Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les archives de fouilles : modes d’emploi

 | 
Sandra Zanella
, 
Jean-Pierre Brun
, 
Martine Denoyelle
, 
et al.

Introduction

Sandra Zanella, Jean-Pierre Brun, Martine Denoyelle, Pierre Rouillard et Stéphane Verger

Texte intégral

1La naissance de l’archéologie s’accompagne de la création d’une nouvelle typologie documentaire, les archives de fouille. Utilisée d’abord comme simple inventaire d’objets retrouvés, ils deviennent, avec la spécialisation de l’archéologie, une documentation tant foisonnante que précieuse pour reconstruire des informations inévitablement détruites par la pratique archéologique. Archives de fouilles historiques, archives de fouille courantes sont les deux grandes « catégories » auxquelles ces journées se sont intéressées.

2Les archives historiques représentent aujourd’hui une source incomparable d’information sur l’état de vestiges et de contextes désormais endommagés ou détruits. En contrepoint, les presque deux siècles d’expériences archéologiques dont certains sites témoignent sont une source primaire pour l’histoire de la discipline voire pour l’Histoire en général.

3La recherche archéologique est souvent confrontée à la reprise de sites déjà fouillés ou à l’étude de matériel provenant de contextes dont les opérations de dégagement remontent à plusieurs décennies. La place centrale reconnue au contexte archéologique de provenance transforme le recours aux archives de fouille en une étape fondamentale de la recherche.

4La spécificité plus évidente des archives de fouille réside sans doute dans le caractère hétérogène de la documentation. Les variables sont à la foi intrinsèques au site, à sa situation, au contexte historique dans lequel il a été fouillé ainsi que, et peut-être avant tout, à la personnalité des responsables de la fouille et de leurs collaborateurs, voire à l’organisme qui a été chargé des opérations.

5Ces activités ont donc amené à la création d’ensembles qui se composent de photographies, de rapports de fouille manuscrits, de dessins, de croquis, etc., qui, s’ils représentent une étape incontournable de la recherche, sont souvent d’une approche décourageante.

6Le manque d’instruments de recherche rend en effet parfois difficile, pour le non spécialiste, l’accès aux informations. En outre, l’histoire moderne de certains sites archéologiques a permis la constitution de fonds d’archives privés accentuant l’éparpillement de la documentation et empirant les difficultés de simple accès.

  • 1 http://www.purl.org/inha/agorha/001/35.
  • 2 Le Département des études et de la recherche et le Département de la bibliothèque et de la document (...)
  • 3 Voir la Journée d’études Autour du Fonds Poinssot Lumières sur l’archéologie tunisienne (1870-1980)(...)

7Toute la difficulté du traitement de ces fonds consiste dans le respect de leur dimension organique – classement voulu par le fouilleur, diversité matérielle et intellectuelle de la documentation, présence de sous-fonds et de producteurs divers – alors même que pour les étudier, les classer, et pouvoir ensuite en ouvrir l’accès, il faut procéder à des regroupements chronologiques, typologiques et thématiques fondés sur les savoirs actuels. À titre d’exemple, le traitement du Fonds Poinssot, acquis par la bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art – Jacques Doucet en 2006, et dont l’inventaire détaillé a été mis en ligne sous l’application Agorha en 20141,a constitué une expérience collaborative inédite2, hérissée de difficultés et de choix cornéliens, mais qui a permis d’aborder et de gérer tous les aspects liés à la mise en valeur d’un fonds ancien transmis par la famille des fouilleurs. Couvrant une période qui s’étend entre les années 1870 et 1990 et témoignant essentiellement de l’activité en Afrique du Nord de trois générations d’archéologues d’une même famille, Julien, Louis et Claude Poinssot, le fonds comprenait également des « papiers » d’autres archéologues intégrés à des périodes diverses et plus ou moins dispersés selon les cas. Le long parcours des premiers tris jusqu’à la mise en valeur publique de cet ensemble d’environ 50 000 documents3 a fait appel à de nombreuses compétences – chercheurs, archivistes, bibliothécaires, ingénieurs documentaires – mais on peut en retenir également que les nouveaux outils numériques, bases de données collaboratives en ligne ou campagnes de numérisation, rendent possible à moyen terme, et avec des possibilités d’interrogations démultipliées, ce qui pouvait apparaître auparavant comme un travail de bénédictin.

8La prise de conscience de la part des archéologues, des conservateurs, des directeurs de laboratoires et de toutes les personnes qui jouent un rôle dans la conservation et la valorisation du patrimoine culturel au sujet de l’importance des archives de fouille, a amené la communauté à se mobiliser au sujet des archives de fouilles courantes. Le développement de la discipline archéologique préventive et programmée, nous confronte désormais à une typologie documentaire de plus en plus variée et nombreuse dont la normalisation est indispensable. Cela amène chaque institution au développement de systèmes d’archivages dont le point de référence, en France, constitue certainement le service développé par la Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès (MAE) à Nanterre.

  • 4 Le labex « Les passés dans le présent » bénéficie de l’aide de l’État géré par l’ANR au titre du pr (...)

9La création d’un service d’archives à la MAE s’est imposée dès son installation à la fin des années 1990 au moment où se réunissaient plusieurs équipes d’archéologie de Paris et de sa région. Toutes avaient des dossiers de fouille, des archives de chercheurs ; plusieurs revues comptaient des historiques de leur activité. Le service, mis en place au départ avec un ingénieur, a pu se développer avec l’appui du CNRS, qui fournit trois agents, et du Labex « Les passés dans le présent »4. Au fil des ans, grâce à une politique de sensibilisation et de persuasion, ce service dont le mode de fonctionnement est présenté ci-après dans l’article signé par Lionel Fadin et Anne Rohfritsch, s’est imposé comme un modèle.

10Pour l’essentiel il s’agit d’archives récentes, une ou deux générations, mais il compte aussi des archives de fortes personnalités de l’archéologie nationale ou extra-métropolitaine liées soit à un chantier (site de Mari en Syrie, par exemple) ou à une revue (Gallia notamment). Autre trait important, ce sont des archives en devenir, qui s’enrichissent par l’accumulation de dossiers sur un site ou par l’apport d’un collègue. Progressivement il a fallu prendre en compte, après les papiers, notes et plans, et les photographies, les données numériques et 3D.

11Petit à petit l’expérience acquise à la MAE a été partagée. Tout d’abord plusieurs Maisons de sciences de l’Homme (MSH) ont peu ou prou suivi la même approche et les mêmes prescriptions (en adoptant parfois les mêmes logiciels) ; puis les Écoles françaises à l’étranger ont commencé à emprunter le même chemin ; plus récemment plusieurs musées ont adhéré ou sont en train d’adhérer à la même démarche, ainsi le Musée d’archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye. Ainsi le partage des mêmes outils s’est développé créant une communauté autour des archives archéologiques.

12Un trait majeur, signe de la prise en compte de cette nécessité de conserver pour rendre accessible des données dans la durée vaut d’être rappelé, le versement d’archives non seulement « en fin de carrière » ou… « post mortem », mais au cours de la carrière même d’un chercheur qui, une fois un dossier mené à bien, verse ses archives.

13Si l’outil développé par la MAE est en train de s’imposer en France, il est également vrai que nombreuses sont les initiatives indépendantes mise en place au niveau d’institutions ou de projets spécifiques. C’est pour cela que nous avons voulu développer un espace de dialogue et de réflexion centré sur l’ouverture et l’exploitation des archives archéologiques. Dans la perspective de confronter des expériences en cours, d’informer de l’existence de plateformes déjà développées et de manière générale, pour permettre à différents chercheurs ayant des spécialités propres de présenter et de comparer leurs expériences face à ces ensembles documentaires. Les réflexions développées dans ces pages seront en particulier focalisées sur les instruments à développer pour répondre aux exigences d’une documentation hétérogène dont le support nécessite des attentions particulières.

14Cette première rencontre servira de prélude à d’autres, dans le but de jeter les bases d’un indispensable dialogue à plusieurs voix sur un sujet aujourd’hui fortement d’actualité, ancré comme il l’est dans la conservation du patrimoine historique.

Notes

1 http://www.purl.org/inha/agorha/001/35.

2 Le Département des études et de la recherche et le Département de la bibliothèque et de la documentation de l’INHA, et la bibliothèque de l’UMR 8210 – ANHIMA pour les 4 000 ouvrages et tirés-à-part acquis séparément.

3 Voir la Journée d’études Autour du Fonds Poinssot Lumières sur l’archéologie tunisienne (1870-1980), organisée les 28 et 29 mars 2014 à l’INHA, et dont les actes seront mis en ligne ; et le carnet de recherches http://poinssot.hypotheses.org/.

4 Le labex « Les passés dans le présent » bénéficie de l’aide de l’État géré par l’ANR au titre du programme « Investissements d’avenir » portant la référence ANR-11-LABX-0026-01.

Auteurs

Chercheur postdoctoral à l'université Paul-Valéry Montpellier 3 (Labex ARCHIMEDE, UFR 3)
Professeur au Collège de France
Chargée de mission à l'Institut national d'histoire de l'art
Directeur de recherche au Centre national de la recherche scientifique
Directeur d'études à l'École pratique des hautes études

© Collège de France, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable