme boulot. Là, je suis payé 1600. Être payé 3 200 pour ce taf-là, moi je signe direct ! Ça veut dire que tu peux aller à Paris en terrasse, passer deux heures au soleil à bosser, ça veut dire que tu peux te balader en France partout où tu veux, avec un proxy, ça veut dire que tu peux aller à l’étranger si tu veux. Bref, tu peux te faire un tour d’Europe ! Avec mon pote, on s’est dit : « On s’achète un Van. » Y’en a un qui conduit, l’autre qui bosse, on alterne toutes les deux heures, et t’es payé en chemin. Tu vois, moi je m’étais dit : « Il faut de la flexibilité horaire et spatiale pour les cours à la fac. » Mais j’avais pas vu aussi loin en fait. Bon, c’est un travail qui est précaire, parce que j’ai pas de sécurité d’emploi. Ils m’envoient un mail demain pour me dire que c’est fini et c’est fini. Mais tant que ça fonctionne, franchement, ça a des super bons côtés. T’as aucune obligation.

T’as un plafond de revenus en tant qu’auto-entrepreneur, non ? C’est combien les revenus maximum ?

C’est 32 000 euros par an je crois. Mais bon, avant que je les fasse... Faudrait que je fasse 2500 euros par mois ; j’y suis pas encore.

1.10. « Des vraies données »

Est-ce qu’il y en a d’autres à la fac à qui t’as donné le tuyau et qui se sont mis à faire ce taf aussi ?

Non, les gens ils me voient bosser en cours, on m’a déjà posé la question « Qu’est-ce que tu fous ? », mais personne m’a demandé de les faire rentrer. Tu sais, les gens ils voient ça, ils se disent... Déjà dans ma classe, je crois que les gens me voient un peu bizarrement. Tu sais, je suis le gars qui est sur son ordi, qui écoute pas mais qui va poser des questions d’un coup qui vont être plus pertinentes que les autres, et les gens ils se disent « Mais c’est quoi ce mec ? » Et je sais que parfois on regarde ce que je fais, mais ils doivent se dire que c’est un truc d’informatique.

Un truc de geek ?

Ouais, c’est ça. En fait, c’est pas un truc d’informatique. Ce que tu fais, c’est noter des pages. Ça ne demande pas de connaissances en codage, c’est pas de la programmation, c’est pas de l’informatique. Mais c’est sur ordinateur, c’est Google, donc les gens doivent se dire... Mais non, on ne m’a jamais demandé. Et donc globalement je t’ai à peu près présenté le truc. Et juste pour te faire une petite liste des types de tâches qui existent, t’as les side-by-side, t’as une requête de l’utilisateur, tu notes deux listes de résultats différentes. T’as aussi le page result qu’on a fait avec Sud-Ouest. Ces deux-là, c’est les principaux. Ensuite, t’as book search, c’est pour les gens qui font des recherches sur Google Books. Ils font une recherche et on vérifie si c’est le bon livre, la bonne page, est-ce que c’était utile ou pas, est-ce que le résultat est pertinent. Il y a aussi duplicate images, donc là tu fais de la chasse au doublon dans les images dans Google Images. Donc on te présente un mur d’images et c’est comme les jeux de mémoire, comme un Mémory : tu sélectionnes les doublons et voilà, c’est tout. C’est assez facile d’ailleurs.

Et ça, c’est des petites tâches qui se font très très vite ?

Non, ça c’est un quart d’heure. Mais c’est parce que t’as un mur d’images énorme. Tu vois une requête qu’un mec a fait, t’as un mur d’images énorme, tu dois sélectionner les doublons pour qu’il ne les présente pas en double. Tu dois voir dans le doublon, lequel est de meilleure qualité. Ça prend du temps quand même. Il y a aussi le « Google Now », ça c’est ce qu’ils appellent les device actions. Attention, là on rentre dans le genre de truc qui fait flipper les gens quand je leur dis. C’est quand tu notes la pertinence d’une action que le téléphone a faite quand une personne lui a demandé, à son téléphone, de faire quelque chose. Typiquement : « Envoie un message à Sarah, dis-lui que j’arrive dans 15 minutes. »

Il peut faire ça, le téléphone ?

Ouais. Donc moi je passe derrière, j’entends le mec dire ça, je vois où il était, à quelle heure il l’a fait, et qui reçoit le message.

C’est des vraies données ?

C’est des vraies données. Ah, tu l’entends, le mec, tu l’entends parler ! Ça, tu vois, c’est limite [il s’esclaffe], c’est un peu flippant. C’est anonymisé, mais tu vois l’heure exacte, l’emplacement à la rue près sur Google Maps, et puis tu l’entends la personne. Mais en même temps, bon, il a cliqué sur « J’accepte les conditions d’utilisation d’Android », voilà, quoi. S’il dit à son téléphone : « Emmène-moi rue d’Ulm », et bien moi il faut que je vérifie que le téléphone a bien lancé la requête sur le GPS, qu’il a bien calculé le bon itinéraire, etc., des vérifications comme ça.

C’est des trucs de reconnaissance vocale ?

Oui, le Google Now, c’est toute la partie reconnaissance vocale. T’as aussi « synthèse vocale ». Là, tu vois du texte et t’as Google qui te lit le texte, et tu dois juger des échantillons et dire lequel paraît le plus humain, pourquoi, etc. Bref, tu juges de la synthèse vocale. Tu fais aussi de la traduction et du jugement de traduction. On te présente un texte en français, tu le traduis en anglais, ou l’inverse. Et pour le jugement de traduction, on te propose deux traductions différentes d’un même texte, et tu dis laquelle est la mieux, et pourquoi. Et en détails, hein. T’as toute une grille avec les rubriques « erreur de choix de mot », « erreur d’ordre des mots », « erreur morphologique », « erreur de conjugaison », « erreur de grammaire », « erreur de ponctuation », etc. Donc parfois ça peut prendre un peu de temps parce que, sur une seule phrase, tu peux en avoir des dizaines. C’est comme pour ce qui est vocal : tu peux juger la reconnaissance et la synthèse, et là c’est pareil, tu peux fournir ton expertise en traduction comme tu peux juger de la qualité de la traduction que Google Trad fait. Il y a aussi Mobile needs, c’est quand les gens font des recherches locales, quand ils demandent des choses près de chez eux. Tu vas vérifier en fonction de la position de l’utilisateur la requête qu’il a faite, les résultats qui ont été donnés, et tu dois dire si c’est pertinent ou pas. C’est toujours ça, c’est toujours des questions de pertinence. Ensuite, il y a Send to device : tu notes des pages, mais sur téléphone. Il y a YouTube aussi : tu fais du rangement sur YouTube, tu vires les contenus illicites ou dangereux. Et il y a d’autres petits trucs qui apparaissent parfois dans le panier mais c’est des trucs expérimentaux. Tu vas les voir une semaine, ils vont disparaître.

1.11. Multiplier les employeurs

Donc en fait, des gens de Google, t’en a pas rencontré ?

Non, jamais.

Ton seul interlocuteur, c’est SuccessTech ?

Ouais.

Tu m’as dit que tu avais cherché à trouver un équivalent dans une autre boîte qui fait plus ou moins le même truc.

Oui. J’ai postulé à une boîte qui s’appelle DataGate. Eux, pareil, ils font du crowdsourcing. Ils lèvent des armées de gens et ils vendent de la minute de travail. J’allais être pris, et eux, contrairement à SuccessTech, ils font un entretien par Skype avec une vraie personne en face de toi, et pendant cet entretien, ils m’ont demandé si je travaillais pour quelqu’un d’autre dans le même domaine. Je savais parfaitement qu’il fallait que je dise non puisque j’avais déjà menti sur mon CV pour ne pas leur dire. Et je sais pas ce qui m’a pris, j’ai dit : « Oui, bien sûr, je travaille aussi pour SuccessTech. » Et je me suis dit « Pourquoi tu viens de dire ça ? » En fait, c’était un gros lapsus révélateur, et du coup j’ai pas été pris. Ils m’ont suggéré de me séparer de SuccessTech pour me prendre, et je le ferai pas parce que je suis avec SuccessTech, donc voilà. Mais je sais pas pourquoi je leur ai dit, j’ai vraiment été con.

Tu sais pourquoi ils sont exclusifs, pourquoi ils veulent que tu quittes SuccessTech ?

Je ne sais pas pourquoi, mais il y en a d’autres aussi que j’ai essayés, et tous veulent que tu ne bosses pas pour quelqu’un d’autre. T’es auto-entrepreneur, tu fournis un service à des entreprises, ils ne peuvent pas t’en empêcher en principe.

Cet empêchement, c’est peut-être interdit ?

Ah ben oui, clairement. En plus, dans le régime d’auto-entrepreneur, t’as pas le droit d’avoir un seul client plus d’un an, justement pour éviter le salariat déguisé.

Alors comment tu vas t’y prendre ?

Ben je vais faire une facture de 500 balles à un pote pour un service informatique, voilà quoi.

Et les autres boîtes que tu as essayées ?

J’ai essayé MaxSoft aussi.

Où as-tu trouvé ces noms d’entreprise ?

Sur Google, j’ai tapé crowdsource job.

Ah, c’est ça le mot-clé...

Non, pardon, en fait, quand j’ai rempli les formulaires de DataGate, au moment où ils m’ont demandé si j’avais bossé pour d’autres boîtes, il y a la liste complète de toutes les boîtes qui font ça. Et donc MaxSoft, ils m’ont pris. Leur client, c’est Microsoft par contre, pas Google. Et il y a très, très peu de travail disponible. Je fais 10 balles par semaine, donc en fait ça me sert à rien.

Ah, donc t’as quand même deux trucs en parallèle ?

Ouais. Mais y’a rien chez MaxSoft. Et eux, en plus c’est payé à la tâche, pas à l’heure. Donc c’est beaucoup moins avantageux. Du coup, j’y vais plus trop.

1.12. Une tentative de distanciation : « je suis le dernier ouvrier de la chaîne »

Bon, et qu’est-ce que tu penses de ce travail, de ce que tu fais ?

Tu veux dire l’utilité de ce boulot, mon expérience ?

Les deux. Qu’est-ce que tu penses de tout ça quoi.

Bah. En tant que source de revenus, c’est clairement pas secure, t’as aucune sécurité de l’emploi. Le jour où Google aura développé une nouvelle technologie automatique, on va tous se faire virer. Même, si tu fais une connerie, ils te virent, ils s’en foutent quoi. Donc c’est pas un job pour tout le monde. C’est pas pour les gens qui ont des obligations. Mais c’est vrai que tu peux faire des thunes quand même. Parce que 1600 euros pour trente heures, c’est bien. Bon, en brut, hein, donc ça fait 1400 net. Et t’as le choix sur tes horaires, t’as pas le client en face de toi, etc.

Ça doit faire rêver des tas de gens.

C’est clair.

Surtout qu’il y a un côté presque...

C’est un jeu un peu. Ça demande pas une concentration extrême. Mais je tape super vite sur le clavier donc c’est plus facile pour moi, surtout que certains chronos sont pas évidents à tenir quand tu tapes normalement. Donc moi dans mon cas, ça me plaît beaucoup. Parce que c’est simple. J’ai peut-être moyen de faire le double horaire si j’arrive à mettre en place ce qu’il faut. Là ça sera juste parfait.

Tu vas gagner plus d’argent que moi.

Déjà rien que là, je gagne plus que ma mère, alors que je fous rien et qu’elle, elle se casse le cul, je me dis que c’est magnifique.

Elle fait quoi comme boulot ?

Elle est agent immobilière. Avec un deuxième compte, je vais être payé 3 200 balles pour 30 heures de taf par semaine, où je veux, quand je veux, comme je veux. C’est déjà mieux que 90 % des gens salariés dans le pays quoi.

Et tu penses quoi de la signification de ton travail, du sens de ton travail (je cherche pas à te juger ou quoi que ce soit) ?

Le sens, ben... c’est du complément d’intelligence humaine. T’as les algorithmes qui font le travail de gros. Nous ce qu’on fait, c’est du fine-tuning. Du réglage de marge. Comment dire... Une manière intelligente de présenter où se trouve ce boulot sur la frise chronologique de l’avancement de l’intelligence artificielle et de la société de l’information... En fait, un algorithme, profondément, c’est une suite d’instructions. Une suite d’instructions linéaires, c’est une chose. Après, tu peux faire une suite d’instructions avec des conditions. Là, t’avances un peu. Après, tu peux éventuellement faire une suite d’instructions qui, avec certaines conditions, est capable de créer de nouvelles instructions à partir de morceaux d’instructions que toi t’as déjà fournies. Là tu commences à avoir des systèmes qui sont malins, capables de s’adapter. Mais c’est toujours un système qui ne sait absolument rien faire de plus que ce que tu vas le préparer à faire.

D’accord, mais je cherche le lien avec le sens de ton travail.

Justement, tu peux faire un algorithme qui recombine des choses avec des tas de conditions. Mais ça restera toujours qu’une suite de choses qui auront été préparées à l’avance par un être humain. Quand tu veux vraiment faire de l’intelligence artificielle, là t’es obligé de prendre les choses différemment. Mon taf, il existe parce que, aujourd’hui, on n’est pas capables de faire des machines aptes à comprendre le contexte des choses, d’aller plus loin que les instructions qui leur ont été données, et donc on est obligés de faire appel à de l’intelligence humaine pour faire le boulot que je fais. Si tu me demandes ce que c’est mon boulot et ce que j’en pense, je dirais que c’est une des étapes nécessaires dans le chemin vers l’intelligence artificielle. Tu vois, aujourd’hui, les chaînes de montage de voitures automatisées ? Avant, c’était des gens qui le faisaient, ben je suis un peu cet exécutant-là sur la chaîne, qui un jour sera remplacé par un robot. Sauf que ça sera un robot d’intelligence artificielle. Et ce que je fais moi d’ailleurs, c’est du travail à la chaîne. C’est là qu’ils ont été intelligents chez Google. Quand ils ont fait leur moteur de recherche, ils se sont pas dit : « On va faire un annuaire de sites rempli à la main. » Avant ça existait, les annuaires de sites avec des gens qui remplissaient les rubriques, qui notaient les pages, etc. C’était avant le PageRank, qui fait ça automatiquement. Avec l’algorithme, c’est du passage à la chaîne. Moi, je suis le dernier ouvrier de la chaîne, qui est encore là parce qu’il y a encore un dernier truc qu’on ne sait pas faire faire à une machine. Je pense que c’est la vue globale la plus reculée que je peux faire sur le boulot que je fais.

Et donc, SuccessTech, ils savent beaucoup de choses sur ton travail, ils savent combien de temps tu consacres au boulot, comment tu fais les ratings, etc. Mais toi, tu sais très peu de choses à la fois sur SuccessTech et sur Google. Tu sais pas comment il marche, leur fameux PageRank...

Ouais. Le truc, c’est que parfois, t’as des requêtes faites par les utilisateurs que tu dois traiter, que tu n’es plus censé revoir par la suite. Mais t’en as qui reviennent régulièrement. À force de bosser, tu commences à avoir des schémas de répétition, des régularités, qui te font te dire que si ces trucs-là reviennent régulièrement, c’est que l’algorithme a du mal avec. Donc déjà tu vois ce qui pose le plus problème aux algorithmes. À mon petit niveau, j’ai pas une idée globale. Je fais aussi des notations d’articles de presse. Lequel est le meilleur, en fonction de la qualité de l’écriture, de l’autoritativité, etc. Autant juger deux listes de résultats, c’est une chose, mais juger des articles de presse, c’est différent. Si y’en a un auquel je mets une note de merde et un autre auquel je mets une bonne note, quand tu vas faire une requête sur Google, celui à qui j’ai mis une bonne note il va arriver en haut, et l’autre en bas. Ça a un impact tu vois, ce que je fais. Et je ne trouve pas ça normal en fait. Google, c’est fou le centre de pouvoir que c’est. C’est un truc de dingue. Je ne sais pas si tout le monde réfléchit à ça.

Moi j’y réfléchis pas mal !

Pour le meilleur comme pour le pire, hein. Mais on est tellement habitués à simplement aller sur Google pour chercher une info... Chez Google, ils font un truc qui s’appelle le bubbling, le « bullage » si tu veux. Ils analysent ton comportement sur les moteurs de recherche, les sites que tu visites, etc. Et tu vas sur deux ordinateurs différents, tu tapes la même requête, et tu ne vas pas avoir les mêmes résultats. C’est bien, parce que moi j’utilise Google souvent. Mais du coup, tu t’enfermes petit à petit dans un jardin fermé. Au lieu de t’ouvrir des horizons énormes, en fait Google te connaît de mieux en mieux pour resserrer l’horizon au plus proche de ce que tu fais. C’est pratique, mais en un sens, si tu le sais pas... Faudrait que les gens le sachent en fait.

1.13. La mise à pied et le bonus

Si tu as encore du temps, je voulais parler des formes de contrôle de ton travail, au-delà du chronométrage.

Ce qui se passe, c’est qu’il faut évidemment qu’ils aient une idée de ton travail. Mais ils vont pas faire passer quelqu’un derrière toi, sinon ça fait une personne en trop qui bosse. Ce qu’ils font, c’est qu’à la fin de chaque mois, t’as un gars qui passe derrière toi, qui prend une dizaine de tâches que t’as faites, au hasard, qui les note, selon des critères exacts des dossiers d’entraînement, et qui te donne une note globale. Et il faut que tu sois au-dessus de 85 % de correct. Si t’es en-dessous mais que tu dépasses 65 %, on te donne des entraînements à faire avant que tu puisses re-bosser. Donc tu vas devoir faire 5 heures d’entraînement.

C’est comme le code de la route alors !

Ouais, c’est ça. Si tu le fais deux mois d’affilée, t’es mis à pied, c’est ce qu’ils disent. Moi ça m’est jamais arrivé. Ils disent « your account will be placed under review ». Ça veut dire qu’ils vont passer du temps à regarder tout ce que t’as fait. Je pense qu’ils ont conscience que tu fais des milliers de tâches par mois. Si c’est pas de bol, s’ils tirent un échantillon pourri de ton travail, ben ils vont vérifier plus en détail. Les deux premiers mois, ils sont plus indulgents, il n’y a pas de mise à pied. Parce qu’au début, tu fais n’importe quoi, franchement. C’est difficile de bien intégrer tous les critères qui te sont demandés et de savoir les appliquer à chaque fois. Quand le mec te demande des trucs simples (une date, un événement, un site web), ça va. Mais t’as des gens, sur Google, qui te sortent des trucs... Encore aujourd’hui, parfois je vois une requête, et je me dis « Qu’est-ce que je vais faire ? » Regarde, ce matin j’ai eu ça : « recherche sur la céramique de fouille de Jordanie du viie siècle au xiie siècle après J.-C. ». Voilà. Le mec, il tape ça.

C’est incroyable.

Donc la requête, elle veut rien dire quoi. En fait, non : elle est hyperprécise. Mais les trois quarts des résultats vont être à côté de la plaque. Et il faut que je trouve un truc dans la liste de résultats qui ait quand même un rapport avec sa requête, qui donne un résultat pertinent. Et ça encore, c’est gentil. Mais t’as des gens qui tapent n’importe quoi. Et là tu sais pas quoi faire. T’as aussi des gens qui comprennent pas comment Google fonctionne. Ils vont taper : « Bonjour Google, s’il te plaît : trouve moi l’adresse de ma grand-mère. »

Et vous avez un forum de raters, où des blagues s’échangent et tout ?

Ouais, mais j’y suis jamais allé. On a un portail communautaire, mais j’y ai jamais foutu les pieds. [Il reprend son ordinateur, me montre le portail communautaire, puis remarque des statistiques sur le travail disponible.] Tu vois là, il y a 10 110 experimental disponibles, sachant qu’une experimental, ça peut aller de 30 secondes à 10 minutes. Et il y a 1 608 side-by-side disponibles. Une side-by-side, c’est 9 min pile. Là y’a 240 heures de travail disponibles. Et ça, c’est 13 % du total disponible. Donc, quand je te dis qu’il y a du boulot de dispo, il y en a. [...] Au fait, quand je te disais qu’il n’y avait pas d’incitation à travailler vite, mais que tu avais plutôt intérêt à laisser tourner les tâches jusqu’au average expected time, il faut que j’ajoute une précision. En fait, y’en a quand même une incitation. Tous les mois, il y a un bonus de 500 euros pour le meilleur du pays. Donc tu reçois un mail tous les mois qui dit qu’ils lâchent 500 balles à un mec du pays supposé le meilleur. Je ne sais pas quels sont les critères, je suppose que la productivité joue un rôle.

S’il n’y en a qu’un par pays, c’est pas lourd...

Non, c’est clair, mais si tu me dis qu’on n’est que 10, je vais peut-être me mettre à bosser mieux pour gagner 500 euros par mois en plus.

Revenons à la question de la liberté. Tu penses à quoi pour plus tard, t’as des idées sur ton avenir professionnel ?

Ce truc-là, j’ai vraiment besoin que ça marche jusqu’à septembre. Mais là, c’est top secret, je t’en parle pas. J’ai trop souvent parlé avant d’agir dans ma vie, et là, non, je veux pas. J’ai deux gros projets en incubation dans ma tête depuis un an / un an et demi, d’ordre informatique. Si ça marche, tant mieux. Si ça marche pas, je sais pas. Mon autre plan, c’est de faire un master en RH et de rentrer chez Microsoft en alternance. Mais au final, j’en ai marre des études, ça va pas assez vite, et ça me rend fou. Ça va tellement doucement que ça me frustre. Les gens, ils sont trop lents, pardon, mais... Et il y a aussi le fait que le salariat, ça me terrorise. J’ai vraiment pas envie d’asseoir mon cul sur une chaise, de me dire que j’ai cinquante ans de salariat devant moi... Donc je vais essayer d’être entrepreneur, de faire des projets.

Ton père s’en est sorti après la faillite de sa boîte ?

C’est compliqué. Il a perdu sa boîte. Maintenant il va mieux. Et après il est retombé sur un gars qui est à la tête d’un gros business de télécom, il l’a retrouvé par hasard... Peut-être. Enfin, il est franc-maçon mon père, à mon avis, ça doit être ça. Et il l’a fait rentrer dans sa boîte.

1.14. « Si c’est que ça, c’est pas méchant »

Et sinon, dans ton entourage, à part ton père, tu as d’autres contacts geeks ?

Quelques-uns chez Apple.

T’es assez isolé en fait ?

Assez, c’est vrai.

Parce que tu développes quand même une passion, des réflexions poussées sur la sécurité informatique...

6L’informatique pour l’informatique, j’ai personne à qui en parler. J’avais un pote qui était geek avec moi jusqu’à la fin du lycée, mais après il a fait une école de commerce et il a arrêté avec ces trucs-là. En revanche, pour ce qui est de l’intérêt intellectuel dans ce domaine, il y a pleins de gens avec qui tu peux parler de ces choses-là. Mon pote Quentin, par exemple : hier, on s’est fait un Mc Do, je travaillais en même temps, on regardait PSG-Barça. Le sandwich, l’ordi et le match. Quentin, il a vu un reportage « On n’est pas couchés » dans lequel ils ont parlé du fait que Google nous traque, etc. Je suis d’accord qu’il y a du souci à se faire. Le problème, c’est que beaucoup de gens parlent sans avoir un avis vraiment nuancé et référencé. Et mon pote Quentin, il disait que c’est scandaleux, bref, le petit outrage habituel que les gens ont quand ils entendent ça. Et je lui ai dit d’imaginer le coût de fonctionnement d’une boîte comme Google à la journée : ça se compte en dizaines de millions de dollars. Les mecs, ils ont des stades de foot entiers remplis de disques durs, quoi. Et tout est gratuit. Google, c’est tellement utile dans ta vie, et on te demande pas un centime. Et après tu t’offusques que les mecs te fassent des pubs. Mais c’est leur business model, c’est leur seule source de revenus. Donc les pubs sur Internet, c’est des impôts ! Ça fait chier, mais c’est comme ça que Google peut te fournir le service qu’à la base t’es allé chercher. Donc moi je pense qu’il faut pas trop s’en plaindre quand même. Si c’est que ça, c’est pas méchant.

2. Enjeux pour l’analyse : travail en ligne et sociologie du travail

7Il serait vain dans le cadre d’une postface d’énumérer les innombrables questions et hypothèses que peut soulever un tel entretien. D’ailleurs, que faire de ce témoignage, restitué ici sans connexion à un quelconque corpus de données empiriques ? Si l’on peut « penser par cas » (Passeron et Revel, 2005), il serait sans doute abusif d’inférer des lois générales à partir de la situation singulière considérée ici. Encore peut-on s’appuyer sur le discours d’Émilien et sur les informations factuelles qu’il rapporte pour voir dans quelle mesure le travail en ligne, en tant que nouveau terrain d’enquête, apporte du neuf à la sociologie du travail, ou, à l’inverse, fait valoir l’intérêt des acquis fondamentaux de ce domaine de recherche.

2.1. L’enjeu du collectif

  • 9 Il est d’ailleurs intéressant qu’il insiste davantage sur le « travail de complément » qu’il fait (...)
  • 10 On observe des schèmes analogues de valorisation de l’autonomie temporelle et du nomadisme dans de (...)
  • 11 Les modalités les plus probables d’interaction entre raters sont celles du forum de discussion sur (...)
  • 12 Les travaux de Kingsley et al. (2014) montrent que les crowd workers de la plate-forme de micro-tr (...)
  • 13 Voir par exemple les luttes hébergées sur le site www.wearedynamo.org.

8Émilien définit son travail par la négative : il fait, dit-il, ce que ne font pas les algorithmes9. Par la formule human intelligence tasks convoquée dès le début de la conversation, il le dit en creux : c’est en référence à l’expression artificial intelligence que le travail des raters est qualifié d’humain. Parler d’« intelligence humaine » semble contradictoire avec ce qu’il dit de ces tâches, certaines d’entre elles pouvant être réalisées en étant « totalement absent intellectuellement ». Ce qui explique peut-être son indifférence ou la distanciation qu’il opère à l’égard du contenu de l’activité. Son intérêt n’est en effet ni dans le travail, ni dans les relations sociales au travail (elles sont quasi inexistantes), mais dans les conditions matérielles de sa réalisation. La flexibilité, présentée comme principale satisfaction avec la rémunération, est alors valorisée sous l’angle de la liberté de mouvement et de l’autonomie temporelle10. Mais cette autonomie spatio-temporelle du travail en ligne va de pair avec une autre de ses propriétés, le délitement du collectif jusqu’à son absence. Doublement à distance, Émilien est à la fois distancié du capital (son activité est déconnectée de l’espace physique de l’entreprise) et distancié du travail (il n’existe aucun lieu physique permettant l’émergence d’un collectif11). Comment avoir prise sur la régulation du travail dans une situation d’atomicité et de dispersion extrêmes des travailleurs ? Les « collègues » d’Émilien, qu’il ne connaît pas et dont il ignore le nombre, sont éparpillés dans le monde entier, conformément au fantasme économiciste d’un marché du travail autorégulé, mondial et instantané. Tous les facteurs semblent donc réunis pour rendre improbable l’émergence d’un collectif de travailleurs. Pourtant, des épisodes récents de mobilisation collective montrent que la coopération entre travailleurs12 et les conflits du travail13 trouvent des conditions pour s’exprimer. La conjoncture est également propice, puisque la médiatisation croissante des enjeux de l’« ubérisation » du travail remet en discussion la question du « salariat déguisé » à laquelle Émilien fait explicitement référence, et qui pourrait fournir une base pour une mobilisation collective des raters. Les médias rapportent d’ailleurs que des travailleurs des géants de l’économie collaborative (Uber, Airbnb) peuvent parvenir, comme ce fut le cas en Californie, à faire requalifier leur prestation de service en contrat de travail salarié. Il existe donc des conditions pour qu’émergent, chez les travailleurs en ligne, des formes d’action collective. Mais quelles modalités peuvent-elles suivre, étant donné la forte dispersion géographique des travailleurs ? Il existe un ancrage territorial du droit du travail, mais les seules modalités d’interaction entre raters des quatre coins du monde sont télématiques. L’action collective des travailleurs en ligne est-elle alors condamnée à s’exprimer uniquement sur des supports, eux aussi, en ligne ? Quelle est la portée émancipatrice du Web et des réseaux sociaux pour ces derniers ? La rareté des cas observables ne permet pas encore d’apprécier la pertinence des concepts et des théories qu’a pu fournir jusqu’ici la sociologie des mouvements sociaux et des relations professionnelles.

2.2. L’organisation sociale du travail

  • 14 Il illustre en cela l’adoption à plus grande échelle d’une acception nouvelle du terme crowdsourci (...)
  • 15 Michel Lallement (1990, p. 200) fait mention d’une entreprise britannique appelée F. International (...)
  • 16 « C’est pas mon panier, c’est le panier de tout le monde en fait. » Ce système de distribution des (...)
  • 17 Sorte de marché électronique du travail, le Mechanical Turk est une application en ligne dans laqu (...)

9Émilien dit de son travail qu’il correspond sans ambiguïté à du crowdsourcing, c’est-à-dire à du travail massivement distribué14. Dans la même veine, certains raters se définissent comme des crowd workers, des « travailleurs de la foule ». Ces termes nouveaux font oublier que la formule associant télématique et délocalisation à domicile existe depuis les années 196015. Mais le système d’atomisme productif de SuccessTech semble introduire de nouveaux bouleversements face aux normes du travail salarié : micro-segmentation des tâches, distribution de ces tâches au clic16, fractionnement du temps de travail, mesure des durées d’exécution à la seconde près et rémunération du travail par rubriques de tâches. L’émiettement du travail poussé à son paroxysme va de pair avec une nouvelle métrologie du travail, dont le sens reste à élucider. Le dispositif de captation de travail de SuccessTech est basé sur une rémunération en temps de travail, contrairement au Mechanical Turk17 d’Amazon, emblème contemporain du travail à la pièce. Mais, à regarder de près le système de SuccessTech, on s’aperçoit qu’à chaque tâche est attribué un average expected time, qui correspond à une somme d’argent bien précise. La mesure du temps n’est qu’une opération intermédiaire d’un calcul dont l’élément de base reste la tâche. De même, ce sont les tâches, et non un contrat de louage de main d’œuvre, qui font l’objet des échanges sur le marché du travail de cette sous-traitance à grande échelle. La métrologie de SuccessTech, à travers l’imposition d’une cadence, masque donc autant qu’elle consacre un retour en force du travail à la tâche. Le travail en ligne pour SuccessTech fait alors coexister deux modalités d’organisation du travail : un système planétaire de mobilisation de main d’œuvre et des pratiques de segmentation infra-individuelle des actes de travail. Le recul que procure l’histoire des formes de rémunération (Mottez, 1967) est une ressource précieuse pour replacer sur le temps long cette situation mêlant à la fois le contrat de louage du xixe siècle et le micro-travail mondialisé du xxie siècle. Tout aussi précieuses sont les études consacrées à l’histoire du travail à domicile (Lallement, 1990), en ce qu’elles invitent à mettre en rapport la situation des raters avec celle des ouvriers tisseurs de la soierie lyonnaise, des ouvrières de la dentelle ou de la fleur artificielle.

2.3. La mise en données du travail

  • 18 Cette sorte de fuite en avant est identifiée par la Commission nationale de l’informatique et des (...)
  • 19 Les massive open online courses sont des programmes de formation en ligne auxquels peuvent s’inscr (...)

10Comme toute activité connectée (Beuscart et al., 2009), le travail en ligne produit des données en quantité. Le travail d’Émilien est mesuré sous divers angles via des techniques de time-tracking : durée de chaque tâche, vitesse d’exécution, plages horaires des sessions de travail dans la journée, distribution du travail par type de tâche. Il existe donc des possibilités pour l’employeur de s’appuyer sur les traces numériques des travailleurs pour les contrôler par le biais d’un encadrement automatisé. Mais ce quantified work peut également induire, comme c’est le cas chez les préparateurs de commande d’Amazon ou des drives de supermarchés, un régime de mise au travail fondé sur la ludification du travail (Mollick et Rothbard, 2014). Une batterie d’indicateurs mesurant les performances en continu peut avoir des effets performatifs sur le travailleur, lorsque, voyant sa performance du jour comme la norme minimale à atteindre le lendemain, celui-ci est conduit à redéfinir constamment ses objectifs de performance18. Dans le même temps, le travail en ligne rend invisible tout un ensemble d’activités et de comportements chez les travailleurs qui, dans une situation en présentiel, pourraient faire l’objet de contrôles par des supérieurs ou par des pairs. Que devient alors l’évaluation du travail dans ce type de configuration ? Se réduit-elle à une simple évaluation des outputs ? S’éloigne-t-elle radicalement des formes plus « classiques » d’évaluation du travail au point de se rapprocher davantage, par exemple, de celle qui prévaut dans les MOOCs19 ? Dans quelle mesure les entreprises de sous-traitance en masse s’appuient-elles sur ces métriques pour classer les travailleurs, pour organiser l’éviction des moins productifs, pour récompenser les plus performants ? Traiter ces questions supposerait de franchir le miroir sans tain qui sépare Émilien de SuccessTech, et observer les pratiques, les logiques et les paradoxes propres à ces plates-formes de micro-travail.

11Émilien et ses homologues semblent travailler dans un laboratoire du post-salariat. Mais les raters doivent surtout être resitués dans la nébuleuse plus vaste des travailleurs en ligne. Le monde des crowd workers compte des milliers de travailleurs payés à la tâche pour tagger des images et des vidéos, classer des contenus, faire de la reconnaissance de texte, traduire ou réécrire des fragments de texte, faire de la retranscription d’enregistrements oraux, etc. (Smith et Leberstein, 2015). Mais l’industrie de la donnée engendre, on l’a vu tout au long de cet ouvrage, d’autres formes de travail extra-salarial. Il faudrait, pour compléter le tableau, resituer le travail en ligne dans le champ du digital labor (Cardon et Casilli, 2015), qui comprend notamment le fameux « travail invisible » des utilisateurs du Web et des objets connectés. Ces deux formes de contribution économique aux entreprises du numérique ont-elles suffisamment en commun pour être subsumées dans une même abstraction ? Le « travail de fourmi » d’Émilien n’est-il pas davantage un « travail » que nos activités quotidiennes sur Internet ? Cette question toute naïve a au moins le mérite de souligner l’arbitraire de la catégorie « travail », dont les contours sont renégociés au rythme des évolutions du système productif et des rapports sociaux (Tracés, 2015). Au-delà, elle invite à décomposer la nébuleuse du digital labor pour distinguer, comme le propose Marie-Anne Dujarier (2016), les différentes modalités de mise au travail imaginées par les plates-formes numériques. Mais, en définitive, l’enjeu n’est pas tant de savoir s’il faut développer une sociologie du travail en ligne, une sociologie du digital labor, ou une sociologie des plates-formes numériques. Il est de savoir comment, à rebours d’une tendance au morcellement des objets d’étude, prendre appui sur les questions fondamentales que se posent les sciences sociales au sujet du travail. Ce qui nous ramène, là aussi, au xixe siècle.

Bibliographie

Bastard I., Cardon D., Fouetillou G., Prieur C. et Raux S. (2013), « Travail et travailleurs de la donnée », InternetActu.net, http://www.internetactu.net/2013/12/13/travail-et-travailleurs-de-la-donnee.

Beuscart J.-S., Dagiral E. et Parasie S. (2009), « Sociologie des activités en ligne », Terrains & travaux, vol. 1, no 15, p. 3-28 (https://www.cairn.info/revue-terrains-et-travaux-2009-1-page-3.htm).

Cardon D. (2013), « Dans l’esprit du PageRank. Une enquête sur l’algorithme de Google », Réseaux, no 177, p. 63-95 (https://www.cairn.info/revue-reseaux-2013-1-page-63.htm).

Cardon D. et Casilli A. (2015), Qu’est-ce que le Digital Labor ?, Paris, Ina Editions, coll. « Études et controverses ».

Caveng R. (2011), Un laboratoire du « salariat libéral » : les instituts de sondage, Paris, Éditions du Croquant.

Commission nationale de l’informatique et des libertés (2014), « Le corps, nouvel objet connecté du quantified self à la m-santé : les nouveaux territoires de la mise en données du monde », Cahiers innovation & prospective, no 2.

Dujarier M.-A. (2016), « Digital labor, travail du consommateur : quels usages sociaux du numérique ? », Ina global, http://www.inaglobal.fr/numerique/article/digital-labor-travail-du-consommateur-quels-usages-sociaux-du-numerique-8729?tq=7.

Glaymann D. (2010), L’Intérim, Paris, La Découverte, coll. « Repères ».

Kingsley S.C., Gray A.M.L. et Suri S. (2014), « Monopsony and the crowd: labor for lemons? », IPP2014: Crowdsourcing for Politics and Policy, Oxford Internet Institute, University of Oxford.

Lallement M. (1990), Des PME en chambre : travail et travailleurs à domicile d’hier et d’aujourd’hui, Paris, L’Harmattan.

Mollick E.R. et Rothbard N. (2014), « Mandatory fun: consent, gamification and the impact of games at work », The Wharton School Research Paper Series: http://ssrn.com/abstract=2277103.

Mottez B. (1967), « Formes de salaire et types d’action ouvrière », Le Mouvement social, no 61, p. 5-12.

Passeron J.-C. et Revel J. (2005), Penser par cas, Paris, Éditions de l’EHESS.

Sennett R. (2000), Le Travail sans qualités : les conséquences humaines de la flexibilité, Paris, Albin Michel.

Smith R. et Leberstein S. (2015), Rights on Demand: Ensuring Workplace Standards and Worker Security in the On-Demand Economy, New York, National Employment Law Project.

Tracés (2015), « Appel à contributions au no 32 : Déplacer les frontières du travail » (https://traces.revues.org/6378).

Notes

1 Voir le chapitre 3 de ce volume pour une discussion du qualificatif de « travail » concernant la production de traces numériques exploitables par les entreprises du numérique.

2 Le prénom de l’enquêté a été modifié.

3 Ces questions sont également traitées dans le chapitre 6 de cet ouvrage, qui donne la parole quant à lui aux travailleurs intervenant dans les coulisses de l’Open Data.

4 Quelques indications d’ordre technique sont données par l’entreprise Google dans une vidéo intitulée « How does Google use human raters in web search? », https://www.youtube.com/watch ?v =nmo3z8pHX1E.

5 Quelques rares passages de l’entretien ont été retirés, soit pour préserver l’anonymat, soit pour éviter les redondances et les développements trop éloignés du sujet traité.

6 Association pour l’emploi des cadres.

7 Le nom de l’entreprise a été modifié.

8 Dans un email envoyé le lendemain de l’entretien, Émilien a tenu à rectifier ce propos : « J’ai dit une bêtise concernant SuccessTech pendant l’entretien. L’entreprise n’est pas basée en Irlande, mais aux États-Unis. Elle a en revanche une présence en Irlande, et c’est bien d’Irlande que viennent les virements bancaires par lesquels elle me paye. »

9 Il est d’ailleurs intéressant qu’il insiste davantage sur le « travail de complément » qu’il fait après l’algorithme que sur le travail qu’il fait sur l’algorithme. Or sa fonction officielle est d’évaluer la pertinence des résultats produits par les algorithmes de Google.

10 On observe des schèmes analogues de valorisation de l’autonomie temporelle et du nomadisme dans des univers caractérisés par un « travail sans qualités » (Sennett, 2000), par exemple chez les vacataires de l’industrie des sondages (Caveng, 2011) ou chez certains intérimaires (Glaymann, 2010).

11 Les modalités les plus probables d’interaction entre raters sont celles du forum de discussion sur Internet.

12 Les travaux de Kingsley et al. (2014) montrent que les crowd workers de la plate-forme de micro-travail d’Amazon collaborent via l’échange de tuyaux et de conseils sur des forums tels que www.mturkcrowd.com ou www.turkernation.com.

13 Voir par exemple les luttes hébergées sur le site www.wearedynamo.org.

14 Il illustre en cela l’adoption à plus grande échelle d’une acception nouvelle du terme crowdsourcing, qui initialement renvoyait à des processus d’externalisation de tâches complexes à des bénévoles. Cf. Karën Fort, « Miracles et mirages du crowdsourcing », Libération, 7 mai 2015 et Le Journal du CNRS, 7 mai 2015 :https://lejournal.cnrs.fr/billets/miracles-et-mirages-du-crowdsourcing.

15 Michel Lallement (1990, p. 200) fait mention d’une entreprise britannique appelée F. International Ltd, qui mobilise à partir de 1962 des centaines de programmateurs à domicile.

16 « C’est pas mon panier, c’est le panier de tout le monde en fait. » Ce système de distribution des tâches au clic est davantage une sorte d’avatar dématérialisé de la place de grève qu’un équivalent du « panier » du consommateur en ligne.

17 Sorte de marché électronique du travail, le Mechanical Turk est une application en ligne dans laquelle des tâches, pour la plupart peu complexes, sont proposées par des employeurs (entreprises, particuliers) à toute personne de plus de 18 ans disposant d’un ordinateur. Amazon effectue un prélèvement de 10 % sur l’ensemble des transactions. Voir Pierre Lazuly, « Télétravail à prix bradés sur Internet », Le Monde diplomatique, août 2006, no 629, p. 16-17.

18 Cette sorte de fuite en avant est identifiée par la Commission nationale de l’informatique et des libertés / CNIL (2014) comme un risque inhérent aux pratiques de quantification via les capteurs numériques, qui « inscri[vent] les individus dans des processus de perfectionnement dont l’objectif recule au fur et à mesure qu’ils progressent ».

19 Les massive open online courses sont des programmes de formation en ligne auxquels peuvent s’inscrire plusieurs milliers de participants, qui sont ensuite évalués par le moyen de tests standardisés.

Auteur

Sociologue, maître de conférences à l’université de Lorraine

© Collège de France, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable